Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.

Recherches d’archéologie, de philologie et d’histoire (RAPH)

ISSN : 1011-1883

La collection RAPH est dédiée à la recherche en archéologie, philologie et histoire. Reflet de la recherche actuelle, elle s’émancipe des habituels découpages – géographique, chronologique, confessionnel – et propose une approche par thèmes, permettant le voisinage et l’interférence de champs parfois cloisonnés. Collection de textes, elle accueille des ouvrages d’expertise, de grandes synthèses, des résultats de thèses pour dégager des pistes novatrices en matière de réflexion comme de recherche.


19 notices, page 1 : 1 - 2

Vignette
IF1107, ISBN 9782724706628
2016 IFAO
Collection: RAPH 38
1 vol., 288 p., 25 (357 EGP)
• Lire le sommaire

Etudes d’onomastique égyptienne
Méthodologie et nouvelles approches

Les Études d’onomastique égyptienne. Méthodologie et nouvelles approches marquent l’existence depuis 2008 à l’Ifao d’un programme de recherche consacré aux recherches en onomastique. Cet ouvrage rassemble les articles remaniés issus de communications présentées lors de séminaires tenus en 2008 et 2009, qui témoignent de l’attention croissante portée aux études d’onomastique en égyptologie.

De fait, noms de lieux et noms de personnes jouent un rôle essentiel dans l’organisation de l’espace et de la vie sociale. Ce rôle est manifeste tout au long de l’époque pharaonique, et ce depuis les mentions de toponymes dans les toutes premières inscriptions de la période prédynastique, jusqu’aux anthroponymes présents dans les graffiti démotiques.

Les articles de ce volume résument les précédentes recherches en la matière, mais aussi fournissent de nouvelles pistes et hypothèses. Les noms sont ainsi analysés dans des études ayant trait, notamment, à la grammaire égyptienne, à la sémantique, à la prosopographie et à la géographie.

The Études d’onomastique égyptienne. Méthodologie et nouvelles approches underscores the presence of a research programme at the IFAO devoted to onomastic research since 2008. This volume contains the reworked papers from some seminars held in Cairo in 2008 and 2009, which testify to the increasing attention paid to onomastic studies in Egyptology.

In fact, names of places and people play an indispensable role in organising space and social life. This is clearly visible throughout the pharaonic period from the mention of place-names from the very first texts of the Predynastic through to the personal names of late Demotic graffiti.

The articles in this volume sum up previous research and also contribute with new insights and hypotheses. Names are explored through studies relating to aspects such as Egyptian grammar, semantic fields, prosopography and geography.
Vignette
IF1115, ISBN 9782724706703
2016 IFAO
Collection: RAPH 39
1 vol., 272 p., 25 (357 EGP)
• Lire le sommaire

Décrire, imaginer, construire l’espace
Toponymie égyptienne de l’Antiquité au Moyen Âge

Ce volume rassemble treize contributions relatives à la toponymie de l’Égypte ancienne et médiévale. Il constitue la publication des actes de deux colloques tenus à l’Ifao (2011) et à l’université de Paris-Sorbonne (2012), dans le cadre du programme de recherche « Systèmes Toponymiques » de l’Ifao. Ces travaux d’onomastique, issus d’une tradition ancienne à l’Ifao, proposent une approche renouvelée de la toponymie pour le territoire égyptien, laissant une large place aux problématiques de l’espace et du territoire. Ils portent sur la longue durée de manière à permettre d’aborder les mutations géographiques et les évolutions dans la perception de l’espace.

This volume gathers thirteen contributions on place names in Ancient and Medieval Egypt. It is the publication of the proceedings of two conferences, held in the Ifao (2011) and the University of Paris-Sorbonne (2012), as part of the research programme “Toponymic Systems” of the Ifao. This research on onomastics, stemming from a long tradition in the Ifao, proposes a renewed approach of toponymy, including current reflections on space and territory. It aims to consider the evolution of place names on a long-term chronology, as to evaluate the geographical changes and modifications in the perception of space.

Sylvain Dhennin est chargé de recherche au CNRS (HiSoMA, MOM).

Claire Somaglino est maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne.

Ils sont tous deux anciens membres scientifiques de l’Ifao où ils ont mis en place et continuent de développer des recherches sur la toponymie et l’espace de l’Égypte.


Vignette
IF1124, ISBN 9782724706802
2016 IFAO
Collection: RAPH 41
1 vol., 320 p., 27 (386 EGP)
• Lire le sommaire

Les variations du mouvement
Abū al-Barakāt, un physicien à Bagdad (VIe/XIIe siècle)

Pourquoi la pierre lancée en l’air poursuit-elle son mouvement loin de la main du lanceur ? Pourquoi ralentit-elle pour accélérer ensuite ? Ce mouvement serait-il possible dans le vide infini ? S’arrête-t-il un temps, en haut de la trajectoire ?

Depuis l’Antiquité, les interprétations de ce mouvement ont suscité des discussions passionnées, et la controverse est encore vivante lorsqu’un philosophe juif, médecin du calife de Bagdad, Abū al-Barakāt (m. 1152), en renouvelle l’approche.

Le présent ouvrage nous guide dans un réseau complexe de textes abordant les notions d’espace, de vide, de temps, d’infini, de continu et met en lumière les apports de la physique médiévale arabe. L’auteur interroge à cette occasion la nature des filtres qui ont empêché jusque là d’en restituer toute la portée. L’histoire des sciences, parfois obnubilée par la recherche des continuités, peine à identifier les inventions audacieuses lorsque celles-ci ne semblent pas aller dans le sens de l’histoire.

Why does a stone thrown into the air keep going, even after it has left the thrower’s hand? Why does it slow down before speeding up again? Could it be thrown in a void without end? Is there a rest at the peak of its flight?

Interpreting this movement has aroused impassioned debate since antiquity; the controversy was still ongoing at the time when the Jewish philosopher Abū al-Barakāt (d. 1152), physician to the Caliph of Baghdad, provided a new approach to it.

This book takes the reader through a labyrinth of texts dealing with notions of space, emptiness, time, infinity, and continuity; it sheds light on mediaeval Arabic contributions to physics. The author also explores the barriers that have hitherto obstructed complete understanding of the subject. The history of science, which sometimes fixates on the study of continuities finds it hard to get to grips with disruptive theories if they do not seem to follow the larger trajectory of history.

Sylvie Nony est professeure agrégée de sciences physiques à Bordeaux et chercheuse associée à l’UMR 7219 SPHère.

Sylvie Nony is Physics Teacher (Bordeaux) and Associated Researcher, UMR 7219 SPHère.
Vignette
IF1118, ISBN 9782724706741
2015 IFAO
Collection: RAPH 40
1 vol., 288 p., 25 (357 EGP)
• Lire le sommaire

Le paysage sonore de l’Antiquité
Méthodologie, historiographie et perspectives

La notion de « paysage sonore », inventée par le compositeur canadien R. Murray Schafer à la fin des années 1960, a connu un succès immédiat et constant, au risque d’une perte de sens. Cet ouvrage propose d’en explorer les usages actuels en sciences sociales afin d’aboutir à une définition commune à tous ceux pour qui le son est un objet d’étude en histoire ancienne.

Nourrie d’une approche résolument transdisciplinaire, la première partie du volume interroge l’utilisation méthodologique de la notion de paysage sonore par divers champs disciplinaires (anthropologie, ethnomusicologie, philologie et histoire urbaine), tandis que la seconde partie se concentre plus particulièrement sur les paysages sonores de l’Antiquité. Comment et à partir de quelles sources réfléchir sur les sonorités des cultures mésopotamienne, égyptienne, grecque et romaine ?

Il s’agit du premier volume issu du programme de recherche « Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne » conduit par l’École française d’Athènes, l’École française de Rome et l’Institut français d’archéologie orientale.

The notion of “soundscape”, invented by the Canadian composer R. Murray Schafer at the end of the 1960s, was an immediate and abiding success, but at the risk of losing its meaning. This work intends to explore the actual uses of this notion within social sciences in order to arrive at a common definition for all those for whom sound is an object of study in ancient history.

Adopting a resolutely transdisciplinary approach, the first part of the volume looks at the methodological uses of the notion of soundscape by different disciplines (anthropology, ethnomusicology, philology and urban history), while the second part concentrates more specifically on soundscapes of antiquity. How should we approach the sounds of Mesopotamian, Egyptian, Greek and Roman cultures and what sources should we use to do this?

This is the first volume to spring from the research program entitled Soundscapes and urban spaces in the ancient Mediterranean developed by the École française d’Athènes, the École française de Rome and the Institut français d’archéologie orientale.

Sibylle Emerit (égyptologue), Sylvain Perrot (helléniste), Alexandre Vincent (romaniste).


Vignette
IF1105, ISBN 9782724706604
2015 IFAO
Collection: RAPH 37
1 vol., 478 p., 39 (557 EGP)
• Lire le sommaire

La guerre dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe s.)
Etat de la question, lieux communs, nouvelles approches

Longtemps apanage des militaires, l’historiographie de la guerre a connu d’importants bouleversements après la Seconde Guerre mondiale. L’histoire militaire laissa alors la place à une histoire plus englobante, soucieuse d’analyser les liens étroits qui unissent la guerre à la société.

Progressivement, ce changement gagna les spécialistes du Proche-Orient médiéval. Cet ouvrage pluridisciplinaire, qui réunit des historiens et des archéologues, offre un bilan des principaux travaux réalisés jusqu’ici, et propose, par l’exemple, des perspectives de recherche. Il confirme que le fait guerrier joua un rôle moteur dans l’évolution des sociétés du Proche-Orient des xe-xve siècles.

Mathieu Eychenne (UMR 8167 Orient et Méditerranée, Paris), historien et arabisant, est spécialiste du Proche-Orient à l’époque mamelouke (xiiie-xve s.).

Abbès Zouache (CIHAM-UMR 5648, Lyon), historien et arabisant, est spécialiste de l’histoire de la guerre dans l’Orient médiéval.

__

For a long time, the history of war was the prerogative of military officers. After World War Two, it saw significant reorientations. Military history evolved into a more global history, which aims to analyse the interaction of war with societies.

These historiographical changes progressively affected researchers who deal with the history of the Medieval Near East. This pluridisciplinary book, gathering historians and archeologists, aims to give an assessment of the historiography of war in the Medieval Near East, and to provide new and original research perspectives. This book confirms that war played a key role in the development of Near Eastern societies from the tenth to the fifteenth century.

Mathieu Eychenne (UMR 8167 Orient et Méditerranée, Paris), Historian and Arabist specializing in the history of the Near East under the Mamluks (13th-15th C.).

Abbès Zouache (CIHAM-UMR 5648, Lyon), Historian and Arabist specializing in the history of war in the medieval Middle East.
Vignette
IF1099, ISBN 9782724706543
2014 IFAO
Collection: RAPH 36
1 vol., 248 p., 26 (371 EGP)
• Lire le sommaire

Le voyage à Héliopolis
Descriptions des vestiges pharaoniques et des traditions associées depuis Hérodote jusqu’à l’expédition d’Egypte

La ville d’Héliopolis d’Égypte a, de tout temps, exercé une fascination sur ses visiteurs. D’aucuns y reconnurent les lieux de résidence des fameux prêtres-magiciens des pharaons, ceux-là même qui avaient prodigué leur enseignement à quelques grands hommes de la Grèce antique ; d’autres, les lieux d’épisodes fameux des Saintes Écritures ; d’autres encore, des vestiges étranges aux vertus miraculeuses.

Cet ouvrage réunit les descriptions d’Héliopolis puis de ses ruines par des pèlerins, voyageurs, géographes et autres historiens d’horizons culturels différents : Grecs, Romains, Musulmans, Juifs, Chrétiens d’Orient et d’Occident. Ces témoignages, compris entre le ve siècle av. J.-C. et la toute fin du xviiie siècle, nous renseignent sur l’aspect du site et de ses monuments au fil des siècles, sur son histoire et, par-dessus tout, sur les légendes bâties autour de ce haut lieu universel.

The city of Heliopolis in Egypt has always fascinated its visitors. Some recognized the residence of the famous magician-priests of the Pharaohs, those who gave their teachings to some great men of ancient Greece; others, the places of famous episodes of the Holy Scriptures; even others, some strange remains with miraculous virtues.

This book gathers the descriptions of Heliopolis and its ruins by pilgrims, travelers, geographers and historians from different cultural backgrounds: Greeks, Romans, Muslims, Jews, Christians of Orient and Occident. These testimonies, from the 5th century BC to the end of the 18th century AD, tell us about the appearance of the site and its monuments over the centuries, its history and above all, the legends developed around this universal symbolic place.

Essam Salah el-Banna est professeur d’archéologie à l’université d’Hélouan (Égypte) ; Stéphane Pasquali est maître de conférences en égyptologie à l’université Paul-Valéry Montpellier (France).

Essam Salah el-Banna is Professor of Archaeology at the Helouan University (Egypt); Stéphane Pasquali is Lecturer in Egyptology at the University Paul-Valéry Montpellier (France).


Vignette
IF1076, ISBN 9782724706406
2013 IFAO
Collection: RAPH 35
1 vol., 484 p., 34 (486 EGP)
• Lire le sommaire

Les mystiques juives, chrétiennes et musulmanes dans l’Égypte médiévale (VIIᵉ-XVIᵉ siècles)
Interculturalités et contextes historiques

Ce volume collectif rassemble dix-sept études de spécialistes des mystiques juives, chrétiennes et musulmanes, portant sur les développements et les interactions de ces traditions dans l’Égypte médiévale, par le recours à des corpus en grec, syriaque, copte, arabe, hébreu, et judéo-arabe. Loin d’un simple comparatisme phénoménologique, c’est l’exploration des modèles, des sources et des conditions historiques communes aux trois traditions mystiques dans des cadres spatio-temporels précis qui a été visée. Une telle posture, novatrice, offre des perspectives fécondes pour l’analyse des relations entre spiritualités et contextes historiques. Appréhender la porosité des frontières interconfessionnelles dans le contexte multiculturel et plurilinguistique de l’Égypte médiévale revient en fait à admettre que les différentes communautés religieuses ont pu interagir et s’influencer même dans les aspects les plus intimes de l’identité de chacune. La présence de l’Autre s’avère ainsi être un facteur puissant de créativité et de renouveau pour chaque tradition religieuse et pas uniquement une source de conflits.

This collective volume brings together seventeen essays written by specialists of Jewish, Christian and Muslim mysticisms, dealing with their developments and interactions in Medieval Egypt and relying on corpuses in Greek, Syriac, Coptic, Arabic, Hebrew, and Judeo-Arabic. Far from simple phenomenological comparison, these studies aim at exploring models, sources and historical conditions common to the three mystical traditions in specific spatial and temporal frames. This innovative approach provides fresh and fruitful insights into the complex relationships between spiritualities and historical contexts. Considering the porousness of interfaith borders in the multicultural and multilingual context of Medieval Egypt means in fact to admit that different religious communities could interact and influence one another, even in the innermost aspects of their own identities. Thus, the presence of the Other proves to be a powerful factor of creativity and renewal in any religious tradition, not only a simple source of conflict.

Giuseppe Cecere (IFAO) est spécialiste de la présence des soufis dans la société égyptienne médiévale ; Mireille Loubet (CNRS) est spécialiste du piétisme soufi juif qui se développa dans l’Égypte du xiie-xiiie siècle ; Samuela Pagani (université du Salento, Italie) est spécialiste d’islamologie et de mystique musulmane médiévale.

Giuseppe Cecere (IFAO) works on the presence of Sufis in Medieval Egyptian society; Mireille Loubet (CNRS) on the Jewish Sufi movement which developed in twelfth-thirteenth century Egypt; Samuela Pagani (University of Salento, Italy) on Medieval Islamic culture and mystics.
Vignette
IF1067, ISBN 9782724706079
2012 IFAO
Collection: RAPH 34
1 vol., 140 p., 24 (343 EGP)
• Lire le sommaire

Les principautés du Delta au temps de l’anarchie libyenne.
Réédition revue et augmentée

La monographie de Jean Yoyotte «Les principautés du Delta durant la période libyenne», parue en 1961, fondée sur une vaste documentation passée au crible d’une analyse rigoureuse, a renouvelé en son temps la connaissance historique d’une page obscure de l’Égypte tardive. Hommage à la mémoire de l’auteur, sa réédition par l’Ifao permet de remettre à la disposition de la communauté scientifique, sous une forme commode et maniable, une étude qui a gardé toute sa pertinence. La contribution, dans ce volume, d’Olivier Perdu situe l’importance de cette enquête dans la perspective de la recherche actuelle; celle de Frédéric Payraudeau fournit la mise à jour bibliographique nécessaire pour que le lecteur d’aujourd’hui profite au mieux des informations réunies et des pistes de réflexion proposées.

Jean Yoyotte’s monograph, Les principautés du Delta durant la période libyenne (1961), provided a full reappraisal, based on a wide and rigorously analysed body of material, of an obscure chapter of Late Period history. Its republication by the IFAO, in tribute to the late author, makes available again a study which has kept all its relevance.

In this volume, an introductory essay by Olivier Perdu shows the significance of Yoyotte’s work to current research; while Frederic Payraudeau provides an updated bibliography to allow today’s reader to take best advantage of the original study, and the lines of research presently being explored.


Vignette
IF1015, ISBN 9782724705362
2010 IFAO
Collection: RAPH 33
2 vol., 300+450 p., 34 (486 EGP)
• Lire le sommaire

L’échec de la monarchie égyptienne. 1942-1952. (2 vol.)

Le 26 juillet 1952, le roi Farouk quittait l’Égypte à bord de son yacht après avoir abdiqué en faveur de son fils. L’irruption, trois jours auparavant, des Officiers libres sur la scène politique égyptienne l’avait contraint à cette extrémité. L’abdication de Farouk scellait l’échec de la première expérience de démocratie parlementaire de type occidental en Égypte.

Au moment de l’indépendance de l’Égypte, en 1922, les Britanniques ont favorisé des choix institutionnels qui devaient permettre le maintien de leur influence sur le pays selon des modalités nouvelles, notamment comme arbitres du conflit entre le souverain constitutionnel et les élites libérales égyptiennes siégeant au Parlement.

Après la seconde guerre mondiale et l’effacement des Britanniques, la vie politique se retrouve dominée par la lutte du roi et du Wafd, qui paralyse toute action.

En réaction, les nouvelles catégories sociales urbaines contestent le pouvoir politique qui est l’expression d’un ordre social très inégalitaire, en corrélation avec les structures foncières du pays. Comme les élections, faussées par le clientélisme dans les campagnes, voire truquées, ne leur permettent pas d’exprimer leur mécontentement, elles pratiquent l’abstention, adhèrent à des mouvements contestataires et parfois recourent à la violence.

>>Lire l’introduction.pdf (0.18 Mb)

•••

On July 26th, 1952, king Farouk left Egypt on his yacht after having abdicated in favor of his son. The irruption, three days before, of the free Officers on the Egyptian political scene had constrained it to that decision. The abdication of Farouk sealed the failure of the first parliamentary experiment of democracy of a Western type in Egypt.

At the time of the independence of Egypt, in 1922, the British have favoured institutional choices which were to allow the maintenance of their influence on the country according to new modalities, in particular as referees of the conflict between the constitutional monarch and the Egyptian liberal elites sitting at the Parliament.

After the Second World War and the obliteration of Great Britain , the political life is found dominated by the fight of the king and Wafd, which paralyzes any action.

In reaction, the new urban social categories contest the political power which is the expression of a very unfair social order, in relation with the land structures of the country. As the elections, distorted by clientelism in rural areas, even dodged, do not allow them to express their dissatisfaction, they abstain to participate in the political life, adhere to protest movements and sometimes resort to violence.


Vignette
IF1014, ISBN 9782724705355
2010 IFAO
Collection: RAPH 32
2 vol., 705 p., 48 (686 EGP)
• Lire le sommaire

Fortunes urbaines et stratégies sociales. Généalogies patrimoniales au Caire, 1780–1830 (2 vol.)

À partir d’une documentation archivistique inédite : actes notariés contenus dans les fonds des tribunaux ottomans et documents législatifs et administratifs produits par l’appareil d’État égyptien entre 1805 et 1848, l’auteur étudie les modalités de constitution, de consolidation et de dévolution des richesses, en prenant pour objet la production et la reproduction matérielle d’un groupe social, celui des grands négociants-financiers du Caire, de la fin du XVIIIᵉ au début du XIXᵉ siècle. Ayant pour objectif de retracer le parcours des membres d’un groupe et d’analyser les réseaux relationnels qu’ils mobilisent, ce travail relève d’une approche prosopographique ; néanmoins, il se distingue de cette approche en mettant à l’épreuve la définition même de ce groupe. En effet, l’interrogation de l’auteur porte sur les catégories sociales qui ont servi à présenter la société urbaine de l’Égypte à l’époque ottomane – notamment la famille, les militaires et les négociants – en examinant le contenu de ces catégories à différentes époques et dans différents contextes. En étudiant les relations juridiques et matérielles entre les individus, les usages concrets auxquels se prête la propriété en milieu urbain sont mis en évidence. Il s’agit alors de faire poindre les modalités d’accès à la propriété qui caractérisent chacun de ces groupes et, pour ce faire, de retracer le parcours d’un patrimoine en étudiant les modes d’appropriation, de transmission et de fragmentation qui le régissent, ainsi que les réseaux relationnels que mobilisent les différents moments de sa trajectoire.

À la suite d’une erreur de numérotation, deux volumes de la collection RAPH portent le n° 32.

Due to an error in the numerotation, two volumes belonging to RAPH serial are numbered 32.


19 notices, page 1 : 1 - 2

Nouveautés