Institut français
d’archéologie orientale du Caire

IFAO

Catalogue des publications

Fichiers à télécharger

Les articles des volumes suivants sont vendus sous forme de PDF à télécharger: Bifao et AnIsl : numéros après la barrière mobile; BiEtud: numéros 110, 120, 138, 140, 165 (gratuit), EtudUrb: 9.


pdf
Temples-KomOmbo002.pdf (99 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
Temples KomOmbo 2
ISBN 9782724708080
2021 IFAO

58 (1055 EGP)

Kôm Ombo II
Les inscriptions de la salle médiane et des chapelles annexes (chambre d’introduction des offrandes, chambre de l’inondation, laboratoire)

Kôm Ombo II publie le décor de la salle médiane (PM VI, 186, salle C) et de ses annexes, au nord la chambre d’introduction des offrandes (PM VI, 186 [1]) et au sud, la chambre de l’inondation et le laboratoire (PM VI, 186 [2 et 3]). Les travaux épigraphiques ont été réalisés sous la direction de Shafia Bedier et Françoise Labrique par une équipe réunissant des membres des universités égyptienne et allemande de Ayn Chams et de Cologne. 

Kôm Ombo II publishes the complete décor of the medial room (PM VI, 186, room C) and its lateral annexes: the chamber of introducing the offerings on the north (PM VI, 186 [1]) and the chamber of the inundation and the laboratory on the south (PM VI, 186 [2 and 3]). The epigraphic work was carried out by a team consisting of members of the universities of Ayn Shams (Egypt) and Cologne (Germany), under the direction of Shafia Bedier and Françoise Labrique.

In Kôm Ombo II ist der vollständige Dekor des Mittelsaals (PM VI, 186, Raum C) und seiner seitlichen Annexräume publiziert, in seinem nördlichen Teil die Kammer des Einführens der Opfergaben (PM VI, 186 [1]) und in seinem südlichen Teil die Nilkammer und das Laboratorium (PM VI, 186 [2 und 3]). Die epigraphische Arbeit wurde unter der Leitung von Shafia Bedier und Françoise Labrique von einem Team durchgeführt, das aus Mitgliedern der ägyptischen und deutschen Universitäten Ayn Shams und Köln besteht.

يقدم هذا الكتاب (KO II) نشرا كاملا لمناظر ونصوص الصالة الوسطي من معبد كوم امبو (PM VI, 186/C) والحجرات الجانبية الملحقة بها٬ وهي شمالا: حجرة تقديم القرابين وجنوبا: حجرة النيل (PM VI, 186, (1)) وحجرة المعمل (PM VI, 186, (2 and 3)). قام بنسخ وتسجيل المناظر والنصوص فريق البعثة المصرية الألمانية المشتركة من جامعة عين شمس وجامعة كولونيا برئاسة شافية بدير وفرانسواز لابريك.


pdf
Temples-Dendara015.5.pdf (84 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
Temples Dendara 15.5
ISBN 9782724708271
2020 IFAO

20 (364 EGP)

Dendara. La Porte d’Hathor
La porte d’Hathor

À Dendara, trois portes monumentales donnent accès respectivement aux domaines d’Hathor, d’Horus d’Edfou et d’Isis. Diverses cérémonies se déroulaient à proximité de ces édifices où la population profane pouvait s’approcher au plus près de l’enceinte sacrée.
La Porte d’Hathor ouvrant sur le domaine de la déesse constitue l’ultime témoignage architectural d’un site dont les archives remontent au temps de Khéops. 
Elle fut édifiée sous les règnes de Domitien et de Trajan (81-117 apr. J.-C.). Images et mots décrivent les rites, accompagnés de réjouissances sur l’esplanade (rwt-dỉ-mȝʿt), marquant le passage d’une année à l’autre. Hathor et Isis, mères qui allaitent leur enfant, sont également et surtout de belles femmes veillant sur l’institution royale et recevant des offrandes spécifiques (rituel d’apaisement par la musique des sistres, présentation du bandeau d’électrum et du mammisi).
On trouvera dans le présent ouvrage l’édition des inscriptions hiéroglyphiques et la couverture photographique complète du monument.

At Dendara, three monumental gates gave access to the respective domains of Hathor, Horus of Edfu, and Isis. Various ceremonies were held near these structures, where the public could approach the sacred precinct as closely as possible.
The Hathor Gate, opening into the domain of the goddess, was the final architectural testimony at a site whose archives dated back to the time of Khufu. It was built during the reigns of Domitian and Trajan (81–117 AD). Images and words describe the rites marking the passage from one year to the next, accompanied by public celebrations on the esplanade (rwt-dỉ-mȝʿt). Hathor and Isis, mothers who breastfeed their children, are also and above all beautiful women watching over the institution of royalty and receiving specific offerings (ritual of appeasement by music of the sistra, and presentation of an electrum band and the mammisi).
This publication contains the edition of the hieroglyphic inscriptions and complete photographic coverage of the monument.


pdf
Temples-Athribis006.pdf (100 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
Temples Athribis 6
ISBN 9782724708127
2021 IFAO
698 p.
66 (1200 EGP)

Athribis VI
Die westlichen Zugangsräume, die Säulen und die Architrave des Umgangs und der südliche Teil des Soubassements der westlichen Außenmauer des Tempels Ptolemaios XII.

Le présent ouvrage contient les textes et reliefs des chapelles latérales ouest, ainsi que ceux de la colonnade, des architraves et du soubassement sud du mur extérieur. Sont ainsi publiées toutes les inscriptions du temple de Ptolemée XII, à l’exception des textes, peu nombreux, des salles A et B, qui seront publiés dans un volume ultérieur, avec les blocs. Tous les textes présentés dans ce volume étaient jusqu’ici inédits.

The present volume records the texts and reliefs of the western access rooms, the columns of the colonnade, including the architraves and the southern part of the soubassement of the western exterior wall. Herewith all inscriptions of the temple of Ptolemy XII are published with the exception of the quite few texts in rooms A and B, which will be published in a final volume together with the blocks. Until now, all texts of this volume remained unpublished.

Der vorliegende Band enthält die Texte und Darstellungen der westlichen Zugangsräume J, der Säulen des Umgangs einschließlich der Architrave und des südlichen Soubassements der westlichen Außenmauer. Damit sind alle Inschriften des Tempels publiziert mit Ausnahme der wenigen Texte in Raum A und B, die in einem letzten Band zusammen mit den Blöcken veröffentlicht werden. Alle Texte dieses Bandes waren bislang unpubliziert.


pdf
TAEI055.pdf (5 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
Textes arabes et études islamiques 55
ISBN 9782724708103
2021 IFAO

48 (873 EGP)

The Interpreter of Secrets
The Dīwān of Šayḫ Muḥammad b. Abī al-Ḥasan al-Bakrī

Based on a study of twelve Arabic manuscripts, The Interpreter of Secrets is a critical edition of the entire surviving corpus of the poetry of Muḥammad ibn Abī al-Hasan al-Bakrī (930-994/1524-1586), a leading jurist, Sufi, and literary figure in sixteenth-century Cairo. The texts of the poems are accompanied by a critical apparatus including all of the plausible variant readings and alternative versions of the poems. Al-Bakrī was a major literary figure, and his Sufi poetry belongs to a tradition that draws on the work of poets such as Ibn al-Fāriḍ, Ibn al-ʿArabī, al-Būṣīrī, and ʿAlī Wafā. In addition to their literary value, the poems are an important source for the study of Sufi theology and practice in Ottoman Egypt, including to such topics as the cult of the saints, the use of coffee for ritual purposes, the controversial appropriation of Ibn al-ʿArabī’s monist theology, and the establishment of sacred lineages. The editors have also included short Arabic and English introductions and an appendix that identifies the manuscript sources for each poem. This book will be of interest to students of Arabic literature, Sufism, and Ottoman intellectual history.

اعتمادًا على اثني عشر مخطوطًا، يقدم ديوان «تُرجُمَـان الأَسـرَار» تحقيـقًا نقديـًا لجميـع قصـائـد محمد بـن أبي الحسن البكري الصديقي التي وصلتنا، ويعتبر محمد البكري (930-994/1524-1586) أحد أعلام مصر في الفقه والتصوف والأدب خلال القرن السادس عشر. ويتبع التحقيق أسلوبًا شموليًا نقديًا، حيث يضم الديوان القصائد مع نسخها وقراءاتها المختلفة. كان محمد البكري من أهم أدباء عصره، وكانت أشعاره تنتمي إلى مدرسة أدبية تستمد خصائصها من أعمال سابقيه من كبار الشعراء المتصوّفة كابن العربي وابن الفارض والبوصيري وعلي وفا. وإضافة إلى القيمة الأدبية لهذه القصائد فهي مصدر هام لدراسة الفكر الصوفي وممارساته في مصر العثمانية، فهي تتناول العديد من الموضوعات الصوفية كأحوال الأولياء وطقوس القهوة والفخر بالنسب الشريف وقضية وحدة الوجود المنسوبة لابن عربي والتي أثارت الكثير من الجدل. كما قام المحققان بإضافة مقدمة نقدية باللغتين الإنجليزية والعربية وملحقًا يضم مطالع القصائد والمخطوطات التي وردت فيها، وسيجد دارسي الأدب العربي والتصوّف والتاريخ الفكري العثماني في هذا الكتاب ما يثير اهتمامهم.


pdf
RAPH-Religions045.pdf (19 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
RAPH Religions 45
ISBN 9782724708349
2021 IFAO

22 (400 EGP)

Écrire, initier et transmettre
Identité locale et tradition confrérique dans la Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, une confrérie soufie de Moyenne-Égypte (XIXe et XXe siècles)

La Ḥāfiẓiyya est une confrérie soufie de taille modeste, installée dans le sud du gouvernorat de Giza depuis le xixe siècle. Cette petite confrérie, affiliée à la Ḫalwatiyya,  confrérie plus ancienne et aujourd’hui l’une des plus importantes d’Égypte, contribue à l’organisation de la vie religieuse locale par ses pèlerinages et ses rassemblements. La famille de son cheikh fondateur, ʿAbd al-Ḥāfiẓ (m. 1303/1886), dirige toujours la confrérie et a acquis une notabilité locale, au point d’exercer des fonctions politiques et d’arbitrage importantes. 
Une étude de terrain a permis de montrer l’ancrage d’une mémoire collective dans des pratiques confrériques héritées de l’enseignement du cheikh et ses descendants, se réclamant elles-mêmes de la tradition de la Ḫalwatiyya. Un manuel de soufisme, la Hidāyat al-rāġibīn fī al-sayr wa-l-sulūk ilā malik al-mulūk rabb al-ʿālamīn [La Bonne direction pour ceux qui désirent cheminer vers le Roi des rois Seigneur des mondes], assume ce rôle de transmission écrite ; l’étude de la tradition orale révèle quant à elle le travail de la mémoire et la formation d’une identité confrérique locale et originale.
Faire l’histoire de la Ḥāfiẓiyya conduit à évoquer l’histoire sociale des campagnes égyptiennes et à comprendre comment s’articule l’identité locale d’une modeste confrérie de Moyenne-Égypte avec une tradition confrérique plus large et pluriséculaire.


pdf
MIFAO133.pdf (347 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale 133
ISBN 9782724708257
2016 IFAO
88 p.
39 (709 EGP)

La Chapelle d’Hathor. Temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari. II – Facade et salles hypostyles. Planches

La chapelle d’Hathor constitue l’un des trois sanctuaires divins érigés par Hatchepsout au sein de son temple funéraire de Deir el-Bahari. Au sein de ce monument, la nature féminine de la reine permet à Hatchepsout de nouer des liens uniques avec la déesse et de réaliser son destin funéraire de façon exceptionnelle : si Hatchepsout se place sous la protection divine d’Hathor, dans une perspective pharaonique traditionnelle, comme son fils Horus, le détenteur du pouvoir royal légitime, elle apparaît aussi comme la fille d’Hathor. Nourrie du lait vivifiant de la déesse qui est elle-même fille de Rê et son uraeus, la reine se dresse à son tour en uraeus solaire. Hatchepsout, en même temps roi et reine, tisse ainsi un complexe réseau théologique qui lui permet de devenir à la fois Horus, fils de Rê et disque solaire, et Hathor-Maât, uraeus au front de ce même disque. Le volume II présente la façade et les deux salles hypostyles en avant des sanctuaires. Ce fascicule de planches offre les photographies et dessins des scènes pariétales et des inscriptions sur les piliers, colonnes et architraves. Un livret de figures présente une sélection de photographies de détails. Un lien vers un PDF interactif est fourni afin de permettre au lecteur d’agrandir à volonté les planches. The Hathor shrine is one of the three divine shrines erected by Hatsheput in her mortuary temple of Deir-el-Bahari. In this monument, the queen’s feminine nature allows Hatshepsut to establish a unique relationship with the goddess and to complete her funerary destiny in an exceptional manner: if Hatshepsut places herself under Hathor’s divine protection in a traditional pharaonic perspective, as her son Horus, holder of the legitimate royal power, she also appears as the daughter of Hathor. Nourished by the invigorating milk of the goddess who is herself daughter of Re and his uraeus, the queen, in turn, raises as the solar uraeus. Hatshepsut, as both king and queen, weaves a complex theological network that allows her to become both Horus, son of Rê and sun disk, and Hathor-Maât, uraeus of this same disc. Volume II concerns the facade and the two hypostyle halls leading to the sanctuaries. It offers plates of photographs and drawings of all the preserved scenes and inscriptions. A booklet presents selected detailed photographs. A link enables the reader to download an interactive PDF and enlarge at will the plates.


pdf
MIFAO129.pdf (0 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale 129
ISBN 9782724708240
2016 IFAO
444 p.
66 (1200 EGP)

La chapelle d’Hathor - Temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari I.
Fasc 1 : Textes ; Fasc. 2 : Figures ; Fasc. 3 : Planches

La chapelle d’Hathor constitue l’un des trois sanctuaires divins érigés par Hatchepsout au sein de son temple funéraire de Deir el-Bahari. Au sein de ce monument, la nature féminine de la reine permet à Hatchepsout de nouer des liens uniques avec la déesse et de réaliser son destin funéraire de façon exceptionnelle : si Hatchepsout se place sous la protection divine d’Hathor, dans une perspective pharaonique traditionnelle, comme son fils Horus, le détenteur du pouvoir royal légitime, elle apparaît aussi comme la fille d’Hathor. Nourrie du lait vivifiant de la déesse qui est elle-même fille de Rê et son uræus, la reine se dresse à son tour en uræus solaire. Hatchepsout, en même temps roi et reine, tisse ainsi un complexe réseau théologique qui lui permet de devenir à la fois Horus, fils de Rê et disque solaire, et Hathor-Maât, uræus au front de ce même disque. Le volume I présente le vestibule, le sanctuaire de la barque et le sanctuaire. Il se divise en trois parties : un premier fascicule de Texte élabore une analyse permettant l’interprétation du monument, un second fascicule de Figures présente une sélection de photographies de détails et un troisième fascicule donne 67 Planches de photographies et dessins des scènes. Des études thématiques sur les représentations et mentions de rois, de dieux, de mobilier et d’offrandes, sans oublier les évocations de Senmout, complètent cette synthèse. Un DVD permet au lecteur d’agrandir à volonté les planches de photographies et de dessins des scènes. The Hathor shrine is one of the three divine shrines erected by Hatshepsut in her mortuary temple of Deir el-Bahari. In this monument, the queen’s feminine nature allows Hatshepsut to establish a unique relationship with the goddess and to complete her funerary destiny in an exceptional manner: if Hatshepsut places herself under Hathor’s divine protection in a traditional pharaonic perspective, as her son Horus, holder of the legitimate royal power, she also appears as the daughter of Hathor. Nourished by the invigorating milk of the goddess who is herself daughter of Re and his uræus, the queen, in turn, raises as the solar uræus. Hatshepsut, as both king and queen, weaves a complex theological network that allows her to become both Horus, son of Re and sun disc, and Hathor-Maât, uræus of this same disc. Volume I concerns the vestibule, the bark shrine and the sanctuary. It is divided into three parts : a first part, Text, provides an analysis and interpretation of the monument, while a second part, Figures, presents selected detailed photographs, and a third part offers 67 Plates of the scenes photographs and drawings. Thematic studies on representations of kings, gods, furniture and offerings, not to mention evocations of Senmout, complete this synthesis. A DVD enables the reader to enlarge at will the plates of the photographs and drawings of the scenes.


pdf
FIFAO087.pdf (191 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 87
ISBN 9782724708332
2021 IFAO

66 (1200 EGP)

Kôm el-Khilgan
La nécropole prédynastique

La nécropole prédynastique de Kôm el-Khilgan (Delta oriental) a fait l’objet de quatre campagnes de fouille, de 2002 à 2005, dans le cadre des chantiers de l’Ifao. Plusieurs sondages ont été réalisés qui ont permis de mettre au jour un ensemble funéraire du plus grand intérêt pour mieux comprendre les grands changements culturels qui se sont produits au IVe millénaire en Égypte. Deux cent trente-neuf tombes ont été fouillées, qui présentent clairement deux ensembles différents par leur mode d’inhumation et leur matériel funéraire. L’un relève des cultures de Basse Égypte et peut être daté de la première moitié du IVe millénaire, l’autre des cultures de Naqada (Haute Égypte),  qui occupe la seconde moitié du IVe millénaire jusqu’à l’émergence de l’État, vers 3000 avant notre ère.
Cet ouvrage comprend deux parties : le catalogue complet des tombes, décrites par les anthropologues qui les ont fouillées, et une synthèse qui se propose, en conclusion, de reconsidérer, à la lumière des observations faites à Kôm el-Khilgan, le phénomène aujourd’hui très discuté de « l’expansion naqadienne ». 

The predynastic necropolis of Kom el-Khilgan (Eastern Delta) was the subject of four excavation campaigns from 2002 to 2004 carried out within the framework of the IFAO. Several test-pits were conducted which uncovered a funeral complex of great interest for a better understanding  of major cultural changes that occurred in Egypt during the fourth millennium. Two hundred and thirty nine tombs were excavated, which can clearly be allocated to two distinct groups differentiating by their burial practice and funeral equipment. The first belongs to the Lower Egyptian Culture and can be dated to the first half of the 4th millennium, the second to the Naqada Culture (Upper Egypt), which occupied the second half of the 4th millennium to the emergence of the State about 3000 BC.
This book is divided into two parts: the complete catalogue of the tombs, described by the anthropologists who excavated them, and a synthesis that proposes in conclusion to reconsider in the light of the observations made at Kom el-Khilgan, the question of the “Naqadian expansion”, which is nowadays much discussed. 


pdf
FIFAO086.pdf (26 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 86
ISBN 9782724708264
2021 IFAO

34 (618 EGP)

Balat XII
The Sheikh Muftah site

Au nord des enceintes pharaoniques d’Ayn Asil à Balat, sur le bord oriental de l’oasis de Dakhla, la mission archéologique de l’Institut français d’archéologie orientale a mis au jour un site étendu, datant de la IVe dynastie (ca. 2600 BC), composé de différents campements individuels. Ces campements n’étaient pas des campements de longue durée, mais ils furent occupés de manière régulière et soutenue. Il semble qu’ils aient servi de camps de résidence temporaire pour une partie de la population indigène (pas encore totalement sédentarisée) de l’oasis, le groupe dit « Sheikh Moftah tardif ». On sait peu de choses sur ce groupe, mais les travaux à Balat ont révélé pour la première fois une séquence stratigraphique bien préservée et des structures d’habitation, jusque-là inconnues pour ce groupe. Les études rassemblées dans ce livre consistent en l’analyse des structures, la présentation de la culture matérielle et l’exposé des résultats des analyses archéométriques. Les données recueillies fournissent des informations sur les travaux artisanaux, la production de nourriture et les conditions de vie à Balat. Elles apportent une contribution précieuse aux discussions scientifiques sur les moyens de subsistance et la mobilité des communautés non permanentes dans le désert occidental. Les archéologues peuvent ainsi se faire une idée de la vie du groupe Sheikh Moftah et, de manière plus générale, de la vie quotidienne dans un campement au sein de l’oasis. La datation de cette occupation du site au début de l’Ancien Empire correspond à une période pour laquelle les données archéologiques rendent de plus en plus évidente la présence égyptienne pharaonique dans l’oasis. Les contacts sont certains entre la communauté Sheikh Moftah à Balat et la population égyptienne pharaonique, à la fois dans Vallée du Nil et dans l’oasis, et permettent de nourrir la discussion sur les échanges transculturels et les processus d’assimilation dans l’oasis.

In the area of Balat in the eastern Dakhla Oasis the archaeological mission of the Institut français d’archéologie orientale has uncovered a large area consisting of various camps dating from the early 4th Dynasty (ca. 2600 BC), which were briefly but intensively occupied. These are understood to have served as residential base camps for some of the indigenous (and not yet fully sedentary) population of the oasis, the so-called Late Sheikh Muftah group. Little is known about this rather enigmatic group, but the excavations at Balat have revealed for the first time a well-preserved intra-site stratigraphy with hitherto unknown dwelling features for Sheikh Muftah contexts. The data gathered here is based on analysis of the features, the material culture and in-depth scientific studies. The new evidence offers not only hints about local crafts, food production and environmental conditions in Balat, but also represents a new contribution to ongoing discussions on subsistence and patterns of mobility of non-sedentary groups in the Western Desert. This has given archaeologists a glimpse of the lifestyle of the Sheikh Muftah group, and also, for the first time, shone a spotlight on daily life in a camp site in the oasis depression. The date of this occupation in the Early Old Kingdom falls into a period when Egyptian Pharaonic presence was just beginning to be evident in archaeological data. Cross-cultural contacts between the Balat Sheikh Muftah community and the Egyptian Pharaonic population, both within the oasis and into the Nile Valley are also in evidence and contribute to the discussions on transcultural exchange and assimilation processes in the oasis.


pdf
FIFAO085.pdf (20 Mb)
Version pdf de l’ouvrage :
Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 85
ISBN 9782724708226
2020 IFAO
254 p.
31 (564 EGP)

Ports and Fortifications in the Muslim World
Coastal Military Architecture from the Arab Conquest to the Ottoman Period

Le port occupe une place importante dans l’imaginaire musulman. D’un point de vue économique, les ports sont des maillons essentiels des circuits commerciaux et constituent des sources de profits conséquents. Socialement, les ports sont des lieux de voyage, de pèlerinages et d’échanges entre civilisations. Politiquement, les ports sont des lieux stratégiques, frontières et points de conquête entre la mer et la terre. Les fortifications portuaires sont un symbole de prestige pour une cité, la muraille affirmant la richesse des habitants et la citadelle la puissance des dirigeants. La compréhension de la militarisation d’un port implique de distinguer ce qui relève de la volonté d’assurer la défense d’un territoire et ce qui tient à l’ambition d’exercer un contrôle sur les biens et les hommes. Les fortifications jouent un rôle actif dans la régulation et le contrôle de l’économie avec des murailles et des portes permettant aux douanes de taxer les produits échangés. L’étude de l’architecture militaire en milieu littoral permet de mieux comprendre la relation entre les Musulmans et la mer sur la longue durée depuis la Conquête arabe jusqu’à l’Empire ottoman, et de la mer Méditerranée jusqu’à l’océan Indien.

This work, stem from a doctoral dissertation, aims at demonstrating that referring to birth and its practical modalities is an essential aspect of Ancient Egypt’s funerary beliefs. From the Pyramid Texts to the books of the afterlife in the New Kingdom, funerary writings of Egypt are full of allusions to post mortem fate viewed as a second birth, which imitates more or less precisely the biological process of the first. Be he king or an ordinary man, the dead is carried in gestation by one or several divine mothers and is born again in the afterworld;  there,  his umbilical cord is cut, he is washed, fed and cared for like a newborn child. Numerous mythical elements join the purely practical ones, thus reinventing the biological model and showing the intermingling of both the worldly and the cosmic levels. Thanks to this cyclic process, not only does the deceased access the hereafter, but he is also eternally alive there.