Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

1 notices triées par date de parution, page 1 : [1]

pdf
AnIsl053_art_06.pdf (1.1 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Annales islamologiques 53
2020 IFAO

gratuit - free of charge
Archives sauvages et bootleggers des musiques arabes. Les formes du patrimoine musical arabe sur le web, 2000-2018

Pour quiconque tenterait de compléter et mettre à jour une liste des archives des musiques arabes, la tâche nécessite désormais autant un travail dans les bibliothèques et les archives (publiques mais surtout privées), qu’une capacité à interroger le web et ses usages par de nouveaux entrepreneurs de patrimonialisation, et plus encore sur de nouveaux types de musique. Retraçant l’histoire de ces sites qui ont de fait numérisé et proposé à la diffusion des musiques arabes jusque‑là jamais écoutées au-delà d’un certain cercle (social ou national), ou bien facilité la diffusion de grands classiques autrement impossibles à acheter ou écouter légalement, cet article vise à dégager les formes de cet espace social (et de ses clivages), mais aussi à proposer une réflexion sur les pratiques et le type de patrimonialisation qui s’y joue, qualifiée ici de « sauvage » à la suite des travaux de Cyril Isnart (2009), et où l’on peut distinguer une catégorie spécifique d’acteurs proches des bootleggers d’habitude associés à la musique pop‑rock.

Today, for anyone attempting to establish and update a list of available Arab music archives, the task would not only require the standard work in libraries and archives (both public and especially private) but also taking a fresh look at digital resources. Recently, the web has been used by new heritage preservation entrepreneurs who share common practices, even though they deal with different kinds of music (modern and classical Arab music). This paper traces the history of a set of websites that digitized and spread Arab music which was rarely listened to before the 2000s, except within certain limited circles (on both the social and national levels). Similarly, these websites made a substantial contribution to increasing the availability of well-known songs, since at that time they were almost impossible to find through legal or official channels. This paper aims at identifying this social space (as well as its inner divisions), but also at putting forward tools to analyze the daily practices around these archives, including a type of “bootleg heritage preservation” that they reveal.


1 notices triées par date de parution, page 1 : [1]