Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

1 notices triées par date de parution, page 1 : 1

pdf
AnIsl047_art_16.pdf (1.9 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Annales islamologiques 47
2013 IFAO
31 p.
gratuit - free of charge
Une archéologie de la lumière en Islam. Conditions d’étude d’un phénomène immatériel dans les mosquées médiévales

Le thème de la lumière se retrouve au fondement des trois grandes religions monothéistes. Principalement abordée comme symbole du divin, la lumière, phénomène immatériel et évanescent, a rarement été étudiée d’un point de vue archéologique. Différentes sources – ­principalement photométriques, archéologiques et textuelles – invitent cependant à ­considérer la lumière comme un fait qu’il est possible d’exploiter, à travers l’étude des outils qui la transforment ou la détournent et à travers l’analyse et la collection des références qui la mentionnent et, à l’occasion, en exaltent la signification.

Les mosquées prennent en compte la lumière sous ses trois dimensions : la lumière comme vecteur de la perception, comme organisateur d’espace et comme symbole signifiant. La lumière y est en effet travaillée pour exalter le rapport à Dieu, mais également pour ses vertus fonctionnelles. Le travail architectural de la lumière a pour objectif de procurer un certain confort visuel, comme dans n’importe quel édifice profane. La lumière invite en outre à créer un espace particulier qui en affirme le caractère sacré, contrastant avec l’espace profane qui baigne quant à lui dans une lumière naturelle, brute et uniformément distribuée. La lumière peut concourir à la création d’une architecture « immatérielle » qui va se surimposer à l’architecture concrète des édifices religieux.

Mots-clés : Lumière – lampes – islam – mosquées – archéologie – photométrie

Light is foundational for all three monotheistic religions. Mostly studied as a symbol of the divine, light has rarely been addressed archeologically owing to its immaterial and evanescent nature. However, different sources—photometrical, archeological, and textual—point to the possibilities of exploiting light, through objects that transform or redirect it and through references that mention it, and occasionally exalt its signification.

Mosques take light into account in its three dimensions: as a vector of perception, spatial organizer, and significant symbol. In the mosque, light is used both to exalt God and for its functional virtues. The architectural use of light obtains a certain visual comfort, as in any secular construction. Light also helps create a particular space affirming its sacred character, contrasting to natural, raw and uniformly distributed light of secular space. Light can indeed participate in the creation of an immaterial architecture, one that superimposes itself on the concrete architecture of religious edifices.

Keywords: Light – lamps – mosques – islam – archaeology – photometry


1 notices triées par date de parution, page 1 : 1

Nouveautés