Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Bouto

flèche chronologique de -350 à 640 env.

Nom du site: Bouto (Tell el-Fara'in)

Responsable: Ballet Pascale (univ. Poitiers - HeRMA EA 3811)

Collaborations

Amphorologues et céramologues: Valérie Le Provost (IFAO); Julie Marchand (doctorante, HeRMA, univ. Poitiers); Sylvie Marchand (IFAO); Loïc Mazou (doctorant, HeRMA, univ. Poitiers); Séverine Lemaître (HeRMA, univ. Poitiers); Mikaël Pesenti (doctorant allocataire, CCJ, univ. Aix-Marseille); Gonca Şenol (univ. Égée, Izmir); Kaan Şenol (univ. Égée, Izmir); Aude Simony (doctorante, HeRMA, univ. Poitiers); Archéologues: Grégory Marouard (Oriental Institute, Chicago et HeRMA, univ. Poitiers); Fathia Gaber, (doctorante, univ. Alexandrie); Philippe Mainterot (Herma, Univ. Poitiers); Elodie Rotté (doctorante, HeRMA, univ. Poitiers); Architecte-archéologue: Guy Lecuyot (IFAO, CNRS-ENS UMR 8546); Égyptologues: Sylvain Dhennin (IFAO); Åke Engsheden (univ. Uppsala); Hellénistes: Bérangère Redon (IFAO); Cornelia Römer (DAIK); M. Sief el-Din (univ. Caire); Autres spécialistes: Raymond Collet (cinéaste, CEALex); Thomas Faucher (numismate, IFAO); Mohammed Gaber (topographe, IFAO); Tomacz Herbich (géophysicien, Institut d'archéologie et de technologie, Varsovie); Abaid Mahmoud (restaurateur, IFAO); Marie-Dominique Nenna (verre, faïence, HiSoMa UMR 5189); Olivier Onézime (topographe, IFAO); André Pelle (photographe, CEALex); Christiane Petit-Hochstrasser (dessinatrice, chercheuse indépendante).


Agrandir le plan

Institutions en collaboration:

  • DAIK (Le Caire), détenteur de la concession
  • CSA et inspectorat de Kafr el-Scheikh
  • CEALex, USR 3134

Institutions partenaires:


Date du chantier: début mai à juin.


Situé dans la partie nord-ouest du Delta, au sud du lac Borollos, Bouto est l’un des principaux établissements urbains à l’est de la branche de Rosette. Marqué par une remarquable pérennité, ce site, qui perdure durant 5 millénaires, joua un rôle fondamental dans le processus d’unification politique du pays à la fin du IVᵉ millénaire. Cette période est traitée par l'Institut archéologique allemand (DAIK); le site étant également fouillé par nos collègues égyptiens du CSA.

Historique des travaux

Carte des secteurs fouillés depuis 2002.
Carte des secteurs fouillés depuis 2002.

Le programme présenté ici et mis en œuvre par l'équipe française, accueilli depuis 2001 sur la concession du DAIK, développe ses recherches dans la partie nord-est de Bouto (Kôm A et ses abords) se consacrant aux phases tardives, de la fin de la Basse Époque à la période islamique.

Après des enquêtes préliminaires (1999 à 2000), les opérations, de 2001 à 2006, ont porté sur les ateliers de potiers d’époques hellénistique et romaine. Grâce à la géophysique et aux prospections pédestres, les interventions ont en premier lieu concerné le repérage des unités de production et l’extension du tissu industriel gréco-romain. Les fouilles ont permis de découvrir des ateliers d’époque impériale, avec deux types de fours correspondant à deux modes de production. Le premier type (mode C), qui a recours au système de la cuisson par rayonnement au moyen de tubulures, produit des céramiques fines rouges imitant les sigillées orientales et occidentales; le second (mode A), de type traditionnel, produit de la céramique commune.

Carte des secteurs fouillés. Partie nord-est du Kôm A.
Carte des secteurs fouillés. Partie nord-est du Kôm A.

De 2007 à 2011, les objectifs de la mission concernaient, dans les limites chronologiques définies ci-dessus, l’étude d'un établissement – son évolution et ses fonctions –, ce qui a été réalisé par le biais de sondages dans la partie nord-est du Kôm A. Il s’agissait de cerner les liens existant entre le maillage urbain et les activités de productio, et d’en suivre l’évolution. Ici, trois types d’espaces - habitat, production et lieux de sociabilité - coexistent ou se succèdent, fournissant une grille de lecture susceptible d’éclairer l’histoire de Bouto.

Le secteur P5 (G. Marouard, M. Pithon, P. Ballet), localisé sur la frange orientale du Kôm A, fouillé de 2007 à 2010, comprend un quartier d’époque ptolémaïque où des bâtiments à caractère domestique, des rues et des espaces extérieurs ont été identifiés; il est converti en zone artisanale (four de potier du mode C) à la fin de la période hellénistique - début de l’époque impériale. Son évolution se caractérise par trois grandes phases durant lesquelles alternent les cycles de construction, d’occupation et de reconstruction, ces derniers souvent bien marqués par les tranchées ou fosses de fondation et les reprises régulières des maçonneries. La première phase (fin de la Basse Époque) correspond à la construction d’un enclos dans un secteur déjà urbanisé; la deuxième phase (fin du IVᵉ s. au début du Iᵉʳ s. av. J.-C.) marque le développement d’un quartier d’habitat hellénistique, à l’ouest de l’enclos; une troisième phase (fin du Iᵉʳ s. av. J.-C. au début du IIᵉ s. apr. J.-C.) correspond aux activités de potiers pratiquant la cuisson des fours du mode C.

P5. Vue générale du quartier d'habitat d'époque ptolémaïque; vue vers l'ouest (©M. Pithon).
P5. Vue générale du quartier d'habitat d'époque ptolémaïque; vue vers l'ouest (©M. Pithon).
P5. Dispositif de ventilation en place dans la chambre de chauffe du four à tubulures 5280; vue vers le nord-ouest (©G. Marouard).
P5. Dispositif de ventilation en place dans la chambre de chauffe du four à tubulures 5280; vue vers le nord-ouest (©G. Marouard).

Pour cerner l’extension des ateliers à l’échelle du site et leur mode d’implantation, plusieurs sondages ont été ouverts (G. Marouard, M. Pithon, P. Ballet): à proximité du secteur P5, le secteur P6 est en fait lié à une occupation domestique d’époque impériale, et non à une activité de production; au nord du Kôm A, un four de potier de la même période (P11) a été converti dans la production de chaux ; dans la dépression située entre le Kôm A et le Kôm C, le secteur P7 correspond à des activités de chaufourniers, datées de la fin de la période byzantine et du début de la période islamique, faisant écho aux sources écrites médiévales plus tardives; au sud du Kôm C, le secteur P9 est un habitat, de la fin de la Basse Époque et/ou du tout début de la période ptolémaïque, ayant subi un incendie.

P10. Vue générale des bains à la fin de la campagne 2011; vue vers le nord (G.
Lecuyot, B. Redon).
P10. Vue générale des bains à la fin de la campagne 2011; vue vers le nord (G. Lecuyot, B. Redon).

Secteur P 10 (G. Lecuyot, B. Redon). Entreprise en 2008, la fouille du complexe balnéaire, dégagé par l’Egypt Exploration Society dans les années soixante, a permis d’entreprendre une analyse complète de l’édifice – à l’exclusion de la phase terminale qui, hormis quelques radiers de sols, a disparu. Cette étude a fait émerger des problématiques nouvelles, à la lumière des travaux menés dans le cadre du programme Balnéorient. Une première phase de l'édifice (datée du IIᵉ s. av. J.-C. par les Anglais, ce qui semble confirmé par nos premiers travaux) laisse apparaître les arases d’une rotonde (tholos) comprenant vingt et une cuves plates, organisation typique du bain grec. En 2010 et en 2011, l’étude d'une deuxième phase, d’un grand intérêt pour l’histoire des bains en Égypte, a pu être complétée. En effet, dans le cadre architectural d’un bain de tradition grecque, on relève des innovations d'influence romaine. Cette phase, datée du début de notre ère, correspond donc à un élément de transition entre les deux formes balnéaires.

Perspectives

Après l’étude des relations existant entre les ateliers et la ville, on s'oriente désormais vers une recherche qui porte sur les zones de Basse Époque et des périodes ptolémaïque, romaine, byzantine et islamique, grâce à une approche extensive du site étayée par des sondages. Ces opérations conjointes sont destinées à mettre en valeur les grandes mutations de l’occupation tardive jusqu’à la période islamique.

In fine, l’ensemble de ces opérations est destiné, d'une part, à situer l’ancrage régional de Bouto et sa place par rapport aux autres sites urbains du Delta et, d'autre part, à saisir les principales évolutions qui la caractérisent. En parallèle, l'archéologie des édifices balnéaires sera poursuivie selon deux modalités : la fin de la fouille du bâtiment P10 et la mise en place d’une politique de valorisation dans le cadre d’une coopération avec le SCA (Inspectorat de Kafr el-Cheikh). Outre les opérations de terrain, une équipe est chargée du regroupement et de l’analyse des sources textuelles afin d'étudier l'histoire de Bouto sur la longue durée, depuis les dernières dynasties pharaoniques jusqu'à la période islamique.


Bibliographie sélective

  • P. Ballet, F. Béguin, Th. Herbich, G. Lecuyot, A. Schmitt, «Recherches sur les ateliers de potiers de Bouto, aux époques hellénistique et romaine (Secteurs P1 et P2). Campagnes 2001 et 2002», dans U.Hartung et alii, «Tell el-Fara'in – Buto. 8. Vorbericht », MDAIK 59, 2003, p. 233-250.
  • P. Ballet, F. Béguin, G. Lecuyot, A. Schmitt, «De nouvelles technologies céramiques à Bouto?», dans L'apport de l'Égypte à l'histoire des techniques. Méthodes, chronologie et comparaisons, BiEtud 142, IFAO, Le Caire, 2006, p. 15-30.
  • P. Ballet, Fr. Béguin, Th. Herbich, G. Lecuyot, A. Schmitt, «Recherches sur les ateliers hellénistiques et romains de Bouto (Delta)», Actes du neuvième congrès international des égyptologues, Grenoble, 6-12 septembre 2004, Orientalia Lovaniensia Analecta 150, Louvain-Paris-Dudley, 2007, p.133-143.
  • P. Ballet, Fr. Béguin, D. Dixneuf, G. Lecuyot, M.-D. Nenna, A. Schmitt, G., K. Şenol, «Les ateliers de potiers et les secteurs nord et nord-est du Kôm A (2003-2005) », dans U. Hartung et alii, «Tell el-Fara'in – Buto. 9. Vorbericht» MDAIK 63, 2007 [2009], p. 125-151.
  • P. Ballet, G. Lecuyot, G. Marouard et M. Pithon, «Les ateliers et la ville de la fin de la Basse Époque à l'Antiquité tardive», dans U. Hartung et alii, «Tell el-Fara'in – Buto. 10. Vorbericht», MDAIK 65, 2009 [2011], p. 133-158.
  • D. Dixneuf, Amphores égyptiennes: production, typologie, contenu et diffusion (III siècle av. J.-C. - IX siècle apr. J.-C.), EtudAlex 22, 2011 (ouvrage alimenté par les données issues des fouilles françaises de Bouto).
  • B. Midant-Reynes et S. Denoix (éd.), «Bouto – Tell el-Faraʽin. Les ateliers et la ville, de la fin de la Basse Époque» dans «Travaux de l’Institut français d’archéologie orientale 2009-2010», BIFAO 110, 2010, p. 415-420.
  • P. Ballet, G. Lecuyot, G. Marouard, M. Pithon et B. Redon, «Et la Bouto tardive?», BIFAO 111, 2011, p. 75-100.
  • M. Abd el-Rafa Fadl, G. Lecuyot, et B. Redon, «Les bains égyptiens. Bouto et ses complexes balnéaires», Archéologia 503, 2012, p. 22-27.
  • G. Lecuyot et B. Redon, « Les bains de Tell el-Faraʽin / Bouto (Égypte) », Actes du colloque Balnéorient, Damas 2009, à paraître.
  • P. Ballet, Fr. Béguin, G. Lecuyot et A. Schmitt, avec la collaboration de D. Dixneuf, T. Herbich, V. Le Provost, M.-D. Nenna, K. et G. Senol, Recherches sur les ateliers hellénistiques et romains de Bouto. Prospections et sondages (2001-2006), Archäologische Veröffentlichungen 110, Le Caire (en cours de maquettage).

Buto

flèche chronologique de -350 à 640 env.

Site name: Buto (Tell el-Fara'in)

Supervisor: Ballet Pascale (Univ. Poitiers - HeRMA EA 3811)

Collaborators

Amphorologists and ceramologists: Valérie Le Provost (IFAO); Julie Marchand (PhD student, HeRMA, Univ. Poitiers); Sylvie Marchand (IFAO); Loïc Mazou (PhD student, HeRMA, Univ. Poitiers); Séverine Lemaître (HeRMA, Univ. Poitiers); Mikaël Pesenti (PhD student, CCJ, CCJ, Univ. Aix-Marseille); Gonca Şenol (Ege Univ., Izmir); Kaan Şenol (Ege Univ., Izmir); Aude Simony (PhD student, HeRMA, Univ. Poitiers); Archaeologists: Grégory Marouard (Oriental Institute, Chicago and HeRMA, Univ. Poitiers); Fathia Gaber, (PhD student, Univ. Alexandrie); Philippe Mainterot (Herma, Univ. Poitiers); Elodie Rotté (PhD student, HeRMA, Univ. Poitiers); Architect-archaeologist: Guy Lecuyot (IFAO, CNRS-ENS UMR 8546); Egyptologists: Sylvain Dhennin (IFAO); Åke Engsheden (Univ. Uppsala); Hellenists: Bérangère Redon (IFAO); Cornelia Römer (DAIK); M. Sief el-Din (Univ. Cairo); ther specialists: Raymond Collet (cinematographer, CEALex); Thomas Faucher (numismatist, IFAO); Mohammed Gaber (topographer, IFAO); Tomacz Herbich (geophysicist, Institute of Archaeology and Technology, Warsaw); Abaid Mahmoud (restorer, IFAO); Marie-Dominique Nenna (glass, faïence, HiSoMa UMR 5189); Olivier Onézime (topographer, IFAO); André Pelle (photographer, CEALex); Christiane Petit-Hochstrasser (illustrator, independent researcher).


Agrandir le plan

Collaborating institutions:

  • DAIK (Cairo), concession holder
  • SCA and Kafr el-Sheikh inspectorate
  • CEALex, USR 3134

Partner institutions:


Campaign dates: beginning of May to end of June.


Located south of Lake Borollos in the north-west of the Nile Delta, Buto is one of the principal urban settlements to the east of the Rosetta branch. Noteworthy for its continued existence, this site lasted for some five millennia and played a fundamental role in the process of unification of the country at the end of the 4th millennium. This period is being studied by the German Archaeological Institute (DAIK), while the site is also being excavated by our colleagues in the SCA.

Historique des travaux

Map of the sectors excavated since 2002.
Map of the sectors excavated since 2002.

The programme presented here is the work of a French team that has been welcomed onto the DAIK concession since 2001. The research is concentrated in the north-east of Buto (Kom A and surrounds) and is looking at more recent phases, from the end of the Late Period until the Islamic era.

After preliminary investigations (1999 to 2000), the work from 2001 to 2006 has centred on the pottery workshops of the Hellenistic and Roman periods. Using both geophysical inspection and on-foot investigations, the initial interventions involved the locating of Graeco-Roman production units and associated industrial activity. Excavations have revealed Imperial era workshops with two types of kiln corresponding to two types of production. The first type (C), using a system of radiation firing with piping, produced fine red ceramics that imitated eastern and western sigillata ware; the second (A) was the traditional type that produced common ceramic ware.

Map of the excavated sectors. North-east part of Kom A.
Map of the excavated sectors. North-east part of Kom A.

From 2007 to 2011, the aims of the mission, within the chronological limits defined above, concerned the study of a settlement - its evolution and function - and this involved taking soundings in the north-east part of Kom A. The task was to understand the links existing between the urban layout and the production activities, and then follow the evolution. There were three types of space - housing, production and social - that coexisted or succeeded each other, and these provided a framework through which we hoped to shed light upon the history of Buto.

Sector P5 G. Marouard, M. Pithon, P. Ballet), located on the eastern edge of Kom A, was excavated from 2007 to 2010 and contains a Ptolemaic era district where buildings of a domestic character, roads and exterior spaces have been identified. It was converted into a workshop zone (Type C pottery kiln) at the end of the Hellenistic period - beginning of the Imperial period. Its evolution is characterised by three major phases during which there were cycles of construction, occupation and reconstruction, and the latter cycles are often clearly marked by foundation trenches or ditches and the regular re-use of masonry. The first phase (end of the Late Period) corresponds to the construction of an enclosure in an already urbanised sector; the second phase (end of 4th century to beginning 1st BC) sees the development of a Hellenistic residential quarter to the west of the enclosure; the third phase (end of 1st BC to beginning 2nd AD) corresponds to the activities of potters practicing Type C firing.

P5. General view of the Ptolemaic era residential quarter, looking towards the west (© M. Pithon).
P5. General view of the Ptolemaic era residential quarter, looking towards the west (© M. Pithon).
P5. Ventilation system in the firing chamber of kiln with piping 5280, looking towards the north-west (©G. Marouard).
P5. Ventilation system in the firing chamber of kiln with piping 5280, looking towards the north-west (©G. Marouard).

Several exploratory trenches were opened (G. Marouard, M. Pithon, P. Ballet) in order to understand the extension of the workshops on the scale of the site and the way they were installed. Close to sector P5, the sector P6 is in fact linked to domestic occupation of the Imperial period and not to production activity. North of Kom A, a pottery kiln of the same period (P11) had been converted to chalk production. In the depression between Kom A and Kom C, sector P7 was an area of lime-burning activity dated to the end of the Byzantine and beginning of the Islamic period that recalled the later medieval written sources. South of Kom C, sector P9 was housing from the end of the Late Period and/or the every beginning of the Ptolemaic era that had suffered a fire.

P10. General view of the baths at the end of the 2011 campaign, looking towards the north (G. Lecuyot, B. Redon).
P10. General view of the baths at the end of the 2011 campaign, looking towards the north (G. Lecuyot, B. Redon).

Sector P10 (G. Lecuyot, B. Redon). Begun in 2008, the excavation of the bath complex that had been cleared by the Egypt Exploration Society in the 1960s, allowed for a complete analysis of the edifice, except for the very last phase, which, aside from some sections of flooring, has disappeared. This study revealed some new questions in the light of the work that has been done within the Balnéorient programme. The first phase of the building (dated to the 2nd century BC by the British and apparently confirmed by our initial work) shows the lower levels of a rotunda (tholos) that held 21 flat basins, the typical layout of a Greek bath. In 2010 and 2011, an examination of the second phase was completed and proved to be of great interest in the history of baths in Egypt. In fact, within the architectural framework of a bath in the Greek tradition, we noted innovations with Roman influence. This phase, dated to the beginning of the common era, corresponds to a transitionary element between the two bath forms.

Future perspectives

After studying the relationship between the workshops and the town, the follow-up will be towards research into the Late Period zones and those of the Ptolemaic, Roman, Byzantine and Islamic eras using a wide-angle approach backed up with soundings. These joint operations are intended to reveal the great changes from the late occupation until the Islamic period.

The ensemble of these operations is designed, on the one hand, to fix the regional position of Buto and its place in relation to the other urban sites of the Delta and, on the other, to grasp the principal changes that characterise it. At the same time, the archaeology of the bath complex will continue along two lines: the completion of the excavation of building P10 and the establishment of a development project in cooperation with the SCA (Kafr el-Sheikh Inspectorate). Beyond the on-site work, a team is in charge of gathering and analysing textual sources in order to study Buto over the long term, from the last Pharaonic dynasties until the Islamic period.


Selected bibliography

  • P. Ballet, F. Béguin, Th. Herbich, G. Lecuyot, A. Schmitt, «Recherches sur les ateliers de potiers de Bouto, aux époques hellénistique et romaine (Secteurs P1 et P2). Campagnes 2001 et 2002», in U.Hartung et alii, «Tell el-Fara'in – Buto. 8. Vorbericht », MDAIK 59, 2003, p. 233-250.
  • P. Ballet, F. Béguin, G. Lecuyot, A. Schmitt, «De nouvelles technologies céramiques à Bouto?», in L'apport de l'Égypte à l'histoire des techniques. Méthodes, chronologie et comparaisons, BiEtud 142, IFAO, Le Caire, 2006, p. 15-30.
  • P. Ballet, Fr. Béguin, Th. Herbich, G. Lecuyot, A. Schmitt, «Recherches sur les ateliers hellénistiques et romains de Bouto (Delta)», Actes du neuvième congrès international des égyptologues, Grenoble, 6-12 septembre 2004, Orientalia Lovaniensia Analecta 150, Louvain-Paris-Dudley, 2007, p.133-143.
  • P. Ballet, Fr. Béguin, D. Dixneuf, G. Lecuyot, M.-D. Nenna, A. Schmitt, G., K. Şenol, «Les ateliers de potiers et les secteurs nord et nord-est du Kôm A (2003-2005) », in U. Hartung et alii, «Tell el-Fara'in – Buto. 9. Vorbericht» MDAIK 63, 2007 [2009], p. 125-151.
  • P. Ballet, G. Lecuyot, G. Marouard et M. Pithon, «Les ateliers et la ville de la fin de la Basse Époque à l'Antiquité tardive», in U. Hartung et alii, «Tell el-Fara'in – Buto. 10. Vorbericht», MDAIK 65, 2009 [2011], p. 133-158.
  • D. Dixneuf, Amphores égyptiennes: production, typologie, contenu et diffusion (III siècle av. J.-C. - IX siècle apr. J.-C.), EtudAlex 22, 2011 (ouvrage alimenté par les données issues des fouilles françaises de Bouto).
  • B. Midant-Reynes et S. Denoix (éd.), «Bouto – Tell el-Faraʽin. Les ateliers et la ville, de la fin de la Basse Époque» in «Travaux de l’Institut français d’archéologie orientale 2009-2010», BIFAO 110, 2010, p. 415-420.
  • P. Ballet, G. Lecuyot, G. Marouard, M. Pithon et B. Redon, «Et la Bouto tardive?», BIFAO 111, 2011, p. 75-100.
  • M. Abd el-Rafa Fadl, G. Lecuyot, et B. Redon, «Les bains égyptiens. Bouto et ses complexes balnéaires», Archéologia 503, 2012, p. 22-27.
  • G. Lecuyot et B. Redon, «Les bains de Tell el-Faraʽin / Bouto (Égypte)», Actes du colloque Balnéorient, Damas 2009, à paraître.
  • P. Ballet, Fr. Béguin, G. Lecuyot et A. Schmitt, avec la collaboration de D. Dixneuf, T. Herbich, V. Le Provost, M.-D. Nenna, K. et G. Senol, Recherches sur les ateliers hellénistiques et romains de Bouto. Prospections et sondages (2001-2006), Archäologische Veröffentlichungen 110, Le Caire (en cours de maquettage).