Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

el-Licht : Capitale et Résidence royale de l'Égypte ancienne

Responsable: David Lorand ( Chercheur Associé, IFAO, Chargé de Recherches, FNRS, )

Collaborations: Jean-Charles Ducène, (ULB); Claire Malleson (AERA, ).

Sous le règne de Séhetepibrê Amenemhat Iᵉʳ, fondateur de la XIIᵉ dynastie (vers 1985 -1773 av. J-C.), une nouvelle «capitale» est créée, manifestement ex nihilo, pour y abriter la Résidence royale en lieu et place de Thèbes où siégeaient jusqu'alors les pharaons de la XIᵉ dynastie (vers 2055-1985 av. J-C.). Si elle est de toute évidence encore un important lieu de pouvoir durant une bonne partie de la XIIIᵉ dynastie (toujours sous forme de Résidence royale et de siège politique) (vers 1773-1650 av. J-C.), et si elle est encore attestée dans la documentation égyptienne dans les textes royaux de la XXVᵉ dynastie (vers 747-656 av. J-C.) comme entité urbaine, la ville d'Amenemhat-Itj-Taouy (littéralement «Amenemhat-saisit-le-Double-Pays») est en réalité très mal connue.

Ce programme de recherche tâche donc de constituer un corpus des attestations directes et indirectes de la ville d’Itj-Taouy, afin d’en cerner les caractéristiques géographiques (localisation d’après des lieux attestés par ailleurs), les éléments architecturaux éventuellement renseignés (temples, Résidence, …), les entités administratives qu’elle abrite le cas échéant (Trésor, …), son influence (politique, artistique, …) sur le reste du pays, et son histoire (avec notamment un volet toponymique pour tracer les attestations post-pharaoniques possibles dans les sources grecques, coptes et arabes, ainsi que les relations de voyageurs européens). Le point de vue est tout à la fois synchronique et diachronique.

Région de Licht cartographiée par les géographes de la Description de l'Égypte (Atlas topographique, Feuille 21)
Région de Licht cartographiée par les géographes de la Description de l'Égypte (Atlas topographique, Feuille 21)
Vue de la palmeraie au sud du village d'Ezbet el-Licht, depuis la nécropole de Sésostris Ier © D. Lorand 2009
Vue de la palmeraie au sud du village d'Ezbet el-Licht, depuis la nécropole de Sésostris Ier © D. Lorand 2009

Les recherches se développent également sur le terrain afin de repérer in situ les ultimes vestiges de la «capitale» du Moyen Empire. Une prospection pédestre, couplée avec des analyses géomorphologiques et satellitaires, doit permettre de délimiter l’extension de la ville et de confirmer – ou non – le rapprochement entre Itj-Taouy et le village moderne de el-Licht. La fouille de secteurs archéologiques repérés vient compléter les données récoltées dans les sources littéraires.

Plus globalement, ce programme de recherche interroge la nature d’une «capitale» à l’époque pharaonique et ce que cela recouvre réellement en terme d’urbanisme, de concentration de services administratifs et/ou militaires, … Il s’agit de comprendre de quoi est constituée une «capitale» et ce qui lui vaut d’être aujourd’hui considérée comme telle dans la littérature égyptologique (et si ce qualificatif était déjà pertinent dans l’Antiquité).

Actions et publications prévues

  • Prospections pédestres sur le site couplées avec des analyses géomorphologiques et satellitaires.
  • Fouilles archéologiques des secteurs potentiellement préservés accessibles.
  • Monographie consacrée à la ville d'Itj-Taouy / el-Licht, de sa fondation à aujourd'hui.

Bibliographie sélective

  • D. Lorand, «À la recherche de Itj-Taouy / el-Licht. À propos des descriptions et cartes du site au XIXᵉ siècle», dans M. Betro et G. Miniaci (éd.), Talking along the Nile. Ippolito Rosellini, travelers and scholars of the 19th century in Egypt, Actes du colloque organisé à l’Università degli Studi di Pisa, du 14 au 16 juin 2012, Pise, 2013, p. 137-150.
  • D. Lorand, «Un scribe sur les lieux de l’Histoire. À propos de l’ostracon MMA 32.1.119 et de la fréquentation des pyramides de Licht à la XIXᵉ dynastie», BIFAO 112, 2012, p. 225-241.
  • Cl. Malleson, «Investigating ancient Egyptian towns : a case study of Itj-tawy», dans R. Mairs, A. Stevenson (éd.), Current research in Egyptology 2005: Proceedings of the sixth annual symposium which took place at the University of Cambridge, 6-8 January 2005, Oxford, 2007, p. 90-104.

el-Lisht

Supervisor: David Lorand ( associate researcher, IFAO, Chargé de Recherches, FNRS, )

Collaboratorss: Jean-Charles Ducène, (ULB); Claire Malleson (AERA, ).

During the reign of Sehetepibre Amenemhet I, founder of the 12th dynasty (c. 1985 – 1773 BC), a new “capital” was created, seemingly out of nothing, to hold the royal residence in place of Thebes where until that time the pharaohs of the 11th dynasty had ruled the country (c. 2055 – 1985 BC). While the evidence would suggest that this remained an important seat of power as a royal residence and political centre during a good part of the 13th dynasty (c. 1773 – 1650 BC), and while still mentioned in royal texts of the 25th dynasty (c. 747 – 656 BC) as an urban centre, the town of Amenemhet-Itj-Tawy (literally “Amenemhet-Seizes-the-Two-Lands) is in reality hardly known.

This research project endeavours to create a corpus of direct and indirect testimony regarding the town of Itj-Tawy, in order to discern geographic characteristics (location according to subsequently mentioned sites), architectural elements possibly registered (temples, the Residence etc.), administrative units that it held, if any (Treasure etc.), its influence (political, artistic etc.) over the rest of the country, and its history (including a toponymic study to trace any possible post-pharaonic attestations in Greek, Coptic and Arabic sources, as well as in European travellers’ accounts). The approach is both synchronic and diachronic.

The region of Lisht as mapped by the geographers of  the Description de l'Égypte (Atlas topographique, plate 21).
The region of Lisht as mapped by the geographers of the Description de l'Égypte (Atlas topographique, plate 21).
View of the palm grove to the south of the village of Ezbet el-Lisht from the necropolis of Senwosret I © D. Lorand 2009.
View of the palm grove to the south of the village of Ezbet el-Lisht from the necropolis of Senwosret I © D. Lorand 2009.

Research will also be undertaken on the ground in order to reveal in situ the last vestiges of this Middle Kingdom “capital”. On-foot investigations will be coupled with geomorphological and satellite analyses and these should delineate the extent of the town and confirm, one way or the other, the connection between Itj-Tawy and the modern village of el-Lisht. An excavation of any archaeological sectors identified will complement the data gathered from literary sources.

On the wider scale, this research project will question the nature of a “capital” in the Pharaonic period and what that really includes in terms of urbanism, of concentration of administrative and/or military services etc. We will try to understand what constitutes a “capital” and what is required to be considered today as such in Egyptological literature, and if indeed this term was relevant in Antiquity.

Proposed activities and publications

  • On-foot investigations of the site coupled with geomorphological and satellite analyses.
  • Archaeological excavations of accessible and potential preserved sectors.
  • Monograph on the town of Itj-Tawy / el-Lisht, from its foundation until today.

Select bibliography

  • D. Lorand, «À la recherche de Itj-Taouy / el-Licht. À propos des descriptions et cartes du site au XIXᵉ siècle», in M. Betro et G. Miniaci (éd.), Talking along the Nile. Ippolito Rosellini, travelers and scholars of the 19th century in Egypt, Actes du colloque organisé à l’Università degli Studi di Pisa, from 14 to 16 juin 2012, Pise, 2013, p. 137-150.
  • D. Lorand, «Un scribe sur les lieux de l’Histoire. À propos de l’ostracon MMA 32.1.119 et de la fréquentation des pyramides de Licht à la XIXᵉ dynastie», BIFAO 112, 2012, p. 225-241.
  • Cl. Malleson, «Investigating ancient Egyptian towns : a case study of Itj-tawy», dans R. Mairs, A. Stevenson (éd.), Current research in Egyptology 2005: Proceedings of the sixth annual symposium which took place at the University of Cambridge, 6-8 January 2005, Oxford, 2007, p. 90-104.