Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Opérations scientifiques en cours

liste des opérations


21451

Etiquettes jarres DEM

Les étiquettes de jarre de Deir el-Medina. Contribution à l’histoire économique du Nouvel Empire


lien IdRef Laurent Bavay (Université libre de Bruxelles)
lien IdRef Pierre Tallet (Université Paris Sorbonne, UMR 8167)

lien IdRef Laurent Bavayégyptologue, professeur des universitésUniversité libre de Bruxelles
lien IdRef Pierre Talletégyptologue, professeur des universitésUniversité Paris Sorbonne, UMR 8167
lien IdRef Pamela Rosearchéologue, chercheurÖsterreichisches Archäologisches Institut

À la fin des années 1970, Yvan Koenig a entrepris, dans la collection des DFIFAO, la publication des étiquettes de jarres découvertes au cours des fouilles de l’Ifao sur le site de Deir el-Medina. Deux fascicules ont paru en 1979 et 1980, mettant à la disposition des chercheurs 498 inscriptions hiératiques qui figuraient sur des récipients de stockage ayant contenu des produits très variés :

Y. Koenig, Catalogue des étiquettes de jarres hiératiques de Deir el-Médineh. Fasc. 1. 6000-6241. Fasc. 2. 6242-6497, DFIFAO 21, Le Caire, 1979-1980.
L’ensemble du matériel inédit encore conservé dans les collections de l’Ifao à Mounira est composé de plus de 1500 étiquettes. L’intérêt de ce lot documentaire vient de sa grande diversité : à la différence de sites comme Malqata ou le Ramesseum, les étiquettes de jarre de DeM offrent une typologie complète de ce type de matériel, depuis la 18e dynastie jusqu’au règne de Ramsès XI.

L’étude et la publication de cet ensemble a été reprise en 1999 par Pierre Tallet, Sylvie Marchand et Laurent Bavay, avec une approche renouvelée. Jusque là en effet, les étiquettes de jarre n’avaient été envisagées qu’à travers les inscriptions hiératiques, donnant ainsi des listes de dates, de produits, de toponymes, d’anthroponymes, souvent difficiles à mettre en relation. S’agissant d’inscriptions portées directement sur les récipients pour en identifier le contenu, l’étude des amphores elles-mêmes permettait un classement plus pertinent, basé sur l’origine des productions. Il est ainsi rapidement apparu que les étiquettes de jarre se répartissaient en deux ou trois groupes d’origines différentes : les amphores égyptiennes, les amphores canaanéennes originaires de la région syro-palestinienne, et les amphores des oasis. L’origine des produits s’en est d’emblée trouvée précisée : huile d’olive, encens-snTr, miel et beurre clarifié sont ainsi clairement associés aux amphores cananéennes, dont l’étude a été menée en collaboration avec Janine Bourriau ; les amphores égyptiennes, caractérisée par leur fabrique correspondant aux Marl-D et F, ont principalement servi à contenir le vin des domaines vinicoles du Nord de l’Égypte ; les amphores des oasis, enfin, ont servi à transporter des produits variés, et en particulier le vin réputé de ces régions du désert Occidental. L’action spécifique proposée vise à achever la documentation de quelque 910 étiquettes de jarres égyptiennes ayant contenu du vin, et en finaliser la publication. Il s’agit principalement de reprendre un examen des pièces pour préciser l’identification des fabriques céramiques.

La documentation des étiquettes de jarres à vin a été réalisée par Pierre Tallet et Laurent Bavay en 1999-2000, et complétée en 2013. Une première présentation du projet a été donnée dans L. Bavay, S. Marchand, P. Tallet, « Les jarres inscrites du Nouvel Empire retrouvées à Deir al-Medina », CCE 6, 2000, p. 77-89.

Une étude des étiquettes de jarre sur amphores cananéennes et des scellements associés a également été publiée par L. Bavay, « Canaanite jars and jar sealings from Deir al-Medina. Scattered evidence of Egypt’s economic relations with the Levant during the New Kindgom », dans B. Eder, R. Pruzsinszky (ed.), Policies of Exchange: Political Systems and Modes of Interaction in the Aegean and the Near East in the 2nd Millennium B.C.E., OREA 2, Vienne, 2015, p. 129-140.