Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.
1 notices, page 1 : 1

pdf
EtudUrb009_art_33.pdf (4 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Études urbaines 9
2014 IFAO
10 p.
5 (100 EGP)

The Bath at Ǧabal Says. Brief Reflections on Function and Water Use

Dans la région aride du sud-est de la Syrie, au pied du sommet volcanique du Jabal Says, les ruines de quelques 50 bâtiments ou groupes de bâtiments datés du Ier millénaire de notre ère sont préservées. Au début des années 1960, le plan d’ensemble a été mis au jour par les fouilles de l’Institut allemand d’archéologie (DAI). La majorité des bâtiments semble dater de la période omeyyade. En outre, un établissement antérieur de l’époque romaine tardive a été repéré.

Un Qasr dominait l’établissement du début de l’époque islamique et un bain a été découvert à environ 100 mètres à l’est de celui-ci. Son organisation est une belle illustration du modèle que suivent, à cette période, les bâtiments de ce type : une enfilade de trois petites salles dans lesquelles la température s’accroît graduellement, précédées par un vestibule plus grand. On a parfois dit que ce hall avait des fonctions de représentation aux premiers temps de l’Islam.

Le contexte environnemental spécifique du site de Jabal Says conduit à s’interroger sur la mise en œuvre technique et le fonctionnement réel du bain. En l’absence de toute source naturelle l’alimentant, l’eau devait être montée depuis un puits et acheminée vers le complexe. On a trouvé, pour des exemples similaires, traces de l’emploi de machines élévatrices du type saqiya – une technique ancienne qui semble avoir connu un renouveau dans les premiers temps de l’Islam. l’article s’interroge sur l’utilisation possible d’un tel dispositif en fonction du contexte hydrographique local.

Mots-clés : Syrie – époque omeyyade – forteresses du désert – Jabal Says – bains – gestion de l’eau.

In the arid region of south-eastern Syria, at the foot of the volcanic peak Jabal Says, the remains of some 50 buildings or clusters of buildings are preserved dating to the 1st millennium AD. In the early 1960s the layout of this settlement was exposed in excavation by the German Archaeological Institute. The majority of the structures could be dated to the Umayyad period. Furthermore, a late Roman predecessor settlement could be defined.

A qasr-building dominated the early Islamic settlement and just about 100 meters to the east of it a bath house was exposed. In its structural conception it is a fine example of the well-known building-type of the period: three successive small bathing rooms of increasing room-temperatures preceded by a larger hall. This entrance has occasionally been referred to as having fulfilled representative-ceremonial purposes in early Islamic times.

The specific environmental conditions at the site of Jabal Says raise questions about the technical operation and actual functioning of the bath. As no natural spring was available to serve it, water had to be lifted from a groundwater well and piped to the complex. In comparable places, a winding installation of the sāqiya-type is attested – an ancient technique which seems to have experienced a revival in early Islamic times. The possible use of such a water-lifting device is checked against the local hydrographical setting.

Keywords: Syria – Umayyad – desert castles – Jabal Says – bath house – water management.


1 notices, page 1 : 1

Nouveautés