Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

Recherches d’archéologie, de philologie et d’histoire (RAPH)

ISSN : 1011-1883

La collection RAPH est dédiée à la recherche en archéologie, philologie et histoire. Reflet de la recherche actuelle, elle s’émancipe des habituels découpages – géographique, chronologique, confessionnel – et propose une approche par thèmes, permettant le voisinage et l’interférence de champs parfois cloisonnés. Collection de textes, elle accueille des ouvrages d’expertise, de grandes synthèses, des résultats de thèses pour dégager des pistes novatrices en matière de réflexion comme de recherche. Elle se décline en trois séries : "Religions", "Culture et savoirs", "Pouvoirs et territoires".


Vignette
IF1327
ISBN 9782724710168
2024 IFAO
Collection: RAPH 47
Langue(s): français
1 vol. 232 p.
13 (650 EGP)

Recenser l’Égypte
Dette publique et politiques de quantification à l’ère impériale (1875-1922)

Dans la décennie qui précède l’occupation britannique (1882), l’Égypte est placée sous tutelle financière internationale, dans un contexte de crise de la dette. Émissaires, diplomates et banquiers européens mènent des enquêtes visant à recenser ses ressources économiques. Le présent ouvrage prend pour point de départ ces enquêtes afin d'explorer plus largement l’histoire de la statistique et de la quantification en Égypte à l’ère de la première globalisation financière.

Des débats autour du budget à la réforme de l’impôt et à celle des poids et mesures, cet ouvrage s’intéresse aux lieux, aux acteurs et aux modalités de la fabrique du chiffre. Il montre comment, dans un contexte de crise, l’évaluation des ressources publiques devient un enjeu de négociations et de luttes, où s’entrecroisent problèmes techniques et politiques. Il permet d’appréhender sous un jour nouveau l’histoire économique de l’Égypte à l’ère impériale et de placer le cas égyptien dans une histoire transnationale de la quantification et de la statistique.

In the mid-1870s, Egypt suffered from a major financial crisis which opened the door to the British occupation of the country in 1882. The debt crisis equally inaugurated a vast project to survey the economic resources of the country, conducted by European emissaries, bankers, and diplomats. The present study takes these surveys as a starting point for a broader exploration of the history of statistics and quantification in Egypt during the first phase of financial globalization.

From the debates about the budget to the adjustment of taxes and the reform of weights and measures, the book examines the actors, sites and practices of numerical knowledge production. It shows how the evaluation of public resources was a contested terrain where political struggles intersected with technical and scientific debates about measurement procedures.

This study provides new perspectives on the economic history of Egypt during the British colonial period, and aims to situate the Egyptian case within the transnational history of statistics and quantification.

تم وضع مصر تحت رقابة مالية دولية في سياق أزمة الديون خلال العقد السابق للاحتلال البريطاني (١٨٨٢م). وفي تلك الفترة تم ارسال مبعوثين ودبلوماسيين ورجال بنوك أوروبيين ليقوموا بدراسات ترمي إلى إحصاء الموارد المالية للبلاد. يتخذ هذا الكتاب هذه الدراسات الاستقصائية كنقطة انطلاق، بغية استكشاف تاريخ الإحصاء والقياس الكمي في مصر، في عصر أول عولمة مالية. وانطلاقًا من الصراعات حول الميزانية، إلى إصلاح نظام الضرائب، وإصلاح نظام الأوزان والمقاييس، ينصب اهتمام الكتاب على الأماكن والفاعلين والوسائل المستخدمة في عملية صناعة الأرقام. وهو يُظهِر كيف أنه، في سياق الأزمة، أصبح تقييم الموارد العامة موضوع تفاوض وصراع، حيث تقاطعت مصالح ورهانات تقنية وسياسية فيما بينها.

ويتيح الكتاب رؤية جديدة لقراءة تاريخ مصر الاقتصادي في عصر الاحتلال، كما يسعى إلى وضع الحالة المصرية في إطار تاريخ عالمي للإحصاء.

  • Vous pouvez acquérir ce(s) fichier(s) PDF issu(s) de cet ouvrage en cliquant sur le nom du fichier puis 'Ajouter au panier'.
  • You can buy theses PDF files extracted from this book by clicking on the file name then 'Add to cart'.
Malak Labib
p. 1-244
10 €
Recenser l’Égypte
Vignette
IF1270
ISBN 9782724708585
2023 IFAO
Collection: RAPH Religions 46
Langue(s): français
1 vol. 300 p.
38 (1900 EGP)

Cultes et textes sacrés dans l’Égypte tardive
Diffusion, circulation et adaptation

Les temples égyptiens et leurs clergés, loin de fonctionner comme des entités isolées, faisaient l’objet de nombreux points de contact entre les dieux, comme entre les hommes. Toutefois, bien que ces échanges soient avérés et témoignent d’une certaine universalisation de la religion égyptienne au niveau du pays, chaque clergé local avait à cœur de transformer ces emprunts pour les adapter aux particularités de son panthéon et de ses sanctuaires. De fait, il est souvent difficile de retracer avec certitude l’origine exacte de telle ou telle influence, de postuler l’existence d’un texte source (Urtext) ou encore de définir quelle est la part de « norme » et la part d’adaptation dans chaque tradition.

L’objectif du présent ouvrage est donc de contribuer à une meilleure compréhension de ces relations et des pratiques rituelles qui les sous-tendent, afin de mettre en valeur les modalités de fonctionnement de la religion égyptienne tardive, au cœur d’un double mouvement, d’apparence contradictoire, de standardisation d’une part et de singularisation locale d’autre part.

Far from being isolated units, ancient Egyptian temples were places of numerous points of contact among deities and among men. While these links are well known and tend to show a measure of universality in Egyptian religion throughout the country, each local clergy was intent on modifying this common background to adapt it to the specificity of its own pantheon and sanctuaries. Indeed, it is often difficult to determine with any certainty the precise origin of this or that influence, to postulate the existence of an original source (Urtext), or even to distinguish in each tradition which part proceeds from the “norm” and which is the product of an adaptation.

The aim of this book is to contribute to a better understanding of such relationships as well as of the underlying ritual practices in order to highlight the workings of Egyptian religion in the later periods—torn as they are between two apparently contradictory movements: standardization on the one hand and local singularization on the other.


  • Vous pouvez acquérir ce(s) fichier(s) PDF issu(s) de cet ouvrage en cliquant sur le nom du fichier puis 'Ajouter au panier'.
  • You can buy theses PDF files extracted from this book by clicking on the file name then 'Add to cart'.
Marion Claude (éd.), Abraham Ignacio Fernández Pichel (éd.)
p. 1-300
10 €
Cultes et textes sacrés dans l’Égypte tardive
Vignette
IF1222
ISBN 9782724707823
2021 IFAO
Collection: RAPH Religions 45
Langue(s): français
1 vol. 384 p.
32 (1600 EGP)

Écrire, initier et transmettre
Identité locale et tradition confrérique dans la Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, une confrérie soufie de Moyenne-Égypte (XIXe et XXe siècles)

La Ḥāfiẓiyya est une confrérie soufie de taille modeste, installée dans le sud du gouvernorat de Giza depuis le XIXe siècle. Cette petite confrérie, affiliée à la Ḫalwatiyya,  confrérie plus ancienne et aujourd’hui l’une des plus importantes d’Égypte, contribue à l’organisation de la vie religieuse locale par ses pèlerinages et ses rassemblements. La famille de son cheikh fondateur, ʿAbd al-Ḥāfiẓ (m. 1303/1886), dirige toujours la confrérie et a acquis une notabilité locale, au point d’exercer des fonctions politiques et d’arbitrage importantes. 
Une étude de terrain a permis de montrer l’ancrage d’une mémoire collective dans des pratiques confrériques héritées de l’enseignement du cheikh et ses descendants, se réclamant elles-mêmes de la tradition de la Ḫalwatiyya. Un manuel de soufisme, la Hidāyat al-rāġibīn fī al-sayr wa-l-sulūk ilā malik al-mulūk rabb al-ʿālamīn [La Bonne direction pour ceux qui désirent cheminer vers le Roi des rois Seigneur des mondes], assume ce rôle de transmission écrite ; l’étude de la tradition orale révèle quant à elle le travail de la mémoire et la formation d’une identité confrérique locale et originale.
Faire l’histoire de la Ḥāfiẓiyya conduit à évoquer l’histoire sociale des campagnes égyptiennes et à comprendre comment s’articule l’identité locale d’une modeste confrérie de Moyenne-Égypte avec une tradition confrérique plus large et pluriséculaire.


  • Vous pouvez acquérir ce(s) fichier(s) PDF issu(s) de cet ouvrage en cliquant sur le nom du fichier puis 'Ajouter au panier'.
  • You can buy theses PDF files extracted from this book by clicking on the file name then 'Add to cart'.
Renaud Soler
p. 1-381
10 €
Écrire, initier et transmettre
Vignette
IF1199
ISBN 9782724707557
2020 IFAO
Collection: RAPH 44
Langue(s): français
1 vol. 568 p.
39 (1950 EGP)

Soufisme et Hadith dans l’Égypte ottomane. ʿAbd al-Raʾūf al-Munāwī (952/1545 - 1031/1622) 

L’œuvre écrite de ʿAbd al-Raʾūf al-Munāwī (m. 1622) est l’une des plus riches et des plus importantes du XIe/XVIIe siècle en langue arabe. Il s’intéressa à toutes les sciences islamiques de son époque qu’il maîtrisa de façon exceptionnelle, d’après le témoignage de ses contemporains.

À ce titre, il incarne parfaitement l’idéal d’encyclopédisme et de polygraphie que l’Égypte ottomane a hérité de son époque mamelouke.

L’œuvre d’al-Munāwī n’est toutefois pas dénuée d’originalité. Tout en étant l’héritier de nombreux savants marqués par le soufisme, al-Munāwī a su proposer des vues en nette rupture avec le consensus. C’est le cas, notamment, de la façon dont il aborde la falsafa, l’alchimie et la science des lettres. Ce faisant, il est amené à tenter une réhabilitation d’Ibn Sīnā et d’Abū al-ʿAbbās al-Būnī.

Enfin et surtout, les écrits d’al-Munāwī constituent une excellente illustration de la convergence du soufisme et du Hadith qui fut amorcée durant la période mamelouke et s’amplifia au début de l’époque ottomane, notamment avec al-Suyūṭī et al-Šaʿrānī. Reprenant la tradition de l’herméneutique soufie du Hadith (al-Tirmiḏī, al-Kalābāḏī, al-Qūnawī, etc.), al-Munāwī l’enrichit d’apports importants comme ceux d’al-Ġazālī et d’Ibn ʿArabī. Il donne ainsi à cette tradition une ampleur rarement égalée.

The works of ʿAbd al-Raʾūf al-Munāwī (d. 1622) are one of the richest and most important of the 11th/17th century, in Arabic. He developed an interest in all the Islamic sciences of his time, which he mastered exceptionally well. As such, he embodies the ideal of encyclopedism and polymathy Egypt inherited from the Mamluk era.

Al-Munāwī’s works do not lack of originality. Heir of many scholars marked by Sufism, al-Munāwī was at the same time able to present views that differ radically from the conventional ones.

This is actually the case when he speaks about falsafa, alchemy and the science of letters. In doing so, he had to defend Ibn Sīnā and Abū al-ʿAbbās al-Būnī.

Finally and most importantly, al-Munāwī’s writings are an excellent illustration of the convergence of Sufism and Hadith that was initiated during the Mamluk era and then amplified under the first Ottomans, especially by al-Suyūṭī and al-Šaʿrānī. Resuming the Tradition of Sufi Hermeneutic of Hadith (al-Tirmiḏī, al-Kalābāḏī, al-Qūnawī, etc.), al-Munāwī enriches it with contributions from major authors like al-Ġazālī and Ibn ʿArabī. Thus, he gave this tradition a dimension hardly ever reached.


Vignette
IF1183
ISBN 9782724707397
2019 IFAO
Collection: RAPH 43
Langue(s): français
2 vol. 632 p.
42 (2100 EGP)

Religion et alimentation dans l'Égypte et l'Orient anciens

Religion et alimentation sont intrinsèquement liées. La religion, en particulier antique, a besoin de la nourriture pour donner forme au rite : les aliments, en tant qu’offrandes, circulent entre l’ici-bas et l’au-delà, depuis les hommes qui les présentent aux dieux et aux morts, puis en retour, depuis les dieux – parfois les morts – qui garantissent l’abondance et les fruits de la terre. Au cœur des pratiques alimentaires, la religion impose sa marque en contribuant à la fabrique d’un cadre normé, qui est aussi vecteur d’identité. Elle désigne ce qui est consommable, donc tenu pour pur, et ce qui ne l’est pas, fixe les règles de préparation des mets, du champ à la cuisine, et édicte des normes de conduite au moment de leur consommation. C’est précisément parce que la notion de norme est au cœur de l’une comme de l’autre, que religion et alimentation sont des moyens privilégiés d’interroger les sociétés, de les comparer entre elles, et de souligner les spécificités de chacune. Le présent ouvrage, collectif et pluridisciplinaire, a pour objectif de préciser la place de la nourriture dans les mythes et les pratiques rituelles, et de définir la nature et l’importance de la marque religieuse dans les pratiques alimentaires. Fondé sur une démarche comparative, il rassemble 17 articles, aussi bien des études de cas que des travaux de synthèse portant sur l’Égypte, la Mésopotamie, l’Anatolie et le Levant, du IIIe millénaire à l’Antiquité tardive.

Religion and food are intrinsically linked. Religion, especially in Antiquity, requires food to form the rite: food as offerings permits the circulation between this world and hereafter, from the living making offerings to the gods and the dead and then in return, the gods – and sometimes the dead – through the abundance of harvests offer food to the living. At the heart of food practices, religion imposes its mark by contributing to the manufacture of a standardized framework, which is also a vector of identity. It designates what is edible, therefore considered pure, and what is not; it creates the rules for preparing food, from the field to the kitchen, and sets standards of conduct at the time of consumption. It is precisely because the notion of norm is at the heart of both, that religion and food are privileged means to question societies, to compare them, and to underline the specificities of each. The present work, which is collective and multidisciplinary, aims to clarify the place of food in myths and ritual practices, and to define the nature and importance of the religious mark in food practices. Based on a comparative approach, it brings together 17 articles, both case studies and synthesis works on Egypt, Mesopotamia, Anatolia and the Levant, from the 3rd millennium to late Antiquity.


Vignette
IF1166
ISBN 9782724707212
2018 IFAO
Collection: RAPH 42
Langue(s): français
1 vol. 312 p.
27 (1350 EGP)

Mélanges offerts à Madiha Doss
La linguistique comme engagement

Ces Mélanges offerts à Madiha Doss sont d’abord l’hommage affectueux d’amis et de collègues qui lui sont humainement et intellectuellement liés. Ils ont voulu lui exprimer leur reconnaissance pour la part qu’elle a prise dans l’histoire actuelle de l’Égypte, au sein de la société civile et particulièrement de l’université égyptienne et, surtout, pour sa contribution au développement des études sur l’arabe d’Égypte, dans tous ses registres et ses usages réels, oraux et écrits, passés et présents.

Au-delà de leur diversité, les contributions rassemblées mettent en avant, chacune à sa manière, un aspect des domaines dans lesquels son action s’est exercée et auxquels les thèmes et les sujets abordés font écho. Outre quelques témoignages d’amitié et des articles de sociologie politique témoignant de son parcours, le volume contient principalement des études de spécialistes de linguistique arabe couvrant des domaines dans lesquels l’activité de recherche de Madiha Doss a été féconde et novatrice : représentations et normes linguistiques, écriture dialectale, oralité dans l’écrit, moyen arabe.

These Mélanges Offered to Madiha Doss are first and foremost the affectionate tribute of friends and colleagues, personally and intellectually linked to her. They wished to express their gratitude for the part she has taken in Egypt’s current history, in the civil society and more specifically in the Egyptian academic world; and, above all, for her contribution to the development on studies of the Arabic language of Egypt, in all its registers and real uses, oral and written, past and present.

The addressed themes and topics reflect the areas she has been influential in; beyond their diversity, the gathered contributions, each in its own way, highlight one aspect of these fields. Besides tokens of friendship as well as articles of political sociology that are a testimony to her career, this volume mainly contains studies of specialists by Arabic linguistics covering domains where Madiha Doss’s research activity has been seminal and pioneering: representations and linguistic norms, Arabic colloquial writing, orality in the written form, Middle Arabic.


Vignette
IF1107
ISBN 9782724706628
2016 IFAO
Collection: RAPH 38
Langue(s): français
1 vol. 288 p.
25 (1250 EGP)

Etudes d'onomastique égyptienne
Méthodologie et nouvelles approches

Les Études d’onomastique égyptienne. Méthodologie et nouvelles approches marquent l’existence depuis 2008 à l’Ifao d’un programme de recherche consacré aux recherches en onomastique. Cet ouvrage rassemble les articles remaniés issus de communications présentées lors de séminaires tenus en 2008 et 2009, qui témoignent de l’attention croissante portée aux études d’onomastique en égyptologie.

De fait, noms de lieux et noms de personnes jouent un rôle essentiel dans l’organisation de l’espace et de la vie sociale. Ce rôle est manifeste tout au long de l’époque pharaonique, et ce depuis les mentions de toponymes dans les toutes premières inscriptions de la période prédynastique, jusqu’aux anthroponymes présents dans les graffiti démotiques.

Les articles de ce volume résument les précédentes recherches en la matière, mais aussi fournissent de nouvelles pistes et hypothèses. Les noms sont ainsi analysés dans des études ayant trait, notamment, à la grammaire égyptienne, à la sémantique, à la prosopographie et à la géographie.

The Études d’onomastique égyptienne. Méthodologie et nouvelles approches underscores the presence of a research programme at the IFAO devoted to onomastic research since 2008. This volume contains the reworked papers from some seminars held in Cairo in 2008 and 2009, which testify to the increasing attention paid to onomastic studies in Egyptology.

In fact, names of places and people play an indispensable role in organising space and social life. This is clearly visible throughout the pharaonic period from the mention of place-names from the very first texts of the Predynastic through to the personal names of late Demotic graffiti.

The articles in this volume sum up previous research and also contribute with new insights and hypotheses. Names are explored through studies relating to aspects such as Egyptian grammar, semantic fields, prosopography and geography.

Vignette
IF1115
ISBN 9782724706703
2016 IFAO
Collection: RAPH 39
Langue(s): français
1 vol. 272 p.
25 (1250 EGP)

Décrire, imaginer, construire l’espace
Toponymie égyptienne de l’Antiquité au Moyen Âge

Ce volume rassemble treize contributions relatives à la toponymie de l’Égypte ancienne et médiévale. Il constitue la publication des actes de deux colloques tenus à l’Ifao (2011) et à l’université de Paris-Sorbonne (2012), dans le cadre du programme de recherche « Systèmes Toponymiques » de l’Ifao. Ces travaux d’onomastique, issus d’une tradition ancienne à l’Ifao, proposent une approche renouvelée de la toponymie pour le territoire égyptien, laissant une large place aux problématiques de l’espace et du territoire. Ils portent sur la longue durée de manière à permettre d’aborder les mutations géographiques et les évolutions dans la perception de l’espace.

Sylvain Dhennin est chargé de recherche au CNRS (HiSoMA, MOM).

Claire Somaglino est maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne.

Ils sont tous deux anciens membres scientifiques de l’Ifao où ils ont mis en place et continuent de développer des recherches sur la toponymie et l’espace de l’Égypte.

This volume gathers thirteen contributions on place names in Ancient and Medieval Egypt. It is the publication of the proceedings of two conferences, held in the Ifao (2011) and the University of Paris-Sorbonne (2012), as part of the research programme “Toponymic Systems” of the Ifao. This research on onomastics, stemming from a long tradition in the Ifao, proposes a renewed approach of toponymy, including current reflections on space and territory. It aims to consider the evolution of place names on a long-term chronology, as to evaluate the geographical changes and modifications in the perception of space.


Vignette
IF1124
ISBN 9782724706802
2016 IFAO
Collection: RAPH 41
Langue(s): français
1 vol. 320 p.
27 (1350 EGP)

Les variations du mouvement
Abū al-Barakāt, un physicien à Bagdad (VIe/XIIe siècle)

Pourquoi la pierre lancée en l’air poursuit-elle son mouvement loin de la main du lanceur ? Pourquoi ralentit-elle pour accélérer ensuite ? Ce mouvement serait-il possible dans le vide infini ? S’arrête-t-il un temps, en haut de la trajectoire ?

Depuis l’Antiquité, les interprétations de ce mouvement ont suscité des discussions passionnées, et la controverse est encore vivante lorsqu’un philosophe juif, médecin du calife de Bagdad, Abū al-Barakāt (m. 1152), en renouvelle l’approche.

Le présent ouvrage nous guide dans un réseau complexe de textes abordant les notions d’espace, de vide, de temps, d’infini, de continu et met en lumière les apports de la physique médiévale arabe. L’auteur interroge à cette occasion la nature des filtres qui ont empêché jusque là d’en restituer toute la portée. L’histoire des sciences, parfois obnubilée par la recherche des continuités, peine à identifier les inventions audacieuses lorsque celles-ci ne semblent pas aller dans le sens de l’histoire.

Sylvie Nony est professeure agrégée de sciences physiques à Bordeaux et chercheuse associée à l'UMR 7219 SPHère.

Why does a stone thrown into the air keep going, even after it has left the thrower’s hand? Why does it slow down before speeding up again? Could it be thrown in a void without end? Is there a rest at the peak of its flight?

Interpreting this movement has aroused impassioned debate since antiquity; the controversy was still ongoing at the time when the Jewish philosopher Abū al-Barakāt (d. 1152), physician to the Caliph of Baghdad, provided a new approach to it.

This book takes the reader through a labyrinth of texts dealing with notions of space, emptiness, time, infinity, and continuity; it sheds light on mediaeval Arabic contributions to physics. The author also explores the barriers that have hitherto obstructed complete understanding of the subject. The history of science, which sometimes fixates on the study of continuities finds it hard to get to grips with disruptive theories if they do not seem to follow the larger trajectory of history.

Sylvie Nony is Physics Teacher (Bordeaux) and Associated Researcher, UMR 7219 SPHère.

Vignette
IF1118
ISBN 9782724706741
2015 IFAO
Collection: RAPH 40
Langue(s): français
1 vol. 288 p.
25 (1250 EGP)

la version papier n’est pas disponible

Le paysage sonore de l'Antiquité
Méthodologie, historiographie et perspectives

La notion de « paysage sonore », inventée par le compositeur canadien R. Murray Schafer à la fin des années 1960, a connu un succès immédiat et constant, au risque d’une perte de sens. Cet ouvrage propose d’en explorer les usages actuels en sciences sociales afin d’aboutir à une définition commune à tous ceux pour qui le son est un objet d’étude en histoire ancienne.

Nourrie d’une approche résolument transdisciplinaire, la première partie du volume interroge l’utilisation méthodologique de la notion de paysage sonore par divers champs disciplinaires (anthropologie, ethnomusicologie, philologie et histoire urbaine), tandis que la seconde partie se concentre plus particulièrement sur les paysages sonores de l’Antiquité. Comment et à partir de quelles sources réfléchir sur les sonorités des cultures mésopotamienne, égyptienne, grecque et romaine ?

Il s’agit du premier volume issu du programme de recherche « Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne » conduit par l’École française d’Athènes, l’École française de Rome et l’Institut français d’archéologie orientale.

Sibylle Emerit (égyptologue), Sylvain Perrot (helléniste), Alexandre Vincent (romaniste).

The notion of “soundscape”, invented by the Canadian composer R. Murray Schafer at the end of the 1960s, was an immediate and abiding success, but at the risk of losing its meaning. This work intends to explore the actual uses of this notion within social sciences in order to arrive at a common definition for all those for whom sound is an object of study in ancient history.

Adopting a resolutely transdisciplinary approach, the first part of the volume looks at the methodological uses of the notion of soundscape by different disciplines (anthropology, ethnomusicology, philology and urban history), while the second part concentrates more specifically on soundscapes of antiquity. How should we approach the sounds of Mesopotamian, Egyptian, Greek and Roman cultures and what sources should we use to do this?

This is the first volume to spring from the research program entitled Soundscapes and urban spaces in the ancient Mediterranean developed by the École française d’Athènes, the École française de Rome and the Institut français d’archéologie orientale.