Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire

Catalogue

Pour effectuer une commande, remplissez votre panier puis terminez votre commande. Vous pourrez effectuer un paiement sécurisé et être livré dans le monde entier. J'ai un code promotionnel
To perform an order, fill your cart then proceed the order. You will be driven to a secured page for the electronic payment which includes worldwide shipping fees. I have a promotional code.

extrait du catalogue (recherche de “9782724703405”)


Vignette
IF904, ISBN 9782724703405
2006 2e édition IFAO
Collection: FIFAO 48
2 vol., 746 p., 70 (1400 EGP)
• Lire le corrigendum

La route de Myos Hormos - L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte - Praesidia du désert de Bérénice I

Fondé au IIᵉ s. av. J.-C. sur la rive occidentale de la mer Rouge, le port de Myos Hormos connut son apogée au lendemain de la conquête romaine de l’Égypte; c’est alors que des caravanes allaient et venaient entre Koptos, le grand port nilotique, et Myos Hormos, transbordant produits occidentaux et érythréens. Pourtant, la plupart des fortins (praesidia) dont les Romains ont équipé cette route, qu’ils appelaient la «route de Myos Hormos» ou «route Myshormitique», datent d’une époque ultérieure et ne semblent guère en phase avec le trafic commercial. À défaut d’informations sur les échanges de Rome avec l’Inde et l’Arabie, quatre saisons de fouilles et de relevés sur les fortins de la route de Myos Hormos entre 1994 et 1997 ont précisé les connaissances sur l’action de Rome dans le désert Oriental égyptien pendant la période où fonctionna le réseau de praesidia, de Vespasien jusqu’au début du IIIᵉ siècle. Chacun de ces fortins, commandé par un curator praesidii responsable devant le préfet du désert de Bérénice, servait de relais pour la poste officielle, assurant une communication rapide des nouvelles du désert et des ordres venus de la vallée. Les dépotoirs, en particulier ceux de Krokodilô et de Maximianon, ont livré des détritus divers, témoins du quotidien des occupants : céramique, verrerie, cuir, textiles, déchets alimentaires et, surtout, textes grecs et latins sur ostraca. Trouvés par centaines, ceux-ci nous font entrer dans l’intimité de la poignée de militaires qui vivaient à l’abri de ces murs en symbiose avec des civils au statut indécis. Les ostraca parlent de la police du désert, des rezzous perpétrés par les «barbares», mais aussi des affaires de Philoklès, épicier et proxénète sous le règne de Trajan, et, en général, de la façon dont la vie s’organisait dans ces conditions extrêmes.