Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.

Nouveautés 2018 et 2019


pdf
AnIsl048.1_art_13.pdf (0.91 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Annales islamologiques 48.1
2014 IFAO
21 p.
gratuit - free of charge
• Lire en ligne
Disséquer l’âme. L’intégrité du corps chez les médecins arabes des IXe et Xe siècles

Dans cet article, nous cherchons à mieux comprendre comment l’intégrité du corps vivant et mort est abordée par les médecins écrivant en arabe au ixe et xe siècle. L’intégrité du corps est mise en jeu dans deux situations particulières: la protection des cadavres contre la ­décomposition, et les expériences de dissection et de vivisection. Nous nous intéressons d’abord aux soins prodigués aux cadavres. De nombreux ouvrages juridiques contiennent un chapitre expliquant ­comment laver les cadavres, mais aussi parfois comment les protéger contre la décomposition. Mais la question fut loin d’intéresser autant les médecins, à l’exception notable d’Abū Bakr al-Rāzī. Il mentionne le problème de la décomposition des cadavres dans le Livre à al-Manṣūr, mais aussi dans l’Épître sur la momie, un traité encore jamais publié ni étudié. Dans un second temps, nous montrons comment les expériences menées sur les corps morts et vivants dans les textes arabes médicaux doivent être comprises dans le contexte d’un vaste débat épistémologique portant sur le rôle de l’expérience, voire de l’expérimentation, dans la méthodologie médicale. Dans la troisième partie, nous comparons les positions prises par al-Rāzī et al-Fārābī face aux expérimentations de Galien sur le cœur et le cerveau. La question de savoir si la vivisection peut aider à comprendre les fonctions des parties du corps revêtit une importance cruciale pour les médecins et les philosophes qui tentèrent de répondre à la question de la localisation de l’âme rationnelle, l’un des débats médico-philosophiques majeurs de la période antique et médiévale.

Mots-clés : cadavre – dissection – vivisection – expérimentation – cœur – cerveau – Galien – al-Rāzī – al-Fārābī

This article aims at a better understanding of how the integrity of the body—dead or alive—was approached by Arabo-Islamic physicians living in the 9th and 10th centuries. The ­integrity of the body was at stake in two particular situations: when preserving the corpse from decomposition, and during experiments involving dissection and vivisection. Many juridical treatises include a chapter on how to wash a corpse, and sometimes also how to preserve it from decomposition. Physicians did not show a strong interest in this topic, with the notable exception of Abū Bakr al-Rāzī. He engaged with this issue in the Book to al-Manṣūr and also in the Epistle on the Mummy, a treatise that has yet to be published and studied. We then turn to experiments on dead or living bodies in Arabic medical treatises, and show how they should be understood in the context of a huge epistemological debate on the roles played by experience and experimentation in medical methodology. In the third part, we compare the reception, in the writings of al-Rāzī and al-Fārābī, of the experiments on the heart and the brain described by Galen. Whether vivisection could help the physician understand better the functions performed by parts of the body or not was a crucial issue for philosophers and physicians trying to figure out the location of the rational soul, one of the most important medico-philosophical debates in antiquity as well as in the middle ages.

Keywords: corpse – dissection – vivisection – experiment – heart – brain – Galen – al-Rāzī – al-Fārābī


L’auteur