Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Manifestations scientifiques

Abonnez-vous à la … Subscribe to the Mailing list :

<< précédente toutes les manifestations suivante >>
1289

Webinaire

Le jeudi 19 novembre 2020 à 10h00 (heure du Caire), IFAO géolocalisation IFAO

Édition numérique de corpus textuels complexes en égyptologie

Florence Albert & Chloé Ragazzoli

La journée se conçoit comme un moment d’échange et de discussion dont l’objectif est de poser les bases d’un cahier des charges pour une édition numérique de corpus textuels complexes qui prenne en compte tous les aspects des manuscrits.

Pour mener à bien cet objectif, on appuiera la discussion sur deux cas d’étude en écriture continue cursive, le hiératique : les ostraca littéraires de Deir el-Médina (éclats de calcaire ou tessons de poterie comportant des extraits de textes littéraires) et les papyrus de miscellanées (florilèges de textes sur le métier de scribe). L’exploitation numérique déjà bien mise en place sur les manuscrits médiévaux pourra être examinée comme source de solutions potentielles (cf. les travaux de Xavier Fresquet et Peter Stokes).

Afin d’assister au webinaire, veuillez remplir le formulaire lié pour vous inscrire.

Durant la journée, sur chaque corpus et chaque cas, on pourra se poser les questions suivantes :

-Comment encode-t-on ce qui n’est pas linguistique mais signifiant, comme le registre graphique, la script, la mise en page, le support ?

-Quelles les sont les solutions en termes d’interface pour l’utilisateur/lecteur pour rendre ses éléments perceptibles et exploitables ?

-Comment traite-t-on la question des versions parallèles d’un même texte, qui peuvent apparaître sur différents supports, dans des contextes et des usages différents ?

-Comment édite-t-on les variantes de corpus non-canoniques : la (re)production textuelle égyptienne repose sur la variation (paradigme de la contamination) et non sur la copie directe, rendant l’approche de la critique textuelle classique et de la stemmatique non opérante.

-Comment considère-t-on ces variations : des variantes d’un même texte (virtuel) ou des variations indépendantes mais liées par une même intertextualité ?

-Comment les humanités numériques permettent de dépasser/remplacer l’approche synoptique, peu opérante dans le cas égyptien.

-Comment interconnecterait-on ces éditions aux bases existantes (Ramsès, TLA, etc.)

Résumé :

L’édition numérique est un enjeu pour la publication des textes. Elle permet de mutualiser les données et favorise les recherches croisées sur de vastes corpus. Les avancées actuelles dans le domaine montrent l’intérêt de ce mode de publication en termes d’interopérabilité et d’accessibilité, pour les éléments internes des textes (encodages des translittérations et des traductions) et pour leurs métadonnées (description, informations de contexte, etc.). Cependant, une réflexion peut être engagée sur les différentes possibilités d’encodage des corpus « complexes », c’est-à-dire des corpus dont la matérialité (surface, tridimensionnalité : ostraca, cercueil, paroi des tombes) et les registres d’écriture (aspects paléographiques, encres, mains) doivent être pris en compte, au même titre que les textes, et intégrés dans les éditions comme éléments d’analyse.

Comment des données hétérogènes (texte, image de l’artefact, tridimensionnalité) peuvent être interconnectées ? Lorsqu’il s’agit de textes attestés sur différents supports et/ou dont les formes ne sont pas fixées (textes funéraires ou miscellanées par exemple ; phénomènes intertextuels ; diversité des sources et des scripts), quels sont les éléments de références à considérer ? Quelle hiérarchie des données adopter ? Comment créer un outil qui rende compte de manière pertinente la pluralité des approches pour conduire des recherches à la fois philologiques, matérielles, et sociales sur ces corpus ?

Dans le cadre du programme Écritures, l’enjeu est de s’interroger sur les perspectives offertes par les humanités numériques pour rendre compte dans l’édition même des corpus des éléments de sens non strictement linguistiques (choix du script, registres graphiques, disposition du texte dans l’espace, etc.) et de développer des méthodes qui permettent de systématiser l’analyse des corpus selon ce point de vue.

L’objectif de cette table ronde relativement informelle est de faire le point sur les projets en cours, les outils disponibles et les problèmes rencontrés.

Programme provisoire (heure française):

9h-9h15 : Accueil

9h15-9h40 : Introduction, corpus textuels complexes, humanités numériques et intelligence artificielle et présentation d’un projet ERC

9h40-10h10 : Peter Stokes : Présentation Archetype et questions

10h10-10h25 : Pause-Café à la maison

À partir de 10h25 : Questions et protocole, pour l’établissement d’un cahier des charges pour l’édition de corpus textuels complexes en Égypte.

Participants et intervenants :

Florence Albert (IFAO, ostraca littéraires)

Xavier Fresquet (Sorbonne Université, IREMUS)

Stéphane Polis (ULiège, projet Ramsès)

Chloé Ragazzoli (Sorbonne Université, papyrus de miscellanées)

Vincent Razanajao (Université de Bordeaux, Ausonius, système documentaire et plateforme numérique)

Serge Rosmorduc (Projet Ramsès, Jsesh)

Nathalie Sojic (ULiège, Projet Ramsès, ostraca littéraires)

Peter Stokes (EPHE, Archetype)

Afin d’assister au webinaire, veuillez remplir le formulaire lié pour vous inscrire.

En lien avec cet évènement