Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Opérations scientifiques en cours

liste des opérations


22313

Environnements et sociétés

Origine des mutations des sociétés et des environnements en Égypte de l’Antiquité à la période médiévale : paramètres naturels et facteurs sociaux.

lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)

lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)

lien IdRef Maël Crépy (IFAO)
lien IdRef Ninon Blond (ENS de Lyon, laboratoire EVS (UMR 5600))

lien IdRef Maël Crépygéographe géomorphologue, membre scientifiqueIFAO
lien IdRef Ninon Blondmaîtresse de conférences en géographieENS de Lyon, laboratoire EVS (UMR 5600)

Écrire l’histoire des sociétés et du climat, ou plus largement de l’environnement, constitue l’un des grands enjeux de la recherche en Égypte, où les données historiques et archéologiques sont particulièrement complètes sur plusieurs millénaires. Traiter de ces problématiques avec rigueur nécessite de combiner des données environnementales et climatiques macro-régionales, archéologiques et historiques, et de géographie et de géomorphologie régionale, mais surtout de faire dialoguer directement des spécialistes de ces domaines de recherche (De Groot et al. 2021). Concernant l’Égypte, l’évolution climatique macro-régionale, et l’alternance de phases humides et arides est bien connue pour la période allant jusqu’il y a 5000 ans (Sanlaville 1997, Bubenzer et Riemer 2007). Pour les périodes plus récentes, en revanche, très peu de données géoarchéologiques et environnementales sont disponibles (Pennington 2019). Cette période de 5 millénaires correspond à une phase aride en place depuis la fin de l’African Humid Period (Blond et al. 2018, Sanlaville 1997) qui ne se traduit pas pour autant par une stabilité climatique totale (Bravard et al. 2016) ni par des conditions environnementales constantes : les contextes hydrogéologiques et les activités humaine ont en effet largement conditionnées les environnements, aux échelles locales à régionales (Crépy 2016, Crépy 2018, Flaux 2011). Malgré une connaissance encore très lacunaire des conditions environnementales régionales, des hypothèses d’impacts de changements environnementaux sur les mutations des sociétés ont été posées de manière précoces (par exemple, Bell 1971 ou Butzer 1984 à propos de la fin de l’Ancien Empire). De telles hypothèses déterministes sont encore développées actuellement (voir par exemple Manning et al. 2017 ou Stanley 2019). Pourtant, des données et des travaux géoarchéologiques (Bravard et al. 2016, Crépy et Callot 2016, Crépy et Boussac 2021, Flaux et al. 2021), archéologiques et historiques (Blouin 2014, Moeller 2015, Römer 2017) ne décrivent pas des sociétés égyptiennes qui subissent leurs environnements, mais démontrent au contraire leur capacité à les modifier considérablement.

Le projet environnement et sociétés vise donc à questionner les mutations socio-environnnementales de l’Égypte pour en décrire plus finement les facteurs et les mécanismes naturels et humains. Pour ce faire, il propose l’organisation de journées d’étude regroupant des spécialistes de différentes disciplines (philologie, histoire, archéologie, géoarchéologie, géohistoire) autour de problématiques socio-environnementales, et d’une réflexion sur le développement de méthodes interdisciplinaires permettant de mieux évaluer la part du social et de l’environnemental dans les grandes périodes de mutation connues par l’Égypte de l’Antiquité à nos jours.
La première, planifiée pour juin 2022, portera sur la période gréco-romaine.