Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Documents et archives de l’Égypte antique et médiévale

Responsables : Sylvie Denoix (IFAO), Jean Gascou (IRHT)

Collaborations : Ruey-Lin Chang (Doctorant, Université Strasbourg II), Jean-Luc Fournet (ÉPHE), Christian Muëller (CNRS – IRHT – UPR 841), Petra Sijpesteijn (CNRS – IRHT – UPR841), Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris IV, CNRS – UMR 5648).

Partenariats : CNRS – Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT – UPR 841) et ÉPHE.

Ce programme a pour ambition d’étudier l’histoire de l’Égypte de manière diachronique à partir de ses sources documentaires. Il s’agit de constituer et de valoriser des corpus. Les papyrus, ostraca, waqf-s en diverses langues, constituent une documentation que nous allons rendre disponible aux chercheurs.

Le projet vise en outre à confronter des spécialistes qui n’ont pas pour tradition de se rencontrer alors que les documents sur lesquels ils fondent leur recherche sont comparables. Ainsi, par exemple, la papyrologie en langues grecque et copte d'une part, et arabe de l'autre, n’ont jusqu’à présent que peu correspondu alors que pour étudier la période qui va de la conquête arabe à la réforme de ‘Abd al-Malik (fin VIIe-début VIIIe siècles) une analyse de cette double documentation est indispensable.

L’IFAO est dépositaire d’un certain nombre de documents issus des fouilles,rédigés sur des supports variés (payrus, ostraca) et en diverses langues (grec, copte, arabe). En partenariat avec les chercheurs de l’IRHT, nous continuerons à mener une politique d’inventaire et de conditionnement pour certains fonds (papyrus et ostraca en copte et grec) et nous la démarrerons pour d’autres (papyrus et ostraca en arabe), ceci articulé à nos thématiques de recherche comme la fiscalité à l'époque tardo-antique et omeyyade (Ruey-Lin Chang, Jean Gascou, Jean-Luc Fournet, Petra Sijpesteijn).

Une numérisation des papyrus de l’IFAO est envisagée. On suivra le cahier des charges établi et reconnu sur le plan national par Gilles Kagan (IRHT) pour que toute numérisation de documents soit conçue selon les normes en vigueur (dénominations et formats de fichiers etc.) et puisse ensuite être éventuellement mise en ligne.

Un autre ensemble majeur consiste en plusieurs milliers de documents dewaqfs concernant l’Égypte du XIIIe au XVIIIe siècle, analysés dans une basede données qui sera mise en ligne sur le site de l’institut. Les chercheurs pourront alors, grâce à cet outil, faire des interrogations sur la toponymie et l'anthroponymie égyptiennes médiévales, ainsi que sur des thématiques variés (établissement industriels pré-modernes, établissement économiques coptes, jardins urbains...). (Sylvie Denoix, Christian Gaubert, Mustafa Taher et Michel Tuchscherer).