Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Opérations scientifiques en cours

liste des opérations


18120

MAFS

Mission Archéologique Franco-suisse de Saqqara-Sud (MAFS) pour le chantier archéologique de la nécropole royale de Pépy I



lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)
lien IdRef 🔗 Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger (MEAE - Commission des fouilles)
lien IdRef 🔗 Université de Genève (UNIGE)
lien IdRef 🔗 Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)

lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)
lien IdRef 🔗 Université de Genève (UNIGE)
lien IdRef 🔗 Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)

lien IdRef Philippe Collombert (Université de Genève, Département des sciences de l'Antiquité)

lien IdRef Philippe CollombertégyptologueUniversité de Genève, Département des sciences de l'Antiquité
lien IdRef Christelle AlvarezégyptologueUniversité d'Oxford
lien IdRef Marie-Noêlle Fraisseégyptologue, ingénieur d'études
lien IdRef Xavier Hénaffarchéologue céramologue
lien IdRef Audran Labrousseégyptologue
lien IdRef Emmanuel LarozearchitecteUMR 8167 – Orient et Méditerranée Equipe « Mondes Pharaoniques »
lien IdRef Rémi LegroségyptologueHiSoMA, UMR 5189 Cnrs/univ. Lumière - Lyon 2
lien IdRef Bernard Mathieuégyptologue, maître de conférences HDRUniversité Paul Valéry Montpellier 3, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes
Noemie Monbaronégyptologue, doctorantUniversité de Genève
Pierrette PerroarchitecteMission Saqqâra
lien IdRef Jérôme RizzoenseignantUniversité Paul Valéry Montpellier 3

La problématique principale poursuivie par la MAFS consiste à étudier le plan d’occupation des sols d’une nécropole royale d’Ancien Empire et à suivre son évolution sur le long terme. Dans cette optique, le cimetière de la famille du roi Pépy Ier (+ 2335 – 2285 av. J.-C.) est systématiquement dégagé depuis plusieurs années déjà, avec pour résultat des découvertes majeures tant historiques (généalogie de la famille royale) que textuelles (les Textes des Pyramides) ou architecturales (étude des complexes funéraires). Sur la problématique générale viennent en effet se greffer une série de recherches annexes, plus ou moins ponctuelles, variables notamment en fonction des aléas des découvertes. Ainsi, par exemple, l’importante étude des Textes des Pyramides, développée pendant plusieurs années avec des résultats fondamentaux, mais dont on aurait pu croire qu’elle touchait désormais à sa fin, s’est vue relancée dans une perspective totalement nouvelle et inattendue ces dernières années par la découverte des nouveaux textes de Rêhérichefnakht et ceux de la pyramide de Béhénou, ainsi que par la réouverture des tombes de la reine Neit et du roi Ibi.
De manière plus générale, la mise à disposition des chercheurs de sources nouvelles demeure la condition essentielle d’un véritable renouvellement de la réflexion et reste donc l’un des objectifs fondamentaux de nos recherches archéologiques.