Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Une image, un commentaire…

Crispinus

Rêve de soldat, pierre errante

Brique d’hypocauste avec inscription grecque, trouvée par Jean-Pierre Brun en janvier 2000 dans la maçonnerie d’un silo tardif de la pièce jouxtant la chapelle du fortin de Didymoi (photo A. Bülow-Jacobsen).

« Moi, Vettius Crispinus, fantassin de la 1re cohorte des Lusitaniens, obéissant à une vision reçue en songe, j’ai fait le banquet, pour le bien. »

Ce texte rappelle vivement celui d’une autre inscription grecque, gravée sur une plaque de schiste et connue depuis plus d’un siècle : « Moi, […]s Crispinus, fantassin de la 1re cohorte des Lusitaniens, centurie de Serenus, j’ai entendu en songe : ‘fais le banquet du seigneur Sarapis’. Ce que j’ai fait, en action de grâce, pour le bien. » Dans l’Égypte romaine, les particuliers organisaient volontiers, par exemple à l’occasion des fêtes de famille, des banquets où Sarapis faisait office à la fois d’hôte et d’invité d’honneur. Sous son pieux habillage, le rêve de Crispinus a pu être déclenché par le désir tout prosaïque d’un festin bien arrosé entre camarades.

La plaque de schiste, aujourd’hui conservée à Berlin, fut achetée à Luxor en 1901 par l’égyptologue allemand Ludwig Borchardt. Elle n’avait, cependant, aucune raison particulière de provenir de Luxor. Seymour de Ricci, qui fut, en 1903, le premier à en publier le texte, lui attribua comme provenance Radasiya, nom d’un village situé sur la rive droite du Nil, face à Edfou. La raison tacite de cette attribution est que la cohors I Lusitanorum avait été, entre 131 et au moins 156 p.C., stationnée au camp de Contrapollonospolis, toponyme qui signifie « en face d’Apollonospolis » (nom antique d’Edfou). Toute trace archéologique de ce camp romain a disparu, mais on peut effectivement supposer qu’il se trouvait aux environs de l’actuel Radasiya.

En 1972, la plaque de schiste est republiée dans le recueil des inscriptions grecques d’Al-Kanâ’is. L’éditeur n’explicite pas ses raisons, mais on les devine :

(1) Une longue tradition, qui remonte à Lepsius, assigne abusivement au site d’Al-Kanâ’is le nom de Radasiya ; en effet, le village de Radasiya était au XIXe s. le point de départ des excursions vers Al-Kanâ’is, qui en était éloigné d’une cinquantaine de km.

(2) Au lieu-dit Al-Kanâ’is se trouve un temple rupestre aménagé sous Séthi Ier, dont les parois ont été colonisées à l’époque ptolémaïque par des graffiti grecs laissés par les voyageurs empruntant la route d’Edfou à Bérénice.

(3) Devant le sanctuaire est implanté un fortin. Ambivalence du toponyme Radasiya, concentration d’inscriptions grecques (mais majoritairement d’époque ptolémaïque), présence d’un fortin (mais hellénistique), proximité du camp de la cohors I Lusitanorum constituaient un faisceau d’indices, presque tous mal fondés.

La découverte à Didymoi d’un doublon, avec des variantes, de l’inscription acquise à Luxor, révèle la véritable provenance de celle-ci. Vettius Crispinus, dont l’unité était stationnée à Contrapollonospolis, avait été détaché à Didymoi, fortin contrôlant la route romaine de Koptos à Bérénice. Là, il avait rêvé que Sarapis, dieu omniprésent depuis le règne de Trajan dans les garnisons du désert Oriental, lui avait intimé un ordre. Or, comme l’écrit un fils à son père dans une lettre sur papyrus du début du IIIe s. p.C., « un homme ne peut pas dire non au seigneur Sarapis ». Crispinus commémora ces circonstances dans deux inscriptions qu’il plaça probablement dans la chapelle du fortin. L’une fut retrouvée vers 1900, l’autre en 2000.

Hélène Cuvigny

Bibliographie : H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte - 2. Les textes, FIFAO 67, 2012, p. 53.


Retour à l’image actuelle: Coupe glaçuré de Fostat

Images précédentes:
Bloc ramesside à Kôm el-Nogous - Plinthine Adoration des Mages Monnaie-Or Graffito à Hatnoub Page du Journal de fouilles de Georges Legrain Relevé photogrammétrique de TT 6 Séance de taḥṭīb (jeu du bâton) Col d Stèle Kom Abou Billou Fouilles Bruyère Deir el-Medina Dessins de rosaces du Monastère de St Siméon (Assouan) par Clédat Etoffe de lin de Deir el-Medina Manuscrit Copte Statues Ermant Revêtement en faïence Sanctuaires gouverneurs Balat Palettes Scribes Soudan Maisons de France au Caire Canard de Fustât Bateau Abou Rawach Crispinus Bustes Bol Bois Ostracon Deir el-Medînéh Immeuble Suez Mutilations Kagemni Ptolémée IX Sôter II à Coptos Temple de Dendera Ostracon lu par infra-rouge Bateaux de la mer Rouge Archéologie du paysage Prospection géophysique Inhumation d Réduction minerai à Ayn Soukhna Plan du Caire par Fourmont Consoles Baouit Kitāb Bains Taposiris Magna Villa à Ismaïlia Statuettes d’Osiris en bronze Découverte d’un papyrus à Tebtynis Scellé en argile marqué de deux sceaux Paon, graffito montagne thébaine Uraeus Chapelle NebDjefaou Karnak Stèle Gebel el-Zeit Papyrus bilingue Oxyrhynchos Graffites coptes Bagawât Plats offrande Ayn Asil Figurine fatimide Annonciation à Deir el-Sourian