Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Manifestations scientifiques

Pour recevoir les annonces des manifestations que nous organisons, abonnez-vous à la liste de diffusion…

Subscribe to our mailing list for the announcements of our events …

[Manifestations de l'Ifao] :

<< précédente toutes les manifestations suivante >>

Atelier de lexicographie

Le dimanche 27 mai 2007 à 17h00, IFAO géolocalisation IFAO

La structuration du vocabulaire relatif au village

Åke ENGSHEDEN (Ifao)

L’atelier a été consacré à deux termes concernant l’habitat humain :

1. dmi « quai », « ville, village ». Bien qu’il n’y ait pas raison de mettre en cause son étymologie (< dmi < ?dmr « toucher à; atteindre ») ni l’évolution sémantique de « lieu d’accostage » en « ville », l’analyse des occurrences a permis d’apporter quelques précisions. La difficulté de trancher entre les sens par l’observation du déterminatif est évidente à travers les différentes traductions et les index des Textes des Sarcophages. Le premier exemple relevé où le mot est suivi par le déterminatif de la ville ne date que de la Seconde Période intermédiaire. Les renvois du Wörterbuch pour l’Ancien Empire concernent un nom de lieu. Dans les documents hiératiques du Nouvel Empire on relève souvent une graphie avec une terminaison –t. L’évidence ne paraît pas suffire à poser l’existence d’un dérivé dmi.t. Peut-être est-il significatif que le seul exemple où le mot est accompagné de l’article féminin (Ounamon 2, 75) et la formation dmity.w, qui présuppose une base féminine, concernent l’étranger. L’accord grammatical (génitif indirect, adjectifs) au féminin à la Basse Époque est trop peu étudié pour permettre de tirer des conclusions.

2. qōpro, jepro « village ». Outre une seule occurrence dans une martyrologie ce substantif est attesté uniquement dans la toponymie où il existe aujourd’hui encore sous l’aspect de l’arabe Choubra. L’idée de Kuentz de lier ce terme à kafrō de l’araméen se heurte à des faits de phonologie. Le développement ā > ō ne s’est pas produit que tardivement en araméen. Du reste, la présence d’un omega suggère l’existence d’un mot composé qu’il reste à retrouver (cf. kAp « toit »; qp (dém.) « dito »).