Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

*Tôd


flèche chronologique de -2650 à 390 env.

Le Palladium thébain - carte schématique
Le Palladium thébain

Nom du site: Tôd طود

Noms anciens: Ḏrty, Tuphium

Responsable: Christophe Thiers (égyptologue, UMR 5140, CNRS-Univ. Montpellier III).

Collaborations: Lilian Postel (égyptologue, HiSoMA, CNRS-Univ Lyon 2), J.-Fr. Gout (photographe, IFAO), Hassan el Amir (restaurateur, IFAO), Sophie Duberson (restauratrice).

Partenariats: CSA, UMR 5140, CNRS-Univ. Montpellier III.

Dates du chantier: les missions de terrain sont achevées.

Implanté à une vingtaine de kilomètres au Sud de Louqsor, le site de Tôd a fait l’objet de fouilles archéologiques intenses dès 1934, sous les auspices de l’Ifao, puis du Musée du Louvre. Cette collaboration a conduit à plusieurs volumes et articles consacrés à l’histoire du site, dont les attestations royales s’étendent d’Ouserkaf (Ve dynastie) à Antonin le Pieux (138-161). Pour autant, les principaux états du temple de Montou couvrent les XIe et XIIe dynasties et l’époque ptolémaïque et romaine.

Historique des fouilles

Tôd, vue générale.
Tôd, vue générale.

Dans le prolongement des travaux de l’Ifao entrepris à Médamoud, Fernand Bisson de la Roque décida d’ouvrir un chantier à Tôd en 1933; il publia les résultats des campagnes de 1934-1946 et reprit les travaux sur le site après la seconde guerre mondiale jusqu’en 1950. Sous la responsabilité de Christiane Desroches Noblecourt, le Musée du Louvre rouvrit le chantier entre 1979 et 1991, tâche qui fut poursuivie par Bernadette Letellier et Geneviève Pierrat.

Les premiers relevés des textes du temple ptolémaïque et romain ont été effectués par Étienne Drioton, Georges Posener, Jacques Vandier durant les campagnes de fouilles de 1934 à 1936. En 1974, Serge Sauneron confia l’édition à Jean-Claude Grenier, un premier fascicule parut en 1980. Christophe Thiers reprit en 1998 l’étude épigraphique. Après trois campagnes de terrain, il livra pour publication le second fascicule (paru en 2003), clôturant ainsi l’édition du temple proprement dit. À partir de 2002, le travail épigraphique a concerné les centaines de blocs épars présents sur le site, dont la plupart ont ont été découverts lors des fouilles de F. Bisson de la Roque. C’est à partir du registre de l’archéologue et d’un premier inventaire réalisé par l’équipe du Musée du Louvre que le catalogage des blocs ptolémaïques et romains a pu se faire. À partir de 2003, Lilian Postel a pris en charge l’étude des blocs des temples du Moyen Empire à la XVIIe dynastie. La dernière campagne de terrain a été effectuée en janvier 2007.

Découverte du «Trésor de Tôd»
Découverte du «Trésor de Tôd»

À l’exception du pilier d’Ouserkaf (qui ne mentionne ni Tôd ni Montou) et de fragments de reliefs qui seraient antérieurs à la XIe dynastie, le premier temple dont on a retrouvé des vestiges est celui fondé vers 2050 av. n. ère par Nebhépetrê Montouhotep II. Des travaux ont été poursuivis sous le règne de Séânkhkarê Montouhotep III. Aux rares témoignages de Séhotepibrê Amenemhat Ier, succède un nouveau temple, bâti par Sésostris Ier, dont ne subsiste que la paroi de façade et de nombreux fragments épars, ainsi que des éléments de montants de porte en granite. Sur la façade de ce temple, Sésostris Ier fit graver une longue inscription livrant un discours du roi suivi d’un éloge prononcé par ses courtisans, et un passage faisant allusion aux troubles engendrés par la mort d’Amenemhat Ier. Les successeurs de Sésostris Ier n’apportèrent que de rares ajouts au monument. Pourtant, probablement sous le règne d’Amenemhat II, les prêtres de Tôd enfouirent dans les fondations du temple de Montou quatre coffres de cuivre inscrits au nom de ce roi, dans lesquels ils disposèrent des coupelles d’argent pliées, des barres et des anneaux-lingots d’argent réunis en chaînes, une coupelle et des lingots d’or et du lapis-lazuli brut ou manufacturé ainsi que des sceaux-cylindres mésopotamiens ; l’analyse de cet ensemble tend à lui accorder une origine égéenne ou syro-anatolienne (coupelles) et proche-orientale ; l’argent vient quant à lui de Grèce du Nord et d’Anatolie.


Fragment de paroi de Séânkhkarê Montouhotep III, calcaire, XIᵉ dyn.
Fragment de paroi de Séânkhkarê Montouhotep III, calcaire, XIᵉ dyn.

Sous le règne de Thoutmosis III, une chapelle reposoir fut installée devant le temple, sur la bordure nord de l’axe du dromos. Ce monument fit l’objet d’une attention particulière par les souverains ramessides, comme l’attestent les différentes dédicaces de restauration.

C’est contre le temple de calcaire de Sésostris Iᵉʳ, et vraisemblablement en y adjoignant des modifications internes, que les bâtisseurs ptolémaïques édifièrent deux vestibules en grès, dont la décoration porte les noms de Ptolémée VIII Évergète II (145-116), Ptolémée X Alexandre Iᵉʳ (107-88), Ptolémée XII Néos Dionysos Aulète (80-51) et Cléopâtre VII (51-30); après une longue interruption, la décoration fut reprise sous Antonin le Pieux (138-161), notamment pour ce qui concerne les parois extérieures. Les reliefs accordent une large place à Montou, maître des lieux, et à sa compagne, Rattaouy, à laquelle est consacrée la salle dite des déesses. Cette salle donnait accès à une série de cryptes portant les représentations de près de 120 statues et objets cultuels, dont une évocation du naos d’or de Sésostris Ier. Signalons que deux pylônes miniatures inscrits aux noms de Ptolémée IV Philopator (221-205) furent installés à la base intérieure de la rampe du quai-tribune, relié au temple par un dromos.

Sur l’emplacement du temple de Sésostris Iᵉʳ, la communauté chrétienne de Tôd implanta une église et réutilisa massivement les pierres du temple de Montou.

Perspectives

Publication des ensembles lapidaires ayant appartenu aux temples du Moyen Empire à la XVIIᵉ dynastie et de l’époque ptolémaïque et romaine, d’après les fac-similés réalisés à l’éch. 1:1 sur films plastiques.

Bibliographie

  • Adam J.-P., Pierrat-Bonnefois G., « La chapelle de Thoutmosis III à Tôd », Karnak 11, 2003, p. 65-132.
  • Benazeth D., Tôd. Les objets de métal, San Antonio, 1991.
  • Bisson de la Roque F., Tôd (1934 à 1936), FIFAO 17, Le Caire, 1937.
  • —, Trésor de Tôd, CGC n° 70501-70754, Le Caire, 1950.
  • —, Contenau G., Chapouthier Fr., Le trésor de Tôd, DFIFAO 11, Le Caire, 1953.
  • Desroches Noblecourt Chr., « Les nouvelles fouilles de Tôd », BSFE 93, 1982, p. 5-20.
  • —, « Les fouilles du Musée du Louvre à Tôd en 1982-1983 », BSFE 100, 1984, p. 8-30.
  • Grenier J.-Cl., Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain I. La salle hypostyle, textes n° 1-172, FIFAO 18.1, Le Caire, 1980.
  • —, « Ptolémée Évergète II et Cléopâtre II d’après les textes de Tôd », dans N. Bonacasa, A. di Vista (éd.), Alessandria e il mondo ellenistico-romano. Studi in onore di Achille Adriani 1, StudMat Instituto di archeologica, Università di Palermo 4, Rome, 1983, p. 32-37.
  • Pierrat G., « Essai de classification de la céramique de Tôd, de la fin du VIIe siècle au début du XIIIe siècle apr. J.-C. », CCE 2, 1991, p. 145-204.
  • —, « Céramique dynastique et ptolémaïque des fouilles du Louvre à Tôd, 1989-1991 », CCE 6, 2000, p. 299-332.
  • Pierrat G., en collaboration avec M. Étienne et S. Guichard, « Fouilles récentes du Musée du Louvre à Tôd », dans Atti del sesto congresso internazionale di egittologia 2, Turin, 1992, p. 505-511.
  • Pierrat G., Étienne M., Leconte D., Barbotin Chr., avec la collaboration de J.-P. Adam et S. Guichard, « Fouilles du Musée du Louvre à Tôd, 1988-1991 », Karnak 10, 1995, p. 405-502.
  • Pierrat G., Lecuyot G., « Corpus de la céramique de Tôd. Fouilles 1980-1983 et 1990 », CCE 7, 2004, p. 145-209.
  • Postel L., « Fragments inédits du Moyen Empire à Tôd (mission épigraphique de l’Ifao) », dans J.-Cl. Goyon, Chr. Cardin (éd.), Actes du IXe Congrès international des égyptologues, Grenoble, 6-13 septembre 2004, OLA 150, Louvain, 2007, p. 1539-1550.
  • Rutschowscaya M.-H., « Fouilles du musée du Louvre à Tôd (Haute-Égypte). Structures et matériel », dans W. Godlewski (éd.), Coptic Studies. Acts of the Third International Congress of Coptic Studies, Warsaw, 20-25 August 1984, Varsovie, 1990, p. 383-391.
  • Thiers Chr., Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain II-III. Textes et scènes nos 173-329, FIFAO 18.2, Le Caire, 2003.
  • —, « Fragments de théologie thébaine. La bibliothèque du temple de Tôd », BIFAO 104, 2004, p. 553-572.
  • —, « Missions épigraphiques de l’Ifao dans les villes méridionales du Palladium thébain », dans J.-Cl. Goyon, Chr. Cardin (éd.), Actes du IXe Congrès international des égyptologues, Grenoble 6-13 septembre 2004, OLA 150, Louvain, 2007, p. 1807-1816.

Bibliographie détaillée : Voir lien web externe ci-dessous.

Lien web externe

Tod

Le Palladium thébain - carte schématique
Le Palladium thébain

Site name: Tôd طود

Ancient names: Ḏrty, Tuphium

Supervisor: Christophe Thiers (egyptologist, UMR 5140, CNRS-Univ. Montpellier III).

Collaborations: Lilian Postel (egyptologist, HiSoMA, CNRS-Univ Lyon 2), J.-Fr. Gout (photographer, IFAO), Hassan el Amir (restore, IFAO), Sophie Duberson (restorer).

Partner institution: CSA, UMR 5140, CNRS-Univ. Montpellier III.

Campaign dates: on-site missions have been completed.

Set some 20 km south of Luxor, the site of Tod has, since 1934, been the object of intense archaeological excavations under the auspices of the IFAO and then of the Louvre Museum. This collaboration has led to the publication of several volumes and articles on the history of the site whose royal connections stretch from Userkaf (5th dynasty) to Antoninus Pius (138-161). Nevertheless, the main stages of the temple of Montu cover the 11th and 12th dynasties and the Ptolemaic and Roman periods.

History of the excavations

Tod, general view.
Tod, general view.

As an extension of IFAO work at Medamud, Fernand Bisson de la Roque decided to open a site at Tod in 1933. He published the results of his campaigns from 1934-1946 and then resumed work on the site after the second world war up until 1950. The Louvre re-opened the site between 1979 and 1991, under the supervision of Christiane Desroches Noblecourt, a role then taken on by Bernadette Letellier and Geneviève Pierrat.

The first drafting of the texts from the Ptolemaic and Roman temple was undertaken by Étienne Drioton, Georges Posener and Jacques Vandier during the excavation campaigns of 1934 and 1936. In 1974, Serge Sauneron entrusted publication to Jean-Claude Grenier and a first volume appeared in 1980. Christophe Thiers took up the epigraphic study in 1998. After three on-site campaigns, he presented the second volume for publication, which appeared in 2003. This effectively completed the publication of the temple proper. From 2002, epigraphic work concerned the hundreds of blocks scattered across the site, the majority of which had been discovered during the excavations of Bisson de la Roque. The cataloguing of these Ptolemaic and Roman blocks was undertaken using the records of Bisson de la Roque and an initial inventory drawn up by the team from the Louvre. From 2003, Lilian Postel took over the study of blocks from the temples of the Middle Kingdom to the 17th dynasty. The last on-site campaign was in January 2007.

Discovery of the Treasure of Tod.
Discovery of the Treasure of Tod.

With the exception of the pillar of Userkaf, which mentions neither Tod nor Montu, and the fragments of reliefs that would be earlier than the 11th dynasty, the first temple of which we find any vestiges is the one founded around 2050 BC by Nebhepetre Mentuhotep II. Works continued under the reign of Sankhkare Mentuhotep III. After the rare evidence of Sehetepibre Amenemhat I, there was a new temple built by Sesostris I, of which only the facade wall, numerous scattered fragments and elements of granite doorway uprights survive. On the facade of this temple, Sesostris I had a long inscription engraved presenting a speech by the king followed by a eulogy pronounced by his courtesans, and a passage alluding to the troubles created by the death of Amenemhat I. The successors of Sesostris I made only a few additions to the monument. However, probably in the reign of Amenemhat II, the priests of Tod buried four copper chests inscribed with the name of this king in the foundations of the temple of Montu. These chests contained small dishes of fluted silver, bars and ring ingots of silver linked in chains, a small gold dish and gold ingots, worked and uncut lapis lazuli and Mesopotamian cylinder seals. The analysis of this ensemble suggested an Aegean, Syro-Anatolian (the dishes) and Near Eastern origin. The silver itself came from northern Greece and Anatolia.


Fragment of the wall of Sankhkare Montuhotep III, limestone, XIth dynasty.
Fragment of the wall of Sankhkare Montuhotep III, limestone, XIth dynasty.

In the reign of Thutmosis III a barque shrine was installed in front of the temple, on the northern edge of the dromos. This monument was the object of particular attention by the Ramesside kings, as attested by the different restoration dedications.

It was against this limestone temple of Sesostris I, and most probably applying interior modifications at the same time, that the Ptolemaic builders erected two sandstone vestibules. They were decorated with the names of Ptolemy VIII Evergetes II (145-116), Ptolemy X Alexander I (107-88), Ptolemy XII Neos Dionysos Auletes (80-51) and Cleopatra VII (51-30). After a long break, the decoration resumed under Antoninus Pius (138-161), most notably on the outside walls. The reliefs give a large place to Montu, master of the site, and his companion Raettawy, to whom the so-called hall of the goddesses was dedicated. This hall gives onto a series of crypts whose walls bear the images of around 120 statues and cult objects including an evocation of the golden naos of Sesostris I. We should note also that two miniature pylons inscribed with the names of Ptolemy IV Philopator (221-205) were installed just inside the base of the ramp to the quay that is connected to the temple by a dromos.

The Christian community of Tod built a church upon the site of the temple of Sesostris I using a huge amount of masonry from the temple of Montu

Future perspectives

Publication of the ensembles of stone that belonged to the temples of the Middle Kingdom to the 17th dynasty and of the Ptolemaic and Roman periods using the 1:1 scale facsimiles made on plastic film.

Bibliography

  • Adam J.-P., Pierrat-Bonnefois G., «La chapelle de Thoutmosis III à Tôd», Karnak 11, 2003, p. 65-132.
  • Benazeth D., Tôd. Les objets de métal, San Antonio, 1991.
  • Bisson de la Roque F., Tôd (1934 à 1936), FIFAO 17, Le Caire, 1937.
  • —, Trésor de Tôd, CGC n° 70501-70754, Le Caire, 1950.
  • —, Contenau G., Chapouthier Fr., Le trésor de Tôd, DFIFAO 11, Le Caire, 1953.
  • Desroches Noblecourt Chr., «Les nouvelles fouilles de Tôd», BSFE 93, 1982, p. 5-20.
  • —, «Les fouilles du Musée du Louvre à Tôd en 1982-1983», BSFE 100, 1984, p. 8-30.
  • Grenier J.-Cl., Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain I. La salle hypostyle, textes n° 1-172, FIFAO 18.1, Le Caire, 1980.
  • —, «Ptolémée Évergète II et Cléopâtre II d’après les textes de Tôd», dans N. Bonacasa, A. di Vista (éd.), Alessandria e il mondo ellenistico-romano. Studi in onore di Achille Adriani 1, StudMat Instituto di archeologica, Università di Palermo 4, Rome, 1983, p. 32-37.
  • Pierrat G., «Essai de classification de la céramique de Tôd, de la fin du VIIᵉ siècle au début du XIIIe siècle apr. J.-C.», CCE 2, 1991, p. 145-204.
  • —, «Céramique dynastique et ptolémaïque des fouilles du Louvre à Tôd, 1989-1991», CCE 6, 2000, p. 299-332.
  • Pierrat G., with collaboration avec M. Étienne et S. Guichard, «Fouilles récentes du Musée du Louvre à Tôd», dans Atti del sesto congresso internazionale di egittologia 2, Turin, 1992, p. 505-511.
  • Pierrat G., Étienne M., Leconte D., Barbotin Chr., with la collaboration de J.-P. Adam et S. Guichard, «Fouilles du Musée du Louvre à Tôd, 1988-1991», Karnak 10, 1995, p. 405-502.
  • Pierrat G., Lecuyot G., «Corpus de la céramique de Tôd. Fouilles 1980-1983 et 1990», CCE 7, 2004, p. 145-209.
  • Postel L., «Fragments inédits du Moyen Empire à Tôd (mission épigraphique de l’Ifao)», in J.-Cl. Goyon, Chr. Cardin (éd.), Actes du IXᵉ Congrès international des égyptologues, Grenoble, 6-13 septembre 2004, OLA 150, Louvain, 2007, p. 1539-1550.
  • Rutschowscaya M.-H., «Fouilles du musée du Louvre à Tôd (Haute-Égypte). Structures et matériel», in W. Godlewski (éd.), Coptic Studies. Acts of the Third International Congress of Coptic Studies, Warsaw, 20-25 August 1984, Varsovie, 1990, p. 383-391.
  • Thiers Chr., Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain II-III. Textes et scènes nos 173-329, FIFAO 18.2, Le Caire, 2003.
  • —, «Fragments de théologie thébaine. La bibliothèque du temple de Tôd», BIFAO 104, 2004, p. 553-572.
  • —, «Missions épigraphiques de l’Ifao dans les villes méridionales du Palladium thébain», in J.-Cl. Goyon, Chr. Cardin (éd.), Actes du IXe Congrès international des égyptologues, Grenoble 6-13 septembre 2004, OLA 150, Louvain, 2007, p. 1807-1816.

Bibliographie détaillée: Voir lien web externe ci-dessous.

Web links