Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

1 notices triées par date de parution, page 1 : [1]

pdf
AnIsl042_art_13.pdf (0.64 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Annales islamologiques 42
2008 IFAO
21 p.
gratuit - free of charge
Le bayt à l’époque mamlouke. Une entité sociale à revisiter.

La maison (bayt) est un élément majeur dans la structuration des élites militaires mamloukes et dans l’organisation de l’armée. La maison est également une entité politique, sociale et économique construite par et pour un émir mamlouk dont la cohésion repose sur la base de liens personnels que l’émir, en tant que maître (maḫdūm), entretient avec chacun des membres de la maison, qu’ils soient militaires ou civils, de condition servile ou libre. Le vocabulaire utilisé dans les sources historiques de l’époque mamlouke nous renseigne sur la nature et l’étendue des liens personnels qu’un administrateur civil contracte avec l’émir et son entourage lorsqu’il entre à son service au sein de sa maison. Les liens de clientèle, de service ou d’amitié ainsi créés, apparaissent comme un des éléments décisifs dans l’ascension professionnelle d’un administrateur civil et constituent une part importante de son réseau social qu’il pourra tenter d’activer tout au long de sa carrière. L’étude des liens tissés, entre civils et militaires à travers plusieurs exemples illustrant la forme hétérogène et complexe qu’ils peuvent prendre dans le cadre de la maison d’un émir, met ainsi en évidence l’interdépendance et l’intérêt commun qui unissent les élites mamlouks et les élites civiles au-delà de la stricte appartenance à leur groupes sociaux respectifs.

Mots-clés : période mamlouke, histoire sociale, liens interpersonnels, relations sociales, clientélisme.

***

The household (bayt) is a major element in the structure of the mamluk military elite and in the organization of the army. The bayt is also a political, social and economic entity, built by and for a mamluk amir, whose cohesion is based on the personal relationships established by the amir, as a master (maḫdūm) with each member of the household who may be a military or a civilian person, of free or servile condition. The vocabulary used in the historical sources of the mamluk period informs us about the nature and the extent of the personal links contracted between a civilian administrator and an amir and his entourage, as soon as he becomes affiliated to his household. Clientelist acquaintances or friendships developped in this context appear as crucial elements in the professional advancement of a civil administrator. Those links constitute an important and useful part of social network all through his career. The study of the civilian-military relationships through several examples brings out their heterogeneity and complexity, and, therefore, proves the interdependance and the common interest connecting military and civilian elites beyond the strict belonging to their respective social groups.

Keywords: mamluk period, social history, interpersonnal links, social relationships, clientelism.


1 notices triées par date de parution, page 1 : [1]