Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Médamoud

flèche chronologique de -2050 à 400 env.

Plan topographique simplifié du site de Médamoud.
Plan topographique simplifié du site de Médamoud.

Nom du site actuel et antique: Médamoud (Madou).

Responsable: Félix Relats-Montserrat (membre scientifique à l'Ifao).

Collaborations: Emmanuel Laroze (architecte CNRS UMR 8167), Gaël Pollin (photographe, IFAO), Franck Burgos (tailleur de pierre, CNRS UMR 8167), Hassan Mohamed Ahmed (Laboratoire de restauration, IFAO), Leila Menassa El-Zéni (dessinatrice, IFAO).

Institutions partenaires: CFEETK.

Financement: Univ. Paris IV, Centre de Recherches Égyptologiques de la Sorbonne (CRES) / CNRS UMR 8167, composante Mondes Pharaoniques.

Dates du chantier: chaque année, mi-septembre à mi-décembre.

Vue générale des blocs et de la porte de Tibère.
Vue générale des blocs et de la porte de Tibère.

Situé à 4 km au nord-est de Karnak, le village moderne de Médamoud est en partie implanté sur les kôms de l’antique Madou, la plus septentrionale des villes de Montou. Entre 1925 et 1932, puis en 1938-1939 l’Institut français d’archéologie orientale du Caire y mena des fouilles à la demande de Georges Bénédite pour le compte du musée du Louvre. Fernand Bisson de la Roque dégagea successivement le grand temple gréco-romain et les aménagements qui s’y rattachent, sur les restes des temples du Moyen et du Nouvel Empire ainsi que deux églises et des quartiers d’habitation d’époques hellénistique et romaine. Étienne Drioton, Jacques Jean Clère, Rémy Cottevielle-Giraudet, Clément Robichon et Alexandre Varille collaborèrent à ces travaux et aux volumes de Rapports préliminaires publiées dans FIFAO III/1-IX/1,3, XIII; RAPH 11).

Historique de l’opération

L’objet de l’actuel programme est d’une part l’étude, la publication et l’anastylose du propylône de Tibère, ouvert dans l’enceinte d’Auguste et donnant accès au temple gréco-romain, d’autre part la reprise de l’étude globale du site et du matériel en provenant dans l’objectif de la rédaction d’une monographie sur son histoire.

La porte de Tibère s’est écroulée entre la visite en 1743 de Richard Pococke, qui décrit et reproduit la façade encore debout, et l’expédition de Bonaparte qui a donné lieu à la publication de la Description de L’Égypte un demi-siècle plus tard. En 1926, le Service des antiquités égyptiennes transporte sur une éminence voisine l’ensemble des 900 blocs tombés. Étienne Drioton, chargé par Fernand Bisson de la Roque de les inventorier, ne publie que deux articles portant sur une partie des décors et inscriptions des soubassements de la porte encore en place. Clément Robichon, quant à lui, réalise une couverture photographique en noir et blanc ainsi qu'un puzzle photographique des faces de la porte. Le résultat de son travail fut remis à Serge Sauneron qui, à son tour, confie à Dominique Valbelle, en 1974, l’édition du décor de cette porte monumentale. Entre cette date et 1983 sont réalisés une copie des inscriptions par Dominique Valbelle et le dessin des scènes par Leïla Menassa el-Zéni.

Bloc de linteau.
Bloc de linteau.

Interrompu pendant vingt-huit ans, le travail reprend en 2011 dans le cadre d’une coopération entre l’Institut français d’archéologie orientale et l’université Paris-Sorbonne (Paris IV)/UMR 8167 «Orient et Méditerranée», composante «Mondes pharaoniques», avec l’aide du Ministère des antiquités égyptiennes et du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak. Une étude architecturale de la porte est entreprise par Emmanuel Laroze avec la collaboration de Franck Burgos, tailleur de pierre. Des banquettes sont aménagées pour stocker les blocs dans de meilleures conditions et la consolidation d’une partie d’entre eux sera entreprise par les soins d’Hassan Mohammed Ahmed, restaurateur (Ifao). Une nouvelle couverture photographique est en cours par Gaël Pollin (Ifao) pour fournir une illustration aux normes actuelles de l’édition et pour permettre la réalisation du fac-similé des inscriptions. L’étude des remplois ramessides et ptolémaïques de la porte ont été confiés à Félix Relats. Elle s’inscrit dans une révision de la documentation de ces périodes.

Perspectives

L’édition de la porte de Tibère, révélatrice des cultes pratiqués dans le temple auquel elle donnait accès, s’accompagnera d’un projet d’anastylose qui pourrait déboucher, dans quelques années, sur le remontage du monument. Une prospection géomagnétique sur l’ensemble du site est envisagée dans la perspective d’une nouvelle étude des enceintes. Une nouvelle publication du contenu des magasins du site a été entreprise.

Bibliographie

Medamud

flèche chronologique de -2050 à 400 env.

Simplified topographic plan of the Medamud site.
Simplified topographic plan of the Medamud site.

Present and ancient site name: Medamud / Madu (Madou).

Supervisor: Dominique Valbelle (Univ. Paris IV-Sorbonne - CNRS UMR 8167 «Orient et Méditerranée»).

Collaborators: Emmanuel Laroze (architect CNRS UMR 8167), Gaël Pollin (photographer, IFAO), Félix Relats Montserrat (doctoral student Labex RESMED, Univ. Paris IV-Sorbonne), Franck Burgos (stonemason, CNRS UMR 8167), Hassan Mohamed Ahmed (Restoration Laboratory, IFAO), Leila Menassa El-Zéni ((illustrator, IFAO).

Partner institution: CFEETK.

Funding: Univ. Paris IV, Centre de Recherches Égyptologiques de la Sorbonne (CRES) / CNRS UMR 8167, “Mondes Pharaoniques” section.

Campaign dates: yearly from mid-September to mid-December.

General view of blocks from Tiberius’ gate.
General view of blocks from Tiberius’ gate.

Located some 4 km north-east of Karnak, the modern village of Medamud sits partly upon the koms of ancient Madu, the most northerly of the towns of Montu. Between 1925 and 1932, and again in 1938-39, the IFAO undertook excavations for the Louvre Museum at the request of Georges Bénédite. Fernand Bisson de la Roque unearthed the great Graeco-Roman temple and the developments attached that sat upon the remains of the Middle and New Kingdom temples as well as two churches and residential quarters of the Hellenistic and Roman periods. Étienne Drioton, Jacques Jean Clère, Rémy Cottevielle-Giraudet, Clément Robichon and Alexandre Varille were to collaborate in these works and in the volumes of Rapports préliminaires that were published in the FIFAO III/1-IX/1,3, XIII; RAPH 11.

Site history

The present aim of the project is, on the one hand, the study, publication and anastylosis of the propylon of Tiberius that opens in the Augustan walls giving access to the Graeco-Roman temple, and on the other, the resumption of the overall study of the site and its material with the intention of writing a monograph on its history.

The gateway of Tiberius collapsed at some moment between the visit in 1743 of Richard Pococke, who described and drew the still-standing façade, and Bonaparte’s Egyptian Expedition that ultimately led to the publication of the Description de L’Égypte half a century later. In 1926, the Egyptian antiquities service transported the 900 fallen blocks to a nearby knoll. Étienne Drioton was given the job of producing an inventory of the ensemble by Fernand Bisson de la Roque but he only published two articles concerning a part of the decoration and inscriptions on the lower sections of the gateway that were still in place. Clément Robichon then undertook a black and white photographic coverage, as well as a photo collage of the surfaces of the gateway. The results of this work were then handed on to Serge Sauneron, who in turn entrusted Dominique Valbelle, in 1974, with the publishing of the decoration of this monumental door. Between this latter date and 1983, Valbelle copied the inscriptions and Leïla Menassa el-Zéni drew the scenes.

Block from the lintel.
Block from the lintel.

After a break of 28 years, work began again in 2011 as part of a cooperative venture between the IFAO and the University of Paris-Sorbonne (Paris IV)/UMR 8167 “Orient et Méditerranée”, “Mondes pharaoniques” section, with the assistance of the Egyptian Ministry of State for Antiquities and the Franco-Egyptian research centre of Karnak (CFEETK). Emmanuel Laroze, in collaboration with the stonemason Franck Burgos, has begun an architectural study of the gateway. Storage facilities have been made to keep the blocks in a better condition and the IFAO restorer Hassan Mohammed Ahmed has applied some strengthening measures to certain of them. Gaël Pollin of the IFAO has undertaken a new photographic coverage, in order to provide illustrations in line with today’s publication norms and also to help create an exact copy of the inscriptions. The study of re-used material from the Ramesside and Ptolemaic eras has been entrusted to Félix Relats. This is part of a review of the documentation from these periods.

Future perspectives

The publication of the Tiberius gateway, and what it reveals of the cults practiced in the temple to which it gave access, will be accompanied by an anastylosis project that could, after some years, end in the reassembly of the monument. A geomagnetic survey on the entirety of the site is planned as part of a up-dated study of the walls. A new publication of the contents of the site storehouses is underway.

Bibliography