Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.
1 notices, page 1 : 1

pdf
AnIsl050_art_05.pdf (9.6 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Annales islamologiques 50
2016 IFAO
, 52 p., gratuit - free of charge
Mamluk Minarets in Modern Egypt. Tracing Restoration Decisions and Interventions

This essay discusses the work of the Comité de conservation des monuments de l’art arabe to restore, and in some cases transform and reinvent Mamluk minarets from the 1880s to 1950s. Three types of interventions are particularly considered: 1. the dismantling and reconstructing of upper pavilions at risk of collapse; 2. the construction of upper pavilions that were missing when the Comité started to work on the minarets; and 3. the removal of Ottoman pencil-like caps from Mamluk minarets and the reconstruction of a typical Mamluk pavilion. Relevant examples in each type are examined using historical sources and on site observations. The ­research leads to conclude that although the Comité’s decisions might have been influenced by ideology, as often suggested in the literature, technical motives and safety issues also played an important part in orienting interventions. The common notion that the Comité “­medievalized” Cairo for the sake of tourists only imperfectly captures the diversity and complexity of the principles and methodologies of restoration and conservation followed by the Comité.

Keywords: Comité de conservation des monuments de l’art arabe, earthquake, Mamluk ­minarets, medievalize/medievalization, Ministry of Public Works, pencil-like minaret/Ottoman ­minaret, reconstruction, restoration, tanẓīm, Waqf/Awqāf

Cette contribution examine l’activité du Comité de conservation des monuments de l’art arabe en matière de restauration, et le cas échéant de transformation et de réinvention de ­minarets mamlouks au cours des années 1880 à 1950. Trois types d’intervention sont ­considérés : le démantèlement et la reconstruction des couronnements menaçant ruine, la construction de nouveaux couronnements qui étaient manquants lorsque le Comité commença à intervenir sur les minarets et la destruction des couronnements effilés ajoutés à l’époque ottomane sur des minarets mamlouks pour les remplacer par des couronnements d’époque. Des exemples dans chaque catégorie sont étudiés à partir de la documentation historique et de l’observation sur place. L’étude conduit à conclure que, si les décisions du Comité furent influencées par des considérations idéologiques, ainsi que le suggère la bibliographie récente sur le sujet, des motifs techniques et des préoccupations de sécurité ont contribué autant, sinon plus, à ­orienter les interventions. L’idée convenue, selon laquelle le Comité contribua à « ­médiévaliser » Le Caire au profit des touristes, ne rend que très imparfaitement compte de la diversité et de la ­complexité des principes et des méthodologies de restauration et de conservation mis en œuvre par le Comité.

Mots-clés : Comité de conservation des monuments de l’art arabe, tremblement de terre, ­minarets mamelouks, médiévalisation, ministère des Travaux publics, minarets à couronnement effilé, reconstruction, restauration, tanẓīm, waqf/awqāf
1 notices, page 1 : 1

Nouveautés