voir cette page dans votre navigateur - see this page in your browser
Institut Français
d’archéologie orientale — Le Caire

Lettre d’information de l’Ifao

Décembre 2016

Bonjour,

La vie de l’institut a été scandée durant ces trois derniers mois par un conseil scientifique extraordinaire, tenu à Paris le 26 septembre ; par deux missions d’évaluation, menées par l’HCERES (qui a succédé à l’AERES dans l’évaluation des institutions académiques) les 2 et 3 octobre, puis par l’Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la recherche (IGAENR), les 15-17 novembre ; et les 28 et 29 novembre, par les conseils scientifique et d’administration, qui se sont tenus à Paris. La préparation de ces visites, du Rapport d’activité 2015-2016 et du budget prévisionnel 2017 ont largement accaparé l’équipe de direction et les chefs de service durant la plus grande partie du trimestre. Nous attendons avec sérénité les conclusions du HCERES et de l’IGAENR.

La situation économique du pays s’est dégradée depuis le printemps dernier. Après un été marqué par une forte inflation, des mesures de contrôle des changes et l’attente d’un accord avec le FMI ont tendu la situation monétaire, ce qui a conduit le gouvernement égyptien à laisser la Livre flotter, à partir du 3 novembre. La violente dévaluation qui a suivi, partiellement répercutée sur les prix, affecte à la fois l’activité économique et le niveau de vie des Égyptiens. Le CA du 29 novembre a approuvé les mesures proposées par la direction de l’Ifao pour compenser, dans la mesure du possible, la perte de pouvoir d’achat dont souffre le personnel de droit local.

Activités scientifiques et formation

Au milieu de ces vents contraires, l’institut a connu une activité scientifique exceptionnellement intense.

Dans toute l’Égypte, les missions archéologiques étrangères rencontrent désormais de très longs retards dans l’obtention des autorisations de sécurité. Néanmoins les chantiers de Tebtynis, du Ouadi Sannour, de la TT 33, de Coptos, d’Ermant et de Dendara ont pu avoir lieu. Le chantier des Murailles du Caire a entamé en octobre sa dernière et plus longue campagne.

Colloque Textes des Pyramides
Colloque Textes des Pyramides

Philippe Collombert a organisé du 23 au 25 octobre un colloque international sur les Textes des Pyramides, qui a réuni au ministère des Antiquités, puis à l’Ifao, 18 intervenants et a combiné communications ouvertes au public et table ronde réservée aux spécialistes, consacrée aux complexes questions de méthode que soulève la publication de ces textes. Maria Mossakowska, Pascale Ballet et Jean-Luc Fournet ont de leur côté organisé de fécondes journées d’étude intitulées « Mobiliers d’Égypte. Archéologie et textes de l’époque hellénistique à la période mamelouke », les 30-31 octobre, qui ont permis de préciser les objectifs du programme de recherche « Contextes et mobiliers » dans le prochain quinquennal. Les 20-22 octobre l’Ifao a accueilli le deuxième workshop de l’ANR-DFG DYNTRAN Dynamics of Transmission, consacré à « Modes and Frameworks of Transmission » (org. Anthony Quickel, Université de Marburg, et Nicolas Michel). Les 8-10 novembre, Nicolas Michel a pris part aux communications et débats du Séminaire « Transformations de l’État, recompositions sociales, culturelles et politiques en Égypte et dans le monde arabe », organisé à l’IFE par Sarah Bennefissa (IRD), dans le cadre du LMI laboratoire mixte international « EtatRar ». Les 17-19 novembre enfin, Maria Mossakowska a participé à Vienne au colloque « Monastic Journeys from Late Antiquity to the Middle Ages », dans le cadre du programme inter-EFE sur les « Moines en Méditerranée ».

Formation à l’archéologie de terrain
Formation à l’archéologie de terrain

La troisième session de la formation professionnalisante à l’archéologie de terrain a débuté le 18 septembre par deux semaines de cours théoriques, donnés à l’Ifao. La formation connaît toujours le même succès. Les inspecteurs et étudiants concernés ont commencé leurs stages sur plusieurs chantiers de l’Ifao.

Le 28 octobre, Hassan Selim, Florence Albert, Marine Yoyotte et Julie Monchamp ont accompagné Laurent Bavay et Nicolas Michel au XIIIe workshop de méthodologie, consacré à « Creating and Studying a Corpus » , organisé à l’invitation d’Eltayeb Abbas (chercheur associé égyptien) à la Faculté de tourisme et hôtellerie de l’Université de Minya. Cette dernière nous accueillait pour la seconde année consécutive, cette fois-ci dans le cadre d’un grand colloque sur le tourisme en Moyenne-Égypte.

À l’Ifao même a eu lieu la 2e Académie hiératique, organisée comme l’an passé par Annie Gasse et Florence Albert, pour cinq étudiants européens et égyptiens, avec comme autres encadrants Joachim Quack (Heidelberg) et Ivan Guermeur (Montpellier). Les égyptologues de l’Ifao et d’ailleurs ont largement profité des conférences données à cette occasion par les encadrants. Magdi Guirguis, Emad Abou Ghazi et Nicolas Michel ont organisé la 3e session de l’atelier de lecture d’archives (en arabe), du 15 octobre au 19 novembre. Enfin, le Dr Ayman Fu’ad Sayyid (collaborateur scientifique de l’Ifao) organise depuis le 13 novembre, pour six semaines d’affilée, un atelier de codicologie arabe, dont l’appel à candidature, à peine ouvert sur facebook, avait connu un succès immédiat. L’Ifao a participé au colloque « Deux siècles de relations franco-égyptiennes. Une communauté de destin et des horizons partagés » organisé à la Bibliotheca Alexandrina en collaboration avec l’Ambassade de France les 18-19 octobre. Laurent Bavay y a présenté une communication sur l’histoire de l’institut et ses missions. 

Les membres scientifiques ont inauguré le 8 novembre leur séminaire, qui se tiendra à un rythme mensuel le deuxième mardi de chaque mois. Les séances, d’une durée d’une heure et demi, sont ouvertes aux chercheurs de la maison, des autres instituts, et de passage, et permettent à de jeunes chercheurs de présenter leurs travaux dans une ambiance plus informelle que celle des conférences du mercredi à 18 h.

Sibylle Emerit, médiatrice scientifique, a été nommée chargée de recherche au CNRS (laboratoire HiSoMA, Lyon). Depuis son départ début octobre, la communication est assurée par une cellule composée du directeur, du directeur des études, des responsables du service informatique, du pôle éditorial et de la diffusion ; elle se réunit une fois par semaine. Les outils de communication privilégiés sont le site internet, la mailing list et la page facebook. Beaucoup de nos annonces sont relayées par l’ambassade de France, l’IFE et le Cedej.

Cédric Gobeil, chercheur associé, a été nommé au 1er octobre à la direction de l’Egypt Exploration Society. Quittant l’Ifao, il en restera néanmoins un partenaire privilégié au sein du Network of the Archaeological Institutes in Egypt. Nous félicitons Sibylle et Cédric pour leurs nouveaux postes.

Félicitations aussi à Bérangère Redon, ancienne membre scientifique, qui a obtenu la médaille de bronze du CNRS pour ses travaux sur l’Égypte ptolémaïque et romaine.

Documentation
L'Égypte de Murtadi, bibliothèque de l’Ifao
L'Égypte de Murtadi, bibliothèque de l’Ifao

Agnès Macquin, conservatrice de la bibliothèque, a assuré le 16 octobre une formation à l’OpenAccess auprès des chercheurs de la maison, destinée à les sensibiliser à la forte incitation, désormais inscrite dans la loi française, de mettre en ligne les articles scientifiques publiés dans des revues et, de manière facultative, dans des ouvrages collectifs.

Une opération générale de récolement a eu lieu durant la seconde quinzaine de novembre ; la bibliothèque a été fermée durant cette période. Nous remercions ici les bénévoles qui ont aidé les bibliothécaires dans cette tâche nécessaire mais fatigante, en particulier l’équipe de l’Institut dominicain d’études orientales (Idéo).

Durant tout le trimestre, les services des archives, des publications et la bibliothèque ont œuvré de conserve pour définir les ouvrages et documents qui seront proposés à la numérisation dans le cadre du projet porté par la BnF, et désormais appelé portail des Bibliothèques d’Orient. L’opération a été l’occasion d’un inventaire exhaustif des ouvrages épuisés de l’Ifao antérieurs à 1945, et des richesses souvent insoupçonnées de la réserve de livres rares de la bibliothèque.

Un affaissement inquiétant du plancher dans la salle 4, où étaient entreposés la plupart des ostraca, a conduit à déménager ces derniers. La redistribution des espaces du service des archives et collections est en cours afin d’en accroître la rationalité et la fonctionnalité.

Trois questions à : Johanna Sigl

Johanna Sigl, qu’appréciez-vous le plus dans votre travail d’archéologue en Égypte?

Je m’étais déjà rendu compte que l’archéologie était ce qui m’intéressait le plus lorsque j’ai décidé d’étudier l’égyptologie, lors de mon premier séjour en Égypte en 1999. Par chance j’ai eu peu après l’occasion de commencer à travailler sur un chantier de fouilles en Égypte, et ai découvert le pays et ses habitants sous un angle tout à fait nouveau. Indépendamment du matériel archéologique incroyablement riche qui peut être exhumé du fait de conditions de conservation exceptionnelles, ce qui m’incite à poursuivre le travail c’est la population égyptienne, et le défi que représente le fait de diriger un chantier de fouilles dans ce pays — on peut même dire, les différences historiques et culturelles entre nous. L’expérience humaine que l’on acquiert en travaillant avec ces personnes merveilleusement fières et intelligentes, chercheurs, collègues et ouvriers de chantier, mais aussi d’autres avec lesquels nous sommes en contact quotidien, fait prendre conscience que l’intelligence du cœur est de la plus grande importance pour réussir sa vie. La capacité à absorber le savoir comme une éponge, d’où qu’il vienne ; à improviser lorsqu’on se trouve démuni ; à ne jamais renoncer, ni oublier que l’on a affaire à des êtres humains et non à de simples chiffres ; voilà ce que l’on ne doit jamais « désapprendre ».

Comment vous êtes-vous engagée dans l’archéométrie ?

Étudiante à l’université Ludwig-Maximilian de Munich, je devais choisir deux matières autres que l’égyptologie, mon principal sujet d’étude en Master. Durant plusieurs semestres je n’ai su que faire, essayant par ex. les « Études proche-orientales » ou la « Littérature anglaise », mais aucune d’elles ne me parlait vraiment. Puis une collègue m’a dit qu’elle étudiait l’archéozoologie à côté de l’égyptologie, je l’ai accompagnée à ses cours, m’y suis intéressée puis passionnée. Finalement, j’ai écrit ma thèse sur les restes animaux d’Assouan, comme candidate au programme doctoral de l’Archaeo-Bio-Center nouvellement fondé à l’université de Munich, grâce auquel j’ai pu découvrir d’autres champs de l’archéométrie tels que les statistiques, la pollinologie, l’anthropologie, etc. Puis en 2014 j’ai obtenu du DAI le poste de directeur des fouilles de l’île d’Éléphantine, avec comme mission d’établir un programme en archéométrie ; j’ai alors commencé à m’investir en profondeur dans le large champ de la science archéologique et du travail de laboratoire.

Pouvez-vous expliquer votre engagement vis-à-vis de la population locale ?

Il y a eu de par le monde bien des incompréhensions et des heurts entre archéologues et population locale, qui ne travaillent pas dans ce domaine mais vivent dans des zones au riche potentiel historique. Pour empêcher cela tout en préservant le patrimoine, l’une des meilleures méthodes est de s’engager vis-à-vis de la population locale, comprendre leurs attentes et leurs inquiétudes vis-à-vis du site archéologique, mais aussi susciter chez eux de l’intérêt et de la compréhension pour les monuments (qui vont ici de l’époque pharaonique à l’époque moderne) de la zone dans laquelle ils habitent. Sur l’île d’Éléphantine nous vivons dans le village nubien de Koti, sommes en contact avec les deux villages de Koti et Siou, et aussi, grâce à nos excellents collègues de l’inspectorat des Antiquités, avec l’ensemble de la région d’Assouan. En ouvrant par exemple le site aux enfants des écoles, en leur donnant l’occasion de rencontrer des archéologues et d’apprendre de ceux-ci quelque chose de l’Égypte ancienne, nous enrichissons leur savoir et leur compréhension du site, ainsi que des raisons pour lesquelles il faut le préserver ; de notre côté, nous apprenons beaucoup des conditions de vie passées dans la région, qui n’étaient pas très éloignées de celles que nous cherchons à reconstituer dans l’Antiquité. En somme, tout le monde y gagne.

Manifestations
Le cycle des conférences de l’Ifao
  • Le 5 octobre 2016, Conférence par Joachim Friedrich Quack (Université de Heidelberg): La transmission des textes religieux en écriture hiératique au fil des âges [en savoir plus]
  • Le 19 octobre 2016, Conférence par Philippe Collombert (Université de Genève): Textes des Pyramides: nouvelles attestations et recherches récentes de la Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra [en savoir plus]
  • Le 26 octobre 2016, Conférence par James P. Allen, Brown University: The Birth of Ancient Egyptian Literature [en savoir plus]
  • Le 23 novembre 2016, Conférence par Paolo Gallo (Università degli Studi, Turin): Les faux pharaonica d'Alexandrie: les reliquats du grand commerce international d'antiquités (XVIIIe-XIXe siècles) [en savoir plus]
  • Le 7 décembre 2016, Conférence par Cédric Larcher (Ifao): Comment se forgent les croyances ? L’interprétation de la théologie de Sokar à l’aune des activités métallurgiques. [en savoir plus]
Autres manifestations scientifiques à l’Ifao
  • Du 21 au 22 novembre 2016, Journée d'études organisée par : Mechanisms and Frameworks of Transmission in the Middle East 15th to 17th C. [en savoir plus]
  • Le 3 décembre 2016, Conférence par Christian Müller (CNRS, IRHT): Applying the law: Cadis and their witnesses seen through the prism of Mamluk documents [en savoir plus]
  • Le 19 décembre 2016, Présentation par Claudine Piaton (USR 3103 InVisu) Ezio Godoli (Université de Florence) Nicolas Michel (Ifao): L'Isthme et l'Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1858-1956), en partenariat avec l’Egyptian Association for Environment and Community Service [en savoir plus]
En partenariat avec l’Ifao
  • Le 13 décembre 2016, Les conférences Midan Mounira par Pierre Blanc, Jean-Paul Chagnollaud: Où en est la question palestinienne aujourd’hui ?, en partenariat avec l’IRD, IFE, Cedej [en savoir plus]
  • Le 13 novembre 2016, Les conférences Midan Mounira par Georges Corm: Y a-t-il des structures invariantes de l'esprit arabe?, en partenariat avec l’IRD, IFE, Cedej [en savoir plus]
  • Le 9 octobre 2016, Les conférences Midan Mounira par Nelly Hanna (AUC) : L'artisanat au Caire et le commerce international 1600-1800, en partenariat avec l’IFE - IRD - Cedej [en savoir plus]
  • Le 18 septembre 2016, Conférence par Galila El-Kadi, IRD: Le processus de patrimonialisation en Égypte: entre les dernières demeures et le coeur de la cité, en partenariat avec l’IRD [en savoir plus]
Les médias en ont parlé

Laurent Coulon a accordé le 22 novembre un entretien à Marie Grillot, du blog Egyptophile, à propos du livre La Cachette de Karnak. Nouvelles perspectives sur les découvertes de Georges Legrain, Ifao, Ministère des Antiquités égyptien, 2016.

Sciences et Avenir a consacré un article à l’exposition des papyrus de Kheops découverts par la mission de Pierre Tallet à Ouadi el-Jarf.

Pôle éditorial
Abdel Maneim mélangeant les encres pour le papier marbré
Abdel Maneim mélangeant les encres pour le papier marbré

Du 16 au 20 octobre 2016, l’ensemble de la chaîne éditoriale de l’Ifao (éditorial, PAO, imprimerie) a été formé à la production de XML par le CLÉO (Centre pour l’édition électronique). Cette formation a permis de moderniser la PAO et de la rendre autonome dans la production de XML. La PAO sera ainsi capable de réaliser l’édition numérique du MIDÉO et des Annales islamologiques en 2017 et du BIFAO en 2018. L’Ifao pourra ainsi proposer à terme un bouquet numérique de l’ensemble de ses revues sur la plateforme Open Edition.

L’imprimerie de l’Ifao a montré son savoir-faire en animant un atelier au Festival des métiers des pays francophones, organisé du 16 au 18 octobre par la Bibliotheca Alexandrina. Deux ouvriers y ont initié des élèves enthousiastes aux techniques de reliure et de fabrication de papier marbré.

Vernissage de l’exposition à Saad Zaghloul le 15 novembre 2016
Vernissage de l’exposition à Saad Zaghloul le 15 novembre 2016

La sortie du beau-livre Instantanés d’Egypte, annoncée dans la précédente newsletter, a été l’occasion d’une promotion active de la part du pôle éditorial. Une vidéo de présentation de l’ouvrage a été largement diffusée sur les réseaux sociaux. Le pôle éditorial et les auteurs ont également organisé une exposition de 50 photographies issues du livre, d’abord à la Bibliotheca Alexandrina du 17 au 27 octobre puis au centre Saad Zaghloul au Caire, du 15 novembre au 1er décembre. Le public nombreux à ces expositions et les ventes importantes de l’ouvrage témoignent de l’intérêt du public pour ce type de beau-livre retraçant, en images, une histoire de l’archéologie française en Egypte.

Le comité d’édition s’est tenu le 14 décembre 2016 pour examiner 13 nouveaux projets.

Nasr el-Din Hasan, adjoint au service de diffusion des publications nous a quitté le 18 octobre. Sa disparition brutale a profondément affecté l’institut. Nous rendons un hommage ému à sa gentillesse et à son dévouement constants pour l’institut durant 36 années. Shady Ramsis lui a succédé auprès de Faten Naïm, et Liliane Amin a remplacé Shady comme assistante au pôle éditorial.

Récemment parus
1135

Annales islamologiques 49


AnIsl 49; 232 p.

Le volume 49 des Annales islamologiques comprend, comme les précédents, un dossier et des varia. Le dossier, intitulé « Arabic Literature, 1200-1800 : A New Orientation », a été coordonné par Monica Balda-Tillier et Adam Talib. Son introduction et ses six articles illustrent, à travers des études de cas fouillées, le renouveau actuel d’intérêt pour la littérature arabe de l’époque post-classique. La production littéraire de cette période se caractérise aussi bien par la permanence et la vitalité des genres relevant de l’adab le plus classique, notamment la poésie et les maqāmāt, que par l’essor de nouveaux genres comme la littérature épique ou le théâtre d’ombres, et par l’ouverture à un public plus large. [en savoir plus]

1143

Bulletin de liaison de la céramique égyptienne 26


Bulletin de la céramique égyptienne 26; 368 p.

Ce nouveau volume du Bulletin de liaison de la céramique égyptienne (BCE 26) continue la ligne éditoriale initiale. Il s’agit avant tout de présenter l’actualité de la recherche céramique en suivant un « Parcours régional » en Égypte et en Nubie pour toutes les périodes de leur histoire, de l’époque Prédynastique à l’époque médiévale. Le BCE innove cependant en proposant une seconde partie intitulée « Études : Ateliers et productions céramiques d’Égypte, de Nubie et du Soudan ». [en savoir plus]

1137
Mahmoud Abd el-Raziq, Georges Castel, Pierre Tallet
Ayn Soukhna III. Le complexe de galeries-magasins


Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 74; 368 p.

Les complexes de galeries-magasins peuvent être considérés comme l’une des caractéristiques essentielles des « ports intermittents » de l’époque pharaonique qui ont été récemment identifiés. Ce type de dispositif a en effet été successivement mis en évidence sur les trois sites portuaires pharaoniques qui ont fonctionné sur la côte occidentale de la mer Rouge à Mersa Gaouasis, à Ayn Soukhna, et au ouadi el-Jarf. Ces galeries permettaient d’entreposer, entre deux expéditions, le matériel nautique qui leur était nécessaire, et en particulier des embarcations démontées qui étaient laissées sur place en attente de leur prochaine utilisation. La fouille de l’ensemble de ce complexe à Ayn Soukhna a permis de mieux comprendre la fonctionnalité des lieux, notamment grâce à la découverte en place, dans deux des magasins du site, de bateaux qui y avaient été soigneusement rangés avant d’être incendiés. [en savoir plus]

 

Ifao Newsletter

December 2016

Bonjour,

The life of the Institute has been marked these last three months by a series of high-level events. An extraordinary scientific council was held in Paris on 26 September, followed by the visit of an assessment mission from HCERES (the successor to AERES in the evaluation of academic institutions) on 2 and 3 October. Thereafter, from 15 to 17 November, it was the turn of the General Inspection of the Administration of National Education and Research (IGAENR), and, on 28 and 29 November, the scientific and administrative councils met in Paris. Preparation for these visits and of the Rapport d’activité 2015-2016 and the draft budget for 2017 has kept the combined teams of the management and heads of sections very busy for most of the last three months. We are now awaiting the reports of HCERES and of IGAENR with quiet confidence.

The economic situation of the country has gone down hill since last spring. After a summer of strong inflation, exchange control measures and the pending agreement with the IMF made the financial situation even tighter, such that the Egyptian government allowed the pound to float as from 3 November. The steep devaluation that followed, partially reflected in consumer prices, had an affect on both economic activity and the Egyptian standard of living. On 29 November, the Administrative Council approved measures proposed by the IFAO management to compensate, as far as practicable, the loss in purchasing power that local personnel are suffering.

Scientific and training activities

In the midst of these troubling times, the Institute has experienced some exceptionally intense scholarly activity.

Throughout Egypt, foreign archaeological missions are facing very long delays in obtaining security clearance. Nonetheless, the sites of Tebtynis, Wadi Sannur, TT 33, Coptos, Armant and Dendera all managed to open. The Cairo Wall site began its final and longest campaign in October.

Textes des Pyramides international conference
Textes des Pyramides international conference

From 23 to 25 October, Philippe Collombert organised an international conference on the Pyramid Texts. Held in the Ministry of Antiquities and then IFAO, the 18 participants engaged in a series of open public lectures and roundtables reserved for specialists that were dedicated to the complex methodological questions raised by the publication of these texts. Elsewhere, Maria Mossakowska, Pascale Ballet and Jean-Luc Fournet orchestrated a couple of fruitful study days on 30-31 October under the heading “Mobiliers d’Égypte. Archéologie et textes de l’époque hellénistique à la période mamelouke”. These helped specify the aims of the research programme entitled “Contextes et mobiliers” in the coming five year cycle. From 20 to 22 October, the IFAO held the second workshop of the ANR-DFG DYNTRAN Dynamics of Transmission. It was dedicated to “Modes and Frameworks of Transmission” and was organised by Anthony Quickel, University of Marburg, and Nicolas Michel. From 8 to 10 November, Nicolas Michel participated in the lectures and debates of the seminar entitled “Transformations de l’État, recompositions sociales, culturelles et politiques en Égypte et dans le monde arabe” that was organised by Sarah Bennefissa (IRD) in the IFE as part of the International Mixed Laboratory (LMI) “EtatRar”. And lastly, from 17 to 19 November, Maria Mossakowska participated in a conference entitled “Monastic Journeys from Late Antiquity to the Middle Ages”, as part of the inter-EFE programme on “Moines en Méditerranée”.

Terrain archaeology training session in Ifao
Terrain archaeology training session in Ifao

The third session of the career-centred training in terrain archaeology began on 18 September with two weeks of theory held in the IFAO. The course is still enjoying great success. The inspectors and students involved have begun their work experience on various IFAO sites.

On 28 October, at the invitation and instigation of Eltayeb Abbas (Egyptian associate researcher), Hassan Selim, Florence Albert, Marine Yoyotte and Julie Monchamp accompanied Laurent Bavay and Nicolas Michel to the 13th methodology workshop dedicated to “Creating and Studying a Corpus”, held in Faculty of Tourism and Hotels of Minya University. This is the second year running that we have been hosted by the university, and this year it was as part of a large conference looking at tourism in Middle Egypt.

The IFAO itself was the venue for the 2nd Hieratic Academy, organised as last year by Annie Gasse and Florence Albert for five students, both Egyptian and European, and featuring the input of, among others, Joachim Quack (Heidelberg) and Ivan Guermeur (Montpellier). Egyptologists from both IFAO and elsewhere benefitted greatly from the conferences presented during the event by the participating instructors. From 15 to 19 October, Magdi Guirguis, Emad Abou Ghazi and Nicolas Michel ran the third session of the workshop on archive reading (in Arabic). And lastly, Dr Ayman Fuad Sayyid (IFAO scientific partner) organised, from 13 November for six weeks running, a workshop on Arabic codicology. The response to the call for participants was overwhelming.

The IFAO took part in a conference under the heading of “Deux siècles de relations franco-égyptiennes. Une communauté de destin et des horizons partagés” that was organised by the Bibliotheca Alexandrina in collaboration with the French Embassy on 18 and 19 October. Laurent Bavay presented a lecture on the history of the Institute and its missions.

The scientific fellows inaugurated their regular monthly seminars on 8 November, and these will continue to take place on the second Tuesday of every month. The sessions, lasting 90 minutes, are open to researchers of this and other institutes as well as those passing through, and are designed to allow young scholars to present their work in a less formal atmosphere than the Wednesday conferences at 6pm.

Sybille Emerit, responsible for scientific communication, has been nominated as a research fellow with the CNRS (HiSoMA, Lyon). Since her departure at the beginning of October, communications have been handled by a team consisting of the director, the director of studies, members of the IT department and the publishing and distribution department, which gets together once a week. The main communication tools are the web site, mailing list and facebook page. Many of our announcements are relayed via the French Embassy, IFE and CEDEJ.

Cédric Gobeil, associate researcher, was named as director of the Egypt Exploration Society on 1 October. While he may be leaving the IFAO, he will remain an important partner within the Network of the Archaeological Institutes in Egypt. We congratulate both Sibylle and Cédric on their new posts.

Congratulations are also due to Bérangère Redon, former scientific fellow, who has been awarded the CNRS bronze medal for her work on Ptolemaic and Roman Egypt.

Documentation
L'Égypte de Murtadi, Ifao's library
L'Égypte de Murtadi, Ifao's library

Agnès Macquin, librarian, led a training session on 16 October for in-house researchers in the use of Open Access. This is part of an awareness-raising programme regarding the strong incentive, now part of French law, to upload academic articles published in reviews and, optionally, in collective publications.

A general stocktaking operation was conducted during the second fortnight of November and the library was shut for the duration. We would like to thank the volunteers who helped the librarians in this necessary but tiring chore, especially the team from the Dominican Institute for Oriental Studies (IDEO).

During the past three months, the archives and publications departments and the library have collaborated to identify the works and documents that will be put forward for scanning as part of the project support by the Bibliothèque Nationale de France and known as the Bibliothèques d’Orient gateway. This operation gave rise to a comprehensive inventory of out-of-print works of the IFAO from before 1945, and of the rather unexpected wealth of rare books in the library.

A somewhat troubling sag in the floor of Hall 4, where the majority of ostraca are held, led to the removal of this material. The areas occupied by the archives and collections department are presently being re-examined in order to improve efficiency and practicality.

 
Three questions for : Johanna Sigl

What do you like most in your archaeological work in Egypt?

I had already realised that I was mostly interested in archaeology when I decided to study Egyptology, during my first time in Egypt in 1999. Luckily enough, I got the opportunity to start working with an excavation project in Egypt soon after and got to know the country and its people from a completely new side. Apart from the incredibly rich archaeological material that can be gained here thanks to the perfect preservation conditions, what is mainly drawing me to go on working is the people of Egypt and the challenge itself, which especially leading an archaeological project in this country brings with it – you might even say the historical and cultural difference between us. The life-experience one can gain from working with these wonderfully proud and clever people, local scholars, colleagues and workmen, but also others we have daily contact with, makes one realise that emotional intelligence is of utmost importance in leading a good life. The ability to soak up knowledge like a sponge, wherever it comes from, and to improvise when you do not have the technical or other means for it, to neither give up nor forget that we are dealing with other human beings and not mere numbers: those are actually the things we should never "un-learn".

How did you become involved in Archaeometry?

During my days as a student in Ludwig-Maximilians-University, Munich, I had to take two second subjects next to Egyptology, which was my main subject for the MA studies. For several semesters I did not really know what to do and tried out e.g. "Near Eastern Studies" and "English Literature", but none of these seemed to appeal to me much. Then a colleague told me that she was studying Archaeozoology next to Egyptology and I went with her to the lessons and really got interested and hooked up. In the end I wrote my PhD on animal remains from Aswan as a candidate of the newly founded Archaeo-Bio-Center PhD-program at Munich University, through which I was able to look into other fields of Archaeometry, like statistics, pollen analysis, anthropology etc. And then in 2014 I got the position of a field-director of excavations on Elephantine Island for the German Archaeological Institute and the "mission" to establish an archaeometrical project, so I started to really involve myself even deeper in the broad field of archaeological science and laboratory work.

Can you explain your commitment to local communities?

There have been many misunderstandings and confrontations between archaeologists around the world and local people, who do not work in this field but live in a potentially history-rich area. To prevent this and to protect heritage, getting involved with the local communities, understanding their desires and issues with the archaeological site, but also creating interest and understanding amongst them for the historical monuments (from Pharaonic to Early Modern times) of the area they now live in, is one of the best methods. On Elephantine Island we live in the Nubian village of Koti, we are in contact with both villages, Siou and Koti, as well as thanks to our great colleagues of the local inspectorate of the Ministry of Antiquities with the whole area of Aswan. By opening the site to for example school groups and giving them the opportunity to learn about ancient Egypt from real archaeologists, we can enrich their knowledge and understanding of a site plus why it should be protected; we also can learn about the ways of living in former times in the area, which seems often not so far from how we would reconstruct daily life in the ancient town. You might call that a classical win-win situation.

Events
IFAO lecture cycle
  • On October 5th 2016, Conférence by Joachim Friedrich Quack (Université de Heidelberg): La transmission des textes religieux en écriture hiératique au fil des âges [more]
  • On October 19th 2016, Conférence by Philippe Collombert (Université de Genève): Textes des Pyramides: nouvelles attestations et recherches récentes de la Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra [more]
  • On October 26th 2016, Conférence by James P. Allen, Brown University: The Birth of Ancient Egyptian Literature [more]
  • On November 23rd 2016, Conférence by Paolo Gallo (Università degli Studi, Turin): Les faux pharaonica d'Alexandrie: les reliquats du grand commerce international d'antiquités (XVIIIe-XIXe siècles) [more]
  • On December 7th 2016, Conférence by Cédric Larcher (Ifao): Comment se forgent les croyances ? L’interprétation de la théologie de Sokar à l’aune des activités métallurgiques. [more]
Other lectures at the IFAO
  • From 21st to November 22nd 2016, Journée d'études organized by : Mechanisms and Frameworks of Transmission in the Middle East 15th to 17th C. [more]
  • On December 3rd 2016, Conférence by Christian Müller (CNRS, IRHT): Applying the law: Cadis and their witnesses seen through the prism of Mamluk documents [more]
  • On December 19th 2016, Présentation by Claudine Piaton (USR 3103 InVisu) Ezio Godoli (Université de Florence) Nicolas Michel (Ifao): L'Isthme et l'Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1858-1956), in partnership with Egyptian Association for Environment and Community Service [more]
In partnership with the IFAO
  • On December 13th 2016, Les conférences Midan Mounira by Pierre Blanc, Jean-Paul Chagnollaud: Où en est la question palestinienne aujourd’hui ?, in partnership with IRD, IFE, Cedej [more]
  • On November 13th 2016, Les conférences Midan Mounira by Georges Corm: Y a-t-il des structures invariantes de l'esprit arabe?, in partnership with IRD, IFE, Cedej [more]
  • On October 9th 2016, Les conférences Midan Mounira by Nelly Hanna (AUC) : L'artisanat au Caire et le commerce international 1600-1800, in partnership with IFE - IRD - Cedej [more]
  • On September 18th 2016, Conférence by Galila El-Kadi, IRD: Le processus de patrimonialisation en Égypte: entre les dernières demeures et le coeur de la cité, in partnership with IRD [more]
Media coverage

Laurent Coulon gave an interview to Marie Grillot, from the blog Egyptophile, about the book La Cachette de Karnak. Nouvelles perspectives sur les découvertes de Georges Legrain, Ifao & Egyptian Ministry of Antiquities, 2016.

Sciences et Avenir published an article covering the exhibition of the Kheops papyri discovered by Pierre Tallet at Ouadi el-Jarf.

Publications Department

Making of the marble paper by Abdel Maneim
Making of the marble paper by Abdel Maneim

From 16 to 20 October, all the actors in the publications department (editorial, IT, print shop) received training in XML by instructors from CLEO (Centre pour l’édition électronique). This has upgraded the desktop publishing service and made it self-contained in XML production, and thus capable of developing digital versions of MIDÉO and the Annales islamologiques for 2017 and the BIFAO for 2018. The IFAO will ultimately be able to present a digital package of all of its periodicals via the Open Edition platform

The print house showed off its skills when it led a workshop at the “Festival des métiers des pays francophones” held in the Bibliotheca Alexandrina from 16 to 18 October. Two of the team taught some keen school students bookbinding techniques and how to marble paper.

Opening of the photo exhibition at Saad Zaghloul
Opening of the photo exhibition at Saad Zaghloul

The appearance of the beautifully illustrated book Instantanés d’Egypte, which was mentioned in our previous newsletter, was accompanied by a promotional campaign by the publications department. A video covering the release was widely distributed across social media. The authors and the publications department also organised an exhibition of some 50 photographs featured in the book, firstly at the Bibliotheca Alexandrina from 17 to 27 October, and then in the Saad Zaghloul Centre in Cairo from 15 November to 1 December. The large attendance at these exhibitions and good sales of the work perfectly demonstrate the public’s interest in this type of illustrated book, which retraces in images the history of French archaeology in Egypt.

The publications committee met on 14 December 2016 to examine 13 new projects.

Nasr el-Din Hassan, distribution assistant, passed away on 18 October. His sudden death has had a profound affect of the Institute and we pay homage to this gentle man who devoted himself to the Institute over 36 years. Shady Ramsis has succeeded him alongside Faten Naïm, and Liliane Amin has replaced Shady as publications assistant.

Recently published
1135

Annales islamologiques 49


AnIsl 49; 232 p.

The 49th issue of the Annales islamologiques includes a folder and varia, as was the case of the preceding issues. The folder is called “Arabic Literature, 1200-1800: A New Orientation” and was edited by Monica Balda-Tillier and Adam Talib. An introduction and six articles describe the renewed interest for Arabic literature in the post-classical age through comprehensive case studies. The literary production in that period was characterized by the persistence and vitality of literary genres pertaining to the most classical adab, notably poetry and maqâmât, as well as by the rise of new genres such as epic literature or the shadow theatre, and by its opening to a broader audience. [more]

1143

Bulletin de liaison de la céramique égyptienne 26


Bulletin de la céramique égyptienne 26; 368 p.

This new volume of the Bulletin de liaison de la céramique égyptienne (BCE 26) continues the original editorial line, which is primarily to present the actual state of research into pottery found throughout Egypt and Nubia for all periods from the predynastic to the medieval period. BCE 26, however, is innovatory in offering a second part entitled “Studies on pottery workshops and ceramic production in Egypt, Nubia and Sudan”. [more]

1137
Mahmoud Abd el-Raziq, Georges Castel, Pierre Tallet
Ayn Soukhna III. Le complexe de galeries-magasins


Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 74; 368 p.

Storage gallery complexes can now be considered a major characteristic of the pharaonic « periodic harbours » that have been successively identified on the sites of Mersa Gawasis, Ayn Soukhna and Wadi el-Jarf. In between two expeditions, those caves were used to store the sailing equipement, and especially dismanteled boats waiting for their next use. The systematic excavation of this whole Ayn Soukhna cave complex has allowed a better understanding of this site’s purpose thank to the discovery, in two of those galleries, of remains of boats that were carfully stored there before being destroyed by fire. [more]