Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Opérations scientifiques en cours

liste des opérations


17133

Ouadi Sannour

Les exploitations de silex du Ouadi Sannur (Galâlâ nord)


lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)
lien IdRef 🔗 Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés (TRACES, CNRS, UMR 5608)
lien IdRef 🔗 École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
🔗 Fonds Khéops pour l’archéologie
🔗 Labex Structuration des mondes sociaux SMS (SMS)

lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)
🔗 Fonds Khéops pour l’archéologie
🔗 Labex Structuration des mondes sociaux SMS (SMS)

lien IdRef François Briois (CNRS‭ - ‬UMR 5608)
lien IdRef Béatrix Midant-Reynes (CNRS, UMR 5608 TRACES)

lien IdRef François BrioisarchéologueCNRS‭ - ‬UMR 5608
lien IdRef Béatrix Midant-Reynesarchéologue protohistorienne, directeur de recherche émériteCNRS, UMR 5608 TRACES
lien IdRef Pierre-Antoine Beauvaisarchéologueuniversité Ut2J (Toulouse)
lien IdRef Aurore CiavattiégyptologueIFAO
Mohamed GabertopographeIFAO
lien IdRef Mohamed Hamdangéoarchéologueuniversité du Caire

Le terrain d’étude est localisé sur la moitié sud occidentale du Gebel el Galâlâ el Baharia, dans le désert oriental, où le Ouadi Sannur prend sa source. Le programme est consacré à l’étude d’un vaste complexe minier, daté du début de l’époque pharaonique, qui a exploité de riches ressources de silex éocène pour la production de grandes quantités d’outils destinés aux sites consommateurs de la vallée du Nil. L’objectif est de géo-référencer toutes les carrières identifiées, de décrire les modes d’exploitation en fonction des dispositions géomorphologiques, d‘étudier des ateliers de production et les campements qui leur sont liés. La démarche s’inscrit dans une problématique plus large, celle d’une connaissance approfondie des modalités de production des outillages en silex sur les ateliers de taille égyptiens, où étaient fabriquées des quantités industrielles de lames et de couteaux bifaciaux, et de leur chronologie. La nature des silex exploités est aussi prise en compte puisqu’elle participe à une meilleure connaissance des matériaux utilisés pour l’industrie de la pierre taillée en Égypte pour les périodes pré-pharaoniques et pharaoniques.