Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Opérations scientifiques en cours

liste des opérations


17163

Christianisme égyptien

Culture matérielle du christianisme égyptien : les déserts Occidental et Oriental


lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)
🔗 Norvegian School of Theology, Religion and Society

lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)
🔗 Agence exécutive du Conseil européen de la recherche (ERCEA)
🔗 Norvegian School of Theology, Religion and Society

lien IdRef Victor Ghica (MF vitenskapelig høyskole)

lien IdRef Victor Ghicaarchéologue, professeur des universitésMF vitenskapelig høyskole
lien IdRef Zulema Barahona Mendietacéramologue, chercheur associéUMR 8167 (Orient et Méditerranée)
lien IdRef Andrea Di Miceliarchéologue topographeuniversité de Pérouse/ArcheoRes
lien IdRef Mennat-Allah El Dorryarchéobotaniste, post-doctorantMoTA
lien IdRef Sylvie MarchandcéramologueIFAO
lien IdRef Olivier Onézimetopographe
Per RathsmanarchitecteRathsman ArkitektKontor

Le programme "Culture matérielle du christianisme égyptien : les déserts Occidental et Oriental" s’articule autour de deux axes : l’étude systématique de la totalité des vestiges chrétiens dans les déserts égyptiens et la fouille du site monastique de Tell Ǧanūb Qaṣr al-ʿAǧūz, dans l’Oasis d’al-Baḥriyya. Le programme est mené conjointement avec le project "Deconstructing Early Christian Metanarratives: Fourth-Century Egyptian Christianity in the Light of Material Evidence", financé par le Conseil un Consolidator Grant du Conseil européen de la recherche.
Située à 2,4 km au sud/sud-est du qaṣr d’al-ʿAǧūz (sur le tronçon commun de trois pistes menant à la Vallée du Nil, Darb al-Masʿūdī, Darb al-Bahnasāwī et Darb al-Rūbī) et au nord-ouest et nord-est de ʿAyn Ǧaffāra et du Ǧabal al-Hafhūf, la zone archéologique de Tell Ǧanūb Qaṣr al-ʿAǧūz comprend six ensembles de bâtiments, éparpillés sur un périmètre de 80 000 m2. Le site est fouillé par l’Ifao depuis 2009 et cofinancé par MF vitenskapelig høyskole.

Les graffites mis au jour dans la partie troglodytique d’un des secteurs du site (GQA1) suggèrent une occupation monastique, hypothèse qu’étayent l’organisation spatiale du site ainsi que plusieurs éléments architecturaux caractéristiques des laures égyptiennes. L’examen de la céramique et les analyses C14 situent l’occupation monastique du site au Vᵉ et probablement aussi au début du VIᵉ siècle. Un possible niveau du IVᵉ siècle, mis en évidence par des monnaies découvertes lors de la dernière campagne mais très mal corroboré par le mobilier céramique, demeure en discussion.