Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

Fichiers à télécharger

Les articles des volumes suivants sont vendus sous forme de PDF à télécharger: Bifao et AnIsl : numéros après la barrière mobile; BiEtud: numéros 110, 120, 138, 140, 165 (gratuit), EtudUrb: 9.


pdf
BIFAO120_art_12.pdf (1.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
Apotropaia. Repousser Apophis à Ermant

Publication de trois blocs épars provenant du secteur de Bab el-Maganîn à Ermant. Ils appartiennent à la partie inférieure de deux montants de porte et fournissent des éléments en relation avec les pratiques apotropaïques protégeant les espaces cultuels. Le Livre d’abattre Apophis, connu par le pBremner-Rhind, est ainsi utilisé et, associé à la représentation d’un arbre-iched, célèbre la victoire de Rê sur ses ennemis.

Publication of three loose blocks from the area of Bab el-Maganin in Armant. They belong to the lower part of two doorjambs and provide elements related to apotropaic practices at the entrance of sacred spaces. The Book of Overthrowing Apopis, known by the pBremner-Rhind, is thus used, and associated with the representation of an ished-tree, celebrates the victory of Re upon his enemies.


pdf
BIFAO120_art_11.pdf (13.9 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
Menkhéperrê A, Padiamenopé (TT 33) et Nectanébo II. La transmission du Livre de l’Amdouat de la Troisième Période intermédiaire à la Basse Époque

Sous les XXIe et XXIIe dynasties, l’Amdouat se diffuse au sein des grands prêtres d’Amon puis du personnel du dieu. Les modèles adoptés semblent puiser leurs racines dans les copies des premières tombes royales de la XVIIIe dynastie ; le dernier manuscrit bien daté est à situer au début de la XXIIe dynastie, sous le règne de Takélot II.
Ensuite, la tradition de produire des papyrus de l’Amdouat semble se perdre à Thèbes avant le début de la XXVe dynastie. Avec le retour aux tombes monumentales à la fin de la Troisième Période intermédiaire et au début de la Basse Époque (en particulier, celles de l’élite thébaine enterrée dans l’Assassif), la Renaissance kouchito-saïte est marquée par l’élaboration d’une recension kouchito-saïte du Livre des Morts ; un processus similaire peut être suspecté pour l’Amdouat. Enfin, la Renaissance sébennytique voit, particulièrement sous Nectanébo II, une autre période de renouveau des textes.

The Amduat spreads under the 21st and 22nd Dynasties among the High Priests of Amun, then among the rest of the god’s employees. The templates used by the Karnak officials seem to find their roots in the copies of the royal tombs of the beginning of the 18th Dynasty. The last well dated Amduat manuscript for the Third Intermediate Period dates back to the reign of Takelot II. Thereafter, the tradition for elaborating papyri seems to be lost in Thebes until the beginning of the 25th Dynasty.
The return to monumental building at the end of the Third Intermediate Period and at the beginning of the Late Period coincides with the Kushito-Saite elaboration of a specific recension of the Book of the Dead. Such a process can be suspected for the Book of the Amduat. Lastly, under the 30th Dynasty, especially under the reign of Nectanebo II, the “Sebennytic Renaissance” represents another scholarly movement.


pdf
BIFAO120_art_10.pdf (13.7 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
La chapelle à trois loges (n° 1211) à Deir el-Médina. Épigraphie secondaire et construction d’un espace rituel (avec un catalogue de 21 graffiti)

La chapelle dite « à trois loges » à Deir el-Médina (chapelle 1211) est souvent considérée comme faisant partie des chapelles votives en raison de son triple naos, un signe distinctif de ce type de bâtiments à Deir el-Médina et à Amarna, en dépit de la présence ici d’un puits funéraire dans la cour. Que ce puit appartienne ou non à la chapelle, la vingtaine de graffiti figuratifs qu’on y trouve enregistre les activités sociales et votives qui prirent place dans cette chapelle. Ces témoignages de dévotion collective et d’épigraphie rituelle sont probablement à mettre en rapport avec la fête de Sokar à Deir el-Médina.

The so-called « chapelle à trois loges » at Deir el-Medina (chapel no. 1211) is usually ­considered as a votive chapel because it has three naoi, a feature distinctive of this category of buildings at Deir el-Medina and Amarna, in spite of the pit dug in its courtyard. Whether this ­funerary pit used to belong to this building or not, the 20 or so figurative graffiti that can still be found in the naoi record the social and votive activities that took place in this space. These testimonies of group devotion and ritual epigraphy are possibly to be put in relation with the Sokar Festival in Deir el-Medina. 


pdf
BIFAO120_art_09.pdf (4.3 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
Compléments au dossier des prêtres renep et des autres prêtrises d’Imaou

La révision d’un article paru l’année dernière donne l’occasion de compléter la liste des sources concernant le titre rnp, désignation du « prêtre spécifique » au service de la patronne de la métropole de la troisième province de Basse Égypte. Ce nouvel inventaire permet de préciser et, au-delà, d’expliquer la répartition géographique des détenteurs de cette fonction. L’enquête offre également l’opportunité de revenir sur le titre ỉry-tȝ, autre « prêtrise spécifique» dont on peut mettre en évidence le lien avec Imaou.

The revision of an article published last year gives the opportunity to enhance the list of sources relating to the title rnp, designation of the specific priest of the main goddess of the metropolis of the third province of Lower Egypt. This new inventory makes it possible to clarify and, beyond that, to explain the geographical distribution of the holders of this function. The inquiry also offers the opportunity to review the title ỉry-tȝ, another specific priesthood for which the link with Imaou can be highlighted.


pdf
BIFAO120_art_08.pdf (3.6 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
Varia tanitica II. Une nouvelle fille-épouse de Ramsès II

Les opérations de préservation des fragments de statues dans la partie centrale du temple d’Amon de Tanis/Sân el-Hagar ont permis de mieux documenter certains des quatre colosses de quartzite de Ramsès II. L’un d’entre eux présente de part et d’autre des jambes du roi les représentations de deux princesses-reines, Bentanat et Mérytrê, cette dernière étant restée inconnue jusqu’ici.

The preservation of the fragments of statues in the central area of the temple of Amun in Tanis/San el-Hagar has made it possible to better understand the four quartzite colossi of Ramesses II, one of which presents representations of two princesses-queens, Bentanat and Merytra, the latter being unknown until now, on either side of the king’s legs.


pdf
BIFAO120_art_07.pdf (17.7 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
Early Roman Osiris Shrouds From Dra Abu El-Naga

La plupart des linceuls étudiés et publiés à ce jour proviennent de collections privées ou de musées et leur contexte archéologique de découverte nous est inconnu. Dans ces conditions, il a été rarement possible jusqu’à présent d’établir un lien entre les linceuls et leurs propriétaires. Cet article s’intéresse, d’un point de vue interdisciplinaire, au contexte archéologique dans lequel deux linceuls, exceptionnels, ont été découverts à Dra Abou el-Naga, et à leur typologie. Il procède à leur étude technique et à une analyse anthropologique et paléo-pathologique des momies auxquelles ils sont associés. Ces deux linceuls, qui sont peints, nous offrent de nouvelles perspectives sur les croyances funéraires et les coutumes relevant de la tradition pharaonique dans la région thébaine au début de l’époque romaine. D’autre part, dans une perspective liée au genre, il a été possible de constater et étudier pour la première fois l’utilisation d’un matériel textile destiné initialement à une momie masculine (comme en témoignent les informations iconographiques et épigraphiques qu’il révèle) pour une momie de femme.

Most of the shrouds hitherto studied and published come from private collections or museums, and lack archaeological contexts, so that it has very rarely been possible to relate them to their owners. This paper presents an interdisciplinary study of two shrouds found at Dra Abu el-Naga, their archaeological context, typology and technical details, and an anthropological and paleopathological analysis of the mummies with whom they were associated. The two painted shrouds offer evidence of surviving funerary beliefs and practices in early Roman Thebes and, from a gender perspective, offered, for the first time, the possibility to study enveloping textiles which iconography and texts were designed for males but used on female mummies.


pdf
BIFAO120_art_06.pdf (5.8 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
Les listes de maisonnées de Deir el-Médina (« Stato civile »). Nouveaux fragments de l’Ifao et localisation de l’archive d’une ligne de scribes

Dans cette contribution, nous examinons les conséquences de l’identification, parmi les papyrus conservés à l’Ifao, de nouveaux fragments appartenant au groupe des documents connus sous le nom de « Stato civile ». Très vraisemblablement issus des fouilles de Bernard Bruyère, ces derniers assurent l’ancrage archéologique du dossier à Deir el-Médina et permettent de contextualiser les sources conservées à Turin. Ce faisant, c’est une partie importante de la collection Drovetti du Museo Egizio dont la provenance est corroborée. Dans la mesure où toutes les listes de maisonnées sur papyrus semblent pouvoir être liées à l’archive d’une lignée de scribes de la seconde moitié de la XXe dynastie, nous suggérons qu’il est à présent possible de situer la fonction de ces listes dans la perspective d’une gestion interne des habitations du village par les scribes de la Tombe.

This paper targets papyrus fragments kept at the French Institute for Oriental Archaeology, which can be identified as belonging to the group of documents known as “Stato civile”. These fragments most certainly originate from Bernard Bruyère’s excavations in Deir el-Medina. As such, they enable us to contextualize the related published sources from the Museo Egizio (Turin) and, by doing so, to track down the provenance of several papyri of the Drovetti collection: we suggest that they come from the archive of a lineage of scribes who lived in Deir el-Medina during the second part of the 20th Dynasty. Consequently, the lists of households (“Stato civile”) can be interpreted as internal documents written by the Deir el-Medina scribes in order to manage the houses and villagers.


pdf
BIFAO120_art_04.pdf (6.4 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
Le « sanatorium » de Dendara. Nouvelle interprétation à la lumière d’une étude architecturale

Cette étude sur le sanatorium de Dendara reconsidère les fonctions du bâtiment, proposées par François Daumas dans le BIFAO 56 (1956) et par Sylvie Cauville dans le BSFE 161 (2004). Pour le premier, le sanatorium était un établissement sanitaire dans lequel la présence de bains avait une fonction curative ; pour la seconde, le bâtiment aurait été un tinctorium dévolu à la teinture des étoffes liturgiques utilisées dans le temple, ainsi qu’un reposoir pour les statues divines. En fait, l’étude architecturale a montré qu’il s’agirait probablement d’un temple de substitution, construit sur le modèle de la partie méridionale du grand temple d’Hathor, destiné à assurer la maintenance du culte religieux pendant que des travaux de construction ou de rénovation dans le grand temple lui-même en interdisaient le déroulement.

This study on the sanatorium of Dendara reconsiders the functions of the building, proposed by François Daumas in BIFAO 56 (1956) and by Sylvie Cauville in BSFE 161 (2004). For the first, the sanatorium was a sanitary establishment in which the presence of baths had a curative function; for the second, the building was certainly a tinctorium devoted to the dyeing of liturgical fabrics used in the temple, as well as a resting place for divine statues. In fact, the architectural study showed that it was probably a substitute temple, built according to the model of the southern part of the great temple of Hathor, with the intention of ensuring the continuation of religious worship while construction or renovation work within the great temple itself prohibited it.


pdf
BIFAO120_art_03.pdf (1.3 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
Un nouveau papyrus de la jarre d’Edfou

Dans le cadre du projet d’édition des papyrus grecs et coptes de la jarre d’Edfou, sont publiés ici un cautionnement grec, peut-être attribuable à la période byzantine, et la lettre copte qui se trouve au verso.

As part of the editing project relating to the Greek and Coptic papyri from the Edfu jar, a Greek surety, perhaps attributable to the Byzantine period, and the Coptic letter written on the back, are published here.


pdf
BIFAO120_art_02.pdf (4.4 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
A propos de la datation du VIIe pylône du temple d’Amon-Rê à Karnak

Cet article propose un réexamen des éléments de datation du VIIe pylône du temple d’Amon-Rê à Karnak et de nouvelles observations concernant sa décoration. Des traces de modification des listes de « peuples vaincus » représentés sur la face nord du monument conduisent à considérer que la décoration du pylône a été réalisée en deux étapes distinctes. Une nouvelle datation dans le règne de Thoutmosis III pour la réalisation du monument et de son programme décoratif est proposée.

This article presents a new examination of the dating elements of the 7th pylon of the temple of Amun-Ra at Karnak, and some new observations concerning its decoration. Traces of amendments to the lists of “captives” carved on the northern face of the monument suggest that the decoration was added in two distinctive phases. A new dating for the construction of the monument and the execution of its decorative program in the reign of Thutmosis III is proposed.