Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

Fichiers à télécharger

Les articles des volumes suivants sont vendus sous forme de PDF à télécharger: BiEtud: numéros 110, 120, 138, 140, 165 (gratuit), EtudUrb: 9.


pdf
BIFAO120_art_02.pdf (4.4 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
A propos de la datation du VIIe pylône du temple d'Amon-Rê à Karnak

Cet article propose un réexamen des éléments de datation du VIIe pylône du temple d’Amon-Rê à Karnak et de nouvelles observations concernant sa décoration. Des traces de modification des listes de « peuples vaincus » représentés sur la face nord du monument conduisent à considérer que la décoration du pylône a été réalisée en deux étapes distinctes. Une nouvelle datation dans le règne de Thoutmosis III pour la réalisation du monument et de son programme décoratif est proposée.

This article presents a new examination of the dating elements of the 7th pylon of the temple of Amun-Ra at Karnak, and some new observations concerning its decoration. Traces of amendments to the lists of “captives” carved on the northern face of the monument suggest that the decoration was added in two distinctive phases. A new dating for the construction of the monument and the execution of its decorative program in the reign of Thutmosis III is proposed.


pdf
BIFAO120_art_01.pdf (16 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 120
2020 IFAO

gratuit - free of charge
The Tomb of Ta-Ḏḥwty sȝt Ḥr-tȝ (Tathoutis daughter of Herta): Tomb 1 in the Necropolis of Bir el-Shaghala. The Architecture and the Paintings in the Antechamber

La tombe no 1 de Bir el-Shaghala (oasis de Dakhla) est une sépulture de type mausolée appartenant à Ta-Ḏḥwty sȝt Ḥr-tȝ (Tathoutis fille de Herta). Le rez-de-chaussée comprend une cour en plein air et une antichambre ainsi que deux chambres funéraires avec des décorations murales peintes. Le niveau supérieur comprend une chapelle et une pyramide, laquelle est la plus grande connue à ce jour pour une tombe privée. La partie supérieure a connu deux phases d’utilisation : deux voûtes ont été ajoutées à l’intérieur de la pyramide et deux salles de banquet ont été aménagées au nord de celle-ci. La disposition de la tombe est calquée sur celle des tombes à structure pyramidale de l’époque tardive, mais les salles voûtées en font un type à part.
La décoration de l’antichambre présente de nombreuses anomalies : les ba-s de Rê, Toutou et Horus-Grand-de-Force sont tous anthropomorphes. On y trouve une scène de divinisation unique pour une tombe égyptienne d’époque romaine, ainsi qu’une frise de ba-s et un fétiche abydénien sans parallèles connus. Les peintures des salles montrent des affinités stylistiques avec le « groupe des cercueils de Kharga » et attestent de motifs communs utilisés dans les tombes et le mobilier funéraire des oasis. La tombe peut être datée de la fin du ier siècle apr. J.-C. grâce à son architecture et ses peintures.

Tomb 1 at Bir el-Shaghala (Dakhla Oasis) is a mausoleum-like structure belonging to ­Ta-Ḏḥwty sȝt Ḥr-tȝ (Tathoutis daughter of Herta). The ground floor has an open-air court and an antechamber and two burial chambers with painted wall decoration. The upper floor has a chapel and a pyramid, which is the largest from a private tomb. The upper part witnessed two phases of use: two vaults were added inside the pyramid and two banqueting rooms to its north. The tomb’s layout is modeled on late dynastic pyramidal tombs, but the vaulted rooms isolate it as a distinctive type. 
The antechamber decoration shows many anomalies: the ba of Re, Tutu, and Horus Great of Strength all have human bodies. An apotheosis scene is unique in a tomb from Roman Egypt, as is the ceiling frieze of ba-birds and an Abydene fetish. The paintings in the rooms show stylistic affinities to the “Kharga Coffin Group” and attest to common motifs used in tombs and funerary objects in the oases. The tomb is datable to late 1st century CE on the basis of its architecture and paintings.


pdf
BIFAO119_art_13.pdf (0.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
12 p.
gratuit - free of charge
Renseneb et la chapelle abydénienne de Montouhotep II sous la XIIIe dynastie

La statue d’un responsable du Moyen Empire tardif du nom de Renseneb est présentée ici. Elle provient de fouilles clandestines sur le site d’Abydos et a été saisie avec plus de mille autres objets à Damiette, en 2015, par le service des douanes égyptiennes. Le personnage, qui porte les titres de ḫtmtj bjty (trésorier de Basse Égypte) et jmy-r gs-pr (directeur du domaine) est assimilé au propriétaire d’une statue découverte en 1998 sur le site de Kerma et à celui d’une stèle ­conservée au musée de Berlin (ÄGM 32/66). L’étude du second titre permet de voir en Renseneb un membre de l’administration locale responsable de la gestion d’un domaine royal rattaché à la chapelle-mâhât de Montouhotep II à Abydos.

The topic of this article is the study of a statue belonging to an official from the Middle Kingdom called Renseneb, which was seized by the Egyptian authorities in 2015 in Damiette among more than one thousand artefacts. It came from some clandestine excavations on the site of Abydos. The owner of the statue, who holds the titles ḫtmtj bjty (treasurer of Lower Egypt) and jmy-r gs pr (director of domain) is supposed to be the same as the owner of a statue discovered in 1998 at Kerma and of a stela kept in the museum of Berlin (ÄGM 32/66). The study of the second title enables Renseneb to be seen as a member of the local administration who was in charge of the management of a royal domain attached to the mâhât-chapel of Mentuhotep II in Abydos.


pdf
BIFAO119_art_12.pdf (2.3 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
57 p.
gratuit - free of charge
Un pylône thoutmoside à Medamoud.Résultats des fouilles de 2017-2018 autour du « mur de 9 mètres »

Les fouilles de la mission de Médamoud (Louqsor) se sont concentrées en 2017-2018 sur le parvis du temple de Montou, déjà dégagé par Bisson de la Roque entre 1929 et 1931. Ce dernier avait mis au jour un secteur de production de céramiques ainsi qu’un mur d’enceinte appelé le « mur de 9 m ». Désormais, un nouvel apport substantiel de données archéologiques permet de revenir sur la datation et les relations stratigraphiques de ces différentes structures. Ainsi, le mur de 9 m peut désormais être associé à la réfection du temple menée à partir du règne de Thoutmosis III et devait correspondre au de pylône d’entrée du temenos. Son érection a signé l’abandon du quartier de production céramique situé au sud-ouest du temple du Moyen Empire, en fonctionnement pendant la XVIIe et le début de la XVIIIe dynastie. Le mur de 9 m a cependant été en fonctionnement jusqu’à l’époque ptolémaïque, avant son arasement à l’époque augustéenne.

The excavations of the Madamud (Louqsor) mission on the forecourt of the Montou temple, already cleared by Bisson de la Roque between 1929 and 1931 were carried out in 2017-2018. He discovered a ceramic production area and an enclosure wall called the "9m wall". At ­present, a substantial new supply of archaeological data enables us to go back to the question of ­dating the stratigraphic relationships of these different structures. Thus, the 9m wall can now be ­associated with the restoration of the temple carried out during the reign of Thutmes III, which was to serve as the entrance pylon to the temenos. Its erection marked the discontinuation of the ceramic production district located southwest of the Middle Kingdom temple, which was in operation during the 17th and early 18th dynasties. However, the 9m wall was in operation until the Ptolemaic period, and later was levelled in the Augustan period.


pdf
BIFAO119_art_11.pdf (0.4 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
14 p.
gratuit - free of charge
Egyptian Middle Kingdom Oyster Shells with Royal Names: Function, Chronology and Gender Issues

Cet article examine les questions de la fonction, de la chronologie et du genre des coquilles du Moyen Empire, en prenant comme point de départ l’exemple MMA 23.2.76a. En s’appuyant sur une recherche détaillée de ce type d’objets, il présente une analyse critique des publications discutant de leur fonction et du genre de leur propriétaire. Le but de cet article est en outre d’explorer le contexte archéologique dans lequel ces coquilles ont été mises au jour, en mettant le matériel inédit de Sheikh Farag en relation avec les exemples publiés de Licht et d’Esna. Cette étude montre le rapport que ces coquilles entretenaient avec d’autres types d’objets de la fin du Moyen Empire, tels que des ouchebtis ou des ivoires magiques, et l’absence de lien avec les modèles de bois typiques du début du Moyen Empire.

This paper examines the function, chronology, and gender issues of the Egyptian Middle Kingdom oyster shells, taking MMA 23.2.76a as a case-study. It presents a critical analysis for the early publication on the function and the gender of the owner, of this oyster shell and many others, based on a close investigation of this object. Furthermore, it investigates the archaeological context in which these oyster shells were found, presenting some unpublished materials from Sheikh Farag, collaborating with the published material from Lisht and Esna. It shows the relationships the oyster shells entertain with other objects of Late Middle Kingdom, e.g. shabtis and ivory tusks, and the absence of the wooden models, typical early Middle Kingdom objects.


pdf
BIFAO119_art_10.pdf (1.8 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
33 p.
gratuit - free of charge
Un thesauros/grenier à Bouto. Approches préliminaires sur l’écosystème du site à l’époque impériale

Cet article présente les derniers résultats des fouilles menées à Bouto par la Mission française, dans le cadre de sa collaboration avec le Deutsches Archäologisches Institut au Caire (DAIK), détenteur de la concession, ayant, en particulier, révélé l’existence d’un grand bâtiment de stockage du Haut Empire au sommet du kôm A (secteur P18), un type d’édifice économique rarement attesté dans le Delta à la période gréco-romaine. Dans une approche pluridisciplinaire, plusieurs contributions, alimentées par différentes sources trouvées in situ, en relation avec la gestion de l’alimentation (nombreux macro-restes de céréales ; amphores à vin et huile, peut-être à poisson ; un ostracon mentionnant le type de transport), présentent l’état de la recherche en cours et, à la lumière de ce cas et des références textuelles liées à la gestion alimentaire et céréalière, permettent d’évoquer la place de l’Égypte dans l’économie romaine.

In this paper, we will present the latest results of the excavations conducted in Buto (2016-2018) by the French Mission, in the frame of the collaboration with the Deutsches Archäologisches Institut in Cairo (DAIK), holder of the concession, showing evidence of a large storage building of the Early Roman period on the top of the kom A (sector P18), a very rare kind of economic structure in the Delta in Graeco-Roman times. Some contributions, based on the different sources provided in this sector, and in relation with the food economy (macro-remains of cereals, wine and oil and maybe fish, amphoras and an ostracon mentioning the transport system), present the current state of the research in this area, in some pluridisciplinary approachs, integrating the textual economical references, and, in the light of this case, suggesting the role of Egypt in the Roman economy.


pdf
BIFAO119_art_09.pdf (4.3 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
43 p.
gratuit - free of charge
Se baigner à l’aube de la conquête arabo-musulmane. Les thermes byzantins de Taposiris Magna

Fouillés depuis 2009, les thermes de Taposiris Magna ont été construits après la seconde moitié du ve siècle et restèrent en activité jusqu’à la fin du viie-début du viiie siècle. Ce ­complexe, remarquablement conservé, fait partie d’un groupe d’édifices balnéaires de Maréotide dont il partage la plupart des caractéristiques. Son intérêt tient à deux points principaux : il est l’un des rares établissements de Maréotide bien documentés et datés. Il est surtout l’objet de réaménagements de grande ampleur effectués pendant la période de transition byzantino-islamique. Il se révèle donc un témoin précieux de la vitalité des traditions balnéaires romano-byzantines malgré les changements politiques. L’étude du dernier état, daté du milieu du viie siècle, montre que les évolutions dans les techniques et les aménagements que l’on constate sont liés aux mutations internes des sociétés byzantines, soit avant la conquête arabo-musulmane.

Excavated since 2009, the thermal baths of Taposiris Magna were built in the second half of the 5th century and were in use until the end of the 7th-beginning of the 8th century. This building, remarkably well preserved, is part of a thermal baths complex in the Mareotis area with which it shares most of the characteristic features. Its interest lies in two main points: it is one of the few facilities of the Mareotis area that is well documented and dated. More importantly, it underwent some huge renovation works during the Byzantine-Arabic transition period. As such, it is a valuable testimony of the strong vitality of the Roman-Byzantine thermal traditions despite the political change. The study of the last stage, dated back to the middle of the 7th century, shows that the changes in the techniques and arrangements which can be observed are connected to the internal changes in the Byzantine societies, that is to say before the Arab and Muslim Conquest.


pdf
BIFAO119_art_08.pdf (0.8 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
20 p.
gratuit - free of charge
Un chambellan du grand prêtre d’Amon Pinedjem II ? Le coffret à ouchebtis Ismaïlia 2560

Cet article est consacré à l’étude d’un coffret à ouchebtis inédit de la XXIe dynastie, conservé au musée d’Ismaïlia sous le numéro d’inventaire 2560. Cette boîte, qui a probablement été mise au jour dans la cachette de Bab el-Gasous, appartient à un éminent membre des élites thébaines nommé Imen-niout-nakht, détenteur de charges essentiellement cléricales et curiales dans le temple d’Amon de Karnak et au service du maître des Deux terres. Elle est ornée d’une longue inscription combinant une formule funéraire, une formule d’offrande, ainsi qu’un extrait du chapitre VI du Livre des morts. L’analyse approfondie de cette boîte à ouchebtis est complétée par une étude prosopographique. En outre, la question historique de la tenue d’une cour autour des grands prêtres d’Amon est abordée à partir de l’unique mention connue de la charge d’[...] ỉmy-ḫnt à Thèbes, à cette période, qui y figure.

This article focuses on the study of an unpublished 21st Dynasty shabti box kept in the Ismaïlia museum under the registration number 2560. This box, which was probably discovered in the Bab el-Gasus cache, belonged to a Theban elite member called Imen-niut-nakht. His functions were essentially clerical and curial in the Amun temple of Karnak and for the Master of the Two Lands. This shabti box is decorated with a long inscription which combines a funerary formula, an offering formula and an extract of the Chapter 6 of the Book of the Dead. The analysis of this shabti box is completed by a prosopographical study. Furthermore, the historical question of the existence of a court around the High Priests of Amun is discussed based on the only known mention of the title [...] ỉmy-ḫnt in Thebes during this Period, inscribed on our shabti box.


pdf
BIFAO119_art_07.pdf (2.9 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
36 p.
gratuit - free of charge
La porte sud du pylône du temple de Khonsou à Karnak

Publication et traduction de l’ensemble inédit des inscriptions de la face sud de la porte du pylône du temple de Khonsou dans le secteur sud-ouest du domaine d’Amon-Rê à Karnak. Les scènes dites « d’offrandes » gravées sur sa surface témoignent de deux phases bien différenciées du programme décoratif : d’abord sous le pontificat du grand prêtre d’Amon Pinedjem Ier et ensuite lors d’une restauration de la part d’Alexandre le Grand.

Publication and translation of the unpublished set of inscriptions on the south side of the pylon door of Khonsu temple in the south-western area of Karnak. The so-called “offering” scenes engraved on its surface show two differentiated phases of the decorative program: first, under the pontificate of the high priest of Amon Pinedjem I, and then a restoration by Alexander the Great.


pdf
BIFAO119_art_06.pdf (0.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 119
2019 IFAO
9 p.
gratuit - free of charge
Des réfractaires à l’enrôlement ? Plusieurs cas d’automutilation dans une nécropole égyptienne

La découverte dans la nécropole ouest d’El-Deir (oasis de Kharga) de trois momies d’hommes ayant le pouce gauche coupé a conduit les chercheurs à s’interroger sur cette particularité inattendue. La seule interprétation qui paraisse rationnelle est celle de l’automutilation. On sait en effet que l’ablation d’un doigt a été utilisée pour échapper à l’enrôlement dans l’armée romaine. Cet usage, connu uniquement par des textes, reçoit ici une confirmation.

The mummies of three men, each missing their left thumb, were discovered in the West cemetery at El-Deir (Kharga oasis). From the archaeologists’ point of view, the sole interpretation possible is self-mutilation. We now know that young men who wanted to escape from being enlisted in the Roman army used to cut off one finger, commonly their left thumb but, until now, only texts spoke of that. Now we have proof.