Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

Fichiers à télécharger

Les articles des volumes suivants sont vendus sous forme de PDF à télécharger: Bifao et AnIsl : numéros après la barrière mobile; BiEtud: numéros 110, 120, 138, 140, 165 (gratuit), EtudUrb: 9.


pdf
BIFAO107_art_14.pdf (19.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
136 p.
gratuit - free of charge
Travaux de l’Institut français d’archéologie orientale en 2006-2007


pdf
BIFAO107_art_13.pdf (18.4 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
30 p.
gratuit - free of charge
Raccords de statues d’Aménophis III (suite).

Cet article présente de nouvelles propositions pour regrouper certaines parties de statues d’Aménophis III dispersées dans différents sites et musées. Il s’agit de trois statues en granit noir. Un buste royal des collections de Otaki-Denki à Tokyo se raccorde avec la partie inférieure d’une statue du roi assis, réinscrite par Ramsès II et aujourd’hui entreposée dans le temple de Séthy Ier à Gourna. Deux morceaux d’un torse royal représentant le roi en dieu-Nil sont partagés entre le Musée national de Copenhague et le temple de Louqsor. Le troisième raccord, proposé il y a quelques années pour joindre une tête royale du musée d’Alexandrie à un groupe statuaire de Karnak-Nord, vient d’être réalisé au musée de Louqsor et représente Aménophis III couronné par Amon. On trouve en annexe le rapport des conservateurs.

Mots-clés : Statuaire – Nouvel Empire – Amenhotep III – raccords – collection Otaki-Denki (Tokyo) + statue temple Gourna – Musée national de Copenhague sans numéro d’inv. + statue temple de Louqsor no 26 – statue Musée de Louqsor, Karnak Nord KN 120 + 406.

This article takes up the argument for the joining together of fragments from statues belonging to Amenhotep III, currently dispersed throughout different sites and museums. The pieces in question are three royal statues sculpted from granodiorite.

Firstly, a royal bust from the collection of Ohtake-Denki, in Tokyo, would complete the lower part of a seated statue re-inscribed by Ramses II and now kept in the portico of the funerary temple of Seti I at Gurna, Thebes. Secondly, one part of a torso representing the king as offering bearer presently in the National Museum of Copenhagen would join a lower part situated in the temple of Luxor. A third join, previously suggested in an earlier article, has now been realized and put on display in the Luxor Museum of Art, bringing together a royal head once stored in the Greco-Roman Museum of Alexandria representing and a group statue of Amenhotep III crowned by Amon. The report of the conservators is found in the appendix.

Keywords: statuary – New Kingdom – Amenhotep III – joinings – Otaki-Denki collection (Tokyo) + statue Gourna temple – National Museum, Copenhague, no inv. no. + statue Luxor temple no. 26 – statue Luxor Museum, Karnak North KN 120 + 406.


pdf
BIFAO107_art_12.pdf (0.86 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
12 p.
gratuit - free of charge
L’existence d’une saison commerciale dans le bassin oriental de la Méditerranée au Bronze récent.

C’est au cours du second millénaire av. J.-C. que d’intenses relations commerciales se développent en Méditerranée orientale. À la fin de cette période, au Bronze récent, de nombreux textes royaux et privés, conservés dans des archives, ainsi que des textes littéraires témoignent de la richesse de ces échanges et nous permettent, dans certains cas, d’avoir un aperçu des coutumes des navigateurs.

La comparaison du récit d’Ounamon et de lettres provenant d’Ougarit atteste de l’existence de saisons commerciales en Méditerranée orientale au Bronze récent. Le récit d’Ounamon, très souvent cité comme exemple des navigations et du commerce au début de l’âge du fer et par extension à l’âge du bronze, donne de précieuses informations concernant les saisons commerciales, sans pour autant montrer d’interdit pour les navigations hivernales. Cependant, deux lettres d’Ougarit (RS 17.130 and RS 18.31) font état de voyages à différentes périodes de l’année et indiquent clairement que les commerçants étaient renvoyés chez eux lorsqu’ils étaient inactifs en hiver. Ces textes sont donc la plus ancienne attestation connue de la coutume d’une saison de navigation le long des côtes ciliciennes et levantines.

Mots-clés : Bronze récent – navigation – saison de navigation – Rapport d’Ounamon – Ougarit.

***

By the second millennium B.C. important trade relationships had been established in the Eastern Mediterranean. Evidence of this Late Bronze Age trade is preserved in archives (private as well as official) and in literary texts and stories. These texts contribute to our basic knowledge in terms of trading behaviour and allow, in some cases, particularly detailed studies of the sailors’ habits. The study and comparison of the Wenamun story with two Ugaritic letters reveal the existence of a commercial season in the Eastern Mediterranean during the Late Bronze Age. The narrative of Wenamun, often quoted as an example of shipping and trade at the beginning of the Iron Age, does indeed provide us with priceless information. What does not appear however, is any references with regard to the taboos concerning winter navigation.

However, letters from Ugarit (RS 17.130 and RS 18.31) detail voyages at different times of year and clearly state that traders were sent back to their native territories in winter, during the period when they would not have been sailing. These texts are the oldest evidence of navigation and commercial seasons along the Hittite and Levantine coast.

Keywords: Late Bronze Age – navigation – navigation season – Report of Wenamun – Ugarit.


pdf
BIFAO107_art_11.pdf (1.06 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
30 p.
gratuit - free of charge
À propos des graphies de jz / js « tombe »

Remarques d’ordre graphique sur le terme js/jz « tombe » (radical, affixes, déterminatifs) et mise en évidence de quelques éléments de datation.

Mots-clés : js, jz, « tombe » – graphies – paléographie – radical – affixes – déterminatifs – signe hiéroglyphique M40.

***

Remarks on the word js/jz “tomb” (radical, affixes, determinatives), with an emphasis on some dating criterion.

Keywords: js, jz, “tomb” – graphies – paleography – radical – affixes – determinatives – hieroglyphic sign M40.


pdf
BIFAO107_art_10.pdf (7.83 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
13 p.
gratuit - free of charge
Zu den Schlußszenen in mythologischen Papyri.

Les papyrus mythologiques de la XXIe dynastie fournissent, à travers de riches illustrations dotées de quelques annotations, un aperçu très intéressant du voyage dans l’au-delà que chaque défunt espère accomplir. De nombreux papyrus montrent le voyage dans sa totalité, commençant par l’accueil dans l’au-delà et s’achevant avec la régénération parvenue à terme dans le royaume des morts. Les scènes finales de ces papyrus révèlent un intérêt particulier, car elles montrent, en fonction du choix du propriétaire, une variété de destinations. Tandis que le voyage du mort dans l’au-delà est clairement décrit dans les papyrus et que la réalisation des différentes étapes révèle un concept général communément admis, la représentation détaillée d’une destination finale fait défaut et laisse la place à différentes aspirations imaginaires.

Mots-clés : Papyrus mythologiques – croyances funéraires – voyage dans l’au-delà – Amdouat – Troisième Période intermédiaire.

***

The mythological Papyri of the 21 th Dynasty offer in their wealth of symbolic pictures with only few textual annotations a highly interesting insight in the anticipated journey of each deceased in the hereafter. Many of these papyri show a complete journey, starting with the reception in the netherworld and ending with the successful regeneration in the realm of the dead. A particularly interesting aspect of the process is the final scenes of these papyri which, according to the choice of the owner, show a variety of different destinations.

While the journey through the hereafter itself is clearly depicted in the papyri and the execution of its different stages reflect a widely developed concept, a detailed final destination usually fails to be represented and was composed of only wishful imaginations.

Keywords: Mythological papyri – funerary beliefs – journey in the hereafter – Amduat – Third Intermediate Period.


pdf
BIFAO107_art_09.pdf (5.15 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
16 p.
gratuit - free of charge
Les prémices du mouvement archaïsant à Thèbes et la statue Caire JE 37382 du quatrième prophète Djedkhonsouiouefânkh.

L’étude de la statue-cube Caire JE 37382 permet, malgré son mauvais état, de l’attribuer au quatrième prophète d’Amon et trésorier Djedkhonsouiouefânkh (C), déjà connu par d’autres documents. La statue date donc de la fin de la XXIIe dynastie à Thèbes. À travers ses particularités épigraphiques, elle se révèle être l’un des premiers exemples de la tendance dite « archaïsante », qu’on peut retrouver sur d’autres monuments de l’époque « libyenne » et notamment du viiie siècle.

Mots-clés : Statue-cube – XXIIe dynastie – époque bubastite – Djedkhonsouiouefânkh – archaïsme.

***

The study of the block statue Cairo JE 37382, despite of its poor state of preservation, allows an identification of its owner as the fourth prophet of Amun and treasurer Djedkhonsuiufankh (C). This individual is already known from other sources and therefore the statue can be dated to the late 22 nd Dynasty at Thebes. Epigraphic peculiarities indicate that the statue is one of the very first examples of the so-called “archaizing” trend. This trend becomes a common feature of monuments dating to the “Libyan” Period, particularly during the 8 th century B.C.

Keywords: Block statue – XXIInd Dynasty – Bubastite Period – Djedkhonsuiufankh – archaism.


pdf
BIFAO107_art_08.pdf (1.68 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
13 p.
gratuit - free of charge
L’objet no 435 du Musée gréco-romain d’Alexandrie. Une stèle-niche d’époque saïte ?

L’objet de cet article est de proposer la première publication complète du monument conservé au Musée gréco-romain d’Alexandrie sous le numéro d’inventaire 435. Un nouvel examen permet de préciser l’appartenance typologique de l’œuvre aux stèles-niches dont plusieurs spécimens sont attestés à Basse Époque. Au nom d’un certain Ouahibrê-Ounennéfer, ce monument livre une longue généalogie et un ensemble de titres auliques et sacerdotaux donnant l’occasion de se pencher sur un aspect de la géographie cultuelle de la Basse Égypte.

Mots-clés : Musée gréco-romain d’Alexandrie no 435 – Basse Égypte – Saïs – Thèbes du Nord – Époque saïte – stèle-niche – Ouahibrê-Ounennéfer – prosopographie – cour royale.

***

This paper is the most comprehensive publication of the object number 435 from the Greco-Roman Museum in Alexandria. This re-examination makes possible the classification of this object as belonging to the group of Late Period naos stelae. The owner is Wahibre-Wenennefer and the stela includes his extended genealogy and a series of aulic and sacerdotal titles. This information provides us an opportunity to understand the religious geography of Lower Egypt during the Late Period.

Keywords: Greco-Roman Museum no. 435 – Lower Egypt – Sais – Northern Thebes – Saite Period – naos stela – Wahibre-Wenennefer – prosopography – Royal Court.


pdf
BIFAO107_art_07.pdf (0.48 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
18 p.
gratuit - free of charge
La condition des nourrices sous le Moyen Empire.

La documentation privée de la période du Moyen Empire atteste, avant celle du Nouvel Empire, du recours aux nourrices dans les couches sociales les plus favorisées. Les Égyptiens n’hésitaient pas à faire appel aux femmes de leur famille pour allaiter ou s’occuper de leurs enfants, mais généralement les femmes recevant expressément la désignation de nourrices n’étaient pas membres de la famille qui requérait leurs services. La condition des nourrices n’est pas assimilable à celle des domestiques : elles occupent toujours dans l’esprit de ceux qui les commémorent une place importante au sein de leur famille parce qu’elles participent à la vitalité de celle-ci. Le rôle de protection des enfants en bas âge se combine à celui de l’allaitement et explique la dimension magique attachée à la fonction de nourrice. Parce qu’elle remplit le rôle d’une mère de substitution, la nourrice entretient avec l’enfant qui lui est confié une relation qui ne peut s’analyser en d’autres termes que ceux d’un rapport de filiation. Sa figure était tellement importante dans la société égyptienne qu’on la retrouve utilisée comme métaphore dans les autobiographies de dignitaires pour afficher la conformité de leurs actes à la norme sociale. Elle a servi également de modèle à des constructions lexicales exprimant l’idée d’une prise en charge en termes de soutien matériel et d’éducation.

Mots-clés : Nourrices – famille – mère de substitution – société – Moyen Empire – lexique de l’allaitement.

***

Data obtained from private sources belonging to the Middle Kingdom show that prior to the New Kingdom, recourse to a wet nurse (nannies) in upper social classes was common practice. Ancient Egyptians did call upon women from their own families for feeding (that is: supplying maternal milk). However, it was more commonly the practise to employ women who were not members of their own family specifically for this purpose.

What is clear is the magical aspect attached to their function, which is based on nursing and protecting small children. The nurse becomes a substitute mother and her relationship with the child placed in her care is defined as a filial relationship. The nursing function was so important in Egyptian society that it may be found used in a metaphorical form in autobiographies of officials so as to demonstrate conformity of their actions with social norms. We also find it used as a model for lexical constructions when dealing with the notion of “taking care of” in a material and educative manner.

Keywords: Nurses – family – substitute mother – society – Middle Kingdom – lexical of nursing.


pdf
BIFAO107_art_06.pdf (0.51 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
12 p.
gratuit - free of charge
Around the Columns. Analysis of a Relief from the Causeway of Unis Mortuary Temple.

Une nouvelle analyse d’un relief de la chaussée du complexe pyramidal d’Ounas (Labrousse and Moussa, La chaussée du complexe funéraire du roi Ounas, p. 29, doc. 16) permet de traduire le supposé hapax legomenon zp.wt par « bases de colonnes ». Cette nouvelle interprétation et l’analyse des caractéristiques architectoniques du bâtiment royal permettent de donner une identification des colonnes mentionnées dans le document.

Toutes ces données et d’autres références externes permettent de mettre en évidence la manière dont l’historicité, la mémoire et les idées religieuses/officielles sont représentées et agencées dans le programme iconographique des complexes funéraires royaux.

Mots-clés : Saqqâra – Ancien Empire – Ounas – complexes funéraires royaux – chaussée – colonnes – zp.wt – architecture – lexicographie – historicité – mémoire – programme iconographique.

***

A new analysis of a relief from the causeway of Unis’ pyramid complex (Labrousse and Moussa, La chaussée du complexe funéraire du roi Ounas, p. 29, doc. 16) allows us to translate the alleged hapax legomenon zp.wt as “column-bases”. An identification of the columns mentioned in the document is also given by means of this new interpretation and the analysis of architectural evidence from that royal building.

This data, together with other external references give an insight on how historicity, remembrance and religious/official ideas are displayed and interrelated in the iconographic program of royal mortuary complexes.

Keywords: Saqqara – Old Kingdom – Unis – royal mortuary complexes - causeway – columns – zp.wt – architecture – lexicography – historicity – remembrance – iconographic program.


pdf
BIFAO107_art_05.pdf (1.19 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 107
2007 IFAO
8 p.
gratuit - free of charge
Les noms du chou dans les ostraca grecs du désert Oriental d’Égypte. [krambm, krambion, kaulion]

Les lettres privées échangées entre les occupants des fortins romains du désert de Bérénice concernent souvent l’envoi de bottes de choux, désignées comme (sg.) d°!mh krãmbh! ou d°!mh kaul€vn. Il ne faut pas se laisser égarer par l’article kaulÒ! du LSJ, selon lequel ce mot, dont le sens premier est « tige », y compris « tige de chou » dans l’expression krãmbh! kaulÒ!, désignerait aussi, chez les auteurs comiques, un certain type de chou (vegetable of the cabbage kind, kail, cauliflower). Lorsque kaulÒ! est employé seul, chez ces auteurs, il s’agit de la tige du silphium, denrée précieuse et recherchée à Athènes, comme cela avait déjà été reconnu par le Thesaurus Graecae Linguae, qui a été curieusement peu suivi. L’expression krãmbh! kaulÒ! s’explique par la nature même du chou potager antique, bien décrit par Théophraste et Pline, et que J. André identifie au brocoli asperge (Brassica oleracea var. italica). Les kauloi sont les pousses latérales, les rejets, qui se développent sur cette plante buissonnante et qui se récoltent tout au long de sa vie lorsqu’elles atteignent un certain degré de maturité. Dans les ostraca du désert Oriental, on ne rencontre jamais kaulÒ!, mais le diminutif kaul€on qui, contrairement au précédent, mais à l’instar du latin caulis, cauliculus, n’a pas besoin d’être précisé par krãmbh!. Kaul€on, inconnu dans les papyrus ptolémaïques, pourrait donc être un latinisme, à moins qu’il ne faille l’interpréter comme une de ces formations diminutives qui servent à dénoter comme aliment un objet de nature animale ou végétale.

Mots-clés : Désert Oriental – praesidia – alimentation du soldat – d°!mh krãmbh! – d°!mh kaul€vn – kaul€on.

***

Private correspondence between the inhabitants of the forts in the Eastern Delta of Egypt often makes mention of the transportation of bunches of cabbage, designated as (sg.) d°!mh krãmbh! or d°!mh kaul€vn. The basic understanding of kaulÒ! is “stalk” including “cabbage-stalk” in the expression krãmbh! kaulÒ!, but one should not be misled by the article kaulÒ! in LSJ, according to which the word, in certain comic authors, also means a kind of cabbage (vegetable of the cabbage kind, kail, and cauliflower). However, when the word kaulÒ! is used alone by these authors it means a stalk of silphium, a commodity that was much in demand and highly appreciated in Athens. This term had previously been recognized by the Thesaurus Graecae Linguae, although it is generally ignored by later scholars. The expression krãmbh! kaulÒ! explains the nature of edible cabbage in antiquity, described very well by Theophrastus and Pliny; and which J. André identifies as asparagus-broccoli (Brassica oleracea var. italica). The kauloi are the lateral sprouts of this bush-like plant that can be picked as soon as the plant reaches maturity until the end of its life. In the ostraca from the Eastern Desert we never find kaulÒ!, but the diminutive kaul€on which, contrary to the preceding, but like Latin caulis, cauliculus, does not need to be further described by krãmbh!. Kaul€on, a term which is unknown in Ptolemaic papyri could therefore be a Latinism. Alternatively one might understand it as a type of diminutive that designates an object of vegetal or animal as being edible.

Keywords: Oriental Desert – praesidia – soldier’s food – d°!mh krãmbh! – d°!mh kaul€vn – kaul€on.