Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.
1 notices, page 1 : 1

pdf
BIFAO106_art_13.pdf (2.67 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 106
2006 IFAO
, 70 p., gratuit - free of charge
• Lire en ligne
Aux origines de la tombe js [...]. Recherches paléographiques et lexicographiques.

Désignation la plus commune et la plus générale de la tombe en Égypte ancienne, le terme js est attesté de la IV e dynastie jusqu’à l’époque romaine. Cet article a pour objectif de tenter de définir, par une approche à la fois paléographique et lexicographique, le type de tombe auquel se référait le mot à l’origine. Une enquête paléographique montre tout d’abord que le bilitère js (hiéroglyphe M40) représente une botte végétale (sommet biseauté) ou une natte roulée (sommet plat) fermée par un ou plusieurs liens. La forme du signe rappelle un mode d’inhumation appelé « mat-burial » ou enterrement en natte, dans lequel le corps du mort est enroulé dans une natte (ou une botte végétale) parfois fermée par une corde et dont l’archéologie a fourni des exemples depuis l’époque prédynastique jusqu’à l’époque byzantine. Dans un second temps, une enquête lexicographique suggère que le terme js prend dans certains cas le sens restreint de « caveau », évoquant un espace sépulcral minimum comme celui de la natte roulée. La forme js(.t ?) employée dans plusieurs papyrus de pillages de tombes sert non pas à désigner la tombe mais l’espace confiné d’une « galerie » de pillard. Une inscription de dotation de tombe de l’Ancien Empire montre clairement que js.t désigne un espace plus réduit que js. Par ailleurs, une identité est suggérée à l’origine entre les deux termes souvent homographes js « tombe » et js « chambre, atelier, magasin ». Au final, js apparaît comme un espace, à l’origine sans fonction ou spécialisation spécifiques, dont le matériau était probablement la natte.

Mots-clés : js – js(.t) – tombe – atelier – natte – paléographie – lexicographie – signe hiéroglyphique M40.

1

The word js is the most common designation of the tomb in Ancient Egypt and was in use from the IVth Dynasty to the Roman period. The aim of this article is to try to define by a paleographical and lexicographical approach for the kind of tomb the word originally refers to. Paleographic research shows first that the bilitere js (sign M40) corresponds either to a bundle of reeds (bevelled top) or to a rolled mat (flat top) closed by one or several straps. The shape of the hieroglyph is reminiscent of the so-called “mat-burial” known from Predynastic times to the Byzantine Period: the body of the dead is rolled into a mat (or a bundle) sometimes closed by a rope. Lexicographical study suggests that in some cases, js takes the more restricted meaning of “burial-chamber”. It, therefore alludes to a burial space reduced to the minimum as that of the rolled mat. The feminine form js(.t?) found in several papyrus recording the great tomb robberies at the end of the New Kingdom, does not designate the tomb but the confined space of a “tunnel” of a thief. More, a notation inscribed during the Old Kingdom shows clearly that js.t refers to a more reduced space than js. Furthermore, it is suggested that the terms js “tomb” and js “chamber, workshop”, frequently homographical, were one word at the beginning. At last, it appears that js corresponded first to a space, without specific architecture or function, which probably used the mat as a building material.

Keywords: js – js(.t) – tomb – workshop – mat – palaeography – lexicography – Hieroglyphic sign M40.
1 notices, page 1 : 1

Nouveautés