Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

panier Votre panier - Your cart 
Code promotionnel - Coupon code:
ISBNIF/fichierTitrePrixQuantitéPoids  TOTAL  
Montant de votre commande Grand total  0 €

Cette commande vous sera expédiée depuis Le Caire à votre adresse dans le monde entier (sauf certains pays) après réglement du montant via le site sécurisé Paybox (Visa, Mastercard, etc.). Les remises des ouvrages à expédier de l’Ifao au transporteur ont lieu du dimanche 10h au jeudi 16h, sauf les jours de congés.

This order will be shipped from Cairo to your address wordwide (except some countries) after the paiement through the PayBox website (Visa, Mastercard, etc.). The books are transmitted to the shipping companies from sunday 10am to thursday 4pm, except on holidays.

Nouveautés 2016 et 2017


Vignette
IF1150, ISBN 9782724707069
2017
Collection: MIFAO 136
1 vol., 192 p., 37 € (529 EGP)
• Lire le sommaire

Pierre Tallet
Les papyrus de la mer Rouge I. Le journal de Merer
Papyrus Jarf A et B

Le site du Ouadi el-Jarf, fouillé depuis 2011, est un port sur la mer Rouge qui a été utilisé au début de la IVe dynastie pour se rendre par voie maritime aux mines de turquoises et de cuivre du sud-ouest de la péninsule du Sinaï. Lors de la campagne de 2013, un important lot de papyrus daté de la fin du règne de Chéops a été mis au jour à l’entrée de l’une des galeries-magasins qui sont l’un des traits caractéristiques du site. Ces documents sont à ce jour les plus anciens papyrus hiératiques jamais découverts. Ils constituent les archives d’une équipe de marins et se subdivisent en deux grandes catégories : des comptabilités enregistrant des livraisons de différents produits, et des journaux de bord qui couvrent plusieurs mois d’activité de cette équipe. Ces derniers décrivent des missions effectuées sous la direction de l’inspecteur Merer, et concernent pour l’essentiel le transport par voie fluviale de blocs de calcaire des carrières de Toura vers le chantier de la grande pyramide de Chéops, alors en construction sur l’autre rive du Nil. Cet ouvrage est la publication des deux journaux de bord les mieux préservés de ce lot.

Vous pouvez consulter les annexes en anglais et en arabe grâce au lien suivant :

http://bit.ly/2pQAmzg

The Wadi el-Jarf site, excavated since 2011, is an harbour on the Red Sea shore that was used at the beginning of the IVth dynasty to reach the copper and turquoise mines of the south-western part of Sinai Peninsula. During the 2013 archaeological campaign, hundreds of fragments of papyrus from the end of Khufu’s reign were collected at the entrance of one of the storage galleries that are one of the most remarkable features of the site. This is at the moment the oldest papyrus archive ever found in Egypt. It is related to a team of sailors and mainly includes two categories of documents: accounts of commodities delivered to the workers, and logbooks registering their daily activities over several months. Those last documents record missions led under the direction of the inspector Merer that are related to the transport of limestone blocks from the quarries of Tura to the Great Pyramid of Khufu at Giza, then under construction on the opposite bank of the Nile. This book is the publication of the two best preserved logs of this archive.

You can read the english and arabic translation of the hieroglyphic texts, Summary of the Information and Conclusion :

http://bit.ly/2pQAmzg
Vignette
IF1138, ISBN 9782724706932
2017
Collection: FIFAO 75
1 vol., 448 p., 54 € (771 EGP)
• Lire le sommaire

Roland-Pierre Gayraud, Lucy Vallauri
Fustat II. Fouilles d’Isṭabl ʿAntar
Céramiques d’ensembles des IXe et Xe siècles

Les fouilles d’Isṭabl ʿAntar se sont déroulées de 1985 à 2005 et ont mis au jour des vestiges sur une surface de plus de deux hectares. Elles ont livré une quantité considérable de matériels de toutes sortes, y compris de nombreux éléments organiques, dont la publication est en cours.

Les céramiques représentent une part majeure de ces trouvailles par leur nombre et leur qualité. Ce premier volume qui leur est consacré concerne des ensembles clos, le plus souvent des fosses, dont la chronologie s’échelonne du milieu du ixe siècle jusqu’à la fin du xe siècle.

Les apports de la fouille concernent à la fois la chronologie établie sur la stratigraphie, et de nombreux témoins numismatiques, ainsi qu’une typologie composant un catalogue presque complet des productions égyptiennes. Il s’agit ici de la naissance de la céramique islamique, au carrefour de traditions locales et d’apports extérieurs, quelquefois très lointains. Cette période charnière est riche en changements qui se décèlent aisément dans l’évolution des céramiques et des techniques qui leur sont propres.

The excavations of Isṭabl ʿAntar were carried out between 1985 and 2005. They revealed remains on a surface of more than two hectares, and a large quantity of archaeological finds of various types, as well as organic material. The publication of this material is currently under progress.

Ceramics constitute the largest part of these finds, in quantity as well as quality. This first volume, which is devoted to ceramics, concerns closed groups of finds, mainly from pits. The chronology stretches from the middle of the 9th century to the end of the 10th century.

The contribution of these excavations concerns the chronology based on the stratigraphy and numerous numismatic finds, as well as a typology showing an almost complete catalogue of Egyptian productions. Here, we have testimonies to the birth of the Islamic ceramic, at the crossroads of local traditions and outside influences, some even coming from very far away. This turning point sees many changes in the evolution of ceramics and techniques.
Vignette
IF1133, ISBN 9782724706895
2017
Collection: BiEtud 168
1 vol., 608 p., 69 € (986 EGP)
• Lire le sommaire

Thomas Faucher, Andrew R. Meadows, Catharine Lorber
Egyptian Hoards I
The Ptolemies

Le premier volume d’Egyptian Hoards offre la liste complète des 278 trésors (dont 49 inédits) composés de monnaies ptolémaïques en or, en argent et en bronze, trouvés en Égypte et dans les zones d’influence des rois lagides. Outre cette liste, l’ouvrage se compose essentiellement d’articles présentant des trésors inédits, augmentés ou réédités, pour la plupart largement illustrés (les planches proposent plus de 3 500 monnaies en couleur). Issu de l’héritage livré par l’Inventory of Greek Coin Hoards (IGCH) et les dix volumes des Coin Hoards (CH), le rassemblement et l’étude de ces trésors monétaires constituent un apport majeur à l’étude de la monétarisation de l’Égypte, à la circulation des monnaies dans le pays ainsi que, plus largement, à l’économie de la région.

The first volume of Egyptian Hoards offers a complete list of 278 hoards containing Ptolemaic coins in gold, silver, or bronze, found in Egypt and in the sphere of influence of the Lagid kings. Forty-nine of these hoards are documented here for the first time. The volume consists predominantly of articles presenting and analyzing the new hoards, enlarged hoards, and older hoards restudied in light of recent numismatic scholarship. For the most part the articles are generously illustrated: the plates feature more than 3500 coins in color. Following in the tradition of the Inventory of Greek Coin Hoards (IGCH) and the ten volumes of Coin Hoards (CH), Egyptian Hoards I collects and analyzes the coin hoards which constitute a major contribution to the study of the monetarization of Egypt and the circulation of coinage in the country, with very important implications for our understanding of the economy of the region.


Vignette
IF1128, ISBN 9782724706840
2017
Collection: CCE 10
1 vol., 352 p., 39 € (557 EGP)
• Lire le sommaire

Romain David
Céramiques ptolémaïques de la région thébaine

Ce volume présente les résultats de la table ronde internationale intitulée Theban Ceramics in Hellenistic context, organisée à Karnak les 28 et 29 septembre 2014. Il marque l’aboutissement du projet « Céramiques tardives d’Égypte (ive s. av. n. è.-viie s.), entre tradition et acculturation. L’apport des sites de Karnak et d’Ermant », financé par le Labex Archimede au titre du programme « investissement d’avenir ANR-11-LABX-0032-01.

Outre un compte rendu de la table ronde proposant un nouveau système de classification, cet ouvrage réunit des contributions illustrant les progrès réalisés depuis quelques décennies pour notre connaissance du faciès céramique local de la période ptolémaïque, marqué à divers degrés par la présence grecque dans la région thébaine. Ainsi, le céramologue, l’archéologue et l’historien trouveront dans ce volume un outil de travail et de réflexion conforme à l’ambition des Cahiers de la céramique égyptienne.

This volume presents the results of the international workshop untitled Theban Ceramics in Hellenistic Context, held in Karnak on the 28th and 29th September 2014. It results from the project “Late ceramics from Egypt (ive c. BC – viie c. AD), between tradition and acculturation. A case study from Karnak and Armant”, funded by Labex Archimede (ANR-11-LABX-0032-01).

In addition to a report of the workshop introducing a new classification system, this book brings together contributions illustrating the progress made over the last few decades in our knowledge of the local ceramic feature during the Ptolemaic period, which is marked in varying degrees by the Greek presence in the Theban region. Thus, the ceramologist, the archaeologist and the historian will find a work tool according to the ambition of the Cahiers de la céramique égyptienne.
Vignette
IF1143, ISBN 9782724706994
2016
Collection: BCE 26
1 vol., 368 p., 39 € (557 EGP)
• Lire le sommaire

Bulletin de liaison de la céramique égyptienne 26

Ce nouveau volume du Bulletin de liaison de la céramique égyptienne (BCE 26) continue la ligne éditoriale initiale. Il s’agit avant tout de présenter l’actualité de la recherche céramique en suivant un « Parcours régional » en Égypte et en Nubie pour toutes les périodes de leur histoire, de l’époque Prédynastique à l’époque médiévale.

Le BCE innove cependant en proposant une seconde partie intitulée « Études : Ateliers et productions céramiques d’Égypte, de Nubie et du Soudan ». L’accent est mis une nouvelle fois sur les ateliers de céramiques. Mais le lecteur trouvera également plusieurs études sur des productions céramiques égyptiennes spécifiques. Les échanges culturels, à travers les céramiques transitant entre le Levant et l’Égypte et entre la Nubie et l’Égypte, trouvent aussi leur place dans ce volume. Ils concernent une longue séquence chronologique qui comprend les époques prédynastique et proto-dynastique, le Moyen Empire et la Deuxième Période intermédiaire et enfin l’époque romaine.

This new volume of the Bulletin de liaison de la céramique égyptienne (BCE 26) continues the original editorial line, which is primarily to present the actual state of research into pottery found throughout Egypt and Nubia for all periods from the predynastic to the medieval period.

BCE 26, however, is innovatory in offering a second part entitled “Studies on pottery workshops and ceramic production in Egypt, Nubia and Sudan”. The focus is on ceramic workshops but the reader will also find several studies dealing with specifically Egyptian productions, whilst cultural exchanges between the Levant and Egypt, and between Egypt and Nubia as indicated by ceramic contacts also find their place in this volume. The latter cover a long chronological sequence which includes the Predynastic, the Protodynastic, the Middle Kingdom and Second Intermediate Period and finally the Roman era.


Vignette
IF1137, ISBN 9782724706925
2016
Collection: FIFAO 74
1 vol., 368 p., 49 € (700 EGP)
• Lire le sommaire

Mahmoud Abd el-Raziq, Georges Castel, Pierre Tallet
Ayn Soukhna III. Le complexe de galeries-magasins

Les complexes de galeries-magasins peuvent être considérés comme l’une des caractéristiques essentielles des « ports intermittents » de l’époque pharaonique qui ont été récemment identifiés. Ce type de dispositif a en effet été successivement mis en évidence sur les trois sites portuaires pharaoniques qui ont fonctionné sur la côte occidentale de la mer Rouge à Mersa Gaouasis, à Ayn Soukhna, et au ouadi el-Jarf. Ces galeries permettaient d’entreposer, entre deux expéditions, le matériel nautique qui leur était nécessaire, et en particulier des embarcations démontées qui étaient laissées sur place en attente de leur prochaine utilisation. La fouille de l’ensemble de ce complexe à Ayn Soukhna a permis de mieux comprendre la fonctionnalité des lieux, notamment grâce à la découverte en place, dans deux des magasins du site, de bateaux qui y avaient été soigneusement rangés avant d’être incendiés. Elle a également démontré la longue utilisation de ce port par les Égyptiens entre l’Ancien Empire et le Moyen Empire.

La fouille du site, fruit d’une collaboration entre l’Ifao, l’université d’Ismaïlia et l’université Paris-Sorbonne (UMR 8167 du CNRS), a entre autres été rendu possible par l’aide de plusieurs entreprises françaises installées en Égypte que nous remercions ici : Total-Égypte, Air Liquide, Métro du Caire ligne 3 (Bouygues, Vinci), Barrage d’Assiout (Vinci), Colas Rail, Gaz de France, Électricité de France, Saint-Gobain.

Storage gallery complexes can now be considered a major characteristic of the pharaonic « periodic harbours » that have been successively identified on the sites of Mersa Gawasis, Ayn Soukhna and Wadi el-Jarf. In between two expeditions, those caves were used to store the sailing equipement, and especially dismanteled boats waiting for their next use. The systematic excavation of this whole Ayn Soukhna cave complex has allowed a better understanding of this site’s purpose thank to the discovery, in two of those galleries, of remains of boats that were carfully stored there before being destroyed by fire. It also shows the long use of the harbour by the Egyptians, between the Old Kingdom and the Middle Kingdom.

The archaeological work in Ayn Soukhna was led in the framework of a joint project of the IFAO, the Ismaïlia University and the Paris-Sorbonne University (CNRS UMR 8167). It was made possible, amongst other factors, by the help of several French companies that we want to thank here : Total Egypt, Air Liquide, Cairo Metro-Line 3 (Bouygues, Vinci), dam of Assiut (Vinci), Colas Rail, Gaz de France, Eletricité de France, Saint Gobain.
Vignette
IF1135, ISBN 9782724706918
2016
Collection: AnIsl 49
1 vol., 232 p., 39 € (557 EGP)
• Lire le sommaire

Annales islamologiques 49

Le volume 49 des Annales islamologiques comprend, comme les précédents, un dossier et des varia. Le dossier, intitulé « Arabic Literature, 1200-1800 : A New Orientation », a été coordonné par Monica Balda-Tillier et Adam Talib. Son introduction et ses six articles illustrent, à travers des études de cas fouillées, le renouveau actuel d’intérêt pour la littérature arabe de l’époque post-classique.

La production littéraire de cette période se caractérise aussi bien par la permanence et la vitalité des genres relevant de l’adab le plus classique, notamment la poésie et les maqāmāt, que par l’essor de nouveaux genres comme la littérature épique ou le théâtre d’ombres, et par l’ouverture à un public plus large. À travers des auteurs peu connus, des poésies qui auraient été oubliées si elles n’avaient été enchâssées dans une chronique, des genres mineurs comme les traités d’amour, des thématiques réputées marginales comme les brigands ou le haschich, les contributions révèlent le foisonnement créatif d’une période marquée par le désir d’explorer de nouveaux sujets et de nouvelles formes.

Quatre articles de varia, en français et arabe, complètent ce numéro. Trois d’entre eux traitent d’histoire et de géographie médiévales, et un de la grammaire de l’arabe contemporain.

The 49th issue of the Annales islamologiques includes a folder and varia, as was the case of the preceding issues. The folder is called “Arabic Literature, 1200-1800: A New Orientation” and was edited by Monica Balda-Tillier and Adam Talib. An introduction and six articles describe the renewed interest for Arabic literature in the post-classical age through comprehensive case studies.

The literary production in that period was characterized by the persistence and vitality of literary genres pertaining to the most classical adab, notably poetry and maqâmât, as well as by the rise of new genres such as epic literature or the shadow theatre, and by its opening to a broader audience. The articles explore little known authors, pieces of poetry that survived only because they had been embedded in a chronicle, minor genres such as treatises on love, subjects deemed marginal such as robbers or hashish; they reveal the creative vitality of a period eager to explore new topics as well as new forms.

Four varia articles in French and Arabic complete this issue: three of them deal with Mediaeval history and geography, one with the grammar of contemporary Arabic.


Vous pouvez acquérir ce(s) fichier(s) PDF issu(s) de cet ouvrage en cliquant sur le titre puis 'Ajouter au panier'.

You can buy theses PDF files extracted from this book by clicking on the title then 'Add to cart'.

>>Voir les détails de ces extraits - See all extract files details

Vignette
IF1134, ISBN 9782724706901
2016
Collection: BIFAO 115
1 vol., 520 p., 68 € (971 EGP)
• Lire le sommaire

Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115

Le Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) couvre l’ensemble des champs de l’égyptologie depuis sa première publication en 1901. Le BIFAO 115 regroupe 17 contributions dont l’aire chronologique s’étend de l’Ancien Empire jusqu’à l’époque byzantine et qui illustrent l’état des recherches actuelles dans les domaines de l’archéologie, l’épigraphie, la lexicographie, l’iconographie, la religion et la philologie.

The Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) has covered the entire field of egyptology since its first appearance in 1901. The BIFAO 115 holds 17 contributions with a chronological spread from the Old Kingdom up to the Byzantine period, and it illustrates the present state of research in the areas of archaeology, epigraphy, lexicography, iconography, religion and philology.

Vous pouvez acquérir ce(s) fichier(s) PDF issu(s) de cet ouvrage en cliquant sur le titre puis 'Ajouter au panier'.

You can buy theses PDF files extracted from this book by clicking on the title then 'Add to cart'.

>>Voir les détails de ces extraits - See all extract files details

Vignette
IF1140, ISBN 9782724706956
2016
Collection: BiGen 50
1 vol., 368 p., 39 € (557 EGP)
• Lire le sommaire

Delphine Driaux, Marie-Lys Arnette
Instantanés d’Égypte
Trésors photographiques de l’Institut français d’archéologie orientale

Depuis l’expédition de Bonaparte et le déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion en 1822, l’intérêt de la France pour l’Égypte antique ne s’est jamais démenti, faisant de l’égyptologie une science majeure de la recherche française.

Suivant cet élan, une Mission permanente est constituée au Caire en 1880, devenue quelques années plus tard l’Institut français d’archéologie orientale. Depuis lors, les chercheurs qui se sont succédé au sein de l’Institut poursuivent la tâche qui leur a été confiée : travailler à la connaissance et à la préservation du patrimoine égyptien.

Des routes désertiques aux temples de la vallée du Nil, des oasis à la région thébaine, Instantanés d’Égypte retrace à travers 185 clichés, pour la plupart inédits, un siècle de fouilles archéologiques menées par l’Institut.

Ces prises de vue exceptionnelles, en noir et blanc, racontent les évènements – grands ou petits – qui rythment la vie des chantiers de fouilles et dévoilent le quotidien de ceux qui y travaillent. Au-delà du simple reportage, cet ouvrage est un hommage rendu aux hommes et aux femmes, inconnus, oubliés ou illustres, qui ont contribué à façonner l’égyptologie française.

Since Bonaparte’s expedition and the deciphering of hieroglyphs by Champollion in 1822, the interest of France towards Ancient Egypt has steadily increased, thus allowing Egyptology to become a major science among French research.

Following that impulse, a permanent mission was created in Cairo in 1880, which became a few years later, the Institut français d’archéologie orientale. Since then, all the scholars who worked at the Institute carried on with the tasks they have been entrusted to perform: studying and preserving Egypt’s heritage.

From the desert roads to the temples of the Nile valley, from the oases to the Theban region, Instantanés d’Égypte recounts through 185 pictures, most of them being unpublished, a century of excavations carried out by the Institut.

These outstanding black and white photographs retrace the events – being great or small – that occurred on archeological fields and reveal the everyday life of those who worked there. Being more than documentary, this book is also a tribute paid to men and women, being unknown, forgotten, or famous, who helped molding French Egyptology.


Vignette
IF1102, ISBN 9782724706574
2016
Collection: BiEtud 161
1 vol., 616 p., 79 € (1129 EGP)
• Lire le sommaire

Laurent Coulon
La Cachette de Karnak
Nouvelles perspectives sur les découvertes de Georges Legrain

La Cachette de Karnak, fouillée par Georges Legrain entre 1903 et 1907, est l’une des plus fascinantes découvertes de l’archéologie égyptienne. La première raison en est l’abondance des objets qu’elle a livrés (statues, stèles, mobilier divers), en partie encore inédits, qui sont autant de documents d’importance majeure sur la vie religieuse du sanctuaire de Karnak, mais plus généralement aussi sur l’histoire et l’art de l’Égypte pharaonique entre le Moyen Empire et l’époque ptolémaïque. La deuxième raison est liée au mystère qui entoure encore sa raison d’être et les circonstances historiques de sa création. Si elle peut être rapprochée sur certains aspects d’autres cachettes retrouvées en Égypte ou au Soudan, son ampleur et sa richesse restent exceptionnelles.

S’appuyant sur un programme de recherche lancé par l’Ifao et le Ministère des Antiquités de l’Égypte pour mieux cerner la Cachette de Karnak et son contenu, cet ouvrage réunit vingt-quatre contributions de spécialistes internationaux impliqués dans l’étude d’objets qui en proviennent ou travaillant sur ce dépôt comme sur d’autres cachettes égyptiennes d’un point de vue idéologique ou archéologique.

The Karnak Cachette, excavated by Georges Legrain between 1903 and 1907, is one of the most fascinating discoveries of Egyptian archaeology. The first reason lies in the very high number of objects found in it (statues, stelae, furniture of various kinds), some of them still unpublished, all of which are documents of major importance for the religious life of Karnak, but also more generally for the history and art of Pharaonic Egypt between the Middle Kingdom and the Ptolemaic period. The second reason is that the raison d’être of this cache and the historical circumstances surrounding its creation remain mysterious. Even if some comparisons can be made with other caches found in Egypt and the Sudan, its magnitude and wealth are exceptional.

Building on a research program launched by the Ifao and the Egyptian Ministry of Antiquities to improve our knowledge of the Karnak Cachette and its content, this book comprises twenty-four contributions by international scholars studying objects found in this deposit, analyzing the Cachette itself, or investigating other Egyptian caches from an ideological or archaeological point of view.
Vignette
IF1131, ISBN 9782724706871
2016
Collection: BiGen 51
1 vol., 192 p., 20 € (286 EGP)
• Lire le sommaire

Pauline Koetschet, Peter Pormann
La construction de la médecine arabe médiévale

L’histoire de la médecine arabe pré-moderne demeure nimbée d’un certain mystère, non pas parce que nous n’aurions pas de sources, mais parce que dans leur majorité, ces sources n’ont été ni éditées ni étudiées. Ce sont ces sources qui forment la base des articles publiés dans cet ouvrage. Ces articles traitent, entre autres, du transfert des connaissances médicales et de la construction de le médecine arabe à partir des sources grecques, indiennes, et persanes traduites en arabe, et des modifications apportées au savoir médical passé.

تاريخ الطب في العالم العربي قبل العصر الحديث لا يزال يكتنفه الغموض. وهذا ليس بسبب افتقارنا إلى المصادر، ولكن لأن هذه المصادر لم تحقق بعد ولم يتم تناولها علميا. وهذه المصادر هي أساس المقالات المنشورة في هذا الإصدار. وبعض الجوانب التي تتناولها تتضمن مسائل نقل المعرفة الطبية وتشكُّل الطب العربي على أساس مصادر يونانية وهندية وفارسية مترجمة إلى العربية والتغيرات التي طرأت على المعرفة الطبية السابقة.
Vignette
IF1121, ISBN 9782724706772
2016
Collection: BiGen 48
1 vol., 400 p., 49 € (700 EGP)
• Lire le sommaire

Claudine Piaton (éd.)
L’isthme et l’Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1858-1956)

En 1858, la Compagnie universelle du Canal maritime de Suez était fondée pour percer un canal de liaison entre la Méditerranée et la mer Rouge ; en 1956, l’État égyptien proclamait la nationalisation de l’entreprise. Entre ces deux dates, cette société commerciale a créé et administré des ouvrages d’art d’envergure, trois villes nouvelles et des domaines agricoles. L’écologie économique et sociale des marges orientales de l’Égypte s’en est trouvée radicalement transformée.

Les treize contributions réunies dans cet ouvrage proposent d’appréhender la réalité de l’entreprise menée à bien dans l’isthme, au travers d’angles variés et de documentations élargies, avec le souci d’accorder une place prépondérante à la question de son intégration dans le cadre égyptien.

In 1858, the Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez was founded to dig a canal linking the Mediterranean and the Red Sea. In 1956, the Egyptian State nationalized the company. Between the two dates, the corporation engineered a massive infrastructure network, built three new cities, and reclaimed farmland from the desert. The economic and social ecology of Egypt’s eastern borderlands was radically transformed.

The thirteen essays published in this book apply a variety of angles and sources of documentation to grasping the reality of the program successfully carried out in the isthmus. They all grant a central role to the matter of the Canal’s integration into the Egyptian context.


Vignette
IF1136, ISBN 9782724706987
2016
Collection: BCAI 30
1 vol.,, gratuit - free of charge
Bulletin critique des Annales islamologiques 30

Le Bulletin critique des Annales islamologiques (BCAI) vise à rendre compte de toute publication intéressant les études arabes et islamiques dans les divers domaines : langue et littérature arabes ; islamologie ; philosophie ; histoire ; histoire des sciences et des techniques ; anthropologie et sciences sociales ; arts et archéologie. Le BCAI est conçu et préparé par l’équipe Islam médiéval de l’UMR 8167 Orient Méditerranée du Cnrs. Il est mis en page et mis en ligne par l’Ifao.

Le BCAI est intégralement en ligne et rassemble plus de 2000 recensions : http://www.ifao.egnet.net/bcai/30/

The Bulletin critique des Annales islamologiques takes into account all publications of interest to Arab and Islamic studies in a variety of domains: Arabic language and literature; Islamic studies; philosophy; history; history of science and technology; anthropology and social sciences; arts and archaeology. It is edited by the team of Islam médiéval (UMR 8167 Orient Méditerranée - Cnrs) and published on line by IFAO.
Vignette
IF1129, ISBN 9782724706857
2016
Collection: MIFAO 133
1 vol., 260 p., 65 € (929 EGP)
• Lire le sommaire

Nathalie Beaux, Janusz Karkowski, Elizabeth Majerus, Gaël Pollin
La Chapelle d’Hathor. Temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari. II – Façade et salles hypostyles. 1- Figures et planches

La chapelle d’Hathor constitue l’un des trois sanctuaires divins érigés par Hatchepsout au sein de son temple funéraire de Deir el-Bahari.

Au sein de ce monument, la nature féminine de la reine permet à Hatchepsout de nouer des liens uniques avec la déesse et de réaliser son destin funéraire de façon exceptionnelle : si Hatchepsout se place sous la protection divine d’Hathor, dans une perspective pharaonique traditionnelle, comme son fils Horus, le détenteur du pouvoir royal légitime, elle apparaît aussi comme la fille d’Hathor. Nourrie du lait vivifiant de la déesse qui est elle-même fille de Rê et son uraeus, la reine se dresse à son tour en uraeus solaire. Hatchepsout, en même temps roi et reine, tisse ainsi un complexe réseau théologique qui lui permet de devenir à la fois Horus, fils de Rê et disque solaire, et Hathor-Maât, uraeus au front de ce même disque.

Le volume II présente la façade et les deux salles hypostyles en avant des sanctuaires. Ce fascicule de planches offre les photographies et dessins des scènes pariétales et des inscriptions sur les piliers, colonnes et architraves. Un livret de figures présente une sélection de photographies de détails. Un lien vers un PDF interactif est fourni afin de permettre au lecteur d’agrandir à volonté les planches.

The Hathor shrine is one of the three divine shrines erected by Hatsheput in her mortuary temple of Deir-el-Bahari.

In this monument, the queen’s feminine nature allows Hatshepsut to establish a unique relationship with the goddess and to complete her funerary destiny in an exceptional manner: if Hatshepsut places herself under Hathor’s divine protection in a traditional pharaonic perspective, as her son Horus, holder of the legitimate royal power, she also appears as the daughter of Hathor. Nourished by the invigorating milk of the goddess who is herself daughter of Re and his uraeus, the queen, in turn, raises as the solar uraeus. Hatshepsut, as both king and queen, weaves a complex theological network that allows her to become both Horus, son of Rê and sun disk, and Hathor-Maât, uraeus of this same disc.

Volume II concerns the facade and the two hypostyle halls leading to the sanctuaries. It offers plates of photographs and drawings of all the preserved scenes and inscriptions. A booklet presents selected detailed photographs. A link enables the reader to download an interactive PDF and enlarge at will the plates.

Vous pouvez acquérir ce(s) fichier(s) PDF issu(s) de cet ouvrage en cliquant sur le titre puis 'Ajouter au panier'.

You can buy theses PDF files extracted from this book by clicking on the title then 'Add to cart'.

>>Voir les détails de ces extraits - See all extract files details

Vignette
IF1125, ISBN 9782724706819
2016
Collection: CAI 33
1 vol., 112 p., 19 € (271 EGP)
• Lire le sommaire

Yūsuf Rāġib
Transmission de biens, mariage et répudiation à Uqlūl, village du Fayyoum, au Ve/XIe siècle

La papyrologie arabe s’attache à publier des documents dispersés dans les collections d’Orient et d’Occident qui éclairent souvent le quotidien de simples gens oubliés des sources narratives. Revenus au jour au hasard de fouilles officielles ou clandestines, ils doivent être patiemment déchiffrés et longuement commentés. Yūsuf Rāġib, papyrologue réputé, édite, traduit et commente ici huit papiers et parchemins rédigés au cours du XIe siècle dans un village obscur du sud du Fayyoum. Découverts à la fin du XIXe siècle, six gagnèrent Londres et deux Berlin. Les cinq premiers sont des actes provenant des archives d’une famille musulmane, les Banū Barmūda ; les trois derniers, des contrats de mariage dont le second fut dissous deux ans plus tard. Le contrat le plus important, écrit sur le plus grand parchemin arabe connu à ce jour, révèle l’opulence d’un émir bédouin qui imposait aux villageois  une protection rémunérée : l’année même où le calife al-Mustanṣir survivait dans son palais lors d’une famine sans fin qui régnait dans le pays, il offrait à son épouse une dot considérable et lui promettait nombre de présents somptueux.

Arabic papyrology seeks to publish documents, scattered in the collections of East and West, that often illuminate the daily life of simple people forgotten by narrative sources. Brought to light by official or clandestine excavations, these documents need to be patiently deciphered and commented at length. Yūsuf Rāġib, papyrologist of renown, edits, translates and comments here eight documents on paper and parchment written in the eleventh century in an obscure village in southern Fayyoum. Discovered in the late nineteenth century, six of these documents found their way to London and two to Berlin. The first five belong to the archives of a Muslim family, the Banū Barmuda; the last three are marriage contracts, one dissolved two years after its conclusion. The most important contract, which happens to be the largest Arabic document on parchment known to date, reveals the opulence of a Bedouin emir who imposed a paid protection on the villagers. The year in which Caliph al-Mustanṣir survived in his palace a famine that would not end, the emir offered his wife a rich dowry while promising many more sumptuous presents.


Vignette
IF1107, ISBN 9782724706628
2016
Collection: RAPH 38
1 vol., 288 p., 25 € (357 EGP)
• Lire le sommaire

Yannis Gourdon, Åke Engsheden
Etudes d’onomastique égyptienne
Méthodologie et nouvelles approches

Les Études d’onomastique égyptienne. Méthodologie et nouvelles approches marquent l’existence depuis 2008 à l’Ifao d’un programme de recherche consacré aux recherches en onomastique. Cet ouvrage rassemble les articles remaniés issus de communications présentées lors de séminaires tenus en 2008 et 2009, qui témoignent de l’attention croissante portée aux études d’onomastique en égyptologie.

De fait, noms de lieux et noms de personnes jouent un rôle essentiel dans l’organisation de l’espace et de la vie sociale. Ce rôle est manifeste tout au long de l’époque pharaonique, et ce depuis les mentions de toponymes dans les toutes premières inscriptions de la période prédynastique, jusqu’aux anthroponymes présents dans les graffiti démotiques.

Les articles de ce volume résument les précédentes recherches en la matière, mais aussi fournissent de nouvelles pistes et hypothèses. Les noms sont ainsi analysés dans des études ayant trait, notamment, à la grammaire égyptienne, à la sémantique, à la prosopographie et à la géographie.

The Études d’onomastique égyptienne. Méthodologie et nouvelles approches underscores the presence of a research programme at the IFAO devoted to onomastic research since 2008. This volume contains the reworked papers from some seminars held in Cairo in 2008 and 2009, which testify to the increasing attention paid to onomastic studies in Egyptology.

In fact, names of places and people play an indispensable role in organising space and social life. This is clearly visible throughout the pharaonic period from the mention of place-names from the very first texts of the Predynastic through to the personal names of late Demotic graffiti.

The articles in this volume sum up previous research and also contribute with new insights and hypotheses. Names are explored through studies relating to aspects such as Egyptian grammar, semantic fields, prosopography and geography.
Vignette
IF1115, ISBN 9782724706703
2016
Collection: RAPH 39
1 vol., 272 p., 25 € (357 EGP)
• Lire le sommaire

Sylvain Dhennin, Claire Somaglino
Décrire, imaginer, construire l’espace
Toponymie égyptienne de l’Antiquité au Moyen Âge

Ce volume rassemble treize contributions relatives à la toponymie de l’Égypte ancienne et médiévale. Il constitue la publication des actes de deux colloques tenus à l’Ifao (2011) et à l’université de Paris-Sorbonne (2012), dans le cadre du programme de recherche « Systèmes Toponymiques » de l’Ifao. Ces travaux d’onomastique, issus d’une tradition ancienne à l’Ifao, proposent une approche renouvelée de la toponymie pour le territoire égyptien, laissant une large place aux problématiques de l’espace et du territoire. Ils portent sur la longue durée de manière à permettre d’aborder les mutations géographiques et les évolutions dans la perception de l’espace.

This volume gathers thirteen contributions on place names in Ancient and Medieval Egypt. It is the publication of the proceedings of two conferences, held in the Ifao (2011) and the University of Paris-Sorbonne (2012), as part of the research programme “Toponymic Systems” of the Ifao. This research on onomastics, stemming from a long tradition in the Ifao, proposes a renewed approach of toponymy, including current reflections on space and territory. It aims to consider the evolution of place names on a long-term chronology, as to evaluate the geographical changes and modifications in the perception of space.

Sylvain Dhennin est chargé de recherche au CNRS (HiSoMA, MOM).

Claire Somaglino est maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne.

Ils sont tous deux anciens membres scientifiques de l’Ifao où ils ont mis en place et continuent de développer des recherches sur la toponymie et l’espace de l’Égypte.


Vignette
IF1124, ISBN 9782724706802
2016
Collection: RAPH 41
1 vol., 320 p., 27 € (386 EGP)
• Lire le sommaire

Sylvie Nony
Les variations du mouvement
Abū al-Barakāt, un physicien à Bagdad (VIe/XIIe siècle)

Pourquoi la pierre lancée en l’air poursuit-elle son mouvement loin de la main du lanceur ? Pourquoi ralentit-elle pour accélérer ensuite ? Ce mouvement serait-il possible dans le vide infini ? S’arrête-t-il un temps, en haut de la trajectoire ?

Depuis l’Antiquité, les interprétations de ce mouvement ont suscité des discussions passionnées, et la controverse est encore vivante lorsqu’un philosophe juif, médecin du calife de Bagdad, Abū al-Barakāt (m. 1152), en renouvelle l’approche.

Le présent ouvrage nous guide dans un réseau complexe de textes abordant les notions d’espace, de vide, de temps, d’infini, de continu et met en lumière les apports de la physique médiévale arabe. L’auteur interroge à cette occasion la nature des filtres qui ont empêché jusque là d’en restituer toute la portée. L’histoire des sciences, parfois obnubilée par la recherche des continuités, peine à identifier les inventions audacieuses lorsque celles-ci ne semblent pas aller dans le sens de l’histoire.

Why does a stone thrown into the air keep going, even after it has left the thrower’s hand? Why does it slow down before speeding up again? Could it be thrown in a void without end? Is there a rest at the peak of its flight?

Interpreting this movement has aroused impassioned debate since antiquity; the controversy was still ongoing at the time when the Jewish philosopher Abū al-Barakāt (d. 1152), physician to the Caliph of Baghdad, provided a new approach to it.

This book takes the reader through a labyrinth of texts dealing with notions of space, emptiness, time, infinity, and continuity; it sheds light on mediaeval Arabic contributions to physics. The author also explores the barriers that have hitherto obstructed complete understanding of the subject. The history of science, which sometimes fixates on the study of continuities finds it hard to get to grips with disruptive theories if they do not seem to follow the larger trajectory of history.

Sylvie Nony est professeure agrégée de sciences physiques à Bordeaux et chercheuse associée à l’UMR 7219 SPHère.

Sylvie Nony is Physics Teacher (Bordeaux) and Associated Researcher, UMR 7219 SPHère.
Vignette
IF1132, ISBN 9782724706888
2016
Collection: MIDEO 31
1 vol., 320 p., 37 € (529 EGP)
• Lire le sommaire

Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales 31

Dans ce numéro, la thématique retenue est celle des recherches actuelles sur le Coran et la pluralité des herméneutiques. Michel Cuypers signe un article où il répond à un des critiques de l’analyse rhétorique appliquée au Coran. El-Sayed Amin, enseignant à al-Azhar, propose une mise au point exégétique sur la question de la violence dans le Coran. Jean-Louis Déclais présente une traduction de la sourate al-Aʿrāf et montre l’existence de procédés midrashiques. Mohammad-Ali Amir-Moezzi rend compte de l’apport de l’enseignement des imams à propos de la sourate al-Qadr. Geneviève Gobillot, en suivant la méthode inductive de lecture du Coran, traite de la question de l’histoire et de la géographie sacrée dans le Coran à partir de l’exemple de Sodome. Enfin, Mehdi Azaiez propose une analyse de la présence d’une figure rhétorique décisive dans le Coran, celle de l’allocutaire coranique. Par ailleurs, en dehors de la thématique, Philippe Vallat signe un article important sur Abū Bakr al-Rāzī.

In this issue, the chosen theme is that of the current research on the Qur’an and the plurality of hermeneutics. Michel Cuypers has written an article in which he responds to one of the critics of the rhetorical analysis applied to the Qur’an. El-Sayed Amin, professor at al-Azhar, offers an exegetical review regarding violence in the Qur’an. Jean-Louis Déclais presents a translation of the Surat al-Aʿrāf and shows the existence of midrashic processes. Mohammad-Ali Amir-Moezzi reports on the educational contribution made by imams on Surat al-Qadr. Geneviève Gobillot, following the inductive method of reading the Qur’an, addresses the issue of history and sacred geography in the Qur’an, using the example of Sodom. Finally, Mehdi Azaiez provides an analysis of the presence of a decisive rhetorical figure in the Qur’an, that of its addressee. Moreover, apart from the theme, Philippe Vallat has written a key article on Abu Bakr al-Rāzī.

يتناول هذا العدد من مجلّة المعهد الأبحاث الحالية الّتي تدور حول القرآن الكريم وتعدديّة المناهج التفسيريّة. أوّلًا، كتب ميشيل كويبرس موضوعًا ردّ فيه على نقد لمنهجه للتحليل البلاغيّ للقرآن الكريم. ثانيًا، اقترح السيّد أمين، أستاذ بجامعة الأزهر الشريف، تقييمًا للتفسيرات حول قضيّة العنف في القرآن الكريم. ثالثًا، قدّم جان لوي ديكليه ترجمةً لسورة الأعراف مبيّنًا وجود الأسلوب المِدراشيّ فيها. رابعًا، أخذ محمّد عليّ أمير معزّي بعين الاعتبار إسهامات تعاليم الأئمّة فيما يخصّ تفسير سورة القدر. خامسًا، تعاملتْ جونفييف جوبييو بقضيّة التاريخ والجغرافيا في القرآن الكريم باتّباع الأسلوب الأستقرائيّ، وأخذتْ مدينة سدوم مثالًا. وأخيرًا، قدّم مهدي عزايز تحليلًا لوجود صورة بلاغيّة حاسمة في القرآن الكريم وهي صورة المخاطَب القرآنيّ. من جهةٍ أخرى وبعيدًا عن موضوع هذا العدد من المجلّة، كتب فيليب فالا موضوعًا هامًّا عن أبي بكر الرازيّ.


Vignette
IF1127, ISBN 9782724706833
2016
Collection: BiEtud 166
1 vol., 128 p., 21 € (300 EGP)
• Lire le sommaire

Edward Brovarski
Some Monuments of the Old Kingdom in the Field Museum of Natural History, Chicago

The Field Museum of Natural History, Chicago, possesses a substantial collection of reliefs and other objects of Old Kingdom date. These are little published and largely unknown to the Egyptological community. The present volume incoporates the reliefs, false doors, lintels, and drum rolls from seven different Old Kingdom tombs deriving from the sites of Giza and Saqqara. In date they range from the 4th to 6th Dynasties. Other monuments from the same tombs in museums in the United States and Europe are assembled here. Taken as a whole, the Field Museum objects are revealing of the socio-economic status of their owners, who include both high-ranking officials and others of a more modest rank, and disclose something of their religious beliefs and moral tenets as well. They also attest to the active antiquities trade of the late 19th century.

Le Field Museum of Natural History, Chicago, possède une importante collection de reliefs et d’autres objets datant de l’Ancien Empire. Ceux-ci sont peu publiés et largement inconnus de la communauté égyptologique. Le présent volume se propose d’étudier les reliefs, fausses-portes, linteaux et tambours de sept tombes datées de la IVe à la VIe dynastie, provenant des sites de Giza et de Saqqâra, et conservés au musée. D’autres objets des mêmes tombes, actuellement dans d’autres musées aux États-Unis et en Europe, sont également rassemblés dans cet ouvrage. Pris comme un ensemble, ils sont révélateurs du statut socio-économique de leurs propriétaires, qui sont aussi bien de hauts fonctionnaires que des personnages d’un rang plus modeste. Ils permettent en outre de mettre en lumière certains aspects de leurs croyances religieuses et de leurs principes moraux. Ils attestent enfin du commerce des antiquités qui fut actif en Égypte durant la fin du xixe siècle.
Vignette
IF1126, ISBN 9782724706826
2016
Collection: BEC 25
1 vol., 112 p., 24 € (343 EGP)
• Lire le sommaire

Serena Lopizzo
Les ostraca grecs et coptes du monastère de Baouît
conservés à la Fondation Bible+Orient de l’université de Fribourg (Suisse)

En 2005, grâce au don des héritiers d’un collectionneur privé, la Fondation Bible + Orient de l’Université de Fribourg (Suisse) put enrichir sa collection d’un lot de soixante-huit ostraca grecs et coptes. La formule « chine nsa », présente sur la quasi-totalité des documents, permet de les rattacher au monastère de Baouît, en Moyenne-Égypte, d’où ils proviennent sans aucun doute. Il s’agit de textes documentaires utilisés dans le cadre de la gestion économique du monastère et qui transmettent des ordres relatifs au transport de denrées, surtout de blé, vers le monastère. Ces ostraca se présentent comme un lot homogène et cohérent. La répétition d’anthroponymes, de toponymes, de dates, et le fait que la main d’un même scribe soit reconnaissable sur plusieurs d’entre eux, laissent croire que les ostraca de Fribourg ont constitué une archive dans l’Antiquité.

In 2005, the Bible + Orient Foundation at the University of Fribourg (Switzerland) enhanced its collection with a group of 68 ostraca, written in Coptic and Ancient Greek, and donated by the family of a Swiss collector. The expression “chine nsa” written on almost all the ostraca, leaves no room for doubt as to their origin: the monastery of Bawit, in Middle Egypt. The documentary texts on the ostraca concern the economic management of the monastery and were used for delivery requests of food, especially grain, from the surrounding fields. As a group, these ostraca are coherent and homogeneous. Repetition of personal names, toponyms and dates, as well as our ability to recognize the hand of a single scribe on several of them, suggest they come from one archive.


Vignette
IF1120, ISBN 9782724706765
2016
Collection: PalHiero 7
1 vol., 352 p., 37 € (529 EGP)
• Lire le sommaire

Giuseppina Lenzo
Les stèles de Taharqa à Kawa

Les signes hiéroglyphiques gravés sur plusieurs stèles du roi koushite Taharqa de la XXVe dynastie font l’objet d’une étude détaillée dans ce volume de la collection Paléographie hiéroglyphique. Parmi ces stèles, cinq proviennent du site de Kawa au Soudan. Le texte de la stèle de Kawa V sur la crue du Nil de l’An VI a également été copié sur trois autres stèles retrouvées à divers endroits du territoire égyptien, ce qui a permis de sélectionner des signes gravés aussi bien dans le Delta (Tanis), en Haute-Égypte (Coptos et Matâanah), qu’au Soudan (Kawa). Au final, ce sont huit stèles datées sur une période de neuf ans (689-681 av. J.-C.) qui ont fourni les 439 signes commentés dans ce volume et dont les fac-similés occupent 118 planches. Les signes ont été principalement comparés avec ceux des monuments et stèles de l’époque napatéenne, mais également avec ceux des époques antérieures et postérieures lorsque cela semblait pertinent.

This volume of the Paléographie hiéroglyphique collection offers a study of the hieroglyphic signs carved on several stelae of the Kushite King Taharqa of the 25th Dynasty. Among these stelae, five are from the site of Kawa, Sudan. The text of the stela Kawa V about the flood of the Nile in the Year 6 has also been copied on three other stelae found in different locations of the Egyptian territory, which allowed the selection of signs carved in the Delta (Tanis), in Upper Egypt (Coptos and Matâanah) as well as in Sudan (Kawa). Ultimately, eight stelae dating from a period of nine years (689-681 BC) furnished the 439 signs commented in this volume and offered as facsimiles in 118 plates. The signs have been mainly compared with those of monuments and stelae of the Napatan period, but also with those of anterior and posterior periods when that seemed pertinent.