Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Opérations scientifiques en cours

liste des opérations


17115

Tell el-Iswid

Tell el-Iswid : un établissement du IVe millénaire dans le Delta


lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)
lien IdRef 🔗 Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP)
lien IdRef 🔗 Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés (TRACES, CNRS, UMR 5608)

lien IdRef 🔗 Institut français d’archéologie orientale (IFAO)


lien IdRef Nathalie BuchezarchéologueINRAP
lien IdRef Béatrix Midant-Reynesarchéologue protohistorienne, directeur de recherche émériteCNRS, UMR 5608 TRACES
lien IdRef Jade Bajeotarchéologie préhistoire, doctorantSapienza Università di Roma
lien IdRef François BrioisarchéologueCNRS‭ - ‬UMR 5608
Deborah Casiniarchéologueuniversité de la Sapienza de Rome
Rachid El Hajaouimodélisation 3DInrap
Abdekkatif Elshafaeyuniversité du Caire
Attia Elshafaeyuniversité du Caire
lien IdRef Aline Emery-BarbierpalynologueMaison de la recherche (Nanterre)
lien IdRef Samuel GuérinarchéologueINRAP
lien IdRef Joséphine Lesurarchéozoologue, maître de conférencesMNHN
lien IdRef Mathilde Minottiarchéologue, doctorantUMR Traces
lien IdRef Sidonie PreissarchéobotanisteUniversité de Leuven
Jérome Robitailletracéologue, doctorantEHESS
Camille Vanhovearchéologue
Julie Villaeységyptologue, doctorantUniversité Paris 4 Sorbonne

Tell el-Iswid est situé dans le delta Oriental du Nil, à 40 km au nord-est de la ville actuelle de Zagazig, dans la province de la Sharqiyah. L’intérêt de ce site pour les périodes antérieures aux premières dynasties tient à ce que fut mise en évidence, dès le milieu des années 1980, une épaisse stratigraphie couvrant la totalité du IVe millénaire. À l’instar de sites comme Bouto, Tell el-Iswid offre un potentiel archéologique essentiel pour renouveler les réflexions sur les cultures qui se sont succédé, durant la période de formation de l’État égyptien, dans cette région clé du Delta, au carrefour de l’Afrique saharienne et du Levant. Les fouilles, commencées en 2006, ont également mis en évidence des structures bâties de la Basse Époque, dont l’étude pourra dans l’avenir constituer un prolongement des travaux actuels.