Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.
1 notices, page 1 : 1

pdf
BIFAO106_art_08.pdf (0.28 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 106
2006 IFAO
8 p.
gratuit - free of charge
• Lire en ligne
Deux peintures murales de Marina el-Alamein.

La mission polonaise du Centre d’archéologie méditerranéenne de l’université de Varsovie, qui travaille sur la ville gréco-romaine découverte près d’el-Alamein, a mis au jour au cours des travaux de restauration de la maison H10 quatre fragments jointifs de la partie supérieure gauche d’une niche décorative. Au-dessus de la représentation d’une balustrade de couleur brune, les restes d’une décoration peinte montrent les bustes de Sarapis, d’Harpocrate et d’Hélios, disposés en arc de cercle dans cet ordre, de droite à gauche. Il est surprenant de voir Harpocrate, le jeune dieu Soleil égyptien, directement associé à Hélios, le dieu Soleil grec. Il semble qu’Harpocrate intervienne ici comme compagnon de Serapis tel que le donne à voir la soi-disant « triade alexandrine », tandis qu’Hélios représente le symbole même du Soleil. La partie manquante de la composition peut être reconstituée à droite de Sarapis par l’ajout d’Isis, le troisième membre de la triade, puis par celui de Séléné, déesse lunaire dont la présence fait écho au dieu Soleil du côté gauche. Une telle « galerie » de divinités était probablement située au sommet d’une niche qui devait dominer un dieu principal dont il ne reste plus rien. Les représentations mettant en scène un dieu Soleil à une extrémité, et une déesse Lune de l’autre, sont communes dans l’iconographie mithriaque et prennent habituellement place dans le haut de l’entrée de la grotte dans laquelle Mithra tue le taureau. Une telle similarité formelle ne suffit cependant pas à identifier Mithra comme le dieu manquant de la composition. Le contexte archéologique de la maison date cette dernière du iie siècle de notre ère, une date pleinement compatible avec le style des peintures.

Dans une petite pièce proche de l’entrée de cette même maison, une autre peinture a été découverte, préservée sur toute sa hauteur mais très abîmée sur sa surface. Un homme en position debout y est représenté. Un nimbe entoure sa tête ; sa chevelure est épaisse et hirsute, tout comme sa barbe. Un attribut rectangulaire orne le sommet de sa tête. Le tronc et les jambes de cette figure sont sévèrement endommagés et difficilement identifiables. Cependant, une cornucopia bien préservée est visible dans la main gauche du personnage, tandis que la main droite pratique une libation sur un large autel. Au-dessus de son épaule droite jaillit un fer de lance. Ce détail, combiné à l’ample chevelure ainsi qu’à l’attribut rectangulaire figuré au sommet de la tête, suggère que ce personnage devrait être identifié à Héron, un dieu fréquemment représenté en Égypte en train de verser une libation sur un autel. D’autre part, la cornucopia tenue dans la main gauche et la libation effectuée de la main droite sont caractéristiques des représentations romaines du Genius, le gardien du foyer. Pour cette raison, cette peinture provenant d’el-Alamein devrait être interprétée comme représentant le dieu Héron en tant que dieu protecteur de la maison, dans une pièce proche de l’entrée.

Mots-clés : Marina el-Alamein – Époque romaine – peintures murales – iconographie – Harpocrate – Hélios – Sérapis – Isis – Séléné – Mithra – Héron – Genius.

***

The mission of the Polish Centre of Mediterranean Archaeology of Warsaw University at a Greco-Roman town close to El-Alamein has uncovered during conservation, parts of a decorative niche in one of the main rooms of House H10. Four blocks with painted decoration from the upper part of the niche were fitted. Above an arched brown “ramp” three busts of Sarapis, Harpocrates and Helios were preserved: starting from the right, probably at the centre of the picture. It is surprising to see Harpocrates the young Egyptian Sun side by side with Helios, the Greek Sun. It seems that Harpocrates occurs here as the companion of Sarapis from the so-called “Alexandrian triad”, while Helios represents the symbol of the Sun. The arched composition can be reconstructed to the right of Sarapis by adding Isis, the third member of the triad, and further right Selene, goddess of the Moon as corresponding to the Sun on the left. Such a “gallery” of divinities was probably situated at the top of the niche above the representation of the main god, of which nothing remained. Such depictions displaying a row of divinities with the Sun at one end and the Moon at the other were common in Mithraic iconography, where they were usually situated at the top edge of the grotto in which Mithras kills the bull. Such a formal similarity is not enough, however, to reconstruct the main figure represented as Mithras. The archaeological context of the house dates it to the second century A.D., a date fully supported by the style of the painting.

In a small room close to the entrance of the same house another painting was found, its full height preserved but the surface heavily worn. A standing man is represented frontally. A nimbus surrounds his head; his hair is dense and ruffled, as is his beard. On top of the head there is a rectangular attribute. The body and legs of this figure are severely damaged and poorly visible. A cornucopia held in the left hand is well preserved, however. The right hand pours a libation over a wide altar. Above the right arm of this figure a head of a spear is protruding. That detail, plus ample hair and the attribute above the head suggest that this person should be identified as Heron, a god often represented in Egypt as pouring a libation onto an altar. The cornucopia in the left hand and the libation poured with the right hand is characteristic of Roman representations of Genius, the house guardian. Therefore, this painting from Marina El-Alamein should be interpreted as representing Heron as a house guardian in a room close to the entrance.

Keywords: Marina el-Alamein – Roman Period – mural paintings – iconography – Harpocrates – Helios – Sarapis – Isis – Selene – Mithra – Heron - Genius.


1 notices, page 1 : 1

Nouveautés