Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.

extrait du catalogue (recherche de “BIFAO115_”)

17 notices, page 1 : 1 - 2

pdf
BIFAO115_art_01.pdf (4.1 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 14 p., 10 (143 EGP)

Une ville cérémonielle africaine du début du Nouvel Empire égyptien

La suite des fouilles archéologiques à Doukki Gel, près de Kerma, a permis de retrouver les vestiges d’une ville cérémonielle caractérisée par son architecture africaine aux monuments ovales ou circulaires. Des fortifications impressionnantes semblent relever de coalitions militaires avec des populations provenant du Soudan central. La capitale nubienne de Kerma, située à 700 m au sud, présente une architecture bien différente, influencée par l’Égypte. C’est enfin une troisième architecture, égyptienne, qui s’impose à Doukki Gel à la suite de la conquête de Thoutmosis Ier.

Mots-clés : Doukki Gel – Kerma – architecture africaine – architecture nubienne – architecture égyptienne.

The continuation of the archaeological excavations in Dukki Gel, near Kerma, have revealed the remains of a ceremonial town distinguished by its African architecture, with oval or circular monuments. Impressive fortifications seem to be connected with the military coalitions of populations from Central Sudan. The Nubian capital of Kerma, situated 700 m south, presents a pretty different architecture influenced by Egypt. Finally, it is a third architecture, Egyptian, which forced itself with the conquest of Thutmosis I.

Keywords:  Dukki Gel – Kerma – African architecture – Nubian architecture – Egyptian architecture.
pdf
BIFAO115_art_02.pdf (1.6 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 22 p., 10 (143 EGP)

Plinthine et la Maréotide pharaonique

La Mission française de Taposiris Magna fouille, depuis 2012, le site voisin de Kôm el-Nogous, identifié à la Plinthine des Grecs.

Les découvertes faites dans le kôm et dans la ville ptolémaïque qui se développe en contrebas au sud, ainsi que dans les champs modernes situés à l’ouest, indiquent que le site est occupé depuis au moins la XVIIIe dynastie et que l’occupation est particulièrement intensive à l’époque saïte. Elles permettent pour la première fois de lier époques pharaonique et hellénistique en Maréotide et soulignent l’importance de la frange côtière occidentale de l’Égypte dès l’époque pharaonique. Nous publions dans cet article un fragment de stèle de Séthy II et une anse d’amphore à vin au nom de Merytaton, étudions la toponymie de la région à l’époque pharaonique et donnons quelques hypothèses sur la fonction du site aux époques amarnienne et ramesside.

Mots-clés : Plinthine – Maréotide – frontière – Nouvel Empire – XVIIIe dynastie – époque ramesside – époque saïte – toponymie – Merytaton – Séthy II.

The French Expedition at Taposiris Magna has been exploring since 2012 the neighbouring site of Kom el Nogous, identified with the Plinthine of the Greeks.

The discoveries made in the kom and the Ptolemaic town, which extends below south, as well as in modern fields to the west, indicate that the site has been occupied since at least the 18th dynasty with a peak during the Saite period. They allow for the first time to link Pharaonic and Hellenistic periods in Mareotis and emphasize the importance of the coastal western fringe of Egypt since Pharaonic times. In this article are published a fragmentary stele of Seti II and a wine amphora handle in the name of Meritaten; besides, is presented a study of place names in the area during the Pharaonic era and some hypotheses about the function of the site during Amarnian and Ramessid times.

Keywords: Plinthine – Mareotis – borders – New Kingdom – 18th dynasty – Ramessid period – Saite period – toponymy – Merytaten – Seti II.
pdf
BIFAO115_art_03.pdf (2.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 40 p., 10 (143 EGP)

Hathor « en tous ses noms »

Dendara, temple d’Hathor, salle hypostyle : présentation de deux inventaires divins (Dend. IX, 26-32) mentionnant plus de 300 noms d’Hathor ; ils étaient invoqués lors des fêtes de la royauté divine. Les documents proviennent très probablement des archives memphites et héliopolitaines.

Mots-clés : Dendara – Hathor – archives – Memphis – Héliopolis, Khéops – Pépi.

Dendara, Temple of Hathor, hypostyle: presentation of two inventories (Dend. IX, 26-32) with more than 300 names of Hathor; they were spelled out during the festivals of the sacred royalty. The pieces came most probably from the records of Memphis and Heliopolis.

Keywords: Dendara – Hathor – records – Memphis – Heliopolis, Cheops – Pepi.
pdf
BIFAO115_art_04.pdf (0.5 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 8 p., 5 (71 EGP)

Chronologie d’un « surpeint » : le cartouche de la TT 116

Mise au point de la lecture du cartouche dans la tombe thébaine TT 116.

Mots-clés : Tombe thébaine TT 116 (propriétaire anonyme).

Clarification of the reading of the cartouche in theban tomb TT 116.

Keywords: Theban tomb TT 116 (owner unknown).
pdf
BIFAO115_art_05.pdf (1.2 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 26 p., 10 (143 EGP)

Quatre colosses du Moyen Empire « ramessisés » (Paris A 21, Le Caire CG 1197, JE 45975 et 45976)

Le répertoire statuaire des souverains ramessides comprend un grand nombre d’œuvres « usurpées ». Le nom du souverain originellement représenté est effacé ; la statue devient, à la fois par son inscription et par sa physionomie modifiée, un nouveau monument ramesside. Cet article présente deux cas d’étude permettant de dater de la fin du Moyen Empire des statues colossales au nom de Ramsès II et Mérenptah.

La statue peut être modifiée en profondeur, comme dans le cas du « petit » colosse d’Héracléopolis Magna (Le Caire JE 45976). La surface originelle a alors presque complètement disparu, et seules les proportions et le style de certains détails, tels que le traitement des genoux, permettent de reconnaître une réutilisation. Dans d’autres cas, l’usurpation est plus subtile, comme il est possible de l’observer sur le grand colosse du même site (JE 45975), ou pour deux sphinx de Tanis (Paris A 21 et Le Caire CG 1197), qu’il est possible de dater avec une certaine précision.

Mots-clés : Statuaire – sculpture – usurpation – Moyen Empire – XIIIe dynastie – XIXe dynastie – Amenemhat III – Amenemhat IV – Ramsès II – Mérenptah – Tanis – Héracléopolis Magna.

The statuary of Ramesside kings includes a large number of “usurped” pieces. With the original sovereign’s name erased, the statue becomes, thanks to its new inscription and the modification of its facial features, a new Ramesside monument. This article presents two study cases, which allow us to date from the Late Middle Kingdom colossal statues bearing the names of Ramesses II and Merenptah.

In some instances, the statue may have been deeply modified, as for example in the case of the “smaller colossus” from Heracleopolis Magna (Cairo JE 45976). The original surface is almost completely gone and only the statue’s proportions and the style of some details, such as the knees, allow us to detect a reuse. In other cases, the usurpation process is more subtle, as one can observe on the “larger colossus” from the same site (JE 45975) or two sphinxes from Tanis (Paris A 21 and Cairo CG 1197), which can be dated more precisely.

Keywords: Statuary – sculpture – usurpation – Middle Kingdom – 13th Dynasty – 19th Dynasty – Amenemhat III – Amenemhat IV – Ramesses II – Merenptah – Tanis – Heracleopolis Magna.
pdf
BIFAO115_art_06.pdf (22.2 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 34 p., 10 (143 EGP)

Nouvelle découverte à Tabbet el-Guech (Saqqâra-sud). Deux tombes de prêtres égyptiens de la VIe dynastie

Les 19 février et 1er mars 2015, la mission de l’Ifao sur le site de Tabbet el-Guech à Saqqâra-sud a découvert les tombes de deux prêtres, Sabi et Ânkhti, qui vivaient à l’époque du roi Pépy II. Les superstructures des tombes ont été bâties en briques crues, alors que les chambres funéraires ont été construites avec un calcaire blanc d’une excellente qualité. Les murs ont été décorés avec des représentations de nombreuses offrandes dont les couleurs d’origine sont encore très bien conservées. Bâties au fond de puits taillés dans la montagne, les chambres funéraires des prêtres semblent avoir été violées pendant l’Antiquité. Malgré cela, la mission a pu retrouver certains objets du matériel funéraire d’origine : quelques modèles en calcaire peint des offrandes de Sabi, une tablette en albâtre « égyptien » pour les 7 huiles sacrées au nom d’Ânkhti et son ensemble pour le rituel de l’ouverture de la bouche. Bien que les puits funéraires de Sabi et d’Ânkhti aient été « visités » il y a plus de 4 000 ans, ils ont été par la suite « scellés » dans leur partie supérieure par plusieurs dépôts humains, dont l’état au moment de la découverte est détaillé dans cet article. L’étude archéothanatologique de ces restes humains est en cours, mais les premiers résultats de leur analyse taphonomique semblent indiquer qu’aucune incursion n’a pu avoir lieu dans ces puits depuis la mise en place de ces inhumations à la Basse Époque ou pendant la période gréco-romaine.

Mots-clés : Ancien Empire – VIe dynastie – Basse Époque – architecture funéraire de particuliers – rituels de résurrection – photogrammétrie – archéothanatologie – restes humains – inhumations – taphonomie.

On February 19th and March 1st 2015, the IFAO Mission working at the site of Tabbet el-Guech in Saqqara South discovered the tombs of two priests, Sabi and Ankhti, who lived during the reign of King Pepy II. The superstructures of the tombs were built with mud bricks, whereas the funerary chambers were made out of fine white limestone. The walls were decorated with representations of numerous offerings whose original colours are still very well preserved. Constructed at the bottom of rock-cut shafts, the burial chambers of the priests seemed to be robbed in the Antiquity. Nevertheless, the Mission could still retrieve some objects from the original burial furniture: a few painted limestone models of Sabi’s offerings, an Egyptian alabaster tablet for the 7 sacred oils in the name of Ankhti and his set for the Opening of the Mouth ritual. Even though “visited” more than 4000 years ago, the funerary shafts of Sabi and Ankhti were later “sealed” at the top by several human deposits, whose condition during the discovery is detailed in this article. The archaeothanatological study of these human remains is underway, but the first results of their taphonomic analysis seem to indicate that no incursion took place in the shafts since these burials were placed there during the Late Period or the Greco-Roman Epoch.

Keywords: Old Kingdom – 6th Dynasty – Late Period – private funerary architecture – resurrection rituals – photogrammetry – archaeology of death – human remains – burials – taphonomy.
pdf
BIFAO115_art_07.pdf (0.3 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 8 p., 5 (71 EGP)

Self-Donation or Retirement to the Monastery (?): O.NMEC 117

L’O.NMEC 117 fait partie de la collection du National Egyptian Museum of Egyptian Civilization (musée national de la civilisation égyptienne). Le texte contient une histoire courte à propos d’un pécheur appelé Strategios. Il explique comment il a péché en ayant une affaire extraconjugale avec une vieille femme avec qui il a vécu pendant un an. Ensuite, se rendant compte que son comportement avait été inspiré par le diable, il décida d’aller au monastère de l’Apa Samuel et de demeurer là pour obtenir le pardon de Dieu. Le texte présente des similitudes avec les actes de donation d’enfants au monastère de Saint-Phoibammon à Thèbes. Peut-être était-il destiné à être inséré dans un document plus officiel écrit sur papyrus et adressé au clergé du monastère de l’Apa Samuel (demande pour entrer dans le monastère ou don de soi). Une fois que le document prêt, le brouillon n’était plus utile ou plus valide.

Mots-clés : ostracon copte – NMEC – retraite au monastère – don de soi – monastère de l’Apa Samuel.

O.NMEC 117 is a part from a seizure collection in the NMEC; the text contains a brief story of a sinner man called Strategios. It explains how he came to sin by having an extramarital affair with an old woman who lived with her for one year. Afterwards, he realized that his behavior was inspired by the devil, so he decided to go to the monastery of Apa Samuel and dwell there in order to obtain God’s forgiveness. The text shows similarities contained in the donations of children to the monastery of St. Phoibammon in Thebes. Perhaps the text was meant to be inserted in a more official document written on papyrus and addressed to the clergy of the monastery of Apa Samuel, either a request to enter the monastery, or possibly a self-donation. Once the document was ready, the draft was no more useful or no more valid.

Keywords: Coptic Ostraca in the NMEC – Retirement to the monastery – Coptic self-donation – Monastery of Apa Samuel.
pdf
BIFAO115_art_08.pdf (2.1 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 26 p., 10 (143 EGP)

Le chant du harpiste : une porte ouverte sur l’au-delà ?

La présence de harpistes dans la tombe de Ramsès III associée au contexte du tribunal osirien ne cesse de questionner. Un parallèle avec l’emplacement des chants dits « du harpiste » dans les chapelles funéraires privées des XIXe et XXe dynasties à Thèbes peut permettre de proposer une nouvelle interprétation de cette scène, mais aussi d’un répertoire qui mélange deux genres, l’un considéré comme « orthodoxe », l’autre comme « hérétique ». Le contenu des incipit apporte des indices sur le lieu où ce chant était déclamé, tandis que la fonction symbolique de l’espace architectural réservé à ce motif iconographique semble marquer une frontière que seul le défunt peut franchir, le musicien jouant alors un rôle de médium. Une comparaison avec une scène de la tombe d’Imeneminet (TT 277) vient confirmer le caractère funéraire d’une mélopée qui pourrait avoir été entonnée pour rappeler la rupture nécessaire entre le monde des vivants et des morts. Dès lors, la présence des harpistes dans la tombe de Ramsès III, au moment où le roi est admis à pénétrer dans le monde des morts, peut trouver une explication.

Mots-clés : harpistes – tombe de Ramsès III – Tribunal osirien – chapelles funéraires – chant du harpiste – incipit – performance – passage

The depiction of two harpists in the tomb of Ramses III, associated with the context of the Osirian tribunal, is difficult to be interpreted. A parallel with the location of the Harper’s song in tomb-chapels of the 19th and 20th dynasties at Thebes can lead to a new interpretation of this scene, but also of a repertoire that mixes two genres, one “orthodox”, the other one “heretical”. The incipit of the song provides indications about the place where it was recited, while the architectural space choosen for this iconographic motif seems to mark a boundary that only the dead can cross. The harper’s song could have been sung to remind the necessary seperation between the world of the living and the dead, the musician acting as an medium. A comparison with a scene from the tomb of Imeneminet (TT 277) seems to confirm this interpretation. Therefore, the presence of harpists in the tomb of Ramses III, when the king is allowed to enter the world of the dead, can find an explanation.

Keywords: harpers – tomb of Ramesses III - Osirian tribunal – Tomb-Chapels - Harper Song – incipit – performance - passage


pdf
BIFAO115_art_09.pdf (3.1 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 52 p., 10 (143 EGP)

Some 18th Dynasty Hieratic Ostraca from Deir el-Bahri

Cet article traite de 13 ostraca hiératiques de la XVIIIe dynastie, conservés dans les réserves du Musée égyptien du Caire. Ces ostraca ont probablement été découverts lors des fouilles du Metropolitan Museum conduites par H. Winlock à Deir el-Bahari. Ils évoquent des listes de noms, la distribution de bière dans des vaiselles-wšm, une liste de fournitures présentées par le temple de Thoutmosis II au temple d’Hatchepsout, ainsi qu’un journal de la nécropole des ouvriers.

Mots-clés : ostraca – Deir el-Bahari – XVIIIe dynastie – Hatchepsout – liste de noms – distribution de bière – journal de la nécropole.

This article is dealing with 13 hieratic ostraca stored in the basement of the Cairo Egyptian Museum, and dated back to the 18th Dynasty. These ostraca were perhaps uncovered during the excavations of the Metropolitan Museum by H. Winlock at Deir el-Bahri. Their topics vary between lists of names, distribution of beer in wšm-vessels, and list of supplies presented by the temple of Tuthmosis II to the Hatshepsut temple, in addition to a necropolis journals for workmen.

Keywords: ostraca – Deir el-Bahri – 18th Dynasty – Hatchepsout – lists of names – distribution of beer – necropolis journals.
pdf
BIFAO115_art_10.pdf (2.9 Mb)
Extrait pdf de l’ouvrage :
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 115
2015 IFAO
, 34 p., 10 (143 EGP)

Varia demotica d’Hermonthis

Édition – avec photographies et fac-similés – d’une vingtaine de graffites démotiques du site d’Ermant. Ils proviennent principalement des blocs du temple du Nouvel Empire remployés dans les fondations du temple de l’époque gréco-romaine, mais aussi de deux gargouilles du nouveau temple ainsi que du pylône de l’époque Ramesside qui était resté en place lors de la reconstruction du temple. Les graffites incluent généralement un proscynème devant Montou (ou Montou-Rê) qui peut être qualifié de « seigneur ­d’Hermonthis » et sont une fois associés à Rê-Horakhty. Les deux inscriptions des gargouilles sont datées de début de l’époque romaine. Les inscriptions contiennent une vingtaine d’anthroponymes masculins, rassemblés dans un tableau à la fin de l’article, dont les éléments théophores correspondent naturellement aux divinités principales du site – Montou, Osiris-Boukhis, Har-Prê et vraisemblablement Rattaouy –, mais certains font aussi mention de Thoth, d’un faucon sacré (une fois explicitement en lien avec Horus), et peut-être de Ptah.

Mots-clés : Ermant – époque ptolémaïque – époque romaine – blocs remployés – gargouilles – graffites démotiques – proscynèmes – formule de menace – Montou – Rê-Horakhty – Rattaouy – Har-Prê – prêtre-ḥnk.

Edition—with photographs and facsimile drawings—of about 20 demotic graffiti from the site of Armant. They come mainly from blocks of the New Kingdom temple reused in the foundations of the Graeco-Roman temple, some also from two gargoyles of the new temple and the Ramesside pylon that was left in place during the reconstruction of the temple. The graffiti usually contained a proscynema before Montu (or Montu-Re) who can be qualified as “lord of Hermonthis” and is once associated with Re-Horakhty. The two inscriptions on the gargoyles are dated to the early Roman period. The inscriptions contain about twenty male personal names, compiled in a table at the end of the article; their theophorous elements mention, unsurprisingly, the main divinities of Armant – Montu, Osiris-Bukhis, Har-Pre, and probably also Rattawy, but also Thoth, a sacred falcon (once explicitly connected to Horus), and possibly Ptah.

Keywords: Armant – Ptolemaic period – Roman period – reused blocs – gargoyles – demotic graffiti – proscynemata – threat formula – Montu – Re-Horakhty – Rattawy – Hor-Pre – ḥnk-priest.
17 notices, page 1 : 1 - 2

Nouveautés