Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.
1 notices, page 1 : 1

pdf
EtudUrb009_art_55.pdf (1.2 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Études urbaines 9
2014 IFAO
10 p.
5 (100 EGP)

Public Baths in Islamic Law

Au XVIIIe siècle de notre ère, l’opposition aux bains publics semble concentrée à Bassora, où les pères de la loi craignaient l’impureté rituelle que pouvait créer l’eau et tout ce qui pouvait rappeler l’Enfer. La défense des bains était concentrée à Koufa. À l’époque des grandes écoles classiques, à partir du IXe siècle, comme dans le hadith attribué au Prophète, l’opposition aux bains était fondée sur le refus de la nudité publique. Elle s’est maintenue plus fortement dans les écoles malikite et chafi’ite que dans l’école hanafite, mais s’est semble-t’il affaiblie avec le temps sauf dans l’école hanbalite.

Mots-clés : loi islamique – hadith – Bassora – Koufa – école hanbalite.

In the 18th century CE, pious opposition to using public baths was apparently concentrated in Basra, where jurisprudents feared water-borne ritual impurity and association with anything reminiscent of Hell. Defence of baths was concentrated in Kufa. In the period of the classical schools, from the 9th century onwards, as likewise in hadith attributed to the Prophet, opposition to using public baths was mainly based on dislike of public nudity. It remained stronger in the Māliki and Shāfi`i schools than in the Ḥanafi but apparently weakened over time except in the Ḥanbali school.

Keywords: Islamic law – hadith – Basra – Kufa – Ḥanbali school.


L’auteur
  • Christopher Melchert
1 notices, page 1 : 1

Nouveautés