Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.
1 notices, page 1 : 1

pdf
BIFAO115_art_08.pdf (2.1 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 26 p., 10 (143 EGP)

Le chant du harpiste : une porte ouverte sur l’au-delà ?

La présence de harpistes dans la tombe de Ramsès III associée au contexte du tribunal osirien ne cesse de questionner. Un parallèle avec l’emplacement des chants dits « du harpiste » dans les chapelles funéraires privées des XIXe et XXe dynasties à Thèbes peut permettre de proposer une nouvelle interprétation de cette scène, mais aussi d’un répertoire qui mélange deux genres, l’un considéré comme « orthodoxe », l’autre comme « hérétique ». Le contenu des incipit apporte des indices sur le lieu où ce chant était déclamé, tandis que la fonction symbolique de l’espace architectural réservé à ce motif iconographique semble marquer une frontière que seul le défunt peut franchir, le musicien jouant alors un rôle de médium. Une comparaison avec une scène de la tombe d’Imeneminet (TT 277) vient confirmer le caractère funéraire d’une mélopée qui pourrait avoir été entonnée pour rappeler la rupture nécessaire entre le monde des vivants et des morts. Dès lors, la présence des harpistes dans la tombe de Ramsès III, au moment où le roi est admis à pénétrer dans le monde des morts, peut trouver une explication.

Mots-clés : harpistes – tombe de Ramsès III – Tribunal osirien – chapelles funéraires – chant du harpiste – incipit – performance – passage

The depiction of two harpists in the tomb of Ramses III, associated with the context of the Osirian tribunal, is difficult to be interpreted. A parallel with the location of the Harper’s song in tomb-chapels of the 19th and 20th dynasties at Thebes can lead to a new interpretation of this scene, but also of a repertoire that mixes two genres, one “orthodox”, the other one “heretical”. The incipit of the song provides indications about the place where it was recited, while the architectural space choosen for this iconographic motif seems to mark a boundary that only the dead can cross. The harper’s song could have been sung to remind the necessary seperation between the world of the living and the dead, the musician acting as an medium. A comparison with a scene from the tomb of Imeneminet (TT 277) seems to confirm this interpretation. Therefore, the presence of harpists in the tomb of Ramses III, when the king is allowed to enter the world of the dead, can find an explanation.

Keywords: harpers – tomb of Ramesses III - Osirian tribunal – Tomb-Chapels - Harper Song – incipit – performance - passage


1 notices, page 1 : 1

Nouveautés