Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Une image, un commentaire…

Col d

Un col d’amphore LRA 1 des Kellia couvert d’inscriptions grecques

Ce col est un exemple parmi tant d’autres des inscriptions (appelées dipinti ou tituli picti que l’on retrouve sur les amphores de l’Orient romain tardif (IVe-VIIe siècles). Un type d’amphore sort du lot par l’ampleur de sa diffusion et sa sur-représentation sur les sites archéologiques : c’est la Late Roman Amphora 1 (LRA 1), fabriquée principalement en Cilicie et à Chypre et dont les très nombreux exemplaires, retrouvés depuis la France jusqu’à la mer Noire en passant par l’Égypte, témoignent des exportations massives de vin produit sur la côte sud de l’Asie Mineure et à Chypre en direction d’autres provinces de l’Empire d’Orient ou d’Occident. L’intensité de ce commerce à grande échelle a laissé des traces sous la forme d’inscriptions très standardisées, apposées au départ à l’encre rouge sur diverses parties de l’amphore, la position de chacune correspondant, comme on le voit sur l’image, aux types d’informations qu’elle contient : date et quantité sur le bas du col, centrées entre les deux anses ; tare indiquée à droite ou plus haut sur le col, selon une orientation variable ; nom du producteur sous une anse, écrit tête-bêche.

Jusqu’à ces dernières années, ces inscriptions n’étaient pas vraiment déchiffrées. Écrites dans une cursive stylisée au point d’en être illisibles et selon un système de commercialisation qui restait à être décodé, elles n’ont pas attiré l’attention des céramologues qui n’étaient pas armés pour les déchiffrer, ni celle des spécialistes des textes qui étaient rebutés par les difficultés de lecture qu’elles posent et par leur caractère a priori rébarbatif. L’étude du matériel des Kellia (fouilles de l’IFAO) et d’Alexandrie (fouilles du CEAlex), puis de celui d’Antinooupolis (avec l’aide de Dominique Pieri, Université de Paris I), m’a permis de faire avancer la question en proposant un premier déchiffrement de ces inscriptions et une interprétation globale de cette documentation (voir en dernier lieu J.-L. Fournet, « La “dipintologie grecque” : une nouvelle discipline auxiliaire de la papyrologie », dans P. Schubert [éd.], Actes du 26e Congrès international de papyrologie, Genève 2010, p. 249-258). Des progrès restent encore à faire, mais d’ores et déjà cette documentation s’avère d’un grand intérêt non seulement pour la compréhension de l’organisation du commerce du vin (et, pour d’autres types d’amphores, de l’huile et du garum), mais aussi pour la lexicographie grecque, puisque ces dipinti livrent des noms de produits jusqu’ici inconnus.

Jean-Luc Fournet (École Pratique des Hautes Études)




Retour à l’image actuelle: Carte du Nil (al-Suyūṭī)

Images précédentes:
Coupe glaçuré de Fostat Bloc ramesside à Kôm el-Nogous - Plinthine Adoration des Mages Monnaie-Or Graffito à Hatnoub Page du Journal de fouilles de Georges Legrain Relevé photogrammétrique de TT 6 Séance de taḥṭīb (jeu du bâton) Col d Stèle Kom Abou Billou Fouilles Bruyère Deir el-Medina Dessins de rosaces du Monastère de St Siméon (Assouan) par Clédat Etoffe de lin de Deir el-Medina Manuscrit Copte Statues Ermant Revêtement en faïence Sanctuaires gouverneurs Balat Palettes Scribes Soudan Maisons de France au Caire Canard de Fustât Bateau Abou Rawach Crispinus Bustes Bol Bois Ostracon Deir el-Medînéh Immeuble Suez Mutilations Kagemni Ptolémée IX Sôter II à Coptos Temple de Dendera Ostracon lu par infra-rouge Bateaux de la mer Rouge Archéologie du paysage Prospection géophysique Inhumation d Réduction minerai à Ayn Soukhna Plan du Caire par Fourmont Consoles Baouit Kitāb Bains Taposiris Magna Villa à Ismaïlia Statuettes d’Osiris en bronze Découverte d’un papyrus à Tebtynis Scellé en argile marqué de deux sceaux Paon, graffito montagne thébaine Uraeus Chapelle NebDjefaou Karnak Stèle Gebel el-Zeit Papyrus bilingue Oxyrhynchos Graffites coptes Bagawât Plats offrande Ayn Asil Figurine fatimide Annonciation à Deir el-Sourian