Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

Fichiers à télécharger

Les articles des volumes suivants sont vendus sous forme de PDF à télécharger: Bifao et AnIsl : numéros après la barrière mobile; BiEtud: numéros 110, 120, 138, 140, 165 (gratuit), EtudUrb: 9.


pdf
BIFAO119_art_08.pdf (0.8 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
20 p.
gratuit - free of charge
Un chambellan du grand prêtre d’Amon Pinedjem II ? Le coffret à ouchebtis Ismaïlia 2560

Cet article est consacré à l’étude d’un coffret à ouchebtis inédit de la XXIe dynastie, conservé au musée d’Ismaïlia sous le numéro d’inventaire 2560. Cette boîte, qui a probablement été mise au jour dans la cachette de Bab el-Gasous, appartient à un éminent membre des élites thébaines nommé Imen-niout-nakht, détenteur de charges essentiellement cléricales et curiales dans le temple d’Amon de Karnak et au service du maître des Deux terres. Elle est ornée d’une longue inscription combinant une formule funéraire, une formule d’offrande, ainsi qu’un extrait du chapitre VI du Livre des morts. L’analyse approfondie de cette boîte à ouchebtis est complétée par une étude prosopographique. En outre, la question historique de la tenue d’une cour autour des grands prêtres d’Amon est abordée à partir de l’unique mention connue de la charge d’[...] ỉmy-ḫnt à Thèbes, à cette période, qui y figure.

This article focuses on the study of an unpublished 21st Dynasty shabti box kept in the Ismaïlia museum under the registration number 2560. This box, which was probably discovered in the Bab el-Gasus cache, belonged to a Theban elite member called Imen-niut-nakht. His functions were essentially clerical and curial in the Amun temple of Karnak and for the Master of the Two Lands. This shabti box is decorated with a long inscription which combines a funerary formula, an offering formula and an extract of the Chapter 6 of the Book of the Dead. The analysis of this shabti box is completed by a prosopographical study. Furthermore, the historical question of the existence of a court around the High Priests of Amun is discussed based on the only known mention of the title [...] ỉmy-ḫnt in Thebes during this Period, inscribed on our shabti box.


pdf
BIFAO119_art_07.pdf (2.9 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
36 p.
gratuit - free of charge
La porte sud du pylône du temple de Khonsou à Karnak

Publication et traduction de l’ensemble inédit des inscriptions de la face sud de la porte du pylône du temple de Khonsou dans le secteur sud-ouest du domaine d’Amon-Rê à Karnak. Les scènes dites « d’offrandes » gravées sur sa surface témoignent de deux phases bien différenciées du programme décoratif : d’abord sous le pontificat du grand prêtre d’Amon Pinedjem Ier et ensuite lors d’une restauration de la part d’Alexandre le Grand.

Publication and translation of the unpublished set of inscriptions on the south side of the pylon door of Khonsu temple in the south-western area of Karnak. The so-called “offering” scenes engraved on its surface show two differentiated phases of the decorative program: first, under the pontificate of the high priest of Amon Pinedjem I, and then a restoration by Alexander the Great.


pdf
BIFAO119_art_06.pdf (0.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
9 p.
gratuit - free of charge
Des réfractaires à l’enrôlement ? Plusieurs cas d’automutilation dans une nécropole égyptienne

La découverte dans la nécropole ouest d’El-Deir (oasis de Kharga) de trois momies d’hommes ayant le pouce gauche coupé a conduit les chercheurs à s’interroger sur cette particularité inattendue. La seule interprétation qui paraisse rationnelle est celle de l’automutilation. On sait en effet que l’ablation d’un doigt a été utilisée pour échapper à l’enrôlement dans l’armée romaine. Cet usage, connu uniquement par des textes, reçoit ici une confirmation.

The mummies of three men, each missing their left thumb, were discovered in the West cemetery at El-Deir (Kharga oasis). From the archaeologists’ point of view, the sole interpretation possible is self-mutilation. We now know that young men who wanted to escape from being enlisted in the Roman army used to cut off one finger, commonly their left thumb but, until now, only texts spoke of that. Now we have proof.


pdf
BIFAO119_art_05.pdf (0.6 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
20 p.
gratuit - free of charge
Comment traduire jdnw ? Contribution à l’étude d’un titre polysémique

Idénou est un titre attesté à partir du Moyen Empire, dont Heinrich Brugsch, suivi par de nombreux égyptologues, a très tôt déterminé qu’il vise une personne se substituant à une autre. Il a en outre été démontré que son importance dépendait de l’administration dans laquelle la personne en question travaillait et du niveau hiérarchique qui était le sien. Dans cette étude, l’auteur établit que le titre peut être employé selon deux schémas distincts. Dans le premier, le titre se réfère à une personne, dans le second, à un groupe de personnes ou à une institution. S’appuyant sur différents exemples, l’auteur montre ensuite l’ambivalence de l’idénou, à la fois substitut et dirigeant, ce qui le conduit à proposer, dans les emplois correspondant au second schéma, une traduction de jdnw par « régisseur ». Ses hypothèses sont confirmées par l’étude de plusieurs cas particuliers.

Idenou is an attested title since the Middle Kingdom. Heinrich Brugsch, who was followed by many Egyptologists, determined early on its signification. According to this scholar, the jdnw is a person acting as a substitute to another. Moreover, it was established that the importance of that person depended on the administration employing him and the hierarchical level occupied. In this study, the author establishes that this title can be employed according to two schemes. In the first, the title refers to a person, while in the second it refers to a group of people or an institution. Relying on many examples, the author proves the ambivalence of the jdnw, both substitute and leader, and proposes to translate the term by “régisseur”/“manager” in the cases corresponding to the second scheme. His hypotheses are confirmed by the study of several particular cases.


pdf
BIFAO119_art_04.pdf (2.1 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
15 p.
gratuit - free of charge
Le mammisi de Nectanébo à Dendara

Cette étude sur le mammisi de Nectanébo à Dendara reconsidére la disposition initiale des propylées et de leur couverture, proposée par F. Daumas en 1950 (BIFAO 50) : elle montre, en effet, que les colonnes palmiformes étaient surmontées d’un dieu Bès, et supportaient une couverture en pierre.

This study on the mammisi of Nectanébo in Dendara reconsiders the initial arrangement of its Propylates and their coverage, as proposed by F. Daumas in 1950 (BIFAO 50): it proves that the palmiform columns were surmounted by a Bes god, and supported a stone cover.


pdf
BIFAO119_art_03.pdf (0.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
27 p.
gratuit - free of charge
Ten Coptic ostraca at the IFAO

Publication de dix ostraca coptes par un groupe d’étudiants égyptiens sous la direction des auteurs. Ils comprennent trois exercices de piété, quatre lettres, deux textes juridiques et un compte. Ils proviennent, à une ou deux exceptions près, de la région thébaine.

Publication of ten Coptic ostraca by a group of Egyptian students under the direction of the authors. They include three devotional exercises, four letters, two legal texts and one ­accounting document. They originate, except for one or two, from the Theban region.


pdf
BIFAO119_art_02.pdf (7.1 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
13 p.
gratuit - free of charge
La porte nord-ouest de la ville antique de Doukki Gel

La Mission archéologique Suisse-Franco-Soudanaise à Kerma-Douki Gel a obtenu durant ces dernières décennies des résultats importants sur les origines d’un « Royaume noir sur le Nil ». À Doukki Gel, la découverte de grands monuments circulaires ou ovales paraît rattacher ces constructions à l’Afrique Centrale, alors que la métropole de Kerma est à considérer comme la capitale de la Nubie avec d’autres traditions. La conquête de ce territoire par les troupes égyptiennes sous Thoutmosis Ier change l’image des deux villes et nous pouvons nous livrer à des recherches comparatives concernant une architecture originale provenant de trois pays bien différents. La présentation de portes et d’avant-portes permet de comprendre une évolution de la manière de construire des populations africaines puis des Égyptiens, tout en rattachant ces exemples aux forteresses pharaoniques de la deuxième cataracte.

After 50 years of research on the historical record and archaeology of the site of Kerma (Sudan) which go back to the origins of African history, we are now able to evaluate the discoveries. The two ancient cities of Kerma and Dukki Gel supply rich documentation, suggesting influences associated mainly with Egypt, but also with « Central Sudan ». From the Old Kingdom onward, the Nubian populations, along with inhabitants of several southern countries, tried to repel the pharaonic armies. Monumental constructions show the remarkable development of the indigenous architecture and, during the Egyptian conquest of the building techniques of the Empire, adapted it to an African environment. The main chronological phases presented here were identified thanks to the pottery of the early New Kingdom and of the Kerma cultures.


pdf
BIFAO119_art_01.pdf (3.8 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
35 p.
gratuit - free of charge
Étude épigraphique de la façade occidentale du IIe pylône de Karnak. État de la recherche et premiers résultats

Cet article expose les recherches actuellement menées sur la façade occidentale du IIe pylône du temple d’Amon à Karnak. En effet, depuis 2017, une étude épigraphique est conduite sur les centaines de blocs de grès qui composaient à l’origine la paroi ouest de l’édifice et qui sont maintenant entreposés dans les dépôts lapidaires nord et sud du complexe. L’enquête présentera l’ensemble des données (historiographiques et de terrain) récoltées sur ce monument, ainsi que les premiers résultats relatifs à son programme décoratif et sa chronologie de construction/décoration.

This text presents current research on the western facade of the Second Pylon of the Temple of Amon in Karnak. Indeed, as of 2017, an on-going epigraphic study is being conducted on the hundreds of sandstone blocks that originally formed the west facade of the building and which are now stored on the northern and southern benches. The present investigation sets out all the data (historiographical and field data) collected on this monument as well as the first results relating to its decorative program and its construction/decoration chronology.


pdf
BIFAO118_art_18.pdf (9.4 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2019 IFAO
55 p.
gratuit - free of charge
Nouvelles recherches sur le site de Gourob. Des fouilles du XIXe siècle aux résultats de la campagne 2017

Entre 1888 et 1920, le site de Gourob, à l’entrée sud du Fayoum, a fait l’objet de quatre campagnes de fouilles, ainsi que d’actions plus ponctuelles, qui ont permis de mettre au jour les principales composantes du Nouvel Empire, à savoir une ville, un « harem », des lieux d’artisanat, des nécropoles, ainsi qu’un « fort ». Le Gurob Harem Palace Project (mission anglo-danoise) a ensuite repris le travail sur le site jusqu’en 2015.

Depuis 2016, Gourob est un chantier de l’Ifao et les résultats de la campagne 2017 sont ici présentés. L’une des principales nouvelles problématiques développées dans ce cadre est celle de la présence d’un port dans l’Antiquité, bien attesté dans la documentation textuelle. C’est en ce sens que des prospections géophysiques et géoarchéologiques ont été menées à l’est du site, avec des résultats particulièrement engageants. L’étude archéologique s’est quant à elle concentrée sur la zone au nord-est du palais-harem, qui n’avait pas fait l’objet de fouilles depuis 1920, et principalement sur un bâtiment appelé « fort » par les anciens fouilleurs, datant selon eux de la Première Période intermédiaire. Les sondages effectués dans les parties nord et est de cette structure ont permis de formuler des hypothèses préliminaires quant à sa fonction, sa datation et son lien avec la rampe qui coupe son flanc est. Ces observations demanderont à être vérifiées lors des prochaines saisons.

Between 1888 and 1920, the site of Gurob, located at the south entrance of the Fayum area, was the subject of four campaigns of archaeological excavations, as well as some more specific actions. This led to the discovery of the main New Kingdom component, i.e. the town, a “harim,” an industrial area, several necropolises and a “fort.” The Gurob Harem Palace Project (British-Danish team) then carried out work between 2005 and 2015.

Since 2016, Gurob is an IFAO fieldwork and the results of the campaign 2017 are presented herein. One of the main new issues developed within this framework is the presence of a harbor during Antiquity, well attested in the textual documentation. Geophysical and geoarchaeological surveys have been led in this sense along the eastern edge of the site, with particularly promising results. The archaeological study focused on the area north-east of the harim-palace, which has not been excavated since 1920, and mainly on a building called “fort” by the former excavators, who dated it back to the First Intermediate Period. The trench dug in the northern and eastern sectors of this structure allowed a preliminary hypothesis to be presented concerning its function, its dating and its link with the ramp cutting through its eastern side. These observations prompt verification during the next seasons.


pdf
BIFAO118_art_17.pdf (2.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
30 p.
gratuit - free of charge
The Book of Caverns in Theban Tomb 33: Late Period Reception Process and Individual Adaptation

Le présent article résume, met à jour et complète les précédentes recherches de l’auteur sur la copie du Livre des Cavernes dans la tombe thébaine du prêtre lecteur en chef Padiaménopé (TT 33), datée du début de la Basse Époque (XXVe-XXVIe dynastie). La première partie est consacrée à la réception du Livre à la fin de la Troisième Période intermédiaire / début de la Basse Époque. Nous avons pu mettre en évidence que la source de la copie de Padiaménopé était le résultat d’une recherche « archéo-philologique » : la collation d’une copie reliée à la version de l’Osiréion, ainsi que d’une copie de la tombe de Ramsès VI (KV 9). Une série d’éléments démontre que la réception du Livre reposait originellement sur la volonté d’une reproduction « authentique » (bien qu’amendée par des ajouts au bénéfice du défunt), ce qui n’excluait pas pour autant les variantes, la mise à jour et la créativité. Outre les indispensables mises à jour d’ajouts (personnalisés à la fois dans le texte et l’iconographie) qui furent originellement créées pour les rois ramessides, on rencontre des changements modérés dans l’orthographe, le vocabulaire et la grammaire, de même que de légères modifications dans les scènes. On peut en outre identifier quelques rares cas de changements d’ordre textuel, de conjectures et d’additions. La seconde partie de l’article présente et discute le modèle sophistiqué de la version du Livre des Cavernes sur les parois des salles XVII à XIX de la tombe TT 33, qui reflète « indexicalement » (C.S. Peirce) le voyage du dieu soleil – et avec lui, celui de Padiaménopé – d’ouest en est à travers l’au-delà.

This article summarizes, updates, and adds to past research performed by the author on the copy of the Book of Caverns in the early Late Period Theban Tomb 33 (TT 33) of the chief lector priest Petamenophis. The first part is devoted to the reception of Caverns in the late Third Intermediate Period / early Late Period. It describes the source of Petamenophis’s copy as being the result of an “archaeo-philological” endeavor: a collation of a copy related to the copy in the Osireion and a copy from the tomb of Ramesses VI (KV 9). A series of sections discusses the reception as being primarily shaped by the aim for an “authentic” reproduction (notably with additions to the benefit of a deceased), however, also by emendation, update, and creativity. Besides the necessary updates to the personalized textual and pictorial additions that were originally created for the Ramesside kings, we find moderate orthographical, lexicographical, and grammatical changes, as well as a few changes to the images. We can also identify a few cases of textual emendations, conjectures, and additions. The second part of the article presents and discusses the sophisticated layout of the copy of Caverns on the walls of the rooms XVII–XIX in TT 33, which indexically (C.S. Peirce) mirrors the journey of the sun god—and with him Petamenophis—from west to east through the netherworld.