Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.

Nouveautés 2019 et 2020


Vignette
IF1170, ISBN 9782724707243
2019 IFAO
Collection: MIFAO 140
2 vol., 356 p.
110 (1950 EGP)
• Lire le sommaire

Les textes de la pyramide de Mérenrê
Édition, transcription et analyse

L’ouvrage, réalisé sur le modèle de la publication des textes de la pyramide de Pépy Ier (MIFAO 118/1-2), offre les fac-similés, à l’échelle 1/5, de toutes les parois inscrites de la pyramide de Mérenrê, soit 34 planches au total. Ces planches sont accompagnées d’une description des parois (chambre funéraire, antichambre, passages, couloir et vestibule) et d’une analyse de leur composition. Est proposée, en outre, une traduction des 51 formules nouvelles (TP 1101-1151).

L’ouvrage est composé d’un volume de texte de 356 pages et d’un coffret comprenant 34 fac-similés.

————◆————

Following the model of the former publication of Pepy Ist’s Pyramid Texts (MIFAO 118/1-2), this book offers facsimiles (scale 1/5) of every inscribed wall of Merenre’s Pyramid (a total of 34 plates). To the plates, a description of the walls (funerary chamber, antichamber, passages, corridor and vestibule) and an analysis of their composition are added. A translation of the 51 new spells (PT 1101-1151) is also proposed.

This book is made of 356 pages textbook and 34 facsimiles box set.


  • Isabelle Pierre-Croisiau (lien IdRef : 180056239)
    Ingénieur de recherches au CNRS (UMR 8167, Université Paris IV-Sorbonne), Isabelle Pierre-Croisiau fait partie de la Mission archéologique française de Saqqâra, aujourd’hui Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra, depuis la campagne 1970-1971. En 1982, elle a soutenu une thèse de 3e cycle portant sur la paléographie des Textes des Pyramides. Elle a effectué le relevé d’une grande partie des fragments de reliefs découverts lors de la fouille du temple de Pépy Ier, le relevé des blocs inscrits provenant des pyramides de Pépy Ier et de Mérenrê ainsi que des parois en place de ces deux pyramides, et en a réalisé les fac-similés. Ses recherches portent notamment sur la reconstitution des parois détruites des pyramides de Pépy Ier et de Mérenrê, la paléographie des Textes des Pyramides, et leur publication.
Vignette
IF1184, ISBN 9782724707403
2019 IFAO
Collection: Temples 15
2 vol., 584 p.
75 (1330 EGP)
• Lire le sommaire

Athribis V
Archäologie im Repit-Tempel zu Athribis 2012-2016

Le présent volume présente le résultat des fouilles entreprises entre 2012 et 2016 par l’université Eberhard-Karls de Tübingen au temple de Répit, construit par Ptolémée XII à Athribis, dans la province de Sohag.

La première partie s’intéresse aux difficultés du chantier, qui tiennent aux centaines de blocs massifs éparpillés, et fait le point sur les techniques et le matériel archéologiques utilisés. L’étude stratigraphique et archéologique du temple permet de comprendre son occupation à l’époque romaine tardive et au début de l’époque islamique. Les résultats les plus significatifs sont présentés par ordre chronologique pour chaque partie du temple. L’ouvrage s’achève par un compte rendu des fouilles effectuées par l’Organisation des antiquités égyptiennes (actuel ministère des Antiquités) entre 1981 et 1997.

————◆————

The volume Athribis V presents the 2012-16 excavations of the Eberhard-Karls Universität Tübingen in the Repit Temple, built by Ptolemy XII, which is located in Athribis in Sohag Province.

The first account portrays the challenging working conditions due to hundreds of heavy, fallen temple blocks, then the formalities of excavation techniques and documentation. Since all large stone temples in Egypt were cleared by the early 20th century without paying attention to the archaeological deposits, the excavation in Athribis provided a unique opportunity to investigate the late Roman and early Medieval re-use of a temple. The most important results of each room are presented in chronological order in the next chapter. Several rooms with their respective archaeological features, finds, secondary installations, and architectural issues are then discussed. The volume ends with a review of the 1981-97 excavations of the Egyptian Antiquities Organization.

————◆————

Athribis V stellt die von der Eberhard-Karls Universität Tübingen 2012 bis 2016 durchgeführten Ausgrabungen im Repit-Tempel Ptolemaios‘ XII. in Athribis (Provinz Sohag) vor.

Neben den herausfordernden Arbeitsbedingungen durch hunderte verstürzter, schwerer Tempelblöcke, werden Grabungstechnik und Dokumentation vorgestellt. Weil alle großen Steintempel Ägyptens bis ins frühe 20. Jh. freigelegt und die Verfüllschichten kaum dokumentiert wurden, bot sich in Athribis die einmalige Gelegenheit, die spätrömische und frühmittelalterliche Nutzung eines Tempels nach Aufgabe des altägyptischen Tempelkults zu erforschen, präsentiert in einem großen Kapitel mit den wichtigsten Befunden. Einzelne Studien widmen sich einzelnen Räumen mit den dort ausgegrabenen Befunden und Fundobjekten, sekundären Einbauten und architektonischen Fragen. Den Abschluß bildet ein Rückblick auf die Ausgrabungen der ägyptischen Altertümerverwaltung 1981-97.


  • Marcus Müller (lien IdRef : 135351383)
    Égyptologue, diplômé de l'Université de Tübingen, Marcus Müller a participé à plusieurs fouilles archéologiques en Égypte: Qantir-Piramesse, Aswan, Tell el-Dab'a, Thmuis (Timai al-Amdid), Kom Wasit. Il est depuis 2012 directeur de chantier dans le cadre du projet Athribis, depuis 2017 membre du conseil académique du Centre d'études hellénistiques d'Alexandrie et depuis 2018 codirecteur de la mission allemande de Saruq al-Hadid.
  • Mohamed El-Bialy
    Mohamed El-Bialy est égyptologue et archéologue. Il fut nommé directeur général de la Haute Égypte de 1984 à 2003 et directeur général d’Assouan et de Nubie de 2004 à 2011. Il fut ensuite nommé secrétaire d’État en charge des antiquités égyptiennes gréco-romaines, une fonction qu’il exerça jusqu’en 2013. Il dirigea pendant de nombreuses années les projets de fouilles et de restauration du ministère des Antiquités d'Égypte et codirigea de nombreuses missions archéologiques étrangères. Son implication aux côtés du professeur Christian Leitz de l’université de Tübingen a été particulièrement importante dans le grand projet des temples d’Athribis.
  • Mansour Boraik
    Mansour Boraik a été sous-secrétaire d’État en charge des antiquités de Giza et du Caire au ministère des Antiquités. Il a fouillé de nombreux sites en Égypte (Giza, Saqqara, l’oasis de Bahariya, Héliopolis, Louqsor et Assouan). Il est actuellement archéologue expert auprès du gouvernement de Dubaï. Il est l’auteur de nombreux articles, en particulier sur les fouilles qu’il a accomplies à Louqsor et Dubaï.
Vignette
IF1202, ISBN 9782724707588
2019 IFAO
Collection: BiGen 58
1 vol., 224 p.
43 (762 EGP)
• Lire le sommaire

La chapelle de barque en calcite aux noms d’Amenhotep Ier et de Thoutmosis Ier

Premier volume de la série consacrée aux monuments d’Amenhotep Ier à Karnak, la publication de la chapelle en calcite aux noms d’Amenhotep Ier et de Thoutmosis Ier est l’aboutissement d’un long processus scientifique initié avec la découverte des premiers blocs dans les fondations du môle sud du IIIe pylône en 1914, poursuivi avec la reconstruction en 1947 du monument dans le musée de plein air, en passant par les dessins successifs des parois et leur documentation photographique, et s’achevant par la présente édition en fac-similés, assortie d’une traduction commentée. La chapelle en calcite est un reposoir pour la barque processionnelle d’Amon lors de ses fêtes à exode. On hésite encore sur son emplacement d’origine : soit à l’intérieur de la « cour de fêtes » de Thoutmosis II, soit là où se dressera plus tard le « siège d’intronisation d’Amon », proposition qui a notre préférence. Son décor fut repris quasiment à l’identique dans les autres reposoirs de barque en calcite du site. Les rites spécifiques adressés à la barque d’Amon sont pour partie ceux consignés dans le Rituel d’Amenhotep Ier connu par les p.BM 10689 (Chester-Beatty IX) et les p.Caire CGC 58030, p. XI + p.Turin, Inv. Suppl. 10125, et qui portent à juste titre le nom de « service pour les offrandes de la fête d’Amon-Rê ».

————◆————

First volume of the series dedicated to the Monuments of Amenhotep I at Karnak, the publication of the calcite chapel in the names of Amenhotep I and of Thutmose I materialises the achievement of a long scientific process initiated by the discovery in 1914 of the first blocks in the foundations of the southern tower of the IIIrd pylon. Followed in 1947 the reconstruction of the monument in the open air museum. Successive phases of drawings and photographic documentation were then implemented and finally the publication of the present edition comprising fac-similes, translations and comments. The calcite chapel is a bark repository for the god’s portable bark during Amun’s procession festivals. Its original location is still debated: either inside the festival courtyard of Thutmose II, or the place where the “inthronisation seat of Amun” was later erected (the latter has our preference). Its decoration was later duplicated in most of Karnak’s calcite bark shrines. The specific rituals addressed to the bark of Amun are partly those recorded in the “Ritual of Amenhotep I” known throughout the p.BM 10689 (Chester-Beatty IX) and the p.Cairo CGC 58030, p. XI + p.Turin, Inv. Suppl. 10125 and which, quite a-propos, bear the name of “offering service for the festival of Amun-Ra”.

————◆————

هذا الكتاب هو المجلد الأول من السلسلة المخصصة لآثار أمنحتب الأول بمعبد الكرنك. وقد جاء النشر العلمي للمقصورة المشيدة من الحجر الجيري والمكرسة لأمنحتب الأول ولتحتمس الأول تتويجًا لعملية بحث علمي طويلة بدأت عام 1914 باكتشاف الكتل الأولى لأساسات البرج الجنوبي للصرح الثالث وفي عام ١٩٤٧ تم استكمال الأعمال بإعادة بناء الأثر في المتحف المفتوح بالكرنك. وعن طريق مراحل متتالية من التوثيق بالرسومات والتصوير الفوتوغرافي التي تم تنفيذها انتهينا إلى هذا الإصدار الحالي متضمنًا لتسجيل نسخة رسومات طبق الأصل (الفاكسيمل) وترجمة للنصوص مع التعليقات. وهذه المقصورة المشيدة من الحجر الجيري هى استراحة لقارب موكب الإله آمون خلال مواكب الاحتفالات. ومازال الموقع الأصلى للمقصورة موضع جدل بين رأي يميل إلى داخل فناء الإحتفالات الخاص بتحتمس الثاني وآخر يرى أنه المكان الذي أقيم فيه لاحقًا مقعد تتويج الإله آمون وهو الرأي المرجّح لدينا. تكررت زخارف المقصورة فيما بعد - بشكل مماثل تقريبًا - في الإستراحات الأخرى لقارب الحجر الجيري بالكرنك. ويُعد جزء من الطقوس الخاصة بقارب آمون هي تلك المسجلة في كتاب طقوس أمنحوتب الأول المعروفــــة من خلال

p.Caire CGC 58030, p. XI + p.Turin, Inv. Suppl. و 10125 p.BM 10689 (Chester-Beatty IX)


  • Jean-François Carlotti (lien IdRef : 060865458)
    Jean-François Carlotti est architecte archéologue, chercheur au CNRS, rattaché à l’Unité mixte de recherche 8164 du CNRS, Histoire, archéologie, littérature des Mondes Anciens (HALMA). Architecte en poste au Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak de 1990 à 2002, il étudie l'architecture et les techniques de construction des temples pharaoniques de la région thébaine (Karnak, Ramesseum, Médamoud…) et ceux de la Nubie soudanaise (Ile de Saï). Il est l’auteur de la monographie consacrée à l’étude architecturale de l’Akhmenou, L'Akh-menou de Thoutmosis III à Karnak. Étude architecturale, éditions ERC, Paris, 2001.
  • Luc Gabolde (lien IdRef : 032508026)
    Luc Gabolde est égyptologue, directeur de recherche au CNRS, directeur de l’Unité de service et de recherche 3172 du CNRS basée à Karnak et co-directeur du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (CFEETK). Il a été membre chercheur de la mission permanente du CNRS à Karnak de 1993 à 2003. L. Gabolde est l’auteur d’une cinquantaine d’articles et de trois monographies sur le temple d’Amon-Rê dont deux parues à l’IFAO (Le « Grand-château d’Amon » de Sesostris Ier à Karnak, MAIBL 17, 1998 ; Les monuments en calcaire en bas-reliefs aux noms de Thoutmosis II, Hatchepsout et Thoutmosis III à Karnak, IFAO, MIFAO 123, 2006 ; Karnak, Amon-Rê : La genèse d’un temple, la naissance d’un dieu, IFAO, BiEtud 167, 2018).
  • Catherine Graindorge (lien IdRef : 029488052)
    Catherine Graindorge est égyptologue, docteur en histoire et archéologie des mondes anciens. Elle a enseigné à l’Université Lyon 2 et à l’Ecole du Louvre et a participé à de nombreuses missions au Centre franco-égyptien d’études des temples de Karnak. Elle rejoint la Freie Universität de Berlin en 1995 puis, de retour en France, elle travaille successivement à l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs, à l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Paris-Malaquais et au musée du Louvre. En 2013, elle intègre l’École de Chaillot, département formation de la Cité de l’architecture & du patrimoine, pour la direction des études et de la recherche. Catherine Graindorge est lauréate de la fondation Alexander von Humboldt (1995-1997, Berlin).
  • Philippe Martinez (lien IdRef : 030043700)
    Philippe Martinez est docteur en égyptologie, élève diplômé de l'Ecole du Louvre, ingénieur de recherche au CNRS rattaché à l’Unité mixte de recherche 8220 du Laboratoire d'archéologie moléculaire et structurale (LAMS) de Sorbonne Université. Il est membre de la Mission archéologique française de Thèbes-ouest, où il est actuellement chargé de l'étude épigraphique du Ramesseum et de la tombe de Ramsès II (KV7). Dans le même cadre, il dirige également le projet interdisciplinaire « Tombes Thébaines », s'intéressant aux matériaux et techniques des peintres de l’Égypte ancienne.
  • Jean-François Gout (lien IdRef : 026899213)
Vignette
IF1216, ISBN 9782724707748
2019 IFAO
Collection: Divers 5
1 vol.,
gratuit - free of charge
• Lire en ligne
Abréviations des périodiques et collections en usage à l’Ifao, 7e éd.


  • Bernard Mathieu (lien IdRef : 030609607)
    Agrégé de lettres classiques, égyptologue, Bernard Mathieu est professeur à l’Université Paul Valéry - Montpellier 3 et ancien directeur de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire. Membre de la Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra, Bernard Mathieu travaille principalement sur la langue et la littérature de l’Égypte pharaonique, de l’Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire, ainsi que sur l’édition, la traduction et le commentaire des Textes des Pyramides. Sa thèse portait sur La poésie amoureuse de l’Égypte ancienne.
Vignette
IF1196, ISBN 9782724707519
2019 IFAO
Collection: AnIsl 52
1 vol., 424 p.
59 (1046 EGP)
• Lire le sommaire

Annales islamologiques 52
Chrétiens du monde arabe. Vers une pluralité des sources et des approches

Les recherches présentées dans ce dossier, par leur diversité et leurs ambitions, visent à fournir de nouvelles pistes de réflexion sur l’histoire du fait religieux. L’histoire des groupes dits minoritaires en Orient musulman doit être contextualisée en interaction avec leur environnement et à travers les contacts qu’elle suppose. Dans la lignée des travaux récemment publiés sur la question des chrétiens du monde arabo-musulman, ce numéro des Annales Islamologiques montre la légitimité pleine et entière de l’étude des christianismes par les sciences sociales, et témoigne du champ des possibles qui reste à exploiter.

Quatre articles de varia viennent compléter le dossier. Les deux premiers poursuivent un questionnement d’histoire religieuse sur la figure des minoritaires. L’un en s’interrogeant sur la postérité mémorielle du premier juif converti à l’islam; l’autre en analysant une occurrence de discours normatif à l’encontre des dhimmis. Les deux derniers articles, touchant à la diplomatique médiévale et à la linguistique arabe, ouvrent grand l’éventail des recherches en philologie qui font partie des traditions de la revue.


Les articles de ce volume sont acessibles gratuitement au format PDF.

The papers of this volume are freely available in PDF format.

Audrey Dridi-Basilio, Séverine Gabry-Thienpontp. 3-10
Introduction. Chrétiens du monde arabe. Vers une pluralité des sources et des approchesAnIsl052_art_01.pdf
Simon Pierrep. 11-44
Les ʿammē « en Ǧazīra et en Occident ». Genèse et fixation d’un ethnonyme standardisé pour les tribus arabes chrétiennes. Les Tanūkōyē, Ṭūʿōyē, ʿAqūlōyē à l’âge marwanideAnIsl052_art_02.pdf
Mathilde Boudierp. 45-80
L’Église melkite au IXe siècle à travers le conflit entre David de Damas et Siméon d’Antioche. Apports d’un dossier documentaire inéditAnIsl052_art_03.pdf
Anna Lagaron p. 81-106
Le christianisme oriental au sud du Sinaï vu au prisme des graffiti arabo-chrétiens (IXe-XIe siècle)AnIsl052_art_04.pdf
Maǧdī Ǧirǧisp. 107-128
Qirāʾa fī tarikat baṭriyark qibṭī min al-qarn al-sābiʿ ʿašrAnIsl052_art_05.pdf
Julien Auber de Lapierrep. 129-158
Le mécénat artistique en Égypte. Nouvelle approche de l’icône ottomaneAnIsl052_art_06.pdf
Catherine Mayeur-Jaouenp. 159-192
Une revue catholique d’Égypte à l’époque nassérienne. Ḥaqlunā, revue de l’Association de la Jeunesse catholique d’Égypte (1949‑1970)AnIsl052_art_07.pdf
Gaëtan du Roy, Manhal Makhoul, Perrine Pilettep. 193-218
Le miracle du Muqaṭṭam à travers les siècles. Origines et réinventions d’une légende copteAnIsl052_art_08.pdf
Emmanuel Serdiukp. 219-262
Aux origines du topos d’Anbā Wannas al‑Aqṣurī et des enjeux identitaires de la communauté chrétienne de Louxor au début du xxe siècle. Regards croisés entre l’« hagiotopographie » et la « pratique du mythe » de Lambros CouloubaritsisAnIsl052_art_09.pdf
Renaud Solerp. 263-290
La fidélité à la tradition. Chant et édition d’un panégyrique copte de Haute Égypte dédié à saint Théodore AnIsl052_art_10.pdf
Jean-François Faüp. 293-308
L’errance sacrée de ˁAbdallāh ibn SalāmAnIsl052_art_11.pdf
Mohamed Ouerfellip. 309-352
Le sceau de la paix. Le traité de 669/1270 entre Philippe III et al‑Mustanṣir al‑ḤafṣīAnIsl052_art_12.pdf
Gowaart Van Den Bosschep. 353-372
The Maghrebi Vizier and the Haughty Copt. Historiography, Polemics and Narrative in a Mamluk‑Period AnecdoteAnIsl052_art_13.pdf
Manuel Sartorip. 373-410
Kāna sa-yaf ʿalu et kāna sa-yakūnu qad faʿala. Les équivalents logiques du conditionnel français en arabe écrit contemporainAnIsl052_art_14.pdf

>>Voir les détails de ces extraits - See all extract files details

Vignette
IF1190, ISBN 9782724707465
2019 IFAO
Collection: BIFAO 118
1 vol., 630 p.
89 (1578 EGP)
• Lire le sommaire

BIFAO 118

Cet article constitue la deuxième livraison d’éditions de papyrus coptes et grecs des archives de Papas et s’inscrit dans le cadre du projet collectif mené sur ces archives (« jarre d’Edfou »). Les pièces publiées ici, au nombre de huit, attestent le phénomène de remploi de documents coptes (brouillon de procédure judiciaire, lettres) pour inscrire des comptabilités en grec, et témoignent de la variété des sujets abordés dans la correspondance rédigée en copte, où il est souvent difficile de distinguer les sphères publique et privée. Ils contribuent aussi à la question de la délimitation chronologique des papyrus de la jarre, certains paraissant être fort proches de la conquête arabe, sinon antérieurs à celle-ci. Un petit compte écrit exceptionnellement en copte clôt cette série.

————◆————

This article is the second set of editions of Coptic and Greek papyri from the archives of Papas, included in the collective project on these archives (“The Edfu jar”). The eight texts published here attest to the phenomenon of the re-use of Coptic documents (a draft of judicial proceedings, letters) to draft accounts in Greek, and testify to the variety of topics covered in the correspondence written in Coptic, where it is often difficult to distinguish between the public and private spheres. They also contribute to the question of the chronological delimitation of the papyri of the jar, some appearing to be very close to the Arab conquest, if not earlier. A small account exceptionally written in Coptic closes this series.


Les articles de ce volume sont acessibles gratuitement au format PDF.

The papers of this volume are freely available in PDF format.

Anne Boud’hors, Alain Delattre, Ruey-Lin Chang, Esther Garel, Jean Gascou, Isabelle Marthot, Grzegorz Ochałap. 1-46
Papyrus coptes et grecs de la jarre d’Edfou (suite)BIFAO118_art_01.pdf
Marion Claude, Sandra Lippertp. 47-81
La table d’offrande Louvre D 69. Un monument pour « faire venir le ba au corps »BIFAO118_art_02.pdf
Lucía Díaz-Iglesias Llanosp. 83-126
Glimpses of the First Owners of a Reused Burial: Fragments of a Shroud with Book of the Dead Spells from Dra Abu el-Naga NorthBIFAO118_art_03.pdf
Barbara Engelmann-von Carnapp. 127-141
Zum Mundöffnungsritual im Grab des Padiamenope (TT 33)BIFAO118_art_04.pdf
Frédéric Guyot, Valentina Azzarà, François Briois, Julie Marchand, Béatrix Midant-Reynesp. 143-187
An Early Old Kingdom Rural Community in the Eastern Nile Delta: First Season of Excavations at Tell el-NeshedBIFAO118_art_05.pdf
Mounir Habachyp. 189-223
Le supposé deuxième protocole royal de Ptolémée XII Aulète à Kôm Ombo et à DendaraBIFAO118_art_06.pdf
Holger Kockelmannp. 225-231
Die Göttin Nut und der Ba-Vogel: Ein bisher unerkanntes Relief aus dem Grab des Petosiris (Tuna el-Gebel) im Kunsthistorischen Museum WienBIFAO118_art_07.pdf
Yvan Koenigp. 233-239
Un nouveau décret amulettique oraculaire. Pap. IFAO H 40BIFAO118_art_08.pdf
Christian Leitzp. 241-267
Einige Bezeichnungen für kleine und mittelgroße Säugetiere im Alten ÄgyptenBIFAO118_art_09.pdf
Mélie Le Roy, Paul Picavet, Sylvain Dhenninp. 269-282
La dernière phase d’occupation de la nécropole de Kôm Abou Billou. Données archéologiques et anthropologiques inéditesBIFAO118_art_10.pdf
Hana Navratilovap. 283-316
The Road to Mounira: Jaroslav Černý at the IFAOBIFAO118_art_11.pdf
Mahmoud Ragab, Claire Somaglinop. 317-362
A Remarkable Set of Blocks from the Reign of Nectanebo II Found at Awlad Musa, near SuezBIFAO118_art_12.pdf
Félix Relats Montserrat, Lorenzo Medini, Alain Fortierp. 363-401
Quelques considérations sur le « tableau de l’oracle de Médamoud » : un relief cultuel ?BIFAO118_art_13.pdf
Anne-Claire Salmasp. 403-440
Morceaux de bravoure et traits d’humour. À propos de deux peintures de Bernard Bruyère dans la maison de fouilles de Deir el-MedinaBIFAO118_art_14.pdf
José M. Serranop. 441-463
Un fonctionnaire, Téti-em-Rê, et une reine, Ahmès-Néfertary. Fragments épigraphiques de la XVIIIe dynastie à Dra Abou el-Naga dans leur contexte historiqueBIFAO118_art_15.pdf
Daniel Soliman p. 465-524
Ostraca with Identity Marks and the Organisation of the Royal Necropolis Workmen of the 18th DynastyBIFAO118_art_16.pdf
Daniel A. Werningp. 525-554
The Book of Caverns in Theban Tomb 33: Late Period Reception Process and Individual AdaptationBIFAO118_art_17.pdf
Marine Yoyotte, Andrea Pillon, Judith Bunbury, Ian Ostericher, Mostafa Mohamad Omar Elwakil, Sylvie Marchandp. 555-609
Nouvelles recherches sur le site de Gourob. Des fouilles du XIXe siècle aux résultats de la campagne 2017BIFAO118_art_18.pdf

>>Voir les détails de ces extraits - See all extract files details

Vignette
IF1161, ISBN 9782724707311
2019 IFAO
Collection: PalHiero 8
1 vol., 644 p.
64 (1135 EGP)
• Lire le sommaire

El Hawawish. Tombs, Sarcophagi, Stelae

————◆————

This present study in the series Paléographie hiéroglyphique offers a segment of hieroglyphic writing from a discrete period: the disturbed times from the end of the Old Kingdom to the end of the First Intermediate Period. Unlike other volumes in this series, however, the hieroglyphs from the Akhmim cemetery of El-Hawawish have been drawn from various sources: tomb reliefs and paintings, stelae, wooden coffins and statues; consequently, both the length of the era and the varied nature of the writing surfaces and the materials used at times encouraged the introduction of numerous and interesting variations into Egypt’s hieroglyphic corpus. The Australian publication of this hieroglyphic record from El-Hawawish has been especially important because of the poor state of preservation of the tombs and the limited printed material available prior to the 1980s. The original documentation was carried out by volunteer students from the universities of Auckland (New Zealand) and Macquarie (Australia), under the inspiration and guidance of Professor Naguib Kanawati. Particularly notable are the careful transcriptions from the wooden coffins from this era, revealing a most inventive and sophisticated approach to writing so many thousands of years ago. Without the dedicated work of those numerous modern hands, the El-Hawawish hieroglyphic corpus would have been lost forever. This volume presents a representative sample of that precious writing.

Vivienne Gae Callender is a specialist in Egyptian social history. She is a graduate of New England and Macquarie Universities in Australia. She is an honorary member of the Czech Institute of Egyptology at the Charles University in Prague and for many years has been a member of the Czech team excavating at Abusir in Egypt. She has edited and contributed to various excavation publications, and published many articles and monographs of her own, such as In Hathor’s Image: The Wives and Mothers of Egyptian Kings from Dynasties I-VI (Prague, 2011).


  • Vivienne G. Callender (lien IdRef : 145577988)
    Spécialiste de l’histoire sociale de l’Égypte ancienne, elle est membre d’honneur de l’Institut tchèque d’égyptologie de l’université Charles de Prague, et a fait partie de l’équipe tchèque de fouilles sur le site d’Abousir pendant de nombreuses années. Elle a édité ou contribué à de multiples publications archéologiques, et est l’auteur d’un grand nombre d’articles et ouvrages, parmi lesquels "In Hathor’s Image: The Wives and Mothers of Egyptian Kings from Egyptian Kings from Dynasties I-VI" (Prague, 2011).
Vignette
IF1201, ISBN 9782724707571
2019 IFAO
Collection: BiEtud 177
1 vol., 845 p.
gratuit - free of charge
• Lire le sommaire
• Lire en ligne
Catalogue de la statuaire royale de la XIXe dynastie

Ce volume publié en ligne sur le site de l’Ifao comprend le catalogue des statues royales de la XIXe dynastie, originales et remployées, et des statues attribuées aux rois de cette dynastie. Ce catalogue contient quelque 3000 photos et constitue un outil de travail exceptionnel pour les chercheurs qui s’intéressent à la statuaire royale de l’époque ramesside, tous les exemplaires de cette statuaire s’y trouvant recensés par l’auteur, dans un souci d’exhaustivité. Lui est associée une synthèse, à paraître en version imprimée, qui présente les statues par règne et traite les différents types statuaires dans leur évolution.

L’ouvrage est constitué d’un PDF mis en ligne, renvoyant à une base de données pour les illustrations.

————◆————

The present volume published online on the IFAO website includes the catalogue of the royal statues from the 19th dynasty which are either original, reused or attributed to the kings of the said dynasty. This catalogue, which gathers around 3000 pictures, is an exceptional instrument for study for scholars interested in the royal statuary of the Ramesside period, as an overview of all the statues dated to the 19th dynasty is offered. An oncoming synthesis, to be printed by the IFAO, is associated to the present volume, which intends to present the statues for each reign and the different statuary types in their evolution.

The book consists of an online PDF, referring to a database for illustrations.


  • Hourig Sourouzian (lien IdRef : 031772781)
    Hourig Sourouzian est égyptologue, diplômée de l’École du Louvre et docteur d’État ès lettres de l’université Paris-Sorbonne. Spécialisée dans l’art égyptien, elle s’intéresse particulièrement à la statuaire, à laquelle elle contribue en procédant à de nombreuses reconstitutions dans des temples et des musées. Membre correspondant de l’Institut archéologique allemand, elle a participé à plusieurs missions archéologiques en Égypte et dirige depuis 1998 la Mission des colosses de Memnon à Thèbes.
Vignette
IF1159, ISBN 9782724707151
2019 IFAO
Collection: BiEtud 170
1 vol., 508 p.
65 (1152 EGP)
• Lire le sommaire

La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe siècle). II- Questions transversales

Le programme collectif sur la Vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (ive-xe siècle) trouve avec le présent ouvrage son achèvement. Un premier volume avait exposé, par régions géographiques, la variété des sources permettant d’étudier le quotidien des moines des premiers siècles. Dans un second colloque tenu à Paris en 2011, une perspective comparatiste fut appliquée à six thèmes transversaux : le paysage monastique, le corps du moine, la prière, les sociologies monastiques, l’économie productive, la fixation et la diffusion de la norme. Vingt-deux articles interrogent ici ces réalités communes aux moines égyptiens, nubiens, syro-palestiniens, byzantins, nord-africains, wisigothiques, italiens, francs et germaniques, anglo-saxons ou irlandais.

Si la démarche a su varier les angles d’approche, l’ambition d’embrasser toutes les formes de la vie monastique a été maintenue. Elle a permis de saisir le monachisme comme un phénomène non pas unique, mais façonné au contact d’environnements différents. Aussi le quotidien des moines, aux traits souvent répétitifs et peu saillants, illustre-t-il, comme en miroir, l’histoire des sociétés où ils se sont inscrits dans le temps.

————◆————

With this book, the joint research programme Everyday Life in Eastern and Western Monasticisms (4th-10th century AD) reaches its end. A first volume presented the variety of sources to study daily monastic life for the first centuries, in geographical order. During a second colloquium held in Paris in 2011, a comparative perspective was applied to six transversal topics: monastic landscape, the monk’s body, prayer, sociologies, productive economy, creation and dissemination of monastic rules. The present volume gathers twenty-two articles questioning these issues common to Egyptian, Nubian, Syro-Palestinian, Byzantine, North African, Visigothic, Italian, Frankish and Germanic, Anglo-Saxon or Irish monks. Although the approaches are manyfold, we have maintained our ambition to consider all forms of monastic life. Therefore, it was possible to grasp monasticism as a diverse phenomenon, which has been shaped by various environments. If daily monastic life is repetitive and does not always present salient features, it nonetheless mirrors the history of societies within which monks have settled down.


  • Olivier Delouis (lien IdRef : 101881452)
    Ancien membre de l’École française d’Athènes, il est chargé de recherche au CNRS (UMR 8167 Orient et Méditerranée, Paris). Spécialiste du monachisme byzantin, il dirige la Revue des études byzantines.
  • Maria Mossakowska-Gaubert (lien IdRef : 187403511)
    Ancien membre scientifique à titre étranger de l’IFAO, à présent chercheur à l'Université de Copenhague (bourse européenne de Marie Skłodowska-Curie). Spécialiste de la culture matérielle et du monachisme de l'époque antique tardive en Égypte.
Vignette
IF1088, ISBN 9782724706437
2019 IFAO
Collection: TAEI 54
1 vol., 588 p.
69 (1223 EGP)
• Lire le sommaire

Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe siècle)

Dans cet ouvrage résolument pluridisciplinaire, qui associe des historiens et des archéologues européens, américains et arabes, la guerre et la paix sont envisagées comme un couple indissociable, en interactivité permanente. Les travaux ici réunis montrent que cette interactivité est particulièrement prégnante dans le Proche-Orient arabe et musulman des xe - xvie siècles, où une classe de guerriers non arabes crée de nouveaux régimes politiques marqués par une forte militarisation du pouvoir. Ces guerriers font de la guerre et de la paix des outils de gestion des hommes et des territoires, qu’ils utilisent selon leur bon gré, toujours afin de promouvoir et pérenniser leur pouvoir.

Pourtant, l’activité de ces guerriers ne se limite pas au champ militaire. Les contributions réunies dans ce livre permettent de réfuter l’idée, encore trop souvent mise en avant par les spécialistes du Proche-Orient arabe et musulman, selon laquelle ils forment une caste complètement déconnectée des autres groupes sociaux. Certes, ils constituent bien un groupe social singulier, qui prend en charge la lutte contre les Croisés et les Mongols, dont les attaques semblent, un temps, menacer l’existence même du Dār al-islām. Mais les guerriers ne sont pas isolés des autres groupes sociaux, avec lesquels ils partagent bien des valeurs et des pratiques culturelles. Leur activité est multiforme. Elle ne se limite pas au champ politique et militaire : ils investissent aussi les champs religieux, économique et culturel. Progressivement, avec le soutien des élites civiles et religieuses sur lesquelles ils s’appuient pour gouverner et auxquelles ils se mêlent, ils modèlent en profondeur les sociétés qu’ils dominent, dont il apparaît, à la lecture de ce livre, qu’elles ne sont pas socialement segmentées ni cloisonnées.

————◆————

War and peace are deemed as inseparable and in pertinent interactivity in this multidisciplinary work, which brings together European, American and Arab historians and archaeologists. The papers published in this book show that this interactivity was particularly salient in the Arab and Muslim Middle East of the 10th-16th centuries, where a class of non-Arab warriors created new political regimes characterized by a strong militarization of power. These warriors used war and peace as means to manage territories and men in order to consolidate and entrench their power.

However, the activity of these warriors was not restricted to the military field. The papers collected in this book refute the idea, often still put forward by the specialists of the Arab and Muslim Middle East, that they formed a caste wholly detached from other social groups. Admittedly, they make up a singular body that takes charge of the fight against the Crusaders, who threatened Dār al-islām. Nevertheless, these warriors were not secluded from other social groups, with whom they share cultural values and practices. Their activity was multifaceted and not only limited to the political and military field. They were also involved in religious, economic and cultural activity. They gradually shaped the societies that they ruled with the support of the civil and religious elites on whom they relied to govern. This book shows that medieval Middle Eastern societies were neither socially segmented nor compartmentalized.


  • Mathieu Eychenne (lien IdRef : 123295297)
    Mathieu Eychenne est maître de conférences en histoire de l’Islam médiéval à l’Université Paris Diderot–Université de Paris. Historien et arabisant, docteur de l’Université Aix-Marseille (2007), sa thèse a été publiée sous le titre Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk (milieu XIIIe-fin XIVe s.) (Presses de l’Ifpo, 2013). Il a ensuite poursuivi ses recherches dans différentes institutions françaises et étrangères, notamment comme chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (2008-2013). Ses travaux portent sur l’histoire sociale, économique et environnementale du Proche-Orient médiéval (XIIe-XVIe s.).
  • Stéphane Pradines (lien IdRef : 060719532)
    Stéphane Pradines est archéologue et Professeur d’art et d’architecture islamique à l’Université Aga Khan, Institut pour l’étude des civilisations musulmanes à Londres. Il a dirigé de nombreuses fouilles archéologiques dont les prestigieuses fouilles des murailles du Caire et d’autres fouilles dans l’océan Indien et en Afrique orientale. Il est spécialiste du commerce médiéval dans l’océan Indien, de l’islamisation en Afrique subsaharienne et des cultures matérielles de guerre en Afrique musulmane.
  • Abbès Zouache (lien IdRef : 088010481)
    Abbès Zouache est chercheur au CNRS, directeur du Centre français d'archéologie et de sciences sociales (Sanaa et Koweït City). Historien, arabisant, il est spécialiste de la guerre dans l'Orient médiéval, qu'il envisage comme un phénomène social et culturel. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles.
Vignette
IF1172, ISBN 9782724707267
2019 IFAO
Collection: MIFAO 141
1 vol., 352 p.
49 (869 EGP)
• Lire le sommaire

La vaisselle en pierre des reines de Pépy Ier

Dans le cimetière de la famille du roi Pépy Ier de la VIe dynastie (c. 2330-2280), la mission archéologique franco-suisse de Saqqâra (MafS) a mis au jour huit complexes pyramidaux de reines de la fin de l’Ancien Empire. Cette publication présente une étude et un catalogue d’une partie du mobilier livré par ces tombeaux : la vaisselle en pierre – généralement fragmentaire et parfois inscrite, comme celle de la reine mère Ânkhnespépy II –, les séries de modèles – vases factices à fonction symbolique –, les boîtes simulacres d’offrandes alimentaires, ainsi que d’autres objets d’équipement funéraire. Les pierres rencontrées sont majoritairement la calcite (ou travertin, ou albâtre égyptien), le gneiss, la grauwacke, le calcaire.

Une grande variété de formes apparaît, dont de grandes jarres inscrites, des coupes raffinées, des formes bien répertoriées à la VIe dynastie et des vases beaucoup plus anciens que la VIe dynastie. Les modèles révèlent une permanence des formes par rapport à celles des périodes précédentes, et c’est dans le matériel des reines de Pépy Ier que les boîtes d’offrandes alimentaires de taille réelle, certaines en calcite, apparaissent pour la première fois dans un équipement royal.

————◆————

In the cemetery of the family of King Pepy I of the 6th Dynasty (c. 2330-2280), the French-Swiss archaelogical Mission of Saqqâra (MafS) has uncovered eight pyramidal complexes of queens from the end of the Old Kingdom. This publication presents a study and a catalog of some of the material delivered by these tombs, including stone vessels – usually fragmentary and sometimes inscribed, such as that of the queen mother Ankhnespepy II –, series of models – dummy vases with symbolic function –, containers for food offerings, as well as other items of funeral equipment. The stones encountered are mainly calcite (or travertine, or Egyptian alabaster), gneiss, greywacke, limestone.

A wide variety of shapes appears, including large inscribed jars, refined cups, shapes well attested in the 6th dynasty and vases much older than the 6th dynasty. The models reveal a permanence of the shapes compared to those of the previous periods, and it is in the material of the queens of Pepy I that the cases of food offerings of real size, some in calcite, appear for the first time in a royal equipment.


  • Anne Minault-Gout (lien IdRef : 031714056)
    Pendant de longues années en charge des Archives scientifiques de l’Ifao, elle a rejoint en 2000 l’UMR 8167 du CNRS, Orient & Méditerranée, Paris. Elle est membre de la Mission archéologique franco-suisse de Saqqara depuis 2000 et est rattachée au Centre de recherches égyptologiques de la Sorbonne. Elle a mené des fouilles au Soudan (notamment à Saï avec J. Vercoutter), à Balat avec l’Ifao sur le mastaba II, à Tell Abyad (Nord-Sinaï), et a publié des monographies et des articles concernant ces sites. Elle collabore également aux travaux de Karnak et de Doukki Gel.
Vignette
IF1179, ISBN 9782724707359
2019 IFAO
Collection: FIFAO 81
1 vol., 304 p.
45 (798 EGP)
• Lire le sommaire
• Lire le corrigendum
• Lire en ligne

Ostraca de Krokodilô II
La correspondance privée et les réseaux personnels de Philoklès, Apollôs et Ischyras

Le fort de Krokodilô, fouillé en 1996 et 1997 par la Mission française du désert Oriental, est situé sur la route reliant Coptos, dans la Vallée du Nil, à Myos Hormos, sur la mer Rouge. Son dépotoir, formé sous les règnes de Trajan et Hadrien, a livré plus de 800 ostraca, dont 189 sont publiés dans ce volume.

Après un premier volume des Ostraca de Krokodilô consacré à la correspondance militaire, le présent ouvrage s’intéresse à la correspondance privée que s’échangeaient les habitants de Krokodilô et des forts voisins, Phoinikôn et Persou.

Les lettres ont été rédigées par trois personnalités très différentes : Philoklès, le vivandier et proxénète, joue un rôle central dans l’approvisionnement des habitants des fortins du désert, et dans le commerce de prostituées, dont il s’est fait une spécialité ; Ischyras, le carrier, est une connaissance de Philoklès, ses lettres regorgent de manifestations d’amitié tout en livrant quelques confidences peu amènes, indices de rapports humains parfois brutaux ; Apollôs enfin, en plus d’être semble-t-il un soldat, assure le rôle de scribe au sein d’un groupe dont les préoccupations concernent presque uniquement le ravitaillement.

La richesse de ce corpus permet de reconstituer la vie des petites sociétés peuplant les garnisons du désert au début du iie s. apr. J.-C., et de mettre en lumière la vigueur des réseaux qui liaient les quelque 200 personnages qui apparaissent dans les ostraca. On y découvre l’importance des liens de solidarité dans un milieu hostile et la place essentielle des civils, notamment des femmes, dans la vie des fortins.

————◆————

The fort of Krokodilo on the road from Coptos to Myos Hormos was excavated in 1996-97 by the French mission in the Eastern desert. Its rubbish-dump was formed during the reigns of Trajan and Hadrian, and produced over 800 ostraca, 189 of which are published in this volume.

While the first volume of Ostraca de Krokodilô concerns military correspondence, this second volume contains private letters exchanged between the inhabitants of Krokodilo and the neighbouring forts, Phoinikon and Persou.

The letters were written by three very different characters: Philokles, a green-grocer and pimp, plays a central role in supplying vegetables to the inhabitants of the desert forts and also organises the prostitution; Ischyras, a quarry-man, is an acquaintance of Philokles and his letters are full of declarations of friendship, but also contain some harsh remarks which demonstrate the brutality of certain human relationships; Apollos is probably a soldier, but also functions as a letter-writer for a group of people who are mostly concerned with their provisions of food.

This rich corpus gives us a glimpse of the daily life in a society of some 200 people who lived in the desert garrisons at the beginning of the 2nd century AD, and who appear in the ostraca. We are able to witness the importance of solidarity in this hostile environment and the important role of civilians, not least the women, in the life around the forts.


  • Adam Bülow-Jacobsen (lien IdRef : 026650835)
    PhD (Londin),ancien professeur de papyrologie à l’université de Copenhague, bénévole de l’Institut de papyrologie de la Sorbonne. Participant à de nombreuses fouilles de carrières et praesidia dans le désert oriental d’Égypte.
  • Jean-Luc Fournet (lien IdRef : 066974054)
    Ancien membre scientifique de l'IFAO (1992-1996) avant d'entrer au CNRS comme chargé de recherche, puis à l’École Pratique des Hautes Études comme directeur d’études en papyrologie grecque (Section des sciences historiques et philologiques). Il a été élu professeur au Collège de France sur la chaire « Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine » en 2015. Depuis 2017, il est aussi directeur d’études cumulant à l’École Pratique des Hautes Études. Éditeur de papyrus, il est aussi spécialiste de la culture écrite de l’époque protobyzantine.
  • Bérangère Redon (lien IdRef : 140353542)
    Historienne et archéologue, spécialiste des présences étrangères (grecque et romaine) dans les régions de marge de l’Égypte, elle est chargée de recherche au CNRS (HiSoMA, Lyon). Elle a rejoint la mission française du désert Oriental en 2010 et l’a dirigée de 2013 à 2017. Elle conduit actuellement le projet ERC "Desert Networks: Into the Eastern Desert of Egypt from the New Kingdom to the Roman period"
Vignette
IF1189, ISBN 9782724707458
2019 IFAO
Collection: BiGen 56
1 vol., 176 p.
19 (337 EGP)
• Lire le sommaire
Études de documents hiératiques inédits
Les ostraca de Deir el-Medina en regard des productions de la Vallée des Rois et du Ramesseum. Travaux de la première Académie hiératique – Ifao (27 septembre – 1er octobre 2015).

L’Académie hiératique, fondée en 2015, entend former annuellement de jeunes chercheurs à l’édition des textes hiératiques. Elle s’appuie sur le fonds des ostraca littéraires de Deir el-Medina conservés à l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) du Caire, dans lequel des pièces inédites sont sélectionnées en vue de leur étude et de leur publication par les étudiants. Chaque année, un thème spécifique est choisi, qui devient le fil conducteur du travail conduit durant l’atelier de formation.

Ce volume rassemble les contributions des 6 participants de la première académie hiératique, qui s’est tenue à l’Ifao du 27 septembre au 1er octobre 2015. Centré autour du titre Ṯȝy-ḫw, « flabellifère », il permet d’aborder les rapports entre Deir el-Medina et les autres centres de production de textes hiératiques littéraires de la rive gauche de Thèbes au Nouvel Empire. Ces contributions sont introduites par les articles de Chr. Barbotin, d’A. Dorn et de St. Polis, experts invités pour encadrer les élèves lors cette première session de l’académie. Ils y livrent les résultats de leurs travaux sur des documents hiératiques inédits utilisés comme support méthodologique durant la formation.

————◆————

The Académie hiératique, created in 2015, was set up to train young researchers in the publication of hieratic texts. Based on the literary ostraca fund of Deir el-Medina kept at the IFAO (Institut français d’archéologie orientale), in Cairo, some unpublished texts of which were selected to be studied and published by the students.

Each year a specific theme is chosen which becomes the connecting thread of work to be carried out by this workshop.

This volume assembles the contributions of the 6 participants of the first Académie hiératique held at the IFAO from September 27th to October 1st, 2015.

Keeping in view the title Ṯȝy-ḫw (« fan bearer »), it allows an approach of relationships between Deir el-Medina and the other centres on the left bank of Thebes in the New Kingdom where literary texts were produced and found. The introduction to these contributions combines articles by Chr. Barbotin, A. Dorn and St. Polis, who were all three invited as experts to coach the students during the first session of the Academy. These contributions present the results of their work on the unpublished hieratic documents used as a methological support throughout the training.


  • Florence Albert (lien IdRef : 145084876)
    Membre scientifique de l’Ifao, travaille sur l’édition de textes littéraires et funéraires. Elle est responsable avec Annie Gasse du programme de publication des ostraca littéraires de Deir el-Medina conservés à l’Ifao au sein duquel s’inscrit l’Académie hiératique.
  • Annie Gasse (lien IdRef : 026883260)
    Directeur de recherche au CNRS (Montpellier, UMR 5140, ASM), auteur de plusieurs publications consacrées aux ostraca littéraires de Deir el-Medina conservés à l’Ifao. Avec Florence Albert, elle a fondé l’Académie hiératique en 2015.

Vous pouvez acquérir ce(s) fichier(s) PDF issu(s) de cet ouvrage en cliquant sur le titre puis 'Ajouter au panier'.

You can buy theses PDF files extracted from this book by clicking on the title then 'Add to cart'.

Florence Albert, Annie Gassep. 1-16919 €
Études de documents hiératiques inéditsBiGen056.pdf
Vignette
IF1197, ISBN 9782724707526
2019 IFAO
Collection: MIDEO 34
1 vol., 420 p.
39 (691 EGP)
• Lire le sommaire
• Lire en ligne

MIDEO 34
Le ḥadīṯ comme autorité du savoir

La canonisation du ḥadīṯ n’a pas été sans conflits théologiques : entre les coranistes, les traditionnistes, les rationalistes, la question posée est toujours celle de l’autorité du savoir. Comment l’autorité du ḥadīṯ s’est-elle construite et comment la science du ḥadīṯ a-t-elle pu être transmise et donner lieu, au sein des écoles de fiqh et des différents courants de l’islam (kalām, philosophie, etc.), non seulement à une pluralité d’interprétations mais aussi à l’élaboration d’un cadre épistémologique ? Le dossier de ce Midéo cherche à comprendre la source de l’autorité du ḥadīṯ au sens de souveraineté intellectuelle, à saisir la réalité de cette autorité en tant que « texte » (matn), à questionner l’étendue des champs du savoir dans lesquels le ḥadīṯ fait autorité.

Le contenu du volume est disponible sur OpenEdition, en accès libre :

https://journals.openedition.org/mideo/2606

————◆————

The canonization of Ḥadīṯ has not been without theological conflicts: between the Qurʾānic scholars, the traditionalists, and the rationalists, the question raised is always that of the authority of knowledge. How has the authority of Ḥadīṯ been built and how has the science of Ḥadīṯ been transmitted and gave birth, within the schools of Fiqh and the various currents of Islam (kalām, philosophy, etc.), not only to a plurality of interpretations but also to the elaboration of an epistemological framework? The theme of this issue of Midéo seeks to understand the source of the authority of Ḥadīṯ understood as an intellectual sovereignty, to grasp the reality of its authority as « text » (matn), and to question the extent of the fields of knowledge in which Ḥadīṯ is authoritative.

You can have an Open Access of the content on OpenEdition :

https://journals.openedition.org/mideo/2606

————◆————

لم يتمّ تكريس الحديث النبويّ كمرجعيّة دون صراعاتٍ دينيّة بين علماء القرآن وأهل الحديث وأهل العقل. والسؤال المطروح دائمًا هو عن مصدر السلطة المعرفيّة؟ كيف نشأتْ مرجعيّة الحديث النبويّ وكيف أنّه من خلال المدارس الفقهيّة والتيارات المختلفة في الإسلام مثل علم الكلام والفلسفة إلخ… انتقل علم الحديث، وكيف أدّى ليس إلى تعدّديّةٍ في التفسير فحسب بل أيضًا إلى صياغة إطارٍ معرفيّ جديد؟ يهدف هذا العدد من مجلّة معهد الدراسات الشرقية للآباء الدومينيكان إلى فهم مرجعيّة الحديث النبويّ كسلطةٍ فكريّة وكذلك إلى فهم حقيقة سلطة الحديث كـ«نصّ» (المتن)، ويهدف كذلك إلى التساؤل حول مساحة المجالات المعرفيّة الّتي يعمل فيها الحديثُ النبويُّ كسلطةٍ مرجعيّة.


  • Emmanuel Pisani (lien IdRef : 167138731)
    Directeur de l’Institut de science et de théologie des religions de Paris, il est membre de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA7403) et directeur du laboratoire de recherche « Islam et Altérité ». Emmanuel Pisani est membre du Conseil d’orientation de la Fondation de l’Islam de France et conseiller scientifique de la Plateforme universitaire de la recherche sur l’Islam en Europe et au Liban (PLURIEL). Il a reçu en 2016 le Prix Muhammad Arkoun organisé par l’IISMM et le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans, pour sa thèse Hétérodoxes et non-musulmans dans la pensée d’al-Gazali.
Vignette
IF1198, ISBN 9782724707533
2019 IFAO
Collection: BCAI 33
1 vol., 105 p.
gratuit - free of charge
• Lire le sommaire
• Lire en ligne
Bulletin critique des Annales islamologiques 33

Le Bulletin critique des Annales islamologiques (BCAI) vise à rendre compte de toute publication intéressant les études arabes et islamiques dans les divers domaines : langue et littérature arabes ; islamologie ; philosophie ; histoire ; histoire des sciences et des techniques ; anthropologie et sciences sociales ; arts et archéologie. Le BCAI est conçu et préparé par l’équipe Islam médiéval de l’UMR 8167 Orient Méditerranée du Cnrs. Il est mis en page et mis en ligne par l’Ifao.

————◆————

The Bulletin critique des Annales islamologiques takes into account all publications of interest to Arab and Islamic studies in a variety of domains: Arabic language and literature; Islamic studies; philosophy; history; history of science and technology; anthropology and social sciences; arts and archaeology. It is edited by the team of Islam médiéval (UMR 8167 Orient Méditerranée - Cnrs) and published on line by IFAO.


  • Agnès Charpentier (lien IdRef : 058871713)
    Ingénieure au CNRS (UMR 8167), spécialiste de l’histoire et de l’architecture de l’Islam d’Occident, elle travaille depuis 2008 sur l’aménagement, l’histoire et l’architecture de l’ouest algérien et les liens avec les autres émirats d’Occident. Agnès Charpentier assure depuis 2019 la direction du Bulletin critique des Annales islamologiques.
Vignette
IF1188, ISBN 9782724707441
2019 IFAO
Collection: BiGen 55
1 vol., 204 p.
34 (603 EGP)
• Lire le sommaire

Le temple de Ptah à Karnak III
La Favissa

En décembre 2014, les fouilles entreprises à proximité du temple de Ptah à Karnak ont mis au jour une favissa, à savoir une fosse comblée d’objets, creusée à quelques mètres à l’arrière du sanctuaire de la divinité. La fosse contenait trente-huit objets mobiliers, statues, statuettes et éléments d’appliques statuaires, en calcaire, grauwacke, alliage cuivreux et fritte égyptienne, parfois recouverts d’or. La visualisation et l’analyse du comblement de la favissa ont été rendues possibles grâce à l’apport des méthodes modernes de relevés photogrammétriques et de modélisation 3D. Creusée à la fin de l’époque ptolémaïque, la fosse a servi à abriter une statue « déclassée » du dieu Ptah datant du Nouvel Empire, entourée d’éléments mobiliers et de nombreux bronzes osiriens, la plupart des objets remontant à la Troisième Période intermédiaire et à la Basse Époque (XXVe et XXVIe dynasties notamment). L’analyse et l’interprétation du comblement conduisent, dans cet ouvrage, à s’intéresser aux caches sacrées égyptiennes dans leur ensemble et à envisager le présent dépôt comme le témoignage de l’inhumation d’une statue du dieu Ptah dans le cadre de rituels osiriens.

————◆————

In December 2014, excavation near the temple of Ptah in Karnak uncovered a favissa –a pit filled with objects– dug a few meters behind the shrine of the god. The pit contained thirty-eight objects, statues, statuettes and statuary elements, in limestone, greywacke, copper alloy and Egyptian frit, sometimes gilded. The visualization and analysis of the favissa filling has been made possible by the use of modern photogrammetric survey, and 3D modeling methods. Dug at the end of the Ptolemaic Period, the pit housed a New Kingdom broken statue of the god Ptah, surrounded by religious artefacts and many Osirian bronzes, most of the objects dating back to the Third Intermediate Period and the Late Period (especially 25th and 26th Dynasties). The analysis and the interpretation of the data lead, in this volume, to look at the Egyptian sacred caches as a whole, and to consider the present deposit as a testimony of the burial of a statue of the god Ptah in an Osirian ritual context.

————◆————

في ديسمبـر 2014، كشفت أعمال الحفائر بمحيط معبد بتاح عن خبيئة ‐ عبارة عن حفرة مُلئت بلقى ‐ حُفرت على بعد أمتــار قليلة خلف مقصورة الإله، وتحوي هذه الحفــرة عدد 38 من اللقى المتنوعة: تماثيل مختلفة الأحجام وعناصر من تماثيل من الحجر الجيري ومن حجر الجريواك وسبائك النحاس بالإضافة إلى الفيانس المصري وفي بعض الأحيان تكون هذه اللقى مذهبة.

لقد أصبح من الممكن تصور وتحليل هذه الخبيئة باستخدام المسح التصويري الحديث والنماذج ثلاثية الأبعاد. حفرت هذه الخبيئة في نهاية العصر البطلمي، وحوت على تمثال مكسور للإله بتاح من عصر الدولة الحديثة أحيط بعدد من اللقى الأثرية وكثير من التماثيل البرونزية الأوزيرية، ومعظم هذه اللقى يؤرخ لها بعصر الانتقال الثالث والعصر المتأخر(خاصة الأسرتين 25 و26).

إن تحليل وتفسير البيانات في هذا الكتاب يرشدنا إلى الأخذ بعين الاعتبار الخبايا المصرية المقدسة ككل واعتبار المحتوى الحالي كدليل على دفن تمثال الإله بتاح في سياق الطقوس الأوزيرية.


  • Guillaume Charloux (lien IdRef : 109153634)
    Guillaume Charloux, docteur en archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, diplômé de l’École du Louvre et de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, est actuellement ingénieur de recherche au CNRS (UMR 8167, Orient & Méditerranée, Paris). Il dirige depuis 2010 la mission archéologique et épigraphique Oasis de l’Arabie déserte, regroupant plusieurs sites majeurs d'Arabie : al-Bad', Camel Site, Dûmat al-Jandal, Kharj et Najrân. Il coordonne également plusieurs projets de recherche à Karnak (Égypte), auprès du CFEETK (USR 3172 du CNRS - CSA), notamment la fouille du temple de Ptah en collaboration avec Christophe Thiers (CNRS, UMR5140), et la publication des fouilles archéologiques 1975-1977 de la cour du Xe pylône avec Raphaël Angevin (Ministère de la culture, UMR 7041, Arscan).
  • Christophe Thiers (lien IdRef : 073982857)
    Ancien membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, directeur de recherche au CNRS, Christophe Thiers a dirigé l’USR 3172-Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak de 2008 à 2018, et a depuis rejoint l’UMR 5140-Archéologie des sociétés méditerranéennes (univ. Montpellier 3). Il oriente ses recherches sur les théologies thébaines tardives, en lien particulier avec les missions archéologiques et épigraphiques entreprises dans les temples de Karnak, Tôd et Ermant, et étudie la documentation hiéroglyphique « officielle » de l’époque ptolémaïque.
Vignette
IF1153, ISBN 9782724707090
2019 IFAO
Collection: MIFAO 137
2 vol., 496 p.
69 (1223 EGP)
• Lire le sommaire

Le temple funéraire du roi Pépy Ier

Le présent ouvrage concerne le temple haut du complexe funéraire de Pépy Ier, troisième souverain de la VIe dynastie. Il s’inscrit dans la continuité des publications portant sur la pyramide de Pépy Ier : textes, traduction de textes, architecture, marques sur pierres de construction. Il présente le projet du tombeau royal et l’arrivée de la chaussée qui y conduit, l’aspect extérieur et les deux parties du temple : l’avant-temple et le temple intime. La petite pyramide est également présentée à travers son architecture et sa fonction. Les lieux de culte, les circulations, les détails des blocs de bas-reliefs sont étudiés. De nombreuses hypothèses de restitutions sont proposées, tant pour l’architecture que pour les bas-reliefs et leur emplacement sur les parois. Enfin, les modifications du monument sous Mérenrê Ier sont envisagées, complétées par un essai de synthèse entre fonction et décors.

Un dernier volume, collectif, sera consacré à l’histoire du temple : de son incendie à l’extrême fin de l’Ancien Empire, sa restauration au Moyen Empire, sa ruine au Nouvel Empire, qui voit sa transformation en un modeste cimetière collectif, jusqu’à la retaille de ses blocs à la période copte, et son dépeçage sous les mamelouks.

————◆————

The present volume concerns the pyramid temple of the mortuary complex of Pepy I, third King of the 6th Dynasty. It belongs to the series of publications concerning the pyramid of Pepy I: the texts, the translation of the texts, the architecture and stone marks. It includes the project for the royal tomb, the arrival of his causeway, the exteriors, the two parts of the temple: the fore-temple and the cult-temple. It presents the small tails of the decoration blocks. Many hypotheses for restitutions are proposed, both for the architecture and the reliefs and their original location on the walls. Finally, modifications to the monument under Merenre I and an essay of synthesis between function and decoration are envisaged.

A final collective volume will be devoted to the tomb’s history, its burning at the extreme end of the Old Kingdom, its restoration during the Middle Kingdom, its ruin at the New Kingdom when it was turned in to a modest collective cemetery, up to the reuse of its blocks during the Coptic period and its use as a quarry under the Mamluks.


  • Audran Labrousse (lien IdRef : 028309626)
    Audran Labrousse, directeur de recherche honoraire au CNRS, est également rattaché au Centre de Recherches Égyptologiques de Sorbonne Université. Architecte, détenteur de deux doctorats, il a mené des fouilles en Iran, au Soudan et en Égypte où il a dirigé la Mission archéologique française de Saqqâra.
Vignette
IF1183, ISBN 9782724707397
2019 IFAO
Collection: RAPH 43
2 vol., 632 p.
42 (745 EGP)
• Lire le sommaire

Religion et alimentation dans l’Égypte et l’Orient anciens

Religion et alimentation sont intrinsèquement liées. La religion, en particulier antique, a besoin de la nourriture pour donner forme au rite : les aliments, en tant qu’offrandes, circulent entre l’ici-bas et l’au-delà, depuis les hommes qui les présentent aux dieux et aux morts, puis en retour, depuis les dieux – parfois les morts – qui garantissent l’abondance et les fruits de la terre. Au cœur des pratiques alimentaires, la religion impose sa marque en contribuant à la fabrique d’un cadre normé, qui est aussi vecteur d’identité. Elle désigne ce qui est consommable, donc tenu pour pur, et ce qui ne l’est pas, fixe les règles de préparation des mets, du champ à la cuisine, et édicte des normes de conduite au moment de leur consommation. C’est précisément parce que la notion de norme est au cœur de l’une comme de l’autre, que religion et alimentation sont des moyens privilégiés d’interroger les sociétés, de les comparer entre elles, et de souligner les spécificités de chacune.

Le présent ouvrage, collectif et pluridisciplinaire, a pour objectif de préciser la place de la nourriture dans les mythes et les pratiques rituelles, et de définir la nature et l’importance de la marque religieuse dans les pratiques alimentaires. Fondé sur une démarche comparative, il rassemble 17 articles, aussi bien des études de cas que des travaux de synthèse portant sur l’Égypte, la Mésopotamie, l’Anatolie et le Levant, du IIIe millénaire à l’Antiquité tardive.

————◆————

Religion and food are intrinsically linked. Religion, especially in Antiquity, requires food to form the rite: food as offerings permits the circulation between this world and hereafter, from the living making offerings to the gods and the dead and then in return, the gods – and sometimes the dead – through the abundance of harvests offer food to the living. At the heart of food practices, religion imposes its mark by contributing to the manufacture of a standardized framework, which is also a vector of identity. It designates what is edible, therefore considered pure, and what is not; it creates the rules for preparing food, from the field to the kitchen, and sets standards of conduct at the time of consumption. It is precisely because the notion of norm is at the heart of both, that religion and food are privileged means to question societies, to compare them, and to underline the specificities of each.

The present work, which is collective and multidisciplinary, aims to clarify the place of food in myths and ritual practices, and to define the nature and importance of the religious mark in food practices. Based on a comparative approach, it brings together 17 articles, both case studies and synthesis works on Egypt, Mesopotamia, Anatolia and the Levant, from the 3rd millennium to late Antiquity.


  • Marie-Lys Arnette (lien IdRef : 153683953)
    Ancienne élève de l’École du Louvre, Marie-Lys Arnette a soutenu sa thèse de doctorat en égyptologie à l'université Paris 4 - La Sorbonne, en novembre 2010. Elle a ensuite été Adjointe aux Publications (2012-2013), puis Membre Scientifique de l'Ifao (2013-2017). Ses thèmes de recherche, souvent inspirés par l'anthropologie sociale, portent principalement sur le corps, ses normes et ses pratiques.
Vignette
IF1181, ISBN 9782724707373
2019 IFAO
Collection: BiEtud 172
2 vol., 448 p.
62 (1099 EGP)
• Lire le sommaire

Les papyrus magiques du Ramesseum
Recherches sur une bibliothèque privée de la fin du Moyen Empire

Rédigés à la fin du Moyen Empire et découverts dans un coffret de bois au fond d’un puits funéraire lors de fouilles anglaises menées en 1895-1896 sur la rive ouest de Thèbes, les papyrus du Ramesseum constituent pour la moitié d’entre eux – à savoir un texte en hiéroglyphes cursifs et douze textes en hiératique – la plus ancienne collection de papyrus magiques connue à ce jour. Souvent comparés aux deux autres bibliothèques magiques connues (les papyrus Chester-Beatty pour le Nouvel Empire et les papyrus Wilbour pour la Basse Époque), les papyrus magiques du Ramesseum, aujourd’hui conservés au British Museum, ont été publiés sous forme de planches par Sir Alan H. Gardiner en 1955, et font ici pour la première fois l’objet d’une étude systématique. En raison de leur état très fragmentaire, le déchiffrement de ces documents relève parfois de la gageure. Si la plupart des formules présentées ici ne sont pas connues par ailleurs, plusieurs parallèles ont pu être identifiés dans d’autres sources plus anciennes ou plus tardives. De nouvelles hypothèses sont également proposées sur l’utilisateur de ces documents et sur leur origine géographique.

————◆————

The Ramesseum papyri were composed in the late Middle Kingdom and discovered in a wooden box at the bottom of a tomb shaft during British excavations carried out in 1895-1896 on the west bank of Thebes. Half of them, i.e. one cursive and twelve hieratic documents, comprise the earliest collection of magical papyri known to this day. Often compared to the other two famous magical libraries known (the Chester-Beatty papyri for the New Kingdom and the Wilbour papyri for the Late Period), the magical papyri from the Ramesseum, today preserved at the British Museum, were published in 1955 by Sir Alan H. Gardiner in a volume of plates, and are here studied systematically for the first time. Due to their poor state of conservation, the deciphering of these very fragile and fragmentary documents often represents a conundrum. Although most of the spells are apparently unique to these papyri, several parallels could be identified in earlier or later sources. New hypotheses are also proposed on the user of these documents and on their geographic origin.


  • Pierre Meyrat (lien IdRef : 234901462)
    Né en 1977 à Neuchâtel (Suisse), Pierre Meyrat a étudié l’égyptologie, l’arabe et l’anglais à l’Université de Genève avant de compléter sa formation par un diplôme en traduction. Il a soutenu en mai 2012 sa thèse de doctorat sur les papyrus magiques du Ramesseum. Actuellement traducteur indépendant, il participe à différentes missions archéologiques ou épigraphiques en Égypte et au Soudan.
Vignette
IF1177, ISBN 9782724707335
2019 IFAO
Collection: FIFAO 80
1 vol., 520 p.
69 (1223 EGP)
• Lire le sommaire

Mirgissa V
Les empreintes de sceaux. Aperçu sur l’administration de la Basse Nubie au Moyen Empire

Le volume V de la série Mirgissa est consacré à la publication des empreintes de sceaux mises au jour sur ce site de la frontière méridionale de l’Égypte, et datées, pour la plupart, des XIIe et XIIIe dynasties. Plus de 15 000 fragments ont été recueillis dans la forteresse et sa décharge. Outre un grand nombre sur les huisseries des portes, et d’autres sur papyrus, les sceaux étaient appliqués sur des coffres et divers contenants. Les empreintes ont été laissées par des sceaux aux motifs géométriques ou gravés de signes hiéroglyphiques ; d’autres livrent les noms de rois et des représentations locales de grandes institutions comme le Trésor, les greniers, les magasins, le service du travail, ou encore donnent les titres et les noms de fonctionnaires. Certaines émanent de forts voisins.

Cet ensemble remarquable et unique a permis d’étudier, dans une seconde partie, l’organisation, au Moyen Empire, d’un mnnw, Mirgissa/Iqen, placé sous l’autorité d’un gouverneur, et ses relations avec la métropole et les autres citadelles de Nubie.

————◆————

The fifth volume of the Mirgissa series is devoted to the publication of the seals, dating from the 12th and 13th dynasties, which were discovered in the Mirgissa fortress on the southern Egyptian frontier. More than 15,000 pieces were found. A number of the seals were on doorframes; others were on papyrus documents, boxes and containers. Some were inscribed with geometric patterns, hieroglyphs and names. These included the names of kings, local departments of the main Egyptian institutions (such as the treasury, the granaries, the wdja-stores and the department of labor); and even the titles and names of officials. Some of the seals had been sent from neighboring fortresses.

This remarkable collection has enabled us to study the organisation of a mnnw, Mirgissa/Iqen, during the Middle Kingdom, as well as its links with other Nubian fortresses or the Theban region.


  • Brigitte Gratien (lien IdRef : 026901196)
    Directeur de recherche émérite CNRS (UMR 8164, HALMA-IPEL, Université de Lille 3) et directeur de la Mission Archéologique Française de Gism el-Arba (chantiers de Gism el-Arba, Zankor, Abou Sofyan), Brigitte Gratien a participé aux fouilles de Mirgissa et de Saï, sous la direction du Pr. J. Vercoutter, spécialiste des cultures nubiennes et de leurs relations avec l'Egypte pharaonique.
Vignette
IF1191, ISBN 9782724707472
2019 IFAO
Collection: BiGen 57
1 vol., 328 p.
35 (621 EGP)
• Lire le sommaire

Trésors inattendus
Trente ans de fouilles et de coopération à Umm el-Breigât (Tebtynis - Fayoum)

Le village de Tebtynis, situé en bordure sud du Fayoum, a été habité pendant environ 3000 ans de la XIIe dynastie pharaonique au xiie siècle de notre ère. Il a été, après sa découverte en 1899, fouillé par plusieurs missions scientifiques, saccagé par les chercheurs d’antiquités et amplement ravagé par les fouilleurs de sebâkh. Ainsi, aucun archéologue n’est revenu travailler dans ses ruines pendant plus de cinquante ans après la dernière campagne des Italiens en 1936, le site étant considéré comme épuisé. Lorsqu’en 1988 la mission franco-italienne, constituée par l’Ifao et l’université de Milan, reprit les fouilles, la nouvelle fut accueillie avec scepticisme dans certains milieux scientifiques. Les résultats obtenus au fil des ans ont toutefois été si satisfaisants que l’équipe a déjà mené trente et une campagnes et prépare sa trente-deuxième. De nouveaux quartiers ont été mis au jour, de grandes lacunes dans la connaissance du village ont été comblées et des milliers d’objets et de textes ont été découverts. De la masse de matériel récupéré, ce catalogue présente un choix réduit, mais d’un grand intérêt scientifique et muséologique. Certaines pièces sont exceptionnelles, voire uniques ; d’autres, grâce à leur provenance de contextes archéologiques datés, sont désormais des repères qui situent chronologiquement nombre d’exemplaires similaires ; d’autres encore sont courantes, mais présentent les différents aspects de la vie quotidienne à Tebtynis bien plus clairement et de manière bien plus détaillée qu’ailleurs.


  • Claudio Gallazzi (lien IdRef : 058472797)
    Titulaire de la chaire de papyrologie à l'université de Milan, Claudio Gallazzi est directeur de la mission archéologique franco-italienne de Umm-el-Breigât (Tebtynis) depuis sa création en 1988.
  • Gisèle Hadji-Minaglou (lien IdRef : 056980221)
    Ingénieur de recherche à l'Ifao et directrice des fouilles de Baouît, Gisèle Hadji-Minaglou participe en tant qu'archéologue aux travaux sur le site de Umm-el-Breigât (Tebtynis) depuis 1988.
Vignette
IF1142, ISBN 9782724706970
2019 IFAO
Collection: MIFAO 134
1 vol., 232 p.
40 (709 EGP)
• Lire le sommaire

Les fouilles à Baouît, tome second
Notes mises en ordre, augmentées et éditées par Dominique Bénazeth et Cédric Meurice

Chantier de l’Institut français d’archéologie orientale depuis 1901, le complexe monastique de Baouît a livré parmi les plus riches exemples de l’art et de l’architecture coptes, notamment retranscrits en 1911 dans le MIFAO 13, Fouilles à Baouît I.

La suite de cet ouvrage n’a jamais paru. Le lot d’archives ici présenté comporte néanmoins une courte introduction d’Émile Chassinat (1868-1948) et la plupart des planches qu’il avait déjà maquettées. Il témoigne de la volonté de l’auteur de livrer au monde savant la totalité de son travail à Baouît.

Publier cette suite après plus d’un siècle dans la collection des MIFAO est un hommage rendu au travail d’Émile Chassinat. Nous y croisons le savant, le directeur de l’Ifao, l’archéologue chef du chantier, l’épigraphiste, le photographe et l’imprimeur, entre autres qualités de cet auteur rigoureux. Le volume enfin terminé sort au moment où les fouilles reprises par le musée du Louvre et l’Ifao ont exploré le secteur des églises. Il préfigure une monographie sur l’église dite nord et l’étude de la grande église D, dont la fouille se poursuit à ce jour.

————◆————

The monastic complex of Bawit began to be excavated by the French Institute for Oriental Archaeology (IFAO) in 1901, and has produced some of the finest examples of Coptic art and architecture. These were documented in 1911 in MIFAO 13, Fouilles à Baouît I. The sequel to this work was never published. However, the set of archival materials presented here includes a short introduction by Émile Chassinat (1868–1948), along with most of the plates that he had already laid out in preparation for the proofs of the volume. It proves that Chassinat had hoped to present the scholarly world with the entirety of his work at Bawit.

By publishing this sequel in the MIFAO series, more than a century later, we pay tribute to Émile Chassinat’s work. Here we encounter the scholar, the director of the IFAO, the archaeologist in charge of the excavations, the epigrapher, the photographer, and even the printer, among the other talents of this meticulous author. This volume, finally completed, is being published just as the excavations recently resumed by the Musée du Louvre and the IFAO have explored the area where the churches are situated. It will be followed by a monograph on the so-called north church and a study of the large church D, where excavations are still ongoing.