Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

extrait du catalogue (recherche de “BIFAO118_”)

18 notices triées par date de parution, page 1 : [1] - 2

pdf
BIFAO118_art_18.pdf (9.4 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2019 IFAO
55 p.
gratuit - free of charge
Nouvelles recherches sur le site de Gourob. Des fouilles du XIXe siècle aux résultats de la campagne 2017

Entre 1888 et 1920, le site de Gourob, à l’entrée sud du Fayoum, a fait l’objet de quatre campagnes de fouilles, ainsi que d’actions plus ponctuelles, qui ont permis de mettre au jour les principales composantes du Nouvel Empire, à savoir une ville, un « harem », des lieux d’artisanat, des nécropoles, ainsi qu’un « fort ». Le Gurob Harem Palace Project (mission anglo-danoise) a ensuite repris le travail sur le site jusqu’en 2015.

Depuis 2016, Gourob est un chantier de l’Ifao et les résultats de la campagne 2017 sont ici présentés. L’une des principales nouvelles problématiques développées dans ce cadre est celle de la présence d’un port dans l’Antiquité, bien attesté dans la documentation textuelle. C’est en ce sens que des prospections géophysiques et géoarchéologiques ont été menées à l’est du site, avec des résultats particulièrement engageants. L’étude archéologique s’est quant à elle concentrée sur la zone au nord-est du palais-harem, qui n’avait pas fait l’objet de fouilles depuis 1920, et principalement sur un bâtiment appelé « fort » par les anciens fouilleurs, datant selon eux de la Première Période intermédiaire. Les sondages effectués dans les parties nord et est de cette structure ont permis de formuler des hypothèses préliminaires quant à sa fonction, sa datation et son lien avec la rampe qui coupe son flanc est. Ces observations demanderont à être vérifiées lors des prochaines saisons.

————◆————

Between 1888 and 1920, the site of Gurob, located at the south entrance of the Fayum area, was the subject of four campaigns of archaeological excavations, as well as some more specific actions. This led to the discovery of the main New Kingdom component, i.e. the town, a “harim,” an industrial area, several necropolises and a “fort.” The Gurob Harem Palace Project (British-Danish team) then carried out work between 2005 and 2015.

Since 2016, Gurob is an IFAO fieldwork and the results of the campaign 2017 are presented herein. One of the main new issues developed within this framework is the presence of a harbor during Antiquity, well attested in the textual documentation. Geophysical and geoarchaeological surveys have been led in this sense along the eastern edge of the site, with particularly promising results. The archaeological study focused on the area north-east of the harim-palace, which has not been excavated since 1920, and mainly on a building called “fort” by the former excavators, who dated it back to the First Intermediate Period. The trench dug in the northern and eastern sectors of this structure allowed a preliminary hypothesis to be presented concerning its function, its dating and its link with the ramp cutting through its eastern side. These observations prompt verification during the next seasons.


pdf
BIFAO118_art_17.pdf (2.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
30 p.
gratuit - free of charge
The Book of Caverns in Theban Tomb 33: Late Period Reception Process and Individual Adaptation

Le présent article résume, met à jour et complète les précédentes recherches de l’auteur sur la copie du Livre des Cavernes dans la tombe thébaine du prêtre lecteur en chef Padiaménopé (TT 33), datée du début de la Basse Époque (XXVe-XXVIe dynastie). La première partie est consacrée à la réception du Livre à la fin de la Troisième Période intermédiaire / début de la Basse Époque. Nous avons pu mettre en évidence que la source de la copie de Padiaménopé était le résultat d’une recherche « archéo-philologique » : la collation d’une copie reliée à la version de l’Osiréion, ainsi que d’une copie de la tombe de Ramsès VI (KV 9). Une série d’éléments démontre que la réception du Livre reposait originellement sur la volonté d’une reproduction « authentique » (bien qu’amendée par des ajouts au bénéfice du défunt), ce qui n’excluait pas pour autant les variantes, la mise à jour et la créativité. Outre les indispensables mises à jour d’ajouts (personnalisés à la fois dans le texte et l’iconographie) qui furent originellement créées pour les rois ramessides, on rencontre des changements modérés dans l’orthographe, le vocabulaire et la grammaire, de même que de légères modifications dans les scènes. On peut en outre identifier quelques rares cas de changements d’ordre textuel, de conjectures et d’additions. La seconde partie de l’article présente et discute le modèle sophistiqué de la version du Livre des Cavernes sur les parois des salles XVII à XIX de la tombe TT 33, qui reflète « indexicalement » (C.S. Peirce) le voyage du dieu soleil – et avec lui, celui de Padiaménopé – d’ouest en est à travers l’au-delà.

————◆————

This article summarizes, updates, and adds to past research performed by the author on the copy of the Book of Caverns in the early Late Period Theban Tomb 33 (TT 33) of the chief lector priest Petamenophis. The first part is devoted to the reception of Caverns in the late Third Intermediate Period / early Late Period. It describes the source of Petamenophis’s copy as being the result of an “archaeo-philological” endeavor: a collation of a copy related to the copy in the Osireion and a copy from the tomb of Ramesses VI (KV 9). A series of sections discusses the reception as being primarily shaped by the aim for an “authentic” reproduction (notably with additions to the benefit of a deceased), however, also by emendation, update, and creativity. Besides the necessary updates to the personalized textual and pictorial additions that were originally created for the Ramesside kings, we find moderate orthographical, lexicographical, and grammatical changes, as well as a few changes to the images. We can also identify a few cases of textual emendations, conjectures, and additions. The second part of the article presents and discusses the sophisticated layout of the copy of Caverns on the walls of the rooms XVII–XIX in TT 33, which indexically (C.S. Peirce) mirrors the journey of the sun god—and with him Petamenophis—from west to east through the netherworld.


pdf
BIFAO118_art_16.pdf (5.2 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
60 p.
gratuit - free of charge
Ostraca with Identity Marks and the Organisation of the Royal Necropolis Workmen of the 18th Dynasty

On sait peu de choses concernant l’administration de l’équipe des ouvriers de la nécropole royale durant la XVIIIe dynastie, mais les ostraca portant des marques d’identité non textuelles sont une source de connaissance non négligeable pour cette période. Beaucoup de ces derniers sont conservés au Caire, soit au Musée égyptien soit à l’Ifao, et restent pourtant à ce jour inédits et mal compris. La présente étude est consacrée au contexte fonctionnel et social de ces documents. Bien que la signification précise des ostraca avec marques d’identité soit souvent difficile à saisir en raison de leur nature implicite, ces sources fournissent des indications d’importance concernant l’organisation et la taille de l’équipe, l’administration du travail, et l’absence d’une tradition locale de scribes.

————◆————

Very little is known about the administration of the 18th Dynasty crew of royal necropolis workmen, but ostraca inscribed with non-textual identity marks provide a significant source of information for this period. Many of the ostraca are kept in Cairo in the Egyptian Museum and the IFAO, and remain unpublished and poorly understood. This article discusses the functional and social context of these documents. Although the precise meaning of the ostraca with identity marks is often elusive because of their implicit nature, the documents provide valuable insights into the organisation of the crew of workmen, the administration of work, the size of the crew, as well as the absence of a local scribal tradition.


pdf
BIFAO118_art_15.pdf (2.3 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
23 p.
gratuit - free of charge
Un fonctionnaire, Téti-em-Rê, et une reine, Ahmès-Néfertary. Fragments épigraphiques de la XVIIIe dynastie à Dra Abou el-Naga dans leur contexte historique

Nous présentons la publication et l’étude de quelques fragments épigraphiques trouvés à Dra Abou el-Naga, aux alentours de la tombe de Djéhouty (TT 11), qui permettent la ­reconstruction de deux stèles de la XVIIIe dynastie d’une remarquable valeur historique. Le premier document, complété grâce à un fragment conservé aujourd’hui au Brooklyn Museum, appartient à un fonctionnaire nommé Téti-em-Rê, en charge de l’or du domaine d’Amon. Il était éventuellement lié à Djéhouty, le puissant ministre d’Hatchepsout responsable, entre autres, de la décoration en or et en métaux précieux de plusieurs monuments de la reine.

Le deuxième document correspond à une stèle au nom d’Ahmès-Néfertary. Il s’agit d’une dédicace au ka, dans le contexte du culte funéraire de la reine. On doit mettre en relation ce document avec d’autres fragments épigraphiques, aussi trouvés tout près de la TT 11, qui font mention d’Ahmès-Néfertary et possiblement aussi d’Amenhotep Ier. Tous pourraient provenir éventuellement de la tombe de la reine, du temple funéraire (le mn-jst) voire d’une chapelle de culte de la reine située dans les environs de la tombe de Djéhouty.

————◆————

We present the study and publication of some epigraphic fragments found in Dra Abu el-Naga, near the tomb of Djehuty (TT 11), allowing the reconstruction of two stelae dating to the 18th Dynasty of a considerable historical value. The first document, completed thanks to a fragment today in the Brooklyn Museum, belongs to an official named Teti-em-Re, in charge of the gold of the Domain of Amon. He was possibly linked with Djehuty, the powerful minister of Hatshepsut, responsible, among others, of the decoration in gold and precious metals of several monuments of the queen.

The second document corresponds to a stela dedicated to Ahmes Nefertary. More precisely, it is a dedication to the ka, in the context of the funeral worship of the queen. We can now relate this document with three other epigraphic fragments, also found in the neighborhood of the TT 11, with the mention of Ahmes Nefertary, and possibly two of Amenhotep I. All could have come from the tomb of the queen, located in Dra Abu el-Naga, or from the (not far) funeral temple (the mn ist), or even better from a different chapel dedicated to the cult of the queen and located by the tomb of Djehuty.


pdf
BIFAO118_art_14.pdf (5.7 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
38 p.
gratuit - free of charge
Morceaux de bravoure et traits d’humour. À propos de deux peintures de Bernard Bruyère dans la maison de fouilles de Deir el-Medina

Dans cet article, deux œuvres personnelles de Bernard Bruyère sont publiées. Toutes deux s’inspirent de décors funéraires de Deir el-Medina et ont été peintes par l’archéologue dans la maison de fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale. La première œuvre, conservée dans une des chambres de l’étage inférieur de la maison, est la reproduction d’un personnage de la tombe d’Ipouy (TT 217), tandis que la seconde, peinte dans la chambre de Bernard Bruyère, parodie la scène unique de l’embaumement d’un poisson conservée dans la tombe TT 2 – TT 2B. Cette parodie, ignorée du plus grand nombre mais communément appelée par ceux qui la connaissent la « recette de la bouillabaisse », témoigne des talents artistiques de Bernard Bruyère et d’une autre facette de sa personnalité, plus fantaisiste et plus drôle.

————◆————

This article aims to publish two original and personal artworks by Bernard Bruyère. Both of them are inspired by some funerary scenes from Deir el-Medina’s tombs and were painted by the archaeologist directly on the walls of the IFAO dig-house on-site. The first painting, located in one of the lower-level rooms of the house, consists of a reproduction of a figure from Ipuy’s tomb (TT 217), while the second, located in Bernard Bruyère’s old room, parodies a unique scene from TT 2 – TT 2B: the embalming of a fish. This parody, little known outside the circle of “Deir el-Medina people” and French scholars, and usually called the “bouillabaisse recipe,” bears witness to Bernard Bruyère’s artistic skills and shows another side of his character, more playful and humorous.


pdf
BIFAO118_art_13.pdf (2.2 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
39 p.
gratuit - free of charge
Quelques considérations sur le « tableau de l’oracle de Médamoud » : un relief cultuel ?

Le « tableau de l’oracle » est un des reliefs les plus célèbres du temple de Médamoud. En suivant l’interprétation du texte héritée de son premier éditeur, Étienne Drioton, la scène a été lue comme la description d’une consultation oraculaire (précisément localisable dans le temps) du « taureau de Médamoud ». Dans le cadre du nouveau programme de réédition des textes par la mission Médamoud (Ifao/Sorbonne Université) nous avons souhaité en reprendre la traduction. Nous proposons de mettre en rapport la scène avec les reliefs cultuels aux chevets des temples et de ne plus la voir comme la représentation d’un oracle, mais comme un accès pour le fidèle à une image divine. Cette révision nous permet également de repenser le sens de l’arrière-temple et de proposer de nouveaux arguments pour justifier l’emplacement du tableau.

————◆————

The “scene of the oracle” is one of the most famous scenes from the Montu temple in Medamud. According to the interpretation of the text given by its first publisher, Étienne Drioton, this scene has been considered as the description of an oracular process (precisely situated in time) of the “bull of Medamud.” Within the framework of the programme for a new edition of texts of the temple by the Medamud mission (IFAO/Sorbonne Université) we wanted to go over the translation again and reconsider it. We propose to relate this scene to the cult reliefs and no longer to see it as a representation of an oracle, but as a way for the people to have access to a divine image. This re-examination also allows us to reconsider the meaning of the rear temple and to propose new arguments to justify the location of the scene.


pdf
BIFAO118_art_12.pdf (5.9 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
46 p.
gratuit - free of charge
A Remarkable Set of Blocks from the Reign of Nectanebo II Found at Awlad Musa, near Suez

Cet article présente 33 blocs inédits en calcaire datant du règne de Nectanébo II, retrouvés sur le site d’Awlad Mosa au nord de la ville de Suez par le Conseil suprême des antiquités entre 1995 et 2006. Une partie d’entre eux est désormais exposée au musée de Suez. Ces blocs inscrits étaient utilisés en réemploi dans un édifice plus tardif, mais l’étude des dieux qui y sont figurés et de leurs épithètes indique qu’ils pourraient venir du site de Tell el-Maskhouta dans le Ouadi Toumilat. La plupart des scènes sont fragmentaires et font figurer le roi officiant auprès d’une série de divinités, dont la plupart sont rattachées à la sphère héliopolitaine. Une procession géographique figurait sur le soubassement et l’on y remarque la plus ancienne attestation connue à ce jour d’Osiris « maître de la Porte orientale », qui n’était jusqu’alors mentionné que sur deux stèles ptolémaïques trouvées à Maskhouta.

————◆————

This article presents 33 unpublished limestone blocks dated to the reign of Nectanebo II and found in Awlad Musa, north of Suez, by the Supreme Council of Antiquities between 1995 and 2006. An assemblage of a few of them is now on display in the Suez Museum. These inscribed blocks were reused material, as indicated by the fact that they were randomly included in the masonry of a latter building. It is extremely likely, given the identity of the gods they feature, that these blocks came from Tell el-Maskhuta in Wadi Tumilat. Most of the scenes are fragmentary and represent the king offering to different gods, the majority of which are linked to the Heliopolitan sphere. A geographic procession is carved on the basement featuring the most ancient occurrence of Osiris “lord of the Eastern Gate,” an epithet known up until now only on two Ptolemaic steles found at Maskhuta.


pdf
BIFAO118_art_11.pdf (1.2 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
34 p.
gratuit - free of charge
The Road to Mounira: Jaroslav Černý at the IFAO

L’égyptologue d’origine tchèque Jaroslav Černý (1898-1970) fut un citoyen d’abord tchécoslovaque, puis apatride, actif en Tchécoslovaquie, Égypte, Italie, France, Grande-Bretagne, Allemagne et aux États-Unis. Il commença en 1925 une carrière cosmopolite et dense à l’Institut français d’archéologie orientale, où il bénéficia de la position privilégiée qu’occupait la France auprès du Service des antiquités, et de son appui politique à la Tchécoslovaquie. La dynamique intellectuelle et politique des échanges entre les deux pays prend un éclairage particulier à la lumière des éléments biographiques de la vie de Černý. Au-delà, sa collaboration avec l’Ifao constitua également une étape marquante dans le lancement de sa carrière : elle lui ouvrit des perspectives de coopération, dans le domaine égyptologique, en Égypte et au niveau international, et surtout elle lui permit de conduire son programme de recherche sur la communauté villageoise de Deir el-Medina. Bien plus que l’illustration d’une stratégie occidentale de domination politique en Égypte, le temps passé par Černý à l’Ifao exprime la tentative d’une petite nation européenne de rentrer dans le jeu des grandes puissances désireuses de s’approprier l’héritage culturel de l’Égypte ancienne en en comprenant les ressorts.

————◆————

Jaroslav Černý (1898-1970) was an Egyptologist of Czech origin, a Czechoslovak and later stateless citizen, active in Czechoslovakia, Egypt, Italy, France, Great Britain, Germany and the United States. He debuted a cosmopolitan and productive part of his career at the Institut français d’archéologie orientale in Cairo in 1925. Černý’s presence at the IFAO constituted a dual French-Czechoslovak connection—the dominant French position in the Antiquities Service and as a preferred ally of Czechoslovakia. An analysis of intellectual and political dynamics benefits from complementing by a biographical research. Černý’s collaboration with the IFAO also constituted a major move in his individual Egyptological career. First, it opened perspectives of teamwork within Egyptian and international Egyptology. Secondly, it was a decisive step in his research strategies concerned with the community of Deir el-Medina, therefore it had a rather more intricate significance than being solely an element of a stratagem of Western dominance in Egypt, this time ostensibly represented by a smaller European nation that appeared as trying to join the existing contestants in a larger game of appropriation of Egyptian cultural heritage.


pdf
BIFAO118_art_10.pdf (3.2 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
14 p.
gratuit - free of charge
La dernière phase d’occupation de la nécropole de Kôm Abou Billou. Données archéologiques et anthropologiques inédites

Fouillée dans les années 1930 et 1970, la nécropole romaine de Kôm Abou Billou a livré des milliers de restes humains qui n’ont jamais été étudiés. En 2014, la reprise des fouilles sous la direction de Sylvain Dhennin a livré des vestiges d’une conservation exceptionnelle qui documentent les pratiques funéraires et les données biologiques d’une population encore méconnue du point de vue de l’anthropologie biologique dans la littérature archéologique.

Les données issues des premières campagnes ont livré des résultats quant au recrutement de la nécropole et à l’état sanitaire de la population dans ses phases récentes (iiie-ive siècles). Ils mettent en valeur des cas exceptionnels, tels qu’une sépulture multiple, possible témoin d’un évènement particulier, jusqu’alors documenté uniquement par l’épigraphie.

————◆————

The Roman necropolis of Kom Abou Billou was excavated in the 1930s and 1970s and rendered thousands of human remains that have never been studied. Since 2014 the excavation under the direction of Sylvain Dhennin delivered remnants of exceptional conservation that document funerary practices and biological data of a population still unknown in this field in archaeological literature.

Data from the first two surveys have already yielded results concerning the funerary selection of the necropolis and the health status of the population. They also highlight exceptional cases, such as a multiple burial, possible witness to a particular event, previously documented only by epigraphy.


pdf
BIFAO118_art_09.pdf (2.7 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 118
2018 IFAO
27 p.
gratuit - free of charge
Einige Bezeichnungen für kleine und mittelgroße Säugetiere im Alten Ägypten

Cette contribution est une étude lexicographique sur quelques petits et moyens ­mammifères. Elle s’appuie sur de nouvelles photographies, prises pour la plupart au Musée égyptien du Caire. Parmi les mammifères étudiés, on compte l’animal ḥṯs, pour lequel une identification avec un genre de gerbilles (Meriones sp.) est proposée. Un autre terme envisagé est le mot ḥḏrt pour lequel un grand nombre d’identifications a été proposé dans la littérature égyptologique. La désignation doit se rapporter à une musaraigne (Crocidura ou Suncus sp.).

————◆————

This article is a lexicographical study on small to middle-size mammals based on new photographs, mainly from the Egyptian Museum in Cairo. Among them is the ḥṯs-animal for which the identification as a gerbil jird (Meriones sp.) is proposed. Another one is ḥḏrt, a much debated animal in the egyptological literature. This should be a shrew (Crocidura or Suncus sp.).


18 notices triées par date de parution, page 1 : [1] - 2