Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

Textes arabes et études islamiques (TAEI)

ISSN : 0257-4136

La collection Textes arabes et études islamiques (TAEI) réunit des éditions scientifiques de textes anciens en arabe et des études portant, à travers des sources principalement écrites, sur tous les aspects de l’histoire et de la civilisation arabo-islamiques. Avec les TAEI, les publications de l’Ifao contribuent à faire connaître cet immense patrimoine et à en décliner tous les genres, en matière de sciences religieuses comme de sciences profanes, histoire, littérature, histoire de l’art.

51 notices triées par date de parution, page 2 : 1 - [2] - 3 - 4 - 5 - 6

Vignette
IF989, ISBN 9782724705102
2009 IFAO
Collection: TAEI 45
2 vol. 818 p.
89 (1578 EGP)

Al-Tadhkira fî ahkâm al-gawâhir wa l-a‘râd - 2 volumes

Cet ouvrage d’islamologie est l’édition de Al-Tadhkira fî ahkâm al-gawâhir wa l-a‘râd de Ibn Mattawayh (Vᵉ/XIᵉ siècle). L’éditeur a utilisé comme manuscrit principal le ms. de San‘â’, et comme manuscrit secondaire, celui de Milan. Il s’agit d’un point de vue de théologie musulmane sur les propriétés et les attributs des atomes.

• Lire la présentation générale en arabe :

IF989_intro_ar.pdf (0.18 Mb)

ou en français :

IF989_intro_fr.pdf (0.15 Mb)

This book publishes Ibn Mattawayh’s Tadhkira fî ahkâm al-gawâhir wa l-a‘râd. The manuscript Daniel Gimaret used mostly for editing this theological text was a Sanaani manuscript. In second position, the editor used the Milan’s one. This text focuses in an islamic way of thinking about atoms physical characteristics and features.


Vignette
IF963, ISBN 9782724704433
2008 IFAO
Collection: TAEI 42
1 vol.
65 (1152 EGP)

Droit mālikite et habitat à Tunis au XIVᵉsiècle.

Vers la fin du premier tiers du XIVᵉ siècle, le maître-maçon Ibn al-Rāmī décrit dans son Kitāb al-Iʿlān bi-aḥkām al-bunyān certains des litiges constructifs survenus à Tunis, alors capitale du pouvoir ḥafṣide. Son ouvrage, de portée pratique et didactique, s’appuie sur la puissante armature casuistique que lui fournit un autre texte, le Kitāb al-Qaḍā’ wa-nafī al-ḍarar, composé plus de trois siècles plus tôt par un juriste andalou, Ibn al-Imām al-Tuṭīlī (m. 396/996). Fondée sur une analyse détaillée de ces deux textes jurisprudentiels mālikites, l’étude permet d’approcher les représentations que se font cadis et muftis de l’espace urbain et de l’habitat, ainsi que des pratiques de régulation des conflits qu’elles mettent en oeuvre pour promouvoir la norme et dire le droit. Elle met également en lumière les façons d’habiter et de construire, les rapports entre vie sociale et statut juridique des espaces urbains, les attitudes et les stratégies des particuliers, posant ainsi les jalons d’une histoire des formes du bâti dans les villes de l’Occident musulman médiéval. Cherchant à dépasser une opposition parfois trop tranchée entre usagers et institutions, l’étude met en lumière certains des rapports sociaux qui se nouent à l’articulation entre le corps juridique et les habitants, entre la pratique judiciaire et les usages locaux, et comment les mécanismes d’interaction qui en découlent participent à l’élaboration progressive des paysages urbains. L’articulation entre héritage doctrinal et nouvelles règles issues du monde social est notamment abordée sous l’angle inédit de la figure médiatrice de l’expert judiciaire, qui permet de saisir toute l’importance que l’on accorde alors à la notion d’« usage » dans les logiques propres qui sous-tendent à la fois les actions des individus, et les solutions préconisées par les juristes musulmans.


Vignette
IF919, ISBN 9782724703849
2008 2e édition IFAO
Collection: TAEI 40
1 vol.
64 (1135 EGP)

Les trésors de la postérité ou les fastes des proches parents du Prophète (édition critique et traduction annotée) + un cédérom

Tout entier consacré à la proche parenté agnatique convertie du Prophète, cet ouvrage vante les mérites, les fastes et les vertus de ces personnages qui ont été témoins de l’apparition de l’Islam et dont doit s’inspirer le pieux musulman. L’ouvrage que nous présentons aujourd’hui ne comprend donc que l’édition et la traduction du «Dhakhâ’ir al-’uqbâ». Il paraît ici dans sa première édition critique. La première partie de la thèse, qui contenait une bio-bibliographie de l’auteur et une étude de ses sources, paraîtra indépendamment.

La première édition (2004) étant épuisée, l’ouvrage a fait l’objet d’une réimpression en 2008.


Vignette
IF978, ISBN 9782724704754
2007 IFAO
Collection: TAEI 43
1 vol. 420 p.
40 (709 EGP)

Wazâra. The Killer of Many Husbands

ʿUmāra, poète et diplomate originaire du Yemen, évoque les temps troublés qui ont marqué la fin de l’époque fatimide en Égypte, quand le pouvoir réel était aux mains des vizirs. Comparant le vizirat à une femme capable aussi bien de séduire que d’anéantir, il attribue à Wazâra, épouse de deux vizirs, la responsabilité des meurtres qui marquent la période. Lui-même fut témoin d’épisodes sanglants Il est présent quand la tête de Ruzzīk est apportée sur un plateau et plus tard il découvre, en longeant le canal (Al-Khalîj), celle d’un de ses successeurs au sommet d’une lance. Il est étonnant de voir comment ʿUmāra parvient à survivre à ces événements tout en versant à l’occasion une larme poétique sur les vizirs si récemment disparus.

The poet and diplomat ʿUmāra sees the Vizierate as a woman, able to seduce, but also to destroy. He is confronted by the severed head of one Vizier as it passes along the Khalîj canal, held aloft on a spear. He discovers another on a platter in one of the Fatimid palaces. What is amazing is thatʿUmāra survives all these changes, even occasionally managing to shed a poetic tear for one of the recently departed Viziers.


Vignette
IF496, ISBN 9782724704006
2005 2e édition IFAO
Collection: TAEI 6
1 vol.
50 (887 EGP)

Un centre musulman de la Haute Égypte médiévale : Qûs

Cette étude s’efforce de mettre en lumière les raisons de la naissance, de l’épanouissement, puis du déclin d’une communauté urbaine musulmane.

La ville de Qûs a joué, entre le XIIe et le XIVe siècle, le rôle de capitale de la partie méridionale de la Haute-Égypte. Dans une très ancienne ville, dotée alors d’une importante population chrétienne, les nécessités du maintien de l’autorité sur les tribus, et du contrôle des pistes par où se faisait le transport des épices d’Extrême-Orient ainsi que le passage des pèlerins en route vers le Hedjaz, ont conduit à l’implantation d’une forte autorité régionale. Une communauté urbaine musulmane s’est alors développée, et, tandis que le rayonnement des soufis favorisait l’islamisation, les madrasas locales diffusaient la culture musulmane dans la région.

Ce phénomène urbain s’est progressivement étiolé à partir de la fin du XIVe siècle, lorsqu’une politique tribale imprudente et l’affaiblissement des structures de pouvoir du fait des pestes, ont abouti à une modification des grands itinéraires, et à une nouvelle structuration de l’espace égyptien, où la ville n’avait plus de rôle essentiel à jouer. Les conversions à l’islam ont alors cessé, et la ruralité a retrouvé ses droits.

Le souvenir de l’animation, de la prospérité et de l’importance religieuse et culturelle de la ville médiévale n’a désormais survécu que dans les ouvrages des lettrés et dans les contes.


Vignette
IF924, ISBN 9782724703719
2004 IFAO
Collection: TAEI 41
1 vol.

la version papier n’est pas disponible

The Dîwân of Ibn al-Fârid, Readings of Its Text Troughout History

’Umar Ibn al-Fârid (576/1181-632/1235), le «Prince des amants» (sultân al-’âshiqîn), est connu dans la littérature arabe comme le grand poète soufi de l’amour divin. Son Dîwân a connu et connaît encore de nos jours une grande popularité qui s’explique par la beauté et la richesse de son langage poétique, souvent énigmatique.

Cette nouvelle édition critique du Dîwân reflète la transmission de ce texte au cours des siècles, en partant du plus ancien manuscrit trouvé à Konya (Turquie) daté environ de 651/1253, en passant par sept autres manuscrits des deux premiers siècles suivant la mort du poète, et en arrivant aux éditions modernes (treize en tout). Le lecteur peut ainsi choisir «sa lecture» d’un texte majeur de la littérature arabe égyptienne de l’époque mamelouke.


Vignette
IF906, ISBN 9782724703443
2003 IFAO
Collection: TAEI 38
1 vol.
20 (355 EGP)

Abu l-Yusr Muh.b.Muh.b.al-Husayn al-Bazdawi. Livre où repose la connaissance des preuves légales

Le « Kitâb fîhi ma’rifat al-hugag al-shar’iyya » est un traité de théorie légale (usûl al-fiqh) qui, pour l’époque, se distingue par son originalité. Son auteur, Abû l-Yusr al-Bazdawî (m. 493/1100), légiste hanafite-mâturîdite transoxian, se comptait parmi les gens du raisonnement (« ahl al-ra’y »).

Fort célèbre en son temps - on a dit de lui qu’il fut le maître des hanafites en Transoxiane -, sa renommée fut éclipsée par celle se son frère, Abû l-’Usr (m. 482/1089), dont le profil est pareil au sien mais dont le traité de théorie légale - les célèbres « Usûl al-Bazdawî » -, plus accessibles, a connu une fortune immense au sein du hanafisme.

C’est précisément comme texte original et quelque peu marginal au sein de la tradition de théorie légale hanafite que le « Kitab fîhi ma’rifat al-hugag al-shar’iyya » doit être lu car c’est ainsi qu’il offre le plus d’intérêt à la recherche contemporaine.


Vignette
IF825, ISBN 9782724702415
1999 IFAO
Collection: TAEI 37
1 vol.
30 (532 EGP)

Le Yémen ottoman d’après la chronique d’al-Mawza‘i

Cet ouvrage est la publication d’une thèse de doctorat consacrée à l’histoire du Yémen à l’époque ottomane (1538-1635), présentée à travers la chronique inédite du cadi ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i intitulée « Al-Ihsân fî dukhûl mamlakat al-Yaman taht zill ‘adâlat Âl-‘Uthmân ». Ce travail se divise en trois grandes parties:

- la première partie présente l’auteur, l’ouvrage et sa traduction française annotée;

- la seconde partie développe les grands moments qui caractérisèrent la conquête ottomane du Yémen;

- la troisième partie traite des conséquences de l’ingérence ottomane au Yémen sur l’organisation administrative, militaire et judiciaire, sur la vie socio-économique et enfin, sur la politique religieuse et architecturale conduite par les représentants de la Sublime Porte.

Frédérique Soudan nous offre la première étude d’ensemble en langue occidentale de cette partie de l’Empire ottoman trop longtemps mise à l’écart des préoccupations des chercheurs. Elle ouvre de nombreuses pistes et perspectives pour de futures recherches et permet de poursuivre une étude comparative de l’ensemble des contrées arabes sous la domination ottomane.


Vignette
IF806, ISBN 9782724702224
1998 IFAO
Collection: TAEI 36
1 vol. 470 p.
20 (355 EGP)

Colloque international d’archéologie islamique

Cet ouvrage est la publication du premier colloque international consacré à l’archéologie islamique, qui s’est tenu à l’Ifao du Caire en 1993. Une trentaine des meilleurs spécialistes de cette discipline ont présenté leurs travaux, regroupés en cinq thèmes principaux : la céramique islamique, l’architecture, les territoires, les routes et les échanges, et la ville. S’intéressant à un vaste territoire, de l’Espagne musulmane à l’Ouzbékistan, en passant par le Maghreb, l’Égypte et le Proche-Orient arabe, cette publication a le grand mérite de faire enfin l’inventaire de nos connaissances actuelles sur une discipline encore mal connue.


Vignette
IF783, ISBN 9782724701944
1997 IFAO
Collection: TAEI 35
2 vol. 406 p.
20 (355 EGP)

Une économie de subsistances. Le Maroc précolonial. 2 vol


51 notices triées par date de parution, page 2 : 1 - [2] - 3 - 4 - 5 - 6