Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

Les achats en ligne sont suspendus, sauf pour les fichiers. Retour le 1er septembre. J'ai un code promotionnel.

On line orders are suspended, except for files. Back on the 1st of September. I have a promotional code.

Fichiers à télécharger

Les articles des volumes suivants sont vendus sous forme de PDF à télécharger: BiEtud: numéros 110, 120, 138, 140, 165 (gratuit), EtudUrb: 9.


pdf
BIFAO122_art_12.pdf (2 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
22 p.
gratuit - free of charge
Âha et Ounout dans la Chapelle blanche de Sésostris Ier à Karnak

Cet article s’intéresse aux divinités de la XVe province de Haute Égypte mentionnées dans l’inventaire offert par la Chapelle Blanche de Sésostris Ier : Âha et Ounout. Ces deux dieux partagent une nature belliqueuse, sans doute l’aspect prééminent du panthéon de cette province jusqu’au Moyen Empire. Âha, le « Combattant », est un dieu apotropaïque, dont la nature menaçante s’exprime par une association étroite avec son arme fétiche, le couteau. Son caractère guerrier a certainement pu jouer un rôle dans son rapprochement avec Thot, qui à l’Ancien et au Moyen Empire est une divinité violente et agressive. Il est possible qu’avec le temps Âha n’ait plus été considéré que comme un aspect de la riche personnalité de Thot. Le rôle protecteur et guerrier attribué à Ounout, en tant qu’uræus et déesse dangereuse, légitime la place qui lui est accordée parmi les divinités de la province.

This article focuses on the deities of the 15th Upper Egyptian province mentioned in the inventory provided by the White Chapel of Senusret I: Aha and Wenut. These two gods share a warlike nature, probably the most prominent aspect of the pantheon of this province until the Middle Kingdom. Aha, the “Fighter”, is an apotropaic god, whose threatening nature is expressed by a close association with his fetish weapon, the knife. His warlike nature may have played a role in his association with Thoth, who in the Old and Middle Kingdoms was a violent and aggressive deity. It is possible that over time Aha was seen as only one aspect of the rich personality of Thoth. The protective and warlike role attributed to Wenut as a uraeus and dangerous goddess legitimize the place given to her among the deities of the province.


pdf
BIFAO122_art_11.pdf (31 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
92 p.
gratuit - free of charge
Investigating the Nile Delta’s First Settlements: Excavations at Tell el-Samara 2016-2019

Cet article présente les premiers résultats des fouilles conduites à Tell el-Samara par une équipe conjointe de l’Ifao et du Ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités. Situé dans l’est du Delta, Tell el-Samara est un village qui fut occupé de la seconde moitié du Ve millénaire av. J.-C. à la IIe Dynastie. La reprise des travaux archéologiques sur le tell a permis de mettre au jour les vestiges d’un des plus anciens villages connus à ce jour en Égypte. Elle a également mis en évidence une séquence d’occupation continue, de la période néolithique à l’avènement de la Première Dynastie, livrant ainsi d’importantes informations sur l’émergence et l’essor d’une culture régionale propre au Delta avant l’apparition d’une monarchie et l’unification politique de l’Égypte au tournant des IVe et IIIe millénaires av. J.-C.

This article provides an overview of the first results from the archaeological fieldwork conducted at Tell el-Samara by a joint IFAO and Egyptian Ministry of Tourism and Antiquities mission. Located in the eastern Nile Delta, Tell el-Samara was a settlement inhabited from the late fifth millennium BCE to the end of the Early Dynastic period. The renewed archaeological investigations on the tell have uncovered the remains of one of the most ancient villages known so far in Egypt—providing detailed insights into the onset of Neolithic economy and sedentary village life in Lower Egypt. They have also revealed a continuous occupation sequence from the Neolithic period to the advent of the First Dynasty, which provides relevant data on the emergence and further development of a regional culture in the Nile Delta prior to the rise of a monarchy and the political unification of Egypt at the turn of the fourth and third millennium BCE.


pdf
BIFAO122_art_10.pdf (8 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
43 p.
gratuit - free of charge
La représentation du défunt et de la défunte sur les masques funéraires de Meir (70-110 apr. J.-C.)

La distinction du masculin et du féminin est l’une des caractéristiques les plus apparentes des arts funéraires d’époque romaine en Égypte : de nombreuses productions illustrent ce principe, les hommes ayant tendance à conserver une iconographie égyptienne traditionnelle, tandis que les femmes se parent de costumes et de coiffures contemporains, selon la mode gréco-romaine. Les études les plus récentes dédiées à ce sujet ont démontré que ces ajouts dans la représentation des femmes visaient à créer l’image la plus efficace possible des défuntes, afin d’exprimer au mieux leur transfiguration dans l’au-delà. Cependant, de nombreuses zones d’ombre demeurent quant à la raison même de cette distinction entre les hommes et les femmes. À travers l’étude d’une production bien identifiée, les masques de Meir, cet article se propose d’expliquer l’origine et la fonction de cette différenciation.

The distinction between male and female is one of the most prominent features of funerary arts in Roman Egypt: numerous productions demonstrate this principle, with men tending to retain a traditional Egyptian iconography, while women wear contemporary costumes and hairstyles, according to Graeco-Roman fashion. The latest studies dedicated to this subject have shown that these additions to the depictions of women were intended to create the most effective image of the deceased, in order to best express their transfigured state in the afterlife. However, many grey areas remain as to why such a distinction between men and women takes place. Through the extensive study of a well-identified production, funerary masks from Meir, this article attempts to explain the origin and function of such differentiation.


pdf
BIFAO122_art_09.pdf (6.1 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
20 p.
gratuit - free of charge
Newly Discovered Mummy Portraits from the Necropolis of Ancient Philadelphia – Fayum

Au cours de six saisons de fouilles, la mission égyptienne travaillant dans l’ancienne nécropole de Philadelphie a pu identifier les zones des différentes phases d’occupation de la nécropole, du iiie siècle av. J.-C. au IVe siècle de notre ère. La question principale à laquelle devait tenter de répondre le projet de fouilles était celle de la contextualisation des portraits de momies découverts au XIXe siècle sur le site, connus sous le nom de portraits de momies d’Er-Rubayyât ou portraits de Philadelphie. Les deux dernières saisons ont révélé un portrait de momie unique et complet, ainsi que d’autres fragments de portraits de momie provenant d’un contexte et présentant des caractéristiques bien documentés. Ce portrait pourrait nous permettre de comprendre le contexte original des portraits de momies dans différents musées du même site et de répondre à de nombreuses questions concernant la datation des portraits de momies. 

 

 Throughout six scientific and systematic excavations season the Egyptian mission working at ancient Philadelphia necropolis, was able to identify the zones of different phases of occupation in the necropolis from the 3rd century BC to the 4th cent CE. Among the main research question of the excavation project was the contextualization of the mummy portrait that were found during the nineteenth century at the site, well known as the mummy portraits from Er-Rubayyât or Philadelphia mummy portraits. The last two seasons revealed a unique and complete mummy portrait as well as other fragments of mummy portraits from some well excavated context and features, this portrait could enable us to understand the original context of mummy portrait in different museum from the same site and to answer many questions regarding the mummy portrait dating. 


pdf
BIFAO122_art_08.pdf (27 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
35 p.
gratuit - free of charge
Un temple de Ramsès II au Kôm el-Nogous (Plinthine) : nouvelles données sur l’implication ramesside en Maréotide

Les premiers sondages effectués au centre du kôm de Plinthine (Maréotide), suite à la prospection magnétométrique de 2015, ont permis la découverte de niveaux anciens attestant une occupation des lieux dès le début de la Troisième Période Intermédiaire. Ils ont aussi mis au jour un bâtiment massif, vraisemblablement cultuel, plus tardif. Celui-ci est composé d’un dromos et d’un caisson de fondation, vestiges d’une construction presque entièrement démantelée à l’époque romaine. Des blocs de pierre locale, remontant à l’époque ramesside, ont été découverts dans la maçonnerie de ce bâtiment. Ils portent des inscriptions qui permettent d’identifier un temple et peut-être des chapelles privées de l’époque de Ramsès II, qui devaient former un ensemble dont la localisation, si elle n’est pas certaine, est peut-être à placer au centre du Kôm el-Nogous. Ces éléments permettent de revenir sur l’implication ramesside à l’ouest du Delta, particulièrement dans la frange nord de la Maréotide, que l’on a longtemps pensé dépourvue d’occupation avant l’époque ptolémaïque.

The first test trenches carried out in the center of the kom of Plinthine (Mareotes), following the magnetometric survey of 2015, led to the discovery of ancient levels attesting to an occupation of the site from the beginning of the Third Intermediate Period. We also uncovered a massive building, probably dedicated to religious activities, dating to a later time. This building consists of a dromos and a foundation, the only remains of a structure that was almost entirely dismantled in Roman times. Blocks of local stone, dating back to the Ramesside period, were discovered in the masonry of this building. They bear inscriptions that allow the identification of a temple and maybe private chapels from the time of Ramesses II. The exact location of this cultic complex is still unknown, but we can suggest a location at the center of Kom el-Nogous. These elements allow us to further reassess the Ramesside involvement in the western part of the Delta, particularly at the northern edge of Mareotes, which was long thought to be devoid of occupation before the Ptolemaic period.


pdf
BIFAO122_art_07.pdf (8.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
30 p.
gratuit - free of charge
Réévaluation des catacombes des animaux de Dendara

Les catacombes animales de Dendara ont été fouillées et étudiées par W.M.F. Petrie en une campagne débutée fin 1898. Elles sont localisées en bordure du site archéologique actuel et partiellement découvertes, ce qui rendait des travaux nécessaires. Cet article présente les résultats de la reprise de leur étude et de la première campagne de fouilles, menées en octobre 2019. Cette campagne a permis de préciser et de corriger les observations publiées par W.M.F. Petrie et de mettre au jour des structures nouvelles, plus anciennes, et dont la destination et la chronologie restent à préciser.

The animal catacombs of Dendara were excavated and studied by W. M. F. Petrie in a campaign that began in December, 1898. The buildings are located on the western edge of the present archaeological site and were only partially uncovered, leading to new excavations. This article presents the results of the resumption of their study and of the first campaign, carried out in October, 2019. This first season permitted clarification and correction of the observations published by W. M. F. Petrie and uncovered structures older than the catacombs, whose purpose and chronology remain to be specified.


pdf
BIFAO122_art_06.pdf (2.8 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
24 p.
gratuit - free of charge
Amenouahsou et les deux Sobek de Gebelein. Prosopographie et géographie religieuse d’Jnr.ty à Jw-Mjtrw 

L’objectif de cette étude est de comprendre au mieux le titre pontifical du grand prêtre Jmn-wȝḥ-sw, contemporain de Mérenptah. Il officiait comme premier prophète de plusieurs divinités dont l’identification est restée jusqu’à présent incertaine en raison de leurs noms, parfois écrits seulement avec des idéogrammes. Ces divinités sont identifiées comme étant Anubis, Khonsou et « deux Sobek ». L’étude proposée, qui se fonde sur plusieurs types de sources, montre qu’elles recevaient toutes un culte dans la région de Gebelein, plus précisément dans les cités de Swmnw (Sobek) et Jw-Mjtrw (Sobek, Anubis et Khonsou). L’auteur envisage la possibilité que le temple de Swmnw ait été déplacé au début du Nouvel Empire à cause de changements qui auraient affecté le cours du Nil. Ce phénomène expliquerait une géographie religieuse complexe, de même que les difficultés des égyptologues à étudier ces cultes jusqu’à aujourd’hui.

The aim of this study is to better understand the pontifical titles of the high priest Jmn-wȝḥ-sw, contemporary of Merenptah. He was the first prophet of several deities whose identification has remained uncertain until now, since their names are sometimes written only with ideograms. First, these deities are identified as Anubis, Khonsu and “two Sobeks”. Secondly, the study, which is based on several types of sources, shows that they were all worshipped in the Gebelein region, more precisely in the cities of Swmnw (Sobek) and Jw-Mjtrw (Sobek, Anubis and Khonsu). Furthermore, the author proposes that the temple of Swmnw was moved at the beginning of the New Kingdom due to changes in the course of the Nile. This phenomenon would be at the origin of a complex religious geography, as well as the cause of difficulties for Egyptologists who study these cults until today.


pdf
BIFAO122_art_05.pdf (8.9 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
47 p.
gratuit - free of charge
Le règne de Snéfrou : nouvel examen des sources chronologiques 

Cette étude présente les résultats de la révision des attestations des années de règne de Snéfrou, menée dans le cadre du projet Meryt (ANR-19-CE27-0010). Cette recension permet d’actualiser le dernier récolement de sources datées publié par Verner en 2008, en intégrant les attestations publiées depuis, et réévaluées scrupuleusement à cette occasion. Cet article offre également une analyse des archives photographiques de Posener-Kriéger documentant les blocs inscrits portant dates de Meidoum, conservées à l’Ifao et restées jusqu’alors inédites. Ces archives apportent un complément d’informations précieux concernant ces données qui ont alimenté le débat complexe concernant le mode de comput annuel en place à l’Ancien Empire.

This study presents the results of the revision dates attested in Snefru’s reign, carried out in the framework of the MERYT project (ANR-19-CE27-0010). This review updates the last compilation of dated sources published by Verner in 2008 by integrating the attestations published since then and scrupulously re-evaluated on this occasion. It also provides an analysis of the previously unpublished photographic archives of Posener-Kriéger, kept at the Ifao, documenting the inscribed blocks with dates from Meidum. These archives add valuable additional information concerning the data from Meidum, which contributed to the complex debate concerning the year-reckoning system in place during the Old Kingdom.


pdf
BIFAO122_art_04.pdf (7.6 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
51 p.
gratuit - free of charge
Une tradition du Livre des Morts de la transition XXIe-XXIIe dynasties : l’exemple du P. Vatican 38566

Cet article propose la publication du P. Vatican 38566 daté de la Troisième Période Intermédiaire. Il donne la traduction de l’ensemble des textes, une étude de l’unique vignette présente dans le papyrus, une analyse des séquences des chapitres du Livre des Morts sélectionnés et un examen paléographique. Le document, écrit par au moins deux scribes, permet de s’interroger sur les processus de sélection et de copie des formules et de mettre en lumière une tradition méconnue du Livre des Morts durant la Troisième Période Intermédiaire. Le document se rattache ainsi à un groupe incluant, notamment, le papyrus du Grand Prêtre d’Amon Pinedjem II (P. BM EA 10793) et celui de sa fille Nestanebetichérou (P. Greenfield). Pouvant être daté de la fin de la XXIe dynastie ou du début de la XXIIdynastie, il semble annoncer une tradition spécifique en usage durant la XXIIe dynastie dans la région thébaine.

This article presents the publication of P. Vatican 38566 from the Third Intermediate Period. It gives the translation of all the texts, a study of the sole vignette of the papyrus, and an analysis of the sequences of the spells of the Book of the Dead as well as a paleographical study. This papyrus, written by at least two scribes, allows us to question the process of selection and copying of spells and to highlight a little-known tradition of the Book of the Dead during this period. This manuscript is related to a group including in particular the papyrus of the High Priest of Amun Pinedjem II (P. BM EA 10793) as well as the one belonging to his daughter Nestanebetisheru (P. Greenfield). Hence, the papyrus can be dated to the end of the 21st Dynasty or the beginning of the 22nd Dynasty. It also seems to announce a specific tradition in use during the 22nd Dynasty in the Theban area.


pdf
BIFAO122_art_03.pdf (2.2 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 122
2022 IFAO
28 p.
gratuit - free of charge
Formation de la collection égyptienne au Musée national de la République du Tatarstan (MNRT), Russie

Pendant le XIXe siècle, l’égyptologie russe a franchi plusieurs étapes dans sa formation en tant que science. Grâce à de nombreux voyages en Égypte et aux nombreux objets archéologiques rapportés en Russie, les premières collections russes majeures se formèrent au musée Pouchkine et à l’Hermitage. Quant aux collections provinciales, également variées et intéressantes, elles sont aujourd’hui complètement oubliées. Parmi les plus grands musées régionaux, on peut notamment citer le Musée national de la République du Tatarstan (Kazan), qui a une longue histoire de formation. À partir du XIXe siècle les portes du musée ont été ouvertes aux différentes collections historiques, y compris celle de l’Égypte qui s’est formée progressivement par l’accumulation d’objets. Il est important de voir son histoire et la description du patrimoine égyptien conservé dans ce musée. Cette collection considérable n’a plus été exposée depuis le début du XXe siècle. 

During the 19th century, Russian Egyptology passed through several stages in its evolution as a science. Thanks to numerous trips to Egypt and numerous archaeological objects brought back to Russia, the first major Russian collections were formed at the Pushkin Museum and the Hermitage. As for the provincial collections, which are also varied and interesting, they are now completely forgotten. One of the largest regional museums is the National Museum of the Republic of Tatarstan (Kazan), which has a long history of development. Beginning in the 19th century, the doors of the museum were opened to various historical collections, including that from Egypt, which was gradually formed by the accumulation of objects. It is important to know its history and the description of the Egyptian heritage preserved in the museum. This considerable collection has not been exhibited since the beginning of the 20th century.