Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Tabbet al-Guech (Saqqâra-sud)

flèche chronologique de -2350 à -2050 et de -750 à  env.

Nom du site: Tabbet al-Guech طبة الجيش

Carte du Caire par Grand Bey, 1874
Plan schématique
de la fouille (2010)

Responsable: Vassil Dobrev (égyptologue, archéologue, IFAO).

Collaborations:

  • Egyptologues, épigraphistes : Bernard Mathieu (University of Montpellier 3), Vassil Dobrev (IFAO), Yannis Gourdon (IFAO).
  • Architecte: Pieter Collet.
  • Topographes: Olivier Onézime (IFAO), Mohamed Gaber (IFAO).
  • Céramologue: Teodozja Rzeuska (Academy of Science, Warsaw).
  • Anthropologues et spécialistes rayon X : Roxie Walker (Institute for Bioarchaeology, San Francisco), Salima Ikram (AUC), Diane Laville et Afaf Wahba (CSA).
  • Dessinateur: Khaled Zaza (IFAO).
  • Photographes: Gaël Pollin (IFAO), Ehab Mohamed (IFAO).
  • Restaurateur: Abeid Mahmoud (IFAO).
  • Géophysiciens (CNRS, Paris VI): Christian Chamerlynck, Roger Guerin, Fayçal Rejiba.
  • Géologues: Suzanne Reynaud (CNRS), Henri de la Boisse (CNRS), Farid Makroum (University of Mansoura).

Institution partenaire : CSA.

Dates du chantier : mi-septembre à fin décembre.

Le site de Tabbet al-Guech (abréviation = Tb) occupe, sur 1 km2, la partie nord de Saqqâra-Sud ; il peut être divisé en quatre quarts : Tb NE, Tb SE, Tb NW et Tb SW. La mission de l’IFAO est, depuis 2000, sur Tb NW, portion du site dont la surface s’étale sur 15 ha (la zone actuellement fouillée représente un carré de 50 m sur 50 m, soit 2 % de la surface totale du site).

Problématique

Vue aérienne montrant la position du site de Tabbet al-Guech à Saqqâra-Sud.
Vue aérienne montrant la position du site de Tabbet al-Guech à Saqqâra-Sud.

La découverte de nombreuses pyramides de reines autour de la pyramide de Pépy I (1987-2007) a ouvert de nouveaux horizons pour les recherches historiques de la VIᵉ dynastie. Toutefois, l’histoire memphite de cette dynastie bute actuellement sur un point précis: l’absence totale de pyramides de la moitié des pharaons attestés par les listes royales. La plus connue de ces listes, et certainement la plus fiable, est la Liste Royale d’Abydos (XIXᵉ dynastie) qui mentionne les noms de huit pharaons à l’endroit où l’on s’attend à trouver les souverains de la VIᵉ dynastie: Téti, Ouserkarê, Méryrê (Pépy I), Mérenrê I, Néferkarê (Pépy II), Mérenrê II, Nétjerkarê et Menkarê. Si les complexes pyramidaux de Téti, Pépy I, Mérenrê I et Pépy II ont été identifiés en 1880-1881, ceux des quatre autres pharaons restent inconnus à ce jour.

L’objectif principal des fouilles à Tabbet al-Guech est d’apporter une preuve archéologique de l’existence du complexe funéraire d’au moins un de ces rois manquants, complexe funéraire qui serait l’élément architectural central d’une nécropole remontant à la VIᵉ dynastie.

Historique des fouilles

Le choix du site de Tabbet al-Guech – et plus particulièrement de son quart nord-ouest –, a été déterminé par plusieurs raisons. Il y a d’une part la position géographique très favorable, entre les pyramides de Djoser et Ounas au nord et celles de Pépy Iᵉʳ et Mérenrê Ier au sud, ce qui constitue un lieu probable pour l’établissement d’un monument royal. Un second argument qui a poussé à se diriger vers ce site est son emprise de 15 ha, surface suffisamment grande pour accueillir une pyramide royale et son temple funéraire (environ 2 ha), mais aussi l’indispensable nécropole des particuliers dont les tombes sont généralement placées autour du tombeau du pharaon.

Les dernières campagnes de fouilles (2008-2011) ont confirmé que sur le site se trouve une nécropole de la VIᵉ dynastie, nécropole qui n’avait pas encore été repérée jusqu’à présent. La découverte de cette nécropole de la fin de l’Ancien Empire (c. 2300-2100 av. J.-C.) a été accompagnée par celles de la Première Période Intermédiaire (c. 2100-1900 av. J.-C.) et de la Basse Epoque (c. 600-300 av. J.-C.).

La mission a concentré ses efforts dans l’angle sud-est du site. La zone actuellement fouillée est un carré de 50x50 m, ce qui représente le quart d’un hectare, une superficie infime par rapport à la surface totale de la nécropole qui s’étale sur 15 ha. Même s’il s’agit d’un espace assez limité, l’occupation y est très dense.

Tombes de l’époque de l’Ancien Empire.

Tabbet al-Guech - Chapelle de Haounéfer.
Tabbet al-Guech - Chapelle de Haounéfer.

Six murs d’enceinte en briques crues, dont la taille varie de 4x8 m à 7x10 m (ht. max. de 3 m), protègent des cours à ciel ouvert taillées dans la montagne, où se trouve l’accès aux chapelles des tombes; de nombreux puits funéraires sont placés soit dans les cours, soit à l’intérieur des chapelles. Ce type d’architecture funéraire, un groupement de tombes protégées par un mur d’enceinte, est appelé par les Égyptiens per-djet (maison d’éternité). Quatre des six maisons d’éternité actuellement identifiées sont en cours de dégagement et de restauration; il s’agit de celles de Khnoumhotep, de Pépyânkh et de Khoui et de Her-néfer. Les travaux dans le per-djet de Khnoumhotep sont les plus avancés : la cour donne accès à cinq chapelles, dont celle – réutilisée – de Haounéfer, connue par ses magnifiques reliefs polychromes, et celle de Khnoumhotep, où douze statuettes en calcaire à son image ont été trouvées.






Tabbet al-Guech - Statuettes de Khnoumhotep.
Tabbet al-Guech - Statuettes de Khnoumhotep.

Les trente-trois puits du complexe de Khnoumhotep ont été fouillés. Dans le per-djet de Pépyânkh, qui est postérieur à celui de Khnoumhotep, la cour et sa chapelle sont déjà dégagées, ainsi que son puits funéraire. Au moins cinq chapelles et une trentaine de puits appartiennent à ces ensembles. Au milieu de la cour du complexe de Khoui, à presque un mètre au-dessus du sol d’origine, se trouve le mastaba-maison intact de Khnoumredioui, datable de la Première Période intermédiaire. De la même époque, ont été identifiées trois autres tombes du même type, mais à l’extérieur, juste au nord du complexe de Her-néfer.

Tombes de la Basse Époque.

Tabbet al-Guech - Oushebtis de Patchaouef(em)aouineith.
Tabbet al-Guech - Oushebtis de Patchaouef(em)aouineith.

La mission archéologique a pu mettre au jour une nécropole de la Basse Epoque, où doit se trouver la tombe d’un grand personnage, probablement celle de Patchaouef(em)aouineith, propriétaire de deux magnifiques oushebtis de la XXVIᵉ dynastie qui ont été découverts près de la chapelle-temple de la tombe.

La fouille de la nécropole tardive a permis de mettre au jour une cinquantaine de petits mastabas en briques crues, pour la plupart intacts et dont la taille varie de 1,5x2 m à 4x6 m (ht. max = 0,50, ainsi qu’une cinquantaine d’enterrements placés dans le sable (les corps momifiés ou non peuvent être déposés dans des sarcophages constitués d’éléments de calcaire réutilisés, dans des cercueils en bois ou en poterie, dans des nattes végétales, ou alors directement dans le sable).

Perspectives

Les travaux de dégagement de la totalité des puits dans le per-djet de Khnoumhotep achevés, il restera à faire la fouille et la restauration des maisons d’éternité de Pépyânkh, de Khoui et de Her-néfer avec leurs nombreux puits funéraires et chapelles. La fouille du mastaba-maison de Khnoumredioui sera essentielle pour mieux comprendre l’occupation de la Première Période intermédiaire, une époque encore mal connue à Saqqâra-Sud. Le dégagement de la tombe du grand personnage de la Basse Époque (puits saïte) demandera la mise en œuvre d’importants moyens. Il est clair que pour comprendre l’occupation de ce site, il faudrait faire des sondages à l’endroit où a été identifié en 2003, au moyen de la géophysique, les traces de structures faisant penser à une pyramide détruite et un temple funéraire, qui s’étalent à partir de trente mètres à l’ouest de la bordure occidentale de la partie de nécropole dégagée.

Bibliographie sélective

  • V. Dobrev, «A New Necropolis from the Old Kingdom at South Saqqara», dans M. Bárta (éd.), The Old Kingdom Art and Archaeology. Proceedings of the Conference held in Prague, May 31 - June 4, 2004, Prague, 2006, p. 127-131, pl. III-IV.
  • V. Dobrev, «Old Kingdom Tombs at Tabbet al-Guesh (South Saqqara)», dans M. Bárta, F. Coppens et J. Krejci (éds.), Abusir and Saqqara in the Year 2005 (June 27 - 30, 2005), Prague, 2006, p. 229-235, pl. III-VI.
  • V. Dobrev, «Quest for the Lost Kings of Dynasty 6», dans F. Raffaele, M. Nuzzolo, I. Incordino (éds.), Recent Discoveries and Latest Researches in Egyptology. Proceedings of the First Neapolitan Congress of Egyptology, Naples, June 18th-20th 2008, Wiesbaden, 2010, p. 51-65
  • Lozachmeur, V. Dobrev, «Nouvelle inscription funéraire araméenne à Saqqâra», Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Avril-Juin 2008, Paris, 2008, p. 911-927.

Liens web