Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.

Bibliothèque générale (BiGen)

ISSN : 1110-2470

La collection Bibliothèque générale (BiGen) propose des ouvrages originaux, tant par leur thème que par leur format, dans les différents domaines qui touchent l’Égypte, de la préhistoire à l’époque contemporaine. La série "Égypte contemporaine" se démarque des autres collections de l’Ifao par son format à l’italienne, ses textes bilingues et son iconographie généreuse. Elle offre au grand public des points de vue originaux sur une histoire et une culture d’une richesse exceptionnelle. La série « Travaux du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak» (TCFEETK) accueille, sous différents formats, les résultats des investigations archéologiques et des missions épigraphiques et architecturales menées dans le cadre des programmes du Centre franco-égyptien.


44 notices, page 1 : 1 - 2 - 3 - 4 - 5

Vignette
IF1140, ISBN 9782724706956
2016
Collection: BiGen 50
1 vol., 368 p., 39 € (557 EGP)
• Lire le sommaire

Delphine Driaux, Marie-Lys Arnette
Instantanés d’Égypte
Trésors photographiques de l’Institut français d’archéologie orientale

Depuis l’expédition de Bonaparte et le déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion en 1822, l’intérêt de la France pour l’Égypte antique ne s’est jamais démenti, faisant de l’égyptologie une science majeure de la recherche française.

Suivant cet élan, une Mission permanente est constituée au Caire en 1880, devenue quelques années plus tard l’Institut français d’archéologie orientale. Depuis lors, les chercheurs qui se sont succédé au sein de l’Institut poursuivent la tâche qui leur a été confiée : travailler à la connaissance et à la préservation du patrimoine égyptien.

Des routes désertiques aux temples de la vallée du Nil, des oasis à la région thébaine, Instantanés d’Égypte retrace à travers 185 clichés, pour la plupart inédits, un siècle de fouilles archéologiques menées par l’Institut.

Ces prises de vue exceptionnelles, en noir et blanc, racontent les évènements – grands ou petits – qui rythment la vie des chantiers de fouilles et dévoilent le quotidien de ceux qui y travaillent. Au-delà du simple reportage, cet ouvrage est un hommage rendu aux hommes et aux femmes, inconnus, oubliés ou illustres, qui ont contribué à façonner l’égyptologie française.

Since Bonaparte’s expedition and the deciphering of hieroglyphs by Champollion in 1822, the interest of France towards Ancient Egypt has steadily increased, thus allowing Egyptology to become a major science among French research.

Following that impulse, a permanent mission was created in Cairo in 1880, which became a few years later, the Institut français d’archéologie orientale. Since then, all the scholars who worked at the Institute carried on with the tasks they have been entrusted to perform: studying and preserving Egypt’s heritage.

From the desert roads to the temples of the Nile valley, from the oases to the Theban region, Instantanés d’Égypte recounts through 185 pictures, most of them being unpublished, a century of excavations carried out by the Institut.

These outstanding black and white photographs retrace the events – being great or small – that occurred on archeological fields and reveal the everyday life of those who worked there. Being more than documentary, this book is also a tribute paid to men and women, being unknown, forgotten, or famous, who helped molding French Egyptology.


Vignette
IF1131, ISBN 9782724706871
2016
Collection: BiGen 51
1 vol., 192 p., 20 € (286 EGP)
• Lire le sommaire

Pauline Koetschet, Peter Pormann
La construction de la médecine arabe médiévale

L’histoire de la médecine arabe pré-moderne demeure nimbée d’un certain mystère, non pas parce que nous n’aurions pas de sources, mais parce que dans leur majorité, ces sources n’ont été ni éditées ni étudiées. Ce sont ces sources qui forment la base des articles publiés dans cet ouvrage. Ces articles traitent, entre autres, du transfert des connaissances médicales et de la construction de le médecine arabe à partir des sources grecques, indiennes, et persanes traduites en arabe, et des modifications apportées au savoir médical passé.

تاريخ الطب في العالم العربي قبل العصر الحديث لا يزال يكتنفه الغموض. وهذا ليس بسبب افتقارنا إلى المصادر، ولكن لأن هذه المصادر لم تحقق بعد ولم يتم تناولها علميا. وهذه المصادر هي أساس المقالات المنشورة في هذا الإصدار. وبعض الجوانب التي تتناولها تتضمن مسائل نقل المعرفة الطبية وتشكُّل الطب العربي على أساس مصادر يونانية وهندية وفارسية مترجمة إلى العربية والتغيرات التي طرأت على المعرفة الطبية السابقة.
Vignette
IF1121, ISBN 9782724706772
2016
Collection: BiGen 48
1 vol., 400 p., 49 € (700 EGP)
• Lire le sommaire

Claudine Piaton (éd.)
L’isthme et l’Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1858-1956)

En 1858, la Compagnie universelle du Canal maritime de Suez était fondée pour percer un canal de liaison entre la Méditerranée et la mer Rouge ; en 1956, l’État égyptien proclamait la nationalisation de l’entreprise. Entre ces deux dates, cette société commerciale a créé et administré des ouvrages d’art d’envergure, trois villes nouvelles et des domaines agricoles. L’écologie économique et sociale des marges orientales de l’Égypte s’en est trouvée radicalement transformée.

Les treize contributions réunies dans cet ouvrage proposent d’appréhender la réalité de l’entreprise menée à bien dans l’isthme, au travers d’angles variés et de documentations élargies, avec le souci d’accorder une place prépondérante à la question de son intégration dans le cadre égyptien.

In 1858, the Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez was founded to dig a canal linking the Mediterranean and the Red Sea. In 1956, the Egyptian State nationalized the company. Between the two dates, the corporation engineered a massive infrastructure network, built three new cities, and reclaimed farmland from the desert. The economic and social ecology of Egypt’s eastern borderlands was radically transformed.

The thirteen essays published in this book apply a variety of angles and sources of documentation to grasping the reality of the program successfully carried out in the isthmus. They all grant a central role to the matter of the Canal’s integration into the Egyptian context.


Vignette
IF1110, ISBN 9782724706659
2016
Collection: BiGen 49
2 vol., 344 ; 208 p., 92 € (1314 EGP)
• Lire le sommaire

Sébastien Biston-Moulin, Christophe Thiers
Le Temple de Ptah à Karnak
Travaux du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak

Situé sur la bordure nord du domaine d’Amon-Rê à Karnak, le temple de Ptah n’a pas fait l’objet d’une étude depuis les travaux pionniers de Georges Legrain en 1899 et 1900. Initié en 2008, un programme du CFEETK (MAE-CNRS USR 3172) vise à une compréhension globale de cet édifice bâti par Thoutmosis III, agrandi et décoré jusqu’au début de l’époque romaine. Les deux premiers volumes proposés livrent pour la première fois l’ensemble de la matière épigraphique du temple (fac-similés et textes hiéroglyphiques en ligne) ainsi que la couverture photographique complète, réalisée essentiellement après l’achèvement, en 2013, d’un important programme de restauration et de conservation. La documentation réunie dans ces deux volumes témoigne du rôle prépondérant du dieu Ptah dans les théologies thébaines. Dans ce temple où primitivement Amon-Rê était l’hôte de Ptah et d’Hathor, les théologiens de l’époque ptolémaïque ont adjoint Somtous l’enfant et Imhotep, l’architecte divinisé. Tout au long de son histoire, sur plus d’un millénaire et demi de fonctionnement, le temple de Ptah restera un lieu privilégié à Karnak, accueillant Amon-Rê et Osiris lors de leurs sorties processionnelles.

Located on the northern edge of the precinct of Amon-Re at Karnak, the temple of Ptah has not been studied since the pioneering work of Georges Legrain in 1899 and 1900. A CFEETK (MAE-CNRS USR 3172) programme was begun in 2008 and aims to develop an overall understanding of this edifice which was built by Thutmose III and enlarged and decorated up until the beginning of the Roman period. The first two planned volumes will contain, for the first time, the ensemble of epigraphic material from the temple (facsimiles and hieroglyphic texts) as well as a comprehensive photographic coverage that was undertaken in 2013 after the completion of a large programme of restoration and preservation. The documentation gathered in these volumes is evidence of the leading role occupied by Ptah in Theban theology. In the beginning, Amon-Re was the host of Ptah and Hathor in this temple but theologians of the Ptolemaic period introduced Somtus the child and Imhotep, the deified architect. Throughout its long history, over fifteen hundred years of functioning, the temple of Ptah was a favoured spot at Karnak, receiving Amon-Re and Osiris at the moment of their processional outings.

منذ الأعمال الرائدة لـ Georges Legrain فى عامى ١٨٩٩ و ١٩٠٠ لم يتم دراسة معبد بتاح الذى يقع فى الطرف الشمالى بمجال آمون ـ رع بالكرنك. فى عام ٢٠٠٨ بدأ برنامج المركز الفرنسى المصرى لدراسة معابد الكرنك (MAE-CNRS USR 3172) بهدف فهم شامل لهذا البناء المشيد بواسطة تحتمس الثالث، وقد تم توسيعه وتزيينه حتى بداية العصر الرومانى. المجلدان المعروضان يوفران للمرة الأولى كل المواد التصويرية للمعبد (صور طبق الأصل ونصوص هيروغليفية) كذلك التغطية التصويرية الكاملة، التى نفذت أساسا فى ٢٠١٣ بعد أن تم الإنتهاء من برنامج هام للترميم والحفظ. الوثائق التى تم جمعها فى هاذين المجلدين تشهد بالدور الريادى للإله بتاح فى لاهوت طيبة. فى هذا المعبد الذى كان - فى الأصل - آمون ـ رع المضيف لبتاح وحتحور، أضاف علماء لاهوت العصر البطلمى Somtous الطفل ( سما تاوى ) و إيمحتب ( المعمارى المؤله). لقد ظل لمعبد بتاح - عبر تاريخه الذى إمتد أكثر من قرن و نصف - مكانا متميزا فى الكرنك حيث كان يستقبل الإله آمون ـ رع وأوزيريس أثناء خروجهما الموكبى.
Vignette
IF1104, ISBN 9782724706598
2015
Collection: BiGen 47
1 vol., 240 p., 25 € (357 EGP)
• Lire le sommaire

Jean-Philippe Lauer
Les pyramides de Sakkara / The pyramids of Sakkara
Edition bilingue

Vers 2700 av. J.-C., le pharaon Néteri-khet, premier roi de la IIIe dynastie, plus connu sous le nom de Djoser, installe son complexe funéraire au centre de la nécropole de Sakkara, sur un endroit déjà sacré et vénéré depuis plus de 400 ans au cours des règnes précédents. Le point culminant de ce complexe, la célèbre Pyramide à degrés, reste encore aujourd’hui le bâtiment le plus élevé de Sakkara, avec autour les pyramides de Sekhem-khet, Ouserkaf, Ounas et Téti.

Jean-Philippe Lauer, fonctionnaire éternel du Service des Antiquités d’Égypte et directeur de recherche honoraire du CNRS, a consacré 75 ans de sa vie de centenaire au travail de reconstitution du complexe de Djoser.

En 2015, l’Institut français d’archéologie orientale édite la septième édition du petit livre Les Pyramides de Sakkara, enrichie de nouvelles illustrations. Un humble témoignage devant l’œuvre de Jean-Philippe Lauer, qui, à travers cet ouvrage, nous offre une véritable immersion dans l’histoire de Sakkara. Un texte riche et précis, ainsi que de nombreuses photographies, détaillent les différentes découvertes et le long processus de restauration du complexe de Djoser, qui nous fascine depuis tant d’années.

Around 2700 BC, Neteri-khet, the first pharaoh of the Third Dynasty of Egypt—better known today as Djoser—sited his funerary complex at the heart of the Sakkara necropolis. Kings before him had already made Sakkara a place of veneration over the four centuries preceding his reign, and later kings followed Djoser’s example. Surrounded by the later pyramids of Sekhem-khet, Userkaf, Unis, and Teti, Djoser’s famous Step Pyramid is still the tallest construction at Sakkara.

The French architect Jean-Philippe Lauer devoted seventy-five of his hundred years to Sakkara, as a permanent employee of the Service des Antiquités d’Égypte and honorary research director of the CNRS, working on the reconstruction of the Djoser complex.

In 2015, this seventh edition of The Pyramids of Sakkara, re-issued with new illustrations by the Institut français d’archéologie orientale, bears faithful witness to Jean-Philippe Lauer’s work. Its informative, succinct text and numerous illustrations provide an immersive experience of the site and give a clear account of the fascinating story of the discovery and long restoration of the Djoser complex.
Vignette
IF1094, ISBN 9782724706499
2014
Collection: BiGen 46
1 vol., 450 p., 29 € (414 EGP)
• Lire le sommaire

Ruey-Lin Chang
Un dossier fiscal hermopolitain d’époque romaine

Dans cet ouvrage, une enquête est menée sur un dossier fiscal constitué de trois rouleaux de papyrus grecs entièrement inédits, datés de l’an 3 de Trajan (99/100 apr. J.-C.) et provenant d’Hermopolis, métropole du nome hermopolitain (al-Ashmûnayn, Moyenne-Égypte). Ce dossier, conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, se présente sous la forme d’un grand nombre de fragments de papyrus fort mutilés. L’auteur a procédé à un travail de remontage d’envergure, nécessaire avant une lecture méthodique de ces manuscrits.

L’édition des textes, en partie sélective, est précédée d’une introduction comportant une méthodologie de reconstitution des papyrus, une analyse de la structure des textes, une étude paléographique et une remise en contexte de la documentation dans son cadre historique. La recherche effectuée sur ce dossier complexe, mais essentiel pour combler des lacunes de nos connaissances sur la fiscalité d’époque romaine, livre une vue kaléidoscopique sur la situation agricole et fiscale de la région sud du nome hermopolitain, peu connue au tournant des ier-iie siècles apr. J.-C. Elle permet également de pénétrer dans l’administration centrale du nome et de retracer plusieurs aspects de la technique fiscale employée en Égypte romaine.

Un DVD permet au lecteur d’agrandir à volonté les photographies du papyrus.

Three unedited tax rolls of Greek papyri which constitute a coherent dossier of the Roman taxation are investigated in this book. They come from Hermopolis (al-Ashmûnayn, Middle Egypt), capital of the Hermopolite nome, and are datable to the year 3 of Trajan (99/100 AD). These rolls, broken into a great number of seriously battered fragments and housed in the Bibliothèque nationale et universitaire of Strasbourg, have been methodically reconstructed; this reconstruction has allowed for a critical reading of the texts.

The edition of the selected texts is preceded by an introduction on the methodology of how the papyrus fragments were reconsrtucted, an analysis of the structure of the texts, a palaeographical study, as well as an exploration into the historical context. The research project on this dossier, complex yet essential to a better understanding of the Roman taxation system in Egypt, offers an unforeseen prospective on the agricultural and fiscal situation of the southern region of the Hermopolite nome at the turn of the 2nd century ad; this is an area that has reamined under-researched. This study also takes a closer look at the central administration of the nome and several technical aspects of taxation system in Roman Egypt.

The attached DVD allows readers to enlarge at will the photographs of the papyri.


Vignette
IF1091, ISBN 9782724706451
2013
Collection: BiGen 45
1 vol., 226 p., 40 € (571 EGP)
• Lire le sommaire

Nathalie Beaux, Nicolas Grimal (éds.)
Soleb VI
Hommages à Michela Schiff Giorgini

Ce volume, destiné à rendre hommage à Michela Schiff Giorgini, a pour but de conclure la publication des cinq opus précédemment consacrés au temple de Soleb. Pour ce faire, les contributions des spécialistes les plus à même d’illustrer les avancées que permet l’étude de ce temple ont été réunis. L’ouvrage donne ainsi l’occasion de revenir à la fois sur l’histoire des fouilles de Soleb et les travaux de Michela Schiff Giorgini sur le temple, tout comme il permet de mettre désormais en exergue les données et les perpectives nouvelles offertes par l’étude du monument d’Amenhotep III.

This volume, dedicated to Michela Schiff Giorgini, aims at concluding the previous publication of the five opus about the temple of Soleb. We gathered articles from specialists to relay the last progress of this temple. This is the occasion to look back on Soleb excavations and Michela Schiff Giorgini’s works. Moreover, this publication enlightens new datas and perspectives dued to the study of Amenhotep III monument.


Vignette
IF1081, ISBN 9782724706253
2013
Collection: BiGen 42
1 vol., 224 p., 25 € (357 EGP)
• Lire le sommaire

Céline Boutantin
Les terres cuites gréco-romaines du musée égyptien de l’Agriculture

Les collections du musée égyptien de l’Agriculture (Le Caire) comportent 107 terres cuites datées de l’époque gréco-romaine. Lors de leur entrée au musée entre 1932 et 1935, les statuettes ont été sélectionnées autour de quatre grands thèmes, afin d’illustrer une partie des collections constituée de restes d’animaux et de végétaux : les divinités protectrices, les représentations animales, les représentations végétales et les paniers.

Ces figurines, moulées pour la plupart, sont généralement qualifiées de « terres cuites du Fayoum » en raison du grand nombre de pièces qui y furent découvertes. Principalement attestées en contexte d’habitat, elles ont pourtant été mises au jour dans bien d’autres régions, sur des sites du Delta – en particulier à Alexandrie – , de la Moyenne et de la Haute Égypte, ainsi que dans les oasis et les praesidia du désert Oriental ; nullement circonscrites au Fayoum, ces terres cuites témoignent au contraire d’une production à grande échelle.

En s’appuyant sur les données fournies par les fouilles archéologiques récentes et les collections muséographiques publiées ou encore inédites, cet ouvrage aide à revoir la datation de cette documentation et permet de s’interroger largement sur la ou les fonctions de ces terres cuites.

The collections of the Egyptian Museum of Agriculture (Cairo) contain 107 terracotta potteries dating from the Graeco-Roman Period. When they entered the museum between 1932 and 1935, the statuettes were selected regarding four main themes in order to illustrate some of the collections consisting of animal and plants remains: protective deities, animal representations, plant representations and baskets.

These figurines, most of which are molded, are usually described as the "Fayoum terracotta potteries" because of the large number of objects discovered there. Mainly attested in settlement context, they have nonetheless been found in many other areas : the sites of the Delta -especially in Alexandria-, in Middle and Upper Egypt, as well as in the oases and praesidia of the Eastern Desert. Actually not at all limited to the Fayoum area, these terracotta potteries are on the contrary the products of a widespread production.

Based on data provided by the recent archaeological excavations and museum collections –whether published or unpublished- this book helps going over the dating of these documents while raising questions about the function or functions of these terracotta potteries.


Vignette
IF1074, ISBN 9782724706369
2012
Collection: BiGen 44
1 vol., 304 p., 25 € (357 EGP)
• Lire le sommaire

Mercedes Volait
Maisons de France au Caire. Le remploi de grands décors mamelouks et ottomans dans une architecture moderne
C’est au terme d’une singulière odyssée que de grands décors mamelouks et ottomans sont venus orner les parois de la chancellerie de l’ambassade de France au Caire. Leur présence résulte du goût pour le remploi de décors historiques éprouvé par les premiers grands collectionneurs français d’art islamique présents en Égypte au xixe siècle. L’hôtel particulier construit au Caire par Gaston de Saint-Maurice entre 1875 et 1879 en est un exceptionnel manifeste. Rachetée par la France en 1887 pour y loger sa représentation nationale, l’habitation fut démolie un demi-siècle plus tard, après que ses décors eurent été extraits pour être remontés dans une nouvelle légation. Richement illustré, cet ouvrage bilingue (français et arabe) retrace l’histoire artistique et politique de ces successifs remplois à partir de sources inédites (dépêches diplomatiques, reportages photographiques, correspondance privée) et livre une étude de leur épigraphie, qui apporte un éclairage supplémentaire sur la réutilisation de grands décors islamiques dans l’architecture française contemporaine.
Vignette
IF1065, ISBN 9782724706055
2012
Collection: BiGen 40
1 vol., 378 p., 35 € (500 EGP)
• Lire le sommaire

Gérard Chastagneret, Brigitte Marin, Olivier Raveux et Carlo Travaglini (dir.)
Les sociétés méditerranéennes face au risque.
Économies
Depuis quelques décennies, le discours économique paraît saturé de la notion de risque. Utopie sécuritaire? Manifestation croissante d’une aversion des acteurs de l’économie pour le risque? La réalité est pourtant ancienne. Le risque n’est-il pas à la fois légitimation du profit et élément structurant de la prise de décision et de l’action pour les différents acteurs de l’économie? Ce constat vaut tout particulièrement pour l’espace méditerranéen, engagé de manière précoce dans les pratiques spéculatives de l’échange et longtemps marqué par les problèmes de frontières et de faiblesse de l’État. À travers des contributions d’historiens, de géographes et d’économistes, cet ouvrage affiche un double objectif. Il cherche tout d’abord à savoir si le fonctionnement des économies en Méditerranée a généré des risques spécifiques, a minoré ou amplifié des risques repérés dans d’autres espaces. Dans le même temps, il s’efforce de comprendre dans quelle mesure l’analyse de la perception et de la gestion du risque en matières économiques enrichit notre compréhension du fonctionnement des sociétés méditerranéennes.
44 notices, page 1 : 1 - 2 - 3 - 4 - 5

Nouveautés