Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Opérations scientifiques en cours

liste des opérations


17216

Paysages sonores

Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne

Musée du Louvre - C2RMF
IRCAM
Archéovision (UMS SHS 3D 3657)
LMC14 (CEA-Saclay)
Proche-Orient Caucase (CNRS UMR 7192)
DAIK – DAI Orient Abteilung.

CNRS - HiSoMA UMR 5189
EFA
Université de Poitiers / IUF
IRCAM
Cité de la musique – Philharmonie de Paris
Musée du Louvre

Sibylle Emerit (CNRS HiSoMA UMR 5189)
• Sylvain Perrot (CNRS UMR 7044 ARCHIMEDE Strasbourg)
• Alexandre Vincent (Université de Poitiers, membre junior de l’IUF)

• Dorothée Elwart, egyptologue (LabEx Hastec EPHE PSL Anhima UMR 8210)
• Anita Quiles, responsable du pôle Archéométrie (Ifao)
• Christophe Vendries, romaniste professeur (université Rennes 2 CNRS LAHM CReAAH UMR 6566)
• Nele Ziegler, assyriologue directeur de recherche (CNRS UMR 7192 Proche-Orient - Caucase)
• Hélène Guichard, égyptologue conservatrice (musée du Louvre)
• Benoît Mille, archéomètre (IE C2RMF)
• René Caussé, acousticien directeur équipe « acoustique instrumentale » (Ircam)
• Olivier Warusfel, acousticien directeur Équipe « espaces acoustique et cognitifs » (Ircam)
• Pascal Mora, ingénieur image 3D (Archéovision UMS SHS 3D 3657)
• Pierre Zignani, architecte-archéologue (IRAMAT UMR 5060)
• Victoria Asensi Amorós, égyptologue experte micrographie des bois (Xylodata)
• Ricardo Eichmann, archéologue directeur (DAI-Orient Abteilung)
• Susanna Schulz, luthière
• Lucile Beck, physicienne responsable de la plateforme nationale LMC14 (LMC14/CEA/CNRS/IRD)
• Ingrid Caffy (LMC14 CEA/CNRS/IRD)
• Emmanuelle Delque-Količ, ingénieur de Recherche CNRS (LMC14/CEA/CNRS/IRD)

Ce programme de recherche, inscrit au précédent quinquennal de trois Écoles françaises à l’étranger (Ifao, EfA, EfR), a permis l’émergence, dans les études consacrées aux mondes anciens, d’un champ disciplinaire nouveau, celui de l’anthropologie sonore, qui relève à la fois de l’histoire du sensible et de l’archéologie musicale. Les civilisations antiques (Égypte, Mésopotamie, Grèce, Rome) n’avaient jamais auparavant fait l’objet de recherches poussées sur l’étude des phénomènes sonores – sons, bruits, musique et silence – et de leur perception. Bien du travail reste à accomplir, car le champ couvert par l’anthropologie sonore est immense, et les actions menées dans le cadre du précédent quinquennal n’ont pu que défricher certains aspects dans le cadre de tables rondes internationales : définition de la notion de « paysage sonore », approche lexicographique du vocabulaire du son, artisanat des instruments de musique.

Le deuxième volet du programme comporte trois axes.
1) Il s’agit de poursuivre les recherches actuellement en cours sur les instruments de musique, que ce soit par la constitution d’un corpus commun aux mondes égyptien, grec et romain ou par l’analyse des procédés de fabrication.
2) Quant à la manière dont les Anciens percevaient et interprétaient les phénomènes sonores, nous l’abordons désormais plus particulièrement en fonction de la nature des espaces et de l’acoustique des lieux (phénomènes sonores extrêmes, vacarmes et silences).
3) La dernière thématique pose la question des circulations et transmissions des savoirs sur la longue durée, que ce soit à travers la diffusion des instruments de musique ou la réception de la musique antique.