Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.

Fichiers à télécharger


Les articles des volumes suivants sont vendus sous forme de PDF à télécharger: Bifao et AnIsl : numéros après la barrière mobile; BiEtud: numéros 110, 120, 138, 140, 165 (gratuit), EtudUrb: 9.



Vignette
IF1159, ISBN 9782724707151
2019 IFAO
Collection: BiEtud 170
1 vol., 508 p.
65 (1300 EGP)
• Lire le sommaire

La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe siècle). II- Questions transversales

Le programme collectif sur la Vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (ive-xe siècle) trouve avec le présent ouvrage son achèvement. Un premier volume avait exposé, par régions géographiques, la variété des sources permettant d’étudier le quotidien des moines des premiers siècles. Dans un second colloque tenu à Paris en 2011, une perspective comparatiste fut appliquée à six thèmes transversaux : le paysage monastique, le corps du moine, la prière, les sociologies monastiques, l’économie productive, la fixation et la diffusion de la norme. Vingt-deux articles interrogent ici ces réalités communes aux moines égyptiens, nubiens, syro-palestiniens, byzantins, nord-africains, wisigothiques, italiens, francs et germaniques, anglo-saxons ou irlandais.

Si la démarche a su varier les angles d’approche, l’ambition d’embrasser toutes les formes de la vie monastique a été maintenue. Elle a permis de saisir le monachisme comme un phénomène non pas unique, mais façonné au contact d’environnements différents. Aussi le quotidien des moines, aux traits souvent répétitifs et peu saillants, illustre-t-il, comme en miroir, l’histoire des sociétés où ils se sont inscrits dans le temps.

————◆————

With this book, the joint research programme Everyday Life in Eastern and Western Monasticisms (4th-10th century AD) reaches its end. A first volume presented the variety of sources to study daily monastic life for the first centuries, in geographical order. During a second colloquium held in Paris in 2011, a comparative perspective was applied to six transversal topics: monastic landscape, the monk’s body, prayer, sociologies, productive economy, creation and dissemination of monastic rules. The present volume gathers twenty-two articles questioning these issues common to Egyptian, Nubian, Syro-Palestinian, Byzantine, North African, Visigothic, Italian, Frankish and Germanic, Anglo-Saxon or Irish monks. Although the approaches are manyfold, we have maintained our ambition to consider all forms of monastic life. Therefore, it was possible to grasp monasticism as a diverse phenomenon, which has been shaped by various environments. If daily monastic life is repetitive and does not always present salient features, it nonetheless mirrors the history of societies within which monks have settled down.


Les auteurs
  • Olivier Delouis (IdRef : 101881452)
    Ancien membre de l’École française d’Athènes, il est chargé de recherche au CNRS (UMR 8167 Orient et Méditerranée, Paris). Spécialiste du monachisme byzantin, il dirige la Revue des études byzantines.
  • Maria Mossakowska-Gaubert (IdRef : 187403511)
    Ancien membre scientifique à titre étranger de l’IFAO, à présent chercheur à l'Université de Copenhague (bourse européenne de Marie Skłodowska-Curie). Spécialiste de la culture matérielle et du monachisme de l'époque antique tardive en Égypte.
Vignette
IF1088, ISBN 9782724706437
2019 IFAO
Collection: TAEI 54
1 vol., 588 p.
69 (1380 EGP)
• Lire le sommaire

Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe siècle)

Dans cet ouvrage résolument pluridisciplinaire, qui associe des historiens et des archéologues européens, américains et arabes, la guerre et la paix sont envisagées comme un couple indissociable, en interactivité permanente. Les travaux ici réunis montrent que cette interactivité est particulièrement prégnante dans le Proche-Orient arabe et musulman des xe - xvie siècles, où une classe de guerriers non arabes crée de nouveaux régimes politiques marqués par une forte militarisation du pouvoir. Ces guerriers font de la guerre et de la paix des outils de gestion des hommes et des territoires, qu’ils utilisent selon leur bon gré, toujours afin de promouvoir et pérenniser leur pouvoir.

Pourtant, l’activité de ces guerriers ne se limite pas au champ militaire. Les contributions réunies dans ce livre permettent de réfuter l’idée, encore trop souvent mise en avant par les spécialistes du Proche-Orient arabe et musulman, selon laquelle ils forment une caste complètement déconnectée des autres groupes sociaux. Certes, ils constituent bien un groupe social singulier, qui prend en charge la lutte contre les Croisés et les Mongols, dont les attaques semblent, un temps, menacer l’existence même du Dār al-islām. Mais les guerriers ne sont pas isolés des autres groupes sociaux, avec lesquels ils partagent bien des valeurs et des pratiques culturelles. Leur activité est multiforme. Elle ne se limite pas au champ politique et militaire : ils investissent aussi les champs religieux, économique et culturel. Progressivement, avec le soutien des élites civiles et religieuses sur lesquelles ils s’appuient pour gouverner et auxquelles ils se mêlent, ils modèlent en profondeur les sociétés qu’ils dominent, dont il apparaît, à la lecture de ce livre, qu’elles ne sont pas socialement segmentées ni cloisonnées.

————◆————

War and peace are deemed as inseparable and in pertinent interactivity in this multidisciplinary work, which brings together European, American and Arab historians and archaeologists. The papers published in this book show that this interactivity was particularly salient in the Arab and Muslim Middle East of the 10th-16th centuries, where a class of non-Arab warriors created new political regimes characterized by a strong militarization of power. These warriors used war and peace as means to manage territories and men in order to consolidate and entrench their power.

However, the activity of these warriors was not restricted to the military field. The papers collected in this book refute the idea, often still put forward by the specialists of the Arab and Muslim Middle East, that they formed a caste wholly detached from other social groups. Admittedly, they make up a singular body that takes charge of the fight against the Crusaders, who threatened Dār al-islām. Nevertheless, these warriors were not secluded from other social groups, with whom they share cultural values and practices. Their activity was multifaceted and not only limited to the political and military field. They were also involved in religious, economic and cultural activity. They gradually shaped the societies that they ruled with the support of the civil and religious elites on whom they relied to govern. This book shows that medieval Middle Eastern societies were neither socially segmented nor compartmentalized.


Les auteurs
  • Mathieu Eychenne (IdRef : 123295297)
    Mathieu Eychenne est maître de conférences en histoire de l’Islam médiéval à l’Université Paris Diderot–Université de Paris. Historien et arabisant, docteur de l’Université Aix-Marseille (2007), sa thèse a été publiée sous le titre Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk (milieu XIIIe-fin XIVe s.) (Presses de l’Ifpo, 2013). Il a ensuite poursuivi ses recherches dans différentes institutions françaises et étrangères, notamment comme chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (2008-2013). Ses travaux portent sur l’histoire sociale, économique et environnementale du Proche-Orient médiéval (XIIe-XVIe s.).
  • Stéphane Pradines (IdRef : 060719532)
    Stéphane Pradines est archéologue et Professeur d’art et d’architecture islamique à l’Université Aga Khan, Institut pour l’étude des civilisations musulmanes à Londres. Il a dirigé de nombreuses fouilles archéologiques dont les prestigieuses fouilles des murailles du Caire et d’autres fouilles dans l’océan Indien et en Afrique orientale. Il est spécialiste du commerce médiéval dans l’océan Indien, de l’islamisation en Afrique subsaharienne et des cultures matérielles de guerre en Afrique musulmane.
  • Abbès Zouache (IdRef : 088010481)
    Abbès Zouache est chercheur au CNRS, directeur du Centre français d'archéologie et de sciences sociales (Sanaa et Koweït City). Historien, arabisant, il est spécialiste de la guerre dans l'Orient médiéval, qu'il envisage comme un phénomène social et culturel. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles.
Vignette
IF1172, ISBN 9782724707267
2019 IFAO
Collection: MIFAO 141
1 vol., 352 p.
49 (980 EGP)
• Lire le sommaire

La vaisselle en pierre des reines de Pépy Ier

Dans le cimetière de la famille du roi Pépy Ier de la VIe dynastie (c. 2330-2280), la mission archéologique franco-suisse de Saqqâra (MafS) a mis au jour huit complexes pyramidaux de reines de la fin de l’Ancien Empire. Cette publication présente une étude et un catalogue d’une partie du mobilier livré par ces tombeaux : la vaisselle en pierre – généralement fragmentaire et parfois inscrite, comme celle de la reine mère Ânkhnespépy II –, les séries de modèles – vases factices à fonction symbolique –, les boîtes simulacres d’offrandes alimentaires, ainsi que d’autres objets d’équipement funéraire. Les pierres rencontrées sont majoritairement la calcite (ou travertin, ou albâtre égyptien), le gneiss, la grauwacke, le calcaire.

Une grande variété de formes apparaît, dont de grandes jarres inscrites, des coupes raffinées, des formes bien répertoriées à la VIe dynastie et des vases beaucoup plus anciens que la VIe dynastie. Les modèles révèlent une permanence des formes par rapport à celles des périodes précédentes, et c’est dans le matériel des reines de Pépy Ier que les boîtes d’offrandes alimentaires de taille réelle, certaines en calcite, apparaissent pour la première fois dans un équipement royal.

————◆————

In the cemetery of the family of King Pepy I of the 6th Dynasty (c. 2330-2280), the French-Swiss archaelogical Mission of Saqqâra (MafS) has uncovered eight pyramidal complexes of queens from the end of the Old Kingdom. This publication presents a study and a catalog of some of the material delivered by these tombs, including stone vessels – usually fragmentary and sometimes inscribed, such as that of the queen mother Ankhnespepy II –, series of models – dummy vases with symbolic function –, containers for food offerings, as well as other items of funeral equipment. The stones encountered are mainly calcite (or travertine, or Egyptian alabaster), gneiss, greywacke, limestone.

A wide variety of shapes appears, including large inscribed jars, refined cups, shapes well attested in the 6th dynasty and vases much older than the 6th dynasty. The models reveal a permanence of the shapes compared to those of the previous periods, and it is in the material of the queens of Pepy I that the cases of food offerings of real size, some in calcite, appear for the first time in a royal equipment.


L’auteur
  • Anne Minault-Gout (IdRef : 031714056)
    Pendant de longues années en charge des Archives scientifiques de l’Ifao, elle a rejoint en 2000 l’UMR 8167 du CNRS, Orient & Méditerranée, Paris. Elle est membre de la Mission archéologique franco-suisse de Saqqara depuis 2000 et est rattachée au Centre de recherches égyptologiques de la Sorbonne. Elle a mené des fouilles au Soudan (notamment à Saï avec J. Vercoutter), à Balat avec l’Ifao sur le mastaba II, à Tell Abyad (Nord-Sinaï), et a publié des monographies et des articles concernant ces sites. Elle collabore également aux travaux de Karnak et de Doukki Gel.
Vignette
IF1179, ISBN 9782724707359
2019 IFAO
Collection: FIFAO 81
1 vol., 304 p.
45 (900 EGP)
• Lire le sommaire
• Lire le corrigendum

Ostraca de Krokodilô II
La correspondance privée et les réseaux personnels de Philoklès, Apollôs et Ischyras

Le fort de Krokodilô, fouillé en 1996 et 1997 par la Mission française du désert Oriental, est situé sur la route reliant Coptos, dans la Vallée du Nil, à Myos Hormos, sur la mer Rouge. Son dépotoir, formé sous les règnes de Trajan et Hadrien, a livré plus de 800 ostraca, dont 189 sont publiés dans ce volume.

Après un premier volume des Ostraca de Krokodilô consacré à la correspondance militaire, le présent ouvrage s’intéresse à la correspondance privée que s’échangeaient les habitants de Krokodilô et des forts voisins, Phoinikôn et Persou.

Les lettres ont été rédigées par trois personnalités très différentes : Philoklès, le vivandier et proxénète, joue un rôle central dans l’approvisionnement des habitants des fortins du désert, et dans le commerce de prostituées, dont il s’est fait une spécialité ; Ischyras, le carrier, est une connaissance de Philoklès, ses lettres regorgent de manifestations d’amitié tout en livrant quelques confidences peu amènes, indices de rapports humains parfois brutaux ; Apollôs enfin, en plus d’être semble-t-il un soldat, assure le rôle de scribe au sein d’un groupe dont les préoccupations concernent presque uniquement le ravitaillement.

La richesse de ce corpus permet de reconstituer la vie des petites sociétés peuplant les garnisons du désert au début du iie s. apr. J.-C., et de mettre en lumière la vigueur des réseaux qui liaient les quelque 200 personnages qui apparaissent dans les ostraca. On y découvre l’importance des liens de solidarité dans un milieu hostile et la place essentielle des civils, notamment des femmes, dans la vie des fortins.

————◆————

The fort of Krokodilo on the road from Coptos to Myos Hormos was excavated in 1996-97 by the French mission in the Eastern desert. Its rubbish-dump was formed during the reigns of Trajan and Hadrian, and produced over 800 ostraca, 189 of which are published in this volume.

While the first volume of Ostraca de Krokodilô concerns military correspondence, this second volume contains private letters exchanged between the inhabitants of Krokodilo and the neighbouring forts, Phoinikon and Persou.

The letters were written by three very different characters: Philokles, a green-grocer and pimp, plays a central role in supplying vegetables to the inhabitants of the desert forts and also organises the prostitution; Ischyras, a quarry-man, is an acquaintance of Philokles and his letters are full of declarations of friendship, but also contain some harsh remarks which demonstrate the brutality of certain human relationships; Apollos is probably a soldier, but also functions as a letter-writer for a group of people who are mostly concerned with their provisions of food.

This rich corpus gives us a glimpse of the daily life in a society of some 200 people who lived in the desert garrisons at the beginning of the 2nd century AD, and who appear in the ostraca. We are able to witness the importance of solidarity in this hostile environment and the important role of civilians, not least the women, in the life around the forts.


Les auteurs
  • Adam Bülow-Jacobsen (IdRef : 026650835)
    PhD (Londin),ancien professeur de papyrologie à l’université de Copenhague, bénévole de l’Institut de papyrologie de la Sorbonne. Participant à de nombreuses fouilles de carrières et praesidia dans le désert oriental d’Égypte.
  • Jean-Luc Fournet (IdRef : 066974054)
    Ancien membre scientifique de l'IFAO (1992-1996) avant d'entrer au CNRS comme chargé de recherche, puis à l’École Pratique des Hautes Études comme directeur d’études en papyrologie grecque (Section des sciences historiques et philologiques). Il a été élu professeur au Collège de France sur la chaire « Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine » en 2015. Depuis 2017, il est aussi directeur d’études cumulant à l’École Pratique des Hautes Études. Éditeur de papyrus, il est aussi spécialiste de la culture écrite de l’époque protobyzantine.
  • Bérangère Redon (IdRef : 140353542)
    Historienne et archéologue, spécialiste des présences étrangères (grecque et romaine) dans les régions de marge de l’Égypte, elle est chargée de recherche au CNRS (HiSoMA, Lyon). Elle a rejoint la mission française du désert Oriental en 2010 et l’a dirigée de 2013 à 2017. Elle conduit actuellement le projet ERC "Desert Networks: Into the Eastern Desert of Egypt from the New Kingdom to the Roman period"
Vignette
IF1189, ISBN 9782724707458
2019 IFAO
Collection: BiGen 56
1 vol., 176 p.
19 (380 EGP)
• Lire le sommaire
Études de documents hiératiques inédits
Les ostraca de Deir el-Medina en regard des productions de la Vallée des Rois et du Ramesseum. Travaux de la première Académie hiératique – Ifao (27 septembre – 1er octobre 2015).

L’Académie hiératique, fondée en 2015, entend former annuellement de jeunes chercheurs à l’édition des textes hiératiques. Elle s’appuie sur le fonds des ostraca littéraires de Deir el-Medina conservés à l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) du Caire, dans lequel des pièces inédites sont sélectionnées en vue de leur étude et de leur publication par les étudiants. Chaque année, un thème spécifique est choisi, qui devient le fil conducteur du travail conduit durant l’atelier de formation.

Ce volume rassemble les contributions des 6 participants de la première académie hiératique, qui s’est tenue à l’Ifao du 27 septembre au 1er octobre 2015. Centré autour du titre Ṯȝy-ḫw, « flabellifère », il permet d’aborder les rapports entre Deir el-Medina et les autres centres de production de textes hiératiques littéraires de la rive gauche de Thèbes au Nouvel Empire. Ces contributions sont introduites par les articles de Chr. Barbotin, d’A. Dorn et de St. Polis, experts invités pour encadrer les élèves lors cette première session de l’académie. Ils y livrent les résultats de leurs travaux sur des documents hiératiques inédits utilisés comme support méthodologique durant la formation.

————◆————

The Académie hiératique, created in 2015, was set up to train young researchers in the publication of hieratic texts. Based on the literary ostraca fund of Deir el-Medina kept at the IFAO (Institut français d’archéologie orientale), in Cairo, some unpublished texts of which were selected to be studied and published by the students.

Each year a specific theme is chosen which becomes the connecting thread of work to be carried out by this workshop.

This volume assembles the contributions of the 6 participants of the first Académie hiératique held at the IFAO from September 27th to October 1st, 2015.

Keeping in view the title Ṯȝy-ḫw (« fan bearer »), it allows an approach of relationships between Deir el-Medina and the other centres on the left bank of Thebes in the New Kingdom where literary texts were produced and found. The introduction to these contributions combines articles by Chr. Barbotin, A. Dorn and St. Polis, who were all three invited as experts to coach the students during the first session of the Academy. These contributions present the results of their work on the unpublished hieratic documents used as a methological support throughout the training.


Les auteurs
  • Florence Albert (IdRef : 145084876)
    Membre scientifique de l’Ifao, travaille sur l’édition de textes littéraires et funéraires. Elle est responsable avec Annie Gasse du programme de publication des ostraca littéraires de Deir el-Medina conservés à l’Ifao au sein duquel s’inscrit l’Académie hiératique.
  • Annie Gasse (IdRef : 026883260)
    Directeur de recherche au CNRS (Montpellier, UMR 5140, ASM), auteur de plusieurs publications consacrées aux ostraca littéraires de Deir el-Medina conservés à l’Ifao. Avec Florence Albert, elle a fondé l’Académie hiératique en 2015.

Vous pouvez acquérir ce(s) fichier(s) PDF issu(s) de cet ouvrage en cliquant sur le titre puis 'Ajouter au panier'.

You can buy theses PDF files extracted from this book by clicking on the title then 'Add to cart'.

    Florence Albert, Annie Gassep. 1-16919 €
    Études de documents hiératiques inéditsBiGen056.pdf
Vignette
IF1197, ISBN 9782724707526
2019 IFAO
Collection: MIDEO 34
1 vol., 420 p.
39 (780 EGP)
• Lire le sommaire
• Lire en ligne

MIDEO 34
Le ḥadīṯ comme autorité du savoir

La canonisation du ḥadīṯ n’a pas été sans conflits théologiques : entre les coranistes, les traditionnistes, les rationalistes, la question posée est toujours celle de l’autorité du savoir. Comment l’autorité du ḥadīṯ s’est-elle construite et comment la science du ḥadīṯ a-t-elle pu être transmise et donner lieu, au sein des écoles de fiqh et des différents courants de l’islam (kalām, philosophie, etc.), non seulement à une pluralité d’interprétations mais aussi à l’élaboration d’un cadre épistémologique ? Le dossier de ce Midéo cherche à comprendre la source de l’autorité du ḥadīṯ au sens de souveraineté intellectuelle, à saisir la réalité de cette autorité en tant que « texte » (matn), à questionner l’étendue des champs du savoir dans lesquels le ḥadīṯ fait autorité.

Le contenu du volume est disponible sur OpenEdition, en accès libre :

https://journals.openedition.org/mideo/2606

————◆————

The canonization of Ḥadīṯ has not been without theological conflicts: between the Qurʾānic scholars, the traditionalists, and the rationalists, the question raised is always that of the authority of knowledge. How has the authority of Ḥadīṯ been built and how has the science of Ḥadīṯ been transmitted and gave birth, within the schools of Fiqh and the various currents of Islam (kalām, philosophy, etc.), not only to a plurality of interpretations but also to the elaboration of an epistemological framework? The theme of this issue of Midéo seeks to understand the source of the authority of Ḥadīṯ understood as an intellectual sovereignty, to grasp the reality of its authority as « text » (matn), and to question the extent of the fields of knowledge in which Ḥadīṯ is authoritative.

You can have an Open Access of the content on OpenEdition :

https://journals.openedition.org/mideo/2606

————◆————

لم يتمّ تكريس الحديث النبويّ كمرجعيّة دون صراعاتٍ دينيّة بين علماء القرآن وأهل الحديث وأهل العقل. والسؤال المطروح دائمًا هو عن مصدر السلطة المعرفيّة؟ كيف نشأتْ مرجعيّة الحديث النبويّ وكيف أنّه من خلال المدارس الفقهيّة والتيارات المختلفة في الإسلام مثل علم الكلام والفلسفة إلخ… انتقل علم الحديث، وكيف أدّى ليس إلى تعدّديّةٍ في التفسير فحسب بل أيضًا إلى صياغة إطارٍ معرفيّ جديد؟ يهدف هذا العدد من مجلّة معهد الدراسات الشرقية للآباء الدومينيكان إلى فهم مرجعيّة الحديث النبويّ كسلطةٍ فكريّة وكذلك إلى فهم حقيقة سلطة الحديث كـ«نصّ» (المتن)، ويهدف كذلك إلى التساؤل حول مساحة المجالات المعرفيّة الّتي يعمل فيها الحديثُ النبويُّ كسلطةٍ مرجعيّة.


L’auteur
  • Emmanuel Pisani (IdRef : 167138731)
    Directeur de l’Institut de science et de théologie des religions de Paris, il est membre de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA7403) et directeur du laboratoire de recherche « Islam et Altérité ». Emmanuel Pisani est membre du Conseil d’orientation de la Fondation de l’Islam de France et conseiller scientifique de la Plateforme universitaire de la recherche sur l’Islam en Europe et au Liban (PLURIEL). Il a reçu en 2016 le Prix Muhammad Arkoun organisé par l’IISMM et le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans, pour sa thèse Hétérodoxes et non-musulmans dans la pensée d’al-Gazali.
Vignette
IF1198, ISBN 9782724707533
2019 IFAO
Collection: BCAI 33
1 vol., 105 p.
gratuit - free of charge
• Lire le sommaire
• Lire en ligne
Bulletin critique des Annales islamologiques 33

Le Bulletin critique des Annales islamologiques (BCAI) vise à rendre compte de toute publication intéressant les études arabes et islamiques dans les divers domaines : langue et littérature arabes ; islamologie ; philosophie ; histoire ; histoire des sciences et des techniques ; anthropologie et sciences sociales ; arts et archéologie. Le BCAI est conçu et préparé par l’équipe Islam médiéval de l’UMR 8167 Orient Méditerranée du Cnrs. Il est mis en page et mis en ligne par l’Ifao.

————◆————

The Bulletin critique des Annales islamologiques takes into account all publications of interest to Arab and Islamic studies in a variety of domains: Arabic language and literature; Islamic studies; philosophy; history; history of science and technology; anthropology and social sciences; arts and archaeology. It is edited by the team of Islam médiéval (UMR 8167 Orient Méditerranée - Cnrs) and published on line by IFAO.


L’auteur
  • Agnès Charpentier (IdRef : 058871713)
    Ingénieure au CNRS (UMR 8167), spécialiste de l’histoire et de l’architecture de l’Islam d’Occident, elle travaille depuis 2008 sur l’aménagement, l’histoire et l’architecture de l’ouest algérien et les liens avec les autres émirats d’Occident. Agnès Charpentier assure depuis 2019 la direction du Bulletin critique des Annales islamologiques.
Vignette
IF1188, ISBN 9782724707441
2019 IFAO
Collection: BiGen 55
1 vol., 204 p.
34 (680 EGP)
• Lire le sommaire

Le temple de Ptah à Karnak III
La Favissa

En décembre 2014, les fouilles entreprises à proximité du temple de Ptah à Karnak ont mis au jour une favissa, à savoir une fosse comblée d’objets, creusée à quelques mètres à l’arrière du sanctuaire de la divinité. La fosse contenait trente-huit objets mobiliers, statues, statuettes et éléments d’appliques statuaires, en calcaire, grauwacke, alliage cuivreux et fritte égyptienne, parfois recouverts d’or. La visualisation et l’analyse du comblement de la favissa ont été rendues possibles grâce à l’apport des méthodes modernes de relevés photogrammétriques et de modélisation 3D. Creusée à la fin de l’époque ptolémaïque, la fosse a servi à abriter une statue « déclassée » du dieu Ptah datant du Nouvel Empire, entourée d’éléments mobiliers et de nombreux bronzes osiriens, la plupart des objets remontant à la Troisième Période intermédiaire et à la Basse Époque (XXVe et XXVIe dynasties notamment). L’analyse et l’interprétation du comblement conduisent, dans cet ouvrage, à s’intéresser aux caches sacrées égyptiennes dans leur ensemble et à envisager le présent dépôt comme le témoignage de l’inhumation d’une statue du dieu Ptah dans le cadre de rituels osiriens.

————◆————

In December 2014, excavation near the temple of Ptah in Karnak uncovered a favissa –a pit filled with objects– dug a few meters behind the shrine of the god. The pit contained thirty-eight objects, statues, statuettes and statuary elements, in limestone, greywacke, copper alloy and Egyptian frit, sometimes gilded. The visualization and analysis of the favissa filling has been made possible by the use of modern photogrammetric survey, and 3D modeling methods. Dug at the end of the Ptolemaic Period, the pit housed a New Kingdom broken statue of the god Ptah, surrounded by religious artefacts and many Osirian bronzes, most of the objects dating back to the Third Intermediate Period and the Late Period (especially 25th and 26th Dynasties). The analysis and the interpretation of the data lead, in this volume, to look at the Egyptian sacred caches as a whole, and to consider the present deposit as a testimony of the burial of a statue of the god Ptah in an Osirian ritual context.

————◆————

في ديسمبـر 2014، كشفت أعمال الحفائر بمحيط معبد بتاح عن خبيئة ‐ عبارة عن حفرة مُلئت بلقى ‐ حُفرت على بعد أمتــار قليلة خلف مقصورة الإله، وتحوي هذه الحفــرة عدد 38 من اللقى المتنوعة: تماثيل مختلفة الأحجام وعناصر من تماثيل من الحجر الجيري ومن حجر الجريواك وسبائك النحاس بالإضافة إلى الفيانس المصري وفي بعض الأحيان تكون هذه اللقى مذهبة.

لقد أصبح من الممكن تصور وتحليل هذه الخبيئة باستخدام المسح التصويري الحديث والنماذج ثلاثية الأبعاد. حفرت هذه الخبيئة في نهاية العصر البطلمي، وحوت على تمثال مكسور للإله بتاح من عصر الدولة الحديثة أحيط بعدد من اللقى الأثرية وكثير من التماثيل البرونزية الأوزيرية، ومعظم هذه اللقى يؤرخ لها بعصر الانتقال الثالث والعصر المتأخر(خاصة الأسرتين 25 و26).

إن تحليل وتفسير البيانات في هذا الكتاب يرشدنا إلى الأخذ بعين الاعتبار الخبايا المصرية المقدسة ككل واعتبار المحتوى الحالي كدليل على دفن تمثال الإله بتاح في سياق الطقوس الأوزيرية.


Les auteurs
  • Guillaume Charloux (IdRef : 109153634)
    Guillaume Charloux, docteur en archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, diplômé de l’École du Louvre et de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, est actuellement ingénieur de recherche au CNRS (UMR 8167, Orient & Méditerranée, Paris). Il dirige depuis 2010 la mission archéologique et épigraphique Oasis de l’Arabie déserte, regroupant plusieurs sites majeurs d'Arabie : al-Bad', Camel Site, Dûmat al-Jandal, Kharj et Najrân. Il coordonne également plusieurs projets de recherche à Karnak (Égypte), auprès du CFEETK (USR 3172 du CNRS - CSA), notamment la fouille du temple de Ptah en collaboration avec Christophe Thiers (CNRS, UMR5140), et la publication des fouilles archéologiques 1975-1977 de la cour du Xe pylône avec Raphaël Angevin (Ministère de la culture, UMR 7041, Arscan).
  • Christophe Thiers (IdRef : 073982857)
    Ancien membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, directeur de recherche au CNRS, Christophe Thiers a dirigé l’USR 3172-Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak de 2008 à 2018, et a depuis rejoint l’UMR 5140-Archéologie des sociétés méditerranéennes (univ. Montpellier 3). Il oriente ses recherches sur les théologies thébaines tardives, en lien particulier avec les missions archéologiques et épigraphiques entreprises dans les temples de Karnak, Tôd et Ermant, et étudie la documentation hiéroglyphique « officielle » de l’époque ptolémaïque.
Vignette
IF1153, ISBN 9782724707090
2019 IFAO
Collection: MIFAO 137
2 vol., 496 p.
69 (1380 EGP)
• Lire le sommaire

Le temple funéraire du roi Pépy Ier

Le présent ouvrage concerne le temple haut du complexe funéraire de Pépy Ier, troisième souverain de la VIe dynastie. Il s’inscrit dans la continuité des publications portant sur la pyramide de Pépy Ier : textes, traduction de textes, architecture, marques sur pierres de construction. Il présente le projet du tombeau royal et l’arrivée de la chaussée qui y conduit, l’aspect extérieur et les deux parties du temple : l’avant-temple et le temple intime. La petite pyramide est également présentée à travers son architecture et sa fonction. Les lieux de culte, les circulations, les détails des blocs de bas-reliefs sont étudiés. De nombreuses hypothèses de restitutions sont proposées, tant pour l’architecture que pour les bas-reliefs et leur emplacement sur les parois. Enfin, les modifications du monument sous Mérenrê Ier sont envisagées, complétées par un essai de synthèse entre fonction et décors.

Un dernier volume, collectif, sera consacré à l’histoire du temple : de son incendie à l’extrême fin de l’Ancien Empire, sa restauration au Moyen Empire, sa ruine au Nouvel Empire, qui voit sa transformation en un modeste cimetière collectif, jusqu’à la retaille de ses blocs à la période copte, et son dépeçage sous les mamelouks.

————◆————

The present volume concerns the pyramid temple of the mortuary complex of Pepy I, third King of the 6th Dynasty. It belongs to the series of publications concerning the pyramid of Pepy I: the texts, the translation of the texts, the architecture and stone marks. It includes the project for the royal tomb, the arrival of his causeway, the exteriors, the two parts of the temple: the fore-temple and the cult-temple. It presents the small tails of the decoration blocks. Many hypotheses for restitutions are proposed, both for the architecture and the reliefs and their original location on the walls. Finally, modifications to the monument under Merenre I and an essay of synthesis between function and decoration are envisaged.

A final collective volume will be devoted to the tomb’s history, its burning at the extreme end of the Old Kingdom, its restoration during the Middle Kingdom, its ruin at the New Kingdom when it was turned in to a modest collective cemetery, up to the reuse of its blocks during the Coptic period and its use as a quarry under the Mamluks.


L’auteur
  • Audran Labrousse (IdRef : 028309626)
    Audran Labrousse, directeur de recherche honoraire au CNRS, est également rattaché au Centre de Recherches Égyptologiques de Sorbonne Université. Architecte, détenteur de deux doctorats, il a mené des fouilles en Iran, au Soudan et en Égypte où il a dirigé la Mission archéologique française de Saqqâra.
Vignette
IF1183, ISBN 9782724707397
2019 IFAO
Collection: RAPH 43
2 vol., 632 p.
42 (840 EGP)
• Lire le sommaire

Religion et alimentation dans l’Égypte et l’Orient anciens

Religion et alimentation sont intrinsèquement liées. La religion, en particulier antique, a besoin de la nourriture pour donner forme au rite : les aliments, en tant qu’offrandes, circulent entre l’ici-bas et l’au-delà, depuis les hommes qui les présentent aux dieux et aux morts, puis en retour, depuis les dieux – parfois les morts – qui garantissent l’abondance et les fruits de la terre. Au cœur des pratiques alimentaires, la religion impose sa marque en contribuant à la fabrique d’un cadre normé, qui est aussi vecteur d’identité. Elle désigne ce qui est consommable, donc tenu pour pur, et ce qui ne l’est pas, fixe les règles de préparation des mets, du champ à la cuisine, et édicte des normes de conduite au moment de leur consommation. C’est précisément parce que la notion de norme est au cœur de l’une comme de l’autre, que religion et alimentation sont des moyens privilégiés d’interroger les sociétés, de les comparer entre elles, et de souligner les spécificités de chacune.

Le présent ouvrage, collectif et pluridisciplinaire, a pour objectif de préciser la place de la nourriture dans les mythes et les pratiques rituelles, et de définir la nature et l’importance de la marque religieuse dans les pratiques alimentaires. Fondé sur une démarche comparative, il rassemble 17 articles, aussi bien des études de cas que des travaux de synthèse portant sur l’Égypte, la Mésopotamie, l’Anatolie et le Levant, du IIIe millénaire à l’Antiquité tardive.

————◆————

Religion and food are intrinsically linked. Religion, especially in Antiquity, requires food to form the rite: food as offerings permits the circulation between this world and hereafter, from the living making offerings to the gods and the dead and then in return, the gods – and sometimes the dead – through the abundance of harvests offer food to the living. At the heart of food practices, religion imposes its mark by contributing to the manufacture of a standardized framework, which is also a vector of identity. It designates what is edible, therefore considered pure, and what is not; it creates the rules for preparing food, from the field to the kitchen, and sets standards of conduct at the time of consumption. It is precisely because the notion of norm is at the heart of both, that religion and food are privileged means to question societies, to compare them, and to underline the specificities of each.

The present work, which is collective and multidisciplinary, aims to clarify the place of food in myths and ritual practices, and to define the nature and importance of the religious mark in food practices. Based on a comparative approach, it brings together 17 articles, both case studies and synthesis works on Egypt, Mesopotamia, Anatolia and the Levant, from the 3rd millennium to late Antiquity.


L’auteur
  • Marie-Lys Arnette (IdRef : 153683953)
    Ancienne élève de l’École du Louvre, Marie-Lys Arnette a soutenu sa thèse de doctorat en égyptologie à l'université Paris 4 - La Sorbonne, en novembre 2010. Elle a ensuite été Adjointe aux Publications (2012-2013), puis Membre Scientifique de l'Ifao (2013-2017). Ses thèmes de recherche, souvent inspirés par l'anthropologie sociale, portent principalement sur le corps, ses normes et ses pratiques.
Vignette
IF1181, ISBN 9782724707373
2019 IFAO
Collection: BiEtud 172
2 vol., 448 p.
62 (1240 EGP)
• Lire le sommaire

Les papyrus magiques du Ramesseum
Recherches sur une bibliothèque privée de la fin du Moyen Empire

Rédigés à la fin du Moyen Empire et découverts dans un coffret de bois au fond d’un puits funéraire lors de fouilles anglaises menées en 1895-1896 sur la rive ouest de Thèbes, les papyrus du Ramesseum constituent pour la moitié d’entre eux – à savoir un texte en hiéroglyphes cursifs et douze textes en hiératique – la plus ancienne collection de papyrus magiques connue à ce jour. Souvent comparés aux deux autres bibliothèques magiques connues (les papyrus Chester-Beatty pour le Nouvel Empire et les papyrus Wilbour pour la Basse Époque), les papyrus magiques du Ramesseum, aujourd’hui conservés au British Museum, ont été publiés sous forme de planches par Sir Alan H. Gardiner en 1955, et font ici pour la première fois l’objet d’une étude systématique. En raison de leur état très fragmentaire, le déchiffrement de ces documents relève parfois de la gageure. Si la plupart des formules présentées ici ne sont pas connues par ailleurs, plusieurs parallèles ont pu être identifiés dans d’autres sources plus anciennes ou plus tardives. De nouvelles hypothèses sont également proposées sur l’utilisateur de ces documents et sur leur origine géographique.

————◆————

The Ramesseum papyri were composed in the late Middle Kingdom and discovered in a wooden box at the bottom of a tomb shaft during British excavations carried out in 1895-1896 on the west bank of Thebes. Half of them, i.e. one cursive and twelve hieratic documents, comprise the earliest collection of magical papyri known to this day. Often compared to the other two famous magical libraries known (the Chester-Beatty papyri for the New Kingdom and the Wilbour papyri for the Late Period), the magical papyri from the Ramesseum, today preserved at the British Museum, were published in 1955 by Sir Alan H. Gardiner in a volume of plates, and are here studied systematically for the first time. Due to their poor state of conservation, the deciphering of these very fragile and fragmentary documents often represents a conundrum. Although most of the spells are apparently unique to these papyri, several parallels could be identified in earlier or later sources. New hypotheses are also proposed on the user of these documents and on their geographic origin.


L’auteur
  • Pierre Meyrat (IdRef : 234901462)
    Né en 1977 à Neuchâtel (Suisse), Pierre Meyrat a étudié l’égyptologie, l’arabe et l’anglais à l’Université de Genève avant de compléter sa formation par un diplôme en traduction. Il a soutenu en mai 2012 sa thèse de doctorat sur les papyrus magiques du Ramesseum. Actuellement traducteur indépendant, il participe à différentes missions archéologiques ou épigraphiques en Égypte et au Soudan.
Vignette
IF1177, ISBN 9782724707335
2019 IFAO
Collection: FIFAO 80
1 vol., 520 p.
69 (1380 EGP)
• Lire le sommaire

Mirgissa V
Les empreintes de sceaux. Aperçu sur l’administration de la Basse Nubie au Moyen Empire

Le volume V de la série Mirgissa est consacré à la publication des empreintes de sceaux mises au jour sur ce site de la frontière méridionale de l’Égypte, et datées, pour la plupart, des XIIe et XIIIe dynasties. Plus de 15 000 fragments ont été recueillis dans la forteresse et sa décharge. Outre un grand nombre sur les huisseries des portes, et d’autres sur papyrus, les sceaux étaient appliqués sur des coffres et divers contenants. Les empreintes ont été laissées par des sceaux aux motifs géométriques ou gravés de signes hiéroglyphiques ; d’autres livrent les noms de rois et des représentations locales de grandes institutions comme le Trésor, les greniers, les magasins, le service du travail, ou encore donnent les titres et les noms de fonctionnaires. Certaines émanent de forts voisins.

Cet ensemble remarquable et unique a permis d’étudier, dans une seconde partie, l’organisation, au Moyen Empire, d’un mnnw, Mirgissa/Iqen, placé sous l’autorité d’un gouverneur, et ses relations avec la métropole et les autres citadelles de Nubie.

————◆————

The fifth volume of the Mirgissa series is devoted to the publication of the seals, dating from the 12th and 13th dynasties, which were discovered in the Mirgissa fortress on the southern Egyptian frontier. More than 15,000 pieces were found. A number of the seals were on doorframes; others were on papyrus documents, boxes and containers. Some were inscribed with geometric patterns, hieroglyphs and names. These included the names of kings, local departments of the main Egyptian institutions (such as the treasury, the granaries, the wdja-stores and the department of labor); and even the titles and names of officials. Some of the seals had been sent from neighboring fortresses.

This remarkable collection has enabled us to study the organisation of a mnnw, Mirgissa/Iqen, during the Middle Kingdom, as well as its links with other Nubian fortresses or the Theban region.


L’auteur
  • Brigitte Gratien (IdRef : 026901196)
    Directeur de recherche émérite CNRS (UMR 8164, HALMA-IPEL, Université de Lille 3) et directeur de la Mission Archéologique Française de Gism el-Arba (chantiers de Gism el-Arba, Zankor, Abou Sofyan), Brigitte Gratien a participé aux fouilles de Mirgissa et de Saï, sous la direction du Pr. J. Vercoutter, spécialiste des cultures nubiennes et de leurs relations avec l'Egypte pharaonique.
Vignette
IF1191, ISBN 9782724707472
2019 IFAO
Collection: BiGen 57
1 vol., 328 p.
35 (700 EGP)
• Lire le sommaire

Trésors inattendus
Trente ans de fouilles et de coopération à Umm el-Breigât (Tebtynis - Fayoum)

Le village de Tebtynis, situé en bordure sud du Fayoum, a été habité pendant environ 3000 ans de la XIIe dynastie pharaonique au xiie siècle de notre ère. Il a été, après sa découverte en 1899, fouillé par plusieurs missions scientifiques, saccagé par les chercheurs d’antiquités et amplement ravagé par les fouilleurs de sebâkh. Ainsi, aucun archéologue n’est revenu travailler dans ses ruines pendant plus de cinquante ans après la dernière campagne des Italiens en 1936, le site étant considéré comme épuisé. Lorsqu’en 1988 la mission franco-italienne, constituée par l’Ifao et l’université de Milan, reprit les fouilles, la nouvelle fut accueillie avec scepticisme dans certains milieux scientifiques. Les résultats obtenus au fil des ans ont toutefois été si satisfaisants que l’équipe a déjà mené trente et une campagnes et prépare sa trente-deuxième. De nouveaux quartiers ont été mis au jour, de grandes lacunes dans la connaissance du village ont été comblées et des milliers d’objets et de textes ont été découverts. De la masse de matériel récupéré, ce catalogue présente un choix réduit, mais d’un grand intérêt scientifique et muséologique. Certaines pièces sont exceptionnelles, voire uniques ; d’autres, grâce à leur provenance de contextes archéologiques datés, sont désormais des repères qui situent chronologiquement nombre d’exemplaires similaires ; d’autres encore sont courantes, mais présentent les différents aspects de la vie quotidienne à Tebtynis bien plus clairement et de manière bien plus détaillée qu’ailleurs.


Les auteurs
  • Claudio Gallazzi (IdRef : 058472797)
    Titulaire de la chaire de papyrologie à l'université de Milan, Claudio Gallazzi est directeur de la mission archéologique franco-italienne de Umm-el-Breigât (Tebtynis) depuis sa création en 1988.
  • Gisèle Hadji-Minaglou (IdRef : 056980221)
    Ingénieur de recherche à l'Ifao et directrice des fouilles de Baouît, Gisèle Hadji-Minaglou participe en tant qu'archéologue aux travaux sur le site de Umm-el-Breigât (Tebtynis) depuis 1988.
Vignette
IF1142, ISBN 9782724706970
2019 IFAO
Collection: MIFAO 134
1 vol., 232 p.
40 (800 EGP)
• Lire le sommaire

Les fouilles à Baouît, tome second
Notes mises en ordre, augmentées et éditées par Dominique Bénazeth et Cédric Meurice

Chantier de l’Institut français d’archéologie orientale depuis 1901, le complexe monastique de Baouît a livré parmi les plus riches exemples de l’art et de l’architecture coptes, notamment retranscrits en 1911 dans le MIFAO 13, Fouilles à Baouît I.

La suite de cet ouvrage n’a jamais paru. Le lot d’archives ici présenté comporte néanmoins une courte introduction d’Émile Chassinat (1868-1948) et la plupart des planches qu’il avait déjà maquettées. Il témoigne de la volonté de l’auteur de livrer au monde savant la totalité de son travail à Baouît.

Publier cette suite après plus d’un siècle dans la collection des MIFAO est un hommage rendu au travail d’Émile Chassinat. Nous y croisons le savant, le directeur de l’Ifao, l’archéologue chef du chantier, l’épigraphiste, le photographe et l’imprimeur, entre autres qualités de cet auteur rigoureux. Le volume enfin terminé sort au moment où les fouilles reprises par le musée du Louvre et l’Ifao ont exploré le secteur des églises. Il préfigure une monographie sur l’église dite nord et l’étude de la grande église D, dont la fouille se poursuit à ce jour.

————◆————

The monastic complex of Bawit began to be excavated by the French Institute for Oriental Archaeology (IFAO) in 1901, and has produced some of the finest examples of Coptic art and architecture. These were documented in 1911 in MIFAO 13, Fouilles à Baouît I. The sequel to this work was never published. However, the set of archival materials presented here includes a short introduction by Émile Chassinat (1868–1948), along with most of the plates that he had already laid out in preparation for the proofs of the volume. It proves that Chassinat had hoped to present the scholarly world with the entirety of his work at Bawit.

By publishing this sequel in the MIFAO series, more than a century later, we pay tribute to Émile Chassinat’s work. Here we encounter the scholar, the director of the IFAO, the archaeologist in charge of the excavations, the epigrapher, the photographer, and even the printer, among the other talents of this meticulous author. This volume, finally completed, is being published just as the excavations recently resumed by the Musée du Louvre and the IFAO have explored the area where the churches are situated. It will be followed by a monograph on the so-called north church and a study of the large church D, where excavations are still ongoing.


L’auteur
Vignette
IF1175, ISBN 9782724707298
2018 IFAO
Collection: BCE 28
1 vol., 384 p.
39 (780 EGP)
• Lire le sommaire

Bulletin de liaison de la céramique égyptienne 28

Cette nouvelle livraison du Bulletin de liaison de la céramique égyptienne (BCE 28) présente dans une première partie l’actualité de la recherche dans le domaine des études céramiques avec son « Parcours régional ». Le bulletin s’enrichit cette année de l’apport de travaux archéologiques récents réalisés en Moyenne Égypte à Sheikh Fadl et sur le site de Qubbet el-Hawa proche d’Assouan. Les autres contributions livrent des études céramiques de fouilles s’inscrivant dans la durée, voire achevées. Elles concernent des sites importants comme celui de Burg al-Zafar au Caire, de la nécropole de Dra‘ Abu el-Naga‘ et du temple de Karnak dans la région thébaine, ou encore le Soudan avec les temples de Abu Erteila. Ces présentations s’inscrivent dans un cadre chronologique large de la fin du Nouvel Empire à l’époque médiévale.

La seconde partie de l’ouvrage propose plusieurs approches thématiques sous le titre « Études ». Le premier article revient sur une famille céramique emblématique de l’Ancien Empire avec les Maidum-bowls d’Ayn Asil dans l’oasis de Dakhla. Une seconde contribution rend compte de l’apport de l’étude des ostraca pour la datation d’assemblages céramiques d’époque byzantine du site d’Ahmeida dans l’oasis de Dakhla. Deux contributions distinctes pour le monde ancien punico-libyque et pour l’Égypte ancienne, croisent deux cultures et deux techniques de fabrication du pain avec ses ustensiles céramiques spécifiques. Une autre étude pluridisciplinaire, entre archéométallurgie et céramologie, décrit le mobilier archéologique de la forge romaine du site d’Abou Rawash. Enfin, la dernière contribution du volume propose de nouveaux développements sur un sujet technologique toujours débattu concernant la date d’apparition du tour rapide en Égypte.


L’auteur
Vignette
IF1174, ISBN 9782724707281
2018 IFAO
Collection: BiGen 54
1 vol., 592 p.
49 (980 EGP)
• Lire le sommaire

Mari Girgis
Village de Haute-Égypte

Trente ans après sa première version, le succès non démenti de l’ouvrage de Nessim Henein conduit l’Ifao à publier la troisième édition d’un travail demeuré sans équivalent. Cette monographie consacrée à un hameau qui comptait au début des années 1970 un peu plus de trois cents personnes est une découverte du Sa’id rural, guidée par le regard ethnographique d’un citadin instruit du Caire. Enquête réalisée en immersion, c’est « un pèlerinage aux sources, la prise de conscience d’une égyptianité fondamentale » (Charles Vial).

Habitat, techniques de chasse, de pêche et d’agriculture, vie quotidienne des habitants, vêtements, pratiques religieuses et culture populaire : Nessim Heneim saisit ainsi une société villageoise « de la cave au grenier », à la veille de changements majeurs. Comme la Description de l’Égypte ou Manners and Customs of Modern Egyptians d’Edward William Lane, auxquels il a été comparé dès sa sortie, le livre, devenu classique, marque un jalon important de l’histoire de la modernité dans l’Égypte rurale.

La troisième édition propose un long entretien de l’auteur où celui-ci revient sur sa formation, sa méthode d’observation et les circonstances de ses séjours à Mārī Girgis.

En la préparant, un document exceptionnel a été retrouvé : le film documentaire réalisé à la même époque par Paul Warren, alors jésuite, sur le village. Disponible gratuitement en ligne, sur la chaîne YouTube de l’Ifao, le film est éclairé par un supplément à l’ouvrage rédigé par le réalisateur, qui interroge, outre la relation ethnographique elle-même, le rapport entre film de commande et cinéma du réel.


L’auteur
  • Nessim Henry Henein (IdRef : 02691865X)
    Architecte de formation, Nessim Henein fut d'abord engagé à l'Ifao par Serge Sauneron comme architecte de fouilles et chargé d’une prospection sur le site du monastère de Mari Girgis. Mais très vite, au-delà des relevés archéologiques, ses carnets de recherche ont traduit sa vision humaniste, son intérêt pour l’enquête ethnographique et pour le monde rural. Devenu ethnologue, ses enquêtes ont porté sur la vie quotidienne des habitants des villages et oasis d’Égypte et ses continuités observables parfois depuis l'Antiquité : l’outillage agraire, les techniques de pêche et de chasse, la culture matérielle, les processus de production et de fabrication en voie de disparition, mais aussi les cultures orales, avec une attention toute particulière aux faits de langage.
Vignette
IF1182, ISBN 9782724707380
2018 IFAO
Collection: AnIsl 51
1 vol., 336 p.
54 (1080 EGP)
• Lire le sommaire

Annales islamologiques 51
Merveilles, géographie et sciences naturelles au Proche-Orient médiéval

Le volume 51 des Annales islamologiques comprend, comme les précédents, un dossier et des varia. Le dossier, intitulé « Merveilles, géographie et sciences naturelles au Proche-Orient médiéval », a été coordonné par Jean-Charles Ducène. Son introduction et ses six articles explorent le thème des « merveilles » dans la littérature arabe médiévale, avec des approches variées de l’iconographie, de sujets (flore, faune) et d’auteurs spécifiques. Ils soulignent l’importance de l’héritage classique, gréco-romain, dans l’identification et la description d’êtres ou de phénomènes prodigieux, et explorent la frontière ténue entre géographie savante et sensationnel, entre prudence scientifique et crédulité.

Six articles de varia, en français et en arabe, suivent le dossier thématique. Trois d’entre eux sont relatifs à l’archéologie, et traitent respectivement des premières fouilles françaises à Samarra, capitale abbasside au IXe siècle, de la céramique en Méditerranée aux Xe-XIIe siècles, et de l’islam éthiopien autour du XIVe siècle. Deux articles d’histoire, en arabe, évoquent les commerçants maghrébins sur les routes de l’Inde et de la Chine au Moyen Âge, et les Chrétiens orthodoxes en Égypte au XVIIe siècle. Une étude de lexicographie arabe portant sur le terme équivalent à « dictée » complète cet ensemble représentatif de la variété des centres d’intérêt de la revue.


L’auteur
  • Jean-Charles Ducène (IdRef : 079163564)
    Jean-Charles Ducène est Directeur d'études à l'École Pratique des Hautes Études, où son enseignement et ses recherches portent sur l'édition ainsi que l'étude des textes arabes médiévaux de géographie et de sciences naturelles.

Les articles de ce volume sont acessibles gratuitement au format PDF.

The papers of this volume are freely available in PDF format.

    Jean-Charles Ducènep. 3-17
    Introduction. Merveilles, géographie et sciences naturelles au Proche-Orient médiévalAnIsl051_art_01.pdf
    Ingrid Bejarano Escanillap. 19-38
    Animaux et savoirs parascientifiques en Islam médiéval. Pérennité de quelques traditions antiquesAnIsl051_art_02.pdf
    Ana M. Cabo-Gonzalezp. 39-51
    Quand les propriétés des plantes défiaient l’entendement. Parallèles antiques et arabes médiévauxAnIsl051_art_03.pdf
    Anna Caiozzop. 53-83
    L’esprit des lieux. Quelques observations sur la topographie des merveilles terrestres dans les manuscrits enluminés de l’Orient médiévalAnIsl051_art_04.pdf
    Hadrien Colletp. 85-109
    Deviser les merveilles du monde. Le voyage au Soudan dans la Tuḥfat al-nuẓẓār d’Ibn Baṭṭūṭa et Ibn ǦuzayyAnIsl051_art_05.pdf
    Omayra Herrero Sotop. 111-124
    Des monuments merveilleux ou des hommes émerveillés ? Vers une définition des ʿaǧāʾib al-dunyā dans la tradition arabeAnIsl051_art_06.pdf
    Robin Seignobosp. 125-142
    Mirabilia et realia dans le Kitāb aḫbār al-Nūba d’Ibn Sulaym al-Uswānī (fin ive/xe siècle)AnIsl051_art_07.pdf
    Manuel Sartorip. 145-165
    Essai de lexicographie historique. imlāʾ (« dictée ») et les racines M‑L‑ʾ, M‑L‑Y et M‑L‑LAnIsl051_art_08.pdf
    Vanessa Rosep. 167-190
    Les fouilles d’Henry Viollet à SamarraAnIsl051_art_09.pdf
    David Bramoullé, Catherine Richarté-Manfredi, Viva Sacco, Nicolas Garnierp. 191-221
    Le mobilier céramique dans la Méditerranée des xe-xiie siècles. Données archéologiques et sources judéo-arabesAnIsl051_art_10.pdf
    Luṭfī Bin Mīlādp. 223-238
    al-Maġāriba wa-tiǧarat al-Hind min al-baḥr al-aḥmar ilā al-muḥīṭ al-hindī wa-l-Ṣīn (nihāyat al qarn 5 H/11 M ilā nihāyat al-qarn 9 H/15 M)AnIsl051_art_11.pdf
    François-Xavier Fauvelle-Aymar, Bertrand Hirsch, Amélie Chekrounp. 239-295
    Le sultanat de l’Awfāt, sa capitale et la nécropole des Walasmaʿ. Quinze années d’enquêtes archéologiques et historiques sur l’Islam médiéval éthiopienAnIsl051_art_12.pdf
    Maǧdī Ǧirǧisp. 297-321
    al-Ṭā’ifiyya wa-l-hawiyya: ṣirāʿāt al-masīḥiyya al-šarqiyya fī Miṣr fī al-ʿaṣr al-ʿuṯmānī. Qirā’a fī ḥuǧǧatayn šarʿiyyatayn wa-fatwā min al-qarn al-sābiʿ ʿašarAnIsl051_art_13.pdf

>>Voir les détails de ces extraits - See all extract files details

Vignette
IF1162, ISBN 9782724707175
2018 IFAO
Collection: BiGen 53
1 vol., 540 p.
35 (700 EGP)
• Lire le sommaire

De la Gaule à l’Orient méditerranéen. Fonctions et statuts des mobiliers archéologiques dans leur contexte.

Ce volume est issu du colloque international d’archéologie intitulé Les mobiliers archéologiques dans leur contexte, de la Gaule à l’Orient méditerranéen : fonctions et statuts tenu à l’université de Poitiers.

Conçu à l’échelle du monde antique, associant l’Orient et l’Occident, le colloque, organisé par l’équipe HeRMA (Hellénisation et romanisation dans le monde antique), en coordination avec l’Ifao (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire), a proposé aux chercheurs de développer leurs réflexions sur les liens existant entre les mobiliers archéologiques et leur contexte de découverte dans un cadre chronologique volontairement large, de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive.

Les objets produits dans l’Antiquité possédaient une fonction qui peut, dans une certaine mesure, être identifiée d’après leur morphologie. Les matériaux utilisés pour les fabriquer – argile, pierre, métal, verre… – contribuent à préciser cette identification, soulevant la question de l’accessibilité des matières premières et de leur proximité géographique, ou celle de la catégorie sociale à laquelle appartiennent consommateurs et/ou commanditaires. En parallèle, les chercheurs ont développé de nouvelles orientations privilégiant la notion d’assemblage, liée à celle de contexte ; elle peut inclure une approche statistique des corpus, et vise à augmenter les possibilités d’analyses comparatives, économiques, identitaires.

Le livre comporte une cinquantaine de contributions dont l’agencement reprend les thématiques distinguées au moment du colloque. Celui-ci débute par la vision d’un anthropologue dont l’approche apparemment décalée, d’un point de vue disciplinaire, spatial et chronologique, met l’accent sur la dimension symbolique très forte accordée aux objets selon leur contexte d’utilisation et dont les archéologues ne peuvent que pressentir l’existence à partir des artéfacts collectés en fouille.

Pascale Ballet est professeure d’histoire de l’art et archéologie du monde romain à l’université Paris Nanterre. Membre du laboratoire ArScAn, UMR 7041 (équipe ESPRI-LIMC), elle dirige la mission archéologique de Bouto en Égypte en collaboration avec l’Institut archéologique allemand (Le Caire) et l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire). Elle codirige un programme de l’Ifao sur les contextes et les mobiliers. Ses recherches portent sur le commerce et la culture matérielle de l’Égypte gréco-romaine et byzantine et des régions voisines.

Séverine Lemaître est maître de conférences en histoire de l’art et archéologie antique à l’université de Poitiers. Elle est membre du laboratoire HeRMA, Hellénisation et romanisation dans le monde antique (EA 3811) et chercheur associée au laboratoire ArAr, UMR 5138 de Lyon (équipe 2), spécialiste des amphores. Ses recherches sur l’économie antique l’ont amenée à travailler sur les réseaux de commercialisation en Gaule et dans l’espace méditerranéen.

Isabelle Bertrand est archéologue et dirige le service des Musées de Chauvigny. Elle est membre associée du laboratoire HeRMA, Hellénisation et romanisation dans le monde antique (EA 3811) et de l’équipe TP2C, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes à Montpellier. Elle travaille sur le mobilier de l’ouest de la Gaule/France (ier s. av. J.-C. – viie s. apr. J.-C.) et anime le groupe de travail européen Instrumentum dont elle coordonne la revue.


Les auteurs
  • Pascale Ballet (IdRef : 030162734)
    Pascale Ballet est professeure d’histoire de l’art et archéologie du monde romain à l’université Paris Nanterre. Membre du laboratoire ArScAn, UMR 7041 (équipe ESPRI-LIMC), elle dirige la mission archéologique de Bouto en Égypte en collaboration avec l’Institut archéologique allemand (Le Caire) et l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire). Elle codirige un programme de l’Ifao sur les contextes et les mobiliers. Ses recherches portent sur le commerce et la culture matérielle de l’Égypte gréco-romaine et byzantine et des régions voisines.
  • Séverine Lemaître (IdRef : 056243847)
    Séverine Lemaître est maître de conférences habilitée à diriger des recherches en histoire de l’art et archéologie antique à l’université de Poitiers. Elle est membre du laboratoire HeRMA, Hellénisation et romanisation dans le monde antique (EA 3811) et chercheur associée au laboratoire ArAr, UMR 5138 de Lyon (équipe 2). Spécialiste des amphores, ses recherches sur l’économie antique l’ont amenée à travailler sur les réseaux de commercialisation en Gaule et dans l’espace méditerranéen.
  • Isabelle Bertrand (IdRef : 050201514)
    Isabelle Bertrand est archéologue et dirige le service des Musées de Chauvigny. Elle est membre associée du laboratoire HeRMA, Hellénisation et romanisation dans le monde antique (EA 3811) et de l’équipe TP2C, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes à Montpellier. Elle travaille sur le mobilier de l’ouest de la Gaule/France (Ier s. av. J.-C. – VIIe s. apr. J.-C.) et anime le groupe de travail européen Instrumentum dont elle coordonne la revue.
Vignette
IF1139, ISBN 9782724706949
2018 IFAO
Collection: FIFAO 78
1 vol., 264 p.
45 (900 EGP)
• Lire le sommaire

Tebtynis VI
Scripta Varia

L’abondant matériel découvert à Tebtynis comporte peu de textes en hiéroglyphes et en araméen, d’ostraca hiératiques, ou encore de graffiti, d’inscriptions, de timbres, scellés, os et morceaux de verre inscrits. Pour autant, ces inscriptions ne sont pas dépourvues d’intérêt et le présent volume répond au souci de les rassembler, en les classant selon la langue, le type d’écriture et le support utilisé. Des indices complètent la répartition réalisée. Grâce à cette présentation, le lecteur qui s’intéresse à un type particulier de textes les trouvera tous réunis au même endroit, et quiconque étudie Tebtynis pourra aisément récupérer les renseignements que ces pièces offrent sur le village.

Afin de faciliter les études sur Tebtynis et éviter la dispersion des travaux concernant l’agglomération, un appendice consacré aux papyrus du temple de Soknebtynis, l’un des legs majeurs du site à la science moderne, a été intégré au volume.

————◆————

The abundant material discovered at Tebtynis includes few hieroglyphic or Aramaic texts, hieratic ostraca, graffiti, inscriptions, texts on stamps, seals, bones or glass. Nonetheless, these inscriptions are of interest and the present volume aims at gathering and classifying them, according to their language, the type of inscription and the material used. Indexes complete the classification. Thanks to this presentation, the reader interested in a particular type of text will easily find them grouped together here and anyone studying Tebtynis will have easy access to all the information these pieces offer about the village.

In order to facilitate studies on Tebtynis and to avoid the scattering of works on the village, an appendix devoted to the papyri of Soknebtynis, one of the major legacies of the site to modern science, has been included in this volume.


L’auteur
  • Claudio Gallazzi (IdRef : 058472797)
    Titulaire de la chaire de papyrologie à l'université de Milan, Claudio Gallazzi est directeur de la mission archéologique franco-italienne de Umm-el-Breigât (Tebtynis) depuis sa création en 1988.
Vignette
IF1173, ISBN 9782724707274
2018 IFAO
Collection: MIFAO 142
1 vol., 668 p.
69 (1380 EGP)
• Lire le sommaire

Les textes de la pyramide de Pépy Ier

Les parois inscrites des appartements funéraires de la pyramide de Pépy Ier, troisième pharaon de la VIe dynastie (c. 2330-2280), livrent le plus vaste ensemble de Textes des Pyramides actuellement connu. Fondée sur la publication de ces textes en fac-similés (MIFAO 118/1-2), dont une 2e édition est parue en 2010, la présente traduction intègre les compléments fournis notamment par la pyramide de Mérenrê et celle de la reine Ânkhesenpépy II, découverte en 2000 par la Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra (MafS).

La traduction de près de 800 formules, dont 81 formules « nouvelles » (TP 1001-1081), est précédée d’une présentation générale de l’ensemble du corpus.

————◆————

The inscribed walls of the inner chambers and corridors of Pepy Ist’s pyramid, the third Pharaoh of the VIth Dynasty (c. 2330-2280), offer the largest set of Pyramid Texts known. Based on the previous publication of these texts in facsimiles (MIFAO 118/1-2), a 2nd edition of which came out in 2010., the present translation includes additional material, especially from Merenre’s and queen Ankhesenpepy II’s pyramids, the last one discovered in 2000 by the French-Swiss archaeological Mission of Saqqâra (MafS).

The translation of about 800 spells, including 81 “new” ones (PT 1001-1081), is preceded by a general presentation of the whole corpus.


L’auteur
  • Bernard Mathieu (IdRef : 030609607)
    Agrégé de lettres classiques, égyptologue, Bernard Mathieu est professeur à l’Université Paul Valéry - Montpellier 3 et ancien directeur de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire. Membre de la Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra, Bernard Mathieu travaille principalement sur la langue et la littérature de l’Égypte pharaonique, de l’Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire, ainsi que sur l’édition, la traduction et le commentaire des Textes des Pyramides. Sa thèse portait sur La poésie amoureuse de l’Égypte ancienne.
Vignette
IF1168, ISBN 9782724707236
2018 IFAO
Collection: BIFAO 117
1 vol., 432 p.
54 (1080 EGP)
• Lire le sommaire

BIFAO 117

Le Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) couvre l’ensemble des champs de l’égyptologie depuis sa première publication en 1901. Le BIFAO 117 regroupe 15 contributions dont l’aire chronologique s’étend de l’Ancien Empire jusqu’à l’époque byzantine et qui illustrent l’état des recherches actuelles dans les domaines de l’archéologie, l’épigraphie, la lexicographie, l’iconographie, la religion et la philologie.


Les articles de ce volume sont acessibles gratuitement au format PDF.

The papers of this volume are freely available in PDF format.

    Philippe Collombert, François Schulerp. 1-8
    Jean Jacquet (1921-2016)BIFAO117_art_01.pdf
    Omar Abou Zaidp. 9-27
    A New Discovery of Catacomb in Qurnet Murai at ThebesBIFAO117_art_02.pdf
    Marie-Lys Arnettep. 29-75
    La gémellité biologique dans l’Égypte ancienne. Synthèse des cas potentielsBIFAO117_art_03.pdf
    Sobhi Ashour, Ahmed Hassanp. 77-86
    A Terracotta Portrait-Head of Alexander the Great from KaranisBIFAO117_art_04.pdf
    Anne Boud’hors, Alain Delattre, Lajos Berkes, Ruey-Lin Chang, Esther Garel, Jean Gascou, Isabelle Marthot, Grzegorz Ochała, Naïm Vanthieghemp. 87-124
    Un nouveau départ pour les archives de Papas. Papyrus coptes et grecs de la jarre d’Edfou BIFAO117_art_05.pdf
    Guillaume Charloux, Mona Ali Abady Mahmoud, Raphaël Angevin, Sébastien Biston-Moulin, Sylvie Marchand, Ahmed Mohamed Sayed Elnasseh, Florian Pfingsttag, Florie Pirou, Joshua Roberson, Christophe Thiers, Pierre Zignanip. 125-159
    Le temple « primitif » de Ptah à KarnakBIFAO117_art_06.pdf
    Vanessa Desclauxp. 161-202
    La syntaxe des appels aux vivantsBIFAO117_art_07.pdf
    Anke Ebel, Benoît Lurson, Franck Mourotp. 203-237
    Un dépôt de fondation découvert dans le temple de Touy. Étude micro-stratigraphique, étude céramologique et étude de synthèseBIFAO117_art_08.pdf
    Gersande Eschenbrenner-Diemerp. 239-260
    Un nouvel éclairage sur l’artisanat du bois dans la région Memphis/Fayoum. La collection statuaire du musée d’Ethnographie de NeuchâtelBIFAO117_art_09.pdf
    Khaled Hassanp. 261-280
    An 18th Dynasty Writing-Board from Saqqara in the Cairo Museum (Prophecy of Neferti – CG 25224, JE 32972)BIFAO117_art_10.pdf
    Khaled Hassanp. 281-292
    The Longest Visitor’s Ostracon Concerning the Temple of Deir el-Bahri. A Recombination of Two Pieces, Ostraca Cairo 430 and 432BIFAO117_art_11.pdf
    Aurore Mottep. 293-317
    Reden und Rufe, a Neglected Genre? Towards a Definition of the Speech Captions in Private TombsBIFAO117_art_12.pdf
    Hassan Nasr El-Dinep. 319-327
    Bronzes d’ibis conservés au Musée égyptien du CaireBIFAO117_art_13.pdf
    René Preysp. 329-356
    Le cas « Philométor » dans les temples égyptiensBIFAO117_art_14.pdf
    Chloé Ragazzolip. 357-407
    Présence divine et obscurité de la tombe au Nouvel Empire. À propos des graffiti des tombes TT 139 et TT 112 à Thèbes (avec édition et commentaire)BIFAO117_art_15.pdf

>>Voir les détails de ces extraits - See all extract files details

Vignette
IF1163, ISBN 9782724707182
2018 IFAO
Collection: CAI 34
1 vol., 168 p.
24 (480 EGP)
• Lire le sommaire

La Horde d’or et le sultanat mamelouk
Naissance d’une alliance (660/1261-662/1264)

En 1260, l’empire mongol est au faîte de sa puissance. Mais les descendants de Gengis Khan sont profondément divisés sur le choix du Grand Khan. Ces divisions profitent au sultanat mamelouk en guerre contre les Mongols. Le sultan Baybars parvient alors à se rapprocher d’une des branches les plus puissantes de l’empire mongol, la Horde d’Or, qui est en voie d’islamisation et vise l’indépendance. Cette alliance permet aux Mamelouks de repousser leurs adversaires, d’accroître leur puissance et de sauver le dār al-islām.

À partir d’une reconstitution inédite des premiers échanges diplomatiques entre le sultan mamelouk et le khan de la Horde d’Or, ce livre retrace la rencontre improbable de deux puissances aux cultures radicalement différentes, séparées par des distances immenses pour l’époque, et dont l’alliance aura des effets géopolitiques à long terme au Proche-Orient, en Russie et en Asie Centrale.

————◆————

In 1260, the Mongol empire was at the heyday of its power. Yet, Chinggis Khan’s descendants could not agree among themselves on the choice of the Great Khan. At war with the Mongols, the Mamluk sultanate took advantage of their divisions. Sultan Baybars managed to create an alliance with the Golden Horde, one of the most powerful branches of the Mongol empire, which was on the path of islamization and seeking for independence. This alliance would allow the Mamluks to repel their adversaries, increase the sultanate’s power, and save the dār al-islām.

By revealing the untold story of the first diplomatic exchanges between the Mamluk sultan and the khan of the Golden Horde, this book uncovers the improbable encounter of two powers with great cultural and physical distances between them. Their alliance would have long-term geopolitical impacts on the Near East, Russia, and Central Asia. 


L’auteur
  • Marie Favereau (IdRef : 09465929X)
    Marie Favereau est docteur en Histoire de l’université de La Sorbonne-Paris IV et de l’università degli Studi di San Marino. Après avoir été membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, elle a travaillé comme chercheur à l’Institut des études avancées de Princeton et à l’université de Leyde. Depuis 2014, elle est membre du projet ERC Nomadic Empires et Research Associate à l’université d’Oxford où elle poursuit ses travaux sur les Mongols, les Mamelouks et l’histoire comparée des empires nomades.
Vignette
IF1180, ISBN 9782724707366
2018 IFAO
Collection: BCAI 32
1 vol.,
gratuit - free of charge
• Lire en ligne
Bulletin critique des Annales islamologiques 32

Le Bulletin critique des Annales islamologiques (BCAI) vise à rendre compte de toute publication intéressant les études arabes et islamiques dans les divers domaines : langue et littérature arabes ; islamologie ; philosophie ; histoire ; histoire des sciences et des techniques ; anthropologie et sciences sociales ; arts et archéologie. Le BCAI est conçu et préparé par l’équipe Islam médiéval de l’UMR 8167 Orient Méditerranée du Cnrs. Il est mis en page et mis en ligne par l’Ifao.

————◆————

The Bulletin critique des Annales islamologiques takes into account all publications of interest to Arab and Islamic studies in a variety of domains: Arabic language and literature; Islamic studies; philosophy; history; history of science and technology; anthropology and social sciences; arts and archaeology. It is edited by the team of Islam médiéval (UMR 8167 Orient Méditerranée - Cnrs) and published on line by IFAO.


L’auteur
Vignette
IF1167, ISBN 9782724707229
2018 IFAO
Collection: FIFAO 77
2 vol., 648 p.
89 (1780 EGP)
• Lire le sommaire

Céramiques des murailles du Caire (fin Xe - début XVIe siècle)

Les fouilles archéologiques entreprises par la fondation Aga Khan et l’Institut français d’archéologie orientale entre 2000 et 2009, le long de la muraille médiévale du Caire, ont révélé la présence d’un précédent rempart, bâti en briques crues, dont l’existence n’était jusqu’alors signalée que par les sources écrites. Outre le dégagement de cette enceinte, les fouilles ont permis d’exhumer des bâtiments funéraires fatimides, des structures artisanales ayyoubides, ainsi que des habitats et ateliers d’artisans mamelouks.

La mise au jour de ces vestiges s’accompagne de la découverte de nombreux fragments de céramiques des époques fatimide, ayyoubide et mamelouke, en partie datés par l’analyse stratigraphique des contextes archéologiques. L’étude du matériel présenté dans ce volume permet de retracer sur plus de cinq siècles l’évolution d’un répertoire morphologique jusqu’ici peu connu. Il en ressort une grande diversité de formes et de productions glaçurées, ainsi que des spécificités propres à chacune des trois périodes chronologiques. L’ étude apporte aussi un éclairage sur la vie quotidienne et sur le contexte socio-économique d’un quartier de la capitale aux époques considérées.

————◆————

The archaeological excavations undertaken by Aga Khan Cultural Services and the French Institute of Oriental Archeology in Cairo between 2000 and 2009 along the Ayyubid walls of Cairo, revealed an earlier mud brick rampart which, until then, had only previously been spoken of in written sources. Moreover, these excavations revealed Fatimid tombs, Ayyubid artisan structures, as well as houses and workshops from the Mamluk era.

A large quantity of pottery sherds from the Fatimid, Ayyubid and Mamluk eras were also discovered and dated thanks to the stratigraphic analysis of the site. The study of the material presented in this volume shows the chronological development of the shapes of common and glazed wares over more than five centuries. It also reveals a great diversity of forms and glazing techniques as well as specific aspects of each of the periods presented. Lastly, it helps shed light on the daily life and socio-economic context of this district of the capital during the relevant periods.


L’auteur
  • Julie Monchamp (IdRef : 162036388)
    Céramologue et docteur en archéologie islamique. Diplômée de l’université Paris IV-Sorbonne en 2011, Julie Monchamp a par la suite été membre scientifique de l’Ifao. Ses recherches portent sur le mobilier céramique médiéval en Égypte et au Proche-Orient.
Vignette
IF1164, ISBN 9782724707199
2018 IFAO
Collection: CCE 11
1 vol., 344 p.
41 (820 EGP)
• Lire le sommaire

Céramiques égyptiennes au Soudan ancien
Importations, imitations et influences

Ce volume réunit différentes recherches entreprises sur les céramiques égyptiennes et méditerranéennes découvertes au Soudan, ainsi que sur l’influence que celles-ci ont eu sur les productions du Soudan ancien, depuis le Moyen Empire jusqu’à la fin de la période médiévale. Ces thématiques invitent naturellement à une réflexion sur la vitalité des échanges entre les royaumes égyptiens et soudanais, sur leur fluctuation sur une longue durée, et sur les processus de transferts de savoir-faire techniques au cours de leur histoire commune. Jusqu’à présent essentiellement abordées sous un angle égyptien, ces problématiques se trouvent ici enrichies de l’apport des fouilles récentes menées en Nubie, aux abords de la quatrième cataracte, au Soudan central et dans les zones désertiques. Cet ouvrage présente ainsi une première synthèse sur le mobilier de régions encore peu documentées et sur un thème qui intéressera à la fois les spécialistes des études égyptologiques et nubiennes.

————◆————

This volume combines the results of different researches undertaken on Egyptian and Mediterranean ceramics unearthed in Sudan as well as studies on the influences that such material had on the local Sudanese production from the Middle Kingdom up to the end of medieval times. Such topics foster reflections on themes such as exchanges between Egypt and Sudan and their fluctuations on the long term, and the transfer of know-how in the course of their common history. So far essentially addressed from an Egyptian point of view, these issues are here enriched by the contribution of recent excavations conducted in Nubia, on the outskirts of the fourth Cataract, in central Sudan and in the desert areas. This book presents a first synthesis of the material of still poorly documented regions and on a theme that will interest both the specialists of Egyptian and Nubian studies.


L’auteur
  • Romain David (IdRef : 168419785)
    Céramologue spécialiste des phases tardives en Égypte et au Soudan, Romain David est actuellement chercheur auprès de la Section française de la direction des antiquités du Soudan (SFDAS) à Khartoum.
Vignette
IF1166, ISBN 9782724707212
2018 IFAO
Collection: RAPH 42
1 vol., 312 p.
27 (540 EGP)
• Lire le sommaire

Mélanges offerts à Madiha Doss
La linguistique comme engagement

Ces Mélanges offerts à Madiha Doss sont d’abord l’hommage affectueux d’amis et de collègues qui lui sont humainement et intellectuellement liés. Ils ont voulu lui exprimer leur reconnaissance pour la part qu’elle a prise dans l’histoire actuelle de l’Égypte, au sein de la société civile et particulièrement de l’université égyptienne et, surtout, pour sa contribution au développement des études sur l’arabe d’Égypte, dans tous ses registres et ses usages réels, oraux et écrits, passés et présents.

Au-delà de leur diversité, les contributions rassemblées mettent en avant, chacune à sa manière, un aspect des domaines dans lesquels son action s’est exercée et auxquels les thèmes et les sujets abordés font écho. Outre quelques témoignages d’amitié et des articles de sociologie politique témoignant de son parcours, le volume contient principalement des études de spécialistes de linguistique arabe couvrant des domaines dans lesquels l’activité de recherche de Madiha Doss a été féconde et novatrice : représentations et normes linguistiques, écriture dialectale, oralité dans l’écrit, moyen arabe.

————◆————

These Mélanges Offered to Madiha Doss are first and foremost the affectionate tribute of friends and colleagues, personally and intellectually linked to her. They wished to express their gratitude for the part she has taken in Egypt’s current history, in the civil society and more specifically in the Egyptian academic world; and, above all, for her contribution to the development on studies of the Arabic language of Egypt, in all its registers and real uses, oral and written, past and present.

The addressed themes and topics reflect the areas she has been influential in; beyond their diversity, the gathered contributions, each in its own way, highlight one aspect of these fields. Besides tokens of friendship as well as articles of political sociology that are a testimony to her career, this volume mainly contains studies of specialists by Arabic linguistics covering domains where Madiha Doss’s research activity has been seminal and pioneering: representations and linguistic norms, Arabic colloquial writing, orality in the written form, Middle Arabic.


Les auteurs
Vignette
IF1165, ISBN 9782724707205
2018 IFAO
Collection: MIDEO 33
1 vol., 336 p.
39 (780 EGP)
• Lire le sommaire

Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales 33

Dans le contexte contemporain d’émergence d’une théologie musulmane des religions, ce numéro du MIDÉO aborde cette thématique à partir d’un regard historique qui permet d’évaluer la place accordée aux religions du point de vue islamique. À côté des réfutations (rudūd) à l’encontre des juifs, chrétiens, zoroastriens ou factions musulmanes hétérodoxes, de la vision classique où toutes les religions sont perçues comme des expressions ou manifestations religieuses déformées de la vraie religion qu’est l’islam, l’histoire est aussi celle de courants ou de penseurs qui envisagent les autres religions dans leur authenticité. Il s’agit dès lors d’apprécier un apport original et nécessaire de chaque religion dans une histoire pensée comme voulue par Dieu. Comme le montrent certaines contributions, le renouvellement de cette perspective n’est pas sans incidence sur le regard et le statut normatif accordé aux non-musulmans.

————◆————

In the contemporary context of the emergence of a Muslim theology of religions, this edition of MIDEO approaches this theme from a historical point of view which allows us to evaluate the place given to religions from the Islamic perspective. Along with the refutations (rudūd) against Jews, Christians, Zoroastrians, or heterodox Muslim factions, a with the classical view that all religions are perceived as distorted religious expressions or manifestations of the true religion, which is Islam, history also has its trends and thinkers who consider other religions in their authenticity. It is therefore a question of appreciating each religion’s original and necessary contribution in a history that is considered as willed by God. As some contributions show, the renewal of this perspective has an impact on the perception and normative status accorded to non-Muslims.

————◆————

في السياق المعاصر لظهور علم الكلام الإسلاميّ للأديان، يتناول هذا العدد من مجلّة المعهد الدومنيكيّ هذا الموضوع من منظورٍ تاريخيّ يقوّم المكانة الممنوحة للأديان من وجهة نظر إسلاميّة. من الردود على اليهود والمسيحيّين والزرادشتيّين إلى البدع الإسلاميّة وحتّى الرؤية التقليديّة الّتي تنظُر إلى جميع الأديان باعتبارها تعبيراتٍ أو مظاهرَ دينيّةً انبثقتْ عن الدين الحقيقيّ الّذي هو الإسلام، كما أنّ هناك أيضًا في التاريخ تيّاراتٍ أو مفكّرين يذهبون إلى صحّة الديانات الأخرى ومن ثمَّ فالمسألة بالنسبة لهم هي تقدير المساهمة الأصليّة والضروريّة لكلّ دين حسب مشيئة الله. وكما توضّح بعض المداخلات فإنّ تجديد هذا المنظور له تأثيرٌ على موقف الإسلام والمسلمين من غير المسلمين.


L’auteur
  • Emmanuel Pisani (IdRef : 167138731)
    Directeur de l’Institut de science et de théologie des religions de Paris, il est membre de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA7403) et directeur du laboratoire de recherche « Islam et Altérité ». Emmanuel Pisani est membre du Conseil d’orientation de la Fondation de l’Islam de France et conseiller scientifique de la Plateforme universitaire de la recherche sur l’Islam en Europe et au Liban (PLURIEL). Il a reçu en 2016 le Prix Muhammad Arkoun organisé par l’IISMM et le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans, pour sa thèse Hétérodoxes et non-musulmans dans la pensée d’al-Gazali.
Vignette
IF1171, ISBN 9782724707250
2018 IFAO
Collection: FIFAO 79
1 vol., 352 p.
49 (980 EGP)
• Lire le sommaire

El Hobagi : une nécropole de rang impérial au Soudan Central
Deux tumulus sur sept

La Fin de Méroé est bien connue en Nubie, par les tombes royales de Qoustoul et Ballana, et par les fouilles de capitales à Faras et au Gebel Adda. Pour documenter la période dans la région de Méroé même, la Section française a sondé en 1987-1990 les monuments du site d’el-Hobagi.

Des sept grands tumulus à sépultures souveraines, tous enclos d’un mur d’enceinte très original, deux ont été fouillés.

Chaque tombe procure un armement exceptionnel, emblématique de la royauté méroïtique. On compte aussi une série étonnante de récipients en bronze gravés de motifs ou de scènes et ayant servi au culte. L’un d’eux porte l’inscription en hiéroglyphes la plus tardive de l’Empire (REM 1222).

La datation du matériel et le radiocarbone situent el-Hobagi au ive siècle, au début, donc de l’époque charnière du transfert de la capitale vers Soba.

Le cimetière d’el-Hobagi est postérieur au cimetière nord des qore de Méroé, et contemporain à la fois des dernières pyramides du cimetière ouest et des cimetières Garstang 400 et 500.

Y est soulignée la persistance d’un État méroïtique dans le Soudan central, quand la Nubie fait sécession. L’interprétation ne permet pas d’affirmer qu’el-Hobagi succède à Méroé ; pour autant, par leurs rites funéraires, les personnages enterrés là – peut-être des ethnarques Noba comparables aux rois Nobades de Nubie – affirment leur appartenance à l’Empire méroïtique.

————◆————

The End of Meroe is best known in Nubia from the royal tombs at Qustul and Ballana and by the excavations in the capitals at Faras and Gebel Adda. For documentation on the same period in the region of Meroe, the Section française surveyed in1987-1990, the monuments of the site at el-Hobagi.

Of the seven large tumuli covering the graves of kings, all enclosed by a wall of unusual form, two were excavated.

Each grave produced exceptional weaponry, insignia of Meroitic royalty. There was also an astonishing series of vessels in bronze engraved with motifs or scenes and used for ritual purposes. One of them bore an inscription in hieroglyphs, the latest known in the Empire (REM 1222).

The dating of the material and that derived from radiocarbon analysis place el-Hobagi in the 4th century, at the beginning of the pivotal period of the transfer of the capital towards Soba. The cemetery of el-Hobagi is later than the North Cemetery of the rulers of Meroe, and contemporary with both the latest pyramids in the West Cemetery and of Garstang’s cemeteries 400 and 500.

It emphasised the persistence of the Meroitic state in central Sudan, when Nubia was already lost. The interpretation does not allow an affirmation that el-Hobagi succeeded Meroe; but, by their funerary rites, the individuals interred – perhaps of Noba ethnicity comparable to the kings of Nobadia in Nubia – were asserting that they belonged to the Meroitic Empire.


L’auteur
  • Patrice Lenoble (IdRef : 161124895)
    Archéologue qui a toujours voulu et su garder sa liberté de mouvement, Patrice Lenoble a partagé sa vie professionnelle entre le Soudan, le Liban et la DRAC des pays de Loire. Dans les années 1980, il a consacré la plus déterminante partie de sa carrière à répondre à la question de la Fin de Méroé, les fouilles d'El-Hobagi publiées ici sont le résultat de ce questionnement.
Vignette
IF1157, ISBN 9782724707137
2018 IFAO
Collection: MIFAO 138
1 vol., 404 p.
49 (980 EGP)
• Lire le sommaire

La zone minière pharaonique du Sud-Sinaï III
Sinai III

Ce troisième volume consacré à la zone minière du Sud-Sinaï a pour objectif l’étude des expéditions envoyées par l’État pharaonique vers la Péninsule, des origines de l’histoire égyptienne à la fin du Nouvel Empire, en utilisant l’ensemble de la documentation qui est actuellement à notre disposition. Celle-ci s’est largement renouvelée ces dernières années, à la fois grâce à des missions de prospection effectuées au Sinaï, et grâce à l’abondant matériel obtenu lors de la fouille des sites portuaires récemment identifiés sur la côte de la mer Rouge, à Ayn Soukhna et au ouadi el-Jarf, qui ont servi de points d’embarquement à certaines de ces expéditions. La première partie de cette étude s’intéresse de façon générale à l’organisation de ces opérations, en examinant tour à tour les lieux qu’elles parcouraient, les différentes catégories de main d’œuvre qu’elles incorporaient et les produits qu’elles étaient susceptibles de rapporter dans la vallée du Nil. Un catalogue de l’ensemble des missions attestées – plus d’une centaine au total – est ensuite établi période par période, en regroupant à chaque fois l’ensemble des sources connues.

————◆————

This third volume, devoted to the mining zone of South Sinai, aims at studying the Pharaonic expeditions sent to the South-Western part of this Peninsula, from the beginning of Egyptian history to the end of the New Kingdom. All available sources were used, notably material uncovered during the excavations of the newly discovered Red Sea harbours of Ayn Soukhna and Wadi el-Jarf (used as departing points for these expeditions), but also evidence found during our survey of a large area surrounding the Serabit el-Khadim plateau. The first part of this study presents a general approach to the organisation of these operations (where they went, the things they were looking for), then follows a catalogue listing all the known expeditions to Sinai – more than one hundred – as well as all the documents relating thereto.


L’auteur
  • Pierre Tallet (IdRef : 07926817X)
    Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégé d’histoire et ancien adjoint aux publications de l’IFAO, Pierre Tallet est actuellement titulaire de la chaire d’égyptologie de la Sorbonne. Depuis 2001, dans le cadre d’un programme consacré aux expéditions minières égyptiennes en mer Rouge il a dirigé ou co-dirigé les missions archéologiques d’Ayn Soukhna et du ouadi el-Jarf – deux ports pharaoniques récemment identifiés sur la côte du golfe de Suez – et mené une prospection au sud de la péninsule du Sinaï.
Vignette
IF1160, ISBN 9782724707168
2018 IFAO
Collection: BEC 26
1 vol., 304 p.
39 (780 EGP)
• Lire le sommaire

Catalogue général du Musée copte du Caire. Objets en bois 1

Le département des bois du Musée copte est riche des milliers de pièces versées par le patriarcat d’Alexandrie, données par des familles ou découvertes lors de fouilles archéologiques. Le présent catalogue offre une première sélection de quatre-vingt-six objets de provenances et d’époques diverses. Il regroupe aussi bien des éléments architecturaux de sites monastiques tels que ceux d’Apa Apollô à Baouît ou d’Apa Jérémie à Saqqara, du mobilier liturgique provenant des églises du Vieux-Caire (autel, ciboire, iconostase), que des objets de la vie quotidienne (peignes, fusaïoles), et couvre une vaste période chronologique allant de l’époque byzantine à l’époque ottomane. Cette collection permet d’entrevoir la vivacité et la diversité de l’artisanat populaire tout en illustrant les goûts d’une élite civile urbaine et cosmopolite. Les charpentiers, menuisiers et sculpteurs collaborent indépendamment de leur confession religieuse et mêlent volontiers les répertoires iconographiques païen, chrétien et musulman. Matériau à la croisée des cultures, le bois travaillé est révélateur des nombreux échanges économiques et sociaux qui ont jalonné l’histoire de l’Égypte et de la communauté chrétienne.

————◆————

The Department of Woods at the Coptic Museum counts thousands of pieces donated by the Patriarchate of Alexandria, gracefully offered by families or discovered during archaeological excavations. The present catalogue furnishes a primary selection of eighty-six objects from various origins and periods. It includes architectural elements from monastic sites, such as those from Apa Apollo at Bawit or Apa Jeremiah at Saqqara, liturgical furniture from the churches of Old Cairo (altar, ciborium, iconostasis), as well as everyday objects (combs, spindle whorls) covering a vast chronological period, from the Byzantine Empire to the Ottoman Empire. This collection gives a glimpse of the liveliness and diversity of popular crafts while illustrating the tastes of urban and cosmopolitan civilian elite. Carpenters and sculptors collaborated regardless of their religion and readily mixed Pagan, Christian and Muslim iconographic repertoires. Woodwork, a material at the crossroads of cultures, is indicative of the various economic and social exchanges that punctuated Egyptian history and its Christian community.


Les auteurs
  • Julien Auber de Lapierre (IdRef : 225371723)
    Julien Auber de Lapierre est historien de l’art, chargé de cours à l’École du Louvre. Ancien élève de l’École du Louvre, sa thèse de doctorat, préparée à l’EPHE, porte sur le renouveau de l’iconographie chrétienne dans l’Égypte ottomane à travers l’étude du peintre d’icônes Yuhanna al-Armani. En charge de l’examen scientifique des objets en bois du Musée copte du Caire depuis 2009, il est également membre de la mission archéologique de Fustat auprès de l’Ifao pour l’étude du matériel en bois.
  • Adeline Jeudy (IdRef : 11290422X)
    Adeline Jeudy est historienne de l'art. Diplômée de l’université Panthéon-Sorbonne, elle a consacré sa thèse de doctorat au mobilier liturgique en bois des églises coptes à l’époque médiévale (Xe-XIVe siècle). Durant ses recherches, elle a contribué à l’examen scientifique et à la rédaction des cartels des collections des bois et ivoires du Musée copte avant sa réouverture en 2006. Elle est aujourd’hui directrice d’une galerie d’art à Paris.
Vignette
IF1130, ISBN 9782724706864
2018 IFAO
Collection: BiEtud 167
1 vol., 744 p.
64 (1280 EGP)
• Lire le sommaire

Karnak, Amon-Ré : la genèse d’un temple, la naissance d’un Dieu

L’ancienneté du temple de Karnak et la genèse du culte d’Amon ont longtemps fait l’objet de débats aux conclusions incertaines, faute d’indices déterminants, mais il est désormais possible de proposer de nouvelles hypothèses sur le développement du site et l’essor du culte d’Amon.

Le Nil a connu des changements importants de son cours et il semble que le site de Karnak, primitivement situé rive gauche, soit devenu une île inhabitée durant l’Ancien Empire. Sous la XIe dynastie, après le rattachement de l’île à la rive droite, les nouveaux dynastes thébains mirent à profit les terres émergées pour édifier un sanctuaire, consacré à Amon-Rê, garant de leur légitimité.

Cette divinité, quoique nouvelle, n’a pas été élaborée ex nihilo : elle synthétise le concept memphito-héliopolitain d’Imn, « caché », la dimension solaire empruntée à Rê-Atoum d’Héliopolis, l’iconographie et les liturgies coptites du dieu Min.

Amon-Rê devint ainsi, pour ces souverains originaires du Sud, le dieu qu’ils avaient révélé et que les rois précédents n’avaient pas su reconnaître.

————◆————

The age of the Karnak temple and the genesis of the cult of Amon have been the subject of debate and inconsistent conclusions for years, due to the lack of decisive elements, but it is now possible to present some new hypotheses on the development of the site and the rise of the cult of Amon.

The course of the Nile clearly endured some major changes and it appears that the site of Karnak, that was originally located on the left bank, became a desert island during the Old Kingdom. In the XIth Dynasty, after the island became part of the right bank, the new Theban kings took advantage of the emerged land to build a sanctuary, dedicated to a new divinity, which was supposed to guarantee their legitimacy.

The divinity, Amon-Re, though a new one, was not created ex nihilo. Amon-Re summarizes the Memphite Heliopolitan concept of Imn, «hidden», and the solar dimension that is a feature of Re-Item of Heliopolis, as well as the iconography and the Coptite liturgies of Min.

For those sovereigns coming from the South, Amon-Re became the god that they contributed to reveal, to the contrary of the previous kings, who did not rightly appreciate it.


L’auteur
Vignette
IF1152, ISBN 9782724707083
2018 IFAO
Collection: BiEtud 169
1 vol., 296 p.
54 (1080 EGP)
• Lire le sommaire

Landscape Archaeology
Egypt and the Mediterranean World

Le présent ouvrage s’intéresse à l’archéologie des paysages antiques, en Égypte et sur le pourtour méditerranéen. L’approche géoarchéologique s’est imposée comme une étape majeure de toute démarche archéologique pour mieux comprendre tant la dynamique du peuplement des milieux anciens que les différents systèmes d’aménagements proposés par les sociétés humaines. Treize contributions sont regroupées dans quatre parties intitulées « Géoarchéologie et reconstitution des paysages anciens », « Systèmes d’information géographiques (SIG) », « Géographie historique » et « Études de cas en géoarchéologie ». Ces différents cas d’étude permettent d’aborder les questions suivantes : la formation de sites ruraux, les politiques de gestion de l’eau, la reconstitution des paléoenvironnements, l’occupation des territoires et la localisation du peuplement. Les auteurs dressent un panorama des relations complexes entre les dynamiques et les processus paysagers et les logiques d’occupation humaine à travers l’exemple d’études récentes menées en Égypte, en Tunisie, au Maroc, en Grèce et au Portugal.

————◆————

This book deals with the archeology of ancient landscapes in the Egyptian and Mediterranean regions. Geoarchaeological methodologies have emerged as a major component in any archaeological approaches to better understanding both the dynamics of the establishment of ancient environments and the variety of settlement patterns adopted by human societies. Thirteen contributions are grouped into four parts entitled “Geoarchaeology and reconstitution of the ancient landscape”; “Geographic Information Systems (GIS)”; “Historical Geography”; and “Geoarchaeology Case Studies”. The examples highlighted in this book address the following themes: rural site formation; water management strategies; paleo-environment reconstruction; land occupation; and settlement location. The authors give an overview of the complex relationships between landscape dynamics and the logics of human occupation through the results of recent studies carried out in Egypt, Tunisia, Morocco, Greece and Portugal.


Les auteurs
  • Yann Tristant (IdRef : 083160116)
    Yann Tristant est maître de conférences à la Macquarie University (Sydney, Australie). Archéologue et protohistorien, il s’intéresse à la période pré- et protodynastique en Égypte et aux relations entre l’homme et son environnement dans le cadre nilotique. Chef de chantier pour l’Ifao à Abou Rawach et dans le Ouadi Araba, ses recherches se portent aussi sur la géoarchéologie du Delta du Nil et de la région de Dendara en Haute-Égypte.
  • Matthieu Ghilardi (IdRef : 111321743)
    Matthieu Ghilardi est chargé de recherche au CNRS (CNRS, CEREGE, UM34 & UMR 7330, Aix-en-Provence). Géographe et géomorphologue, il étudie plus particulièrement les îles de la Méditerranée (Corse, Chypre, Eubée, Crète, Baléares, Thasos et Sardaigne). Ses recherches portent également sur la géoarchéologie des grands fleuves du pourtour méditerranéen, et notamment le Nil dans le secteur de Karnak-Coptos.