Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Manifestations scientifiques

Pour recevoir les annonces des manifestations que nous organisons, abonnez-vous à la liste de diffusion…

Subscribe to our mailing list for the announcements of our events …

[Manifestations de l'Ifao] :

Aujourd’hui: Colloques internationaux - 

Aujourd’hui

Colloques internationaux

Egyptian Textiles and their Production: “Word” and “Object” (Hellenistic, Roman and Byzantine Periods)
Maria Mossakowska-Gaubert et Pascale Ballet

Du 24 novembre 2017 au 25 novembre 2017 9h00, durée 1h00, Univ. Copenhague

partenariat University of Copenhagen

Dedicated to archaeologists, historians, philologists and papyrologists, this work compares different points of view on looms, tools, dyeing and organization of textile production in Egypt. To add a comparative dimension, some studies concerning other geographical and culture zones, especially Early Medieval Northern Europe and pre-Columbian South America, are included in its program.

This event is organized by the Centre for Textile Research (CTR) at the University of Copenhagen, withhin the framework of the MONTEX project – a Marie Skłodowska-Curie individual fellowship, in collaboration with the French Institute of the Oriental Archaeology in Cairo (IFAO): Contextes et Mobiliers project, and support from the Institut français du Danemark and the Alexander von Humboldt Foundation.

Program of the workshop

Poster of the workshop

Prochainement

Conférences

Missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIXe-XXIe siècles)
Séverine Gabry-Thienpont (Ifao)

Du 27 novembre 2017 au 29 novembre 2017 9h00, durée 8h00, EFR

partenariat IFAO, ÉfR, Fondazione per le scienze religiose Giovanni XXIII, Institut français d’études anatoliennes, IFPO, Leiden Univ., Università di Padova

Le programme MisSMO analyse les missions au regard des évolutions culturelles et sociales qui ont traversé le Moyen-Orient depuis la fin du XIXe siècle.

Télécharger l’affiche ; Programme du colloque ; Pour plus d’informations

Contact : missmo.inpartibus@gmail.com

Marges et frontières occidentales de l’Égypte de l’Antiquité au Moyen Âge
Claire Somaglino, Gaëlle Tallet, Sylvain Dhennin, Bérangère Redon, Marie-Françoise Boussac, Abbès Zouache

Du 2 décembre 2017 au 3 décembre 2017 9h00, durée 8h00, IFE

partenariat université Paris-Sorbonne, UMR 8167, HiSoMA (UMR 5189), Université Paris-Ouest Nanterre, CIHAM (UMR 5648), ArSCan (MAE Nanterre)

Le groupe de recherche "Marges et frontières" organise un colloque internationale sous l’intitulé de "Marges et frontières occidentales de l’Égypte de l’Antiquité au Moyen Âge", le 2 et 3 décembre 2017 à l’IFE.

Le colloque rassemblera des spécialistes des différentes périodes de l’histoire égyptienne. Il a pour objet l’analyse des conceptions, de la gestion administrative, politique et économique des frontières occidentales de l’Égypte antique et médiévale et l’étude des populations qui y vivaient et y transitaient. Les interventions en français et anglais seront simultanément traduites vers l’arabe. Le programme

"Marges et frontières" est animé par des chercheurs de l’université Paris-Sorbonne et de l’UMR 8167 (Claire Somaglino), d’HiSoMA (UMR 5189) (Sylvain Dhennin, Bérangère Redon), de l’université Paris-Ouest Nanterre (Marie-Françoise Boussac), du CIHAM (UMR 5648) (Abbès Zouache), de l’Université de Limoges (Gaëlle Tallet) et de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (Ifao).

Télécharger le programme

Télécharger l’affiche

Les conférences archéologiques de l'Ifao

Conférence Ifao : What shall I do with an admittedly nice but useless map? New insights about the complex history of the Turin map of the gold mines
Andreas Dorn (BIBLE+ORIENT Museum) Stéphane Polis (F.R.S.-FNRS / ULiège)

6 décembre 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

The so-called ‘Map of the gold mines’ (P. Turin Cat. 1879+) is among the most famous papyri of the Turin collection (and of ancient Egypt as a whole), but it has never been properly published, nor systematically studied up until today. Most of the egyptological attention was indeed captured by the ‘map’ side (e.g., Goyon 1949; Harrell & Brown 1992), but the verso of the document, which contains many hieratic texts belonging to different genres, has not been examined thoroughly (exceptions are Janssen 1994 and Hovestreydt 1997 for col. 1-2 of frag. A, vo).

As a prelude to a complete edition of this papyrus, the goal of this lecture is threefold. First, we provide an overview of history of this papyrus since its acquisition in 1824 (as part of the Drovetti collection), and we discuss various scholarly interpretations. In a second part, we focus on the map, discussing some unacknowledged iconic features as well as its topographical and geological significance. The third section of the talk is devoted to the texts found on the verso, to the relationship between these texts and the map, and to the identification of the hands and scribes who worked on this papyrus. We conclude with a discussion of the scribal practices — at Deir el-Medina and beyond — that led to the creation of such an exceptional document.

Qui fait quoi à l'Ifao ?

L’architecture néo-mamelouke après 1867 au Caire, et ailleurs
Mercedes Volait, directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire InVisu à l'Institut national d'histoire de l'art à Paris.

3 décembre 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

partenariat CEDEJ, IRD et IFE

La découverte fascinée des monuments du Caire au XIXe siècle, l’abondante iconographie antiquaire qui en a résulté et circulé, le commerce de leurs fragments, sont à l’origine d’un moment « mamelouk » dans les arts européens, de l’architecture à l’art du verre et de la céramique, que l’on peut suivre dans une large gamme d’expressions, parfois très inattendues, et des intentionnalités non moins insoupçonnées. À travers sa participation aux Expositions universelles et son architecture officielle, l’Égypte elle-même a contribué à forger l’identité visuelle du style mamelouk, lequel, dans des contextes nationaux très distincts, en est venu à exprimer le style islamique par excellence. Le goût des objets a également marqué les réalisations architecturales qui en sont issues.

ÉVÈNEMENT FACEBOOK

La conférence sera suivie par un échange avec le public et un cocktail dans le patio de l’IFE.

Intervention en français, traduite simultanément en arabe.

Télécharger l’affiche

ÉVÈNEMENT FACEBOOK

Séminaires archéologiques

Seminar “Papyrology in Egypt. Religion in the Texts” at DAIK and IFAO, December 2nd 2017
Prof. Cornelia Römer (DAIK) Prof. Nicolas Michel (IFAO) Dr. Esther Garel (IFAO) Dr. Khaled Younes (Sadat City University / IFAO)

2 décembre 2017 9h00, durée 8h00, IFAO

partenariat DAIK

The French Institute of Oriental Archaeology (IFAO) and the German Institute of Archaeology in Cairo (DAIK) are glad to announce the Third Seminar for Young Egyptian Academics in Greek, Coptic and Arabic papyrology, which will take place at both institutes, on 2 December 2017. This seminar will focus on “Religion in the papyri”.

The day will be divided into two parts :

9.30 AM -12.30 PM : Lectures in DAIK (see program)

13.15 PM Lunch in IFAO

14.30-17.30 PM : Workshops in IFAO, reading of Greek, Coptic or Arabic texts

related to religion.

This seminar is exclusively conceived for Egyptian students currently preparing their Master or PhD degrees in Egypt. The number of participants is limited to 8 people in each language. Applications (in English), consisting of a cover letter and a CV which details the applicants’ education and command of foreign languages, ought to be sent before 22 November 2017 to the following contacts :

corneliaromer@rocketmail.com ; egarel@ifao.egnet.net ; khaledyounes2100@yahoo.com

Application conditions

Seminar Programme

Ont eu lieu en 2005-2017

Ateliers

Première table-ronde du programme Ifao « Visualiser les émotions dans l’Egypte ancienne : images et textes »
Rania Merzeban, université d’Alexandrie. Dimitri Laboury, université de Liège Marie-Lys Arnette, Paris IV, UMR 8167 Cédric Larcher, responsable du service Archives et Collections, Ifao

Du 8 novembre 2017 au 9 novembre 2017 9h45, durée 6h00, IFAO

Télécharger l’affiche

télécharger le programme

Première table-ronde du programme Ifao « Visualiser les émotions dans l’Egypte ancienne : images et textes », elle est organisée conjointement par l’Ifao, l’Université de Liège et l’Université d’Alexandrie.
3ème Académie Hiératique. Pharaon : dans les ostraca littéraires de Deir al-Medina
Annie Gasse (CNRS) & Florence Albert (Ifao)

1er octobre 2017 9h00, durée 18h00, IFAO

partenariat Université Montpellier III-LabEx Archimède

P R O G R A M M E

DIMANCHE 1ER OCTOBRE

9h30-10h Présentation de l’académie : axes et problématiques de travail. Par Annie Gasse – Archives.

10h-11h Présentation du service des archives scientifiques de l’Ifao. Par Cédric Larcher et Mazen Essam – Archives.

11h30-13h Historique de la collection des ostraca littéraires de Deir al-Medina conservés à l’Ifao et perspectives de recherches sur le fonds. Par Florence Albert – Archives.

14h-14h45 Présentation des pièces qui seront étudiés durant la semaine et présentation des participants

15h-17h Répartition des ostraca entre les étudiants, premières prises en main

LUNDI 2 OCTOBRE

9h-10h Atelier méthodologie

Les outils de travail pour la paléographie hiératique et les techniques de déchiffrement, fac-similés et copies autographiées. Par Annie Gasse, Florence Albert – Archives

10h-11h30 Travail sur les objets

12h-13h Communication : Une promenade parmi les problèmes rencontrés dans l’édition des papyrus hiératiques avec rituels. Par Federico Contardi – Salle de conférences

14h-16h30 Travail sur les objets

17h-18h Conférence : Présence royale dans les ostraca de Deir al-Medina. Rapport entre texte et image. Par Annie Gasse – Salle de conférences

MARDI 3 OCTOBRE

9h-11h30 Travail sur les objets

12h-13h Communication : The AKU (Altägyptische Kursivschriften) at Mainz Academy

Some examples for Pharao in the dpinti of Asyut

Ursula Verhoeven – Salle de conférences

14h-16h30 Travail sur les objets

17h-18h Conférence : Quelques rituels de Deir al-Medina d’après les papyrus du Musée Égyptien de Turin. Par Federico Contardi – Salle de conférences

MERCREDI 4 OCTOBRE

9h-10h Atelier méthodologie : Fac-similés et transcriptions hiéroglyphiques par ordinateur : avantages et inconvénients. Par Florence Albert – Archives

10h-11h30 Travail sur les objets

12h-13h Visite de l’imprimerie de l’Ifao

14h-17h Travail sur les objets

18h-19h Conférence : Historical awareness, piety and education in New Kingdom Asyut. Latest insights on the visitor’s texts in Tomb N13.1

Ursula Verhoeven – Salle de conférences

JEUDI 5 OCTOBRE

10h-12h Visite du Musée Égyptien du Caire

14h-16h Travail sur les objets

16h30-17h30 Conclusion générale, discussion

2ème Académie Hiératique. Transmission et adaptation. Le cas des textes religieux dans les ostraca littéraires de Deir el-Medina
Annie Gasse (CNRS), Florence Albert (Ifao)

Du 1er octobre 2016 au 6 octobre 2016 9h00, durée 18h00, IFAO

partenariat LabEx Archimède, AMS (UMR 5140 Montpellier)

Programme complet (0,6 Mb)

Dans le cadre de cet Atelier, les conférences suivantes sont ouvertes au public (salle de conférences de l’Ifao).

lundi 3 octobre

12h-13h

Les ostraca hiératiques d’époque tardive

Ivan Guermeur – Salle de conférences

17h-18h

La paléographie des ostraca littéraires : le cas des textes religieux

Florence Albert – Salle de conférences

Mardi 4 octobre

12h-13h

L’écriture hiératique d’époque romaine

Joachim Fr. Quack – Salle de conférences

17h-18h

Le papyrus de Brooklyn 47.218.2, un traité de protection de la mère et de son enfant

Ivan Guermeur – Salle de conférences

Mercredi 5 octobre

18h-19h

La transmission des textes religieux en écriture hiératique au fil des âges, et particulièrement à la Basse Époque

Joachim Fr. Quack – Salle de conférences
1ère Académie Hiératique
Annie Gasse (CNRS), Florence Albert (Ifao)

Du 27 septembre 2015 au 1er octobre 2015 9h00, durée 18h00, IFAO

partenariat LabEx Archimède, AMS (UMR 5140 Montpellier)

Programme complet (2 Mb)

Dans le cadre de cet Atelier, les conférences données les 28, 29 et 30 septembre, de 12h à 13h et de 16h30 à 18h, sont ouvertes au public (salle de conférences de l’Ifao).

lundi 28 septembre

12h-13h

Andreas Dorn, Stéphane Polis

À propos de l’O. Caire JdE 72460 : faut-il continuer la quête de la tombe d’une reine de la XIXe dynastie dans la Vallée des Rois ?

16h30-18h

Christophe Barbotin

Les ostraca hiératiques de l’école du Ramesseum.

mardi 29 septembre

12h-13h

Stéphane Polis

Les mains de l’Enseignement d’Amennakhte : reconnecter le littéraire au documentaire.

16h30-18h

Andreas Dorn

Lieu et contexte de la plus grande quantité des ostraca hiératiques des ouvriers de la tombe après les fouilles de Bernard Bruyère : les ostraca provenant des huttes de la vallée des rois.

mercredi 30 septembre

12h-13h

Christophe Babotin

Une mystérieuse formule du Moyen Empire au Louvre.

16h30-18h

Stéphane Polis

Suivre la main du scribe Amennakhte dans la documentation hiératique de la XXe dynastie : à propos d’une traque diachronique entre textes littéraires et documentaires.
Les mots de la paix : Atelier lexicographique international
Sylvie Denoix

Du 14 novembre 2013 au 15 novembre 2013 , lieu: voir le programme

partenariat Universita de Napoli, CNRS (UMR 8167), Ifao

Les mots de la paix : Atelier lexicographique international

Organisé par :

- Universita de Napoli ‘L’Orientale’ ,

- CNRS – UMR 8167, laboratoire “Islam médiéval”,

- Ifao.

Lieu : Collège de France, 52 rue Cardinal Lemoine, Paris

PROGRAMME:

Jeudi 14 novembre

9h 30 Tour de table de présentation et introduction générale

Session 1 : Égypte et Extrême-Orient ancien

10 h Claire Somaglino (université Paris 4 - UMR 8167, laboratoire « Monde

pharaonique ») :

Lexique et conception de la paix dans l’Égypte pharaonique.

10h 20 Stefania Cavaliere (Università di Napoli “L’Orientale”) :

Theory and practice of peace. A few glimpses of the evolution of the concept in classical Hindi texts.

10h 40 Antonia Soriente (Università di Napoli “L’Orientale”) :

Les mots de la paix dans les textes malay-indonésiens

11h Pause-café

11h 20 Florinda De Simini (Università di Napoli “L’Orientale” / Universität

Hamburg) : Peace in Sanskrit religious Literature

11h 40 Noemi Borrelli, Simonetta Graziani, (Università di Napoli “L’Orientale”):

Présentation d’un projet d’équipe :

Lexique et conception de la paix en Mésopotamie ancienne

Session 2 : Persans, Turcs et Mongols

12h Denise Aigle (EPHE, UMR 8167, laboratoire Islam médiéval), Marie-

Dominique Even (CNRS, Groupes, sociétés, religion, laïcité), Thomas Tanase

(Laboratoire “Islam médiéval”)

Présentation d’un projet d’équipe :

La notion de paix et ses expressions linguistique et culturelle dans les textes en arabe, latin, persan, et mongol, chez les Mongols médiévaux

12h 30 Michele Bernardini (Università di Napoli “L’Orientale”) :

Du Shâhnâme aux Munsheât, les mots de la paix entre littérature épique

persane et protocole ottoman

13h Déjeuner

Session 3 : Europe et Proche-Orient, période médiévale

14h 30 Radu G. Paun (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-Européen – CNRS-EHESS, Paris) :

Présentation d’un projet d’équipe :

Langages de la paix dans la tradition byzantino-slave: terres bulgares, serbes, roumaines et russes, IXe – XVIIe siècles. La paix comme attribut structurant du pouvoir.

15h Isabelle Augé & Mariya Romanova (université Montpellier 3) : Présentation d’un projet d’équipe :

Lexique et conception de la paix dans le monde arménien

15h 30 Sylvie Denoix (CNRS, UMR 8167, laboratoire Islam médiéval), Myriam Wissa (Leverhulme Senior Research Fellow, SOAS, University of London) :

Présentation d’un projet d’équipe :

Lexique et conception de la paix dans les textes coptes, syriaques, copto-

arabes et arabes des VIIe-Xe s.

Vendredi 15 novembre

9h 30 Élaboration du programme de travail sur les trois ouvrages prévus :

- Dictionnaire multilingue des mots de la paix (dir. S. Denoix).

- Recueil d’articles sur des sujets transversaux (dir. Denise Aigle).

- Livre étudiant comment le concept de paix a été traité dans les grands textes fondateurs des différentes traditions (dir. Michele Bernardini).

11h Pause-café

Élaboration collective:

- d’une liste ouverte des termes qui seront traités dans le Dictionnaire ;

-des chapitres thématiques des deux livres ;

-du programme de travail des années à venir : colloque à Naples en 2014.

إشكاليات تحقيق المخطوطات العربية
المنظمون Monica Balda, Giuseppe Cecere و Pauline Koetschet (IFAO)

Du 22 mai 2013 au 23 mai 2013 , IFAO

تحميل البرنامج

Télécharger le programme
Administration et économie des zones frontalières du delta du Nil de l’Antiquité au Moyen-Âge
Organisé par: Katherine Blouin (University of Toronto Scarborough), Sylvain Dhennin (Ifao) et Claire Somaglino (Paris IV-Sorbonne)

7 mai 2013 , IFAO

Administration et économie des zones frontalières du delta du Nil de l’Antiquité au Moyen-Âge

Administration and economy of the margin and borders of the Nile Delta from Antiquity to Middles Ages

Organisé dans le cadre des programmes de l’Ifao « Marge et frontière » et « Mefkat, Kôm Abou Billou et la frange du désert libyque », ce workshop porte sur la gestion administrative et économique des zones frontalières du delta du Nil, de l’Antiquité au Moyen-Âge. Il s’agit, d’une part, de chercher à comprendre comment ces aires étaient considérées, gérées et mises en valeur tant au niveau local que par le pouvoir central et, d’autre part, d’examiner leurs rôles dans les réseaux d’échanges internationaux.

En effet, quelle que soit la période de l’histoire considérée, la situation géographique de ces espaces et leur caractère stratégique soulèvent, plus que pour d’autres portions du territoire égyptien, la question de la nature et de la définition de la "limite", ainsi que des problématiques qui touchent au commerce, à la guerre et à la diplomatie.

Télécharger le programme (587 ko)

Conférences

AFRITS: Ancient Feasts and Rituals Iconographic and Textual Studies
Felix Relats Montserrat (Ifao), Massimiliano Nuzzolo (Université de Prague)

Du 10 novembre 2017 au 11 novembre 2017 10h00, durée 8h00, LMU Munich

partenariat Institute for Egyptology and Coptology — Ludwig Maximilian University Munich

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME

Le colloque d’ouverture du programme de recherche AFRITS “Ancient Feasts and Rituals (Iconographic and Textual Studies)” a pour vocation de rassembler toute la documentation relative à la fête-Sed et de l’analyser, afin d’apporter des clés de compréhension du contenu de cette fête et de son déroulement.

À la suite de la conférence, un « training workshop » ouvrira la discussion entre les chercheurs afin de structurer l’outil de référence du programme de recherche AFRITS, la base de données DESERTS (Database of Egyptian Sed-Festival & Ritual Texts and Scenes. A Comprehensive Collection of Material relating to the ritual Texts and Scenes in Ancient Egypt and Nubia from Prehistory to Late Antiquity).
SAEMT Conference (Science of Ancient Egyptian Materials and Technologies)
Ministry of Antiquities (MoA), Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO), Egypt Exploration Society (EES), German Archaeological Institute in Cairo (DAI), American Research Center, Egypt (ARCE)

Du 4 novembre 2017 au 6 novembre 2017 9h00, durée 1h00, Manial Palace

partenariat Ministry of Antiquities (MoA), Egypt Exploration Society (EES), DAI, ARCE.

Download the poster

Download the programme

The conference invites the submission of abstracts for papers and posters in English from international researchers who employ various archaeological sciences in their researches on ancient Egyptian materials, including their adoption, developments and technologies.

The conference’s aims are : (1)to provide specialists employing archaeological sciences to present their research and exchange ideas. (2) Emphasise the importance of archaeological sciences and interdisciplinary approaches within Egyptology. (3) Provide a space for those working within Egypt to discuss measures for overcoming limitations that hinder scientific applications in Egypt.

More details http://www.saemt.com/home/home.html
Les mots de la paix: Textes fondateurs: spiritualité vs éthique politique / Terminology of Peace: Founding Texts: Spirituality vs Political Ethics
Sylvie Denoix et Michele Bernardini

Du 16 octobre 2017 au 17 octobre 2017 10h00, durée 7h00, IFE

partenariat Università degli Studi di Napoli

Archaeometry: another point of view
Anita Quiles

15 décembre 2016 10h00, durée 6h00, IFAO

partenariat DAIK, ARCE

The use of scientific methods and technologies in the field of archaeological studies has undergone a great deal of development over the past fifty years. Today, Archaeometry is considered an integral tool for many aspects of understanding the past, whether for dating, provenance studies or the characterization of ancient materials. Many research fields are affected by scientific techniques, which are regularly improving as new methods continue to emerge. In order to ensure the accurate use of each scientific method, and to routinely check consistency in results, quality-control of analyses remains a considerable and ongoing concern. International cooperation between laboratories in order to conduct cross-analysis programmes is considered a vital activity. Hence, Archaeometry draws its strength from cooperation between varying specialities, which requires researchers to work together by developing international and interdisciplinary collaborations.

Many laboratories have been or in the process of being established in Egypt, and consequently, Archaeometry is set to become a major source of interest and concern. Because of the large range of techniques available, responding to the varied research questions will be a huge challenge. The aim of this one-day conference is to provide an overview of practices outside of Egypt; specifically, how archaeometric studies are conducted in other countries, how collaborations between archaeometrists and archaeologists are established, and how they work.

The Archaeometry Conference will be organized in two parts:

Firstly; keynote speakers will introduce a wide range of research techniques including spectroscopic analyses, isotopic analyses, archaeometallurgy... Speakers will present programmes they have led outside Egypt and demonstrate collaborative working methods with other laboratories around the world.

Secondly; a specialised panel discussion will then be opened to offer the opportunity of direct exchanges between the participants.

Download the programme (1.82 Mb)

Registration is free and compulsory before the 5th of December 2016 by email: restmat@ifao.egnet.net. Please entitle your email: Registration to the Archaeometry Conference, 15th December 2016

Location : Institut Français d’Archéologie Orientale, 37 Cheikh Aly Youssef, Cairo Mounira
Private Archives in Egypt and the Midldle East, 16th to 21st Century
Nicolas Michel, IFAO

Du 4 décembre 2016 au 5 décembre 2016 , IFAO

Near Eastern public archives are by now well known and studied, whereas scholars still have little or no access to private and non-governmental archives. Our knowledge of the Near East societies from the Ottoman and modern period depends still largely from the State viewpoint. Why are private archives known by scholars so few?

This conference aims at answering the question by gathering various experiences from scholars, part of whom are also owners of private papers, collectors, or curators of academic collections. The exploration of family papers and libraries should enlighten the reasons of their preservation from generation to generation, and of their opening or closure to scholarly research. The fate of these private papers will be compared with the archives of non-governmental institutions like waqfs, religious communities or educational institutions. Their history will be replaced in the broader framework of law, teaching, and even market. The conference will question lastly the capacity of scholar institutions to meet the current issues of preserving and studying these invaluable documents.

Download the programme
Deux siècles de relations franco-égyptiennes : Une communauté de destin et des horizons partagés
Marwa El SAHN, Directrice du Centre d’Activités Francophones (CAF)

Du 17 octobre 2016 au 18 octobre 2016 9h00, durée 9h00, BibAlex

partenariat Bibliotheca Alexandrina, Chambre de commerce et d’industrie française en Égype (CCIFE)

L’exposition « Portraits de l’archéologie française en Égypte », présentée par le Centre d’Études Alexandrines (CEAlex) et l’IFAO du 17 au 27 octobre sera inaugurée à l’occasion de ce colloque.

Programme du colloque « Deux siècles de relations franco-égyptiennes : Une communauté de destin et des horizons partagés » les 17 et 18 octobre

Lundi 17 octobre 2016

Séance inaugurale

9h30 – 10h30

Présentation : El SAHN, Marwa, Directrice du Centre d’Activités Francophones (CAF)

PARANT, André, Ambassadeur de France en Égypte

El KAISSY, Mahmoud, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Égypte (CCIFE)

SHOUKRY, Sameh, Ministre des Affaires Étrangères (ou son représentant)

LANG, Jack, Président de l’Institut du Monde Arabe (IMA) (message vidéo)

10h30 – 11h00

SERAGELDIN, Ismail, Directeur de la Bibliotheca Alexandrina

L’épopée France-Égypte : deux siècles d’interactions fructueuses

1re séance : Politique et diplomatie

Modérateur : EL-SAYED, Aly Maher, Ambassadeur, Conseiller auprès du Directeur de la Bibliotheca Alexandrina

MOUSSA, Amr, Ancien Secrétaire général de la Ligue des États Arabes et Ancien ministre égyptien des Affaires Étrangères

La France et l’Égypte face aux enjeux régionaux au Proche-Orient

BAUCHARD, Denis, Ambassadeur

Deux siècles de relations franco-égyptiennes

BLIN, Louis, Chargé de mission au Centre d’Analyse, de Prévision et de Stratégie du Ministère des Affaires Étrangères (CAPS)

Vide stratégique au Moyen-Orient et coopération franco-égyptienne 

YOUSSEF, Ahmed, Écrivain

La France : une passion égyptienne

Questions et discussions

11h00 – 13h00

* Vernissage de l’exposition « Tramway d’Alexandrie », présentée par l’Agence Française de Développement (AFD), l’Autorité pour le Transport des Passagers à Alexandrie (APTA) et le Centre d’Études Alexandrines (CEAlex)

* Vernissage de l’exposition « Portraits de l’archéologie française en Égypte », présentée par le Centre d’Études Alexandrines (CEAlex) et l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO)

13h00 – 14h00

Déjeuner (sur invitation – Bibliotheca Alexandrina)

14h00 – 15h00

2e séance : Économie et développement

Modérateur : BEHNAM, Hassan, Directeur général de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Égypte (CCIFE)

ABDEL NOUR, Mounir, Ancien ministre égyptien du Commerce et de l’Industrie

La coopération économique institutionnelle entre la France et l’Égypte

El KAISSY, Mahmoud, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Égypte (CCIFE)

Les relations commerciales entre les investisseurs et les entreprises des deux pays

DARWISH, Ahmed, Président de l’Autorité Générale pour la Zone Économique du Canal de Suez

Le canal de Suez, outil de redressement économique de l’Égypte

LANFRANCHI, Stéphanie, Directrice du Bureau de l’Agence Française de Développement (AFD) en Égypte

L’aide française au développement en Égypte

El BADRAWI, Hassan, Ex-vice-ministre égyptien de la Justice

L’influence juridique française au service du développement économique de l’Égypte : du code Napoléon aux récentes réformes constitutionnelles égyptiennes

Questions et discussions

15h00 – 17h00

Pause-café

17h00 – 17h30

3e séance : Arts et culture

Modérateur : ABDEL MEGUID, Ibrahim, Écrivain

LAGRANGE, Frédéric, Professeur, Université Paris-Sorbonne 

La réception de la musique arabe en France

SOLÉ, Robert, Écrivain

L’Égypte dans la littérature française

GAUTHIER, Gilles, Ambassadeur, Conseiller auprès du Président de l’Institut du Monde Arabe (IMA)

La littérature égyptienne et la France

METWALLI, Medhat, Professeur, Faculté des Beaux-Arts, Université d’Alexandrie

Georges Sabbagh : un peintre franco-égyptien

Questions et discussions

17h30 – 19h30

Concert : Les plus grandes chansons françaises, animées par le « Groupe Paris-Cairo-Trio », avec Ketty Orzola (Chant), Patrick Rozier (Clarinette) et Pascale Rozier (Piano)

20h00

Dîner (sur invitation – Consulat général de France à Alexandrie)

21h30

Mardi 18 octobre 2016

4e séance : Histoire, archéologie et patrimoine

Modérateur : RAMIÈRE DE FORTANIER, Arnaud, Inspecteur général des Archives de France et Président de l’Association du Souvenir de Ferdinand de Lesseps et du Canal de Suez

El ANANI, Khaled, Ministre égyptien des Antiquités

La coopération entre l’Égypte et la France dans le domaine de l’archéologie égyptienne

NENNA, Marie-Dominique, Directrice du Centre d’Études Alexandrines (CEAlex)

Le Centre d’Études Alexandrines : 26 ans au service de l’histoire de l’Égypte

BAVAY, Laurent, Directeur de l’Institut Français de l’Archéologie Orientale (IFAO)

Actualité de l’égyptologie française en Égypte 

AWAD, Mohamed, Architecte

Influences architecturales croisées entre la France et l’Égypte

Questions et discussions

9h30 – 11h30

Visite de la Bibliotheca Alexandrina et des manifestations du Festival des Métiers des Pays Francophones (Invité d’honneur : La France)

11h30 – 13h00

Déjeuner (sur invitation – Bibliotheca Alexandrina)

13h00 – 14h30

5e séance : La Francophonie en Égypte

Modérateur : HAJLAOUI, Nabil, Consul général de France à Alexandrie

LOURDE, Albert, Recteur de l’Université Senghor

L’Égypte, place forte de la Francophonie

El SAHN, Marwa, Directrice du Centre d’Activités Francophones (CAF)

et GRUNBERG, Gérald, Professeur associé à l’Université Senghor et Président du Comité français du programme de l’UNESCO « Mémoire du monde »

La France et la Bibliotheca Alexandrina

FAU, Jean-François, Historien

Le Consulat général de France à Alexandrie : la plus ancienne représentation diplomatique française

BOUABDALLAH, Mohamed, Conseiller de coopération et d’action culturelle et Directeur de l’Institut Français d’Égypte

L’Institut Français d’Égypte, un acteur majeur de la coopération franco-égyptienne

Questions et discussions

Clôture du colloque

14h30 – 16h30
125th Anniversary Conference: Forgotten Discovery: Tomb of the Priests and Priestesses of Amun, 1891-2016
Eltayeb Abbas Rogério Sousa Andrzej Niwinski Somaya Abdel Khaleq Cynthia May Shekholeslami Suzanne Onstine Alain Dautant

5 mai 2016 9h45, durée 5h00, CSA

partenariat Ministry of Antiquities

Ahmed Kamal Pasha Hall, 3 Adel Abu Bakr Street, Zamalek

With a Special Exhibit: Historic Photographs about the Discovery of the Babel-Gusus Tomb and Gizeh Museum

Télécharger l’invitation
Le Désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine: bilans archéologiques / The Eastern Desert of Egypt During the Graeco-Roman Period: Archaeological Results
Jean-Pierre Brun (Collège de France), Thomas Faucher (CNRS), Bérangère Redon (CNRS), Steven Sidebotham (University of Delaware)

Du 30 mars 2016 au 31 mars 2016 , lieu: voir le programme

partenariat Collège de France

Le désert Oriental d’Égypte occupe une vaste étendue de montagnes et de plaines sablonneuses entre le Nil et la mer Rouge. Ses richesses naturelles — or, gemmes et pierres de qualité (granite, porphyre, bekhen) — ont, malgré les difficultés dues aux conditions climatiques, été exploitées dès l’époque prédynastique. Les pharaons, les rois Macédoniens, puis les empereurs romains y ont régulièrement envoyé des expéditions pour extraire ces métaux et ces pierres. Le désert était aussi la voie de passage obligée pour tout commerce avec les contrées bordant la mer Rouge et l’océan Indien.

Entre les années 1980 et 2015, des équipes américaines, anglaises, italiennes et françaises ont ainsi pu prospecter ou fouiller des centaines de sites dont l’exploration a fait considérablement avancer nos connaissances sur l’exploitation de l’or sous les Ptolémées et les empereurs byzantins, sur les carrières ouvertes par les empereurs romains, et sur le commerce avec l’Arabie et l’Inde à travers les ports de Myos Hormos et de Bérénikè.

Télécharger le programme:Désert_oriental_Colloque_30_31Mars2016.pdf

The Eastern Desert of Egypt occupies a vast area of mountains and sandy plains between the Nile and the Red Sea. Its natural resources: gold, gems, and quality stones, such as granite, porphyry and bekhen, have attracted human activity despite the considerable difficulties due to the natural conditions. The pharaohs and Mzcedonian kings, then the Roman emperors, sent expeditions to extract these metals and stones. The desert also had routes for all types of trade with countries bordering the Red Sea and the Indian Ocean. This trade first consisted of imports of elephants for use in the Ptolemaic army and then spices, aromatic resins and a wide range of exotic products including pearls, precious stones, clothes, etc.

Between 1980 and 2015, archaeologists were able to work in this area which hitherto hab been practically inaccessible for logistical reasons. American, British, Italian and French teams explored or excavated hundreds of sites whose study has significantly improved our understanding of Ptolemaic and Byzantine gold mining, of imperial caves opened by the Roman emperos and of trade with Arabia and India through the ports of Myos Hormos and Berenike.

Download the program here: Désert_oriental_Colloque_30_31Mars2016.pdf
Le roi et le fleuve. Exemples d’usages pluriels de l’espace
Aline Tenu (CNRS) et Marine Yoyotte (IFAO)

Du 16 décembre 2015 au 17 décembre 2015 , lieu: voir le programme

partenariat LabEx DynamiTe, Fonds Khéops pour l’archéologie, CNRS UMR 7041 (Histoire et archéologie de l’Orient Cunéiforme), CNRS UMR 8167 (Mondes pharaoniques), Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, IFAO

Premier colloque du groupe Fleuves et territoires

Télécharger le programme (1.37 Mb)

Lieu:

Université Paris-Ouest Nanterre la Défense

Bâtiment B, salle des conférences

Contacts:

Aline Tenu : aline.tenu@mae.cnrs.fr

Marine Yoyotte : myoyotte@ifao.egnet.net

L’argent est roi ! L’économie monétaire en Égypte, des Perses aux débuts de l’Islam. Money rules! The monetary economy of Egypt, from Persians until the beginning of Islam
Thomas Faucher

Du 29 octobre 2015 au 31 octobre 2015 9h00, durée 9h00, lieu: voir le programme

partenariat IRAMAT UMR 5060, MSH val de Loire, Univ. Orléans, CNRS

Les historiens peuvent avoir accès aux réalités passées d’une part par les pièces sonnantes et trébuchantes, que les chercheurs ont tenté, parfois difficilement, de classer en séries successives, mais aussi par les textes. La monnaie apparaît dans des comptes, des reçus, des contrats, des narrations (rapports, fictions, récits de voyage), sur des supports divers (ostraca, papyrus, pierres ou bronze). Il n’est pas facile de faire coïncider informations fournies par les monnaies et par les textes, d’autant plus que les spécialistes de ces deux pans de l’histoire sociale et économique travaillent trop souvent séparément. L’objectif de ce colloque est de les faire se rencontrer et travailler ensemble afin de déterminer les causes et les conséquences de l’apparition et de l’utilisation de la monnaie en Égypte.

L’économie de l’Égypte a utilisé plusieurs langues, liées aux souverains qui l’ont dirigée ainsi qu’aux populations qui l’habitaient. Chacune de ces langues transcrit la même réalité mais avec des mots et parfois des modes de pensée différents. À cet égard, les périodes de transition entre les différents pouvoirs (perse – ptolémaïque – romain – islamique) offrent une fenêtre par laquelle il est possible d’apercevoir les changements et les continuités et par là-même de saisir un peu mieux l’organisation de l’économie.

La monnaie est un outil essentiel pour l’organisation des échanges.

Au niveau le plus bas de l’échelle des échanges, il convient tout d’abord de faire le point sur l’utilisation quotidienne de la monnaie, notamment sur la différence entre l’utilisation des pièces d’un côté et les sommes répertoriées dans les comptes de l’autre, mais aussi sur la réalité de l’utilisation de la monnaie (or, argent et bronze) par différents groupes sociaux.

Ensuite, quel est le chemin parcouru par la monnaie ? De l’atelier d’Alexandrie à la bourse du paysan et à l’inverse, du paiement de la taxe aux caisses royales, quelles sont les étapes de transformation de la monnaie ? Qui payait quoi, avec quel métal ?

Les périodes de transition, enfin, offrent l’occasion d’analyser le changement, ou le maintien, des politiques monétaires des souverains, dans un pays où le ressource fiscale la plus importante reste le surplus des récoltes. De la frappe d’imitations de chouettes athéniennes et de l’introduction des premières monnaies de bronze à l’époque perse, au changement de système comptable sous Auguste et plus tard aux transformations introduites par les autorités islamiques, la variété des exemples fournit la possibilité de saisir le côté le plus pragmatique des échanges monétaires.

Ces trois thèmes offrent un socle à l’organisation de trois journées successives, qui permettront à la fois aux spécialistes des monnaies mais aussi aux spécialistes des textes de travailler ensemble à une meilleure compréhension de l’économie. Non seulement cette rencontre se veut pluridisciplinaire, mais elle propose aussi une étude sur la longue durée, de l’époque perse au début de l’époque islamique. Les réponses aux questions débattues permettront de comprendre les capacités de résilience des acteurs économiques de l’Égypte et de mettre en avant les spécificités de l’économie de l’Égypte sur le long terme.

Programme: Money_Rules_Programme.pdf (0.77 Mb)

Lieu : Hôtel Dupanloup, 1 rue Dupanloup, 45000 Orléans.
Les mobiliers archéologiques dans leur contexte, de la Gaule à l’Orient méditerranéen
Pascale Ballet, Séverine Lemaître, Isabelle Bertrand, Maria Mossakowska-Gaubert

Du 27 octobre 2014 au 29 octobre 2014 , lieu: voir le programme

partenariat laboratoire HeRMA / IFAO

Au cœur des recherches archéologiques sur la culture matérielle des sociétés anciennes, le colloque de Poitiers propose à la communauté scientifique internationale de nouvelles réflexions sur les interactions entre les artefacts et le ou les espaces dont ils sont issus. Il s’agit de percevoir les objets au delà des cadres traditionnels, le rapport à leur environnement apparaissant comme une clé de lecture désormais indispensable.

Le programme (0.23 Mb) comprend un peu plus d’une trentaine de communications et vingt-cinq posters répartis entre différentes thématiques : les espaces, les rituels et les mobiliers ; l’habitat et les artefacts ; les mobiliers, témoins de l’activité économique ; les objets comme marqueurs sociaux et les vestiges dans les espaces de convivialité.

Chacune de ces thématiques sera explorée à l’échelle du monde antique, associant l’Orient et l’Occident, de la Gaule romaine à l’Égypte en passant par l’Italie et la Grèce, examinant les mobiliers archéologiques mis au jour en contexte rural ou urbain, militaire ou civil, profane ou sacré…

Le colloque débutera le lundi 27 octobre à partir de 12h30 (accueil des participants) et se terminera le mercredi 29 octobre vers 17h.

Comité d’organisation:

Pascale BALLET – pascale.ballet@univ-poitiers.fr

Séverine LEMAÎTRE – severine.lemaitre@univ-poitiers.fr

Isabelle BERTRAND – isabelle.bertrand@alienor.org

Maria MOSSAKOWSKA-GAUBERT – mmossakowska@ifao.egnet.net

Lieu:

Poitiers, Hôtel Fumé, Amphithéâtre Descartes

Faculté des Sciences Humaines et Arts (site Centre ville) – Bâtiment E18 – RdC

23 bis rue des Carmélites / 8 rue René Descartes
Les moines autour de la Méditerranée : Mobilités et contacts à l’échelle locale et régionale
Annick Peters-Custot, Maria Mossakowska-Gaubert, Olivier Delouis

Du 17 septembre 2014 au 19 septembre 2014 9h30, durée 18h00, EFR

partenariat Ecole française de Rome, Labex RESDMED, Orient et Méditerrannée, CERCOR

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Annick Peters-Custot (Université de Nantes, C.R.H.I.A.) Maria Mossakowska-Gaubert (IFAO)

Olivier Delouis (CNRS UMR 8167, Orient et Méditerranée)

Le programme de recherche intitulé Les moines autour de la Méditerranée. Contacts, échanges, influences entre Orient et Occident, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge (IFAO, EFR, EFA, Labex RESMED, UMR 8584 et 8167) se propose d’analyser la paradoxale mobilité du monde monastique, notamment méditerranéen, que des normes diverses paraissent contraindre à la stabilitas, mais qui connaît pourtant d’intenses et continus mouvements de circulation, d’échanges et d’influences sur un long Moyen-Âge (du IVe au XVe siècle). Ce programme pluriannuel (2012- 2016), qui s’adresse aux historiens, historiens de l’art, philologues et archéologues travaillant sur le monachisme dans les différentes régions de la Méditerranée, tant en Orient qu’en Occident, se déclinera en plusieurs manifestations.

Le premier colloque, intitulé Les moines autour de la Méditerranée. Mobilités et contacts à l’échelle locale et régionale, ambitionne d’étudier les moines en déplacement d’un monastère à un autre, les moines en voyage d’affaires ou en pèlerinage, de s’attacher aux exigences normatives à l’égard de ces déplacements, aux modalités pratiques des circulations, à l’organisation de l’accueil des moines voyageurs, aux échanges épistolaires entre les moines et les communautés. Il s’agit en particulier d’évaluer la nature des relations ainsi nouées, que celles-ci relèvent de la vie régulière, de la vie quotidienne, de la vie économique ou de la vie spirituelle.

Programme (PDF), Résumés (PDF)
Multilingualism and Social Belonging in Late Antiquity and Early Islamic Near East
Roger Bagnall & Robert Hoyland (ISAW), Sobhi Bouderbala (Tunis Univ.), Sylvie Denoix (CNRS)

Du 9 juin 2014 au 10 juin 2014 , ISAW, New York

partenariat ISAW-IFAO-CNRS Islam médiéval

Origins5. L’Égypte des origines. Cinquième colloque international sur les études pré- et protodynastiques
Béatrix Midant-Reynes et Yann Tristant

Du 13 avril 2014 au 18 avril 2014 , IFAO

partenariat SCA, Archéo-Nil, IFE

Ce colloque s’inscrit dans la continuité des précédentes manifestations (Cracovie 2002, Toulouse 2005, Londres 2008, New-York 2011) qui réunissent tous les trois ans l’ensemble des chercheurs travaillant sur les origines de l’Égypte. Cette réunion rassemblera au Caire en avril 2014, pendant 5 jours, une centaine de chercheurs venant du monde entier et présentant des approches diverses sur le thème de la naissance de l’État en Égypte. Ces cinquièmes rencontres internationales marqueront une nouvelle étape dans l’élan scientifique acquis par les études pré- et protodynastiques, et affirmeront la place qu’elles occupent désormais dans la recherche archéologique en Égypte et dans les régions voisines.

site du colloque Origins5

The fifth international conference of Predynastic and Early Dynastic Studies marks the continuation of the previous successful conferences which happens every three years: Kraków 2002, Toulouse 2005, London 2008 and New York 2011. This five-day international event will gather in Cairo a network of experts from different countries. They will present and discuss their respective research relating a significant range of themes within the broader subject of the origins of the Egyptian State (from the Predynastic period to the beginning of the Old Kingdom). This Fifth international conference marks a new stage in the momentum acquired by Predynastic and Early Dynastic studies.
LRCW 5. Ve congrès International sur la Céramique Commune, la Céramique Culinaire et les Amphores de l’Antiquité Tardive en Méditerranée, Archéologie et Archéométrie.
Organisé par le CEAlex - Delphine Dixneuf

Du 6 avril 2014 au 10 avril 2014 , CEAlex

Fusṭāṭ et le contrôle des territoires / Fusṭāṭ and territories control
organisé par Sobhi Bouderbala (Ifao) et Sylvie Denoix (Ifao)

Du 9 avril 2013 au 11 avril 2013 , IFAO

Fusṭāṭ et le contrôle des territoires (premier colloque international)

Provinces et empires : l’Égypte islamique dans le monde antique. Mutations administratives, sociétés plurielles et mémoires concurrentes

Télécharger le programme (184 ko)

Fusṭāṭ and territories control (1st International Conference)

Provinces and Empires : Islamic Egypt in the Antique World.

Administrative Transformations, Plural Society and Competing Memories

Download the program (184 ko)

Décrire, imaginer, construire l’espace. Toponymie égyptienne de l’Antiquité au Moyen-Âge
Organisé par Claire Somaglino (Paris IV-Sorbonne), Sylvain Dhennin (Ifao)

Du 23 novembre 2012 au 24 novembre 2012 , lieu: voir le programme

partenariat Paris IV-Sorbonne

Le programme est en téléchargement sur le site : http://systop.hypotheses.org/194
Ve congrès de la International Society for Arabic Papyrology (Tunis-Kairouan)
Organisé par l'ISAP (Petra Sijpesteijn, Matt Malczycki) et l'IFAO (Sobhi Bouderbala, Sylvie Denoix)

Du 28 mars 2012 au 31 mars 2012 , lieu: voir le programme

Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval (IFAO-IFPO)
organisé par : Sylvie Denoix (Ifao), Mathieu Eychenne (Ifpo), Stéphane Pradines (Ifao), Abbès Zouache (Ifao, Ciham Umr 5648)

Du 15 décembre 2011 au 18 décembre 2011 , IFE

Le colloque débute à 14h le 15 décembre 2011.

Télécharger le programme (221 Ko).

Télécharger les résumés (1,2 Mo).

Les séances ont lieu dans l’auditorium de l’Institut français d’Egypte, rue Madrasat al-Huquq al-Firansiyya à Mounira.

La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident. Questions transversales
Organisé par Olivier Delouis et Maria Mossakowska

Du 21 novembre 2011 au 23 novembre 2011 9h00, durée 18h00, lieu: voir le programme

partenariat UMR 8167 Orient et Méditerranée, EfA, Paris-Sorbonne, Panthéon-Sorbonne, IRHT, AUF

Lire le programme (700k)

Voir également le site de l’ UMR 8167 Orient et Méditerranée
L’Isthme de Suez et l’Égypte: Espace, sociétés et architectures (XIXe et XXe siècles)
Organisé par Mercedes Volait

2 octobre 2011 10h00, durée 14h00, IFAO

partenariat InVisu (CNRS), Inha, ANR, Association Suez

La Cachette de Karnak. Nouvelles perspectives sur les découvertes de Georges Legrain/The Cachette of Karnak. New perspectives on Georges Legrain’s discoveries
Colloque organisé par l'équipe

Du 29 janvier 2011 au 31 janvier 2011 , Luxor Mubarak Library

partenariat Conseil suprême des Antiquités (CSA)/Supreme Council of Antiquities (SCA)

La Cachette de Karnak.

Nouvelles perspectives sur les découvertes de Georges Legrain

Colloque international

Louxor 29-31 janvier 2011

Plus de 100 ans après sa découverte par G. Legrain, la célèbre « Cachette » de Karnak n’a pas encore livré tous ses secrets. Des centaines de statues et d’objets de toutes sortes furent découvertes dans cet énorme dépôt sacré enterré dans le temple d’Amon, ce qui fait de la Cachette une source incroyablement riche de connaissances sur la religion thébaine et l’histoire égyptienne. Néanmoins, de nombreux objets sont toujours inédits et la raison d’être comme la date de création du dépôt lui-même restent incertains. S’appuyant sur le lancement du programme "Base de données Cachette de Karnak", le but de ce colloque international est de réunir des spécialistes impliqués dans l’étude et la publication d’objets provenant de la Cachette et des chercheurs travaillant sur les cachettes en tant qu’événements rituels ou historiques.

Les interventions seront présentées en français, anglais ou allemand.

Le colloque sera présidé par le professeur Ali Radwan.

Parmi les intervenants : Helmut BRANDL, Betsy BRYAN, Laurent COULON, Richard FAZZINI, Emmanuel JAMBON, Karl JANSEN-WINKELN, Raymond W. JOHNSON David KLOTZ, David LORAND, Frédéric PAYRAUDEAU, Olivier PERDU, Daniel POLZ, Campbell PRICE, Ute RUMMEL, Hassan SELIM, Cynthia May SHEIKHOLESLAMI, Hourig SOUROUZIAN, Dominique VALBELLE, Pascal VERNUS.

La séance d’ouverture se tiendra à la Mubarak Public Library de Louxor le samedi 29 janvier à 18 h.

Télécharger le programme complet

Contact : laurent.coulon@mom.fr / hleithy@aucegypt.edu

Les mystiques juives, chrétiennes et musulmanes dans l’Égypte médiévale Interculturalités et contextes historiques
organisé par Giuseppe Cecere (Ifao), Mireille Loubet (Cnrs-Cpaf) et Samuela Pagani (Università del Salento)

Du 22 novembre 2010 au 24 novembre 2010 , IFAO

Les mystiques juives, chrétiennes et musulmanes dans l’Égypte médiévale Interculturalités et contextes historiques

Qu’elle soit individuelle ou collective, l’expérience mystique peut donner naissance à de réels courants, confrontés aux tendances religieuses existantes et structurées, elles-mêmes fruits d’évolutions antérieures.

Observables à toutes époques et latitudes, ces expériences et courants sont le produit d’un contexte socio-historique, tout comme leurs formes d’expression et leurs interprétations. Leur émergence au sein d’un groupe religieux et d’une société où co-existent diverses communautés, leur confère un rôle qui dépasse le domaine de la foi. Ils sont alors des facteurs potentiels de renouvellement d’un héritage, tant en ce qui concerne les idées morales et religieuses que les pratiques cultuelles, la langue et les relations sociales. De ce constat naît l’intérêt d’une recherche sur les expériences et mouvements mystiques apparus dans les trois monothéismes ainsi que sur les situations de contact entre individus et communautés religieuses dans une société plurielle.

L’objectif de ce colloque international est d’explorer les relations intercommunautaires dans l’Égypte médiévale.

Il s’inscrit dans un programme de l’Ifao et est organisé en collaboration avec les instituts suivants:

- CNRS (UMR 6125, Centre Paul Albert Février) ;

- Università del Salento

- Institut d’études coptes ;

- Deutsches Archäologisches Institute ;

- Balassi Institute ;

- The Office of the Hungarian Cultural Counsellor.

Muslim, Christian and Jewish Mysticisms in Medieval Egypt. Cross-cultural phenomena and historical contexts

Be it individual or collective, mystical experience can give birth to veritable trends, which are confronted with and influenced by already existing and well-established religious tendencies resulting themselves from previous developments.

Perceptible under all latitudes and at all times, mystical experiences and currents are the product of a social and historical context, as well as their interpretations and manifestations. Owing to their relations to the specific group they rise from as well as to the multi-religious context of society, their role goes far beyond the mere frame of faith. They thus turn into potential factors for renewing cultural traditions, ethical and religious ideas, worshipping practices, language, social relationships. All this shows the interest of a research on mystical experiences and trends within the three monotheisms in Medieval Egypt, as well as on situations of contact between individuals and religious communities in a multicultural society.

This colloquium is devoted to Muslim, Christian and Jewish mysticisms in contact situations. It is therefore an intercultural study, aiming at exploring intercommunity relations in Medieval Egypt.

Programme

Historiographie de la guerre dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe siècle). État de la question, lieux communs, nouvelles approches
Organisé par Mathieu Eychenne (IFPO), Benjamin Michaudel (IFPO), Stéphane Pradines (IFAO), Abbès Zouache (IFAO)

Du 3 novembre 2010 au 5 novembre 2010 , IFPO

partenariat IFPO

Longtemps, l’histoire militaire a été vue sous le prisme de la bataille décisive. Critiquée par les tenants de l’école dite des Annales, qui la considérait comme trop événementielle et non problématisée, elle s’est progressivement renouvelée. Les historiens du fait militaire se sont inscrits dans une perspective d’histoire totale ne négligeant aucun aspect des sociétés humaines. L’on parle même, depuis peu, d’une « Nouvelle histoire militaire » (New Military History), qui fait résolument de la guerre un phénomène social, à étudier dans toute sa complexité et en relation avec les autres phénomènes sociaux. Les praticiens d’une telle histoire élargissent leurs champs d’investigation, par exemple, à l’étude des représentations, des émotions ou des notions de violence. Sous l’influence d’une historiographie de la première guerre mondiale dynamique, ils font de plus en plus souvent de l’histoire du combat et de sa violence le centre d’une « culture de guerre ».

Les spécialistes de la guerre médiévale se sont en partie inscrits dans de telles évolutions, la parution de La guerre au Moyen Âge, en 1980, constituant à cet égard un tournant. Son auteur, Philippe Contamine, s’inscrivait en partie dans la lignée du Crusading Warfare de Raymond C. Smail, ouvrage majeur paru en 1956, qui faisait le lien entre les historiographies de l’Occident et du Proche-Orient médiévaux. Il faut dire que, jusqu’à récemment, les croisades ont été considérées comme le moment clé de l’histoire de cet espace. Les armées de l’islam intéressaient les spécialistes surtout en tant qu’adversaires des croisés ; elles furent dès lors rarement étudiées pour elles-mêmes.

Depuis une vingtaine d’années, les études ciblées, remettant en cause cette périodisation et tendant à faire de l’histoire de la guerre au Proche-Orient médiéval une histoire militaire à part entière, se sont multipliées. Elles ont pu bénéficier de la meilleure connaissance d’un espace – l’Égypte et le Bilād al-Šām – marqué, du xe au xve siècle, par une professionnalisation accrue des armées et la militarisation du pouvoir. Tous les champs de la connaissance sont concernés, le croisement des sources archéologiques et historiques s’avérant particulièrement prometteur.

Dans le cadre du programme de recherche Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval, xe-xve siècles, piloté par une équipe de chercheurs – historiens et archéologues- de l’Ifpo et de l’Ifao, un colloque intitulé « Historiographie de la guerre dans le Proche-Orient médiéval (xe- xve siècles). État de la question, lieux communs, nouvelles approches » se tient à Damas du 3 au novembre 2010.

Ce colloque permettra d’abord de dresser un état des lieux de la recherche portant sur la guerre dans le Proche-Orient médiéval, du xe au xve siècle, aussi bien dans ses aspects techniques que dans ses aspects théoriques. Le « phénomène guerre » sera envisagé comme l’un des facteurs explicatifs des transformations que connurent les sociétés du Bilād al-Šām et de l’Égypte, à cette époque. Ce colloque sera également l’occasion de confronter les pratiques des historiens arabes et de leurs pairs occidentaux – il rassemblera des chercheurs exerçant leur métier au Proche et au Moyen-Orient ainsi que des spécialistes occidentaux. Il permettra, enfin, de proposer de nouvelles pistes de recherche, tout particulièrement en ce qui concerne les violences guerrières.

Programme en français

Programme en arabe

Archéologie du paysage. L’Égypte et le monde Méditerranéen
Organisé par Yann Tristant (Ifao) et Matthieu Ghilardi (CNRS)

Du 19 septembre 2010 au 21 septembre 2010 , CFCC

partenariat CEREGE (CNRS, UMR 6635) et le CFEETK (CNRS, USR 3172)

Soufisme et production écrite au XIXe siècle / Sufism and 19th Century Literary Production
Organisé par Rachida Chih (Cnrs) et Catherine Mayeur-Jaouen (Inalco)

Du 16 mars 2010 au 19 mars 2010 16h30, durée 1h00, CFCC

Fusṭāṭ - Isṭabl ‘Antar
Organisé par Roland-Pierre Gayraud (Cnrs - Lamm) et Sylvie Denoix (Ifao)

6 décembre 2009 , CSA

partenariat CSA - Ahmad Pacha Hall

Fustât (actuellement "le Vieux-Caire") est la première ville musulmane d’Afrique. Fondée en 642 par les musulmans venus d’Arabie, elle a été la capitale de l’Égypte sous les premiers califes (capitale de l’ensemble de l’empire musulman: Médine), puis sous les Omeyyades (Damas: 661-750) et les Abbasides (Bagdad: à partir de 750). À l’époque fatimide (969-1171), elle est la capitale économique de l’ensemble Fustât-Le Caire.

Les fouilles de l’IFAO, dirigées par Roland-Pierre Gayraud (CNRS-LAMM), ont eu lieu au sud de Fusṭāṭ, sur le plateau d’Isṭabl ‘Antar. Elles se sont déroulées pendant une quinzaine d’années du milieu des années quatre-vingt au début des années 2000. Depuis cinq ans, dans une phase d’études post-fouille une équipe étudie le très riche matériel. En effet, le site choisi, situé sur les hauteurs au sud de Fusṭāṭ, a permis une excellente conservation des objets organiques (tissus, vannerie, bois, papyrus, papiers). Ils s’ajoutent au matériel comme la céramique, le verre qui sont en nombre très important. Un des intérêts de ces études est qu’elles vont permettre de dater les objets de même type de provenance inconnue.

Par ailleurs, certains objets comme les ṭīrāz, les linceuls brodés dans lesquels ont été ensevelis les membres de la famille fatimide sont des pièces tout-à-fait exceptionnelles.

Outre l’étude de ces artefacts, qui apportera beaucoup à la connaissance de la culture matérielle islamique, les recherches issues de cette fouille donneront à voir le modèle urbain avec, notamment, un réseau d’aqueducs.

6 décembre 2009:Présentation du matériel

Balaneia, thermes et hammams, 25 siècles de bain collectif (Proche-Orient, Égypte et Péninsule Arabique)
Organisé par Marie-Françoise Boussac (univ. Paris X Nanterre), Thibaud Fournet (IFPO) et Michel Maqdissi (DGAM)

Du 2 novembre 2009 au 6 novembre 2009 , IFPO

partenariat IFPO

Ce colloque du programme Balnéorient, en partenariat avec l’IFPO, se déroulera à Damas à l’Hôtel Firdaws - Rectorat de Damas, du 2 au 6 novembre 2009 en étroite coordination avec la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie.

Après les approches diachroniques et régionales des colloques d’Alexandrie (dec. 2006) et d’Amman (mai 2008), nous souhaitons privilégier lors de cette troisième rencontre les approches thématiques et comparatistes, dans une même démarche pluridisciplinaire.

Si vous désirez y participer, merci de nous envoyer rapidement vos propositions le 1er juin 2009 au plus tard, en envoyant la fiche d’inscription à balneorientATmom.fr

Visitez notre nouveau site!

La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe s.). I : l’état de sources
Maria Mossakowska-Gaubert (IFAO), Olivier Delouis (CNRS-UMR8167)

Du 14 mai 2009 au 16 mai 2009 , EFA

partenariat École française d’Athènes

Ce colloque est une des actions du programme La vie quotidienne des moines: étude comparatiste Orient-Occident, réalisé en collaboration entre l’IFAO, l’EFA et l’UMR 8167 “Orient et Méditerranée, Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance“ (CNRS-Collège de France). Ce programme réunit des chercheurs relevant de disciplines variées (philologie, histoire, archéologie et histoire de l’art) et spécialisés dans l’étude des monachismes anciens. Les axes thématiques proposés par les organisateurs dans un cadre chronologique et géographique large (monachismes égyptien, nubien, africain, syro-palestinien, byzantin, italien, franc, wisigoth, IVe-Xe siècles) permettront de connaître la vie quotidienne des moines dans une perspective comparatiste.

Le colloque d’Athènes a pour but de présenter l’état des sources par région. Un deuxième colloque, qui aura lieu à l’IFAO au Caire en 2011, sera consacré aux questions transversales.

Consultez le programme
The Red Sea in Pharaonic Times
organisé par Laure Pantalacci et Pierre Tallet

Du 11 janvier 2009 au 13 janvier 2009 , CSA

partenariat Université de Paris-IV Sorbonne

Colloque au Caire et à Ayn Soukhna (11-12 janvier 2009)

La même année, en 2001, se sont ouverts deux chantiers de fouilles archéologiques sur la Côte de le mer Rouge, distants d’environ 400 kms. Le site d’Ayn Soukhna, sur la côte ouest du golfe de Suez, à la latitude du Caire, a d’abord été repéré par de nombreuses inscriptions rupestres d’époque pharaonique. L’équipe d’archéologues de l’Ifao (dir. Georges Castel, Pierre Tallet) a ensuite mis au jour un important complexe de galeries creusées en bord de mer, et utilisées comme entrepôts. Les vestiges de deux embarcations du Moyen Empire égyptien (c. 1800 av. J.-C.), qui y avaient soigneusement été rangées après démontage, y ont été découvertes. Sur le même site, des installations portuaires et des ateliers métallurgiques ont été identifiés.

La ressemblance est frappante avec le site de Mersa Gaouasis, qui se trouve lui aussi sur la côte occidentale de la mer Rouge, quelque 400 km plus au sud. Les fouilles, menées par une équipe italo-américaine placée sous la direction de Rodolfo Fattovich et Kathryn Bard, ont en effet abouti à la découverte d’un complexe similaire de galeries-entrepôts, dans lesquelles a également été mis au jour un abondant matériel provenant du démantèlement de bateaux, remontant également au Moyen Empire égyptien.

Le but du colloque est de permettre la présentation à la communauté des résultats de ces deux fouilles. Il est destiné aussi à favoriser les échanges entre les chercheurs des deux équipes. Ce colloque itinérant (Le Caire/Ayn Sukhna/Ouadi Gawasis) est organisé conjointement par l’Ifao, le Conseil Suprême des antiquités, l’Instituto archaologico du Centre culturel italien au Caire, et l’Université de Paris-IV Sorbonne.

Télécharger le programme (831 ko).

Comité scientifique

Laure Pantalacci (Ifao, Université Lyon 2), Pierre Tallet (Université de Paris-IV Sorbonne) et Sayed Mahfouz (Université d’Assiout).

Dates et lieux

11 janvier, 9h30 : Ahmad Pasha Kamal Hall, Supreme Council of Antiquities (SCA), 3 el-Adel Abu Bakr Street, Zamalek, Le Caire.

12 janvier : Visite du site d’Ayn Soukhna (inscription obligatoire).

13 janvier : Visite du site de Mersa Gaouasis (inscription obligatoire).

Contact et renseignements

Merci de remplir fiche d’inscription (48 ko) et de la renvoyer à redsea@ifao.egnet.net avant le 20 décembre 2008.

Le statut du musicien dans la Méditerranée ancienne : Égypte, Mésopotamie, Grèce, Rome
organisé par Sibylle Emerit, Laure Pantalacci et Nele Ziegler

Du 4 juillet 2008 au 5 juillet 2008 , IFAO

partenariat HiSoMA (CNRS UMR 5189) et Proche-Orient, Caucase, Iran : diversités et continuités (CNRS UMR 7192)

Cette table ronde internationale est l’occasion d’aborder, pour la première fois, sur la longue durée et dans un cadre géographique large, la manière dont étaient perçus les musiciens dans les sociétés antiques du pourtour méditerranéen afin d’examiner les spécificités, les contacts, les influences réciproques dans la manière de penser le musicien. La question du statut du musicien est envisagée sous l’angle économique, social et juridique.

Elle réunit pendant deux jours à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée l’ensemble des spécialistes internationaux sur la question, ce sujet n’ayant jamais été traité de manière approfondie. L’objectif, à l’issue de cette table ronde internationale, est de publier un ouvrage de référence sur ce thème de recherche qui mettra en relief la façon dont est perçu le musicien dans les cultures antiques.

Dans le cadre du projet quadriennal de l’IFAO sur La musique dans l’Égypte ancienne et sa postérité dans l’Égypte moderne : continuités et ruptures, cette rencontre permet de déterminer ce qui caractérise le statut social du musicien dans la civilisation égyptienne et de définir si celui-ci a évolué au contact des autres cultures musicales de la Méditerranée ancienne.

Lieu : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Amphithéâtre Benveniste, 7, rue Raulin – Lyon 7e.

Date : 4-5 juillet 2008

Contact : semerit@ifao.egnet.net

Organisateurs : Sibylle Emerit, (IFAO / HiSoMA CNRS UMR 5189), Laure Pantalacci, (Université Lumière Lyon2 / IFAO / HiSoMA CNRS UMR 5189) et Nele Ziegler (CNRS, UMR 7192).

Équipes de recherche : IFAO, HISOMA (UMR 5189), Proche-Orient, Caucase, Iran : diversités et continuités (UMR 7192).

Comité scientifique : Annie Bélis (IRHT, CNRS UPR 841), Sibylle Emerit (IFAO / HiSoMA CNRS UMR 5189), Christophe Vendries (Université Rennes 2), Nele Ziegler (CNRS UMR 7192).

Télécharger le programme (704ko)

Informations pratiques

Le soufisme en Egypte et dans le monde musulman à l’époque ottomane
colloque organisé par R. Chih ((CNRS-IREMAM), D. Gril (Université de Provence), Richard Mc Gregor (Vanderbilt University), Catherine Mayeur-Jaouen (INALCO)

Du 15 janvier 2007 au 18 janvier 2007 , IFAO

Lundi 15 janvier

9h30 – 10h : Accueil par la direction de l’IFAO

Présentation : Denis Gril et Richard McGregor

Matinée : présidente de séance : Nelly Hanna, American University of Cairo

1ère séance : De l’époque médiévale a l’époque ottomane : la représentation des voies

10h - 10h30: Denis Gril, Université de Provence – IREMAM : De la khirqa a la tarîqa : continuité et changement dans l’identification et la classification des voies.

10h30 –11h : Pause

11h-11h30 : Nelly Amri, Université de la Manouba - Tunis : Du “saint fondateur” a la tarîqa : un infléchissement dans les modèles d’écriture hagiographique au Maghreb a la fin du XVIIe siècle ?

11h30 – 12h : Catherine Mayeur-Jaouen, INALCO – Paris : La vision du monde par une hagiographie anhistorique de l’Égypte ottomane : les Tabaqât sharnûbiyya.

12h-12h30 : Discussion

Après-midi : président de séance : Marc Sedgwick, American University of Cairo

2ème séance : Dynasties soufies dans l’Égypte ottomane

14h30-15h : Adam Sabra, University of Georgia : Dynastic Sufism in Ottoman Egypt: the Rise of al-Sâdât al-Bakriyya.

15h – 15h30 : Richard McGregor, Vanderbilt University : Is this the end of Medieval Sufism? The example of the Sâdât al-Wafâ’iyya.

15h30 – 16h Discussion

16h - 16h30 Pause

Mardi 16 janvier

Matinée : président de séance : Éric Geoffroy

4ème séance : Regards de voyageurs sur le soufisme égyptien

9h – 9h30 : Mahmud Erol Kiliç, Marmara Universitesi - Istanbul : Evliya Celebi’s Siyahetname as a source of Egyptian Sufi life.

9h30 – 10h : Ralf Elger, Universität Bonn : Ottoman Sufism in non Sufi Eyes.

10h –10h30 : Discussion

10h30 – 11h : Pause

5ème séance : Contacts et réseaux

11h -11h30 : Paul Ballanfat, Université Jean Moulin - Lyon III : Niyâzî Misrî, maître khalveti du XVIIe siècle et l’Égypte.

11h30 – 12h : Stefan Reichmuth, Ruhr Universität : Murtadâ Zabîdî (d.1205/1791) and his role in 18th-century Sufism.

12h-12h30 : Discussion

12h30 – 14h30 : Déjeuner (IFAO)

Après-midi : présidente de séance : Nelly Amri

3ème séance : ‘Ulamâ’ et soufisme

16h30 - 17h : Éric Geoffroy, Université Marc Bloch – Strasbourg : Le soufisme au verdict de la fatwâ, selon les Fatâwâ hadîthiyya d’Ibn Hajar al-Haytamî (m. 974/1567).

17h – 17h30 : Samuela Pagani, Université de Lecce: Le soufisme des oulémas dans les provinces arabes de l’Empire ottoman au XVIIe siècle.

17h30 – 18h : Discussion

16h - 16h30 : Pause

7ème séance : Le cas du Yémen

16h30 – 17h : Alexander Knysh, University of Michigan - Ann Arbor : Tale of Two Poets: Sufism in Yemen during the Ottoman Epoch.

17h – 17h30 : Discussion

Mercredi 17 janvier

9h-18h : Visite guidée, Sur les traces des soufis dans le Caire ottoman avec Mohammed Abulamayem (IFAO)

9h Départ de l’Ifao

Al-Qarâfa

Al-Takkiyya al-Bektâshiyya – Kahf al-Sûdân (si autorisation)

Qubba et zâwiya Abû Ja‘far al-Tahâwî (m. 321/933), édifiées en 1098/1686

Mosquée et qubba de ‘Uqba b. ‘Âmir (le Compagnon du Prophète), édifiées en 1098/1686

Mosquée et tombes des Sâdât Wafâ’iyya

Al-Qal‘a quartier de la Citadelle

Zâwiya Hasan al-Rûmî (cheikh mawlawî m. 929/1522)

Qubbat al-shaykh Su‘ûd (941/1534)

Al-Takkiyya al-Sulaymaniyya (fondée par Sulaymân Pasha, second gouverneur d’Égypte sous les Ottomans)

Al-Takkiyya al-Mawlawiyya

al-Azhar, Mosquée et tombe d’Ahmad al-Dardîr (m. 1201/1787)

Husayniyya

Mosquée et qubba de ‘Alî al-Bayyûmî (m. 1184/1769)

Bâb al-Sha‘riyya

Mosquée et qubba de ‘Abd al-Wahhâb al-Sha‘rânî (m. 973/1565)

Mosquée et qubba de ‘Abd al-Ra’ûf al-Munâwî (m. 1031/1621)

Mosquée al-Ramlî (Shihâb al-Dîn A. m. 957/1550 et Shams al-Dîn M. m. 1004/1595)

‘Abbâsiyya

Zâwiya et tombe de Demirdâsh al-Muhammadî (m. 929/1523)

Rue Port Saïd

Takkiyya du Sultân Mahmûd (1164/1750), construite par Bashîr Aghâ wakîl Dâr al-sa‘âda Durant le règne de Mahmûd I (1730-1754)

Jeudi 18 janvier

Matinée : président de séance : Stefan Reichmuth

8ème séance : Les pratiques initiatiques

9h – 9h30 : Rachida Chih, IREMAM, Aix-en-Provence : Rattachement initiatique et pratique de la Voie, selon le Simt al-majîd d’al-Qushshâshî (m. 1661).

9h30 – 10h : Alberto Ambrosio, Université de Paris IV-Sorbonne : Ecrire et décrire la confrérie Mevlevîyye entre le XVIe et le XVIIe siècle.

10h –10h30 : Discussion

10h30 – 11h : Pause

9ème séance : Deux modalités du soufisme turco-ottoman

11h -11h30 : Joseph Dreher, IDEO, Le Caire : Autour d’une polémique à Istanbul au XVIIe siècle : les parents du Prophète étaient-ils musulmans ?

11h30 – 12h : Alexandre Papas, EHESS – Paris : Refondation et expansion de la Naqshbandiyya non-Mujaddidî dans le monde turc. Lecture de trois textes naqshbandî kâsânî.

12h-12h30 : Discussion

Après-midi : président de séance : Alexander Knysh

10ème séance : Évolution des voies et du soufisme

14h30-15h : A. Hofheinz, University of Oslo: Changing directions ? Re-Presenting the Sufi Path in the 18th and early 19th centuries.

15h – 15h30 : Discussion

15h30 – 16h : Pause

16h – 17h : Conclusion

20h30 : Concert soufi (IFAO)

L’EXERCICE DU POUVOIR À L’ÂGE DES SULTANATS. PRODUCTION, MANIFESTATION, RÉCEPTION.
Jere BACHARACH, University of Washington, Seattle; Irene BIERMAN, UCLA; Sylvie DENOIX, IFAO; Richard MCGREGOR, Vanderbilt University, Nashville

24 mars 2006 9h30, durée 2h00, IFAO

partenariat ARCE-IFAO

Consultez le programme

Friday, March 24, morning Vendredi 24 mars, matin

9h 30 Ahlan wa sahlan

1. L’inscription du pouvoir dans l’espace urbain et régional

1.1 Communautés locales, pouvoir central (Abdelhamid HENIA)

10 h Abdelhamid HENIA (Université de Tunis) : Notabilisation des élites locales et construction du pouvoir étatique en Tunisie (XVe-XVIIe siècles)

10h 30 Mustapha TLILI (Université de Sfax) : L’exercice du pouvoir sur la communauté oasienne de Gafsa (Tunisie) aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles : pratiques et représentations

11h Bethany Walker (Grand Valley State University) : The Agricultural Dimension of Imperial-Peasant Relations in Mamluk Jordan

11h 30 Discussion

Friday, March 24, afternoon Vendredi 24 mars, après-midi

1.2 Le pouvoir dans la ville (Sylvie DENOIX)

14 h Nairy HAMPIKIAN (Conservator, Cairo) & Irene BIERMAN (UCLA) : Mu’ayyad Shaykh and the Landscape of Power

14h 30 May AL-IBRASHY (Conservator, Cairo) : The Ruler in the Cemetery vs. the Ruler of the Cemetery. Intended vs. actual strategies of power and appropriation in Mamluk al-Qarafa

15h Sylvie DENOIX (IFAO) : Penser et organiser la ville : une réflexion sur l’urbanisme des Mamlûks

15 h 30 Coffee break

16 h Heghnar WATENPAUGH (UC Davis) : At the City’s Edge: Space, Power and Mysticism in the Urban Development of Ottoman Aleppo

16 h 30 Richard McGREGOR (Vanderbilt University : The Shaykhs of the Wafa’iyya in Mamluk Cairo: Aesthetics of a Rival Power

17 h Nasser RABBAT (MIT) : The meaning of the Sultan: a clue from the double-headed eagle figure

17 h 30 : Discussion

Saturday, March 25, morning Samedi 25 mars, matin

2. Pratiques de l’écrit et exercice du pouvoir (Eric VALLET)

10 h : Eric VALLET (Université Paris 1) : Pratiques de l’écrit et exercice du pouvoir au miroir des archives du sultanat rasûlide (Yémen, XIIIe-XVe siècle)

10 h 30 : Olivier BOUQUET (Etudes turques et ottomanes) : Biographies, autobiographies et pouvoir sultanien, de Soliman le Magnifique à Abdülhamid II

11 h M’hamed SAÏD (Université de Tunis, FSHS) : Une waqfiyya sultanienne du Yémen : l’acte de fondation de la madrasa al-Ashrafiyya de Ta‘izz (800/1397-98)

11 h 30 Racha ALI (Université Paris IV) : L’Épigraphie Monumentale comme un outil de propagande sharifien à l’époque sa‘dienne au Maroc

12 h : Discussion

Saturday 25th of March, afternoon Samedi 25 mars, après-midi

3. Légalité et légitimité du pouvoir (Julien LOISEAU)

14 h Linda DARLING (University of Arizona, Tucson) : Rhetorics of Justice and Practices of Power in the Mamlûk Sultanate

14 h 30 : Kristen STILT (University of Washington): The Power of the Muhtasibs of Early Mamluk Cairo and Fustat in Cases of Food Availability and Pricing

15 h : Julien LOISEAU (Université de Reims) : L’arbitraire procédurier. Pouvoir mamelouk et usages de la légalité

15 h 30 : coffee break

16 h Tamer EL-LEITHY (Harvard University) : Sovereignty and legal Multiplicity in Mamluk Society

16 h 30: Mathieu EYCHENNE (Université de Provence) : Trajectoires individuelles et réseaux relationnels des administrateurs civils sous le troisième règne d’al-Nâsir Muhammad (1310-1341)

17 h General conversation

La ville d’Alexandrie au XVIIIe et début XIXe siècle
Colloque organisé par Ghislaine Alleaume et Michel Tuchscherer

18 septembre 2005 , IFAO

partenariat IFAO-CEA-CEDEJ-université de Provence

18, 19 et 20 septembre 2005

Colloque organisé par le Centre d’Etudes Alexandrines (CEA, Alexandrie), le Centre d’Etudes et de Documentation Economiques, Juridiques et Sociales (CEDEJ, Le Caire), l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO, Le Caire) et l’Institut de Recherche et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM, Aix-en-Provence)

Les conférences archéologiques de l'Ifao

Histoires de teintures naturelles
Dominique Cardon

23 novembre 2017 16h30, durée 2h00, Palais Thott, Copenhague

partenariat University of Copenhagen, Ambassade de France au Denmark

A l’occasion de sa participation au Workshop "Egyptian Textiles and Their Production: «Word» and «Object» (Hellenistic, Roman and Byzantine Periods) , Mme Dominique Cardon donnera une conférence publique à l’invitation de M. François Zimeray, Ambassadeur de France au Danemark, au Palais Thott le 23 novembre 2017 de 16h30 à 18h30.

L’inscription est obligatoire.

Contact : na@institutfrancais.dk

Download your Invitation
Normes et exceptions dans le programme décoratif des colonnes de la Grande Salle Hypostyle du temple d’Amon-Rê à Karnak.
Jean Revez, Université du Québec à Montréal

22 novembre 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

Pourvue de plus de 130 colonnes papyriformes dont certaines atteignent près de 20 mètres de hauteur, la Grande Salle Hypostyle du temple d’Amon-Rê à Karnak, de par ses seules dimensions (elle mesure plus de 100 m de largeur sur 50 m de longueur) constitue vraisemblablement l’un des joyaux de l’architecture monumentale pharaonique. Élevé et décoré en majeure partie sous les XIXe et XXe dynasties par Séthi Ier, le grand pharaon Ramsès II, Ramsès IV, puis Ramsès VI (ca. XIIIe-XIIe siècle avant J.-C), cet ensemble fait présentement l’objet d’un projet de relevé épigraphique depuis 2011, dans le cadre d’une mission conjointe de l’Université de Memphis et de l’Université du Québec à Montréal.

De par la nature surchargée et en apparence redondante de leur décoration, les immenses colonnes qui se dressent dans la grande salle hypostyle de Karnak constituent un terreau très fertile pour étudier les concepts opposés de normativité et d’exceptionnalité en matière de production artisanale/artistique. Comment en effet interpréter les rares anomalies qui tranchent ici et là avec un décor reproduit à très grande échelle et qui se signale avant tout par son caractère conformiste ? Le chercheur doit-il considérer ces quelques cas comme des erreurs involontaires ou plutôt comme des singularités riches de sens? Nous tenterons de répondre à cette problématique en étudiant des cas concrets auxquels nous avons été confrontés.

Les Rendez-vous de l’archéologie : La reprise des fouilles françaises à Médamoud : La ville et le temple de Montou
Félix Relats-Montserrat, membre scientifique à l’Ifao

19 novembre 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IFE

« Les Rendez-vous de l’Archéologie » est un cycle de conférences mensuelles organisé conjointement par l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) et l’Institut Français d’Égypte (IFE). Ces conférences seront chaque mois l’occasion de donner la parole aux responsables des missions archéologiques françaises en Égypte pour présenter au grand public, avec traduction simultanée en arabe, leurs travaux et leurs découvertes.

La conférence de novembre sera donné par Félix Relats-Montserrat, membre scientifique à l’Ifao. Elle portera sur "La reprise des fouilles françaises à Médamoud : La ville et le temple de Montou ».

La conférence se tiendra à l’auditorium de l’Institut Français d’Égypte, dimanche 19 novembre 2017 à 18 h. L’intervention en Français sera simultanément traduite vers l’arabe et sera suivie d’échanges avec le public puis un cocktail dans le patio de l’Institut.

L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Protecting Cultural Heritage in Conflict and Wars. Lessons Learned.
Prof. Peter Stone Chaire UNESCO « paix et protection des biens culturels » à l'Université de Newcastle

18 novembre 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

partenariat UFE, AFD, IFE

Télécharger l’affiche

Télécharger l’affiche en arabe

L’Institut français d’archéologie orientale, l’Institut français d’Egypte et l’Université française d’Egypte organisent conjointement une conférence publique sur la protection du patrimoine dans un contexte de conflit armé, le samedi 18 novembre à 18h à l’IFAO.

Cet événement comprendra :

- Introduction par S.E. Stéphane Romatet, ambassadeur de France en Egypte, qui reviendra sur la conférence internationale d’Abou Dhabi sur la protection du patrimoine culturel en péril organisée à l’initiative de la France et des Emirats-Arabes-Unis ;

- Intervention de M. Ghaith Fariz, directeur du bureau de l’UNESCO en Égypte, qui présentera la publication par l’UNESCO d’un guide à l’intention des militaires pour la protection du patrimoine culturel en période de conflits armés ;

- Intervention de M. Fakri Hassan, directeur du Master Heritage management de l’UFE, qui présentera un projet de formation sur la protection du patrimoine à l’intention des personnels militaires ;

-   Conférence (en anglais) du Professeur Peter Stone, ancien conseiller du ministère britannique de la Défense pour l’identification et la protection du patrimoine culturel et archéologique en Irak : Protecting Cultural Heritage in Conflict and Wars : Lessons Learned.

Cet événement sera suivi d’un cocktail dans le jardin de l’IFAO.

Peter Stone est titulaire de la Chaire UNESCO « paix et protection des biens culturels » à l’Université de Newcastle, Président du Comité britannique de Blue Shield et secrétaire de Blue Shield International. Il était auparavant directeur de l’École des arts et des cultures et professeur d’études sur le patrimoine au Centre international d’études sur la culture et le patrimoine de l’Université de Newcastle.

En 2003, il fut conseiller du ministère britannique de la Défense en ce qui concerne l’identification et la protection du patrimoine culturel et archéologique en Irak. Il continué à travailler avec les militaires pour affiner les règles de comportement et développer des processus pour une meilleure protection des biens culturels en temps de conflit. Il a beaucoup écrit sur le sujet, y compris la codirection de l’ouvrage The Destruction of Cultural Heritage in Iraq (2008) et la direction de l’ouvrage Cultural Heritage, Ethics and the Military (2011). Son article « The 4 Tier approach » ou « L’approche à 4 niveaux » a mené à la création du « Groupe de travail sur la protection des biens culturels » au sein de l’armée britannique.
Monks and Plants: An Archaeobotanical Study of Monastic Egypt
Dr Mennat-Allah El Dorry, PCMA-IFAO Postdoctoral Fellow

14 novembre 2017 19h00, durée 1h00, PCMA

partenariat Polish Centre of Mediterranean Archaeology UW

Download the poster

Plants are at the heart of daily activities in the pre-plastic world. The study of archaeobotanical plant remains provides an insight into agricultural practices, trade of plant-based commodities, and vegetarian subsistence. This talk will present results of archaeobotanical analysis undertaken at two monastic settlements across. In the north, the monastic settlement of John the Little in Wady al-Natrun provided a full corpus of archaeobotanical material related to food processing, wine production, fuelling ovens, and foddering animals. In the south, Dayr Anba Hadra in Aswan provided further evidence of wine production in monasteries, in addition to a few unusual finds.
Dans les coulisses de l’exposition : « Musiques ! Échos de l’Antiquité »
Sibylle Emerit, CNRS (UMR 5189 HiSoMA)

8 novembre 2017 18h00, durée 1h30, IFAO

Télécharger l’affiche

Depuis le 13 septembre, le musée du Louvre-Lens accueille l’exposition « Musiques ! Échos de l’Antiquité ». Il s’agit de la première exposition consacrée à la musique dans les grandes civilisations de la Méditerranée ancienne, Orient, Égypte, Grèce et Rome, du 3e millénaire av. J.-C. au iv e s. apr. J.-C.

À travers plus de 400 œuvres d’une grande diversité, empruntées à plus d’une vingtaine de musées, le vaste champ géographique et chronologique couvert permet de mettre en lumière les traditions et les spécificités culturelles, mais aussi les échanges, les influences et les hybridations entre ces différentes civilisations musicales.

L’exposition s’adosse à un programme de recherche des Écoles françaises à l’étranger intitulé « Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne », porté par l’Ifao, l’École française d’Athènes et l’École française de Rome. Elle fait ainsi état de la recherche actuelle, riche et abondante dans ce domaine, grâce aux travaux des conservateurs, historiens, archéologues, mais aussi ethnomusicologues, acousticiens et archéomètres. Cette conférence est l’occasion de revenir sur la gestation de cette exposition, puis les différentes étapes de sa réalisation jusqu’à son montage final et son ouverture au public.
Sieve it or Leave it. Archaeology and Archaeological Science in Practice in Egypt
Dr. Johanna Sigl, German Archaeology Institute (DAI), Cairo

4 novembre 2017 18h30, durée 1h00, Musée du Caire

partenariat DAIK, ARCE, AUC, EES, Egyptian Ministry for Antiquities

Download the poster & the abstract

Scientific analytical methods have been applied in archaeological work in Egypt for many years. Laboratory facilities and c o -operations with local and foreign institutions make a wide range of research possible. But, despite the rapidly expanding range of technologies. facilities, and trained personnel working in Egypt the use. of archaeometric analysis is seldom anticipated prior to the start of an excavation project, it is rarely included in the planning process - it still remains an afterthought in many cases. Archaeometric methods are generally 11sed on an on demand basis. often several years after materials have been excavated, by which point the materials to be analyzed might already have been compromised through long established and unchanged excavation techniques, and therefore have been rendered unsuitable for analyses. Thus, the question arises, should fieldwork procedures be revised in general. in order to allow for the possibility to conduct a broader range of high-level scientific analyses that might enable Egyptian archaeologists to make greater contributions to the field of Egyptology and Archaeological science? Where does I can science start, where does it (have to) end? Which scientific research is acttually counted into the field of archaeometry? How much science is I could be /should be done. in archaeology? This lecture aims to address those issues using as an example the work done at various sites under the umbrella of the German

Archaeological Institute in the past years.
LES RENDEZ-VOUS DE L’ARCHEOLOGIE : Les reines de l’Ancien Empire et leurs pyramides : découvertes récentes de la Mission archéologique franco-suisse de Saqqara
Philippe Collombert, directeur de la mission franco-suisse de Saqqara

29 octobre 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IFE

Télécharger l’affiche

« Les Rendez-vous de l’Archéologie » est un cycle de conférences mensuelles organisé conjointement par l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) et l’Institut Français d’Égypte (IFE). Ces conférences seront chaque mois l’occasion de donner la parole aux responsables des missions archéologiques françaises en Égypte pour présenter au grand public, avec traduction simultanée en arabe, leurs travaux et leurs découvertes.

La saison 2017/2018, sera inaugurée par une conférence de Philippe Collombert intitulée « Les reines de l’Ancien Empire et leurs pyramides ».

La conférence se tiendra à l’auditorium de l’Institut Français d’Égypte, dimanche 29 octobre 2017 à 18 h. L’intervention en Français sera simultanément traduite vers l’arabe et sera suivie d’échanges avec le public puis un cocktail dans le patio de l’Institut.

L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
« Aller chercher la pierre de Hatnoub ». La grande carrière d’albâtre de l’Ancien et du Moyen Empire revisitée
Yannis Gourdon, Co-directeur de la mission archéologique de Hatnoub

8 octobre 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

En 1891, à environ 18 km au sud-est de Tell el-Amarna, Percy E. Newberry et Howard Carter découvraient la grande carrière d’albâtre de Hatnoub. La Carrière P a rapidement attiré l’attention des égyptologues en raison de la présence d’une cinquantaine d’inscriptions rupestres datant de l’Ancien Empire au Moyen Empire. Ces inscriptions, qui comptent plusieurs textes royaux et privés, livrent de nombreuses informations de première main sur l’exploitation de l’albâtre et sur l’histoire d’une puissante région administrative, le 15e nome de Haute-Égypte.

Depuis 2012 et sous l’égide de l’Institut français d’archéologie orientale et de l’Université de Liverpool, la mission archéologique de Hatnoub explore le plateau de Hatnoub et tout particulièrement la Carrière P. Les résultats des précédentes campagnes ont permis non seulement d’accroître de manière significative le nombre des inscriptions laissées dans cette carrière, mais aussi de mieux comprendre les techniques mises en œuvre pour extraire l’albâtre. Ce sont ces travaux, enrichis des découvertes faites au cours de la nouvelle campagne qui vient de s’achever, qui vous seront présentés.

Télécharger l’affiche

Historical Awareness, Piety and Education in New Kingdom Asyut ; Latest Insights on the Visitors‘ Texts in Tomb N13.1
Ursula Verhoeven, Johannes Gutenberg University Mainz

4 octobre 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

In Middle Egypt, the necropolis of Gebel Asyut el-Gharbi has become famous because of its large rock tombs of nomarchs from the time of the First Intermediate Period and the Middle Kingdom. During the long-term research activities of “The Asyut Project” (with international cooperation of German Research Foundation, Freie Universität Berlin, Johannes Gutenberg University Mainz, Sohag University, and the Egyptian Ministry of Antiquities) not only these tombs and many other structures have been documented extensively for the first time; also the hitherto unknown Tomb N13.1 of the nomarch Iti-ibi(-iqer) from the time of Mentuhotep II (approx. 2030 BC) was first discovered and studied over the last years.

The tomb bears a unique collection of hand-written sources: several scribes from the New Kingdom (approx. 1550 – 1100 BC) left about 200 ink graffiti (dipinti) on its walls, which inform us about contemporary and long-gone regents, the temples and gods of Asyut, as well as the political and religious literary texts handed down on site during that period.

The lecture presents the entire range of text genres, informs about involved kings, gods and individuals, and tries to explain the background of this exceptional location for graffiti writing. A special focus lies on new insights on the Teaching of Prince Hordjedef and the Teaching of a Man to his Son.
Conférence et Exposition "Archéologie et Climat : Exemple d’Alexandrie"
Conférence "Archéologie et Climat : Exemple d'Alexandrie" animée par Dr. Marie Dominique NENNA, directrice du CE Alex et suivie par une exposition de la photographe Sima DIAB (Trad. simultanée en arabe).

13 septembre 2017 19h00, durée 1h00, IFE

partenariat CE Alex, IFE et l’Institut Suédois

Pour inaugurer la nouvelle saison culturelle 2017-2018, l’Institut français d’Egypte s’associe à l’Institut Suédois et le Centre d’Etudes Alexandrines pour monter une conférence abordant les nombreux vestiges archéologiques qui sont directement exposés à la variation des conditions climatiques.

Télécharger l’affiche

Architectures du pouvoir, piété et savoir / Architectures of Power, Piety and Knowledge
Susana Calvo Capilla et Juan Carlos Ruiz Souza, Universidad Complutense de Madrid

21 juin 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

The architectures we will discuss here show the rich panorama of cultural and artistic connections between al-Andalus and Egypt, the exchanges, references and multiple identities built over centuries on the shore of the Mediterranean Sea. Historiography has often focused on specific aspects, such as the rivalry between the Umayyad and Fatimid caliphates, or the links between al-Andalus and the Maghreb, giving only a partial view where al-Andalus seems to follow or react to external influences. In fact, the palace of Madīnat al-Zahrā’ and the Great Mosque of Córdoba underline the singularity and creative vitality of Andalusi culture in the 10th century. The Mamluk monumental architecture from Egypt, for its part, had an enormous influence in the Mediterranean area throughout the Middle Ages, particularly in the Nasrid Kingdom of Granada and in the Crown of Castile. The Īwān Kabīr of al-Nāṣir at the Cairo Citadel, the great mausoleums and madrasas as well as the central-plan or the use of the muqarnas domes demonstrate the impact of Mamluk architecture, often overlooked by the general studies on the Islamic architecture of the West.

Télécharger l’affiche
La mission salésienne en Égypte et ses écoles d’enseignement professionnel (1890-1970)
Annalaura Turiano, LabexMed, Aix-en-Provence

17 mai 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

L’arrivée des Salésiens en Égypte en 1896 s’inscrit dans le cadre du renouveau missionnaire qui caractérise les Églises chrétiennes au XIXe siècle. Implantés d’abord à Alexandrie, les religieux ouvrent à partir de 1920 plusieurs écoles dans les villes du Delta et du canal. Ils doivent leur réputation aux établissements d’enseignement professionnel et technique qui offrent plusieurs formations dans les métiers de l’artisanat urbain.

Destinés initialement aux communautés italiennes d’Égypte, ces établissements s’ouvrent petit à petit à un public plus large du point de vue national et confessionnel. Jusqu’en 1970, la langue d’enseignement demeure, du moins officiellement, l’italien, et les écoles préparent aux diplômes italiens. Elles parviennent même à échapper à la loi n° 160 de 1958 qui établit la nationalisation de l’enseignement étranger.

Une analyse à plusieurs échelles, s’appuyant sur des sources écrites, orales et iconographiques, permet d’interroger un siècle de présence missionnaire et d’inscrire l’histoire de la congrégation salésienne en Égypte dans des cadres plus larges : l’histoire des missions chrétiennes au Moyen-Orient, l’histoire de l’Italie et de sa présence en Méditerranée, enfin l’histoire des migrations internationales.

Télécharger l’affiche

Forts et mines d’or ptolémaïques du désert égyptien : les travaux récents de la mission française du désert Oriental
Bérangère Redon, CNRS

14 mai 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat Institut français d’Egypte

L’Égypte antique connaissait l’existence de mines d’or, dans la partie sud du désert Oriental. La mission française du désert Oriental, créée en 1994, a exploré pendant vingt ans les fortins d’époque romaine qui gardaient les routes du Nil à la mer Rouge; depuis 2013, elle se concentre sur l’occupation de la région sous les Ptolémées (331-30 av. J.-C.). Ses travaux montrent que ces derniers ont exploité de manière intensive les mines d’or, dans le cadre d’une politique plus large de développement des relations avec la mer Rouge.

Télécharger l’affiche
Conservation and Restoration of the Step Pyramid in Saqqara
Ashraf Youssef Ewais, Ministry of Antiquities

26 avril 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

Build in the third dynasty as king Zoser’s tomb, the Step Pyramid in Saqqara is one of the most important archaeological monuments in Egypt. However, the stability of the pyramid was threatened, especially the first step on the north side and burial shaft. In 2006, a large-scale conservation project was initiated by an Egyptian company. A scientific study investigated the deterioration factors that affected the pyramid, in order to prepare a comprehensive conservation and restoration plan. The sand carried by the wind caused a great load on the edges, while the degradation of the mortar caused many stones to fall or move from their original place, leaving large gaps. The four corners of the pyramids were not in a strong position of stability: the deterioration on the surface of many stones caused them to turn into fine chips. The pyramid’s inside also presented many problems, especially the ceiling of the burial shaft and the underground galleries which are cut in clay layers and filled with debris. Conservation and restoration work in the pyramid have been carried out according to international standards of restoration and conservation. The lecture will present the methods and results of this work.

Télécharger l’affiche

Inscriptions chrétiennes et musulmanes d’Égypte médiévale : Témoignages discrets d’une société plurielle
Alain Delattre et Naïm Vanthieghem

5 avril 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

Des milliers d’inscriptions grecques, coptes et arabes parsemaient les parois des temples ou des églises de l’Égypte médiévale, en décoraient les cimetières ou les monuments, ornaient enfin aussi les objets de la vie quotidienne. Les textes monumentaux ont souvent fait l’objet d’une exploitation intense de la part des épigraphistes et des historiens. Les inscriptions plus modestes, comme les graffitis notés à la hâte sur un mur ou les formules religieuses qui rehaussent les textiles, ont été souvent négligées. Remis dans leur contexte archéologique et culturel, tous ces documents nous livrent pourtant un message authentique, de première main, même s’il n’est pas dénué d’éléments de propagande. Nous présenterons une série variée d’inscriptions, souvent inédites ou pour lesquelles nous proposons une nouvelle interprétation. Elles témoignent à leur manière des aspirations et des préoccupations religieuses, sociales et culturelles de leur temps.

Télécharger l’affiche
Laisser son nom: Graffiti et visiteurs dans les tombes thébaines au Nouvel Empire
Chloé Ragazzoli, Université Paris-Sorbonne

22 mars 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

On trouve dans les tombes thébaines, comme dans la plupart des nécropoles d’élite de l’Égypte ancienne, des graffiti dits de visiteurs. Ces inscriptions, qui datent du Nouvel Empire, sont tracées dans la partie des tombes ouvertes au culte, au sein même du programme décoratif. Il peut s’agir de simples signatures, mais aussi d’offrandes funéraires sous forme de textes littéraires, tout comme de biographies clandestines. D’autres mettent en scène l’identité des signataires et comprennent des prières à leur propre bénéfice. Souvent omises dans les publications, ou considérées ponctuellement pour les données historiques qu’elles peuvent contenir (dates, éléments de prosopographie), ces inscriptions permettent d’aborder des pratiques manuscrites dans leur contexte social, matériel et local. Majoritairement inscrits en hiératique très soigné, ces dipinti constituent l’ostentation d’une identité lettrée et d’un usage particulier de l’écriture habituellement réservée aux manuscrits littéraires. Ils témoignent aussi de la réception de la tombe par les communautés, ainsi que de la transformation des lieux sacrés par leurs usagers.

Cette conférence présentera les résultats du travail de terrain mené depuis 2010 dans la nécropole thébaine sous l’égide de l’Ifao.

Egyptian-German Excavations in the Temple of Heliopolis
Aiman Ashmawy, Supreme Council of Antiquities, and Dietrich Raue, Ägyptisches Museum der Universität Leipzig

15 mars 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

The joint Egyptian-German Mission of the Ministry of State of

Antiquities, the University of Leipzig at Matariya/Heliopolis, and the

University of Applied Sciences Mainz at Matariya resumed work in the

temple of Heliopolis in 2012. The site is greatly threatened by

modern construction and garbage dumps.

Excavations in the Main Temple Area led to the identification of three

temples sites of Ramesside building activity in the western periphery

of the temenos and a sanctuary for Atum of Nektanebos I. The

exploration of the area of the southeastern fringe of the innermost

part of the temple precinct of Heliopolis uncovered evidence for a

Ptolemaic stratum of workshops. Geophysical and geomorphological

surveys focused on the palaeo-landscape and the earliest strata of the

later precinct.

Auguste Mariette: Témoignages méconnus dans les Archives de l’Université de Milan
Patrizia Piacentini, Università degli Studi, Milan

1er mars 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

En 2002, l’université de Milan a acquis les archives Varille-Loret, qui comprenaient un certain nombre de documents de Mariette ou faisant allusion à son activité. Deux ans plus tard, 153 lettres écrites par l’archéologue français à Heinrich Brugsch, pour un total de plus de 500 pages de texte, se sont ajoutées aux Archives. Des photographies très rares du Musée de Boulaq, réalisées autour de 1865 par Alexandre Brignoli, ont été acquises par la suite.

En 2014, les Archives se sont enrichies d’un album extraordinaire sur le Sérapéum, inconnu auparavant, composé et signé par Mariette. Il contient des photographies, plans, notes, copies d’inscriptions, dessins annotés, couvrant toute l’activité de l’archéologue sur le site. Il pourrait s’agir d’une « maquette » du dernier volume que Mariette avait projeté de rédiger sur sa découverte majeure, qui ne fut toutefois jamais publié à cause de sa mort.

Télécharger l’affiche

Les sources documentaires de Deir el-Medina: Leur apport à notre connaissance de l’Égypte ancienne
Pierre Grandet

22 février 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

Les ruines du village de Deir el-Medina ont produit en très grand nombre des documents écrits, soit sur papyrus soit sur des ostraca (éclats de pierre ou tessons de poterie). Ces sources sont traditionnellement réparties en sources littéraires (auxquels on associe généralement les textes magiques et religieux), graphiques (ostraca figurés) et documentaires. Bien que les deux premières catégories participent naturellement, au sens large, de notre connaissance de la civilisation égyptienne, ceux de la dernière catégorie documentent tous les aspects possibles de la vie du village, dans les registres tant institutionnel que privé — du décès d’un roi à une obscure affaire de vol de vêtements —, et nous offrent ainsi un aperçu saisissant de la société égyptienne à travers le microcosme de cette société d’artisans.
Les monnaies égyptiennes, d’Alexandre à Cléopâtre
Thomas Faucher, CNRS (IRAMAT-CEB)

20 février 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat Institut français d’Egypte — المعهد الفرنسي بالمنيره

La numismatique - l’étude des monnaies - est souvent présentée comme une discipline à part, plus spécifiquement dévolue aux spécialistes, mais les dernières années ont vu un changement assez net d’appréhender le sujet. Par l’utilisation des dernières technologies et en mettant en relation les informations avec des disciplines connexes (métallurgie, Histoire de l’art, papyrologie, épigraphie, céramologie…), les monnaies nous permettent de réinventer l’histoire d’une région, ou d’un royaume. En Egypte, les monnaies nous parlent de l’histoire du pays, du salaire des soldats et des marchands payés en larges pièces en argent ou en or, jusqu’au fermier de la vallée du Nil, qui payait ses taxes en monnaie de bronze. Comment les monnaies étaient-elles fabriquées? Quel rôle la monnaie jouait-elle dans l’économie? Comment cette monnaie a-t-elle été affectée par les différentes crises qui ont traversé le pays ? Cléopâtre était-elle sublime? Autant de questions auxquelles nous essaierons de répondre.

Traduction simultanée en arabe.

Télécharger l’affiche

Documents en langue orientale de l’Expédition d’Égypte conservés au Service historique de la défense à Vincennes
Michel Tuchscherer, professeur émérite à Aix-Marseille Université

8 février 2017 18h00, durée 1h00, IFAO

L’Expédition d’Égypte (1798-1801) a généré une impressionnante production de documents, aujourd’hui dispersés à travers de multiples fonds d’archives publics et privés en France et à l’étranger. C’est cependant au SHD (Service historique de la Défense) à Vincennes que se trouve rassemblée la collection la plus importante. Si l’immense majorité des pièces ont été rédigées en français, d’autres langues y apparaissent également. L’arabe compte pour quelque 500 documents et le turc ottoman pour une bonne soixantaine.

L’intérêt de ce corpus réside d’abord dans sa très grande diversité. Les correspondances entre l’autorité occupante et des individus et groupes très variés de la société égyptienne sont révélatrices d’un mode de fonctionnement de l’administration militaire française. Elles sont aussi l’expression des pratiques de l’écrit de ces groupes sur une période très courte d’à peine plus de trois ans. Ce corpus montre par ailleurs les liens complexes entre langues, tout comme il soulève de multiples questions autour des modalités de sa constitution et donc de sa représentativité.

Télécharger l’affiche

Les 50 ans du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (CFEETK). Fouilles françaises en Égypte
Christophe Thiers, directeur du CFEETK

18 janvier 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IFE, CFEETK

En 1967, un protocole était signé entre les ministres de la culture égyptien et français Sarwat Okacha et André Malraux, officialisant la naissance du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (CFEETK), chargé de l’étude et de la restauration des temples de Karnak. Depuis lors, le CFEETK est la structure qui a la charge des travaux de recherche et de conservation dans l’enceinte du temple d’Amon-Rê.

La conférence sera en français, avec traduction simultanée en arabe.

Télécharger l’affiche

Evénement Facebook de l’IFE: https://www.facebook.com/events/396886477311720/
Comment se forgent les croyances ? L’interprétation de la théologie de Sokar à l’aune des activités métallurgiques.
Cédric Larcher (Ifao)

7 décembre 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

Sokar est un des dieux dont le nom revient le plus souvent dans la documentation de l’Égypte ancienne, à toutes les époques. Cela tient au rôle essentiel qu’il joue dans tout ce qui touche au domaine funéraire et plus spécifiquement à celui de la régénération des défunts. C’est notamment grâce à lui que s’opère le processus de transformation des corps morts auxquels il redonne vie dans le secret de sa chapelle-chetyt. Et pourtant, paradoxalement, rien ne semblait prédisposer Sokar à de telles fonctions : on ne lui connaît pas de temple majeur, ni de mythologie, il ne fait pas partie des divinités primitives ou autogènes, son nom n’est jamais utilisé dans les anthroponymes royaux et son clergé se résume à quelques officiants qui ne lui sont pas directement rattachés.

Pourquoi alors les Égyptiens ont-ils placé sous le patronage d’une divinité mineure des opérations aussi importantes que celles relatives à la survie après la mort ? Nous tenterons de répondre à cette question, en proposant une grille de lecture qui met en parallèle les attributions originelles de Sokar, à savoir son rôle dans les opérations de fonderie, et ses fonctions rituelles dans le domaine funéraire. Nous verrons alors que les objets manipulés et la gestuelle adoptée dans les rites où il intervient sont une reproduction mimétique des outils et d’un savoir-faire appartenant au domaine de l’artisanat. L’objectif final sera de chercher à montrer comment le processus technique à l’œuvre dans les opérations de métallurgie a été investi de sens et de croyance et selon quel paradigme il a été transposé dans la sphère religieuse.
Applying the law: Cadis and their witnesses seen through the prism of Mamluk documents
Christian Müller (CNRS, IRHT)

3 décembre 2016 17h00, durée 1h00, IFAO

Authentic legal documents from the Mamluk period are rare specimen; for this reason, the 900 14th-century-documents from the Haram al-Sharif in Jerusalem are exceptional. The density of this source-material that covers various legal fields and types of notarizations written within less than two decades allows for a detailed reconstruction of court procedure and the use of writs. By enhancing textual analysis with historical data, my talk illustrates the fabric of law from additional angles: At its time, this particular corpus constituted a “living archive” arranged for being used in a future that never happened. Checking the particular role of judges and witnesses in this context against the one in registered deeds from other contemporary institutional and private archives provides in-depth insights into the specificities of chariatic law in action.

Christian Müller is Director of Research at the French National Centre for Scientific Research (CNRS) and the Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT). His researches focus on law and the judiciary in Medieval Islam. He published in 2013 Der Kadi und seine Zeugen: Studie der mamlukischen Haram-Dokumente aus Jerusalem, a book that studies the 14th-Century Islamic Court of Jerusalem through the documents of the Haram al-Sharîf.
Documenting Cultural Heritage in the Asyut Region. Season 01-02: in Search of Ancient Shashotep
Ilona Regulski (The British Museum)

29 novembre 2016 18h00, durée 1h00, CSA

Les faux pharaonica d’Alexandrie: les reliquats du grand commerce international d’antiquités (XVIIIe-XIXe siècles)
Paolo Gallo (Università degli Studi, Turin)

23 novembre 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

À Alexandrie, un panachage hétérogène de vestiges de l’époque pharaonique jonche tous les quartiers de la ville et les eaux de la baie du Port Est. La présence de ces monuments égyptiens ou égyptisants dans la ville grecque a été expliquée de diverses manières, selon le lieu et la zone de leur découverte ; cependant, aucun d’entre eux n’a été trouvé in situ, à une exception près, l’« aiguille de Cléopâtre», qui au XIXe siècle se dressait encore face au port oriental.

Puisque les monuments égyptiens d’Alexandrie sont arrivés dans la ville à des époques et pour des raisons diverses, puisqu’ils ont été déplacés plusieurs fois d’un quartier à l’autre, comment distinguer ceux qui ont été transportés aux époques récentes de ceux qui s’y trouvent depuis l’Antiquité ? Le chercheur qui essaye de définir la fonction monumentale, idéologique et religieuse que les antiquités égyptiennes et égyptisantes ont pu revêtir dans le contexte urbain d’Alexandrie, se trouve confronté à cette difficulté majeure. Afin de comprendre la signification historique de ces pierres, il doit reconstruire leurs mouvements à travers chaque phase, en croisant les données archéologiques, la topographie locale, et les documents d’archives.

Books Between Oral and Written Transmission
Prof. Nelly Hanna (The American University in Cairo)

20 novembre 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

partenariat ANR-DFG, Universität Marburg, UMR 7528 Mondes iranien et indien

Keynote Lecture, Workshop "Mechanisms and Frameworks of Transmission" organized by the ANR-DFG DYNTRAN Dynamics of Transmission

Télécharger l’affiche
The Birth of Ancient Egyptian Literature
James P. Allen, Brown University

26 octobre 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

While the definition of “literature” is both subjective and debated, there is a central core of ancient Egyptian texts that is universally recognized as literary, included in every anthology of Egyptian literature in translation: works such as “The Story of Sinuhe,” “The Instructions of Ptahhotep,” and “The Debate between a Man and His Soul.”

Although Egyptian literary compositions are as old as the Pyramid Texts of the Old Kingdom, the works of the central core do not appear until the Middle Kingdom, some four hundred years later. What sets such works apart from other literary compositions? And why do not they appear before the second great period of ancient Egyptian history? This lecture will examine both questions and propose answers that have their roots in a fundamental shift in Egyptian psychology at the end of the Old Kingdom.

Colloque international sur les Textes des Pyramides
Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra

Du 23 octobre 2016 au 25 octobre 2016 , lieu: voir le programme

partenariat Ministry of Antiquities of Egypt

Le colloque aura lieu le dimanche 23 octobre au Ministère des Antiquités, Zamalek, et les deux jours suivants à l’Ifao.

Télécharger le programme
Textes des Pyramides: nouvelles attestations et recherches récentes de la Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra
Philippe Collombert (Université de Genève)

19 octobre 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

Depuis plus de cinquante ans, la Mission archéologique française de Saqqâra - devenue désormais Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra - travaille à la reconstitution des Textes des pyramides de l’Ancien Empire, premier corpus de textes de l’humanité. Les rois de la fin de l’Ancien Empire, puis certaines de leurs épouses, ont bénéficié de l’inscription de ces textes dans leurs appartements funéraires.

Après avoir découvert les tombeaux des reines Ânkhnespépy II (épouse successive de Pépy Ier et Mérenreé, et mère de Pépy II), puis de Béhénou (épouse d’un roi Pépy), la mission a rouvert ceux du roi Ibi (VIIIe dynastie) et de la reine Neit (épouse du roi Pépy II), pour y conduire de nouveaux travaux. La conférence illustrera les dernières découvertes et les recherches actuelles de la mission sur ce sujet.

Télécharger l’affiche

La transmission des textes religieux en écriture hiératique au fil des âges
Joachim Friedrich Quack (Université de Heidelberg)

5 octobre 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

Des compositions religieuses (y compris magiques) sur papyrus sont bien attestées en Égypte ancienne. On en connaît des exemples depuis au moins la fin du IIIe millénaire, et on en trouve encore jusqu’au IIe, peut-être même IIIe siècle après J.-C. Leur existence est due à des facteurs divers, surtout un dépôt dans des conditions qui favorisent la conservation des matériaux organiques. Il faut donc comprendre les hasards d’attestation pour éviter d’en tirer des conclusions erronées.

Cette conférence présentera quelques cas de textes religieux en écriture hiératique, surtout ceux qui sont attestés sur des supports divers, et non pas seulement sur papyrus. Nous nous concentrerons sur les époques tardives, pour lesquelles la documentation est plus riche, et montrerons que dans bien des cas les manuscrits hiératiques tardifs ont des racines profondes, révélant des traditions millénaires.

Télécharger l’affiche

Le processus de patrimonialisation en Égypte: entre les dernières demeures et le coeur de la cité
Galila El-Kadi, IRD

18 septembre 2016 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IRD

L’invitée du mois de septembre de « Midan Mounira » est Galila El Kadi professeure à l’Université française d’Egypte et directrice de recherche émérite à l’IRD. Spécialiste de la question du patrimoine bâti en Egypte et en Méditerranée, Galila El Kadi a signé plusieurs ouvrages de référence dans ce domaine. Sa conférence portera sur « Le processus de patrimonialisation en Egypte : entre les dernières demeures et le cœur de la cité », et se tiendra à l’auditorium de l’Institut Français d’Egypte, dimanche 18 septembre à 18 h. Son intervention en Français sera simultanément traduite vers l’arabe et sera suivie d’échanges avec le public puis un cocktail dans le patio de l’Institut.

Télécharger l’affiche en arabe et français
Discovery of two Priests’ Tombs from the Late Old Kingdom at Saqqara South
Vassil Dobrev (Ifao)

1er juin 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

partenariat ARCE

On February 19th and March 1st 2015, the IFAO Mission working at the site of Tabbet el-Guesh in Saqqara South discovered two tombs of priests who lived during the reign of King Pepy II (ca. 2240-2150 BC) from the 6th Dynasty. The priests were called Sabi and Ankhti. The superstructures of their tombs were built with mud bricks, whereas their funerary chambers were made out of fine white limestone. The tombs were nicely decorated with the representations of numerous offerings whose original colours are still very well preserved, even though they were painted more than 4,000 years ago.

The burial chambers of Sabi and Ankhti were constructed at the bottom of two shafts, respectively 6 and 12 m deep, which were cut directly into the mountain. Unfortunately, the priests’ bodies were found scattered on the floor of the rooms, which indicates that the tombs have already been visited and robbed, most probably in antiquity. Nevertheless, the Mission has been able to retrieve some objects from the original burial furniture, like the alabaster tablet for the seven sacred oils with the small pots, the complete set for the ‘Opening of the Mouth’ ritual, a wooden statuette, several painted limestone models of offerings, pottery vessels, etc. Since it is so rare to find such objects almost in situ, some of them even discovered next to the body of one of the priests, they could help us enhance considerably our knowledge on the sequence of performing resurrection rituals by the ancient Egyptians at the end of the Old Kingdom.
Spatial Patterns of Tomb Location and Court Society in fifth Dynasty Egypt
Massimiliano Nuzzolo (Ifao; Czech Institute of Egyptology)

27 avril 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

One of the most explored issues in Egyptology is “the tomb” in its being the micro-cosmos of the individual in both society and the afterlife. Tombs have been approached from a textual and visual perspective by investigating their artistic facets, their architectural layout, their funerary equipment. However, a weak point of tomb analysis is the tomb topography. This is a very promising field of investigation, particularly when we consider the striking differences in the planning of the three main cemeteries of the Memphite necropolis - i.e. Saqqara, Abusir and Giza - in the time span taken into account in this conference, i.e. the fifth dynasty. By combining analysis of the natural environment with landscape phenomenology (visibility, accessibility, position, interrelation), the conference will finally move to the main theoretical question: “May spatial patterns of tomb location reveal aspects of the nature of early court society in Egypt that are not accessible through the written and visual sources?”

Download the poster (0.94 Mb)
The Possibility and Necessity of Musical Ecstasy (Tarab) in the Mystic Sufi Chant of Egypt
Michael Frishkopf (University of Alberta)

13 avril 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

The aesthetic concept of tarab finds no ready translation from the Arabic. Narrowly defined, it refers both to musical ecstasy and to the traditional musical-poetic resources for producing it. Tarab also depends on consonant performer-listener interactions, in which experienced listeners express emotion through vocal exclamations and gestures; the performer in turn is both moved and directed by such feedback. Through this dynamic relationship, emotion is shared, exchanged, and amplified among participants. The harmonious relation between singer and poetry is also critical to tarab.

Tarab represented Arab music’s aesthetic ideal up until the mid-20th century, after which it began to fade, a victim of musical modernization and Westernization. However, listeners often describe Sufi inshad (mystical chant), as rich in tarab. Indeed, in its musical features and performative dynamics, Sufi music is reminiscent of older Arab music in which tarab prevailed.

In this paper I attempt to solve this puzzle: Why did Sufi music remain laden with tarab, while secular music became largely bereft? A structural explanation is located in the nature of Sufi worldviews, concepts, socio-spiritual organizations, and practices. A careful analysis shows how Sufism both facilitates and requires the harmonious socio-spiritual relationships among poet, singer, and listeners upon which tarab depends.

Télécharger l’affiche

Painters and Painting Practices in the Theban Necropolis during the 18th dynasty
Dimitri Laboury (F.R.S. - FNRS – Université de Liège)

30 mars 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

The lecture will outline some of the main results of a project funded by a Research Incentive Grant of the National Foundation for Scientific Research of Belgium (F.R.S. - FNRS) and devoted to the study of the painters responsible for the decoration of private tombs in the Theban Necropolis during the 18th dynasty, their techniques, practices, work organisation, employability and relations to their patrons. It will start by addressing the often skirted issue of art and artists in Ancient Egypt, before analysing the various Egyptological data as well as new methodological strategies that allow us to study and track down those artists in their social but also individual identities.
La tombe thébaine d’Amenhotep (TT C3). Recherches sur l’évolution d’un paysage funéraire
Laurent Bavay (Ifao)

16 mars 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

La nécropole thébaine constitue l’un des ensembles funéraires les plus importants de l’Égypte ancienne. Depuis un siècle, de nombreuses tombes ont fait l’objet de dégagements sommaires ou de recherches archéologiques rigoureuses. Toutefois, ces travaux n’ont que rarement envisagé le monument dans son environnement plus large, à l’échelle du cimetière et de son développement spatial.

Découverte en 2009 par la mission archéologique belge, la tombe TT C3 a été réalisée sous le règne de Thoutmosis III pour le vice-chancelier Amenhotep, avant de connaître plusieurs réoccupations au fil des siècles. Sa fouille et son étude en cours fournissent un éclairage inédit sur l’organisation interne d’un secteur de la nécropole thébaine, dans une perspective diachronique qui envisage à la fois l’implantation originale des monuments durant le Nouvel Empire et les occupations postérieures, en particulier celle liée à l’installation de communautés monastiques coptes à l’aube de la conquête arabe.

ARCE Luxor. Site Improvement, Job Creation and Conservation Projects on Egyptian Cultural Heritage Sites
John Shearman and Khadiga Adam (ARCE)

2 mars 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

partenariat ARCE

In 2011, the American Research Center in Egypt (ARCE) received a grant from the United States Agency for International Development (USAID) to focus on temporary employment for local heads of family, due to the downturn in tourism as a result of the last Revolution. The grant was very successful and ARCE received a second grant to continue the job creation and training project in 2015.

The grants encompass cultural heritage site improvements, temporary jobs for locals, conservation and archaeology field schools for Ministry of Antiquities employees. The project not only prepared and improved the sites for tourists but also injected badly needed currency into the local economy. At the completion of both grants, ARCE Luxor will have provided temporary employment for approximately 1,300 workers for 24 continuous months and opened new heritage sites for tourists.

The cultural heritage sites include: Khonsu Temple (Karnak), Mut Temple (Karnak Complex), Luxor Temple, Isis Temple at Deir el Shelwit, Sheik Abdel Qurna (Nobles Tombs), Dra Abu el Naga (Nobles Tombs), Qurnet Murai (Nobles Tombs), Tomb of Djehuty (TT 110), Qurna Lower Enclosure (TT 110 area), Tomb of Niay (TT 286) and Tomb of Raya (TT 159).
Les instruments de musique de l’Égypte ancienne : enjeux et perspectives de la base de données Meddea
Sibylle Emerit (Ifao)

17 février 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

L’Égypte ancienne nous a légué un nombre de vestiges d’instruments de musique, complets ou fragmentaires, exceptionnel comparé à celui d’autres civilisations de l’Antiquité. Les conditions climatiques propres à la vallée du Nil ont permis la conservation d’objets particulièrement fragiles comme les tambours ou les harpes, dont des parties entières, en bois et en cuir, ont défié les outrages du temps. Bien que les quatre principales collections, celles du Neues Museum à Berlin, du musée du Caire, du British Museum et du musée du Louvre, aient été publiées entre 1921 et 1979, il apparaît nécessaire aujourd’hui d’élaborer un nouveau corpus.

Afin de faciliter la gestion et l’exploitation de l’ensemble des sources relatives à la musique de l’Égypte ancienne (textes, images, objets), une base de données, nommée Meddea (Musiques et danses de l’Antiquité), a été conçue à l’Institut français d’archéologie orientale. Ces dernières années, j’ai mis l’accent sur le référencement des vestiges d’instruments de musique disséminés dans de nombreuses collections muséales à travers le monde. Lors de cette conférence, je présenterai les problèmes méthodologiques liés à la description et au classement d’objets morphologiquement complexes, ainsi que le potentiel de recherche offert par une documentation encore peu exploitée ; celle-ci peut être reconsidérée grâce aux analyses archéométriques et à la lumière de nouvelles découvertes archéologiques.
Un mai 68 arabe? La révolution égyptienne au prisme du culturel
Richard Jacquemond, (CNRS IREMAM UMR7310 / Université d'Aix-Marseille)

3 février 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

La séquence révolutionnaire égyptienne de 2011-2013 peut être comparée à celle de mai 68. Comme elle, c’est une révolte anti-autoritaire dont le fer de lance est la jeunesse urbaine, et cette double caractéristique est la cause principale de son échec politique. Mais l’attention portée aux pratiques culturelles montre l’émergence de valeurs et de pratiques nouvelles qui sont autant de signes avant-coureurs de transformations sociétales profondes en cours, dont on veut faire le pari qu’elles se diffuseront au fur et à mesure que la génération de 2011, aujourd’hui marginalisée et persécutée par la contre-révolution autoritaire, mûrira socialement, un peu à la manière dont le "mai 68" global a révélé et précipité des évolutions de fond dans les sociétés occidentales.
Papyrus grecs d’époque arabe provenant d’Edfou: méthode et potentiel, avec l’apport de la documentation copte
Jean Gascou (Paris IV)

27 janvier 2016 14h30, durée 1h00, IFAO

Le site de Mi-Our au Nouvel Empire: Nouvelles perspectives de recherches
Marine Yoyotte (Ifao)

20 janvier 2016 18h00, durée 1h00, IFAO

Localisé à l’entrée sud du Fayoum, le complexe palatial de Mi-Our (sur le site actuel de Gourob) est connu depuis la fin du XIXe siècle, grâce aux premières campagnes de fouilles qui y furent entreprises entre 1888 et 1920. Il reste à ce jour le seul palais de l’époque pharaonique identifié comme harem royal. Les vestiges du palais, la nécropole attenante, et les papyrus découverts sur place permettent de mieux appréhender tant l’organisation que l’administration d’un harem entre les règnes de Thoutmosis III et de Ramsès V.

Depuis 2005, un vaste programme d’étude est engagé sur place par le Gurob Harem Palace Project, comportant des examens topographiques, architecturaux et magnétométriques, ainsi que l’analyse du matériel découvert in situ. En outre, des recherches ont été entamées en 2008 à proximité du site afin de localiser l’ancien tracé du Bahr Youssef, ainsi que la base portuaire mentionnée dans les sources textuelles d’époque ramesside. Cette conférence se propose d’exposer l’historique des fouilles, les acquis du programme en cours, et ses futurs développements.

Autour du Congrès de Musique Arabe du Caire de 1932 : La musique égyptienne dans les enregistrements du Congrès
Jean Lambert (Muséum National d'Histoire Naturelle / CNRS LESC, UMR 7186)

16 décembre 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

partenariat CEDEJ

Quatre-vingt-trois ans après son déroulement, le Congrès du Caire de 1932 est devenu pour la musique arabe un événement historique presque mythique. Il n’a pourtant pas livré tous ses secrets, en particulier les enregistrements de musiques égyptienne et arabe qui furent effectués à cette occasion.

Après un important travail de restauration du son, la Bibliothèque Nationale de France, en collaboration avec le Tourism and Culture Authority d’Abu Dhabi, et sous la direction scientifique de Jean Lambert et Pascal Cordereix, vient de publier en 2015 l’intégralité des enregistrements effectués au Congrès.

Ces documents d’archives sonores de plus de dix-huit heures de musique, sont accompagnés d’un livret descriptif de 250 pages en trois langues. Entre musique savante (les enregistrements de muwashshah par Darwîsh al-Harîrî), et les musiques populaires (par Mohammed al-’Arabî), en passant par les rituels soufis (la confrérie Mawlawiyya), que nous apprennent ces enregistrements sur la musique égyptienne ? Le conférencier tentera de répondre à ces questions en s’appuyant sur de nombreuses écoutes sonores.

De Bagdad au Caire. Genèse et diffusion d’une culture aristocratique : la furūsiyya (VIIIe-XVIe s.)
Abbès Zouache (CNRS, Ciham UMR 5648)

25 novembre 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

La furūsiyya est encore souvent associée aux seuls arts équestres. Pourtant, elle était liée à tout ce qui avait trait de près ou de loin à la guerre, depuis la chasse et le polo aux recettes de feu grégeois, comme le montre la masse de traités qui s’y rapportent, dont un très grand nombre demeure à l’état de manuscrit.

Ces textes, que d’autres sources, narratives ou lexicographiques, complètent parfois avantageusement, confirment que la furūsiyya naquit en Irak, au VIIIe siècle, sous l’influence de traditions diverses, sassanide, grecque, centre-asiatique, arabe.

Valorisée par les califes abbassides, la furūsiyya devint un élément marquant de la culture des aristocraties militaires qui s’imposèrent dans l’ensemble de l’Orient musulman, du Xe au XVIe siècle. Elle s’y diffusa progressivement, sous des formes diverses, jusqu’à briller de mille feux, en Égypte, à la fin du Moyen Âge.

Ritual Scenes on the 21st Dynasty Coffins. Coffins as Ritual Machines
Eltayeb Abbas (Minia University - IFAO)

11 novembre 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

During the 21st Dynasty new iconographic compositions were introduced, and were placed on coffin sides. Coffins served as a miniature for the tomb during the 21st Dynasty, when richly decorated tombs were no longer built. Instead of depicting ritual and hereafter scenes on the walls of the tombs, these were placed instead on the inner and outer sides of the coffins and also on papyri. The decorations on the sides of the coffins not only include representations of the underworld scenes as found on royal tombs, but also have vignettes of the New Kingdom Book of the Dead. The 21st Dynasty coffins and their antecedent coffins of the 18th and 19th Dynasties have depictions of the funeral scenes, which are well-preserved on the walls of the tombs and also in texts. As in the Middle Kingdom coffins, the 21st Dynasty coffins served as a universe for the deceased and also reflect the rituals performed for him/her from the moment of death until burial. The only difference between the Middle Kingdom coffin and that of the 21st Dynasty is that the latter has more decorative elements than the former. These decorative elements replaced the ritual texts in the rites of passage.

In this lecture, the decorations on these coffins will be dealt with as evidence for ritual practice in the 21st Dynasty itself, but also for the long continuity of ritual practice during the rites of passage in ancient Egyptian religion. It will also consider attitudes to the coffin, not merely as an object, but as part of and objectification of those rites, and its role as descendant of the mortuary literature and the tomb decoration of earlier periods, towards a better understanding of the material mortuary record of ancient Egypt.

Dans de beaux draps pour l’éternité. À propos des linceuls et de bandelettes de momies
Annie Gasse (CNRS, UMR 5140, Montpellier)

21 octobre 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

Depuis la plus haute Antiquité, les Égyptiens ont enveloppé leurs morts dans des étoffes de lin. Mais ce n’est qu’à l’extrême fin du Moyen Empire ou plus précisément de la Deuxième Période intermédiaire (vers 1550 av. J.-C.) qu’ils commencèrent à décorer ces tissus funéraires. Le roi, à l’Ancien Empire, puis les notables, au Moyen Empire, étaient toujours accompagnés dans leur tombeau de textes destinés à faciliter leur séjour dans l’au-delà. Les corpus de ces textes évoluèrent au fil du temps. Ce furent d’abord les Textes des Pyramides pour les premiers pharaons, puis les Textes des Sarcophages pour les particuliers du Moyen Empire, enfin, au Nouvel Empire, le Livre des Morts enrichi progressivement d’autres compositions funéraires. À l’origine inscrits sur les parois des sépultures, ces textes se rapprochèrent peu à peu du corps du défunt : on les inscrivit d’abord sur et dans les cercueils. Dans les dernières années précédant le Nouvel Empire, c’est sur les linceuls qu’ils furent copiés. L’usage des linges de momie inscrits se développa, parallèlement à celui des papyrus, depuis cette époque jusqu’aux derniers siècles de l’histoire pharaonique.

Linceuls, « carrés de lin » et bandelettes de dimensions variées reflètent donc fidèlement l’évolution des croyances et pratiques funéraires égyptiennes pendant presque deux millénaires. Ces objets fragiles et, de ce fait, difficiles à exposer, sont parfois mal connus. Pourtant, nombre d’entre eux montrent une grande qualité artistique et présentent un intérêt documentaire de tout premier plan. Un choix de pièces encore inédites ou en cours d’édition viendra illustrer cette présentation.

Suivre la main du scribe Amennakhte dans la documentation hiératique de la XXe dynastie
Andreas Dorn & Stéphane Polis

30 septembre 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

Le scribe Amennakhte, fils d’Ipuy, fut un personnage central de la communauté de Deir el-Médineh à la XXe dynastie : élevé au rang de Scribe de la Tombe en l’an 16 de Ramsès III, il occupa ce poste durant plus de trente années, jusqu’à sa mort sous le règne de Ramsès VI. Fait exceptionnel, ce lettré ne nous est pas seulement connu comme rédacteur de textes documentaires afférents à la gestion de l’Institution de la Tombe, mais également comme auteur d’une série de textes relevant de la sphère littéraire au sens large, allant de l’enseignement à la satire en passant par des hymnes et eulogies.

Après avoir brièvement présenté l’environnement dans lequel vivait Amennakhte — dont on pense connaître à la fois l’habitation dans le village et une hutte qu’il occupa dans la Vallée des Rois — nous axerons notre présentation sur la dimension paléographique du personnage et présenterons les difficultés rencontrées lorsque l’on entend suivre la main du scribe dans la documentation hiératique de la 20e dynastie. Ce sera l’occasion d’un parcours diachronique entre une variété de supports (graffiti incisés, dipinti, ostraca et papyri) et de genres textuels, qui nous permettra d’observer les variations de formes et de ductus potentiellement attribuables à un même scribe. En nous appuyant essentiellement sur le matériel du Museum de Turin et de l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire, cet exposé sera l’occasion de présenter les derniers progrès réalisés dans l’identification des mains de scribes de la communauté de Deir el-Médineh.

Un rituel en filigrane. À propos de quelques phylactères funéraires tardifs
Florence Albert, adjointe aux publications de l'IFAO

17 juin 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

À partir de la Basse Époque se développe dans les équipements funéraires l’utilisation de phylactères, sans doute placés au cou des défunts. Ils prennent la forme de petits papyrus inscrits avec une ou deux formules extraites du corpus du Livre des morts. Ces manuscrits ont très souvent été interprétés comme de simples Livres des morts abrégés, qui seraient venus s’ajouter aux exemplaires plus complets, voire les remplacer. Cependant, la sélection des textes à laquelle procèdent ces documents révèle qu’ils avaient une fonction bien distincte, qui pourrait être rattachée à un rituel spécifique pratiqué au moment de l’embaumement.

L’étude de ces phylactères permet ainsi de mieux connaître le rituel auquel ils étaient associés. Elle donne aussi l’occasion d’éclairer les processus de transmission des textes religieux dans la sphère funéraire, et de revenir sur certaines des pratiques funéraires qui étaient observées en Égypte durant l’époque tardive.

Kôm Abou Billou, temple, ville et nécropole. Premiers résultats archéologiques (2013-2014)
Sylvain Dhennin, ancien membre scientifique à l’Ifao

3 juin 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

Depuis 2013, l’Ifao a débuté des travaux archéologiques sur le site de Kôm Abou Billou, à l’ouest du Delta, avec la participation de l’université de Lille 3. Après une prospection générale du site et la réalisation d’un premier plan masse, les fouilles ont commencé en 2014.

Kôm Abou Billou a abrité le site de la Mefkat pharaonique, puis la Térénouthis gréco-romaine. Celle-ci fut le point de convergence de pistes caravanières qui assurèrent sa prospérité. L’objectif du programme de recherche est d’évaluer l’ensemble des fonctions de la ville et leur évolution sur le long terme, en s’appuyant sur une étude extensive de l’urbanisme. Outre la prospection générale du site, des travaux de fouille et de relevé ont été commencés dans la ville, le temple d’Hathor et la nécropole. La conférence présentera les premiers résultats obtenus sur ces différents secteurs.
Life and Death on the Egyptian-Nubian Border: Recent Results from Hisn al-Bab
Pamela Rose, Directrice adjointe de l’Institut archéologique autrichien au Caire

20 mai 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

The site of Hisn al-Bab stands on the long recognized border between Egypt and Nubia, close to the island of Philae. Between the late Roman and the early Medieval periods a series of fortifications was built here to regulate and control those travelling between the two areas.

At Hisn al-Bab, a previously uninvestigated site, the recent work of the Austrian Archaeological Institute (Cairo) has identified three phases of occupation, each of which is marked by significant building activities which demonstrate the changing nature of settlement on the border over time, from a Roman fort to a medieval Nubian frontier post through which trade goods were processed. Remarkable organic preservation gives insight into living arrangements and the provision and storage of food, whilst the presence of bodies showing significant battle injuries and weaponry attest to the contested status of the area. Finds, particularly of ceramics, indicate a significant Nubian presence at all stages of occupation.

In this talk Dr Rose will present an overview of the site, and the latest results from the archaeological work at Hisn al-Bab. These results will then be discussed in their historical context.

Le cercueil de Padikhonsou au musée des Beaux-Arts de Lyon. Étude d’un matériel funéraire inédit de la XXIe dynastie
France Jamen (laboratoire Histoire et Sources des Mondes Antiques HiSoMA, Université Lyon II)

22 avril 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

Le cercueil et la couverture de momie du « prêtre-pur, prêtre-lecteur et embaumeur du domaine d’Amon » Padikhonsou sont conservés au musée des Beaux-Arts de Lyon, sous le numéro d’inventaire H 2320-2321 ; leur provenance est inconnue. L’intérieur du couvercle est orné d’une frise extraite du chapitre 17 du Livre des morts et d’une longue inscription, qui associe deux formules funéraires au chapitre 1 du Livre des morts. La face interne de la couverture de momie comporte quant à elle des extraits illustrés des 10e et 11e heures du Livre de l’Amdouat. Autre originalité, le matériel associe une cuve peinte en jaune avec un couvercle à fond blanc, orné de bretelles de momies de couleur rouge.

Les caractéristiques de la décoration permettent de proposer une datation à la fin de la XXIe dynastie, probablement sous le pontificat de Pinedjem II (990-969 av. J.-C.). Par ailleurs, si nous ignorons dans quelle tombe a été enterré Padikhonsou, le fond jaune de la cuve et la densité des motifs plaident pour une origine thébaine.

Cette conférence se propose de développer les caractéristiques iconographiques et textuelles de cet ensemble, tout en tentant de le replacer dans son contexte historique en s’intéressant aux activités professionnelles et au statut social de son propriétaire.
From the Valley to the Deserts, from Prehistory to History, The IFAO Excavations
Béatrix Midant-Reynes

6 avril 2015 18h00, durée 1h00, CSA

From the valley to the deserts, the Ifao excavations cover a span from prehistory to the modern era. The institute is active in the six main zones, which make up Egypt : the Delta, the Memphis area, the Red Sea coast, the Middle-Egypt, the Upper-Egypt and the deserts. The lecture intends to give an overview of the 24 ongoing excavations, focusing on the main themes and the new discoveries.
Une ressemblance pour une différence. Perceptions de la gémellité en Égypte ancienne
Marie-Lys Arnette (IFAO)

1er avril 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

Qu’ils soient bénis ou maudits, les jumeaux laissent bien peu de sociétés indifférentes et sont le plus souvent perçus comme des créatures hors du commun. La documentation égyptienne pharaonique est peu bavarde sur le sujet, faisant état de très peu de cas – un seul étant absolument avéré avant les périodes tardives, époque où les attestations se multiplient notablement. Ce silence relatif ne trahirait pourtant pas un manque d’intérêt, mais peut-être une forme de tabou. Le positionnement vis-à-vis de ces êtres singuliers semble pour le moins ambivalent, puisque les quelques jumeaux connus occupent une place très élevée dans la hiérarchie sociale, célébrant leur gémellité sans la révéler tout à fait, tandis que d’autres documents attestent la crainte qu’ils suscitent.

L’étude du phénomène gémellaire permet de questionner une certaine norme, et l’appréhension de ce qui est perçu comme en dehors d’elle. Cela conduit aussi à s’interroger sur la définition de l’individu, en tant qu’être unique, et permet d’aborder le thème du double. Le propos de cette conférence sera donc de présenter les sources égyptiennes de cette histoire, en tachant d’en comprendre les évolutions, et de les analyser à travers le prisme d’une culture où le respect de la norme, d’une part, et la notion de dualité, d’autre part, sont fondamentales.

Mémoire collective et militantisme alexandrin : la répression du Parti communiste des travailleurs, 1973-1975
Mélanie Henry (CEDEJ/IFAO)

18 mars 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

En 1973, une vingtaine de militants accusés d’être membres du Parti communiste des travailleurs d’Alexandrie sont arrêtés. Leur détention suscite un mouvement de solidarité, initié par les secteurs dans lesquels ils intervenaient. Il culmine en 1975, faisant franchir un seuil à la protestation de rue à Alexandrie. Comme ailleurs dans le pays, les mobilisations alexandrines avaient crû depuis la défaite face à Israël en 1967 ; elles refluent après le soulèvement populaire national des 18 et 19 janvier 1977. La conférence entend explorer la dimension fondatrice de cet épisode dans la mémoire collective communiste.

Dans le cadre d’une enquête sur les secteurs ayant initié le soulèvement de 1977 à Alexandrie, a été recueilli un ensemble de témoignages oraux de militants et sympathisants communistes de tendances diverses. Les enquêtés inscrivent leurs récits de vie, orientés sur l’engagement politique, dans la chronologie des actions collectives de la décennie 1970 ; la mobilisation de 1975 y apparaît comme un tournant. Le procès du groupe a par ailleurs fait l’objet d’une publication incluant les pièces de l’enquête : témoignages des indicateurs de police infiltrés dans l’organisation, enregistrement des réunions militantes, interrogatoires, aveux et plaidoiries des avocats. L’expérience a été doublement fondatrice : hors de prison, différents secteurs de la ville (usines et facultés) ont été conjointement mobilisés ; en prison, les militants du parti communiste ont tissé des liens avec d’autres contestataires, d’orientations et de milieux sociaux variés.

The Sun Temples. Ideology and Architecture of the Fifth Dynasty Pharaohs
Massimiliano Nuzzolo (Université de Naples - Université d'Alexandrie)

4 mars 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

The sun temples of the fifth dynasty represent one of the most intriguing, and strictly unparalleled, monuments of Ancient Egypt. Despite several studies conducted in the last century, the meaning and reasons for their building and sudden disappearance are still far from clear, especially the issue of whether the temples had a solely funerary nature. This idea, mainly due to their location in close proximity with the contemporary pyramids, on the west bank of the Nile, seems to fail when compared with the archaeological and epigraphic evidences.

This lecture will show how the significance and evolution of these solar temples in the architectural and religious history of the Old Kingdom were closely connected to the contemporary pyramids and the general, defining process of the royal ideology during the Old Kingdom. A special focus will be also set on the examination of some elements of the decorative program of the best preserved sun temple, that of Niuserra, and in particular the sed festival representation which seems to be, in the present author’s opinion, the actual clue of the puzzle.

Quand les amphores se mettent à parler. Du nouveau sur les dipinti amphoriques de la Méditerranée orientale
Jean-Luc Fournet (Ecole Pratique des Hautes Études-)

18 février 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

Parmi les matériels écrits livrés par les fouilles, il en est un qui a souffert d’une longue indifférence : les notations apposées sur les amphores, communément appelées tituli picti ou dipinti. Contrairement aux tituli picti latins du Haut-Empire étudiés dès le XIXe s., ceux des amphores de la Méditerranée orientale, écrits en grec et datant de l’Antiquité tardive (IV-VIIe s.), ont été délaissés par les céramologues, qui ne peuvent pas les lire, et par les épigraphistes ou papyrologues, rebutés par les difficultés de lecture qu’ils posent et par leur caractère a priori rébarbatif.

Ces dernières années, l’examen du matériel des fouilles françaises des Kellia ainsi que de la mission italienne d’Antinooupolis a permis de faire des progrès dans leur lecture et leur compréhension. Il s’avère que ces dipinti, une fois déchiffrés, sont d’un grand intérêt non seulement pour la compréhension de l’organisation du commerce du vin, de l’huile et du garum, mais aussi pour la lexicographie grecque et l’histoire de l’écriture dans l’Orient protobyzantin — puisque provenant de régions qui n’ont guère laissé de documentation écrite à l’encre.

Datation et Archéologie, une intuition Bayésienne ? Modélisation d’une chronologie complexe pour la 18e dynastie égyptienne
Anita Quiles (Ifao)

28 janvier 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

« On voit, par cet Essai, que la théorie des probabilités n’est, au fond, que le bon sens réduit au calcul ; elle fait apprécier avec exactitude ce que les esprits justes sentent par une sorte d’instinct, sans qu’ils puissent souvent s’en rendre compte »

P-S. Laplace

Pour rendre pertinente une datation, il faut l’inscrire dans une démarche plurielle et intégrée et pouvoir la confronter à des données de tout ordre, du point de vue du chimiste et du physicien, tout autant que de l’archéologue et de l’historien. De part son sens intuitif, la statistique Bayesienne s’impose comme l’outil le plus efficace pour construire des modèles chronologiques fiables, intégrant de façon unique toutes les données disponibles sur l’échantillon analysé : son application en archéologie est devenue indispensable.

Cette démonstration sera appuyée par l’étude d’une problématique archéologique précise: la modélisation d’une chronologie complexe pour la 18e dynastie de l’Égypte ancienne. Une centaine de datations radiocarbone a été réalisée sur deux séries d’objets fabriqués à partir de matériaux de courte durée de vie, conservés au musée du Louvre et archéologiquement attribués aux règnes de Thoutmosis III et Toutânkhamon. Des observations astrophysiques attestées dans les sources égyptiennes sont venues compléter notre étude : notamment, le Calendrier d’Éléphantine sur lequel a été gravé une date sothiaque et les équations lunaires enregistrées au temple de Karnak sous le règne Thoutmosis III. Des méthodes de calculs originales ont été utilisées pour recadrer ces observations dans le temps. L’ensemble de ces données a finalement été intégré par inférence Bayesienne dans un même modèle, définissant la première modélisation chronologique complexe de la 18e dynastie de l’Égypte ancienne.
Royal Substructures in the Old Kingdom (first part)
Dr Nabil Swelim

13 janvier 2015 19h00, durée 1h00, PCMA

L’Égypte au 4e millénaire et l’uniformisation des cultures prédynastiques
Frédéric Guyot (Ifao)

3 décembre 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

L’époque prédynastique couvre l’ensemble du 4e millénaire et marque la transition entre le Néolithique et l’Ancien Empire. Elle est caractérisée par le passage de petites communautés au mode de vie encore très mobile à une société agricole fortement hiérarchisée. C’est au cours de cette période que prend forme l’univers symbolique de l’Égypte pharaonique et que se mettent en place les conditions préalables à la naissance de l’État grâce à la convergence de deux phénomènes. Le premier est l’affirmation d’une différence de statut entre les individus qui se traduit par une hiérarchisation progressive de la société. Le second est l’uniformisation culturelle de la Haute, de la Moyenne et de la Basse Égypte qui formaient jusque-là trois ensembles distincts. Si l’archéologie peut difficilement nous renseigner sur l’évolution des concepts politico-religieux qui ont conduit à l’apparition de l’État, elle fournit en revanche des informations de première importance sur les transformations des rapports économiques et sociaux qui l’ont précédée et qui ont rendu possible l’instauration d’un pouvoir centralisé.

L’uniformisation des cultures prédynastiques, de même que les profonds changements dans les modes de vie et l’organisation sociale qui l’ont accompagnée, sont d’ordinaire perçus comme une diffusion des traits culturels de Haute Égypte sur l’ensemble de la vallée du Nil et du Delta. Toutefois les données récentes issues des fouilles menées aussi bien dans le nord que dans le sud, invitent à reconsidérer ce schéma de diffusion unilatérale. Il apparaît que les communautés de Haute Égypte ne sont pas seules à avoir joué un rôle dans la genèse de la civilisation pharaonique, de sorte qu’aujourd’hui se dessine un processus plus subtil, mêlant échanges interrégionaux, transferts culturels et évolutions communes des pratiques économiques et sociales.

Céramiques médiévales du Caire. Le mobilier archéologique du site des murailles
Julie Monchamp (Ifao)

19 novembre 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

Les fouilles archéologiques entreprises par la fondation Aga Khan et l’Institut français d’archéologie orientale, le long de la muraille médiévale du Caire, au pied du parc al-Azhar, ont révélé la présence d’un précédent rempart, bâti en briques crues, dont l’existence n’était jusqu’alors signalée que par les sources écrites. Outre le dégagement de cette enceinte, les fouilles ont exhumé des bâtiments funéraires fatimides, des structures artisanales liées au chantier de construction de la muraille ayyoubide, ainsi que des habitats et ateliers d’artisans mamelouks.

La mise au jour de ces vestiges s’accompagne de la découverte de nombreux fragments de céramiques des époques fatimide, ayyoubide et mamelouke, en partie datées par l’analyse stratigraphique des contextes archéologiques. L’étude de ce matériel a permis de retracer l’évolution d’un répertoire morphologique jusqu’ici peu connu, sur plus de cinq siècles. Il en ressort une grande diversité de formes et de productions glaçurées, ainsi que des spécificités propres à chacune des trois périodes chronologiques. Cela apporte aussi un éclairage sur la vie quotidienne et sur le contexte socio-économique d’un quartier de la capitale aux époques considérées.
Thoutmes et Néfertiti. Identification d’un maître
Alain Zivie (chef de la Mission Archéologique Française du Bubasteion à Saqqara, visiting scholar à l’Université de Harvard )

5 novembre 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

partenariat Institut français d’Egypte

Les études sur la Période amarnienne sont trop souvent fondées sur des extrapolations rapides, en particulier du fait qu’elles ont surtout recours aux sources provenant d’Akhetaton, alors que les recherches menées ailleurs en Egypte, et en particulier dans la nécropole memphite, peuvent permettre de renouveler les approches et d’infirmer ou confirmer telle ou telle hypothèse.

C’est ainsi que le fameux « atelier de Thoutmes » à Akhetaton a été attribué à un « sculpteur » nommé ainsi sur la base d’une seule source, très fragile. Par extrapolation, le fameux buste polychrome de Néfertiti à Berlin a été attribué à cet artiste, sans preuves ni indices allant en ce sens.

Or, l’étude de la tombe d’un « directeur des peintres dans la Place de Maât » nommé Thoutmes, découverte à Saqqara (Bubasteion I.19), permet de confirmer cette attribution du buste peint de la reine à un maître d’origine thébaine nommé Thoutmes. Sa tombe memphite, décorée largement par lui-même à la fin du règne d’Amenhotep III et au début de celui d’Amenhotep IV, s’inscrit dans une carrière remarquable, à la mesure de sa personnalité artistique exceptionnelle.

Egypt, the Jazira and Jerusalem. Middle-Eastern Tensions and the Foundation of the Crusader States
John France (Swansea University)

22 octobre 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

The establishment of Europeans in the Middle East in the form of a patchwork of states is a puzzling phenomenon. The First Crusade was always heavily outnumbered, yet it was successful. But most of the people who participated and survived went home leaving very few settlers in the Middle East. Despite this, they expanded their tiny footholds into four states, Edessa, Antioch, Jerusalem and Tripoli. They themselves were aware of how few they were, but they attributed their success to divine intervention. Modern historians have come up with rather more worldly explanations! Prominent amongst them is the recognition that the Islamic world of the Middle East was sharply divided, with Fatimid Egypt posing a great threat to the Turkish Seljuk Empire of Baghdad, which was, however, itself in decline. This paper will examine the every serious nature of the divisions within Islam and suggest how they were overcome.
The Heit el-Ghurab and Khentkawes Old Kingdom settlements at Giza: exceptions or prototypes?
Ana Tavares - Ancient Egypt Research Associates (AERA)

17 septembre 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

The Old Kingdom settlements at Heit el-Ghurab and within the Khentkawes complex, explored by Ancient Egypt Research Associates (AERA), are part of the wider urbanism of ancient Giza.

The Heit el-Ghurab site, occupied during the reigns of Khafre and Menkaure, shows three distinct urban areas: an enclosed set of barracks for the rotating labour force engaged in the building of the pyramids; a ‘village’ of small houses, courtyards and alleyways possibly for a more permanent population; and an area of large villas for scribes and administrators. AERA’s excavations and the analysis of ceramics, animal bone, botanical samples and objects highlight the distinct character of each of these areas.

In contrast the Khentkawes site was excavated in the 1930’s. AERA’s salvage work focussed on recording the architectural footprint and excavating the queen’s Valley Complex to the east. We have defined quite distinct phases of occupation and use, indicating that the complex, possibly started in the reign of Menkaure, was occupied throughout the 5th dynasty.

In this talk Ana Tavares will discuss the extent to which these two settlements are exceptions in this period, and define their place in the range of known Old kingdom urbanism. Characteristic elements of planned settlements appear already well developed at Heit el-Ghurab and the Khentkawes complex and may be viewed as prototypes for the distinct planned urbanism of later periods.
Esprit vagabond: langues, cultures et papyrus
Ruey-Lin Chang

5 juin 2014 19h00, durée 1h00, Port-Saïd

partenariat Alliance française de Port-Saïd

Alliance française de Port-Saïd, 72 rue El Gomhoria

Entrée libre, place limitées

فى اطار التعاون بين الاليانس فرانسيزو المعهد الفرنسي للآثار الشرقية نبدأ اولى سلسلة المحاضرات العلمية.

Ruey-Lin CHANG.لقاء مع الدكتور

عن العلاقه مابين اللغات والثقافات وورق البردي

علم البرديات، الذى يعتبر جزء لا يتجزأ من مصر .

انطلاقاً من الشعور بأهمية الوثائق البردية في إلقاء الضوء على جوانب متعددة من الحضارة المصريه، ليس في مصر الموطن الأصلي لهذه الوثائق فحسب، بل في التاريخ بشكل عام، فقد حاول الباحث هنا أن يعرَّف بها وبأهميتها

فالفضل في ذلك يعود لأرض مصر التي احتفظت بهذه الوثائق المكتوبة طوال هذه السنين تلك الكنوز التي عثر عليها في مصر

وجدير بالذكر أن الإغريق قد استخدموا كمية ضخمة من البردي ومن بعدها الرومان الذين اخذوا دون شك عن الإغريق استعمال لفائف البردي ضمن ما أخذوه عنهم من أساليب الحضارة الأخرى.

من حيث أن الاوارق البردية لما لها من شأن في دراسة الحياة السياسية والاقتصادية والاجتماعية

وفى الواقع أن أول من أوجد اسماء لهذا النبات هم قدماء المصريين ثم ظهرت أسماء أخرى في اللغة اليونانية والمصرية والقبطية ثم العربية و كذلك نجد أن كلمة Paper فى الأنجليزية و الفرنسية و الألمانية و الأسبانية كلها جميعا مشتقة من الكلمة المصرية القديمة Papyrus لذلك فقد تم ذكر نبذات مختصره؛من ابرز هذه الأسماء في عدد من اللغات القديمة حيث نجد أن من بين هذه الأسماء القديمة اشتقت مصطلحات حديثة في علم الوثائق والمكتبات

لالقاء الضوء على هذا التخصص العلمي ،

وذلك بمقر الاليانس

الدعوه عامه والاعداد محدوده
Un monastère en Haute-Égypte au XXIe siècle. Dayr al-Muharib et son village
Séverine Gabry-Thienpont

21 mai 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

Visible de loin grâce à ses coupoles de brique crue, le Dayr al-Muḥārib, le Monastère du Combattant, consacré à saint Théodore el-Mašriqī (l’Oriental), se dessine dans le paysage désertique de la région thébaine. Depuis les années 1980, ce monastère accueille en son sein des sœurs coptes orthodoxes, tout en conservant la fonction qu’il assure depuis le début du XIXe siècle au moins : celle d’église paroissiale pour les villageois de la région, notamment pour ceux d’al-Baˁīrāt. Ces religieuses, dont le statut de rāhibāt (moniales) est sujet à polémique, sont considérées comme les détentrices d’une baraka locale, colorée de miracles et renforcée par la reconnaissance de nouveaux saints.

Une ethnographie approfondie du lieu permet de se rendre compte que le monastère et son village témoignent d’une histoire imbriquée avec celle de l’Antiquité, où se mélangent mythes et faits historiques. Elle se nourrit aussi habilement d’événements du XXe siècle pour souligner le rôle du monastère et de ses saints, et en faire ainsi un élément indissociable de l’histoire locale.

La tunique historiée de Saqqara. Une nouvelle interprétation
Pr. Françoise Labrique (Institut für Afrikanistik und Ägyptologie, Université de Cologne)

12 mars 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

En 1922, Cecil M. Firth trouvait à Saqqara, dans un sarcophage près de l’angle NE de la pyramide de Téti, une tunique de lin décorée à l’avant et à l’arrière de deux registres comprenant chacun une scène mythologique. Au Musée du Caire, elle reçut le numéro JE 59117. En 1934, Paul Perdrizet lui consacra une première étude dans les Monuments Piot. À sa demande, J.E. Quibell examina les carnets de Cecil Firth et data ainsi le contexte de la découverte du 2e siècle. La présence du phénix dans le décor a servi d’argument pour dater l’objet plus précisément de l’année 139.

Les scènes superposées sont de style apparemment égyptien. Elles ne sont pourvues d’aucune légende textuelle. Aussi le commentaire repose-t-il sur l’analyse des images. Plusieurs éléments insolites y sont insérés, qui proviennent de la culture hellénique. L‘amalgame des éléments grecs dans le programme décoratif égyptien est réalisé d’une manière inventive et subtile, et conduira à étudier les procédés de l’interpretatio à l’œuvre dans ce document unique et à s’interroger sur la fonction de cette tunique.

Le Sérapéum de Memphis… Et maintenant ?
Pr. Didier Devauchelle (CNRS UMR 8164 HALMA-IPEL / université Lille 3)

26 février 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

La fouille du Sérapéum de Memphis a été conduite par Auguste Mariette entre 1850 et 1854. Faute de temps, il ne put mener son projet à terme. Toutefois, la documentation mise au jour s’est avérée essentielle pour la connaissance de l’histoire de l’Égypte ancienne.

En 1985, suite à des fissures apparues dans le plafond et les murs des Grands Souterrains qui abritaient les tombes du taureau sacré depuis la XXVIe dynastie (après l’an 20-21 de Psammétique Ier) jusqu’à l’époque ptolémaïque, le directeur du site de Saqqara, Mohammed Ibrahim Aly, fit faire des relevés architecturaux, puis consolider ces souterrains : à cette occasion, quelque 80 nouvelles stèles furent découvertes. L’année suivante, il décida de dégager l’entrée des Petits Souterrains : d’autres stèles, des chaouabtis et des reliefs remontant à une période comprise entre l’époque ramesside et le début de la XXVIe dynastie apparurent. Les travaux durent rapidement être interrompus en raison des difficultés structurelles et du coût de cette entreprise.

Si une partie du Sérapéum est accessible à la visite depuis 2012, le lieu d’enterrement des Apis de l’époque romaine n’a pas encore été retrouvé et le dégagement des Petits souterrains mérite d’être poursuivi. Une reprise des fouilles permettrait de découvrir de nouveaux témoins de l’histoire de l’Égypte ancienne et, plus particulièrement, d’une époque qui reste mal connue, la Troisième Période intermédiaire.

Avaris and its harbour. Newest results on the work of the Austrian Archeological Institute in Tell el-Dab’a
Dr. Irene Forstner-Müller (Austrian Archeological Institute, Cairo)

12 février 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

Avaris, the capital of the Hyksos rulers, was one of the most important cities in Egypt and the Ancient Near East during the 2nd millenium B.C.

Its location on the Pelusiac branch of the Nile (the branch forming the eastern flank and limit of the fertile Delta) gave the town a strategic position that made it a gateway between the Nile valley and the Near East.

It was both a good starting point for expeditions overland via the Sinai and an important harbour town from the Middle Kingdom and the Second Intermediate Period onwards. In the Ramesside period the harbour of Piramesse, the capital of the 19th and 20th dynasties, was in Avaris, which was then the southern part of the town.

In 2013 archaeological excavations were undertaken for the first time within the area of the assumed main harbour of Avaris. The results of this season will be presented in this lecture.

Harun al-Rashid under Occupation. The Khedive, the Opera House and the Comité des Théâtres, 1882-1892
Adam Mestyan (Harvard University)

29 janvier 2014 18h00, durée 1h00, IFAO

partenariat Institut culturel hongrois

This presentation focuses on the origins of cultural politics in modern Egypt. It presents a microhistory of the administration of the Khedivial Opera House during the first decade of the British occupation. Five protagonists are introduced: the Khedive Tevfik, the colonial financial administrators, Ahmet Muhtar Pasha (the Ottoman High Commissioner), the Syrian theatre makers, and the mixed Egyptian patriotic elite. All retained their interests in forming the representation of the Egyptian state in the public sphere. Especially Khedive Tevfik attempted to regain legitimacy by supporting Arabic cultural products, such as selected, dignifying theatre performances in Arabic. As a result, the contested official state culture allowed concealed interactions between the ruler and new middling bourgeois groups.

In connection with this lecture, The Hungarian Cultural Institute will show the documentary film:« The Burning of the Cairo Opera House » by Mr. Kamal Abdalaziz (president of the Egyptian Film Center) on 5th February at 6 pm (Balassi Institute, Downtown, 13 Gawad Hosni, 2nd floor).

Syene – The Development of the Town from the Late Period onwards. Recent Results of the Swiss-Egyptian Joint Mission at Aswan
Wolfgang Müller (Swiss Institute, Cairo)

11 décembre 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

Since the year 2000, 81 areas have been excavated by the joint mission of the Swiss Institute for Architectural and Archaeological Research on Ancient Egypt in Cairo and by the Egyptian Ministry of State for Antiquities (Aswan Inspectorate) in the area now covered by „Old Aswan“. Most of these investigations were rescue excavations.

During recent years work in the protected areas was resumed and brought new crucial insights into the history of Syene during the Ptolemaic and Roman Periods. Special focus will be put on the results from Area 2 (in the modern „Birket Damas“ district). Here the emergence of Syene from a garrison town protected by massive walls in the Persian Period to the capital of the First Cataract in the Roman Period and – finally – to one of the most important cities of Early Islamic and Medieval Egypt became especially evident.

The combined results of excavations, observations of modern foundation pits and a geomorphological survey together with historical, geographical and epigraphical data allow a first glimpse at the topographical and historical development of Aswan and its surroundings.

Travaux récents de la mission française du désert Oriental : l’exploitation de l’or en Égypte à l’époque ptolémaïque
Bérangère Redon (CNRS, HiSoMa - UMR 5189, Lyon)

27 novembre 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

Depuis janvier 2013, la mission du désert Oriental s’intéresse à l’occupation de ce territoire à l’époque ptolémaïque (-332/1 -30 av. J.-C.), dont l’histoire est alors intimement liée à l’exploitation du minerai d’or.

Abondant dans cette région désertique, l’or est exploité dès les premiers temps de la royauté égyptienne. Mais c’est surtout à l’époque ptolémaïque que les souverains lagides engagent une exploitation systématique et intensive des filons aurifères égyptiens, pour asseoir leur puissance et mener une politique étrangère ambitieuse. Toutefois, si l’or égyptien a toujours suscité l’admiration chez les commentateurs, qu’ils soient anciens ou modernes, l’histoire de son extraction, de sa production et de sa circulation est moins bien connue.

Une première campagne de prospection a été menée sur le district minier de Samut, qui a permis de repérer le filon principal, l’habitat et les installations artisanales associées, et de comprendre l’organisation générale de la zone, autour d’un fortin, Bi’r Samut, et d’un vaste complexe, Samut Nord.

Archéologie égyptienne : Kôm Abou Billou, un nouveau chantier lillois
Sylvain Dhennin (Ifao)

19 novembre 2013 17h30, durée 1h00, lieu: voir le programme

partenariat Université Lille 3

En partenariat avec le laboratoire Halma-Ipel (UMR 8164), l’Institut Français d’Archéologie Orientale au Caire, le Conseil Régional du Nord-Pas de Calais, le Palais des Beaux Arts de Lille, la médiathèque Till l’Espiègle de Villeneuve d’Ascq, l’association d’égyptologie Papyrus, et le lycée Louis Loucheur de Roubaix, le Learning Center de Lille 3 s’est investi dans l’organisation d’une exposition, de conférences et d’ateliers du 18 novembre au 18 décembre 2013 (voir le programme: http://inforum.univ-lille3.fr/2013/10/le-mois-de-larcheologie-egyptienne-a-lille-3/]).

Sylvain Dhennin (Ifao) est invité à présenter une conférence sur ses travaux lors de la séance inaugurale, le mardi 19 novembre à 17h30 :

Archéologie égyptienne : Kôm Abou Billou, un nouveau chantier lillois

Lieu: Hall de la Bibliothèque Universitaire Centrale (université Lille 3)

La préhistoire récente dans le Sahara oriental : état des recherches dans l’oasis de Kharga
François Briois (EHESS, UMR TRACES, Toulouse)

13 novembre 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

Les recherches menées depuis plus de soixante ans sur les déserts égyptiens ont permis de faire progresser les connaissances sur la période holocène. De nombreux sites très bien conservés émergent des sables et témoignent de l’activité des populations qui occupaient des espaces dont l’environnement a sans cesse été modifié par les variations climatiques. Le programme de prospections et de fouilles conduit depuis quinze ans dans l’oasis de Kharga, apporte un éclairage nouveau sur les groupes humains qui peuplaient cette région entre 7000 et 4000 av. JC.

Il est possible de suivre les traits culturels de ces populations qui, de chasseurs cueilleurs, sont passées à des modes de subsistances basés sur l’élevage et la culture des plantes. Pour autant, les sociétés néolithiques resteront mobiles jusqu’à l’aube des premières cultures pré-pharaoniques où les échanges entre la vallée du Nil et la région des oasis vont s’intensifier.

La Compagnie du Canal de Suez et le Nil dans la seconde moitié du XIXe siècle
Nicolas Michel (Ifao)

30 octobre 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

La Compagnie universelle du Canal maritime de Suez a été souvent accusée de ne servir que les intérêts de ses actionnaires français et britanniques et de tourner le dos à l’Egypte. Du reste, la liaison des deux mers dispensait les marchandises et passagers circulant entre l’Europe et l’Asie de passer par Le Caire et les branches du Nil. Cependant, dès sa conception en 1854 le sort du Canal maritime fut lié à l’aménagement d’un canal d’eau douce qui acheminerait l’eau du Nil jusqu’aux chantiers puis aux villes du Canal. Ce projet s’accompagnait de grandioses ambitions agricoles et commerciales, auxquelles Ferdinand de Lesseps ne renonça pas, durant presque toute la période de sa direction effective de la Compagnie, de 1856 au milieu des années 1880. La liaison du Nil et du Canal soulevait des enjeux brûlants de souveraineté ; elle suscita deux graves crises entre le gouvernement égyptien et la Compagnie, qui fut chaque fois mise en échec. Leur étude permet de mieux comprendre la position difficile de la Compagnie dans le jeu diplomatique qui réunissait l’Égypte, l’Empire ottoman, la France et la Grande-Bretagne.
À la recherche de Itj-Taouy (el-Licht). Du manuscrit à l’image satellitaire
David Lorand (Université libre de Bruxelles (FNRS))

9 octobre 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

Sous le règne d’Amenemhat Ier (12e dynastie) une nouvelle « capitale » est créée pour abriter la Résidence royale à Itj-Taouy en lieu et place de Thèbes. Bien qu’elle constitue encore un important lieu du pouvoir durant la 13e dynastie et qu’elle est toujours attestée dans les textes royaux de la 25e dynastie comme entité urbaine, Itj-Taouy est en réalité très mal connue. Une des questions principales à son sujet est précisément sa localisation. Généralement située à proximité du village moderne d’el-Licht, aucune preuve tangible ne vient pour le moment étayer cette hypothèse.

Pourtant, en analysant les informations enregistrées par les différents voyageurs à partir du XIXe siècle, il est possible de progresser sur la question de la localisation de Itj-Taouy. La lecture de leurs comptes-rendus et l’observation minutieuse des cartes de la région qu’ils ont dressées lors de leur passage permettent en effet de réduire le champ des possibles. De même, en recourant aux outils de télédétections modernes, et en particulier aux images satellitaires, diverses précisions peuvent être apportées quant aux emplacements potentiels de la ville antique.

The Emergence of Egyptian State: Kinship and Social Interstices
Marcelo Campagno (University of Buenos Aires)

18 septembre 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

In the mid-fourth millennium BC, crucial changes occurred in the Nile Valley, leading to the formation of a state society, in which a small group imposes its supremacy based on the legitimate monopoly of coercion. This process takes place in a scenario formerly characterized by communities probably organized through the social predominance of kinship ties. Given that the logic of kinship prevents the possibility of strong social differentiation within the society, the advent of the state requires a context that transcends kinship networks.

In this sense, it is interesting to notice that the logic of kinship produces a kind of discrete social groups, in mutual contrast with other groups organized around similar criteria. The coexistence of various kinship networks also implies the existence of interstitial spaces –that is, extra-kinship spaces− between these networks, and these spaces can be propitious realms for the emergence of practices that evade kinship principles. Three kinds of interstitial spaces will be considered: the importance of warfare in Upper Egypt, the role of early urban contexts and the status of Predynastic leaders in the Nile Valley.

Cartographier l’antique : les outils et les ressources numériques pour l’élaboration de la carte archéologique de Thèbes-Ouest (Louqsor)
Alban-Brice Pimpaud (chargé de la carte archéologique de Thèbes-Ouest, pour le compte du Ministère d'État des Antiquités (GIS Center) et Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes)

12 juin 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

Thèbes-Ouest, en face de la ville moderne de Louqsor, est l’un des sites les plus riches et les plus denses d’Égypte. Cette vaste zone archéologique, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, a fait l’objet de nombreux projets de cartographie depuis les débuts de son exploration, et voit sa connaissance s’enrichir continuellement grâce aux travaux des nombreuses missions qui y interviennent chaque année. Pour satisfaire le besoin de synthèse de tant de données hétérogènes, autant par leur format, par leur qualité que par leur niveau de complétude, le Ministère d’État des Antiquités (MSA) et le Ministère français des Affaires Etrangères et Européennes, en collaboration avec la Mission Archéologique Française de Thèbes-Ouest, ont décidé de mettre en place un projet de cartographie au sein du Geographical Information System Center du MSA. La réalisation de ce projet a bénéficié d’une conjoncture favorable, où la récente démocratisation des outils et ressources de la géomatique s’accompagne de la numérisation croissante de la documentation disponible sur ce site. Faisant appel aux cartes, plans, images satellites, photographies aériennes et modèles topographiques, cette carte archéologique est une invitation à la redécouverte d’un paysage naturel et culturel exceptionnel, et inaugure de nouvelles voies dans son étude et sa compréhension.
L’évolution de la grammaire arabe dans le contexte historique des IIe, IIIe et IVe siècles de l’Hégire. La grammaire des chiffres chez Sībawayh (180/796), al-Mubarrad (285/898) et Ibn al-Sarrāǧ (316/928)
Jean Druel (Institut dominicain d'études orientales)

15 mai 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

Le point de départ de cette recherche est le constat que le cadre théorique de la grammaire des chiffres (bāb al-aʿdād), exposé par Sībawayh dans le Kitāb, a complètement disparu dans le grand traité grammatical, le Muqtaḍab, d’al-Mubarrad (285/898), alors que ce deuxième auteur est considéré comme celui qui a « canonisé » le Kitāb de Sībawayh. On ne retrouve pas non plus de trace de la théorie de Sībawayh dans le Kitāb al-uṣūl fī al-naḥw de Ibn al-Sarrāǧ (316/928).

À travers l’étude détaillée du chapitre sur les chiffres dans les trois traités mentionnés, nous découvrons que les cadres théoriques utilisés par les grammairiens pour expliquer les phénomènes grammaticaux sont tributaires du contexte intellectuel dans lequel ils évoluent : codification juridique de l’islam naissant, lutte contre le muʿtazilisme, ou encore introduction de la rationalité grecque.

Notre étude permet aussi de comprendre de manière plus fine la nature et le contenu de ce qui est transmis en grammaire entre ces trois auteurs et pourquoi Sībawayh est considéré comme fondateur de la grammaire arabe, alors même que ses disciples ont largement abandonné ses méthodes grammaticales.

Des fragments aux documents : reconstitution de papyrus
Ruey-Lin Chang (Ifao)

17 avril 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

La majorité des papyrus étant dans un état fragmentaire, le travail du papyrologue consiste, en premier lieu, à tenter de combler les lacunes pour établir un texte intelligible. Cette démarche fait appel à deux méthodes. La première est la comparaison avec des textes analogues qui sont mis en série en fonction de leur contenu : formules employées, informations prosopographiques et toponymiques, etc. La deuxième consiste à regrouper des fragments appartenant à un même document. Tandis que la première méthode est grandement facilitée par des outils électroniques performants, développés récemment, la seconde opération exige un contact direct avec les originaux, permettant au papyrologue d’avoir une perception de l’aspect matériel du document, ce qui l’oriente sur la bonne voie pour le reconstituer.

Dans le cadre de cette conférence, seront présentés quelques exemples de remontage de papyrus grecs qui appartiennent au fonds des Archives scientifiques de l’Ifao, et que l’on se propose de publier, ainsi que le détail d’une méthode qui a permis de ressusciter trois rouleaux fiscaux d’époque romaine à partir de plus de cent cinquante morceaux conservés à Strasbourg.

Aux extrémités de la vie : naître et renaître dans l’Égypte pharaonique
Marie-Lys Arnette (Ifao)

3 avril 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

L’histoire de la naissance ne saurait être cantonnée à celle de la médecine, ni même à celle des femmes : l’acte de mettre au monde révèle au contraire beaucoup du groupe humain dans lequel il se produit. Les acteurs en présence, le niveau de médicalisation de l’événement, mais surtout les rites qui l’accompagnent témoignent de l’accueil d’un nouvel être dans la société, au sens restreint ou élargi, et attestent les croyances entourant le début de la vie.

Des sources aussi nombreuses que variées (papyrus médico-magiques, textes littéraires et religieux, ostraca figurés, charmes et amulettes, etc.), prolixes sur certains points et muettes sur d’autres, permettent de brosser en filigrane le portrait d’une histoire dont il faut savoir, pour reprendre les mots de Jacques Gélis, écouter les silences.

À l’autre extrémité de l’existence, d’autres croyances et d’autres rites accompagnent le passage du mort vers l’au-delà : a priori opposés en tous points à ceux de la naissance, ils s’avèrent bien souvent construits en miroir, reproduisant sans jamais les imiter tout à fait, les gestes qui marquent l’entrée dans la vie. Les grands textes funéraires de l’Égypte ancienne, depuis les Textes des Pyramides jusqu’aux livres funéraires royaux du Nouvel Empire, sont riches d’allusions à cette perception de la mort vue comme une nouvelle naissance ; leur étude démontre que la naissance biologique sert de référent privilégié à la construction de l’image de la mort, auquel viennent s’ajouter nombre d’éléments mythiques témoignant de l’entremêlement des plans terrestre et cosmique.

L’archéologie islamique miroir des mutations de l’Égypte (VIIe - XIe s.) : le témoignage du site de Fustat - Istabl ‘Antar
Roland-Pierre Gayraud (LA3M, CNRS UMR 7298)

20 mars 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

L’Égypte a toujours constitué un ensemble cohérent à défaut d’avoir toujours été homogène. Lorsqu’elle devint une province, parmi les plus importantes, de l’empire musulman, elle va à la fois subir et générer une culture nouvelle qui va la transformer profondément par étapes assez rapides et définitives. Elle va perdre en peu de temps ce qui la rattachait à un ensemble méditerranéen et hellénistique. Elle gardera une partie de cet héritage, tout comme elle avait conservé une part non négligeable de son "égyptianité". À cela se sont agrégés les éléments propres à la culture arabe et ceux d’un Islam naissant. Par delà cette relative proximité, sont venus s’ajouter des traits véritablement orientaux découlant des ses relations, par la Mer Rouge et l’Océan Indien, avec la Chine et l’Extrême Orient.

Ces changements sont suffisamment évidents pour être perçus lors d’investigations archéologiques : arabisation, islamisation et orientalisation. L’archéologie éclaire et identifie ici quelques points qui sont autant de jalons et qui procèdent d’un ample phénomène de mutations.

Les inscriptions rupestres de Hatnoub : résultats préliminaires de la mission 2012
Yannis Gourdon (Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon)

6 mars 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

Découvertes en 1891 par Percy E. Newberry et Howard Carter, les carrières d’albâtre égyptien de Hatnoub, situées à environ 18 km au sud-est de Tell el-Amarna, ont rapidement attiré l’attention des égyptologues en raison de la présence d’une cinquantaine d’inscriptions rupestres datant entre l’Ancien Empire et le Moyen Empire. Ces inscriptions, qui comptent plusieurs textes royaux et privés, livrent de nombreuses informations sur l’exploitation de ces carrières.

Aujourd’hui, le site antique de Hatnoub est menacé par la reprise récente de l’extraction de l’albâtre dans ce secteur. Il devient donc urgent de documenter et de sauvegarder ce qui peut l’être. Tel fut l’un des objectifs de la mission épigraphique et topographique (Ifao et University of Liverpool) qui a eu lieu en décembre 2012. Les premiers résultats de cette mission ont d’ores et déjà permis de découvrir un nombre significatif de nouvelles inscriptions qui vont permettre de renouveler notre connaissance du site.

Les pratiques musicales coptes, du XIXe au XXIe siècle. Analyse des modes de transmission
Séverine Gabry-Thienpont (CREM - LESC - UMR 7186)

20 février 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

Dès la seconde partie du XIXe siècle, parallèlement aux mouvements réformateurs de la Nahḍa (« Le Renouveau ») qui ont autant touché les musulmans que les chrétiens, des mesures éducatives propres à la communauté copte ont été prises sous l’action du pape Cyrille IV. Si ces réformes ont concerné maints champs du savoir, elles ont surtout eu une incidence notable sur la musique et sur les moyens mis en œuvre pour la transmettre.

Désormais, l’apprentissage de la musique occupe une place singulière dans l’éducation des jeunes coptes, laïcs comme séminaristes, dans la mesure où elle sert à véhiculer un discours sur la communauté et son histoire. Objet de fantasme, considérée comme héritière des chants de l’Égypte ancienne, la musique ecclésiastique est en effet transmise dans un but plus ou moins conscient : celui de conforter l’idée d’une tradition musicale plurimillénaire et immuable.

L’analyse des divers processus engagés depuis le XIXe siècle met ainsi en lumière le rôle décisif des modes de transmission dans la construction de la « tradition » musicale copte.

Le IVe millénaire : deux traditions culturelles et un processus d’acculturation
Béatrix Midant-Reynes (Ifao)

6 février 2013 18h00, durée 1h00, IFAO

Le IVe millénaire dans la vallée du Nil est une période d’accélération culturelle qui va mener, au tout début du IIIe millénaire, à l’émergence de l’Etat. Deux ensembles culturels, distincts essentiellement par leurs traditions funéraires, se font face : la culture dite de Basse-Egypte, au nord, et la culture de Naqada, au sud, issues l’une et l’autre de la mise en place d’un Néolithique tardif dans cette région du nord-est africain.

Au milieu du IVe millénaire, les traits dominants de l’ensemble de Basse-Egypte s’effacent, remplacés par ceux issus de la culture naqadienne. Ce processus d’acculturation aboutira à une unification culturelle, prélude d’une unification politique.

Ces problématiques rejoignent celles de trois programmes scientifiques de l’Ifao Cultures matérielles de la fin du Néolithique à la fin du Prédynastique, Tell el-Iswid et le début de l’architecture de briques et L’unification culturelle au IVe millénaire, un processus d’acculturation.
Recent excavations in the south-western part of the Governor’s Palace complex in Ayn Asil/Balat, Dakhla Oasis
Clara Jeuthe (Ifao)

12 décembre 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

Since 1977, the IFAO has been working in the necropolis and the occupation site in Balat, dating mainly from the late Old Kingdom till the early Middle Kingdom (2350 – 2000 BC). One of the most prominent features is the so called Governor’s Palace, which was founded during the reign of Pepi II.

During the last years, the recent excavations in its south-western part provide us not only with an insight into the stratigraphical development during the main occupation phases, but also in the changes and modifications in layout and function of different areas inside the main complex. Still, these first results of the ongoing excavations are raising questions for our understanding of a provincial palace, its organisation and their appearance in our archaeological data. Giving an overview of the current state of research in Ayn Asil, this lecture will focus mainly on the last occupation phase of the complex during the 11th/12th dynasty.

The Forbidden Passion: Love and Death in Medieval Arabic Literary Prose
Monica Balda (Ifao)

5 décembre 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

In Medieval Arabic literature, passionate chaste love (al-ḥubb al-‘udhrî) becomes a very common topic in prose since the 2nd/8th century when authors started to write books dealing exclusively with this topic. None of these love treatises has ever been censured before Mughultây’s (d. 762/1361) al-Wâdih al-mubîn fî dhikr man ustushhida min al-muhibbîn (The Clear and Eloquent in Speaking of Those Lovers Who became Martyrs) which was forbidden in Mameluk Cairo and burnt on the market place. Exploring Mughultây’s theory of profane love and comparing the content of the Wâdih with others love treatises, this paper tries to understand the reason for its interdiction.
Abou Rawach, Ire dynastie. Découverte de la plus ancienne barque funéraire égyptienne
Yann Tristant (Macquarie University, Sydney)

21 novembre 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

Située à seulement quelques kilomètres au nord du plateau de Giza, la localité d’Abou Rawach est bien connue pour abriter la pyramide de Rêdjedef, fils de Chéops. On oublie trop souvent que ce souverain de la IVe dynastie a choisi, pour l’emplacement de sa demeure d’éternité, un lieu d’exception puisqu’il était occupé depuis plusieurs générations. En effet, les travaux menés en 1913-1914, par Pierre Montet sur le cimetière M d’Abou Rawach, ont montré que la localité, qui domine par sa hauteur la vallée du Nil, abritait déjà à l’époque du roi Den (v. 2950 BC), un ensemble de grands mastabas dont l’architecture et le mobilier illustrent le rang et la splendeur de leurs occupants.

Depuis 2008, ce cimetière aristocratique de la Ire dynastie, longtemps négligé, bénéficie d’un nouveau programme archéologique. Le nettoyage des tombeaux et l’étude du matériel laissé sur place au début du XXe siècle ont déjà permis de compléter l’image du cimetière et de définir sa place au cœur de la capitale d’une Égypte en plein développement.

La mise au jour pendant l’été 2012 d’une barque funéraire en bois, la plus ancienne connue à ce jour, confirme, s’il le faut encore, tout l’intérêt de reprendre les fouilles avec des techniques résolument modernes. La découverte de ce bateau, non seulement bien préservé, mais aussi bien daté, offre avant tout l’opportunité d’étudier en détail l’un des rares exemples d’embarcation funéraire découverts en Égypte.

Terres cuites de musiciens de l’Égypte ptolémaïque et romaine. Méthodologie et problématiques
Christophe Vendries (université Rennes II, LAHM, UMR 6566)

14 novembre 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

Harpistes, aulètes, nains danseurs, femmes au tambourin : les figurines moulées, fabriquées massivement entre le IIIe s. av. J.-C. et le IVe s. ap. J.-C. à Alexandrie et dans la chôra, invitent à porter un regard original sur la vie musicale dans l’Égypte hellénistique et romaine. Cette étude permet de mesurer la part des héritages pharaoniques et le poids de la tradition gréco-romaine dans le répertoire, épousant ainsi la problématique des imprégnations culturelles chère aux spécialistes de l’Égypte tardive.

Au-delà des problèmes de chronologie et de typologie, il importe de comprendre la place de ces musiciens à l’intérieur d’un corpus plus vaste qui est apparenté à la religion et aux fêtes. Soumises aux méthodes critiques de l’iconographie, remises en série, confrontées aux autres sources, c’est à ce prix seulement que l’on peut espérer rendre tout leur sens à ces terres cuites de musiciens.

Un labyrinthe thébain : la tombe du prêtre Padiaménopé (TT 33)
Isabelle Régen (université Montpellier III – Paul Valéry)

24 octobre 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

Située sur la rive ouest de Louqsor, dans la nécropole de l’Assassif, la tombe n° 33 est l’un des plus vastes tombeaux de Thèbes. Elle comprend vingt-deux salles souterraines réparties sur quatre niveaux différents.

Véritable tombe-labyrinthe, la sépulture du prêtre-ritualiste en chef Padiaménopé (Pétaménophis) est placée au coeur d’une enceinte d’une superficie d’environ 9900 m2. Les parois préservent, sur plus de 2620 m2, une anthologie de la littérature funéraire égyptienne (Textes des Pyramides, Textes des Sarcophages, Livre des Morts, Ouverture de la Bouche, Livres du Monde Inférieur, textes astronomiques...). Ces textes, offrant souvent des versions nouvelles et améliorées, constituent pour la plupart la dernière notation connue de ces compositions.

Si les parois de la tombe sont couvertes d’inscriptions, on dispose paradoxalement de très peu d’informations sur son propriétaire, le prêtre et savant Padiaménopé, qui vécut au 7e s. av. J.-Chr. (fin XXVe- début XXVIe dynastie).

Découvertes récentes de la Mission archéologique française à Saqqâra
Philippe Collombert (Université de Genève)

10 octobre 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

Depuis bientôt 50 ans, la Mission archéologique française de Saqqara fouille de manière systématique la nécropole royale du roi Pépi Ier (vers 2300 av. J.-C.). Après le dégagement du complexe funéraire royal dans les années 1970, le travail s’est porté sur la nécropole qui l’entoure, amenant la découverte de huit pyramides de reines, pour la plupart inconnues jusque là, et de celle d’un particulier.

Philippe Collombert présentera principalement les travaux les plus récents de la mission, notamment la découverte du complexe funéraire de la reine Béhenou, 11e pyramide à porter les fameux Textes des Pyramides.

Avaris, Capital of the Hyksos : Recent work of the Austrian Archaeological Institute in Tell el-Dab’a
Dr Irene Forstner-Müller (Austrian Archaeological Institute, Cairo)

30 mai 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

The ancient city of Avaris, modern el-Dab’a/Qantir in the Egyptian Eastern Delta, covers an area of more than 250 ha. The town was one of the major urban sites in Egypt with a population size of ap. 28,800 to 34,600 people.

The Austrian Archaeological Institute has been working at this site for more than 40 years. In recent years the research focus has been to understand the layout of the town and how the town was organised and functioned.

This paper will focus on area R/III in the northern part of Avaris. There salvage excavations were undertaken in 2010 and 2011 in response to the ongoing destruction of archaeological remains by modern agricultural activity. A town quarter of the later Second Intermediate Period was excavated with buildings, courtyards and granaries divided by streets. Some of the buildings must originally have had an upper storey. One of the most striking finds was a fayence vessel in the shape of a hippopotamus which served as a libation vessel. The large number of sealing impressions hint at an administrative function for this part of the town.

The tomb-temples of the High Priests of Amun Ramsesnakht and Amenhotep in Dra’ Abu el-Naga (Western Thebes)
Dr. Ute Rummel (DAIK, Director of the excavation project in complex K93.11/K93.12)

2 mai 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

In the framework of the DAI Cairo’s long-term project at Dra’ Abu el-Naga the extraordinary double tomb complex K93.11/K93.12 has been archaeologically investigated. Originally cut in the early New Kingdom both rock tombs were re-used in the 20th dynasty by the High Priest of Amun Ramsesnakht and his son and successor Amenhotep. By installing elements of temple architecture into the forecourts, the High Priests re-modeled the two tombs into monumental tomb-temples which form outstanding examples of their kind. Regarding their distinct architecture and elaborate temple character they constitute the missing link between the typical Ramesside tomb-temple and the monumental Late Period tomb complexes in the Asasif. The recent discovery of a processional causeway linking the tomb complex to the main processional axis of the West Bank sheds new light on its incorporation into the “Beautiful Feast of the Valley”. The paper will introduce the latest archaeological results from K93.12, the complex of Amenhotep (being the latest known New Kingdom elite burial in Thebes), and present some considerations on the tombs’ contextualization in the Theban ritual landscape.
Manuscrits, bibliothèques et œuvres monastiques coptes: le cas du tome 8 des Canons de Chénouté
Anne Boud’hors (Cnrs, UPR 841)

11 avril 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

Chénouté, supérieur du monastère Blanc, à Sohag (Haute-Égypte), de la fin du IVe à la moitié du Ve siècle, est une figure majeure et le principal auteur du christianisme copte.

Des chercheurs coptisants ont lancé un projet international d’édition critique des oeuvres de cet auteur: « Editing Shenoute ». La publication du manuscrit présenté dans le cadre de cette conférence (description, édition, traduction) est le premier résultat de cette entreprise. Il contient le huitième tome des Canons monastiques de Chénouté

Ce manuscrit, qui transmet un ensemble d’écrits de Chénouté, permet d’appréhender l’histoire de son œuvre et illustre l’intérêt de la bibliothèque du monastère Blanc en tant que conservatoire d’un patrimoine littéraire copte. Il livre aussi un aspect de la rhétorique à l’œuvre dans le Canon 8, à savoir l’utilisation des textes bibliques, et notamment l’exégèse d’un long passage du Lévitique (chap. 13 et 14).
Les productions céramiques des habitats de la fin de l’Ancien Empire au début du Moyen Empire (2200–2000 av. J.-C.) : une période de transition
Valérie Le Provost (Ifao)

4 avril 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

On sait que la Première Période Intermédiaire en Égypte est marquée par une forte rupture politique qui a eu des répercussions importantes sur la société. La production céramique reflète ces mutations. L’étude montre que le répertoire des formes s’enrichit et se régionalise du fait de l’affaiblissement du pouvoir central. D’autre part, le nombre des productions non locales découvertes sur les sites augmente, ce qui signifie que les échanges s’intensifient. Enfin, les techniques se modifient suite à l’utilisation systématique d’un nouveau type de tour de potier. Ainsi, la production céramique constitue un véritable marqueur des transformations qui touchent la société égyptienne de la fin du IIIe millénaire ; son étude tente d’en préciser la portée réelle.
Quel est l’univers végétal des populations passées? L’apport de l’archéobotanique à la compréhension des sociétés du sud du Proche-Orient aux périodes antique et tardo-antique.
Dr. Charlène Bouchaud (Univ. Paris 1, UMR 7041 – ArScAn)

7 mars 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

L’archéobotanique est une science archéologique qui s’appuie sur l’étude des vestiges de plantes. Cette discipline contribue à améliorer notre connaissance du passé en développant un aspect précis : les relations entre l’homme et le monde végétal. Cette discipline, dont les balbutiements remontent au XIXe siècle, est le produit d’une rencontre entre deux « géants » scientifiques, les sciences humaines d’un côté, les sciences de la vie de l’autre. Les perspectives de recherche développées en son sein soulignent son statut hybride et s’orientent selon deux problématiques : la définition de l’économie végétale (acquisition et utilisation des végétaux) des sociétés passées et la reconstitution des paysages végétaux dans lesquels évoluent ces sociétés.

Longtemps centrées sur les périodes néolithiques et les débuts de l’agriculture, les recherches archéobotaniques font désormais partie des programmes de recherche des périodes historiques, offrant une vision complémentaire à celle qui est apportée par les sources textuelles. Plusieurs exemples émanant de la sphère proche-orientale (Syrie du Sud, Jordanie et nord-ouest de l’Arabie Saoudite) seront évoqués, illustrant ainsi de récentes découvertes concernant les formes d’agriculture à l’époque nabatéenne (IVe s. av. J.-C. – début du IIe s. ap. J.-C.), l’utilisation des plantes en domaine funéraire, ou bien encore la gestion du combustible dans plusieurs bains tardo-antiques.

Les ostraca documentaires en hiératique de Deir el-Médineh. Leur apport à la connaissance de l’Égypte ancienne
Pierre Grandet, Institut Khéops, Musée du Louvre

29 février 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

Le village de Deir el-Médineh, établi par les pharaons du Nouvel Empire pour héberger les artisans responsables de l’excavation et du décor des tombes royales et princières de la Vallée des Rois et de la Vallée des Reines, a produit, sous forme de tessons de poterie ou d’éclats de calcaire inscrits, des dizaines de milliers d’ostraca, figurés, littéraires, et documentaires. Sur les quelques vingt mille conservés à l’IFAO, un tiers environ appartient à cette dernière catégorie.

Malgré leur caractère hétéroclite et incomplet, dû au fait qu’ils représentent pour la plupart les brouillons de documents plus élaborés qui, eux, ont disparu, ces ostraca constituent un ensemble documentaire exceptionnel: les archives d’une communauté humaine dont l’existence est attestée pendant environ cinq siècles. S’ils représentent ainsi une source privilégiée pour l’histoire sociale de l’Égypte ancienne, dont ils éclairent, même partiellement, à peu près tous les aspects (institutions, rites, coutumes, régime alimentaire, relations interpersonnelles), leur apport à l’histoire politique du pays est loin d’être négligeable : certains d’entre eux sont par exemple les seuls documents à nous avoir conservé les dates précises de certains changements de règne.
La physique arabe médiévale: une étape de l’histoire des sciences.
Sylvie Nony, chercheuse associée au laboratoire SPHERE. Discutante, Pauline Koetschet, Ifao.

15 février 2012 18h00, durée 1h00, IFAO

L’histoire de la physique médiévale est peu connue. En Occident la philosophie naturelle du Moyen-Âge semble cantonnée, jusqu’au XVIe siècle, au programme que lui a assigné Aristote. Dans le monde arabo-musulman, à l’époque abbasside, l’école de Bagdad considérait, elle aussi, le monde clos, refusait l’infini et la possibilité du vide, maintenait le dualisme du monde.

Mais, ce Système du Monde péripatéticien a subi des assauts notables, dès le XIIe siècle. L’analyse de la Physique et du Traité du Ciel d’Abū l-Barakāt al-Baghdādī révèle, dans tous ces domaines des réponses audacieuses, bien avant la révolution scientifique galiléenne.

Leur mise en évidence donne à relire l’histoire de la discipline qui néglige cet apport, et peut-être ses méthodes trop souvent guidées par la « recherche des précurseurs ». C’est ce que nous essayerons de montrer, à travers la présentation de quelques unes des avancées de cet auteur.

Dictionnaire contextuel des verbes de l’égyptien. Parler du Caire
Claude Audebert, professeur émérite, université de Provence. Responsable informatique : Christian Gaubert. Collaborateurs: Samia Abousteit, Salwa Fouad, Ahmad Ismail, Hoda Khouzam.

1er février 2012 18h00, durée 1h30, IFAO

La conception de ce Dictionnaire contextuel des verbes du dialecte égyptien, mis en chantier il y a trois ans, a été inspirée par l’enseignement de ce dialecte. Les recherches liées à cet enseignement ont présidé à son organisation; c’est donc un produit didactique.

Il sera disponible sur Internet grâce à Christian Gaubert, responsable informatique. D’ores et déjà la lettre hamza est en ligne, les lettres et le seront prochainement. Il permet donc de multiples interrogations : par racine et par sens (arabe-français et français-arabe), mais aussi, par les formes dérivées du verbe (par exemple, on peut afficher toutes les Xe formes), par les formes linguistiques (maṣdar, adjectifs, participes…).

Il apporte aussi maintes informations sur le lexique: synonymes, antonymes, sens parallèles.

Il s’agit d’un dictionnaire en contexte. En effet, de très nombreux exemples en langue dialectale, traduits en français (près de 500 pour la lettre hamza) en font un Trésor de la langue (proverbes, expressions…). Ces exemples ont été fournis par une équipe de locuteurs natifs.

Dans la mesure où il est «contextualisé», et parce que l’interrogation peut partir du français, il est aussi un outil irremplaçable pour les traducteurs. Par exemple, l’interrogation sur le mot «prendre» donne, au stade d’avancement actuel de ce dictionnaire, dix racines correspondant à dix acceptions différentes.

Cette conférence sera l’occasion d’une présentation pratique: interrogations en ligne, exercices divers (et ludiques!).

Le dictionnaire est disponible à l’adresse : http://www.ifao.egnet.net/bases/verbeseg
La XXVIe dynastie à Karnak : Des chapelles de la « voie de Ptah » aux édifices disparus de Naga Malgata
Laurent Coulon (CNRS, HiSoMA, université Lyon 2))

23 novembre 2011 18h00, durée 1h00, IFAO

Les édifices datables de la XXVIe dynastie à Karnak se situent en majorité dans le secteur septentrional du temple d’Amon et dans le domaine de Karnak-nord. Les vestiges les mieux conservés sont ceux des chapelles osiriennes situées le long de la « voie de Ptah » et datables du pontificat d’Ankhnesneferibrê sous les règnes d’Amasis et de Psammétique III. Les fouilles menées depuis 2000 sous l’égide de l’IFAO et du CFEETK ont permis d’en éclairer le fonctionnement et la théologie, révélant qu’y étaient transposés les cultes et processions d’Abydos. Mais le fait que le secteur nord du temple a été privilégié pour l’implantation de ces chapelles ne peut être expliqué qu’en prenant en compte l’existence, au nord-ouest du temple d’Amon, de constructions contemporaines, autrefois de grande ampleur mais désormais presque entièrement disparues sous le village moderne de Naga Malgata. Grâce aux photographies et relevés de M. Pillet, chef des travaux de Karnak dans les années 1920, et à différents autres documents d’archives, il est possible de reconstituer partiellement le plan des édifices de ce secteur et d’en déterminer le rôle central dans le fonctionnement de l’institution et des cultes dirigés par les Divines Adoratrices saïtes jusqu’à la conquête perse de 525 av. J.-C.
Que le bon philosophe est aussi médecin. Médecine et philosophie chez al-Râzî
Pauline Koetschet (Ifao)

16 novembre 2011 18h00, durée 1h00, IFAO

Les médecins arabes de l’époque abbasside (VIIIe-XIIIe siècle) sont les héritiers directs des Grecs de l’Antiquité. Parmi eux, al-Rāzī (m. 925) occupe une place particulière: considéré par les historiens comme le plus grand clinicien du Moyen-Âge, il fut aussi l’un des premiers philosophes de la période classique, comme l’attestent les fragments édités au Caire à la fin des années 1930’ par P. Kraus. En instaurant un dialogue étroit entre ces deux parties de son œuvre, nous verrons comment ses positions philosophiques influencèrent sa méthodologie médicale, et inversement.

L’œuvre d’al-Rāzī nous montre que la question médicale des "maladies de l’âme" ne peut être abordée séparément du problème philosophique des relations entre l’âme et le corps d’une part, et des représentations du corps d’autre part. Cette approche globale sera développée dans la partie "Représentations de la santé, de la maladie et de la thérapeutique" du programme de recherche "Le corps meurtri dans le Proche-Orient médiéval", qui doit être mené à l’IFAO de 2012 à 2016. Nous voudrions faire une place particulière dans ce programme aux médecins d’Égypte, tels que Ibn Riḍwān (m. 1068) ou Ibn Ǧumayʿ (m. 1198), dont nombre de manuscrits conservés aux archives nationales égyptiennes restent à étudier.
La base de données relationnelle AGÉA — Anthroponymes et Généalogies de l’Égypte Ancienne.
Yannis Gourdon (Ifao)

26 octobre 2011 18h00, durée 1h00, IFAO

Depuis les années 1930, notre compréhension des noms de personnes pharaoniques repose essentiellement sur l’imposant ouvrage de H. Ranke, Die ägyptischen Personennamen (PN). Toutefois, tributaire des connaissances philologiques de son époque, le PN nécessite une refonte complète qui tienne compte des dernières avancées en la matière. Une telle révision permet ainsi de mieux saisir la signification des noms et par là même de mieux interpréter les énoncés qu’ils contiennent, et ce dans le cadre d’une réflexion sur les mentalités et sur les pratiques sociales et religieuses égyptiennes.

C’est de ce constat qu’est née, en 2008, la base de données évolutive AGÉA (Anthroponymes et Généalogies de l’Égypte Ancienne). Ce projet, qui sera accessible en ligne le 26 octobre prochain, sur le site Internet de l’Ifao, vise, à terme, la création d’un répertoire hiéroglyphique systématique des noms de personnes attestés depuis les premières dynasties jusqu’à l’époque gréco-romaine incluse.

Une histoire de l’Égypte tardive : le témoignage des monnaies
Thomas Faucher (Ifao)

19 octobre 2011 18h00, durée 1h00, IFAO

Apparue tardivement en Égypte, il faut attendre le IVe siècle avant notre ère pour voir les premières monnaies circuler à l’intérieur du pays. Servant à tous, du monarque aux plus pauvres, la monnaie donne à l’historien divers angles d’approche : social, économique et culturel.

En or, en argent ou en bronze, le numéraire voyage et apporte des informations sur les populations l’utilisant, qu’elles soient égyptiennes, grecques ou romaines. A côté des aspects techniques de sa production, qui nous renseignent sur l’extraction du minerai et l’artisanat du métal, les textes nous éclairent sur son emploi notamment à travers le paiement des taxes. Les dizaines de milliers d’exemplaires conservés dans les musées ou mises au jour sur les chantiers de fouilles offrent ainsi une chance unique de comprendre la diffusion de la culture gréco-romaine. En somme, ces monnaies nous racontent une histoire de l’Égypte tardive.
Un Livre des morts original conservé au Museo Gregoriano Egizio du Vatican
Florence Albert

3 juillet 2011 17h00, durée 1h00, IFAO

Le papyrus Vatican 38603 est un Livre des morts hiératique ayant appartenu à la musicienne d’Amon-Rê Aset-Ouret, fille de Qiqi. Il est datable de la fin de la période dynastique ou du début de l’époque ptolémaïque et provient très vraisemblablement de Thèbes. Son organisation et la sélection des textes qui le composent permettent de le replacer dans une catégorie particulière de documents funéraires et de cerner le contexte de son élaboration.
Tell Timai. Promise of the Past, Path for the Future
Jay Silverstein (Hawai'i). Discutant : B. Redon (Ifao)

26 juin 2011 17h00, durée 1h00, IFAO

partenariat Université d’Hawaï

More than 100 years ago a flurry of archaeological activity at Tell Timai, the ancient city of Thmouis, showed it to be one of the most promising and best preserved Graeco-Roman settlements in Egypt. Within a few decades archaeologists moved on to more monumental sites leaving Thmouis to the ravishes of systematic sacking by sebbakhin. Archaeologically, aside from a brief investigation in the 1960s by the New York University, Tell Timai lay neglected. Recently, as the neighboring towns began to encroach on the site Dr. Redford asked Robert Littman and Jay Silverstein to intervene and see if a new investigation could be started to save the site from imminent destruction.

Since 2007 the Tell Timai Project has been gathering momentum, supplementing the MSA salvage efforts and beginning a series of surveys and excavations collecting new data about the chronology, history, and lives of Thmouis. The twin cities of Thmouis and Mendes define an archaeological zone of exceptional importance to Egyptian and World patrimony. A keystone of the Tell Timai Project is to integrate the Mendes-Thmouis archaeological area into the larger strategic plan for conservation and development of tourism in the Nile Delta.
Reconstruire la maison du sultan. Ruine et recomposition de l’ordre urbain au Caire (1350-1450)
Julien Loiseau (université de Montpelier 3)

5 juin 2011 17h00, durée 1h30, IFAO

La ruine d’une ville est pour ses témoins le moment tragique où le passé devient méconnaissable, où les vestiges de l’histoire ne sont plus que des traces incompréhensibles. La ruine qui accabla Le Caire au début du XVe siècle, au paroxysme d’une crise amorcée un demi-siècle plus tôt, menaçait d’engloutir dans l’oubli l’histoire incomparablement riche de la ville. On sait que ces circonstances tragiques entrèrent pour beaucoup dans l’œuvre de mémoire entreprise alors par les historiens égyptiens, au premier rang desquels al-Maqrizi (1364-1442).

Mais la ruine n’est pas qu’une question de mémoire et d’oubli. Avec l’abandon d’édifices et de quartiers entiers, elle provoqua au Caire une puissante transformation, une véritable mue de la ville, dont le développement allait emprunter de nouvelles directions. La ruine est aussi un temps d’opportunités, et la reconstruction du Caire dans la première moitié du XVe siècle profita d’abord aux projets du souverain et des grands serviteurs de sa maison.

Ainsi à travers l’histoire de la ville, de la ruine à la reconstruction, se dessine un histoire du pouvoir, de ses échecs et de ses réussites. Réciproquement, l’histoire de la ville ne dit pas seulement la continuité des lieux au fil des siècles: elle raconte aussi à sa manière les événements heurtés de la vie politique.

Egyptian Border-Posts (khetem) during the New Kingdom: Location, Function, Administration
Cl. Somaglino

5 mai 2011 19h00, durée 1h00, AUC

partenariat AUC

During the New Kingdom, border-posts (khetem in Egyptian), punctuated the Egyptian borders. The best known of them are Tjaru, Wadj-wr, Tjeku and Senmut. These regional centers, each with its own administration headed by an "overseer of the khetem", had both security, economic and symbolic functions. The study of the location and functions of these khetem allows for a better understanding of the nature, organisation and perception of the Egyptian border areas during the New Kingdom.
Archives from the Ancient City of Balat/Ayn Asil, Dakhla Oasis: Recent Results and Ongoing Research
L. Pantalacci

2 mai 2011 18h00, durée 2h00, CSA

partenariat SCA

After 35 years of excavations by IFAO teams, the ancient city of Balat-Ayn Asil, established towards the end of the 5th dynasty, has revealed a huge stretch of urban buildings, among which the governors’ palaces are the most conspicuous. The northern palace, excavated at the end of the 70ies, was only investigated on a very limited scale, but though yielded an abundant epigraphic material. At some point in the early FIP, the long-used southern palace, under excavation since 1985, was drastically destroyed by fire, a circumstance which preserved a large part of its material in situ.

The paper will focus mainly on the study of these two palace archives from the late OK and FIP, consisting of clay ceilings and documents written on clay tablets. These collections have much to say about the life and society in the city and, on a wider scale, of the Dakhla oasis, at the end of the 3rd millennium
Aux portes occidentales de l’Égypte : Taposiris Magna et Plinthine (IVe s. av. J.-C.- VIIe s. apr. J.-C.)
M.-Fr. Boussac (avec B. Redon, S. Dhennin, Th. Fournet)

17 avril 2011 17h00, durée 1h00, IFAO

Situées à 45km à l’ouest d’Alexandrie, Taposiris Magna et Plinthine sont implantées sur la rive nord du lac Maréotis. Leur abandon sans réoccupation, au début de l’époque impériale (Plinthine) ou à la fin de l’Antiquité (Taposiris), a assuré la remarquable préservation de leurs vestiges (port, nécropole, habitat, quartier artisanal, bâtiments publics, temple).

Depuis 1998, la Mission Française des Fouilles de Taposiris Magna dirigée par Marie-Françoise Boussac a repris l’étude de ces deux sites et de leur environnement, sous l’égide du Ministère des Affaires Étrangères, avec la collaboration du CSA et le soutien de l’Ifao.

Les travaux menés jusqu’à présent ont mis en lumière l’importance des changements environnementaux dans cette zone. De plus, les sondages menés dans la zone portuaire et sur la ville haute de Taposiris, associés à une prospection géophysique et topographique et à l’exploration systématique de la nécropole de Plinthine, ont permis de proposer un schéma d’ensemble de l’évolution de ces deux villes grecques. De nouvelles hypothèses sur les raisons et le contexte de leur formation ont pu être formulées et l’ampleur des aménagements liés à la création, à l’époque impériale, d’un port fermé a été l’un de nos résultats les plus marquants. Nos travaux ont également mis en lumière la richesse et l’intensité des rencontres culturelles qui se sont déroulées dans l’arrière-pays alexandrin à l’époque hellénistique dans le domaine balnéaire, cultuel et funéraire.

Les objectifs sont désormais d’insérer ces résultats à une échelle chronologique et géographique plus vaste dans la région du Mariout.
La question de l’approvisionnement en eau des villes de l’Égypte ancienne
Delphine Driaux

5 janvier 2011 18h00, durée 1h00, IFAO

En Égypte, comme en d’autres lieux, l’approvisionnement en eau des agglomérations et de leurs populations est un problème récurrent durant l’Antiquité. Si le Nil apparaît être le moyen le plus simple pour se procurer de l’eau, sa proximité ne semble pas empêcher l’aménagement d’installations d’adduction. L’étude des données archéologiques, confrontées aux sources épigraphiques, révèle ainsi que le mode d’approvisionnement en eau des villes égyptiennes s’insère dans un projet urbanistique raisonné.
La statuaire royale de Sésostris Ier. Nouvelles problématiques, nouvelles avancées.
David Lorand (Ifao)

8 décembre 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

Malgré l’existence de quelques pièces emblématiques, comme les dix statues assises en calcaire trouvées à Licht, la statuaire royale de Sésostris Ier demeure mal connue. Avant tout considérée comme un jalon de l’Histoire de l’Art , sa spécificité contextuelle – architecturale ou historique -, n’a jamais été prise en compte. Cette communication propose d’étudier le rôle et le fonctionnement de la statuaire de ce pharaon.
Les icônes ottomanes du Vieux-Caire – l’art d’Ibrahim al-Nasikh et de Yuhanna al-Armani
Julien Auber (EPHE)

1er décembre 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

Dans un contexte économique favorable à l’Égypte à la fin du XVIIe siècle, également marqué par l’affaiblissement du pouvoir de la Sublime Porte, la communauté copte du Caire effectue de profonds remaniements dans ses églises. Parmi les artistes et artisans qui s’illustrent en cette période, les peintres d’icônes, respectivement Égyptien et Arménien, Ibrahim al-Nasikh et Yuhanna al-Armani al-Qudsi furent parmi les plus prolifiques. Leurs œuvres, pour la plupart toujours conservées in situ, révèlent parfaitement les ascendants levantins, arméniens et occidentaux qui font l’originalité de ce nouveau type artistique.
Frontières et zones de marge durant le Nouvel Empire : gestion et perception d’espaces singuliers
Claire Somaglino (Ifao)

10 novembre 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

Les zones frontalières constituent des espaces de transition et d’échange, mais aussi de danger potentiel. Très tôt, elles ont fait l’objet d’un traitement spécifique par le pouvoir central égyptien et occupent une place à part dans les imaginaires, comme le révèlent études de toponymie, de lexicographie ou encore de prosopographie. L’apparition des postes-frontières-khetem au Nouvel Empire marque une réorganisation militaire, mais aussi administrative et économique de ces régions aux marges du territoire égyptien.
Occupation du territoire dans le Delta occidental, l’exemple de Kôm Abou Billou
Sylvain Dhennin (Ifao)

20 octobre 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

Kôm Abou Billou est surtout célèbre pour les centaines de stèles funéraires romaines que sa nécropole a livré. En dehors de celles-ci, l’histoire du site est très mal connue, mais peut être restituée à partir de la documentation issues des fouilles anciennes. Du sanctuaire pharaonique d’Hathor maîtresse de Mefkat aux ateliers de production d’amphores byzantines, plus de dix siècles d’occupation continue ont fait de ce lieu l’un des plus importants du Delta occidental.
Isis on the Nile. Egyptian gods in Hellenistic and Roman Egypt
Dr. Miguel John Versluys, Leiden University

14 juin 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

Against the background of questions on cultural identity, style and memory, this lecture will present the results of a recent conference, held in Liège in 2008, on the development of the cults of Isis in Hellenistic and Roman Egypt. How to understand "L’Égypte en Égypte?"
Les nécropoles de Tabbet al-Guech (Saqqâra-sud)
Vassil Dobrev

11 mai 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

Des sondages en octobre 2000, puis des fouilles à partir de septembre 2001, ont révélé sur un plateau de 15 ha, situé à quelque 800 m au sud de la Pyramide à degrés de Saqqâra, une nécropole de la Basse Époque et une autre de la fin de l’Ancien Empire (VIe dynastie). L’architecture funéraire est tout à fait originale : des rangées de petits mastabas en brique crue pour l’époque tardive et des grands complexes funéraires de particuliers appelés « maisons d’éternité » à l’Ancien Empire. La présence sur le plateau d’une troisième nécropole, cette fois-ci bien plus archaïque, n’est pas à exclure, compte tenu des certains indices indirects.
Workshop Complex in the Palace of Ayn Asil
Clara Jeuthe, Université de Bonn

27 avril 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

Clara Jeuthe présentera le matériel lithique découvert à Ayn Asil dans un atelier de production et de réparation de lames de silex qui date de la Première Période Intermédiaire.
La collection égyptologique de Turin : état de la question
Matilde Borla, conservateur de la surintendance aux antiquités du Piémont et du musée des antiquités égyptiennes

20 avril 2010 16h00, durée 1h00, IFAO

La conférence, initialement prévue à 18 h., aura lieu à 16 h.
La géomatique appliquée à la recherche archéologique en Egypte
Tarek al-Morsi , chercheur associé IREMAMM et CeAlex

2 mars 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

La géomatique est une science nouvelle, définie comme étant un champ d’activités qui incorpore des moyens d’acquisition et de gestion des données à référence spatiale. Elle associe la géographie (sig), la cartographie, l’informatique et les bases de données.

Deux exemples concrets d’application de la géomatique à l’archéologie font l’objet de cette présentation :

- Le système hydraulique de la ville d’Alexandrie avec la localisation des citernes, regards, sakieh, conduites et canalisations du XIXe siècle.

- Les systèmes fortifiés de la ville du Caire avec la localisation des portes, des tours et des rues associées aux murailles du Xe au XXe siècle.
The Karnak Cachette Database (projet commun IFAO-CSA)
Laurent Coulon

7 février 2010 18h00, durée 1h00, CSA

The Karnak Cachette Database offers the first attempt to make a general inventory of the objects (statues, stelae, etc.) from various periods, found between 1903 and 1907 by G. Legrain in the « Cachette » of the court (VIIth pylon) at Karnak. The first on-line version of this database was launched in November 2009. It is the result of cooperation between the French Institute of Oriental Archæology (IFAO) and the Supreme Council of Antiquities of Egypt (SCA).

The project has been made possible through access to extensive photographic documentation, mainly provided by the Corpus of Late Egyptian Sculpture kept at the Brooklyn Museum, with the addition of several thousand photographs taken by the IFAO at the Egyptian Museum in 2008-2009. Through the active collaboration of the curators at the Egyptian Museum and the members of the Egyptian Museum Database Project, the registers of the Egyptian Museum could be carefully consulted and some hitherto completely unknown objects are listed for the first time in this database. The inventory of objects has been compiled by extensively examining G. Legrain’s papers and archives, including unpublished manuscripts of the Catalogue Général and squeezes kept at the Franco-Egyptian Center at Karnak.

The lecture will give an overview of the achievements and perspectives of the project.
La monnaie en Egypte, d’Alexandre à Cléopâtre
Thomas Faucher (Université Paris-Sorbonne), Julien Olivier (IRAMAT, CNRS – Université d’Orléans)

2 février 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

Déjà sporadiquement frappée en Egypte aux 4e et 5e siècles, la monnaie ne s’installe vraiment en Egypte qu’avec l’arrivée d’Alexandre. Imposée par les souverains lagides, cette monnaie combine des caractères singuliers, à la fois grecs mais aussi égyptiens. Emises en dizaines de millions d’unités, en or, en argent ou en bronze, qu’est ce que ces pièces peuvent nous apprendre sur l’histoire de l’Egypte grecque ?
Retrouver la guerre : têtes mutilées et tranchées au Proche-Orient, Ve-VIe/XIe-XIIe siècles
Abbès Zouache (Ifao)

26 janvier 2010 18h00, durée 1h00, IFAO

A la lecture des sources narratives médiévales, la tête était une cible de choix, en contexte guerrier. Doit-on y voir la trace d’une conception symbolique de la tête, ainsi visée car censée concentrer intelligence et puissance, voir constituer le siège de l’âme ? Sans doute. Mais les mutilations et les décapitations ne participaient-elles pas, également, d’un rituel guerrier source de légitimité, pour des souverains par ailleurs contestés ?
Bains du Caire et d’ailleurs : les 14 et 17 décembre aux CFCC de Mounira et d’Héliopolis, le 11 janvier au CFCC d’Alexandrie
En présence de Bérangère Redon (Ifao), Sylvie Denoix (IFAO), Marie-Françoise Boussac (université Paris 10 - Nanterre) et Thibaud Fournet (Ifpo, Cnrs).

14 décembre 2009 19h00, durée 1h00, CFCC

Au XIIe siècle, les bains du Caire étaient les plus beaux de l’Orient. 9 siècles plus tard, ce sont les plus délabrés de tout le monde arabo-musulman.

A l’occasion de la sortie du livre Balanéia, thermes et hammams, publication de l’Ifao-Balnéorient, le CFCC et l’Ifao vous invitent à explorer l’histoire du bain collectif en Orient et les derniers vestiges des hammams du Caire à travers une série de conférences et une double exposition photographique.

Lundi 14 décembre, 19h, CFCC de Mounira, en présence de Bérangère Redon (Ifao), Sylvie Denoix (IFAO), Marie-Françoise Boussac (université Paris 10 - Nanterre), et Thibaud Fournet (Ifpo, Cnrs).

Jeudi 17 décembre, 19h, CFCC d’Héliopolis, en présence de Sylvie Denoix (Ifao), Thibaud Fournet (Ifpo, Cnrs) et May Telmissany, coauteur du livre de photographies signé Pascal Meunier, « Les Derniers bains du Caire » (Editions Le Bec en l’air, décembre 2008). Un échange aura lieu entre les auteurs sur une approche différente d’un même sujet, l’une scientifique et l’autre artistique.

Lundi 11 janvier, 19h, CFCC d’Alexandrie, en présence de Bérangère Redon (Ifao).

Pour accompagner l’événement et jusqu’au jeudi 14 janvier 2010 , les photos de Pascal Meunier seront exposées avec une série d’images de l’Ifao aux CFCC de Mounira et d’Héliopolis et jusqu’au 1er février 2010 au CFCC d’Alexandrie.

Les murailles médiévales du Caire, 10 ans de fouilles archéologiques et de relevés architecturaux.
Stéphane Pradines, archéologue à l'Ifao

25 novembre 2009 20h00, durée 1h00, CFCC

La mission des « Murailles médiévales du Caire » est à l’heure actuelle un des principaux chantiers d’archéologie islamique en Égypte. Les fouilles archéologiques sont concentrées sur deux sites, le parking Darassa et Burg az-Zafar. Les travaux effectués ont permis de répondre à de nombreuses problématiques archéologiques et historiques sur le Caire, véritable mégapole médiévale. Outre la découverte et l’étude de nouveaux tronçons de murailles ayyoubide (1173-1177) et fatimide (1087-1092), l’équipe de Stéphane Pradines a mis au jour des éléments de l’histoire urbaine du Caire, notamment des habitats de la fin du Xe siècle, des niveaux d’occupation mamelouks du XIIIe et XIVe siècles et un cimetière du XVe siècle.

Ces recherches de l’Institut français d’archéologie orientale sont soutenues par la Fondation Aga Khan, le Ministère des affaires étrangères, et le Service des Antiquités égyptiennes.

La conférence aura lieu au Centre Français de Culture et de Coopération, à Mounira.
Présentation du réseau numérique de bibliothèques BibMed et perspectives de recherche dans le domaine de l’extraction et du filtrage d’information
Sam Zardan (ingénieur-docteur, responsable du service informatique de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme (MMSH-Aix-en-Provence)

24 novembre 2009 15h00, durée 1h00, IFAO

Les archives de Dioscore d’Aphrodité (VIe s. ap. J.-C.) : édition, réédition et perspectives historiques
Florence Lemaire (membre scientifique Ifao)

17 novembre 2009 18h00, durée 1h00, IFAO

Dans le cadre du cycle de présentations de leur travaux par de jeunes chercheurs, Florence Lemaire, actuellement membre scientifique à l’Ifao, donnera un aperçu des méthodes et des pratiques actuelles de la papyrologie, en interrogeant, à partir d’exemples précis, le corpus des baux ruraux des archives de Dioscore d’Aphrodité, notaire et poète amateur du VIe siècle ap. J.-C. La conférence est ouverte au public, spécialisé comme intéressé.
Les Italiens en Égypte : entre cosmopolitisme et modernisation (1805-1869)
Anthony Santilli, Doctorant, École Pratique des Hautes Études, cotutelle avec l’université des études de Naples L’Orientale.

27 octobre 2009 18h00, durée 1h00, IFAO

Inscrite dans un cycle annuel de présentations de travaux de recherche que de jeunes chercheurs effectuent à l’Ifao, cette conférence en français s’interrogera sur la présence italienne en Égypte dans une large première moitié du XIXème siècle. Elle est ouverte au public, spécialisé comme intéressé.
ARCHIVER. Les pratiques historiographiques dans le Moyen-Orient contemporain
Organisé par Maria Couroucli (LESC), Christine Jüngen (CNRS-LAU)

Du 20 juin 2009 au 22 juin 2009 16h30, durée 1h00, IFAO

partenariat IISMM/EHESS, CNRS, IFAO et en collaboration avec les Archives Nationales d’Égypte

Cette table ronde, accueillie par l’IFAO, est une des manifestations du programme soutenu par l’ANR: « Archiver. Les pratiques historiographiques contemporaines au Moyen-Orient », a pour thème les enjeux de la mémoire en relation à la constitution et l’exploitation des archives. S’il est vrai que "crispation sur les archives et douleurs de la mémoire vont de pair" (Hartog, 2005), la thématique "archives et mémoire" relève de plusieurs questionnements, au-delà des premiers travaux sur la distinction entre mémoire et histoire (Pomian, 1992) par exemple, ou encore entre mémoire, nation, identité collective et patrimoine historique (Nora, 1992, 1997). Nous partirons ici de la notion de conflit comme moment particulier créateur de divergences d’un point de vue aussi bien mémoriel qu’historiographique, moment autour duquel les affects, émotions, interprétations, loin d’être stabilisés, sont susceptibles de renversements et de relectures contradictoires. Nous questionnerons ainsi en premier lieu le rôle des archives, de leur constitution et de leurs usages en relation aux enjeux mémoriels et historiographiques liés à des événements conflictuels.

Un second questionnement sera celui de la relation dialogique histoire/mémoire en rapport à la notion du temps de l’événement, de la distance ou non-distance à la fois temporelle et émotionnelle, voire des archives "interdites" (Combe, 1994). Un fonds d’archives n’est jamais lié à un seul événement ; néanmoins, leur importance par rapport à l’histoire du temps présent et/ou par rapport à des groupes constitués est fluctuante. L’étude du rapport d’un fonds d’archives avec un événement (ou un "temps") précis peut éclairer la relation entre mémoire et histoire que construit chaque société à un moment donné. Ceci permet aussi, plus spécifiquement, d’interroger la temporalité des archives en relation à la temporalité d’un conflit, la « vie » des archives ou des fonds d’archives (à quel moment une archive est-elle considérée comme « morte » ?)

Deux grandes thématiques seront privilégiées dans cet atelier à partir de ce double questionnement. La première abordera la perspective des institutions et du pouvoir de l’Etat en relation à la constitution de fonds archivistiques. A quel(s) moment(s) dans l’histoire sociale, politique, nationale, et/ou étatique correspond la constitution de fonds d’archives ? Est-elle nécessairement liée à une intentionnalité politique et mémorielle ? Comment le pouvoir étatique gère-t-il les conflits politiques et mémoriels dans ses pratiques archivistiques ? On s’interrogera en second lieu sur l’utilisation historiographique des archives dans ces tensions politiques et mémorielles : comment s’opère la qualification de matériaux en « archives » susceptibles de fonctionner comme source dans un conflit mémoriel ? Quelles sont les modalités d’utilisation dans la construction de récits divergents et parfois contradictoires ? Comment les acteurs de la narration historiographique s’approprient-ils des matériaux archivistiques comme outil probatoire ?

Il s’agira, plus largement, de questionner dans le cadre de cet atelier la création ou la destruction de fonds, les choix politiques/mémoriels qui y président, mais aussi d’aborder la question des enjeux des circulations et des transferts de collection, ou encore celle de la propriété des archives et des ayants droit. On s’interrogera en particulier sur les modalités d’introduction d’archives dans l’espace public (modalités de mise à disposition, édition, publication, mise en ligne) comme de leur rétention (documents, témoignages « impubliables »). Ce questionnement s’appliquera également aux archives comme lieux dans l’organisation même de leur espace : quels sont les enjeux d’accessibilité à l’espace, aux documents, la classification des inventaires, quelles modalités d’utilisation de l’archive du point de vue des archivistes et du point de vue des lecteurs ? Peut-on, enfin, appréhender les lieux de collecte comme lieux de rencontres intellectuelles et/ou politiques ?

PROGRAMME

Samedi 20 juin

9h-13h

Christine Jungen (CNRS, LAU) et Maria Couroucli (CNRS, LESC) : Introduction

Session 1 : État, nation, et institutions archivistiques

Sonia Combe (BDIC) : La législation sur les archives, indice du degré de démocratie dans une société: étude comparative France-Allemagne.

Marie Favereau (in absentia) et Sylvie Denoix (IFAO): Production de documents, versus absence d’intentionnalité archivistique dans le monde musulman médiéval, avec présentation d’une base de données à partir du corpus des correspondances diplomatiques entre souverains musulmans.

Candice Raymond (IFPO) Les archives du Liban ottoman à la Direction générale des Antiquités : au cœur des guerres libanaises.

15h30 - 17h30

Sylvaine Camelin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : De la "No tech" à la "High tech". La mise en place des Archives nationales aux Émirats Arabes Unis.

Débat

Dimanche 21 juin

9h-13h

Session 2 : Archives et écriture : enjeux mémoriels et contre-histoires

Tewfik Aklimandos (CEDEJ) : Autobiographies et grands récits : le cas des officiers libres.

Edouard Méténier (Collège de France) : La face cachée de l’histoire. Réflexion subjective sur les enjeux mémoriels relatifs au statut, à l’accès et à l’usage historiographique des archives privées dans le monde arabe.

Hamit Bozarslan (EHESS) : Histoires locales, contre-histoires et usage des archives. Exemples turcs.

Hans-Lukas Kieser (Université de Zurich) : La mise à disposition d’«archives de la catastrophe» par rapport à la Turquie des années 1890-1930.

15h30-17h30

Maria Couroucli : Synthèse

Discussion générale

Lundi 22 juin

Matinée : Visite des Archives Nationales d’Égypte

La troisième terrasse de Deir el-Bahari : une nécropole familiale à la Troisième Période Intermédiaire
Frédéric Payraudeau (Ifao)

16 juin 2009 18h00, durée 1h00, IFAO

Les Cariens, la mer et l’Égypte : nouvelles questions
Raymond Descat, Professeur d'histoire grecque, Université Bordeaux 3

25 mars 2009 18h00, durée 1h00, IFAO

L’organisation du diwan al-jund en Égypte à l’époque umayyade
Sobhi Bouderbala (Université Paris 1 - Panthéon - Sorbonne)

3 mars 2009 18h00, durée 1h00, IFAO

Hieroglyphs from Akhmim - an Overview
Viviane Callender

24 février 2009 18h00, durée 1h00, IFAO

Wâdî ʿAraba : résultats de la première campagne de prospection
Yann Tristant, archéologue, préhistorien (Ifao)

17 février 2009 18h00, durée 1h00, IFAO

Le cimetière M d’Abou Rawach. Travaux récents sur la Ière dynastie dans la région memphite
Yann Tristant (IFAO)

2 décembre 2008 18h00, durée 1h00, IFAO

Le matériel en bois des fouilles de Fostat/Istabl’Antar : première approche
Marie-Hélène Rutschowscaya (Musée du Louvre)

11 novembre 2008 18h00, durée 1h00, IFAO

Le musée national de Rio de Janeiro : une collection égyptienne au Brésil
Antonio Brancaglion Junior, Professeur à l’Universidade Federal do Rio de Janeiro, Conservateur de la collection égyptienne du Museu Nacional do Rio de Janeiro

4 juin 2008 18h30, durée 1h00, CFCC

Sources de l’histoire militaire (Xe-XVe siècles)
Abbès Zouache (Ciham / UMR 5648 - Univ. Lumière Lyon 2)

19 février 2008 16h30, durée 1h00, IFAO

Les salles du trône mameloukes
Nasser RABBAT

13 décembre 2007 17h00, durée 1h00, IFAO

Base de données bibliographiques : verre byzantin et islamique
Maria MOSSAKOWSKA-GAUBERT

5 novembre 2007 17h00, durée 1h00, IFAO

Les ateliers de potiers de Bouto et les centres méditerranéens.
Pascale BALLET

31 octobre 2007 17h00, durée 1h00, IFAO

La mémoire des signes : méthode de création d’une fonte hiéroglyphique pour l’IFAO
Jonathan PEREZ

17 octobre 2007 17h00, durée 1h00, IFAO

Le rôle des frères de roi dans les modalités successorales en Égypte ancienne et à Kouch
Jean REVEZ

13 juin 2007 17h00, durée 1h00, IFAO

La céramique des fouilles d’Istabl Antar, Fustat, VIIIe-Xe s. État de la question.
R.-P. GAYRAUD, J.-Cl. TREGLIA, L. VALLAURI

29 mars 2007 17h00, durée 1h00, IFAO

la conquête de l’Egypte par le sultan Selim
Gilles VEINSTEIN

27 mars 2007 17h00, durée 1h00, IFAO

Géoarchéologie: l’exemple égyptien
Yann TRISTANT

22 février 2007 16h00, durée 1h00, IFAO

L’herméneutique soufie de la loi
Samuela PAGANI

11 février 2007 16h00, durée 1h00, IFAO

An innovative interesting method for wall dehumidification
Irene KERSCHBAUMER et Kuno FOUNDER-KERSCHBAUMER

4 février 2007 17h00, durée 2h00, IFAO

Présentation d’une technique d’assèchement des murs qui sera appliquée sur le temple d’Esna.
Les archives de la Horde d’Or (1224-1552)
Marie FAVEREAU

10 janvier 2007 16h00, durée 1h00, IFAO

Base de données castellologique égyptienne. Forts, citadelles et enceintes urbaines en Islam médiéval
Osama TALAAT/Stéphane PRADINES

10 décembre 2006 16h00, durée 1h00, IFAO

Fouilles de l’IFAO à Balat: état des travaux
Georges SOUKIASSIAN

15 juin 2006 15h30, durée 1h00, IFAO

Les inscriptions des vases de Saqqâra: un premier état de la recherche... petits résultats deviendront grands
Jean-Pierre PÄTZNICK

28 mai 2006 17h00, durée 1h00, IFAO

Que sait-on de la musique de l’Égypte ancienne ?
Sibylle EMERIT

17 mai 2006 18h30, durée 1h00, CFCC

Les ostraca hiératiques du Wadi Gawasis
Sayed MAHFOUZ

10 mai 2006 17h00, durée 1h00, IFAO

partenariat Université d’Assiout

Le laboratoire de datation par le radiocarbone de l’IFAO: possibilités et limites
Michel WUTTMANN

3 mai 2006 16h00, durée 1h00, IFAO

Un exemple d’urbanisme provincial : Tell Edfou
Nadine MOELLER

19 avril 2006 17h00, durée 1h00, IFAO

partenariat University College, Oxford

Les fouilles franco-suisses d’Abu Rawash : nouvelle enquête
Michel VALLOGGIA

12 avril 2006 18h30, durée 1h00, CFCC

partenariat Université de Genève

La technologie des plasmas : applications à la conservation archéologique
Mohamed EL-SHAHER

23 mars 2006 15h00, durée 1h00, IFAO

partenariat Université de Zagazig

Le temple d’Athribis en Haute Égypte
Christian LEITZ

21 mars 2006 17h00, durée 1h00, IFAO

Les ostraca hiératiques du Wadi Gawasis
Sayed MAHFOUZ

5 mars 2006 17h00, durée 1h00, IFAO

Analyse de colorants des textiles de sites romains du désert oriental
Witold NOWIK

23 février 2006 17h00, durée 1h00, IFAO

partenariat Laboratoire de Recherches des Monuments Historiques

Présentation du fonds littéraire copte de l’IFAO
Catherine LOUIS

12 février 2006 17h00, durée 1h00, IFAO

Antiquités égyptiennes au Qatar
Jean-Pierre CORTEGGIANI

5 février 2006 17h00, durée 1h00, IFAO

De l’Égypte à Rome, en passant par Santorin: avatars et aventures d’une stèle ptolémaïque
Hélène CUVIGNY

1er février 2006 18h30, durée 1h00, CFCC

L’autobiographie à l’époque mamlouke : le cas d’Ibn Tûlûn
Bernadette Martel-Thoumian

29 janvier 2006 17h00, durée 1h30, IFAO

Expositions

« Portraits de l’archéologie française en Égypte » à l’occasion du colloque « Deux siècles de relations franco-égyptiennes »

Du 17 octobre 2016 au 27 octobre 2016 9h00, durée 9h00, BibAlex

partenariat CEAlex

Europe-Egypt : A Long-Lasting Archeological Cooperation

Du 4 juin 2009 au 1er juillet 2009 , Musée du Caire

Du 4 juin au 30 juillet au musée du Caire

Le ministère de la Culture, le Conseil suprême des antiquités, la délégation de la Commission européenne en Égypte, les ambassades et instituts européens présentent l’exposition :

Europe - Égypte : une longue coopération archéologique

Dès le début du XIXe siècle, l’archéologie en Égypte commençait à attirer une multitude de voyageurs et universitaires européens. En redécouvrant les principales caractéristiques de l’histoire égyptienne des pharaons aux temps modernes, ces pionniers contribuèrent à établir des liens scientifiques renforcées entre les pays européens ainsi qu’entre l’Europe et l’Égypte.

L’exposition « Europe - Égypte : une longue coopération archéologique » retrace en image quelques-uns des projets communs mis en oeuvre par des chercheurs européens et égyptiens. Une quarantaine de photographies présentées par 16 pays européens s’organisent autour de six thèmes illustrant les principaux aspects des activités européennes dans le domaine de l’archéologie : historique, formation, coopération, fouilles, restauration et valorisation.

Téléchargez le catalogue de l’exposition (3,1M)

Téléchargez l’affiche (506 Ko)

Téléchargez le texte de présentation (70 Ko)

From June 4 to July 30 in the Cairo Museum

The Ministry of Culture, the Supreme Council of Antiquities, the Delegation of the European Commission in Egypt, the European embassies and institutes present the exhibition:

Europe–Egypt: A Long-Lasting Archaeological Cooperation

From the beginning of the XIXth century, archaeology in Egypt began to entice a multitude of European travellers and academics. By rediscovering the main characteristics of the Egyptian history, from Pharaohs to modern times, these pioneers contributed to establish strong scientific links between the European countries as well as between Europe and Egypt.

The exhibition “Europe–Egypt: A Long-Lasting Archaeological Cooperation” redraws in image some of the shared projects operated by European and Egyptian researchers. About forty photos presented by 16 European countries are organized around six subjects illustrating the main aspects of European activities in the field of archaeology: background, training, cooperation, excavations, restoration and valorisation.

Download the catalogue of the exhibition (3,1M)

Download the poster (506 Ko)

Download the text of presentation (70 Ko)

Visites

Hommage à Christiane Desroches Noblecourt, Grande Dame du Nil
Guillemette Andreu-Lanoë (Louvre), Christian Leblanc (CNRS) et Gihane Zaki (Unesco)

29 septembre 2011 18h00, durée 4h00, CFCC

partenariat IFE

L’Ambassade de France, en collaboration avec l’Institut français d’archéologie orientale et l’Institut français d’Égypte, souhaitent saluer la mémoire de Madame Christiane Desroches Noblecourt, grande dame de l’égyptologie et résistante en France lors de la seconde guerre mondiale, décédée le 23 juin dernier à l’âge de 97 ans.

Première femme égyptologue, auteure d’une quinzaine d’ouvrages, elle mit sa ténacité et son énergie au service d’une cause universelle : le sauvetage des temples de Nubie, menacés d’être engloutis par le lac Nasser. Surnommée « la grande prêtresse de Ramsès II », Christiane Desroches Noblecourt, est la digne héritière de Jean-François Champollion.

Programme de la soirée Hommage à Christiane Desroches Noblecourt (1913-2011)

- Institut français d’Égypte au Caire (Mounira), 18h00

Introduction par Guillemette Andreu-Lanoë (Conservateur général,

Directrice du Département des Antiquités égyptiennes Musée du Louvre)

De la Nubie à la Vallée des Reines

Conférence de Christian Leblanc

De la Nubie à la Vallée des Reines, l’œuvre de Christiane Desroches Noblecourt aura marqué l’égyptologie française et internationale. C’est à son énergique action que l’on doit le sauvetage des temples d’Abou Simbel et d’Amada et la création du Centre d’Étude et de Documentation sur l’Ancienne Égypte (CEDAE). Avec le décès de Christiane Desroches Noblecourt, c’est une grande figure de l’archéologie qui disparaît. Elle laisse une œuvre considérable, à la fois par ses actions et ses publications. Elle a su défendre brillamment et ardemment une discipline qui est tout à l’honneur de notre pays, ce qui lui valut notamment la prestigieuse Médaille d’Or du CNRS. En fait, on lui doit d’avoir écrit avec un formidable talent une très belle page de cette séculaire histoire partagée entre l’Égypte et la France.

Christian Leblanc est docteur d’État ès-Lettres et Sciences Humaines (spécialité égyptologie) et diplômé d’Études Supérieures de l’École du Louvre. Égyptologue, il est directeur de recherche au CNRS et responsable de la Mission Archéologique Française de Thèbes-Ouest. Après avoir exploré la Vallée des Reines pendant une vingtaine d’années, il dirige actuellement, en coopération avec le Conseil Suprême des Antiquités de l’Égypte (CSA) et le CEDAE, les recherches et les travaux de restauration entrepris dans le temple et dans la tombe de Ramsès II, à Louqsor.

Questions et débat: Gihane Zaki (Unesco)

- Institut français d’Égypte au Caire (Mounira), 20h00

Christiane Desroches Noblecourt, une passion égyptienne

Documentaire d’Olga Prud’homme-Farges, 2009 - 52 mn

Avec l’aimable autorisation de CDP (Catherine Dussart Production)

A travers le récit des souvenirs de Christiane Desroches Noblecourt, c’est une longue vie de passions et de combats qui se dessine dans ce film. Sa découverte de l’égyptologie, son engagement dans la Résistance, son inlassable combat pour sauver les temples de Nubie, sont autant de chapitres qu’elle nous raconte. A 96 ans, la grande égyptologue est aussi passionnée que dans sa jeunesse. Portrait d’une femme hors du commun, tout à la fois captivante et conteuse, modeste pionnière et infatigable militante.

- Institut français d’archéologie orientale (IFAO), 21h00

L’extraordinaire sauvetage des temples de Nubie

Exposition photographique présenté à l’IFAO (Institut français d’archéologie orientale)

En 1964, la construction du Grand Barrage d’Assouan implique la disparition sous les eaux de la Nubie : 100 000 personnes vont être déplacées, les temples antiques engloutis…

Ancien oasis de verdure, la Nubie va totalement disparaître au nom du progrès économique. Les archéologues du monde entier vont se mobiliser afin de sauver 22 temples des eaux entre 1960 et 1980. Sous l’impulsion de Christiane Desroches Noblecourt et d’André Malraux, le directeur général de l’U.N.E.S.C.O., René Maheu, lançait le 8 mars 1960, un appel international invitant les États membres à s’associer au plus grand sauvetage archéologique de l’Histoire.

Cette exposition photographique retrace la tâche titanesque des archéologues du monde entier.

En partenariat avec le Conseil Suprême des Antiquités et le Centre d’Etude et de Documentation sur l’Ancienne Égypte.

Journées d'études

Lithic Industries In Ancient Egypt From The Neolithic And Dynastic Periods
Clara Jeuthe, Chercheur associé à l'Ifao

3 novembre 2017 10h00, durée 8h00, IFAO

Lithic tools, either flint implements or other ground stone tools, play a major role in the Ancient Egyptian economic system. However, although studies on lithic industries have increased significantly during recent decades, our knowledge remains limited, in particular with regard to the quarries, strategies of selection and distribution as well as the different levels of state versus local supply chains.

Hence, this study day, which forms part of the IFAO project “Les industries du silex en Égypte pharaonique”, aims to discuss the up-to-date research concerning the selection of raw material and current investigations of quarries, as well as a range of scientific analyses conducted on stone materials in recent years.

The study day will include a Visit of the Laboratory of the Ifao.

Attendance is only possible by invitation. In case of interest, please contact cjeuthe@ifao.egnet.net

Download the programme
2e Congrès du GIS Groupement d’intérêt scientifique Moyen-Orient et mondes musulmans
Parmi les participants: Naïma Bouras, Séverine Gabry-Thienpont, Didier Inowloski, Nicolas Michel, Annalaura Turiano

Du 5 juillet 2017 au 8 juillet 2017 9h00, durée 1h00, lieu: voir le programme

Le congrès se tiendra à l’INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Télécharger le programme

Télécharger les résumés
Mechanisms and Frameworks of Transmission in the Middle East 15th to 17th C.

Du 21 novembre 2016 au 22 novembre 2016 , IFAO

The second Workshop of the ANR-DFG DYNTRAN Project will build upon various issues raised during the project’s inaugural workshop in Marburg (26-29 November 2015). Among the themes that emerged were the questions: "How does the transmission occur?" and "What is being transmitted?" DYNTRAN’s second general workshop will seek to answer the question of "how" in hoping to expand upon these questions. To that end, panels have been organised in such a way as to illuminate issues related to the mechanisms and frameworks of transmission.

Télécharger l’affiche

Télécharger le programme du lundi 21 novembre

Télécharger le programme du mardi 22 novembre
Medieval Pottery in Egypt 10th-16th Century AD
Felix Arnold (DAIK) Sylvie Marchand (Ifao) Gregory Williams (Universität Bonn)

Du 13 avril 2016 au 14 avril 2016 9h30, durée 10h00, IFAO

partenariat DAIK

The medieval period is one of the least studied areas of Egyptian archaeology. Only at very few sites have remains of the post 10th century period been systematically investigated so far. As a consequence, the pottery of the medieval period is among the least known of Egypt.

In September 2014 we organized a workshop on the pottery of the Early Medieval Period (7th – 10th century). The workshop was not only very informative, it showed we believe that interest in the pottery of the post-antique period is slowly increasing and we have a real chance at clarifying some basic questions about the pottery production in Egypt during this period. Building on the success of our first workshop, we organized a second workshop, entitled “Medieval Pottery in Egypt (10th – 16th century AD)”, to be held at the German Archaeological Institute (DAI) and the French Institute (IFAO) on April 13-14, 2016.

Medieval pottery in Egypt largely remains a terra incognita, reflecting the paucity of properly conducted excavations at sites of this period. The aim of this second workshop will be to identify the range of data we already have, to discuss some of the major issues in the study of medieval pottery in Egypt and hopefully to work toward gaining an overview of the development of pottery production from the Fatimid, Ayyub and Mameluk periods. Even less then at our first meeting we aim not only for an understanding of fine wares (lustre wares etc.) but of the whole range of pottery production (shapes, fabrics, technology and uses of the ceramics). Particularly we would like to discuss developments in containers for storage and transport, in cooking vessels and in table wares, reflecting changes in medieval society, economy and cultural habits. Another aspect to be discussed is the role of trade, both on a regional and an international level.

In order to facilitate a working atmosphere, the workshop will not be held in public.

Télécharger l’affiche et le programme
Musiques en Egypte contemporaine. Etat des lieux et nouvelles perspectives
Séverine Gabry-Thienpont (Ifao)

Du 13 avril 2016 au 14 avril 2016 , IFAO

partenariat Institut français d’Egypte

L’intérêt de cette rencontre est :

- d’établir un état des lieux de la recherche, qui permettra au public de mieux connaître certains pans de l’histoire des musiques égyptiennes ;

- d’amorcer une réflexion sur les nouvelles manières d’appréhender les répertoires musicaux à la lumière des enjeux nationaux.

Problématiques :

- interdits religieux

- processus de patrimonialisation

- phénomènes de globalisation.

The point of this meeting will be two-fold:

- to establish an overview of current research that can provide the public with a better understanding of certain facets of the history of Egyptian music;

- to open a discussion on new ways of understanding musical repertoires in the light of national issues.

Principal considerations:

- religious prohibitions

- process of fabricating heritage,

- phenomena of globalisation.

Télécharger le programme, Download the programme (3 Mb)

Origin-Musics : Musical narratives, performances, and reconstructions of the past (20th-21st centuries)
Christine Guillebaud (CREM-LESC), Salwa Castelo-Branco (INET), Sibylle Emerit (IFAO)

Du 1er octobre 2015 au 2 octobre 2015 , lieu: voir le programme

partenariat CREM-LESC (Nanterre), INET (Lisbonne)

The quest to reconstruct the styles and histories of musical genres of the past is an old preoccupation. Since the 19th century, the orientalist imaginary contributed considerably to the notion of the existence of “origin-musics”. Whether “Pharaonic,” “Arab,” or “Hindu,” a common reference to the past, seen as prestigious and immutable, contributed to the rationalization of musical knowledge on the basis of constructed connections. The orientalist period being relatively well documented, this workshop is more focused on ways of speaking of and describing the past over the course of the 20th century and into the 21st. Bringing anthropologists and historians together, it encourages not only a particular emphasis on the process of recounting the past as-such, but also the specific processes involved the narrative’s construction. We will focus on constructs emerging from scientific disciplines like musicology and musical archaeology, and those playing out within artistic creation itself – both areas that are also tied in with local, national, and international political stakes.

Place: Université Paris Ouest Nanterre, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE), "Salle du Conseil" (4th Floor)

Download the program (0.39 Mb)

The Sphero-conical vessel. A debate over the fire grenades in the Muslim World / Les vases sphéro-coniques. Un débat sur les grenades incendiaires dans le monde musulman
Stephane Pradines (ISMC-AKU) and Julie Monchamp (IFAO)

17 décembre 2014 , IFAO

Télécharger l’annonce de la journée d’étude (english / french version, 1.69 Mb)

Télécharger l’appel à communications (english / french version, 1,71 Mb)

Deuxième Workshop sur les mots de la paix en Orient
Michele Bernardini, Sylvie Denoix, Simonetta Graziani

Du 30 octobre 2014 au 31 octobre 2014 , lieu: voir le programme

partenariat Università di Napoli, « l’Orientale », Dipartimento Asia Africa e Mediterraneo - CNRS, Unité mixte de Recherche 8167 « Orient Méditerranée »

Les croisades en Egypte. Histoire. Mémoires
Abbès Zouache (CNRS, CIHAM, UMR 5648) et Ahmed el-Shoky (Université 'Ayn Shams)

22 octobre 2014 , IFAO

L’intérêt pour les croisades ne se dément pas. Une définition large du phénomène croisade s’est d’ailleurs imposée parmi les historiens occidentaux, qui ne le circonscrivent plus seulement aux deux siècles d’existence des États latins nés de la première croisade ni à l’Orient. Cependant, la majorité des travaux des spécialistes arabes et occidentaux des croisades portent toujours sur les expéditions qui visèrent à libérer Jérusalem, soutenir les États latins ou s’emparer de l’Égypte.

Ces études témoignent du dynamisme des historiographies arabe et occidentale des croisades orientales. Sans forcément se détacher du « penchant narratif » (Bull et Kempf, 2010) qui caractérise traditionnellement ces historiographies, les chercheurs explorent désormais des champs quelque peu délaissés par leurs devanciers, notamment grâce à l’exploitation de sources manuscrites ou publiées (épopées ou romans arabes, manuels de furūsiyya, projets de croisades...) encore insuffisamment étudiées. Ainsi, dans la lignée d’Alphonse Dupront (1997), les croisades sont désormais plus souvent appréhendées dans le temps long (France, 2005 ; Zouache, 2012), comme un phénomène mémoriel qui marqua les consciences collectives des peuples d’Orient et d’Occident. En particulier, depuis quelques années, l’histoire et les mémoires des croisades tardives font l’objet d’un réexamen (Paviot, 2003 ; Nejedly et Svatek, 2012).

Cette journée d’étude, qui s’inscrit dans la continuité de ces travaux, vise à mieux comprendre, dans la longue durée, l’impact des croisades sur les hommes et les sociétés d’Occident et d’Orient. En réunissant des chercheurs occidentaux et égyptiens, elle a aussi pour objectif majeur de mettre en dialogue des historiographies de la croisade (arabe, occidentale) qui se méconnaissent.

Cette journée d’étude est largement centrée sur l’Égypte, mais s’inscrit dans le cadre plus large du Proche-Orient : aux yeux des croisés eux-mêmes, l’Égypte et le Bilād al-Šām formaient un ensemble peu dissociable. En effet, le contrôle du territoire égyptien devint rapidement la clef de la présence latine en Orient, dans l’esprit des Francs d’Orient comme des puissants d’Occident qui appelèrent à la croisade ou prirent eux-mêmes la croix. C’est d’Égypte, aussi, que les sultans ayyoubides puis mamelouks organisèrent la lutte contre les États latins d’Orient, qu’ils finirent par détruire en 1291.

Au fil des siècles, alors que les côtes égyptiennes et syriennes étaient ponctuellement attaquées par des flottes venues d’Occident puis que les Ottomans se proclamaient à leur tour les chantres du djihad, la croisade ne fut pas oubliée. Même si, en Occident, elle faisait l’objet de vives critiques parmi ceux qui désiraient privilégier un autre type de rapports que guerriers avec les musulmans, des projets de croisades continuèrent à y être rédigés, qui prenaient notamment l’Égypte pour cible. Dans ce pays comme dans l’ensemble du Proche-Orient, une mémoire islamique de la résistance glorieuse à la croisade plus ou moins vivace, selon les contextes, continua à être véhiculée, dont on peut se demander si elle ne détermina pas pour longtemps les relations entre les musulmans et leurs voisins chrétiens.

Références :

‘Awāḍ, M. M., Fuṣūl bībliyūġrāfiyya fī ta’rīḫ al-ḥurūb al-ṣalībiyya, Dār ‘Ayn, Le Caire, 1996.

Dupront, A., Le mythe de croisade, Gallimard, Paris, 1997, 4 vols.

France, J., The Crusades and the Expansion of Catholic Christendom 1000-1714, Routledge, Londres, 2005.

Kempf, D. et Bull, M., « L’histoire toute crue : la première croisade au miroir de son histoire », Médiévales 58, printemps 2010, p. 151-160.

Paviot, J., Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient : fin XIVe-XVe siècle, PUPS, Paris, 2003.

Nejedly, M. et Svatek, J. (éd.), Histoire et mémoires des croisades à la fin du Moyen Âge, Méridiennes, Toulouse, 2012.

Zouache, A., « Écrire l’histoire des croisades aujourd’hui, en Orient et en Occident », dans R. Abdellatif et al. (éd.), Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, Oldenbourg, Munich, 2012, p. 120-147.

Intervenants :

M. Aurell, Univ. de Poitiers

J. France,, Univ. de Londres

‘U. Gamal, Université de Sohag

M. F. Rahîl, Société historique d’Égypte

‘Â. M. M. Ramadân, Univ. du Fayyoum

A. el-Shoky, Univ.‘Ayn Shams et Ifao

H. ‘A. el-M. Sulayman, Univ. de Menofia

U. Tala‘at, Univ. du Caire

B. Weber, Université de Toulouse

A. Zouache, CNRS – CIHAM UMR 5648

Early Medieval Pottery in Egypt (7th – 10th century AD)
Felix Arnold (DAI), Sylvie Marchand (IFAO) and Gregory Williams (Swiss Institute)

Du 24 septembre 2014 au 25 septembre 2014 , IFAO

This workshop provided a brief summary of the pottery found at a particular site and its archaeological context for several sites in geographical order, to allow to make comparisons between different regions of the country. In addition, the intention was to compare different approaches in understanding the cultural transition of Egypt from Late Antiquity to the Medieval Age. The second aim of this workshop was to review our knowledge of the pottery in Early Medieval Egypt, both of local production and imports from the outside. The practical study of pottery samples from Fustat and Elephantine, helped to characterize the main pottery productions of Early Medieval Pottery in all its diversity and to question the received chronology.
Archives privées dans l’Egypte ottomane et contemporaine
Nicolas Michel (Ifao)

Du 16 décembre 2013 au 17 décembre 2013 , IFAO

La thématique des archives privées a jusqu’ici été peu, voire pas du tout, traitée dans le cadre de l’Egypte moderne et contemporaine. Le but de la journée d’études est de confronter les expériences d’historiens avec des documents jadis ou encore aujourd’hui détenus par des particuliers. La diversité des situations facilitera la comparaison: traces d’archives disparues, ensembles abandonnés, trouvés en fouilles ou chez un marchand, fonds remis à un conservateur, archives encore détenues par la famille. Les intervenants se demanderont ce qui était mis par écrit puis conservé par les particuliers, quel usage ils faisaient ou font des papiers de famille, où, sous quelle forme, et dans quelles conditions ils étaient ou sont conservés. Les propriétaires de plusieurs des archives assisteront à la journée d’études. L’ambition de celle-ci est de mieux cerner la richesse des fonds privés encore conservés en Egypte, et de comprendre certaines des raisons pour lesquelles si peu de ces fonds sont arrivés à la connaissance du public.

Télécharger le programme (100 ko)
Décrire, imaginer, construire l’espaaToponymie et perception de l’espace en Egypte de l’Antiquité au Moyen-Âge
Organisé par Sylvain Dhennin (Ifao), Claire Somaglino (Paris IV-Sorbonne)

30 novembre 2011 , IFAO

Reconsidérer l’histoire de l’Égypte médiévale
Journée organisée par Cyrille Aillet et Abbès Zouache

29 mars 2011 9h00, durée 18h00, lieu: voir le programme

partenariat Univ. Lyon 2 - Ciham

Cette journée d’études, est consacrée à l’Égypte médiévale. Les participants ont été invités à s’interroger sur les périodisations qui ont généralement cours, dans la communauté scientifique, en s’appuyant sur une documentation archéologique, papyrologique et littéraire nouvelle ou peu exploitée (papyrus, ostraca, chroniques et dictionnaires biographiques, littérature...) et en s’inscrivant dans les renouvellements historiographiques récents.

Souvent héritées de modèles conceptuels mis en place il y a plusieurs siècles, les périodisations ont une part d’arbitraire reconnue par tous. C’est ainsi que le concept d’ « Antiquité tardive » (Late Antiquity) s’est imposé aux médiévistes par nécessité de corriger la division trop stricte entre Antiquité et Moyen Âge. En Égypte, la conquête arabe ne provoqua pas dans tous les domaines de la vie humaine les changements abrupts et/ou définitifs que les historiographes médiévaux se plaisent souvent à décrire. Il faut dire que les rythmes d’évolution diffèrent, selon les domaines et les espaces considérés. Changements politiques, transformations sociales, mutations techniques, évolutions économiques ou variation des systèmes de pensée… : chacun de ces domaines évolue selon son rythme propre, qui plus est selon son échelle de déclinaison (locale, régionale, nationale). 
Pour autant, nul ne peut nier la nécessité, pour l’analyste du passé, d’élaborer un ou des modèles interprétatifs cohérents, seuls à même de rendre intelligible l’évolution de sociétés aux mécanismes désormais oubliés. Dès lors, sur quelles lignes de fractures s’arrêter ? Quelles « ruptures » identifier, pour peu que ce concept soit encore pertinent – n’y a-t-il pas de « rupture » réelle, ou absolue, que pour ceux qui ont l’illusion de la penser comme telle, du fait des bouleversements qu’ils vivent et/ou des souffrances qu’ils constatent ? La rupture ne constitue-t-elle pas un concept commode et utile, permettant de rayer d’un trait les traces d’un courant de pensée ou même d’une dynastie considérée comme non orthodoxe ?
Ne doit-on pas, au contraire, se contenter de découpages lâches, ne penser qu’en termes de « transitions », des transitions entendues comme des temps de passage d’un mode de fonctionnement à un autre ? Ces moments peuvent donner lieu à des crises révélatrices des tensions générées par l’entrechoquement des vastes déterminismes culturels et d’événements plus soudains, l’invasion, la famine ou l’épidémie, l’émergence brutale d’un nouveau pouvoir. Cette question du passage – et donc de la transmission – est fondamentale. Elle permet de centrer l’analyse sur l’articulation entre les « périodes » les mieux identifiées, antique et médiévale, omeyyade et abbasside, fatimide et ayyoubide etc.

Télécharger le programme (2.4 Mb)
Actualité de la recherche sur les bains en Egypte / Current Research on Baths in Egypt
Organisé par Bérangère Redon (IFAO)

26 octobre 2010 , CSA

Depuis les travaux de terrain d’Abd el-Mohsen el-Khachab (CSA), qui publia et fouilla bon nombre d’édifices de bain de type grec dans les années 1940 à 1970, et proposa une première synthèse sur ce thème, de nombreux établissements balnéaires antiques ont été mis au jour sur l’ensemble du territoire égyptien. Par ailleurs, les études portant sur les bains plus récents, en particulier les hammams médiévaux et modernes, ont démontré leur intérêt historique et archéologique. Leur valeur patrimoniale est également en cours de reconnaissance, comme en témoigne la rénovation récente du hammam mamluk du sultan al-Ashraf, en plein cœur du Caire islamique.

En 2006, le programme ANR Balnéorient, dirigé par M.-Fr. Boussac, et auquel s’est associé l’Ifao, a entamé l’étude globale du bain collectif en Orient (Proche-Orient, Égypte et péninsule Arabique). Un premier colloque, organisé à Alexandrie la même année, a permis de faire le point sur l’état de nos connaissances pour l’Égypte et a paru en 2009 aux presses de l’Ifao.

Depuis, les découvertes d’établissements balnéaires n’ont pas cessé en Égypte, soulignant l’intérêt de l’étude. L’Ifao a ainsi intégré à ses projets de recherche un programme intitulé « Bains antiques et médiévaux ». Pour rendre compte des nouvelles trouvailles, il nous est apparu utile d’organiser une rencontre centrée sur les données archéologiques, qui bénéficiera des acquis des échanges développés, à une échelle plus large, dans le cadre de Balnéorient.

Journée d’études

Cette journée d’études a pour but premier de présenter une documentation nouvelle, souvent inédite et tirée directement du terrain, portant sur toutes les périodes d’existence du bain collectif en Égypte, depuis son introduction par les Gréco-Macédoniens à la fin du IVe s. av. J.-C. jusqu’aux heures de gloire du hammam arabe. Elle réunira une dizaine de chercheurs, Égyptiens, Français, Européens, qui exposeront le résultat de leurs travaux portant sur un édifice particulier, dans des régions aussi diverses que l’arrière-pays alexandrin, le Caire, la Haute Égypte ou les déserts occidentaux. Une place sera aussi offerte à des surveys régionaux, pour compléter l’atlas archéologique des bains en Égypte et mesurer la diffusion de ces édifices, et donc des pratiques sous-tendues, sur ce territoire.

Atelier collectif

La partie documentaire (présentation de nouveaux bâtiments) débouchera sur un atelier collectif destiné à harmoniser l’analyse et la présentation des bâtiments, nécessaire pour une étude sur la longue durée de ce type d’édifices. A cette fin seront présentés les outils d’enregistrement, de classement et d’interprétation mis en œuvre au sein du programme Balnéorient et de l’Ifao.

Programme (485 ko)

Since the fieldworks of Abd el-Mohsen el-Khachab (SCA), who published and excavated many Greek-like baths in the 1940s till the 1970s and proposed a first synthesis on this topic, numerous antique bathing buildings were brought to light in the whole Egyptian territory. Besides, the studies concerning the more recent baths, medieval and modern hammams in particular, have demonstrated their historic and archaeological interest. Their patrimonial value is also in the process of being recognized, as shown by the newly restored mamluk hammam of al-Ashraf located in the heart of Islamic Cairo.

In 2006, the ANR Balnéorient program, led by M.-Fr. Boussac in partnership with Ifao, began the global study on collective bath in the East (Middle East, Egypt and Arabian Peninsula). A first colloquium, held in Alexandria the same year, allowed to review the state of the evidence for Egypt; it was published in 2009 in the Ifao press.

Since, the discoveries of baths in Egypt did not stop, underlining the interest of the study. Ifao also integrated into its researches a program entitled "Antique and Medieval Baths". In order to report new finds, it seems necessary to organize a meeting focused on archaeological data, which will benefit from experiences of the previous meetings and from exchanges developed, in a wider scale, within the framework of the Balnéorient program.

Conference

The first aim of this meeting is to present a new documentation, often unpublished and directly taken from the field, concerning all the periods where collective bath was in use in Egypt, since its introduction by the Greco-Macedonians at the end of the 4th Century BC till the hours of glory of the Arabic hammam. It will gather Egyptians, French and Europeans scholars who will expose the results of their works concerning a particular building in various areas such as Alexandria’s region, Cairo, Upper Egypt or western deserts. A place will also be offered to regional surveys, in order to complete the archaeological atlas of baths in Egypt and to measure the spread of these structures, and therefore the underlain practices on this territory.

Workshop

The documentary part (presentation of new buildings) will be followed by a collective workshop intended to bring into line the analysis and the presentation of bath buildings, an essential effort for a long-term study. To that purpose, recording, classification and interpretation tools, created within the Balnéorient program and with the help of the Ifao, will be presented.

Programme (485 ko)
Projet ISTHME : Ismaïlia
Journées d'étude organisées par Mercedes Volait et Céline Frémaux

Du 4 octobre 2009 au 9 octobre 2009 , lieu: voir le programme

partenariat ANR, In Visu, Association du Souvenir de F. de Lesseps et du Canal de Suez

Lundi 5 octobre :

10h-13h Visite d’Ismaïlia.

Journées d’étude

14h30

Sylvie Denoix, directrice des études à l’IFAO

Les recherches sur l’isthme de Suez au sein de la programmation de l’IFAO

(sous réserve)

Mercedes Volait, directrice du laboratoire InVisu, CNRS/Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), responsable scientifique du projet

Problématiques générales du projet Isthme

I- De la découverte à la représentation

15h Cédric Meurice, documentaliste scientifique, Musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes

Le docteur Fouquet, Clédat et le projet Péluse

15h30 Barbara Wright, professeur honoraire, Irlande

La découverte de l’isthme par Berchère, 1863

16h Hélène Morlier, laboratoire InVisu (CNRS/INHA)

Les trois villes du canal dans les guides de voyage

19h Présentation du guide architectural d’Ismaïlia au CELF (Centre d’étude de la langue française, Ismaïlia)

Mardi 6 octobre

II- Transformation et appropriation d’un territoire

9h30 Ghislaine Alleaume, Directrice de recherche CNRS, directrice de l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman)

La population bédouine de l’isthme en 1848 (titre provisoire)

10h Nicolas Michel, maître de conférences à l’Université de Provence, membre de l’IREMAM

Canal de Suez, canal d’eau douce et aménagement agricole, entre le delta du Nil et l’Isthme de Suez

10h30 Claudine Piaton, architecte urbaniste de l’Etat, USR InVisu

L’aménagement des villes

11h30 Karima Haoudy, conservatrice, Ecomusée du Bois-du-Luc (La Louvière, Hainaut, Belgique)

L’exportation du savoir-faire industriel belge : un exemple à travers les relations entre Baume & Marpent et la Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez

12h Marie-Laure Crosnier Leconte, conservatrice en chef du patrimoine, direction des musées de France

Le(s) monument(s) à Ferdinand de Lesseps à Port-Saïd

12h30 Déjeuner

III- Villes et communautés européennes

14h Céline Frémaux, chercheur post-doctorat en histoire de l’architecture, laboratoire In Visu (CNRS/INHA)

Les établissements religieux : éléments du marquage identitaire des villes du canal

14h30 Vassilis Colonas, architecte, professeur à l’Ecole d’Architecture de Volos

L’apport des archives privées grecques

15h Angelos Ntalanachis, doctorant, IUE (Institut universitaire européen), Florence

Archives de la communauté grecque de Suez : un fonds inédit

15h30 Ezio Godoli, architecte, professeur à l’Université de Florence

Architectes et entrepreneurs de bâtiments italiens dans les villes du canal

IV- Echanges sur les perspectives du projet

16h30 Bibliographie « Isthme » : Bibliographie partagée en ligne

Projet de colloque final au Caire (juin-juillet 2010) : Dates, communications, participants

Projet de publication des actes : Articles, auteurs, édition

Opportunité d’organiser une session au colloque « Fins d’empire », Paris, 17-19 juin 2010

Mercredi 7 octobre

Visite de Port-Saïd et Port-Fouad

Retour au Caire en fin de journée.

Le concours international pour le Musée des antiquités égyptiennes du Caire de 1894
Clementina Barucci, Beatrice Bettazzi, Vittoria Capresi, Vassilis Colonas, Marie Laure Crosnier-Leconte, Luisa Erba, Milva Giacomelli, Ezio Godoli, Pier Giorgio Massaretti, Mercedes Volait

12 novembre 2007 10h00, durée 6h00, IFAO

partenariat CNRS, Politecnico de Milan, Université de Bologne, Université de Florence, Université de Reggio

Le 18 juillet 1894, le Journal officiel du gouvernement égyptien publie le programme d’un concours pour l’érection d’un musée des antiquités égyptiennes au Caire, ouvert aux architectes de toutes nationalités et sans imposition d’un quelconque style architectural officiel. La décision de doter Le Caire d’un nouveau musée pour abriter les collections égyptiennes qui étaient alors conservées dans un ancien palais khédivial à Gîza avait été prise par le gouvernement égyptien, alors sous tutelle britannique, le 7 mai de la même année. C’est le premier concours d’architecture ouvert en Egypte.

De tous les concours lancés durant les dernières décennies du XIXe siècle, c’est aussi celui qui connaît le plus fort retentissement international : parmi les auteurs des 73 projets adressés au ministère égyptien des Travaux publics avant le 1er mars 1895 figurent des architectes français, italiens, anglais, austro-hongrois, allemands, américains, égyptiens, bosniaques, hollandais, grecs, maltais et syriens. Les dessins sont exposés publiquement au Caire à partir du 14 mars 1895; quelques jours plus tard le jury annonce les premières places ex-aequo, le second prix, ainsi que les mentions, tous attribués à des professionnels français, ce qui suscite des débats houleux dans la presse architecturale européenne.

La journée d’études, organisée dans le cadre du projet européen Musomed (6ème PCRDT), vise à confronter les propositions soumises, à mettre en lumière les coulisses et résultats du concours, et à faire le bilan des apports induits par l’exploitation et le croisement de matériaux dispersés dans plusieurs fonds européens. Cette large matière documentaire, jusqu’ici inédite et qui n’avait jamais été croisée, provient du dépouillement systématique des revues d’architecture en langues européennes pour les années 1894-96 et des recherches conduites dans un ensemble de fonds d’archives et de collections de dessins d’architecture conservés en Europe. Elle révèle un état de la discipline architecturale européenne, comme de l’expansion culturelle en Egypte, à la fin du XIXe siècle.

Programme :

Session 1: présidente de séance: Fayza Haykal (Université du Caire)

10h-13h

Mercedes Volait (CNRS, GDRI “A2M”) et Ezio Godoli (Université de Florence)

Présentation de la journée d’études : contexte et enjeux

Mercedes Volait (CNRS, GDRI “A2M”) et Marie Laure Crosnier-Leconte, BCMN (Bibiothèque centrale des Musées nationaux)

La participation française au concours

Milva Giacomelli - Ezio Godoli (Dipartimento di storia dell’architettura e della città, Université de Florence)

Bilan de la participation italienne

Clementina Barucci (Dipartimento Patrimonio Architettonico e Urbanistico, Université de Reggio Calabria)

Les projets de Guglielmo Calderini et Ulpiano Bucci

Beatrice Bettazzi – Pier Giorgio Massaretti (Dipartimento di architettura e pianificazione territoriale, Université de Bologne)

Attilio Muggia (1861-1936) et son projet pour le Musée

Déjeuner 13h-14h

Session 2: président de séance: Ezio Godoli (Université de Florence)

14h-16h

Luisa Erba (Dipartimento di Ingegneria Edile e del Territorio, Université de Pavie)

Les projets de Sebastiano Locati (1861-1939) pour le musée du Caire

Vittoria Capresi (Institut für Architektur- und Kunstgeschichte, Bauforschung und Denkmalpflege /Abteilung Baugeschichte und Bauforschung - Technische Universität, Vienne)

La participation austro-hongroise et les projets de Rudolf Dick et de Ferdinand Martin

Vassilis Colonas (Université de Volos, Grèce)

Quelques éléments sur le projet grec soumis au concours

Remarques conclusives

Early Medieval Pottery in Egypt (7th – 10th century AD)
Felix Arnold (DAI), Sylvie Marchand (IFAO) and Gregory Williams (Swiss Institute)

, IFAO

This workshop provided a brief summary of the pottery found at a particular site and its archaeological context for several sites in geographical order, to allow to make comparisons between different regions of the country. In addition, the intention was to compare different approaches in understanding the cultural transition of Egypt from Late Antiquity to the Medieval Age. The second aim of this workshop was to review our knowledge of the pottery in Early Medieval Egypt, both of local production and imports from the outside. The practical study of pottery samples from Fustat and Elephantine, helped to characterize the main pottery productions of Early Medieval Pottery in all its diversity and to question the received chronology.

Qui fait quoi à l'Ifao ?

L’évolution de la place de l’Egypte dans le monde - XIXe-XXIe s.
Anne-Claire Bonneville (Inalco-Université Sorbonne Paris Cité)

12 novembre 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IFE, CEDEJ, IRD

Agrégée d’histoire et maître de conférences en histoire contemporaine à l’Inalco-Université Sorbonne Paris Cité, Anne-Claire Bonneville travaille sur l’histoire de la vallée du Nil, Egypte et Soudan, aux XIXe et XXe siècles. Elle a notamment publié L’échec de la monarchie égyptienne 1942-1952 (Le Caire, IFAO, 2010 - Prix Joseph du Teil 2011 de l’Académie des sciences morales et politiques) et Histoire de l’Egypte moderne. L’éveil d’une nation, XIXe-XXIe s. (Flammarion, 2016).

Évènement Facebook
De Raqqa à Manbij : une géographie de l’Etat islamique
Myriam Ababsa & Matthieu Cimino

15 octobre 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat CEDEJ, IFE, IRD et IFAO

Matthieu Cimino, chercheur à l’université d’Oxford, s’interrogera sur comment l’Etat islamique se représente le monde qui l’entoure et que signifie pour lui les notions d’espace, de territoire et de frontières.

Myriam Ababsa, géographe et chercheure associée à l’IFPO, se penchera sur le cas de la ville de Raqqa, capitale de la révolution puis de l’Etat islamique et sur ses frontières contestées.Plus d’information

ماتيو كيمينو هو باحث بجامعه أكسفورد، تتناول أبحاثة كيفية تمثيل الدولة الإسلامية العالم المحيط بها وما يعنيه مفهوم المحيط، الأقليم، الحدود.

ميريم عبابسة هي باحثة مُتخصصة بالجغرافيا وباحثة بالمعهد الفرنسي لدراسات الشرق الأدنى، تتناول بالبحث مدينة الرقة كعاصمة للثورة ثم عاصمة الدولة الإسلامية وحدودها المتنازع عليها

Pour plus d’informations

Le Wahhabisme. Histoire, doctrine et actualité
Hamadi Remissi

11 juin 2017 20h00, durée 1h00, IFE

partenariat IRD, IFE, Cedej

Le wahhabisme se réfère à Mohamed Ibn Abd al-Wahhab, un jurisconsulte du XVIIIe siècle qui arrive à convaincre Mohamed Ibn Saoud, un seigneur de guerre, que la plupart des musulmans sont retournés aux ténèbres préislamiques. Ils scellent alors un pacte dans lequel le glaive et le livre sont à égalité. Combattu par l’islam traditionnel et officiel, le wahhabisme est réhabilité au XIXe siècle. Cette conférence en raconte l’histoire, en présente la doctrine et s’interroge sur son actualité.

Hamadi Redissi est universitaire, islamologue et politologue tunisien. Il est professeur de sciences politiques à l’Université de Tunis et président d’honneur de l’Observatoire tunisien de la Transition démocratique
Le confessionnalisme politique au Liban d’hier à aujourd’hui
Nadine Méouchy, Ifpo, Beyrouth

23 mai 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IFE

Le confessionnalisme qui s’institutionnalise au Liban dans la première moitié du XXe siècle trouve son origine dans le XIXe siècle ottoman. Son développement est intimement lié aux interventions européennes, à la modernité politique ottomane et au modèle d’État importé associé à l’essor des nationalismes et de leur idéologie. La question identitaire instrumentalisée par les élites confessionnelles rend le consensus national impossible jusqu’à aujourd’hui.

La sortie au cinéma. Palaces et ciné-jardins d’Égypte, 1930-1980
Marie-Claude Bénard

8 mai 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IFE

Évangéliser les musulmans en terre d’Islam: réalités et limites (XIXe-XXe siècles)
Oissila Saaïdia

12 mars 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat Cedej, IRD, IFE

Occidentalisme et orientalisme: de la grande divergence à la grande convergence (XVIIIe-XXIe siècle)
Henry Laurens, professeur au Collège de France

12 février 2017 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat Institut français d’Egypte — المعهد الفرنسي بالمنيره

Les frontières au Moyen-Orient
Michel Foucher, Université Lumière Lyon 2

2 février 2017 18h00, durée 1h00, IFE

Les frontières au Moyen-Orient sont plus solides qu’on ne le croit, en dépit des crises durables qui affectent la région. La conférence propose un regard de géographe sur l’évolution de ces frontières depuis un siècle.

Traduction simultanée français-arabe, entrée libre

"الحدود في الشرق الأوسط" ندوة لميشال فوشي

حدود الشرق الأوسط هي أقوى مما نعتقد، على الرغم من الأزمات الدائمة التي تمس المنطقة.

تقدم الندوة العمق الجغرافي حول تطور هذه الحدود منذ قرون.

الترجمة الفورية الفرنسية-العربية
Où en est la question palestinienne aujourd’hui ?
Pierre Blanc, Jean-Paul Chagnollaud

13 décembre 2016 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IRD, IFE, Cedej

Pour la dernière conférence Midan Mounira de l’année 2016, Jean-Paul Chagnollaud et Pierre Blanc traiteront de la question palestinienne. Celle-ci semble aujourd’hui oubliée de la diplomatie internationale et des medias occidentaux alors même que la situation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ne cesse de s’aggraver notamment en raison de la colonisation, que le blocus de Gaza continue d’enfermer près de deux millions de personnes et que les réfugiés hors de la Palestine sont les victimes collatérales des autres conflits du Moyen-Orient.

Pierre Blanc fera une géographie de la dépossession que subissent les Palestiniens. Jean-Paul Chagnollaud présentera les dimensions politiques actuelles du conflit.

Pierre Blanc est enseignant-chercheur en géopolitique à l’IEP de Bordeaux et à Bordeaux Sciences Agro.

Jean-Paul Chagnollaud est professeur émérite des universités et président de l’iReMMO (Paris).

Leur intervention en français sera simultanément traduite en l’arabe. Elle sera suivie d’un cocktail dans le patio de l’Institut. Accès libre dans la limite des places disponibles.

Y a-t-il des structures invariantes de l’esprit arabe?
Georges Corm

13 novembre 2016 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IRD, IFE, Cedej

Traduction simultanée français-arabe

Télécharger l’affiche
L’artisanat au Caire et le commerce international 1600-1800
Nelly Hanna (AUC)

9 octobre 2016 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat IFE - IRD - Cedej

L’artisanat, avant l’ère moderne, est considéré comme faisant partie d’une économie traditionnelle, les artisans étant limités dans le volume de production ainsi que dans le marché qu’ils peuvent toucher. La question que pose Nelly Hanna est de savoir comment, étant donné ces limitations, leur production a pu pénétrer le commerce international.

Télécharger l’affiche
La tombe perdue d’Amenhotep. Recherches archéologiques dans la nécropole thébaine
Laurent Bavay

12 juin 2016 17h00, durée 1h00, IFE

partenariat IFE, IRD, CEDEJ

Durant l’hiver 1882-83, un égyptologue suédois visite la tombe d’un haut personnage de l’administration pharaonique dans la montagne thébaine et en livre une brève description. Quelque vingt ans plus tard, lorsqu’est réalisé le premier inventaire scientifique de la nécropole, cette tombe de l’assistant du directeur du Trésor Amenhotep a disparu, enfouie sous les gravats. Il faudra attendre 2009 pour que des fouilles archéologiques localisent le monument sur la colline de Cheikh Abd el-Gourna. Son exploration se poursuit aujourd’hui et permet d’en reconstituer l’histoire complexe, depuis sa réalisation au 15e siècle avant notre ère jusqu’à sa transformation en ermitage chrétien à l’aube de la conquête arabe et finalement l’installation d’une maison villageoise liée au commerce des antiquités.

L’intervention en français sera simultanément traduite vers l’arabe et sera suivie d’échanges avec le public puis d’un cocktail dans le patio de l’Institut.

L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles

مقبرة امنحتب المفقودة. اﻷبحاث اﻵثرية في جبانة طيبة

لوران بافيه المعهد الفرنسي للآثار الشرقية

  خلال شتاء عامي 1882-1883، قام عالم مصريات سويدي بزيارة مقبرة موظف كبير في الإدارة الفرعونية في جبل طيبة وكتب عنها وصفاً موجزاً.

 بعد حوالي عشرين عاماً، عندما تم عمل أول إحصاء علمي للجبانة، كانت هذه المقبرة الخاصة بمساعد مدير الخزانة امنحتب قد إختفت واندثرت تحت اﻷنقاض. لم تحدد الحفريات موقع هذا الآثر أعلى تل شيخ عبد القرنة إلا في عام 2009.

ومازالت أعمال التنقيب والكشف عن هذه المقبرة مستمرة حتى اليوم وتتيح إعادة بناء تاريخها المعقد منذ اكتمالها في القرن الخامس عشر قبل الميلاد حتى تحويلها إلى صومعة مسيحية عشية الفتح العربي وأخيراً إقامة بيت عليها له علاقة بتجارة الآثار.

المحاضرة باللغة الفرنسية وستتوفر ترجمة فورية باللغة العربية وسيليها مناقشات مع الجمهور ثم حفل استقبال في بهو المعهد.

الدخول مجاني في حدود الأماكن المتاحة.

Télécharger l’affiche

Quel avenir pour les médias arabes?
Yves Gonzalez-Quijano

15 mai 2016 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat CEDEJ, Institut français d’Egypte, IRD

Alors que les médias alternatifs, y compris sur les réseaux sociaux, ont montré leurs limites et que les médias dits "traditionnels" restent soumis aux pressions politiques, l’avenir de l’information arabe est plus que jamais soumis à des contraintes économiques qui sont en train de modeler un nouveau paysage médiatique régional.

Yves Gonzalez-Quijano est enseignant chercheur spécialiste de littérature arabe, auteur de l’ouvrage Arabités numériques (2012) et du blog « Culture et politique arabes »

ما مستقبل الاعلام العربي؟

في حين ان الاعلام البديل، بما في ذلك علي الشبكات الاجتماعية، قد اظهر قيوده، وان الاعلام "التقليدي" لا يزال خاضعاً للضغوط السياسية، الا ان مستقبل المعلومات العربية خاضع، اكثر من اي وقت مضي، لقيود اقتصادية في طريقها لاعادة تشكيل مشهد اعلامي جديد في المنطقة.

ايفز جوانزاليز دي جيجانو هو معلم باحث متخصص في الادب العربي، مؤلف كتاب "العروبة الرقمية" (٢٠١٢) والمدونة: ثقافة وسياسة عربية

Conférences Midan Mounira, avec traduction simultanée en arabe

Télécharger l’affiche
Les racines socio-politiques du terrorisme au Moyen-Orient
Wahid Abdel Maguid (Al-Ahram)

13 mars 2016 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat Cedej-IRD-IFE

Le monde arabe connaît actuellement une période de bouleversements majeurs dans les domaines politique, économique, social et culturel. « Midan Mounira » est un cycle de grandes conférences mensuelles animées par des spécialistes français, égyptiens et étrangers, organisées dans l’objectif de croiser les disciplines, les temporalités et les regards.

Le second invité de « Midan Mounira » est Dr. Wahid Abdel Maguid, ancien député et analyste au centre d’études politiques et stratégiques d’Al-Ahram. Son intervention en arabe sera simultanément traduite vers le français et sera suivie d’échanges avec le public puis un cocktail dans le patio de l’Institut.

L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Midan Mounira. Pour une histoire laïque du monde arabe
Jean-Pierre Filiu (Sciences Po Paris)

7 février 2016 18h00, durée 1h00, IFE

partenariat Cedej-IRD-IFE

L’Ifao, le Cedej, l’IRD et l’IFE lancent un cycle de grandes conférences mensuelles « Midan Mounira », pour l’année 2016.

Ce cycle de conférences propose de donner au grand public des clés de compréhension du monde arabe contemporain et de ses enjeux en croisant les disciplines, les temporalités et les regards. A cet effet, la parole sera donnée à des spécialistes égyptiens et étrangers.

Séminaires archéologiques

22nd Session of the Seminar "Reading Historical Texts. Medieval till modern times": The photograph as an Archival Document: The Reciprocal Relationship Between Restoration Interventions and Historic Photographs (in Arabic)
دينا بخوم مهندسة ومؤرخة فن متخصصة في مجال إدارة والحفاظ على التراث الثقافي؛ باحثة دكتوراة بجامعة باريس١- بانتيون سوربون Dina Bakhoum, Engineer and art historian specialised in cultural heritage conservation and management, PhD candidate at Paris-Sorbo

11 novembre 2017 17h00, durée 2h00, IFAO

partenariat كلية الآداب جامعة كفر الشيخ - Faculty of Arts-Kafrelsheikh University

عنوان المداخلة: "الصورة الفوتوغرافية كوثيقة: العلاقة المتبادلة بين عمليات الترميم والصور التاريخية"

لغة السيمنار: اللغة العربِية

القائمون على السيمنار

نيقولا ميشيل (IFAO) مجدى جرجس (جامعة كفر الشيخ)

Facebook Event

Title: “The photograph as an archival document: the reciprocal relationship between restoration interventions and historic photographs" (In Arabic)

Organizers: Magdi Guirguis (Kafrelsheikh University) & Nicolas Michel (IFAO)
Transformations de l’État, recompositions sociales, culturelles et politiques en Égypte et dans le monde arabe
IRD

8 novembre 2016 9h00, durée 8h00, IFE

partenariat Université Panthéon-Sorbonne, IEP Grenoble, Centre Al-Ahram des études historiques et sociologiques, Collège de France, CEPED, IRMC Tunis, faculté des sciences économiques et politiques de l’Université du Caire

Le 8 novembre marque la création d’une équipe de recherche franco-égyptienne EtatRar consacrée à la question de l’État en Égypte et dans le monde arabe, codirigée par Sarah Ben Nefissa (UMR Développement et sociétés, IRD-Paris 1 IEDES) et Tewfik Aclimandos (Université du Caire, Université française d’Égypte). Lors de ce séminaire, des spécialistes interviendront sur les défis et mutations de l’État dans le monde et dans la région arabe. EtatRar est fondé sur un programme de recherche et de formation qui s’articule autour des notions d’État, de politique, d’action publique, de société civile, de citoyennetés, de communautés et d’individu.

Télécharger le programme
Papyrology in Egypt: Second Seminar in Arabic and Greek Papyrology for Young Egyptian Academics
Nicolas Michel (IFAO), Cornelia Römer (DAAD/DAIK)

Du 9 mai 2016 au 11 mai 2016 10h00, durée 7h00, IFAO

partenariat DAIK

Intervenants :

Ahmed Nabil (University of Sadat)

Khaled Younes (University of Sadat)

Christian Gaubert (IFAO)

Ruey-Lin Chang (IFAO)

Mohamed El-Maghrabi (Alexandria University)

Sobhy Ashour (University of Helwan)

Mahmoud el-Bokl (University of Helwan)

Cornelia Römer (DAAD/DAIK)

Stephanie Schmidt (DAI)

Télécharger le programme

La géologie au service de l’archéologie
Paul de Paepe (Université de Gand)

20 mai 2009 16h00, durée 1h00, IFAO

Autour du SIG de Kharga
Michel Wuttmann (Ifao), Martine Drozdz (univ. Lyon 2) et Éloïse Valéry (univ. Tours)

5 mai 2009 16h00, durée 1h00, IFAO

La collection égyptienne du musée national de Rio de Janeiro : recherches en cours
Antonio Brancaglion Junior, Professeur à l’Universidade Federal do Rio de Janeiro, Conservateur de la collection égyptienne du Museu Nacional do Rio de Janeiro

22 mai 2008 16h30, durée 1h00, IFAO

Textes magiques
Michel Cuypers (IDEO), Yvan Koenig (CNRS UMR 8152)

12 février 2008 16h30, durée 2h00, IFAO

16h30 : Michel Cuypers (IDEO) : La composition rhétorique d’un texte magique de la 20e dynastie

17h15 : Yvan Koenig (CNRS UMR 8152) : Un papyrus magique inédit : le papyrus des Sept Propos de Mehet-Ouret

Al-A’lam de Zirikli
Ayman Fouad

9 janvier 2007 15h00, durée 2h00, IFAO

Autobiographies politiques dans le monde arabe
Henry LAURENS

22 janvier 2006 10h00, durée 9h00, CFCC

partenariat Collège de France - CEDEJ- CFCC - IFAO

Henry LAURENS, titulaire de la chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France, tient son séminaire « hors les murs » au Caire dans le cadre d’une collaboration avec CFCC, le CEDEJ et l’IFAO.

Séminaires des membres scientifiques de l’Ifao

"Graffiti arabes chrétiens d’Égypte et de Palestine (VIII-XIVe s.) : quelques clés d’identification" & "" Du Liban à Assouan : identifier la provenance des cercueils en cèdre découverts dans la nécropole de Qubbet el-Hawwa (Assouan)."
Anna Lagaron (Université Aix-Marseille, IREMAM) & Gersande Eschenbrenner-Diemer (University College London - Marie Curie Fellow TRACER Project)

14 novembre 2017 16h00, durée 1h00, IFAO

Le séminaire comprendra deux interventions successives. Chacune d’entre elles durera 20 minutes et sera suivie d’une discussion avec la salle.

1 - Anna Lagaron (Université Aix-Marseille, IREMAM), sur les "Graffiti arabes chrétiens d’Égypte et de Palestine (VIII-XIVe s.) : quelques clés d’identification".

2 - Gersande Eschenbrenner-Diemer (University College London - Marie Curie Fellow TRACER Project), sur " Du Liban à Assouan : identifier la provenance des cercueils en cèdre découverts dans la nécropole de Qubbet el-Hawwa (Assouan).

Séminaire des membres scientifiques de l’Ifao : Marion Claude et Mathilde Frère
Marion Claude et Mathilde Frère (Université Paul Valéry-Montpellier III)

10 octobre 2017 16h00, durée 1h30, IFAO

Ce séminaire vise à inciter les chercheurs de l’Ifao ainsi que les chercheurs de passage à échanger autour de leurs travaux en cours.

Intervenants :

Marion Claude (Université Paul Valéry-Montpellier III) : "Les cultes de la région d’Akhmîm : données générales et perspectives de recherche".

Mathilde Frère (Université Paul Valéry-Montpellier III) : "les Vizirs anonymes au Nouvel Empire : présentation du corpus et analyse préliminaire".

Chaque intervention durera 20 minutes et sera suivie d’une discussion avec la salle.
la grotte Chauvet-Pont d’Arc + Aux origines de l’Égypte. Du néolithique aux premières dynasties
Anita Quiles: "Il y a 36 000 ans, la grotte Chauvet-Pont d'Arc" Frédéric Guyot: "Aux origines de l’Égypte. Du néolithique aux premières dynasties"

8 novembre 2016 16h00, durée 1h30, IFAO

Le séminaire aura lieu en salle de conférences. Il vise à inciter les chercheurs de l’Ifao ainsi que les missionnaires/boursiers de passage à échanger autour de leurs travaux en cours.

Séminaires Patrimoines en partages

Journée de l’archéologie française en Égypte

21 mai 2017 18h00, durée 2h00, IFE

partenariat IFE, CFEETK, CEAlex

À 18 h: table ronde "Regards sur l’archéologie française en Égypte en 2016"

À 19 h: "Les travaux de l’Ifao en 2016", conférence de Laurent Bavay, directeur de l’Ifao

Exposition sur le Centre d’études alexandrines

Télécharger l’affiche
La fabrique du sonore. Artisanat des instruments de musique de l’Antiquité
Sibylle Emerit (IFAO), Sylvain Perrot (EFA), Alexandre Vincent (EFR)

Du 14 janvier 2016 au 16 janvier 2016 , lieu: voir le programme

partenariat EFA, EFR, C2RMF, Musée du Louvre, IRCAM, UMR 7192 Proche Orient – Caucase, avec le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France

La fabrique du sonore : artisanat des instruments de musique de l’Antiquité

Les Écoles françaises à l’étranger (ÉFA-ÉFR-IFAO) ont mis en place un programme de recherche commun (2012-2016) qui porte sur les éléments constitutifs du paysage sonore dans les espaces urbains de la Méditerranée ancienne

L’objectif de la troisième table-ronde internationale (Paris, 14-16 janvier 2016) est de rassembler des chercheurs en sciences humaines (historiens antiquisants et ethnomusicologues), divers spécialistes des matériaux, des conservateurs de musées, organologues, facteurs d’instruments, archéomètres, acousticiens et musiciens, afin d’établir un protocole d’analyses, de documentation, de restauration et de conservation des instruments de musique découverts en fouilles, mais aussi de ceux entrés dans les collections muséales au cours des 19e et 20e siècles.

Ce protocole s’appliquera aux instruments à cordes, à vent et à percussion et prendra en compte les différents matériaux utilisés pour leur fabrication (bois, os, cuir, métal et leurs liants). Les matériaux appliqués en surface (pigments, enduits) font aussi partie de l’étude, dans la mesure où ils nous renseignent sur l’apparence finale de l’objet et qu’ils peuvent avoir des incidences sur l’esthétique, la protection et la sonorité de l’instrument. Il s’agira de rassembler des équipes ayant récemment travaillé sur des objets sonores antiques des mondes égyptiens, mésopotamiens, grecs, romains afin de partager leur expérience et définir une stratégie commune pour l’avenir.

Les communications porteront prioritairement sur l’instrument musical comme objet archéologique :

- Nature, origine et préparation des matériaux employés pour la fabrication;

- Analyse organologique et fonctionnement mécanique et sonore (morphologie et acoustique);

- Apport de la réalisation de copies réelles ou virtuelles (outils, savoir faire technique et sonorité);

- La question de la conservation, restauration et présentation (déontologie et méthodes appliquées à l’objet musical ; identification des restauration anciennes et modernes, etc.).

Il est également possible d’exploiter les informations fournies par les sources textuelles et iconographiques, dans la mesure où elles nous renseignent sur la fabrication des instruments de musique et leur sonorité, c’est-à-dire les matériaux qui les composent, le travail des artisans et éventuellement les lieux de production. Les témoignages textuels et iconographiques viennent compléter la connaissance des vestiges d’instruments ou au contraire montrer un décalage avec ce qui a été trouvé en fouilles.

Le protocole issu des réflexions collectives sera conçu comme une aide à l’étude des instruments de musique découverts en contexte archéologique. Il pourra être utilisé par les équipes travaillant sur le terrain afin de documenter au mieux ces vestiges archéologiques : Quelles mesures prendre ? Quels types d’analyses et de prélèvements effectuer ? Quelles traces identifier ? Comment documenter les objets (dessins, photographies, relevés 3D) ? Les communications feront état des réflexions méthodologiques, des questionnements et des diverses solutions apportées. La réflexion méthodologique est le fil directeur de cette rencontre qui se veut résolument multidisciplinaire.

Télécharger le programme et les résumés (2.77 Mb)

Télécharger la plaquette (0.1 Mb)

Télécharger l’affiche (0.1 Mb)

Sound Making: Handcraft of Musical Instruments in Antiquity

The Écoles françaises à l’étranger (ÉFA-ÉFR-IFAO) have established a common research programme (2012-2016) looking at the constituent elements of the soundscape in urban spaces of the ancient Mediterranean World .

The aim of the third international round table (Paris, 14th-16th January 2016) is to gather scholars specialized in humanities (classicists and ethnomusicologists) and in ancient materials, curators, organologists, instrument makers, archaeometrists, acousticians and musicians as well, in order to define a protocol of analyses, documentation, restoration and conservation of music instruments unearthed in an archaeological context and of instruments belonging to museum collections since the 19th and 20th centuries.

This protocol will take into account string, wind and percussion instruments and the different materials used in their construction (wood, bone, leather, metal, binder). Materials applied to the surface (pigments, stuccoes) will also be considered, where they provide clues about the final setting of the artefact and may have some aesthetically, protect and acoustic impact to the instrument. As part of this round table, the aim will be to bring together all the teams that have recently worked on ancient sound artefacts from Egypt, Mesopotamia, Greece and Rome, so that everyone can share their own experience.

Papers should focus on the musical instrument as an archaeological artefact:

- Nature, origin and preparation of materials used for instrument making.

- Organological analysis, mechanical and sound setting (morphology and acoustics).

- Information coming from real or digitalized replicas (tools, technical skills and sonority).

- Challenges with conservation, restoration and exhibition (ethic and methods applied to musical artefact; identification of ancient and modern restorations, etc.).

It is also possible to take advantage of textual and iconographical sources, as far as they give us some clues about the manufacture and sonority of instruments, the materials they are built from, the work of craft workers and possibly production spaces. The textual and iconographical testimonies may confirm the information given by archaeological remains but they may also differ from it.

The protocol elaborated from this brainstorming will be considered as a handbook valuable for studying ancient music instruments found in an archaeological context. It would be used by people working in field excavation so as to make the best documentation of the items: which measurements to take, what kind of analyses and samples to make, which traces to identify, how to make the documentation (drawings, photographs, 3D imaging). Papers should present the state of art, methodological tests, questions and solutions that have been found. Methodological considerations are the lead concept of this meeting that aspires to be multidisciplinary.

Download the programme (2.77 Mb)

Download the brochure (0.1 Mb)

Download the poster (0.1 Mb)

Rencontre franco-égyptienne sur le patrimoine et la protection des biens culturels
IFE-IFAO-CSA

12 novembre 2014 9h00, durée 4h00, IFE

9h00 | Accueil

10h00 | Mot de bienvenue

M. Jean-Luc LAVAUD, Conseiller de coopération et d’action culturelle, Directeur de l’IFE

10h10 | Introduction

Dr Moustafa AMIN, Secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités M. André PARANT, Ambassadeur de France en République arabe d’Égypte

10h30 | M. Ali AHMED, Directeur général du Département du rapatriement des antiquités

« Entre la pioche du voleur et le marteau du commissaire priseur : la situation des monuments égyptiens après la révolution de 2011 »

10h50 | M. Patrick VICENTE, Commissaire divisionnaire, Direction de la coopération international, Chef de la division Afrique/Afrique du Nord/Moyen-Orient

« Le rôle de la Direction de la coopération internationale de la Police nationale »

11h10 | Dr Vassil DOBREV, responsable de la mission IFAO de Saqqâra-sud

« Le cas de Tabbet Al-Guech »

11h30 | M. Ludovic EHRHART, Colonel de gendarmerie, Chef de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels, Direction centrale de la police judiciaire

« Le rôle de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels »

11h50 | Ahmed ABDELZAHER, Major-général, Directeur de la police des Antiquités

« Les lois nationales et les accords internationaux sur la protection des biens culturels »
De la cacophonie à la musique : la perception du son dans les sociétés antiques
Sylvain Perrot (EfA), Alexandre Vincent (EfR), Sibylle Emerit (Ifao)

Du 12 juin 2014 au 14 juin 2014 , EFA

partenariat EFA-EFR-IFAO

Les Écoles françaises à l’étranger (ÉfA-ÉfR-Ifao) ont mis en place un programme de recherche commun (2012-2016) qui porte sur les éléments constitutifs du paysage sonore dans les espaces urbains de la Méditerranée ancienne.

L’enjeu de la deuxième table ronde internationale organisée dans le cadre de ce programme est de déconstruire l’idée d’une universalité, temporelle et géographique, d’une perception auditive qui serait la même dans toutes les cultures. Au contraire, chaque société se définit et se distingue des autres par un certain rapport au son : la perception auditive est ainsi avant tout une construction culturelle. Ce postulat n’a cependant jamais été soulevé pour les mondes antiques. Une étude comparative entre les quatre grandes civilisations de la Méditerranée ancienne, sur une période allant du IIIe millénaire av. J.-C. au IVe siècle ap. J.-C., pourrait ainsi conduire à dresser une géographie et une chronologie dans la façon de penser le son, en analysant la manière dont celui-ci était nommé, décrit et ressenti par les Anciens.

Organisateurs: Sylvain Perrot (EfA), Alexandre Vincent (EfR), Sibylle Emerit (Ifao)

Lieu: École française d’Athènes

Dates: Du 12 au 14 juin 2014

Télécharger le programme (0.43 Mb)

Télécharger le texte complet de l’appel à communications

Download the complete version of the call for papers

Egyptian pottery from the end of the Old Kingdom to the beginning of the Middle Kingdom. What about synchronism in the transition?
Valérie Le Provost

Du 10 juin 2014 au 11 juin 2014 9h30, durée 8h00, IFAO

The late third millennium in Egypt is marked by political and societal changes. This passage from the Old to the Middle Kingdom is quite a long process. It begins at the end of the Sixth Dynasty, covers the 1st Intermediate Period and ends at the beginning of the Middle Kingdom (2150-2000 approx.). Ceramic productions, like other mediums, demonstrate this process of change. Thus, during the Eleventh Dynasty a new ceramic style coming from a set of regional corpus emerges. The table ronde gather specialists in order to better identify regionalism and chronology.

Tuesday, June 10th

09:30 Welcome - Introduction

10:00 Sylvie Marchand

La céramique de Dendara de la Première Période Intermédiaire

10:30 Valérie Le Provost

The Tell Edfu ceramic repertoire in the transition from Old to Middle Kingdom

11:00 Coffee break

11:30 Valérie Le Provost

The First Intermediate Period pottery in Asil Ayn

12:00 Zulema Barahona

Étude de la céramique du ”Temple Primitif de Médamoud” Un sanctuaire de la 1ère Période Intermédiaire ?

13:00 Lunch break

14:30 Leslie Warden

Utilitarian Wares and Economic Change from the First Intermediate Period to the Middle Kingdom

15:00 General discussion

Wednesday, June 11th

06:30 Visit of Abu Rawash site

Lithic industries in Egypt from the Neolithic to the Dynastic Period: Towards on a new perspective
B. Midant-Reynes, Fr. Briois, C. Jeuthe

Du 19 avril 2014 au 20 avril 2014 9h00, durée 8h30, IFAO

La notion de paysage sonore : bilan historiographique et perspectives pour l’étude des civilisations antiques
Coordination scientifique: Sibylle Emerit (Ifao), Sylvain Perrot (ÉfA), Alexandre Vincent (ÉfR).

7 janvier 2013 , lieu: voir le programme

partenariat Ifao - ÉfA - ÉfR

La notion de « paysage sonore », forgée par le musicologue canadien R. Murray Schafer à la fin des années 1960 a connu un succès immédiat et constant, dépassant rapidement son champ disciplinaire initial. Anthropologues, ethnologues, historiens et sociologues ont usé de son apparente facilité de compréhension et de sa beauté synesthésique, au risque d’un écartèlement de la définition.

Le dynamisme actuel des sensory studies a conduit à une multiplication des études historiques consacrées au paysage sonore en différents contextes, dans lesquelles le chercheur peine de plus en plus à cerner la signification exacte d’une notion plus que jamais faussement simple. Au milieu de ce foisonnement, il a donc paru important de consacrer la première étape du programme « Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne » (Ifao, ÉfA, ÉfR) à un bilan méthodologique et historiographique. Le dialogue entre diverses disciplines et périodes de l’histoire permettra de poser des bases fermes pour la réflexion future sur les sonorités de la Méditerranée ancienne.

Programme

9h00-9h15

Accueil

Catherine Virlouvet et Stéphane Bourdin, École française de Rome

9h15-9h30

Présentation du programme commun Ifao, ÉfA, ÉfR :

Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne par

Sibylle Emerit, Sylvain Perrot et Alexandre Vincent

PREMIÈRE SESSION

APPROCHES DU PAYSAGE SONORE

EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES

9h30-10h00

Alexandre Vincent (ÉfR),

La notion de paysage sonore : généalogie et usages en sciences sociales

10h00-10h30

Antonello Colimberti,

Marcel Jousse, dallo stile oralo all’antropologia del gesto. Un precursore dei soundscape studies e dell’antropologia dei sensi

PAUSE

11h-11h30

David Howes, en collaboration avec Constance Classen (Concordia Univ.),

The Politics of Perception : Social Orders and Sensory codes

11h30-12h00

Discussion générale de la première session

DEUXIÈME SESSION

PAYSAGE SONORE ET HISTORIOGRAPHIE

12h00-12h30

Basma Zerouali (ÉfA),

Espaces sonores et sociabilités à Smyrne au tournant du XXe siècle

PAUSE DÉJEUNER

14h-14h30

Peter Borsay (Aberystwyth Univ.),

The Urban Soundscape in Pre-Modern Britain

14h30-15h00

Jean-Marie Fritz (Univ. de Bourgogne),

Littérature médiévale et paysage sonore : fécondité et fragilité d’une rencontre

15h00-15h30

Discussion générale de la deuxième session

TROISIÈME SESSION

PAYSAGE SONORE ET HISTOIRE ANTIQUE

15h30-16h00

Christophe Vendries (Univ. Rennes 2),

Du bruit dans la cité. Le concept de paysage sonore et l’Antiquité gréco-romaine

PAUSE

16h15-16h45

Sylvain Perrot (ÉfA),

Le paysage sonore de la Grèce antique à partir de l’exemple de Delphes : problématiques et enjeux

16h45-17h15

Sibylle Emerit (Ifao),

Autour de l’ouïe, de la voix et des sons : est-il possible d’appréhender le paysage sonore de l’Égypte ancienne ?

17h15-17h45

Discussion générale de la troisième session

17h45-18h15

Conclusions

Coordination scientifique :

Sibylle Emerit, Institut français d’archéologie orientale

Sylvain Perrot, École française d’Athènes

Alexandre Vincent, École française de Rome

Organisateur : alexandre.vincent@efrome.it

Contacts:

École française de Rome

Directeur des études pour l’Antiquité : Stéphane Bourdin

Secrétariat : Véronique Sejournet (secrant@efrome.it)

tél. 0039 0668 60 1232

Télécharger le programme (664 Ko)

La céramique du désert occidental d’Égypte, de la fin du néolithique à l’époque arabe
Organisée par Sylvie Marchand (Ifao)

Du 19 décembre 2011 au 20 décembre 2011 , IFAO

La céramique du désert occidental d’Égypte, de la fin du néolithique à l’époque arabe : La Marmarique, le Wadi Natroun et les oasis de Siwa, Baharyia, Dakhla et Kharga

L’objectif de cette table ronde est de faire le point sur nos connaissances de la céramique des grandes oasis et de certains territoires du désert occidental, dans un cadre chronologique large s’échelonnant de la fin du néolithique à l’époque arabe.

La violence extrême en contexte guerrier : un outil rhétorique ?
Table ronde organisée par Abbès Zouache

21 juin 2010 9h00, durée 8h00, IFAO

Présentation du livre Ismaïlia (architectures XIX-XXème siècles)
Claudine Piaton, Arnaud du Boistesselin, Céline Frémaux et Mercedes Volait

8 octobre 2009 18h00, durée 1h00, IFAO

La présentation de cet ouvrage, documenté, esthétique et pratique, récemment paru à l’Ifao, se déroulera en présence de ses auteurs. Echanges et discussions pourront se poursuivre autour d’un pot convivial.

La navigation en mer Rouge, des pharaons à Monfreid
Patrice Pomey, François Bellec et Guillaume de Monfreid.

15 mars 2009 18h00, durée 2h30, IFAO

Programme

18h-18h20 : La navigation en mer rouge à l’époque pharaonique, par Patrice Pomey (CNRS Aix-en-Provence / CEAlex)

18h20-18h40 : Navigations en mer Erythrée, par François Bellec de l’Académie de marine.

18h40-19h00: Navigations à la voile en mer Rouge et dans le golfe d’Aden par Henry de Monfreid, par Guillaume de Monfreid, architecte

19h15-19h30: Projection d’un film de 10 minutes sur un essai de reconstitution d’un bateau de l’époque pharaonique : Min 1, commenté par Mohamed Abdel Maguid (Université Aix-en-Provence / CSA).

19h30-20h00: Débat et questions : modérateur Capitaine de Frégate Guillaume Degrées du Lou, attaché naval au Caire.

20h00 : Inauguration de l’exposition suivi d’un cocktail.

Objets d’Égypte – Corpus pour une histoire économique et sociale (Ier-XVe siècle)
Organisée par Sylvie Denoix (IFAO), Jean-Yves Empereur (CEAlex),Maria Mossakowska-Gaubert (IFAO)

Du 21 février 2008 au 24 février 2008 , CEAlex

partenariat CEALEX ; CENTRE POLONAIS D’ARCHEOLOGIE MEDITERRANEENNE ; HISOMA (UMR 5189); EPHE; U. Poitier; U. Ren

PROGRAMME

vendredi 22 février

visite d’Alexandrie

soir –réception d’accueil

18 h 19 h Jean-Yves Empereur (CEAlex) – ouverture de la table ronde

Sylvie Denoix(IFAO), Maria Mossakowska-Gaubert (IFAO) – présentation générale du projet

samedi 23 février

session I – Projets parallèles

animateurs : Dominique Cardon (CIHAM - UMR 5648) et Michel Wuttmann (IFAO)

9h 30 – 9 h 50 : Heidi Amrein (Musée national CRAFTS : un projet de recherche sur l’artisanat antique en Italie et dans les provinces occidentales. Approches méthodologiques, premiers résultats, limites et difficultés

9 h 50 - 10 h 10 : Sabine Deschler-Erb (Université de Bâle) : La contribution de l’archéo-biologie à l’étude de l’artisanat romain dans les provinces occidentales}

10h 10 - 10h 30 : Pascale Ballet (Université de Poitiers) : Production, diffusion, consommation : métal, céramique et verre dans le monde romain

10h 30 – 10 h 50 : Pause

10h 50 – 11 h 10 : Francine Blondé (HALMA-IPEL / UMR 8164): L’artisanat grec : quelques axes de recherche

11h 10 – 11h 30: Pierre-Louis Gatier (HISOMA- UMR 5189) Les productions tyriennes dans l’Antiquité et au Moyen Age, céramique, verre, métal, pierre et os

11h 30– 11h 50: Discussion et débat

11h 50 – 12h 10: Pause

session II – Histoire et lexicographie

Animateurs : Francine Blondé (HALMA-IPEL / UMR 8164), Anne Boud’hors (IRHT)

12h 10 -12h 30 Jean-Michel Carrié: L’Égypte romaine et protobyzantine : un démenti au modèle de la "ville de consommateurs”

12h 30 – 12h 50 Jean-Luc Fournet (EPHE) : Les mots et les choses : les difficultés d’une indispensable confrontation des sources textuelles et archéologiques

12h 50 - 13h 10 Discussion et conclusions

14h à 15h : Déjeuner

Session III – Bases de données

Animateurs : Heidi Amrein (Musée National Suisse), Christian Gaubert (IFAO)

15h 20 – 15h 40 : Sabine Deschler-Erb (Université de Bâle) : La base des données du projet "CRAFTS - L’artisanat antique en Italie et dans les provinces occidentales"

15h 40 - 16h : Marie-Dominique Nenna (HISOMA - UMR 5189) : Base bibliographique sur les verres du VIIe av.J-C – VIIe PC

16h – 16h 20: Pause

16h 20 – 16 h 35 : Christian Gaubert (IFAO), Maria Mossakowska-Gaubert (IFAO) : «Objets d’Égypte» - programme de bases de données bibliographiques

16 h 35 - 16h 50 : Maria Mossakowska-Gaubert (IFAO): La base bibliographique sur les verres islamiques et byzantins

16h 50 - 17h 10 : Sylvie Marchand (IFAO) : Base bibliographique sur la céramique

17h 10 - 17h 30 : Iwona Zych (PCMA) : Base bibliographique sur le bois

17h 30 - 18 h : Discussion et conclusions

dimanche 24 février

session IV – Présentation des corpus archéologiques

animateurs : Grzegorz Majcherek (PCMA), Roland-Pierre Gayraud (CNRS-UMR 6572)

9 h – 9 h 20 : Sylvie Marchand (IFAO) - céramique

9 h 20 – 9 h 40 : Marie-Dominique Nenna (HISOMA - UMR 5189) – verre

9 h 40 – 10 h : Valerie Pichot (CEAlex) - métal

10 h : Discussion

10 h - 10 h 20 : Pause

10 h 20 – 10 h 40 : Dominique Cardon (CIHAM- UMR 5648) - textiles

10 h 40 – 11 h 00 : Christiane Petit - vannerie

11 h 00 – 11 h 20 : Iwona Zych (PCMA) – bois

11 h 20 – 12 h : discussion et conclusions

12 h – 13 h 30 : Pause

session V – Conclusions

Animateurs : Jean-Michel Carrié, Sylvie Denoix, Jean-Yves Empereur

13 h – 15 h 30 : Élaboration collective des modalités de la présentation des corpus lors du colloque de 2009 (grille d’analyse)

15 h 30 – 16 h : Pause

16 h – 18 h : Réflexion collective sur le montage d’un dossier de financement ANR

Autour de la Cachette de Karnak. Journée d’étude organisée par Laurent Coulon
S. Ashour, L. Coulon, E. Jambon, Fr. Payraudeau, C. Sheikholeslami

20 juin 2007 14h00, durée 3h30, IFAO

L’IFA0 a lancé en 2006 un projet de base de données centrée sur la Cachette de Karnak en partenariat avec le CSA et le Musée du Caire, ainsi qu’avec la collaboration de différentes institutions et musées (CFEETK, Brooklyn Museum, etc.) et de chercheurs du monde entier. La base vise à recenser l’ensemble des objets (notamment les plus de 700 statues royales, divines ou privées) découverts par Legrain dans la cour de la Cachette entre 1903 et 1907. Cette journée d’étude est l’occasion de présenter cette base de données en cours d’élaboration ainsi que les recherches menées par des chercheurs de spécialités différentes qui s’appuient sur ce corpus.

Communications prévues : S. Ashour, L. Coulon, E. Jambon, Fr. Payraudeau, C. Sheikholeslami.

Programme :

14h-14h30 : Introduction et présentation de la base de données "Cachette de Karnak" en cours d’élaboration à l’IFAO

14h30 : Emmanuel Jambon (IFAO) : Collections de rois en miettes. Remarques préliminaires sur la répartition et l’état des statues royales trouvées dans la Cachette de Karnak

15H : Frédéric Payraudeau (IFAO) : L’apport des statues de

la Cachette à l’histoire dynastique locale sous la Troisième Période intermédiaire.

15H30 : Cynthia Sheikholeslami (AUC) - 25th Dynasty Priests of Montu in the Karnak Cachette

16H-16H15 : pause café

16H15 : Laurent Coulon (IFAO / Univ. Lyon-2) : La Cachette pour repeupler la butte : familles de prêtres osiriens à la XXXe dynastie et au début de l’époque ptolémaïque.

16h45 : Sobhy Ashour (Univ. Caire) : Some Ptolemaic sculptures from the Cachette.

Histoire et arts coptes
Mina et Michel Badie Abdel-Malik, Daoud Khalil Messiha, Mgr Martiros

27 février 2007 17h00, durée 2h00, IFAO

partenariat Université du Caire, Conseil Suprême de la Culture

المخطوطات الإسلامية المصورة Les manuscrits islamiques enluminés
Ayman Fouad Sayyid, Qassem Abdou Qassem, Mohamed el-Arnaout, Salah Bahnassi

27 février 2007 14h00, durée 2h30, IFAO

partenariat Université du Caire, Conseil Suprême de la Culture

Séminaires doctoraux

IFAO « Portes ouvertes » : Journées nationales du patrimoine
Présentation des activités de l’IFAO et visite guidée de la bibliothèque et de l’imprimerie

16 septembre 2012 , IFAO

Dimanche 16 septembre 2012

Journées nationales du patrimoine : « Portes ouvertes »

Présentation des activités de l’IFAO et visite guidée de la bibliothèque et de l’imprimerie

de 9h à 13h

Visite guidée d’environ 2 heures

(Départs : 9h, 10h, 11h par groupe de 20 personnes maximum)

Uniquement sur réservation au 22 79 71 600

Institut Français d’Archéologie Orientale

37 rue al-Cheikh Aly Youssef, Qasr al-Ayni

À l’occasion des portes ouvertes : remise exceptionnelle de 25 % sur un vaste choix d’ouvrages dans notre librairie.
IFAO « Portes ouvertes » : Journées nationales du patrimoine
Présentation des activités de l’IFAO et visite guidée de la bibliothèque et de l’imprimerie

26 septembre 2010 , IFAO

Dimanche 26 septembre 2010

Journées nationales du patrimoine : « Portes ouvertes »

Présentation des activités de l’IFAO et visite guidée de la bibliothèque et de l’imprimerie

de 9h à 13h

Visite guidée d’environ 2 heures

(Départs : 9h, 10h, 11h par groupe de 20 personnes maximum)

Uniquement sur réservation au 279 71 600

Institut Français d’Archéologie Orientale

37 rue al-Cheikh Aly Youssef, Qasr al-Ayni

À l’occasion des portes ouvertes : remise exceptionnelle de 25 % sur un vaste choix d’ouvrages dans notre librairie.

Téléchargez l’affiche (92 ko)

IFAO « Portes ouvertes » : Journées nationales du patrimoine
Présentation des activités de l’IFAO et visite guidée de la bibliothèque et de l’imprimerie

27 septembre 2009 9h00, durée 1h00, IFAO

Dimanche 27 septembre 2009

Journées nationales du patrimoine : « Portes ouvertes »

Présentation des activités de l’IFAO et visite guidée de la bibliothèque et de l’imprimerie

de 9h à 13h

Visite guidée d’environ 2 heures

(Départs : 9h, 10h, 11h par groupe de 20 personnes maximum)

Uniquement sur réservation au 279 71 600

Institut Français d’Archéologie Orientale

37 rue al-Cheikh Aly Youssef, Qasr al-Ayni

À l’occasion des portes ouvertes : remise exceptionnelle de 25 % sur un vaste choix d’ouvrages dans notre librairie.

Téléchargez l’affiche (0.14 Mb)

Colloques internationaux

Egyptian Textiles and their Production: “Word” and “Object” (Hellenistic, Roman and Byzantine Periods)
Maria Mossakowska-Gaubert et Pascale Ballet

Du 24 novembre 2017 au 25 novembre 2017 9h00, durée 1h00, Univ. Copenhague

partenariat University of Copenhagen

Dedicated to archaeologists, historians, philologists and papyrologists, this work compares different points of view on looms, tools, dyeing and organization of textile production in Egypt. To add a comparative dimension, some studies concerning other geographical and culture zones, especially Early Medieval Northern Europe and pre-Columbian South America, are included in its program.

This event is organized by the Centre for Textile Research (CTR) at the University of Copenhagen, withhin the framework of the MONTEX project – a Marie Skłodowska-Curie individual fellowship, in collaboration with the French Institute of the Oriental Archaeology in Cairo (IFAO): Contextes et Mobiliers project, and support from the Institut français du Danemark and the Alexander von Humboldt Foundation.

Program of the workshop

Poster of the workshop