Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.

Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale (FIFAO)

ISSN : 0768-4703

La collection Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale (FIFAO) se consacre à la publication scientifique des travaux archéologiques conduits sur l’ensemble des chantiers de l’Ifao. Elle est constituée de plusieurs séries : Balat, Tebtynis, Karnak-nord, Archéologie islamique, etc.


61 notices, page 3 : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

Vignette
IF1017, ISBN 9782724705430
2010 IFAO
Collection: FIFAO 60 ArchIsl
ArchIsl : Archéologie Islamique
1 vol., 302 p., 54 (982 EGP)
• Lire le sommaire

Gedi, une cité portuaire swahilie. Islam médiéval en Afrique orientale

Gedi est une cité médiévale localisée sur les rivages du Kenya actuel, fondée au XIᵉ et abandonnée au début du XVIIᵉ siècle. À l’instar de Zanzibar et de Kilwa, en Tanzanie, Gedi a joué un rôle essentiel dans les relations maritimes de l’océan Indien occidental. Les ports et les cités-États swahilis doivent leur urbanisation aux marchands islamisés perses et arabes venus chercher en Afrique subsaharienne de l’or, de l’ivoire et des esclaves. La ville de Gedi est représentative de la culture swahilie et de l’Islam médiéval en Afrique orientale jusqu’à l’arrivée des Portugais. Les recherches archéologiques de Gedi ont été financées par la Commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères et ont reçu un soutien administratif et logistique des Musées nationaux du Kenya et de l’Institut britannique en Afrique de l’Est.

Gedi is a medieval city located ont the coast of the current Kenya. Like many cities such as Zanzibar and Kilwa, in Tanzania, Gedi played an essential role in the maritime relationship of the Western Indian Ocean. The harbours and the Swahilis cities-states owe their urbanization to the Persian an Arabic islamized merchants who came in sub-Saharan Africa to search for gold, ivory and slaves. The city of Gedi was founded in the XIth century and abandoned in the beginning of the XVIIth century. This city is representative of the Swahili culture and medieval Islam in Eastern Africa until the arrival of the Portuguese navigators. The archaeological research in Gedi was founded by the French Ministry of Foreign Affaires (Commission des fouilles) and received an administrative and logistial supprot from the National Museums of Kenya and the British Institute in Eastern Africa.
Vignette
IF970, ISBN 9782724704679
2008 IFAO
Collection: FIFAO 55 FFI
FFI : Fouilles franco-italiennes
1 vol., 370 p., 70 (1273 EGP)
• Lire le sommaire
• Lire le corrigendum

Tebtynis III. Vessel’s Notations from Tebtynis (Fouilles franco-italiennes)

This book is the edition of any kind of text written or incised on various types of vessels found at Tebtynis during the excavations of the joined Mission of Università di Milano and Ifao under the directorship of Professor Claudio Galazzi. At present this publication includes treatment of 820 pieces found from 1997 to 2003 mostly in ancient debris deposits of in destroyed layers by the work of previous excavators or farmers.

Considering that this is the first book to group and present these texts, the introduction contains a list of published or described notations of this type from Egypt and a method to identify a text as a "vessel’s notation". The majority of these texts consist solely of personal or place names, dates and indications of the content of the vessel, the capacity etc. The date ranges from the second half of the third century BC to the third century AD (with a few in the fourth and fifth century AD). The absolute dating proposed here has been established base on palaeographical details (considering the small amount of texts or the fragmentary character of many of the texts), the stratigraphy and the pottery.

The volume includes photographs of all the published pieces and, where it was possible, a drawing of the vessel type has been made.
Vignette
IF993, ISBN 9782724704921
2008 IFAO
Collection: FIFAO 58
1 vol., 168 p., 30 (545 EGP)
• Lire le sommaire

Le gisement épipaléolithique de ML1 à ’Ayn-Manâwir. Oasis de Kharga

Le site épipaléolithique ML1 à ‘Ayn Manâwir correspond à un campement localisé sur le rebord oriental d’un petit plateau gréseux dominant le bassin de Douch. La présence de quelques foyers dispersés atteste d’une occupation épisodique, probablement saisonnière, dans le cadre de déplacements sur le territoire de l’oasis de Kharga.

L’outillage lithique, très richement documenté, indique que des activités de débitage de lamelles et de microlamelles pour la fabrication de microlithes géométriques ont été pratiquées sur place pour confectionner des projectiles à éléments composites. Les caractères technologiques de cette production ont été enrichis par de nombreux remontages qui ont permis de préciser les chaînes opératoires. Une industrie de parure en test d’œuf d’autruche est également attestée.

Deux datations 14C placent le site de ‘Ayn Manâwir au milieu du VIIe millénaire. Le faciès microlithique de ML1, où les triangles scalènes et les microburins occupent une place essentielle, est comparable, typologiquement, à la composante «El Ghorab» du Néolithique du Sahara oriental, qui apparaît plus ancienne, au milieu du VIIIe millénaire.

Les puits artésiens, qui ont fonctionné de manière intermittente dans cette région, ont, quelles que soient les conditions climatiques, joué un rôle majeur dans le développement de l’économie de subsistance des populations de chasseurs de cette époque.
Vignette
IF979, ISBN 9782724704761
2008 IFAO
Collection: FIFAO 57
1 vol., 374 p., 60 (1091 EGP)
• Lire le sommaire

Gebel el-Zeit. II. Le matériel inscrit.

Au deuxième millénaire av. J.-C., des expéditions pharaoniques traversent le désert Oriental égyptien afin d’aller extraire la galène du Gebel el-Zeit, au bord de la mer Rouge. Attenant aux mines, un sanctuaire d’Hathor « maîtresse de la galène » consiste en un enclos de pierre sèche adossé au rocher. Il comportait un abondant matériel inscrit déposé en ex-voto, datable de la XIIᵉ dynastie au règne de Ramsès II.

La publication intègre des plans archéologiques au catalogue des objets inscrits : stèles, tessons, sceaux, bagues, perles, scarabées.
Vignette
IF971, ISBN 9782724704686
2007 IFAO
Collection: FIFAO 56 FFI
FFI : Fouilles franco-italiennes
1 vol., 410 p., 49 (891 EGP)
• Lire le sommaire

Tebtynis IV. Les habitations à l’est du temple de Soknebtynis

Ce quatrième volume de la série des fouilles franco-italiennes, fruit de la collaboration de l’Institut français d’archéologie orientale et de l’université de Milan, fait suite à Tebtynis I, où sont publiées la chapelle d’Isis-Thermouthis et les maisons voisines. Il concerne les dix-huit habitations mises au jour entre le dromos de Tefresudj(ty ?), le temenos du temple de Soknebtynis et l’enclos des eremophulakes, occupant une superficie d’environ 1250 m² et se superposant sur trois niveaux d’époque ptolémaïque et romaine.

Comme dans Tebtynis I, l’ouvrage présente l’étude archéologique et stratigraphique des habitations, en décrit le fonctionnement architectural et les situe dans leur contexte urbain. Chacun des sept premiers chapitres traite des habitations situées sur une même portion de terrain, tandis qu’un huitième et dernier chapitre analyse le contexte urbain de l’ensemble et son évolution dans le temps, compare les plans des édifices d’une même période et présente les différentes parties de la maison dans leurs spécificités fonctionnelles et techniques.
Vignette
IF904, ISBN 9782724703405
2006 2e édition IFAO
Collection: FIFAO 48
2 vol., 746 p., 70 (1273 EGP)
• Lire le corrigendum

La route de Myos Hormos - L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte - Praesidia du désert de Bérénice I
Fondé au IIᵉ s. av. J.-C. sur la rive occidentale de la mer Rouge, le port de Myos Hormos connut son apogée au lendemain de la conquête romaine de l’Égypte; c’est alors que des caravanes allaient et venaient entre Koptos, le grand port nilotique, et Myos Hormos, transbordant produits occidentaux et érythréens. Pourtant, la plupart des fortins (praesidia) dont les Romains ont équipé cette route, qu’ils appelaient la «route de Myos Hormos» ou «route Myshormitique», datent d’une époque ultérieure et ne semblent guère en phase avec le trafic commercial. À défaut d’informations sur les échanges de Rome avec l’Inde et l’Arabie, quatre saisons de fouilles et de relevés sur les fortins de la route de Myos Hormos entre 1994 et 1997 ont précisé les connaissances sur l’action de Rome dans le désert Oriental égyptien pendant la période où fonctionna le réseau de praesidia, de Vespasien jusqu’au début du IIIᵉ siècle. Chacun de ces fortins, commandé par un curator praesidii responsable devant le préfet du désert de Bérénice, servait de relais pour la poste officielle, assurant une communication rapide des nouvelles du désert et des ordres venus de la vallée. Les dépotoirs, en particulier ceux de Krokodilô et de Maximianon, ont livré des détritus divers, témoins du quotidien des occupants : céramique, verrerie, cuir, textiles, déchets alimentaires et, surtout, textes grecs et latins sur ostraca. Trouvés par centaines, ceux-ci nous font entrer dans l’intimité de la poignée de militaires qui vivaient à l’abri de ces murs en symbiose avec des civils au statut indécis. Les ostraca parlent de la police du désert, des rezzous perpétrés par les «barbares», mais aussi des affaires de Philoklès, épicier et proxénète sous le règne de Trajan, et, en général, de la façon dont la vie s’organisait dans ces conditions extrêmes.
Vignette
IF936, ISBN 9782724704099
2006 IFAO
Collection: FIFAO 53
1 vol., 260 p., 48 (873 EGP)
• Lire le sommaire

Les objets en cuir de Didymoi. Praesidium de la route caravanière Coptos-Bérénice. Praesidia du désert de Bérénice III

Le fort de Didymoi, construit par l’armée romaine sur la piste Coptos-Bérénice en 76/77 apr. J.-C. et occupé jusqu’au second quart du IIIe siècle, a livré une collection de plus de 700 objets en cuir. Fragments de vêtements, chaussures et sandales, outres, gourdes, guides, sangles, pièces de harnachement et de sellerie, étuis, fourreaux offrent un panorama des emplois du cuir. La découverte de chutes de cuir atteste la présence régulière de cordonniers ou au moins d’individus sachant travailler le cuir. Les objets proviennent des couches de détritus rejetés devant le fort au cours des Ier et IIe siècles et du comblement des casernements dans la première moitié du IIIe siècle. Grâce à une stratigraphie fixée chronologiquement par des critères intrinsèques (ostraca) et extrinsèques (mise en relation de certaines strates avec des travaux commémorés par des inscriptions), le matériel en cuir est daté avec une grande précision. L’exceptionnel état de conservation en fait une des plus importantes collections d’objets en cuir de l’époque romaine et rend aisée la comparaison avec les ensembles découverts dans des milieux immergés du nord de l’Empire, tels que les camps du Limes de Germanie.


Vignette
IF953, ISBN 9782724704280
2006 IFAO
Collection: FIFAO 54
1 vol., 475 p., 35 (636 EGP)
• Lire le sommaire

Mons Claudianus III - Survey and Excavation

Mons Claudianus is the site of a major Roman quarry complex, situated in the Eastern Desert of Egypt. The quarries, which were operated as an imperial monopoly, produced a fine grey granodiorite which was used largely in prestige imperial building projects in Rome. Once abandoned by Rome, the settlement lay largely untouched, and in a superb state of preservation, until the advent of tourism on the Red Sea coast in the 1980s. Seven seasons of work conducted between 1987 and 1993, produced a detailed survey of the large quarry field and fortified settlement area, and excavations undertaken to elucidate the functioning and chronology of the site. Among the major aims was the construction of dated sequences for various classes of ceramic artefact, something that had been sadly lacking for the earlier centuries of the Roman period in Egypt but which is made possible at Mons Claudianus by the association of the ceramic materials with dated ostraca.

The high status of the site is reflected in the range of materials represented. This report provides a comprehensive account of the Egyptian and imported pottery and faience vessels, vessel stoppers, ceramic lamps and small objects. The report on the vessels includes a detailed description of fabric and forms, together with a dated catalogue. Quantified groups, ranging from the mid-first through the early third century AD, chart the ceramic trends through time, and are used to address broader issues, such as supply and demand, at the site. The report on the pottery lamps includes a comprehensive catalogue, and presents a new, dated typology designed to be flexible enough to accommodate future discoveries, as well as fabric analysis designed to establish provenance. A typological analysis of 273 vessel stoppers with their inscriptions attempts to correlate stopper type with vessel contents, and from this draw broader conclusions about food supply to Mons Claudianus. Finally, the group of terracotta and plaster objects, though relatively small in number and fragmentary in condition, forms one of very few well-dated collections of these materials published from Graeco-Roman Egypt.
Vignette
IF923, ISBN 9782724703702
2005 IFAO
Collection: FIFAO 51
1 vol., 302 p., 35 (636 EGP)
• Lire le sommaire

Ostraca de Krokodilô. La correspondance militaire et sa circulation. Praesidia du désert de Bérénice II

Krokodilô est un des fortins romains de la route caravanière qui traversait le désert de Bérénice entre Koptos, en Haute-Égypte, et Myos Hormos, sur les rivages de la mer Rouge. Du dépotoir, fouillé en 1996 et 1997, sont sortis environ 800 ostraca, grecs en général, qui datent de Trajan et du début du règne d’Hadrien. Cette première livraison des O.Krok. rassemble ceux qui concernent le service de cette petite garnison : journaux de poste, recueils de correspondance reçue, lettres entre militaires sur des questions de service (la relève, la discipline, la réparation du moulin de la garnison...), tituli picti, tessères avec le mot d’ordre. Parmi ces documents, deux morceaux de choix : O.Krok. 1 est un journal de poste permettant de démonter le système des equites dispositi qui assurait la transmission rapide du courrier militaire ; O.Krok. 87 conserve une série de lettres (appelées diplômata), dont le clou est le rapport d’un survivant de l’attaque du praesidium de Patkoua (probablement situé en Basse-Nubie) par des barbares, le 13 mars 118.


Vignette
IF925, ISBN 9782724703788
2005 IFAO
Collection: FIFAO 52
1 vol., 591 p., 70 (1273 EGP)

Balat VII - Les cimetières est et ouest du mastaba de Khentika - Oasis de Dakhla

Le mastaba de Khentika, gouverneur de l’Oasis à l’époque du pharaon Pépy II (vers 2200 av. J.-C.), est situé dans la nécropole antique de Qila‘ al-Dabba à proximité de la ville de ‘Ayn Asil où siégeait l’administration de l’Oasis à la fin de l’Ancien Empire. Deux cimetières secondaires se sont développés, à l’est et à l’ouest de ce mastaba, réservés aux tombes des proches du gouverneur et des fonctionnaires chargés de l’entretien de son tombeau. Ces tombes, une soixantaine, sont généralement individuelles et couvrent une période qui va de la construction du mastaba (sous Pépy II) à son abandon au début du Moyen Empire. Plus tard, à l’époque saïto-perse, quelques tombes collectives réoccupent les lieux.

L’ouvrage présente la publication exhaustive de ces tombes, la description de leur architecture comme de leurs occupants et du matériel associé, incluant des études anthropologiques, épigraphiques ou céramiques. Il offre ainsi une documentation nouvelle sur une catégorie sociale jusqu’alors bien moins connue que celle de l’élite enterrée dans les grands mastabas. Il montre aussi l’évolution des offrandes funéraires avec l’apparition des premiers simulacres d’offrandes. Un catalogue d’objets classés par matière permet, enfin, de suivre leur évolution durant la Première Période intermédiaire.
61 notices, page 3 : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

Nouveautés