Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Une image, un commentaire…

Dessins de rosaces du Monastère de St Siméon (Assouan) par Clédat

Assouan, monastère de Saint-Siméon, rez-de-chaussée du qasr, 3e cellule ouest, rosaces du mur ouest (dessin Jean Clédat, carnet Couvent de Saint Siméon 1903, p. 109, Louvre, département des antiquités égyptiennes, E 27427). Reproduit dans Cédric Meurice, Jean Clédat en Egypte et en Nubie (1900-1914), fig. 47 .

Le monastère de Saint-Siméon, à Assouan, est considéré comme le type le plus abouti des monastères fortifiés. Ce vaste bâtiment isolé et silencieux, très peu visité par les voyageurs jusque-là (certains comparent même le monastère à un tombeau), a une enceinte encore bien conservée. Malgré ce puissant écrin protecteur, les peintures disséminées partout dans le bâtiment sont dans un très mauvais état de conservation. En 1893, la mission De Morgan avait permis à G. Legrain d’aquareller l’abside orientale de l’église et de dessiner à la sanguine quelques autres spécimens de peinture.

Ami du sauveur de Karnak, J. Clédat est bien conscient de la fragilité de ces vestiges peints. Il arrive à Saint-Siméon à la fin de l’année 1903 avec une nouvelle mission du Comité de conservation des monuments de l’art arabe : exécuter une vingtaine d’aquarelles et prendre autant de photographies que possible, tant des peintures que du bâtiment. Toutes les zones peintes n’ont cependant pas eu cette chance. C’est le cas de ces deux rosaces dessinées au crayon noir dans son carnet, support plus habitué à conserver des plans et des descriptions. Il s’agit d’une partie de la décoration d’une cellule de moines, au rez-de-chaussée du qasr du monastère.

La lumière insuffisante (Maspero dans Ruines et paysages d’Égypte, ne nomme-t-il pas ces cellules, des « chambres obscures » ?), l’exiguïté et le sol instable des 3 banquettes servant de lit aux moines habitant la cellule, rendent l’utilisation de son appareil photographique impossible. Un dessin élaboré n’est pas non plus la solution la plus confortable. Ce dessin représentant les schémas de base de chaque rosace, qu’il pourra répéter à loisir une fois confortablement installé, couplé à des indications de couleurs fléchées, vient suppléer à ces importantes difficultés. Désireux d’aller chercher la couleur dans cet univers monochrome et sableux, Clédat revient aux fondamentaux du dessin archéologique. Quelques années plus tard, dans son guide des antiquités de Haute-Égypte, A. Weigall recommande la visite de cette cellule blottie au cœur du monastère et achève de rendre à la vie ces fragiles témoignages.

Cédric Meurice


Retour à l’image actuelle: Bloc ramesside à Kôm el-Nogous - Plinthine

Images précédentes:
Adoration des Mages Monnaie-Or Graffito à Hatnoub Page du Journal de fouilles de Georges Legrain Relevé photogrammétrique de TT 6 Séance de taḥṭīb (jeu du bâton) Col d Stèle Kom Abou Billou Fouilles Bruyère Deir el-Medina Dessins de rosaces du Monastère de St Siméon (Assouan) par Clédat Etoffe de lin de Deir el-Medina Manuscrit Copte Statues Ermant Revêtement en faïence Sanctuaires gouverneurs Balat Palettes Scribes Soudan Maisons de France au Caire Canard de Fustât Bateau Abou Rawach Crispinus Bustes Bol Bois Ostracon Deir el-Medînéh Immeuble Suez Mutilations Kagemni Ptolémée IX Sôter II à Coptos Temple de Dendera Ostracon lu par infra-rouge Bateaux de la mer Rouge Archéologie du paysage Prospection géophysique Inhumation d Réduction minerai à Ayn Soukhna Plan du Caire par Fourmont Consoles Baouit Kitāb Bains Taposiris Magna Villa à Ismaïlia Statuettes d’Osiris en bronze Découverte d’un papyrus à Tebtynis Scellé en argile marqué de deux sceaux Paon, graffito montagne thébaine Uraeus Chapelle NebDjefaou Karnak Stèle Gebel el-Zeit Papyrus bilingue Oxyrhynchos Graffites coptes Bagawât Plats offrande Ayn Asil Figurine fatimide Annonciation à Deir el-Sourian