Institut français
d’archéologie orientale - Le Caire
logo

AGÉAAGÉA

NomsNames

Anthroponymes et Généalogies de l’Égypte AncienneAnthroponyms and Genealogy of Ancient Egypt

masquer la recherchehide search
Critères de rechercheSearch criteria
Nom/IDName/ID
n° PNn° PN
DatationDating
ProvenanceOrigin
Encodage hiéroglyphiqueHieroglyphic Encoding

vignette
Neferchnoum, mastaba de Kagemni à SaqqaraNeferchnoum, mastaba of Kagemni at Saqqara
<- précédentprevious   référencesreferences 887/1591   suivantfollowing ->      retour listeback to list
1591 référencesreferences (107 pages)
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - SuivantNext - FinLast


1018
2, 273, 21
Ouâbkaourêdjedef
Wʿb-kȝw-Rʿ-ḏd.f
« Purs sont les kas de Rêdjedef »
Ouâbkaourêdjedef 1 / Niinekkaourêdjedef 1h, Abou Rawach, AE / D4 / Rêdjedef
[G1] Fischer, ZÄS 86,p. 27, fig. 4 =
[G1] Ziegler, Cat. stèles A.E.,p. 155, n° 22 =
[G1] Bisson de la Roque, FIFAO 13,p. 29 =Louvre E 16263.
La lecture du nom ou des noms de ce personnage pose problème. Plusieurs interprétations ont été proposées, mais il nous semble que H. G. Fischer est le plus convaincant. Nous reconnaissons effectivement l'existence du nom N(j)-Rʿ-ḏd.f-kȝw, qui a sans doute connu une première modification suite à une erreur dans la disposition du hiéroglyphe représentant le filet d'eau (cf. Fischer, p. 30). Toutefois, nous souhaitons apporter quelque complément. H. G. Fischer évoque deux possibilités pour expliquer le remaniement de l'inscription. Soit il s'agit d'une correction apporté par le propriétaire de la stèle fausse-porte lui-même, soit il s'agit d'une usurpation (cf. p. 31). Les arguments qu'il expose à l'encontre de ce dernier cas de figure nous paraissent convaincants. En revanche, il nous semble très étrange qu'un fils royal ait souhaité amputer son propre nom simplement pour préciser qu'il était aussi prêtre pur de Rêdjedef, titre non attesté par ailleurs et qui, à l'instar de M. Baud, Famille II, p. 482, n° 105, nous paraît douteux. D'autre part, H. G. Fischer suppose que Kȝw pourrait être l'abréviation du nom , or nos recherches montrent que les anthroponymes formés sur la construction N(j)-Ptḥ-kȝw étaient abrégés en Ptḥ-kȝw (cf. analyse, p. ). Pourquoi ne pas tout simplement envisager un changement de nom de N(j)-Rʿ-ḏd.f-kȝw, qu'il aurait transformer en Wʿb-kȝw-Rʿ-ḏd.f ? Si, ainsi que le fait remarquer H. G. Fischer (cf. p. 31), on ne peut nier que le signe wʿb a bien été rajouté postérieurement à la réalisation de la stèle, sa seule présence sur le monument et à cet emplacement suffit à justifier de l'existence du nom Wʿb-kȝw-Rʿ-ḏd.f.

Yannis Gourdon Version 1 bêta, données dudata date 9 octobre 2016October 9th 2016