Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.

Bibliothèque d’étude (BiEtud)

ISSN : 0259-3823

La collection Bibliothèque d’étude (BiEtud) est essentiellement dédiée à la publication de recherches d’excellence portant sur l’Egypte ancienne.


107 notices, page 3 : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

Vignette
IF1018, ISBN 9782724705447
2011 IFAO
Collection: BiEtud 152
1 vol., 563 p.
40 (800 EGP)
• Lire le sommaire

Les particules en égyptien ancien.
De l’ancien égyptien à l’égyptien classique

Les particules, « petits mots » caractérisés par leur polyfonctionnalité, ne sont pas l’objet d’étude de prédilection des grammaires et des dictionnaires. En offrant à la fois une description philologique et une analyse linguistique des particules en égyptien ancien, le présent ouvrage se propose donc de combler une lacune. Faisant appel aux outils de la linguistique énonciative et textuelle, il éclaire la manière dont point de vue énonciatif, visée argumentative et genre textuel informent la signification prise en contexte par ces mots porteurs par excellence de ce qui, dans la langue, est parole. Fondé en abondance sur des exemples appartenant aux différents genres attestés en égyptien, il donne une image à la fois plus vivante et plus cohérente des multiples ressources de cette langue.

————◆————

Particles, those “small words" for which polyfunctionality is characteristic, are usually neglected in grammars and dictionaries. This book is an attempt to address this lacuna by offering both a linguistic analysis and a philological description of particles in Ancient Egyptian. It presents a theoretical and methodological framework for their analysis, using tools taken from enunciative linguistics and text-linguistics, showing how the speakers’ viewpoint and rhetorical goals, as well as text genre, take part in elaborating the contextual meaning of particles. It also demonstrates that particles are not superfluous; rather, they are essential to discourse coherence. Its reading of Egyptian texts of various types thus results in a picture of the language as it was actually used, giving full attention to its communicative dimension. This provides us with more a lively and consistent understanding of Ancient Egyptian.


Vignette
IF1037, ISBN 9782724705713
2011 2e édition IFAO
Collection: BiEtud 153
1 vol., 335 p.
30 (600 EGP)
• Lire le sommaire

Le culte d’Osiris au Iᵉʳ millénaire av. J.-C.
Actes de la table ronde internationale tenue à Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (université Lumière-Lyon 2), les 8 et 9 juillet 2005

L’une des mutations les plus importantes de la religion égyptienne au Ier millénaire av. J.-C. est la montée en puissance du culte d’Osiris au sein des sanctuaires divins. La dévotion pour le dieu des morts n’est plus alors cantonnée au domaine funéraire ou à ses métropoles traditionnelles, et Osiris s’affirme comme le parangon du souverain auquel chaque pharaon veut s’identifier, tout en recueillant également les aspirations «populaires» à une religion de salut. Cet essor à la fois théologique, politique et populaire du culte osirien, qui rayonnera ensuite dans l’ensemble du monde méditerranéen, est un phénomène d’échelle nationale mais qui se décline dans les provinces d’Égypte en autant de variantes régionales s’enracinant dans le substrat des traditions locales.

Le but du colloque qui s’est tenu à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon les 8 et 9 juillet 2005 était de mettre en évidence la diversité aussi bien que les traits communs des manifestations du culte d’Osiris à travers les différents sites d’Égypte au Iᵉʳ millénaire av. J.-C. Les contributions réunies ici présentent à la fois des découvertes archéologiques récentes, notamment à Héracléion, Karnak ou Oxyrhynchos, qui ont contribué à une meilleure compréhension des rites osiriens de Khoïak, mais aussi un aperçu de nouvelles données épigraphiques, papyrologiques, prosopographiques, architecturales, qui permettent d’ouvrir une réflexion théologique et historique sur le développement de ces croyances osiriennes.

>> Lire l’introduction.pdf (0.09 Mb)

————◆————

One of the main transformations of Egyptian religion during the 1st millennium BC is the growing importance of the Osiris Cult in divine sanctuaries. The devotion to the god of the dead is not confined within the funerary domain or his traditional spheres of influence anymore, and Osiris becomes the paragon of the king with whom every pharaoh wants to identify himself, while he also receives the popular yearnings of a religion of salvation. This theological, political and popular development of the Osirian cult, which would later spread throughout the Mediterranean world, is a contrywide phenomenon which continues to produce regional variants in each province of Egypt, where it became rooted in local traditions.

The aim of the colloquium, which took place at the Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon on 8th and 9th July 2005, was to bring to light the diversity as well as the common features of the manifestations of the Osiris cult all over Egypt in the 1st millennium BC. The contributions which are gathered in this volume give a presentation of recent archaeological discoveries, especially at Heracleion, Karnak or Oxyrhynchos-which lead to a better understanding of the Osirian rites of Khoiak– but also an overview of new epigraphical, papyrological, prosopographical and architectural data which allow us to initiate a theological and historical analysis of the development of these Osirian beliefs.


Vignette
IF997, ISBN 9782724704969
2010 IFAO
Collection: BiEtud 146
2 vol., 39 pl. + 440 p.
60 (1200 EGP)
• Lire le sommaire

Le temple d’Hathor à Dendara. Relevés et étude architecturale (2 vol.)

En dépit de leur notoriété, aucun des derniers grands sanctuaires de Haute-Égypte n’a fait, jusqu’à maintenant, l’objet d’un relevé moderne assorti d’une étude architecturale. La communauté internationale a été capable de déplacer Philae, mais l’étude architecturale de ce fabuleux ensemble fait encore défaut.

Dans ce contexte, cet ouvrage entreprend une recherche sur les mécanismes sous-tendant le travail des concepteurs du temple d’Hathor à Dendara, à partir du relevé architectural qui y a été conduit. La multiplicité des préoccupations antiques et leurs interactions, qu’elles soient relatives à l’environnement, à la mise en espace de la fonction théologique, à l’élaboration du décor, ou qu’elles touchent aux détails constructifs, montrent que les architectes visaient une forme de perfection absolue. L’état de conservation dans lequel le temple nous est parvenu, malgré des siècles d’abandon, permet de créditer ses bâtisseurs d’un acquis immense quant à l’exigence d’éternité et d’indestructibilité de sa structure.

————◆————

Until today, none of the last major temples of Upper Egypt have been the object of a modern survey combined with an architectural study. The international community was able to move Philae Temple, but the architectural study of this extraordinary sanctuary is still lacking.

The author of this book, while leading the architectural survey of the temple of Hathor at Dendara, took the opportunity to address the notion of how the antique designers might have approached the construction of such a temple. The multiplicity of ancient concerns and their interactions, such as environment, space, theological functions, décor and construction details show that the architecture of the temple aimed at absolute perfection. Moreover, its state of preservation, despite centuries of neglect, credits the builders with a great knowledge of construction technology regarding the requirement for eternity and the indestructibility of the structure.


Vignette
IF944, ISBN 9782724704174
2010 2e édition IFAO
Collection: BiEtud 142
1 vol., 310 p.
35 (700 EGP)
• Lire le sommaire

L’apport de l’Égypte à l’histoire des techniques

La contribution de la civilisation égyptienne à l’héritage culturel et technique du monde proche-oriental et méditerranéen apparaît comme un apport précieux et particulièrement original. Détenteurs de différents savoir-faire, les Égyptiens furent parmi les premiers à organiser, administrer, planifier, construire, façonner et arpenter. Ils furent également parmi les premiers à domestiquer des animaux, développer l’élevage, mesurer le niveau de l’eau, fabriquer des filets et des voiles, tisser, etc. Les mutations techniques survenues en Égypte au cours des âges eurent sans doute un impact décisif sur le développement économique, social, politique et culturel de ce pays.

L’égyptologie, toutefois, est restée quelque peu à l’écart des débats riches et fructueux qui animent l’histoire des techniques, en tant que discipline spécifique, au niveau international. S’agissant de l’Égypte, celle-ci se trouve souvent écartelée entre les analyses de laboratoire et l’exploitation immédiate des résultats produits par les fouilles, en quelque sorte entre archéométrie et archéologie raisonnée ou archéologie expérimentale.

L’Institut français d’archéologie orientale du Caire a souhaité rassembler, lors d’un colloque, tant des égytologues que des spécialistes d’autres cultures du monde méditerranéen sur le thème de « L’apport de l’Égypte à l’histoire des techniques - méthodes, chronologie et comparaisons ». Pour faire apparaître la diversité des approches possibles, chaque contribution privilégie l’évolution d’une technique dans l’espace et dans le temps, afin de mieux mettre en lumière la valeur relative des différents apports documentaires et les difficultés méthodologiques liées à leur disparité.


Vignette
IF1022, ISBN 9782724705140
2010 IFAO
Collection: BiEtud 149
1 vol., 490 p.
49 (980 EGP)
• Lire le sommaire

Pêche et chasse au lac Manzala. Delta du Nil

Avec ses nombreuses îles, le lac Manzala, longtemps connu sous le nom de lac Tennis, est le plus grand des quatre lacs égyptiens qui couronnent le delta du Nil. Son histoire est longue et complexe. Source de richesse pour les pêcheurs et les chasseurs depuis toujours, il a vu sa surface diminuer tout au long du XXᵉ siècle, tandis qu’augmentait de façon irréversible la pollution environnante. Peu à peu, les oiseaux migrateurs ont modifié leur parcours et les ressources poissonnières se sont raréfiées. Après avoir évoqué les questions environnementales, Nessim Henein, qui a passé de longues heures en compagnie des riverains, décrit avec maints détails les techniques de pêche et de chasse qu’il a fidèlement notées. Il consacre le chapitre final aux recettes pour préparer poissons et gibier. Au fil des pages, l’auteur porte aussi un regard d’ethnographe sur la vie quotidienne de ces gens avec leurs difficultés, leurs espoirs, leurs luttes incessantes pour survivre.

>>Lire l’introduction (0.78 Mb)

>>Voir aussi le compte rendu publié dans la Remmm

————◆————

Lake Manzala and its many islands, has long been known as Lake Tennis. The largest of the four Egyptian lakes which border the Nile delta has had a long and complex history. Always a source of wealth for the fishermen and hunters, its surface has been shrinking all through the 20th century while the pollution affecting it has grown irreversibly. Little by little the migrating birds have changed their routes and the fish supplies have diminished. Nessim Henein describes in faithful detail the techniques that he carefully observed during the long hours he spent in the fishermen’s company. The last chapter is given to recipes on how to prepare fish and game birds. Throughout the pages of this book, the author also gives an ethnographical picture of the daily life of the people of Manzala, with their difficulties, their hopes and their constant struggle to survive.


Vignette
IF844, ISBN 9782724702668
2010 2e édition IFAO
Collection: BiEtud 125
1 vol., 310 p.
30 (600 EGP)

Les instruments d’embaumement de l’Égypte ancienne. 2ᵉ édition

La momie est la réponse de la civilisation pharaonique au problème de la mort. Apprêtée, parée d’amulettes protectrices pour permettre au défunt de poursuivre dans l’au-delà la vie terrestre qu’il a connue, cette enveloppe charnelle protégée à tout jamais des ravages du temps porte en elle les marques des rituels funéraires accomplis par les prêtres-embaumeurs.

En ce sens, elle constitue pour l’homme moderne une source prodigieuse de renseignements sur les croyances religieuses de l’Égyptien ancien.

Les textes et la réalité archéologique ne nous permettent pas de connaître avec précision l’activité quotidienne des embaumeurs. Pourtant, les actes que ces professionnels de la mort réalisaient sur chaque corps étaient essentiels : sans eux, la dégradation du corps devenait inéluctable et l’immortalité était menacée.

À partir de l’étude des répliques des instruments utilisés par les prêtres-embaumeurs, l’ouvrage propose une nouvelle réflexion sur l’embaumement et les gestes techniques qui l’accompagnent.

La tenue en main et l’utilisation de ces instruments sur un corps humain ont permis de se rapprocher au plus près du geste réalisé par l’embaumeur égyptien et de mieux cerner ainsi la méthode de travail qui était la sienne.


Vignette
IF1001, ISBN 9782724705171
2010 2e édition IFAO
Collection: BiEtud 150
1 vol., 540 p.
36 (720 EGP)
• Lire le sommaire

Horus-fils-d’Isis. La jeunesse d’un dieu

Comme Horus-fils-d’Osiris et Horus-qui-prend-soin-de-son-père (Harendotès), Horus-fils-d’Isis (Harsiésis) est un produit de la littérature funéraire, mais d’invention plus tardive, contemporaine du retour à la monarchie au sortir de la Première Période intermédiaire. Sa genèse toutefois remonte à l’élaboration du mythe osirien pendant l’Ancien Empire. Son surgissement puis l’élargissement de ses compétences posent donc la question de la part de l’événement dans le phénomène religieux.

Les membres de la famille osirienne étant les seuls dieux du panthéon dont l’histoire s’inspire de l’humaine condition, son étude offre en outre matière à nourrir une réflexion d’ordre anthropologique sur le champ symbolique auquel ressortit la catégorie du féminin dans l’univers de représentations des anciens Égyptiens. Dès les Textes des pyramides, les implications de la relation Horus/Osiris sont distinctes de celles découlant de la relation Horus/Isis, selon un double entrecroisement de thèmes : actif/passif, adulte/enfant, devoirs d’Horus à l’égard du père défunt d’une part, soins prodigués par la mère à son fils, tel l’allaitement, d’autre part.

Parce que la déesse transmet à Horus les qualités nécessaires à l’accomplissement de son être, parce qu’à la différence d’Osiris, elle veille sur ses premières années et entretient avec lui une longue histoire, traversée parfois d’orages, l’expression de la filiation maternelle est plus riche de développements que celle de la filiation paternelle. En témoignent le choix d’Harsiésis par le discours du pouvoir comme paradigme de l’élection divine du roi ou bien encore la place qu’occupent les enfances du dieu dans l’univers du sorcier.

>>Lire l’introduction (0.64 Mb)

————◆————

Like Horus-son-of-Osiris and Horus-who-takes-care-of-his-father (Harendotes), Horus-son-of-Isis (Harsiesis) is a product of funeral literature, but a later creation, contemporary with the return of the monarchy, which took place at the end of the First Intermediate Period. His origins however, go back to the elaboration of the Osirian Myth during the Old Kingdom. His creation and then growth of popularity pose a greater question with regard to events within religious phenomena.

Apart from the Osirian family members being the only gods of the pantheon from whom history draws inspiration on the human condition, his study provides a wealth of material for anthropological studies in which we can consider the symbolic relevance of feminine representation for the Ancient Egyptian. From the Pyramid Texts, the relationship between Horus/Osiris is distinct from that of Horus/Isis. This relationship represents many layers of intersecting issues: assets/debit, adult/child. On the one hand we have the duties of Horus with regard to his late father, on the other the care lavished by the mother on the son.

Because the nature of the goddess’ relationship to Horus is necessary for the development of his being, and because, unlike Osiris, she maintains a long and at times, a very difficult progression, therefore, the expression of maternal filia-tion is richer than that of paternal filiation. The appointment of Harsiesis functions on various levels; firstly, as a paradigm of the predestination of the king and secondly, in the arena of childhood mythology in magical texts.


Vignette
IF1005, ISBN 9782724705218
2010 IFAO
Collection: BiEtud 151
1 vol., 200 p.
29 (580 EGP)
• Lire le sommaire

L’organisation du travail en Égypte ancienne et en Mésopotamie. Colloque AIDEA, Nice 4-5 octobre 2004

La force de travail, extrêmement sollicitée au sein de sociétés antiques encore très peu mécanisées, fut organisée et gérée dans les grands empires proche-orientaux, tant au niveau central que dans ses implications locales et particulières. Le colloque de l’Aidea consacré à l’organisation du travail en Égypte ancienne et en Mésopotamie (Nice, 2004) a réuni des spécialistes dont les contributions sont publiées dans le présent volume.

La construction des temples (Chr.J. Eyre), l’organisation des chantiers dans une province égyptienne excentrée (L. Pantalacci), le recrutement et l’enregistrement des ouvriers (B. Menu), le rôle des scribes (P. Piacentini), le statut des membres d’équipes de tisserands (Sch. Allam), le travail des artisans royaux à Deir al-Medina (R.J. Demarée), mais aussi la conception même du travail en Égypte à l’époque du Moyen Empire (K.A. Kóthay), le travail dans l’espace domestique et le travail des esclaves en Mésopotamie (S. Démare-Lafont ; Fr. Joannès), les contrats de travail à l’époque ptolémaïque et augustéenne (B. Anagnostou-Canas) constituent autant de chapitres solidement documentés qui font progresser d’une manière très notable nos connaissances sur le sujet et ouvrent des perspectives nouvelles.

Une introduction originale (R. Carvais), développant une approche comparative, permet de mettre en abîme les résultats obtenus, dans une « préhistoire du droit du travail » où l’on décèle quelques traces embryonnaires, mais incontestables, de droit du travail dans l’Antiquité proche-orientale.

————◆————

In early mechanised societies of the ancient Near Eastern empires, centralised and decentralised organization and management of the workforces created its own individual implications.

The Aidea Colloquium (Nice 2004) brought together specialists that had the opportunity to devote themselves to subjects dealing with the organization of labour in Ancient Egypt and Mesopotamia. The contributions resulting from this colloquium are published in this volume.

The list of papers include: building of temples (Chr.J. Eyre); organization of building sites in an outlying Egyptian province (L. Pantalacci); recruitment and registering of workers (B. Menu); the role of scribes (P. Piacentini); status of members of weaver teams (Sch. Allam); work of the royal artisans at Deir al-Medina (R.J. Demarée); the conception of work in Egypt during the Middle Kingdom Period (K.A. Kóthay); work within the domestic sphere and the work of slaves in Mesopotamia (S. Démare-Lafont; Fr. Joannès), as well as work contracts during the Ptolemaic and Augustean Periods (B. Anagnostou-Canas). Solidly documented chapters in this publication notably contribute to our knowledge of the subject and more importantly, provide new perspectives.

R. Carvais provides an original introduction in which he builds up a comparative approach, allowing a mise en abyme of the results obtained from this colloquium. Through this “prehistory of labour law,” we may detect the embryonic, yet undeniable traces of labour law in the ancient Near East.


Vignette
IF999, ISBN 9782724704983
2009 IFAO
Collection: BiEtud 147
1 vol., 410 p.
42 (840 EGP)
• Lire le sommaire

Actes du IXᵉ Congrès international des études démotiques

Le IXᵉ congrès international des études démotiques, organisé pour la première fois en France (2005), a rassemblé une centaine de participants venus de quatre continents. Ces Actes réunissent 26 contributions touchant les domaines littéraire, religieux et documentaire.

On notera d’abord l’édition de textes nouveaux, comme une Sagesse fragmentaire, le début du papyrus Insinger, des extraits du Livre des morts écrits en démotique, une lettre concernant un fugitif dans le Delta ou encore un modèle pour la rédaction de documents légaux; un texte narratif centré sur le personnage d’Imhotep est également présenté. Le volume offre en outre plusieurs études autour du monde des astrologues et d’autres traitant de questions administratives, anthroponymiques, prosopographiques ou grammaticales. Des approches diachroniques et des recoupements littéraires — avec, par exemple, les Akousmata pythagoriciennes et les Sortes d’Astrampsychos — y sont proposés. Enfin, les travaux en cours dans la nécropole d’Abousir, sur diverses bases de données et sur l’histoire de la discipline complètent cet ouvrage.

————◆————

The International Conference of Demotic Studies, held for the first time in France (2005), attracted a hundred participants from four continents. The present Acts volume contains 26 papers and covers literary, religious and documentary material.

A fragmentary wisdom text, the beginning of papyrus Insinger, extracts from the Book of the Dead in Demotic, a letter concerning a fugitive in the Delta and a template for the drawing up of various legal texts are among the papyri which are published for the first time; a narrative in which the famous Imhotep appears to play a central role is presented as well. The volume also contains several papers which concern the world of astrology, discussions of administrative, onomastic, prosopographical and grammatial questions, diachronic studies, and comparisons of demotic material with works like the Pythagorical Akousmata, the Sortes Astrampsychi and Greek maxims. Reports on the status of work in the Abusir necropolis, on databases and on the history of Demotic studies complete the book.


Vignette
IF985, ISBN 9782724705133
2009 IFAO
Collection: BiEtud 148
1 vol., 436 p.
43 (860 EGP)
• Lire le sommaire

Mélanges en l’honneur d’André Raymond - Histoire, archéologies et littératures du monde musulman

Réunis à Aix-en-Provence, au sein du laboratoire qu’il fonda en 1986, ces Mélanges en l’honneur d’André Raymond sont d’abord l’hommage affectueux d’élèves, de collègues et d’amis, liés à l’historien comme à l’homme. Ils se veulent aussi une reconnaissance de sa contribution intellectuelle et institutionnelle au développement des études sur le monde arabe et musulman, et le témoignage de la vitalité d’un réseau de chercheurs qu’il a profondément marqué de sa personnalité.

Les contributions qu’ils rassemblent embrassent très largement l’histoire du Bassin méditerranéen, de l’Antiquité au XXᵉ siècle. Elles s’inscrivent dans des disciplines variées et portent sur des objets que l’on n’assemble guère (des opéras et des fours de potiers, par exemple), mais dont la diversité même est un hommage rendu à l’esprit d’ouverture qui a toujours marqué l’action d’André Raymond dans sa gestion des politiques de recherche. Pour le lecteur et par souci de simplicité, on les a distribuées en quatre sections thématiques dont la composition, du reste, pourrait servir à décrire aussi l’œuvre savante de celui à qui elles sont offertes :

1. Villes et architectures d’Orient;

2. Histoire, économies, sociétés;

3. Lettres et arts;

4. Sources, manuscrits, archives.

••••

Voir aussi le compte rendu de la Remmm


107 notices, page 3 : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

Nouveautés